Archives par étiquette : Bibliothèques

Consulter les archives du BIT à Genève : retour – heureux – d’expérience

Il n’est pas toujours simple de se lancer dans la consultation d’archives qu’on ne connaît pas, dans un lieu où l’on a jamais mis les pieds, a fortiori si on n’est pas tout à fait sûr de ce qu’on vient chercher. C’était mon cas lorsque je suis parti trois jours fin octobre 2015 pour Genève et l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Retour pragmatique sur quelques enseignements.

J’ai réalisé cette visite aux archives dans le cadre de mon doctorat qui porte sur l’émergence de la politique des droits de l’homme. Ma thèse part des arènes et des forums dans lesquelles la France se trouve impliquée pour montrer que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 n’est qu’une séquence prolongeant un mouvement plus large. Ce moment commence dans l’entre-deux-guerres par la protection internationale de populations définies comme vulnérables au nom d’une politique d’humanité d’un côté, et la promotion de l’émancipation par la dignité du travail de l’autre.

Continuer la lecture

La bibliothèque de l’Institut historique allemand

Présentation générale

La bibliothèque de l’Institut historique allemand (IHA)1 est un lieu incontournable pour les étudiants et chercheurs travaillant sur l’histoire allemande, française et les relations franco-allemandes. Située en plein cœur du Marais à Paris, cette bibliothèque scientifique spécialisée n’est pas seulement appréciée par ses lecteurs pour ses 110 000 ouvrages et ses nombreuses offres numériques, mais aussi pour son atmosphère studieuse, son accès et ses modalités simples et confortables.

La bibliothèque a pour principale mission d’offrir l’accès à des médias imprimés et numérisés, ainsi qu’a des services d’informations aux chercheurs de l’IHA. Mais elle s’adresse aussi à un public plus large d’étudiants et chercheurs en histoire. Elle intervient comme intermédiaire d’informations entre l’Allemagne et la France.2 Ainsi, le carnet de recherche « germanofil », accompagné du séminaire de recherche « Accéder à la documentation et aux ressources scientifiques sur l’Allemagne » est un outil pratique pour les personnes travaillant sur l’histoire allemande et cherchant des informations pour entamer une recherche scientifique.

De plus, la bibliothèque facilite la communication avec les chercheurs grâce à son rôle et son emplacement au sein de l’IHA. Le vaste programme de manifestations scientifiques peut également intéresser les lecteurs de la bibliothèque.

IHA_1

 

Collection

Le fonds de la bibliothèque totalise 110 000 ouvrages sur l’histoire allemande et française, l’histoire régionale allemande, les relations franco-allemandes et l’histoire de l’Europe occidentale – et ce de l’antiquité tardive à l’histoire contemporaine. Les points forts de la collection sont notamment :

–          L’hagiographie et l’histoire sociale de l’antiquité tardive et du haut Moyen Âge de la Gaule

–          Royauté, papauté et église, notamment les actes pontificaux en France

–          La Bourgogne entre la France et le Saint-Empire au 15e siècle

–          La France à l’époque de l’Humanisme et de l’Absolutisme

–          La France sous l’occupation allemande 1940-1944

–          L’histoire de la RDA et de la RFA

–          L’histoire de l’intégration européenne

Le fonds est plurilingue, avec environ soixante pour cent d’ouvrages en allemand, trente pour cent en français et dix pour cent dans d’autres langues, notamment en anglais. Ce qui est particulièrement intéressant pour le lecteur français cherchant de la littérature spécialisée en anglais ou en allemand, et qu’il ne trouvera pas facilement dans une autre bibliothèque parisienne.

La bibliothèque propose également 420 périodiques régulièrement tenus à jour. Elle dispose aussi de nombreuses offres numériques : l’accès aux revues scientifiques en ligne, des bases de données spécialisées, des outils pour la recherche bibliographique et aussi des livres électroniques. Le catalogue intégralement informatisé est accessible en ligne, et est rattaché au catalogue collectif en Allemagne. Ses périodiques sont également présentés dans le SUDOC.

En salle de lecture, on trouve en libre accès les collections sur l’histoire allemande dès la Réformation, les relations franco-allemandes, et de nombreux usuels, ouvrages de référence, dictionnaires et encyclopédies. Ici sont également présentées les nouvelles acquisitions et une sélection des ouvrages demandés pour l’agrégation d’allemand et d’histoire de l’année en cours. Dans la première salle de la bibliothèque sont présentées une sélection de la presse quotidienne allemande et française et des revues scientifiques, notamment sur l’histoire régionale allemande.

La salle de lecture peut accueillir une quarantaine de lecteurs ; elle se dresse autour d’une cour, aménagée en jardin. Grace à de grandes baies vitrées équipées de stores électriques, le lecteur peut confortablement travailler à la lumière du jour sans être gêné par le soleil. De plus, chaque place dispose d’une prise électrique.

Toute commande d’ouvrage se trouvant en réserve est traitée rapidement. Cette commande se fait par « bulletin de commande » que le lecteur dépose à l’accueil et où, quinze minutes plus tard, les livres seront mis à sa disposition. Il sera bientôt possible de passer les commandes d’ouvrages de la réserve via le catalogue en ligne. Pour cela, des travaux d’informatisation sont en cours. Des livres peuvent également être réservés pendant plusieurs jours : ils sont alors mis de côté dans un casier de réservation.

IHA_2

Informations pratiques

Pour obtenir une carte de lecteur, il suffit de remplir le formulaire sur le site internet ou sur place et d’apporter deux photos d’identité. L’accès est gratuit. Lors de la première visite, un bibliothécaire expliquera volontiers le fonctionnement de la bibliothèque. Le personnel est disponible afin d’aider le lecteur à utiliser le catalogue et les outils de recherche.

Les ouvrages sont à consulter sur place uniquement. Deux scanners, une photocopieuse, une imprimante ainsi qu’un lecteur microfiches et microfilms sont mis à disposition gratuitement. Les photocopies et impressions coûtent 0,15 € par page, et doivent être payées en espèce à la l’accueil de la bibliothèque. L’utilisation des appareils est d’abord expliquée par le bibliothécaire en service en salle de lecture. Un accès wifi gratuit est également disponible sur inscription et donne accès à toutes les bases de données auxquelles la bibliothèque est abonnée. La bibliothèque est rattachée au service allemand de prêt interbibliothèques (PEB). Il est donc possible de commander sur demande des ouvrages non disponibles dans les bibliothèques parisiennes. Toute commande d’ouvrage effectuée par le PEB sera à la charge du lecteur au prix de 20 Euro.

La bibliothèque de l’IHA est ouverte du lundi au jeudi de 10h à 18h et le vendredi de 10h à 17h, elle reste ouverte tout l’été (fermeture exceptionnelle possible, voir site internet pour toute l’actualité). Elle se trouve dans le 3e arrondissement, proche du métro Saint-Paul (Ligne 1) ou Chemin Vert (Ligne 8).

Bibliothèque de l’Institut historique allemand
Hôtel Duret-de-Chevry
8 rue du Parc Royal
75003 Paris

Tél. +33 (0)1 44 54 23 80

Mail bibliothek@dhi-paris.fr

Site internet de l’IHA : http://www.dhi-paris.fr
L’IHA sur Facebook

L’IHA sur Twitter: @dhiparis

Photos : IHA, CC-BY 2.0

  1. L’Institut historique allemand de Paris existe depuis 1964; il fait partie de la Fondation publique Max Weber Stiftung – Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland, financée par le ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche [plus d’informations sur les missions de l’IHA]. []
  2. voir le site internet de la bibliothèque de l’IHA: http://www.dhi-paris.fr/fr/home/bibliotheque/presentation.html. []

La bibliothèque du CEDIAS-Musée social

Façade du Musée social en 1898

Façade du Musée social en 1898 (coll. CEDIAS-Musée social)*

Établissement privé, installé depuis sa fondation au 5 rue Las Cases dans le VIIe arrondissement de Paris, la bibliothèque du CEDIAS-Musée social est l’héritière d’un centre de documentation pionnier dédié aux multiples expressions de la « question sociale » dans le monde occidental contemporain. Cette orientation première, qui conditionne toujours la politique d’acquisition de la bibliothèque et en structure largement l’identité, se double aujourd’hui  d’un rôle documentaire et interventionnel de premier plan dans les domaines du travail social et de l’action sociale, assumé sous la tutelle du Centre d’études, de documentation, d’information et d’action sociales (CEDIAS).

Les collections de la bibliothèque intéresseront en priorité les apprentis historiens et historiennes dont le sujet de recherche croise le large spectre des déclinaisons du « social » aux XIXe et XXe siècles : histoire du travail, du monde ouvrier, des politiques sociales, de l’urbanisme et du logement social, de la philanthropie et des institutions patronales, du syndicalisme et des grèves, de l’économie sociale et solidaire, de la santé publique, de la démographie, et enfin, bien entendu, de l’ensemble des doctrines philosophiques, des attitudes et des mouvements politiques attachés à ces thématiques – socialismes, anarchismes, communismes principalement.

"Grève de Limoges : Le personnel du restaurant communiste", 1905, coll. CEDIAS-Musée social

Carte postale. "Grève de Limoges : Le personnel du restaurant communiste", 1905

Si la spécificité de ses collections en fait à l’évidence une bibliothèque « spécialisée », la bibliothèque du CEDIAS-Musée social rend aussi les grands et menus services d’une bibliothèque d’étude, située de surcroît non loin du Quartier latin : salle de lecture, outils de recherche, revues généralistes en libre accès, encyclopédies et usuels, ouvrages de référence en histoire et sciences sociales. La rapide présentation de la bibliothèque qui suit, si elle s’appuie prioritairement sur le lieu et son histoire pour mieux en éclairer les collections, n’en délaisse pas pour autant les questions « pratiques » relatives à l’accessibilité et à la fréquentation des salles de lecture. Elle vise à faire connaître un lieu d’étude et de recherche méconnu mais utile à bien des recherches en histoire et sciences sociales, et un lieu de sociabilité intellectuelle central pour les historiens, apprentis ou confirmés, dont le travail touche aux problématiques du social [1].

Histoire [2]

Projet de laboratoire des réformes sociales de la IIIe République mûri par Jules Siegfried, Émile Cheysson et Léon Say à l’issue de l’Exposition universelle de 1889, le Musée social est fondé en 1895 grâce aux fonds d’un riche mécène sensible à la question sociale, le comte Aldebert de Chambrun. Selon l’acception de l’époque, le « musée » se conçoit moins comme un lieu de conservation que comme un centre de recherche, d’étude et de documentation. Il se dote d’une bibliothèque, dont la tâche initiale est de rassembler et de mettre à la libre disposition de toute personne intéressée la production documentaire relative aux questions et aux réformes sociales.

"Assurances sociales, organisation libre", affiche de la Fédération nationale catholique (1928?)

Affiche. "Assurances sociales, organisation libre", Fédération nationale catholique

Sous l’égide de son premier bibliothécaire, Étienne Martin-Saint-Léon, la bibliothèque se soumet d’emblée à deux  principes directeurs qui font aujourd’hui la richesse de ses collections. Le premier, la neutralité, implique la collecte de tous les documents relatifs aux questions sociales, quels qu’en soient les émissaires ou la nature. Le second, l’ouverture internationale, découle du caractère transnational des « réseaux réformateurs » et s’appuie sur toute une équipe d’enquêteurs rémunérés et de correspondants disséminés en Europe et aux États-Unis. La fidélité de l’institution à ces principes initiaux, malgré l’inspiration nettement anti-révolutionnaire de ses fondateurs, explique largement que l’on puisse aujourd’hui y trouver aussi bien les comptes rendus de congrès des trade-unions anglais, des dossiers documentaires sur les coopératives belges ou les jardins ouvriers américains, des pamphlets anti-socialistes et des tracts anarchistes.

De sa création à la Seconde Guerre mondiale, la bibliothèque connaît son âge d’or. La salle de lecture, à deux pas de l’Assemblée Nationale, est fréquentée par des parlementaires aussi bien que par des professeurs d’université, par des militants instruits aussi bien que par des socialistes étrangers ; Jean Jaurès, Georges Sorel, Lénine, parmi bien d’autres, font partie de ces lecteurs. Durant l’entre-deux-guerres, l’institution connaît néanmoins des difficultés financières et des vicissitudes internes qui atteignent la dynamique d’expansion de la bibliothèque. L’importance des fondateurs, véritables notables de la Troisième République – plusieurs projets de loi furent élaborés au sein du Musée social[3] – décline avec leurs disparitions successives. La bibliothèque poursuit son œuvre de collecte, mais avec des moyens plus restreints.

Dans la deuxième partie du XXe siècle, elle resserre sa politique d’acquisitions et affirme certains partis pris documentaires, avec par exemple un accent mis sur les politiques sociales et le champ de l’action sociale. Sous l’impulsion de Colette Chambelland, elle devient à partir des années soixante un lieu d’étude, de rencontre et d’échanges pour de nombreux historiens du mouvement ouvrier et du socialisme. Depuis le début des années 2000, elle mène une politique de modernisation de ses outils et de valorisation de ses fonds, reconnue sur le plan institutionnel par l’intégration du réseau des « pôles associés documentaires » de la BnF (qui alimente Gallica) et par le classement comme « archives historiques » d’une part importante de ses collections par le Ministère de la Culture et de la Communication (par arrêté du 8 avril 2008).

Collections

Les collections constituées par la bibliothèque portent la marque de cette riche histoire : variété des supports, coexistence de l’imprimé et de l’archive, pluralité linguistique et, surtout, fonds exceptionnel pour la période 1880-1914. Sans chercher à en donner une recension aussi vaine qu’inutile, il semble pertinent d’en esquisser à grands traits les principales ressources et composantes[4].

"Conscrit", février 1906 : "L'Armée est le chien de garde du coffre-fort"

Périodique. "Le Conscrit", février 1906

L’un des points forts de la bibliothèque est sa collection de périodiques, particulièrement dans les domaines de l’économie sociale et solidaire et de l’action sociale ; sa vocation patrimoniale est affirmée dans ce domaine (c’est l’essentiel de sa contribution à la bibliothèque numérique de la BnF, Gallica) et elle conserve des titres rares voire uniques.

La littérature grise – brochures, tracts, feuilles militantes – y est abondante et en plusieurs langues, reflet des envois réguliers des correspondants du Musée social ou des dépôts de militants. Les dossiers documentaires réalisés par les sections d’étude du Musée – sur les coopératives, les grèves, les jardins ouvriers, l’hygiène, l’urbanisme… – sont encore consultables et constituent une source de première main pour les historiens du réformisme social. Il serait dérisoire de prétendre offrir un panorama de l’offre de monographies. On se contentera donc d’indiquer qu’outre les « classiques » du socialisme, du christianisme social ou du communisme, la bibliothèque du CEDIAS-Musée social offre l’accès à une riche collection d’ouvrages de référence en historiographie et sciences humaines, de Marc Bloch aux Lieux de mémoire, complétée d’usuels comme le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, dit « Maitron ».

Bibliothèque d’étude clairement tournée vers l’histoire et les sciences humaines, la bibliothèque du Musée social est aussi une bibliothèque de recherche qui assume la conservation de plusieurs fonds d’archive. Outre ceux de la Fédération nationale des coopératives de consommation, en cours de traitement, on peut citer en exemples les archives de l’Alliance d’hygiène sociale, de l’association L’Hygiène par l’exemple, celles du sociologue du travail, ancien surréaliste et compagnon de Trotsky, Pierre Naville, ou encore celles des militants syndicalistes-révolutionnaires Pierre Monatte et Alfred Rosmer. Il faut enfin signaler l’exceptionnelle documentation recueillie et déposée à l’issue des expositions universelles de Paris de 1889 et de 1900 – catalogues, brochures, rapports, livrets – qui demeurent un matériau précieux pour toute recherche sur l’histoire du travail et de ses représentations au tournant du XIXe siècle.

Étude

La bibliothèque du CEDIAS-Musée social est petite : à la salle d’accueil et des périodiques succède une salle d’étude pouvant recevoir une vingtaine de lecteurs simultanément. L’apprenti historien peut préparer utilement sa visite en consultant le catalogue en ligne de la bibliothèque, désormais informatisé dans sa quasi-intégralité. Préalablement à toute consultation de document, il est accueilli par l’un des bibliothécaires qui s’enquiert de ses besoins et qui, s’il le souhaite, l’informe et le guide dans sa recherche. On aurait tort de se priver de ce temps de dialogue : les bibliothécaires étant eux-mêmes historiens et au contact permanent de nombreux chercheurs, l’apprenti historien aura tout intérêt à se laisser prodiguer conseils de lecture, estimation de l’état des recherches et des ressources sur une question ou sollicitation à la prise de contacts avec chercheurs, collègues ou institutions. Si sa recherche est concluante, le lecteur sera invité à s’inscrire, sur la base de divers tarifs : 3€ pour la journée, 10€ pour cinq entrées, 20€ à l’année s’il est en mesure de produire un justificatif étudiant (carte d’étudiant, attestation d’inscription en master ou en thèse).

Salle de lecture en 1898 - Salle des catalogues aujourd'hui (bibliothèque du Musée social)

La salle de lecture en 1898 et la salle du catalogue aujourd'hui

L’accès aux périodiques vivants déposés sur les présentoirs – parmi lesquels Le Débat, Esprit, Actes de la recherche en sciences sociales, Annales, Commentaire, Revue d’histoire moderne et contemporaine, Genèses… – est libre et ne nécessite pas d’inscription, mais ces ressources sont consultables sur place uniquement. La bibliothèque du CEDIAS-Musée social est une bibliothèque d’étude qui ne propose du reste aucun document au prêt, à de rares exceptions que sont les mémoires de travail social déposés en double par leurs auteurs. Cette restriction, couplée à des horaires d’ouverture restreints – 13h-18h du lundi au jeudi, 13h-17h le vendredi – ne facilite pas l’accès aux collections conservées et impose à chacun d’organiser sa journée (et sa semaine) de travail en conséquence.

Années 1930 : enfants de la "zone" aux portes de Paris

Photographie. "Années 1930 : enfant de la 'zone' aux portes de Paris", s.d.

Ces conditions d’accès sont celles d’une petite structure, animée par un personnel restreint, et sans dotation publique directe. S’il est à certains égards contraignant, le fonctionnement général de la bibliothèque n’en présente pas moins certains avantages. Outre la qualité de l’environnement de travail et du conseil prodigué, le système de communication « de la main à la main » des documents, dont la demande est effectuée par un bulletin papier remis au bibliothécaire, présente l’avantage de temps d’attente extrêmement courts entre la demande et la réception du ou des documents, de l’ordre de cinq à dix minutes. Ces documents, une fois la séance de travail terminée, sont « mis de côté » par les bibliothécaires sur simple demande. Comme dans la plupart des bibliothèques, les photocopies et les photographies sont possibles, sous réserve de l’accord préalable des bibliothécaires. Enfin, la salle de lecture est un espace et un outil de travail précieux : les historiens du politique (et d’autres) seront heureux d’y trouver, en libre accès, la collection papier complète de l’Humanité.

 


* Toutes les illustrations de ce billet sont extraites de la photothèque de la bibliothèque et reproduites avec l’aimable autorisation du CEDIAS-Musée social

[1] Ancien usager de la bibliothèque, l’auteur de ce billet y a aussi travaillé entre 2010 et 2011.

[2] Outre l’historique proposé par la bibliothèque sur son site, ont été consultés les ouvrages suivants : Colette Chambelland (dir.), Le Musée social en son temps. Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1998 ; Janet Horne, Le Musée social. Aux origines de l’État providence. Préface de Pierre Rosanvallon. Paris, Belin, 2004.

[3] Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914. Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

[4] Pour plus de précisions, on se reportera à la présentation rédigée par la bibliothèque : http://cediasbibli.org/opac/index.php?lvl=infopages&pagesid=13

Premiers pas à la Bibliothèque nationale de France

Logo BNF

La Bibliothèque Nationale de France (BNF), constitue un passage obligé dans nos premiers pas d’apprentis historiens, puisque ses collections sont incontournables. Pourtant, il est assez difficile, au début, de vraiment se retrouver dans cette vénérable institution. Ce billet s’adresse donc à celles et ceux qui ne connaissent pas encore le fonctionnement de cette dernière, et se propose de leur donner quelques conseils pratiques.

Description générale de la BNF

La totalité des collections de la BNF ne se trouve pas sur un seul site. La BNF est constituée par plusieurs pôles situés à divers endroits dans Paris, et qui ont chacun leurs spécialités.

BNF : le Site Richelieu

BNF Richelieu (source)

Le Site Richelieu accueille les collections des Arts du spectacle, des cartes et plans et des manuscrits. Elle se situe 5 rue Vivienne (arrêts Palais-Royal pour les lignes 1 et 7, Bourse pour la ligne 3, Pyramide pour les lignes 7 et 14).

BNF - Site Arsenal

BNF Arsenal

La bibliothèque de l’Arsenal contient essentiellement les archives de la Bastille mais aussi de nombreux fonds plus spécifiques : fonds Prosper Enfantin, Lambert, Louis-Sébastien Mercier. (Elle se trouve dans le quatrième arrondissement, 1 rue de Sully, (arrêt Bastille). Elle n’a pas tout à fait le statut de bibliothèque nationale, mais dépend de la BNF).

Maison Jean Vilar : il s’agit d’une antenne du département Arts et Spectacles de la BNF Richelieu. Elle se situe à  Avignon, 8 rue Mons.

BNF - Site François Mitterrand

BNF François Mitterrand

Site François Mitterrand : Il est sans aucun doute le site le plus important puisqu’il regroupe la majeure partie des collections de la BNF. Il est composé de deux ailes : la première, « le haut de jardin », est en accès libre, la seconde, « le rez de jardin », est réservée aux chercheurs. (En voici l’adresse : Quai François Mauriac (ligne 6 arrêt quai de la gare), ligne 14 et RER C arrêt Bibliothèque François Mitterrand).

Problèmes spécifiques de quelques-uns de ces sites. Voici quelques détails qui m’ont gênée lors de mes passages à la BNF :

– Le site de l’Arsenal possède très peu de places équipées de prises. N’oubliez donc pas de bien charger votre batterie si vous travaillez sur ordinateur, sinon vous serez venus pour rien.

– Vérifiez systématiquement les horaires de la bibliothèque : le rez de jardin du site François Mitterrand est, par exemple, fermé le lundi matin.

– Soyez très prudents sur le parvis du site François Mitterrand quand il pleut : le sol est très glissant et on peut facilement se blesser.

Faire ses premiers pas à la BNF

  •  1ère étape : obtenir ses accréditations, un parcours semé d’embûches

Sans accréditation, il est impossible d’avoir accès aux collections de la BNF. Pour les obtenir, il faut passer un entretien avec un bibliothécaire. Pour ce faire, allez au service orientation des lecteurs, situé indifféremment aux entrées Est et Ouest de la BNF François Mitterrand. Voici les documents dont vous devez vous munir :

– Une pièce d’identité ;

– Un justificatif de domicile (quittance de loyer ou autre) datant de moins de 3 MOIS ;

– Une carte d’étudiant ;

– Une attestation du directeur de recherche avec le tampon de l’université ;

– Une liste des documents que vous voulez consulter.

Soyez prêts à donner une liste assez exhaustive, de façon à prouver que vous n’avez pas d’autre choix que d’aller à la BNF, puisque ces ouvrages ne sont pas disponibles ailleurs. Il faut bien comprendre que la BNF accueille beaucoup de visiteurs. Elle est par conséquent très pointilleuse lors de la demande d’accréditations. Les conditions d’accès pour les Master 1 ont d’ailleurs été réduites. Il est théoriquement impossible d’obtenir une carte à l’année. Il est donc impératif de pouvoir prouver, si cela est nécessaire, que vous avez besoin de vos accréditations. Le coût de la carte annuelle s’élève à 35 euros. Une carte de 15 jours coûte quant à elle 25 euros. Comme vous pouvez le constater, il est beaucoup plus intéressant sur le plan pécuniaire, d’être un peu combatif. En cas de refus, je vous conseille de reprendre la file d’attente. À moins que vous ne soyez particulièrement malchanceux et que vous ayez à faire au même bibliothécaire, vous pourrez retenter votre chance et peut-être obtenir vos accréditations…

  • Deuxième étape : consulter les premiers ouvrages

Muni de votre précieux sésame, vous allez enfin entrer dans l’antre de la BNF et descendre au rez-de-jardin. Avant d’accéder aux livres, vous devez néanmoins réserver votre place. Il faut choisir la salle dans laquelle vous souhaitez aller. Comme vous êtes historiens, je vous conseille d’aller en salle L (département histoire). Pour réserver votre place adressez-vous à l’accueil du rez-de-jardin situé avant les bornes d’accès à carte. Voici un petit plan du rez de jardin.

Plan du rez-de-jardin de la BNF François Mitterrand

Plan du Rez-de-jardin (source)

Après avoir un peu cherché la salle et votre place, vous êtes enfin arrivés à la BNF. Vous avez alors deux options : consulter les livres que vous avez toujours rêvé de lire, ou être un peu plus méthodique. Sur les rayonnages de la salle L se trouvent de nombreux livres en accès libre. Ils sont classés par aire géographique et par période. Je vous enjoins vraiment à aller consulter les livres sur votre période. Cela est très utile, puisque la lecture des livres de base vous permettra de mieux cerner votre propre sujet et d’avoir plus d’éléments de contextualisation. N’hésitez pas à lire dans des langues étrangères. Cela prend beaucoup plus de temps, mais c’est aussi extrêmement valorisé et valorisant quand on vient à bout de ces livres difficiles. Cela vous permet aussi de constituer une première bibliographie de base, puisque les ouvrages en libre accès sont considérés comme des livres majeurs et incontournables par les bibliothécaires qui les y ont placés.

Cette première recherche bibliographique doit être menée en parallèle avec un petit séjour en salle X. On la néglige souvent à cause des catalogues électroniques, mais elle contient de véritables trésors. Si vous cherchez des auteurs particuliers tels que les auteurs les plus connus au XVIe siècle, vous aurez des rayons entiers de livres qui les recensent. Ceci n’est qu’un exemple, mais vous voyez bien que cette salle est vraiment très riche, et qu’elle constituera l’une de vos premières étapes à la BNF. J’ai regretté amèrement de ne pas l’avoir su dès le départ, car j’ai été obligée de dépouiller ce type de liste au cours de mon Master 1.

Un conseil, si vous trouvez des titres de livres intéressants, créez un fichier électronique dans lequel vous conserverez les renseignements suivants : nom de l’auteur, prénom, titre, lieu de publication, date de publication, nombre de pages et surtout endroit où vous avez trouvé ce livre. Vous gagnerez un temps précieux. Pour cela, vous pouvez utiliser un logiciel de bibliographie comme ZOTERO, qui vous permettra de classer et d’avoir accès en permanence à vos titres.

  • Troisième étape : commander des livres à partir du catalogue de la BNF

Le catalogue de la BNF est très difficile à utiliser. Pour apprendre à vous en servir, je vous conseille vivement de prendre part au cours dispensé le jeudi à 14h30 à la BNF François Mitterrand par des conservateurs. Cette formation dure 2h30. Elle est très bien faite et vous donne un très bon aperçu des collections de la BNF. En attendant d’assister à ce cours, voici quelques conseils de base.

Il faut toujours privilégier la recherche avancée à la recherche simple. Vous trouverez beaucoup plus facilement vos textes. Si vous ignorez le titre du livre dont vous avez besoin, vous pouvez vous servir de la catégorie « index », qui vous permet de chercher dans la base auteur. Voici la façon avec laquelle vous devez écrire leur nom et prénom : Vilar, j. Évitez de mettre les articles du type le, la, les dans le début de vos titres. Par exemple ne cherchez pas à « le saucisson sec », mais à « saucisson sec ». Si vos titres sont trop longs, coupez les. Si vous cherchez des titres antérieurs au XVIIe siècle, n’oubliez pas qu’il n’y a pas d’orthographe à cette époque. Il faut donc en tester plusieurs. Les majuscules comptent aussi ! Pour ce qui me concerne cela implique, par exemple, de chercher  Reine Marguerite, royne Marguerite, Reyne Marguerite…

Si vous ne trouvez toujours pas votre livre, n’hésitez pas à aller en banque de salle et à demander de l’aide au bureau « aide à la recherche bibliographique ». Dans le cas où vous seriez chez vous, vous pouvez écrire à un groupe de bibliothécaires appelé SINBAD. Ce service est particulièrement efficace.

  •  Quatrième étape : communication des ouvrages

Pour commander le livre, vous devez être sur l’un des ordinateurs de la BNF. Cliquez sur consulter puis n’oubliez pas de confirmer votre commande. On vous demandera de vous identifier. Il suffit pour cela de mettre votre carte sur le lecteur prévu à cet effet. Attention, la communication est loin d’être automatique. Il faut attendre plus de ¾ d’heure en général avant d’avoir le livre. On peut suivre son cheminement sur les ordinateurs de la BNF. Inutile d’aller en banque de salle tant que le terme « arrivé » n’apparaît pas. Pour aller chercher le livre, il faut aller à la banque de salle qui correspond à votre place. Si vous êtes en place Lx vous devez vous rendre en banque L/M et vous adresser aux personnes qui se trouvent côté L. Pour ce qui concerne la documentation « classique », i.e. imprimés de format raisonnable, pas trop anciens ni fragiles, il suffit de récupérer vos imprimés en banque de salle pour les consulter à votre place. Il existe toutefois plusieurs types de documents spécifiques dont la consultation suppose l’attribution de places particulières.

Quelques types de documents spécifiques

  • Microformes et numérisations

Les ouvrages que vous avez commandés ne vous sont pas forcément communiqués sous la forme classique du livre. En effet, ils peuvent être reproduits sous forme de microformes ou de microfiches.

Vous allez pouvoir acquérir de nouvelles compétences dans le maniement des machines de lecture de ce type de document. (Soyez très patients, elles sont particulièrement capricieuses). A moins de vous trouver dans la salle O, qui est équipée de lecteurs au fond de la salle, il vous faudra monter dans les « loges » pour le visionnage.

microfilm

Pour avoir une chance de les trouver, mieux vaut s’adresser en banque de salle. Attention cependant, vous devez absolument laisser tous vos livres à votre place avant de monter car les livres sont interdits dans les loges pour éviter les photographies ! Dans le cas contraire, vous serez obligés de retourner à votre place et de chercher à nouveau les loges. Je précise aussi qu’il est inutile de demander désespérément de pouvoir consulter le livre à la place du microfilm Il ne vous sera pas communiqué. La BNF étant d’abord une bibliothèque de conservation, la priorité va à la protection des documents originaux : s’il existe une microfiche ou un microfilm, le document original n’est plus communicable aux lecteurs.  Encore une chose, lorsque vous montez dans les loges, sachez que vous ne pourrez pas faire de pause. Si vous partez plus de 10 minutes, votre place est automatiquement attribuée.

Certains documents reproduits sur microfilms ou microfiches ont fait l’objet d’une numérisation et sont directement consultables en ligne sur Gallica. Ceux qui ne sont pas libres de droits ne sont pas mis en ligne, vous pouvez alors soit commander les microformes, soit consulter la numérisation directement depuis les postes informatiques de la BNF. Vous pouvez savoir depuis les postes de la BNF si vous pourrez consulter le livre de chez vous. Au moment de visionner, si l’icône représentant le livre est floutée, cela signifie que le livre n’est consultable que depuis la BNF.

  • Les livres anciens, rares et précieux

Les recueils (liasses de documents non reliés et conservés dans des enveloppes) ainsi que les livres anciens et/ou fragiles peuvent nécessiter des conditions spécifiques de consultation. Si vous êtes dans ce cas, vous vous verrez attribuer une place « hémicycle », près de la banque de salle. Ne vous inquiétez pas, comme pour les places microformes, votre place d’origine ne vous est pas retirée. Vous pouvez donc consulter vos ouvrages avant de revenir à votre place.

L'Apocalypse de Saint-Amand" (IXème siècle) - Bibliothèque de Valenciennes, manuscrit 99

Les livres rares et précieux sont, quant à eux, conservés dans une salle spécifique : la salle Y. Il est inutile de vouloir réserver ces documents avec le catalogue. Vous devrez aller vous-même dans cette salle. Elle  peut être difficile à trouver : située entre les banques des salles U et V, elle est accessible par un ascenseur qui vous y amène directement. Après avoir passé le sas de sécurité identique à celui d’une banque, vous devrez déposer dans un coffre tous vos effets personnels à l’exception de vos outils de travail. Attention ! Comme dans les centres d’archives, les stylos sont bannis de cette salle, seuls les crayons à papier (et non les criteriums) sont autorisés. On vous donnera une place spécifique où  vous devrez remplir les demandes de communication de livres. Après une certaine attente, on viendra vous apporter à votre place votre livre. Les conditions de consultation sont cependant beaucoup plus strictes qu’en salle classique.

Vous ne devez pas toucher le livre. Comment faire pour tourner les pages alors ? Vous devez demander un signet. Cette bande de papier vous permet de saisir la page sans toucher le livre. En faisant bouger le serpentin vert qui tient ouvert le livre, vous pourrez tourner la page sans l’avoir touché. Comme vous pouvez vous en douter, les conditions de consultation de ce type de livre sont très fatigantes.

Prenez garde aux horaires spécifiques de cette salle. Elle ferme à 18 heures et non à 20 heures comme les autres. De même, des horaires spécifiques sont à respecter pour prendre des photographies : 9 heures – 11 heures pour le matin ; 16 heures – 17 h 30 pour l’après-midi.

  • Grands formats et revues

Si vous devez consulter des documents de grand format (comme certains titres de presse par exemple), une place spécifique vous sera aussi attribuée. Comme pour les places hémicycle, il s’agit d’une place spécifique de votre salle, équipée de larges pupitres de façon à assurer une consultation optimale pour ce type de documents.

Lorsque vous consultez des revues anciennes, il arrive que plusieurs numéros non reliés soient conservés dans des boites ou enveloppes. Vous pouvez les consulter directement à votre place, mais seulement une à la fois, pour éviter les mélanges.

Préparer une visite sur le site François Mitterrand

  • De chez soi

Après avoir entré l’item « catalogue général de la bnf » sur google, vous pouvez cliquer sur réservation (en haut à droite). Le serveur vous demande alors de vous identifier. Créez alors votre propre compte. De cette façon, vous pourrez réserver des places à l’avance, ainsi que des livres. Attention, le nombre de livres est limité à 5 et  vous ne pouvez pas réserver plus de 5 places. Il faut aussi être assez ponctuel, puisque vous avez droit à 30 minutes de retard et à 1 heure d’avance. En cas de retard, votre place sera supprimée, et vos livres renvoyés. Je vous conseille de réserver vos places assez tôt, parce que ce système est très utilisé, et que le nombre de places réservables est limité.

Il y a un cas particulier dans les réservations, celui de la place réservée après
16 heures. Dès votre arrivée, vous êtes obligés de vous adresser en banque de salle pour que les conservateurs vous donnent une place. En effet le serveur, dans cette situation précise, vous attribue un nombre imaginaire pour vous permettre de réserver des ouvrages, mais vous n’avez en réalité, pas de place en salle.

Attention : le système de réservation des livres ne fonctionne malheureusement que pour la BNF François Mitterrand.

  • À la BNF

Si vous n’avez pas terminé un ouvrage emprunté, vous pouvez le réserver pour le lendemain. Si vous n’avez pas réservé de place à l’avance, cela vous permet d’en obtenir une et de réserver d’autres livres. Ce système fonctionne uniquement le jour pour le lendemain.

Photocopies, photographies, numérisations…

À la BNF, le coût des reproductions est assez élevé. Vous avez trois options :

Faire vous-même la reproduction en utilisant les photocopieuses de la BNF ou leur équivalent pour les microfilms. Pour cela, vous devez vous adresser à la banque de salle, qui vous indiquera à qui vous devez soumettre votre demande. Attention pour l’Arsenal et d’autres sites, il faut avoir de la petite monnaie (1 ou 2 euros) pour payer la reproduction, puisqu’il s’agit d’une machine et que l’Arsenal ne possède pas de convertisseur de billets.

Commander sur le site Internet de la Bnf une reproduction. Cela fonctionne pour tous les sites de la Bnf (Arsenal…). C’est beaucoup plus pratique puisque vous payez en carte bancaire, et que vous recevez les numérisations sur votre ordinateur, si vous choisissez la solution la moins onéreuse. Avec un logiciel de traitement de photographies, vous lirez beaucoup plus facilement vos textes que sur des photocopies de plus ou moins bonne qualité.

– Ne pas payer la reproduction en prenant des photos.

Quel que soit l’option choisie, vous devez absolument : Faire une demande de reproduction à la banque de salle ; Remplir une demande d’autorisation de reproduction pour chaque ouvrage. Attention : seuls les livres publiés avant 1920 peuvent être reproduits de cette manière. Les spécialistes de l’histoire très contemporaine seront donc condamnés à payer la reproduction.

Si vous souhaitez inclure des photographies dans votre mémoire, vous n’avez aucun souci à vous faire quant à la clause de non diffusion, puisque vous ne le publierez pas. En revanche, si vous étiez amené à publier votre mémoire sous quelque forme que ce soit, il vous faudrait reprendre contact avec la BNF pour vous acquitter des droits spécifiques liés à la publication des reproductions.

Après avoir rempli les documents idoines, le conservateur vous attribue une place hémicycle, car il est formellement interdit de prendre des photos à votre place. Je vous invite à lire un article à paraître sur le site « les outils informatiques pour les historiens », qui vous donnera de précieux conseils pour prendre des photographies.

*

J’espère que ce petit billet aura pu guider vos premiers pas à la BNF. Si vous avez besoin de plus d’informations, je vous invite à explorer le site de la BNF, même s’il est particulièrement difficile de s’orienter dans la masse d’informations auxquelles on a accès. S’adresser aux professionnels de la BNF reste une solution très efficace.

Et n’hésitez pas à nous faire part, en commentaires, de vos propres conseils d’utilisation de la BNF…