Archives par étiquette : critique des sources

Que faire de Wikipédia ?

Voilà un bref billet qui couvait depuis un moment dans les soutes de devhist… Ces temps-ci, le temps vient toujours à manquer pour concrétiser les idées de billets, même si le carnet arrive à vivre, grâce aux contributrices et contributeurs qui acceptent de prendre le temps de partager ici leurs expériences, leurs réflexions, etc. (qu’ils et elles en soient encore une fois remerciées !). Il faut dire qu’entre les campagnes de recrutement et la prise de fonction d’un premier poste de MCF, le temps du blogging ne pouvait que se resserrer. Car, oui, bloguer prend du temps. Ce qui, accessoirement, implique que celles et ceux qui y consacrent ce temps considèrent que cela en vaut la peine, et non qu’il s’agit d’un passe-temps d’oisifs-qui-feraient-mieux-d’avancer-sur-[compléter-au-choix-la-suite], à bon entendeur… Mais j’arrête ici ce qui devrait être l’introduction du « que faire des blogs d’historien-nes » qui ne manquera pas de s’imposer ici un jour….

L’objet de ce billet est… Wikipédia. Vous savez, ce monstre numérique qui corrompt nos petites têtes blondes depuis 15 ans et dont certains se plaisent à dénoncer les travers… parfois à raison, parfois jusqu’à l’obsession. Continuer la lecture

Comment lire intelligemment une publication scientifique

Cette note est la version développée d’une fiche synthétique destinée aux étudiant-e-s de licence ou de master ayant à effectuer une lecture critique d’article scientifique – exercice qui me semble au moins aussi formateur que le traditionnel exposé, dans le cadre des TD notamment1 . Les premières années universitaires sont essentiellement vouées à l’acquisition de connaissances et de méthodes : on apprend beaucoup de choses, mais pas toujours comment se comporter face aux savoirs tels qu’ils sont élaborés par les auteur-e-s, mis à disposition par les bibliothèques et par le web, transmis par les enseignant-e-s. Or on pourrait presque soutenir que c’est lorsque l’on se met à décortiquer les produits (au sens premier du terme) académiques, lorsque l’on cherche à passer de « ce qui est dit » à « comment l’auteur-e a fait pour le dire », que l’on commence à devenir historien-ne, sociologue, économiste, géographe, démographe ou encore anthropologue2 . Dès le master, c’est vous qui serez en situation de produire de la connaissance, et, au fond, c’est sur le même type de critères que ceux qui s’imposent aux chercheurs-ses de métier que votre travail sera examiné.

L’enjeu n’est-il d’ailleurs qu’étroitement universitaire ? Continuer la lecture

  1. J’évite le terme de « fiche de lecture » qui, compris dans un sens trop scolaire, donne généralement lieu à un résumé-paraphrase suivi d’un « avis personnel » sans grand intérêt []
  2. Le lecteur aura noté que cette note embrasse différentes disciplines. Le but, en effet, n’est pas de faire un cours de méthodologie spécialisée, mais de fournir des clés valables pour toutes ces disciplines, celles-ci relevant de principes généraux identiques []

Faire une histoire quantitative de l’État ? Quelques réflexions historiographiques

En France, ces deux dernières décennies ont été le théâtre d’un incontestable renouveau de l’histoire de l’État contemporain, de telle sorte qu’il n’est certainement plus possible de le qualifier de « non-objet historique » (Rosanvallon, 1990 : 9). Le nombre des fonctionnaires constitue toutefois un angle mort des recherches en sciences sociales. Ainsi, le constat que Pierre Rosanvallon dressait pour l’État il y a plus de vingt ans s’applique très bien aujourd’hui à la question de ses effectifs : « le très petit nombre des travaux consacrés à l’histoire [du nombre des fonctionnaires] contraste singulièrement avec la vigueur des jugements qui s’expriment à son propos. (…) Il est peu de domaines dans lesquels le déséquilibre entre la masse des prises de position et la minceur des travaux érudits soit aussi frappant » (Ibid).

Une telle situation a permis l’édification d’un double mythe politique concernant le volume des effectifs de l’État : de tous temps la France compterait trop de fonctionnaires tandis que l’État lui-même serait bien incapable de compter ses effectifs Continuer la lecture

Faire une histoire orale du travail à la Sécurité sociale

Pourquoi croiser sources orales et histoire du travail au sein de la Sécurité sociale ? Une telle démarche ne va pas de soi. Cela s’inscrit à la fois dans un nouveau chantier de recherche, l’étude des « street levels bureaucrats » et une démarche méthodologique, le recueil et l’analyse de sources orales centrés sur les pratiques professionnelles d’une organisation complexe.

Les street levels bureaucrats de la Sécurité sociale

La catégorie des « street levels bureaucrats » est utilisée à l’origine pour analyser les fonctionnaires travaillant directement avec le public Continuer la lecture

Des dossiers de carrière aux sources construites : les entretiens biographiques

Ce billet méthodologique prolonge une récente contribution à Devenir historien-ne, centrée sur l’usage des dossiers de carrière dans l’histoire des enseignantes d’Éducation physique et sportive. Après l’étude de dossiers administratifs, notre recherche s’est en effet poursuivie sur la base de questionnaires mais aussi et surtout, d’entretiens biographiques.

Un corpus oral construit en plusieurs temps

Lettre de présentation, Questionnaire parcours d'enseignant-e-s

Lettre de présentation, Questionnaire parcours d’enseignant-e-s (cliquez pour agrandir)

Pour construire notre corpus oral, nous avons bénéficié, au-delà des contacts personnels noués lors d’un travail de master1 , du soutien du Syndicat National de l’Éducation Physique (SNEP) ainsi que de l’Association des Enseignants d’EPS (AEEPS)2. Ce syndicat disciplinaire ainsi que cette association de spécialistes ont diffusé par le biais de leurs listes privées, sites internet, fils d’informations et bulletins retraité-e-s – et ce à plusieurs reprises – un appel à compléter un questionnaire. Continuer la lecture

  1. SZERDAHELYI Loïc (2007), La mixité en EPS. Regards de professeures d’EPS sur les années 1960 et 1970, Mémoire de master 2 recherche en sciences du sport, Université Lyon 1 []
  2. Aujourd’hui nommée : Association pour l’Enseignement de l’EPS. Cette association est historiquement issue de l’Amicale des anciens élèves de l’École Normale Supérieure d’Éducation Physique []

De l’usage des dossiers de carrière dans l’histoire des enseignantes d’Éducation physique et sportive

Ce billet méthodologique s’appuie sur un travail de doctorat, soutenu en juin 2014 et intitulé : « Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989)1 . Pour mener à bien ce projet d’histoire sociale, au sein duquel le genre constitue une catégorie utile d’analyse critique, les dossiers de carrière ont constitué, au début de notre recherche, les sources privilégiées.

Des dossiers de carrière conservés aux Archives nationales

Versés par le Ministère de la Jeunesse et des Sports pour la période considérée, les dossiers de carrière des enseignant-e-s d’EPS sont conservés aux Archives nationales (AN). Les versements concernent différents statuts de personnels : professeurs hommes et femmes, moniteurs et monitrices, maîtres et maîtresses, professeurs-adjoints hommes et femmes, chargé-e-s d’enseignement, agents contractuels, auxiliaires. Classés alphabétiquement en fonction du cadre de fin de carrière, les dossiers sont en revanche rarement différenciés selon le sexe, femmes et hommes étant regroupés sous les mêmes cotes. Continuer la lecture

  1. SZERDAHELYI Loïc (2014), « Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989), Thèse de doctorat en STAPS et Histoire, sous la co-direction de Michelle ZANCARINI-FOURNEL et Philippe LIOTARD, Université Lyon 1. Thierry TERRET a également été co-directeur de cette thèse, avec Michelle ZANCARINI-FOURNEL, jusqu’à sa nomination comme recteur de l’académie de la Réunion en janvier 2013 []

Ce que la mise en ligne fait aux archives : à propos d’un MOOC

[Ce texte a été rédigé afin de préparer la séance consacrée aux cours en ligne ouvert à tous (28 mars 2014) de l’atelier de jeunes chercheurs Environnement numérique et écritures historiennes, lors duquel Aude-Marie Lalanne-Berdouticq a présenté la conception du cours La Première Guerre mondiale expliquée à travers ses archives.]

bandeau_MOOC

Bandeau d’illustration du MOOC sur la plateforme « FUN »

La Première Guerre mondiale expliquée à travers ses archives est le premier cours en ligne ouvert à tous (MOOC) historien diffusé sur la plateforme France Université Numérique (FUN). Il a été mis en place par une équipe de chercheurs de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (Annette Becker, Gilles Ferragu, Philippe Rygiel, Patrice Baubeau, Aude-Marie Lalanne-Berdouticq et Nicolas Patin) en partenariat avec la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC). Pensé pour durer une douzaine de semaines (janvier-avril 2014), il se compose d’autant de séances qui sont structurées de manière similaire : une courte introduction et une courte conclusion entourent trois capsules audiovisuelles, elles-mêmes divisées en trois ou quatre sous-parties (le tout dure entre 15 et 20 min.). À cela, s’ajoutent une série d’exercices (sous la forme de questions à choix multiples ou de commentaires de documents), un forum permettant d’échanger entre pairs et une frise chronologique Continuer la lecture

Comment utiliser les Mémoires d’Ancien Régime ?

Mémoires de Marguerite de Valois (édition de 1629)

Mémoires. Ce terme masculin, pluriel, avec une majuscule, caractérise une écriture de soi rétrospective et constitue un témoignage posthume légué à la postérité, un appel à des juges inconnus et désintéressés.

Étudier ces textes est une entreprise captivante. Ils constituent des recueils quasi inépuisables de ressources pour le chercheur qui, en les lisant, se place au cœur même de la vie de ces hommes – et ces femmes – qui jouèrent un si grand rôle dans le royaume de France. Les Mémoires regorgent de passion, de reproches, d’amour, de haine de la part de leur auteur qui, puisque le plus souvent il ne destine pas ses écrits à la publication, du moins de son vivant, peut se permettre d’exprimer ses sentiments sans crainte. Le mémorialiste peut ainsi se dévoiler et user de critique, parfois de manière cinglante, envers le pouvoir, les favoris ou la cour. Tous ces éléments, mêlés à la pleine implication de l’auteur dans le récit par le biais du moi, suscitent la curiosité du lecteur et le plaisir du chercheur.

Pourtant, étudier ces morceaux d’histoire, fourmillant d’idées, de personnages, d’anecdotes, représente un travail minutieux et nécessite une attention particulière. Parce qu’ils sont le fruit de vies différentes, d’époques différentes, parce qu’aucune forme rédactionnelle particulière ne leur est imposée, l’étude de Mémoires est une tâche qui peut s’avérer complexe1.

Un intérêt renouvelé

Après une période d’engouement spectaculaire pour les Mémoires au XIXe siècle, entrainant l’émergence de quelques importantes séries de publication2, l’intérêt pour ces textes s’est étiolé. Il ne reprit que dans les années 1970, lors du renouvellement des problématiques d’histoire sociale plutôt dirigées vers les classes populaires.

La disparition des grands paradigmes marxistes et structuralistes qui sous-tendaient bien des travaux d’après-guerre a transformé l’histoire sociale dans les années 1990. Ainsi, la volonté de travailler sur l’individu a été mise en avant, étudié pour lui-même dans sa trajectoire ou son parcours de vie, au fil desquelles le chercheur tente de discerner son ou ses identités, sa capacité d’intervention sur le monde, et les différences qui le singularisent des autres individus de son milieu. Le développement de la micro-histoire, au moment de l’essoufflement des enquêtes quantitatives, contribua à valoriser les documents qui permettent de retrouver chaque individu3. Aussi, un nouveau temps de l’historiographie de ces écrits est apparu. Il se distingue d’abord par une grande sensibilité à l’interdisciplinarité. Alors que la plupart des documents anciens n’occupent que les historiens, presque convaincus de leur monopole sur les témoignages du passé, ces écrits à caractère personnel intéressent les spécialistes d’autres disciplines (sociologues, littéraires, linguistes, anthropologues), tous prêts à bondir sur ces sources et à les soumettre aux modes d’interrogations propres à leurs démarches spécifiques. Il se caractérise également par un double recentrage de l’analyse : vers le scripteur d’abord, qui n’est plus considéré comme une voie d’accès à une psychologie collective mais bien comme une conscience individuelle qui doit être scrutée pour elle-même ; vers le document ensuite à la fois comme objet matériel dont l’aspect extérieur doit être étudié avec attention, et comme un texte qui n’est pas uniquement une source pour l’histoire des événements relatés4.

Cette vague d’intérêt est corroborée par la multiplication des études qui portent sur les récits de soi, à la fois dans le domaine de la vie privée, mais également vers des aspects plus intérieurs, plus personnels, voire confidentiels des individus. Elle est également appuyée par l’attrait des historiens pour la littérature dès les années 19905. En effet, depuis une vingtaine d’années, des œuvres majeures – pensons aux travaux de Henri-Jean Martin, Roger Chartier ou Noé Richter – ont donné au livre une place essentielle dans le champ d’étude des pratiques culturelles et tracé de nouvelles perspectives méthodologiques6. Au fil des travaux rassemblant des littéraires et des historiens, dépassant la simple matérialité de l’objet et s’intéressant également aux pratiques qu’il recouvre, toute la littérature est devenue un champ d’analyse historique7. Cela permet désormais d’approcher le « littéraire » comme réalité sociale ou sociopolitique, de traiter de l’histoire de la littérature, et de l’histoire des points de vue des littératures sur des réalités qui leur sont extérieures.

Les Mémoires, un témoignage de son temps

L’étude des Mémoires d’Ancien Régime fait transparaître un trait particulier de leur écriture, essentiel à une juste appréciation du genre : le caractère massivement posthume de ces textes. Tout semble en effet se passer comme s’ils n’étaient pas destinés à une publication, du moins immédiate, et leur état laisse parfois penser à aucune publication du tout. Si l’écrasante majorité des Mémoires est posthume, c’est pour une raison simple : écrit pour soi ou pour des proches, c’est le plus souvent par une trahison des dépositaires ou des héritiers que le texte devint un imprimé. Ces réflexions nous entraînent à considérer les Mémoires comme des objets littéraires spécifiques, boudant les règles du royaume des lettres. Ce sont au départ des manuscrits, dont il existe une ou plusieurs copies, envoyées à des destinataires bien précis. Ainsi, tout un espace de parole libre et sans sanction est créé, dans le contexte de censure de l’époque. Le mémorialiste peut ainsi s’exprimer sans crainte d’éventuelles représailles de la part de ceux qui auraient pu être froissés par le contenu de son œuvre, et dévoiler plus aisément le fond de ses pensées.

En outre, que le mémorialiste soit le centre de sa narration donne au lecteur l’impression de découvrir un témoignage, le récit d’événements vécus, donc authentiques. Ce sentiment est renforcé lorsque l’auteur parle de lui à la troisième personne.

Les Mémoires apparaissent ainsi comme un lieu propice aux évocations, personnelles ou plus générales, d’un temps révolu. Il ne s’agit pas d’une autobiographie, mais bien de l’écriture de l’histoire, dans laquelle on s’octroie la place que l’on croit mériter. Naturellement, il convient à l’historien de ne pas accorder trop de crédit aux éléments évoqués par le mémorialiste, dont l’œuvre est éminemment subjective. Pourtant, si la vérité historique ne peut être appréhendée seulement à partir de Mémoires, leur auteur témoigne d’une époque, d’une manière de vivre et d’écrire8.

Scruter le texte

La première étape nécessaire à l’étude de ces textes consiste à les replacer dans leur contexte. Naturellement, il faut veiller à ne pas les investir de la teneur globale d’une période, de ne pas en faire le réceptacle de tout et de préserver l’irréductible originalité de l’individu9. Outre une connaissance des grands événements de la période abordée dans les textes, considérer l’environnement dans lequel évolua l’auteur est un élément primordial qui doit se faire avant même l’étude de l’œuvre, afin de mieux la comprendre. S’agissant des XVIe et XVIIe siècles, le chercheur se doit de s’informer notamment sur la religion de l’auteur, sur ses positions politiques, sur ses fonctions militaires, mais également, puisqu’une telle étude concernerait l’écriture, sur l’éducation de l’auteur et son environnement culturel. La famille est également une notion à ne pas négliger : les ancêtres représentent le nom qu’il faut glorifier, les descendants sont très souvent les destinataires. De cette manière, une fois le mémorialiste mieux connu du chercheur, celui-ci pourra se pencher sur l’étude proprement dite de l’œuvre concernée.

L’étude de Mémoires nécessite une prise en compte de leur morphologie et de leur matérialité, lorsque l’original est consultable. A ce titre, il s’agit de prendre en compte de multiples entrées telles que la pagination, le format, la reliure, les ratures, les réécritures, autant de renseignements qui, généralement, sont visibles sur le document. Ces informations permettront de replacer ces textes dans le contexte de leur écriture, et d’envisager l’importance que ces pages revêtirent pour leur auteur : des corrections de mots peuvent laisser supposer un désir de s’exprimer correctement, et probablement d’être lu ; des corrections à propos de faits témoignent d’une réflexion au sujet de ce qui fut déjà écrit.

Sur cette double page manuscrite des Mémoires de Bassompierre (1579-1646), il est possible d’observer non seulement les ratures et corrections de l’auteur, mais également les ajouts dans la marge. Cela prouve l’attention portée le mémorialiste à son écrit, dans le probable espoir d’être lu, voire publié.

Toutes ces propositions ne sont en rien exhaustives, et l’anatomie des Mémoires originaux pourrait susciter bien d’autres remarques. Néanmoins, même en l’absence du manuscrit, il est possible d’évaluer le temps mobilisé par le travail d’écriture et de déduire la place qui lui est accordée, en considérant par exemple le nombre de pages. Notons également que l’analyse de l’original permet également de se rendre compte si les Mémoires ont été rédigés en une seule fois, et même, dans certains cas, s’ils sont le fruit d’une seule et même personne, par l’analyse de la graphie10. En outre, le titre est un indice précieux afin de déterminer dans quel état d’esprit les scribes rédigent leurs textes. La recherche des intitulés originels, trop souvent gommés par les éditeurs du XIXe siècle, est un préalable indispensable à l’étude du contenu. En effet, durant cette période de vaste (ré)édition des Mémoires d’Ancien Régime, certaines œuvres qui n’en étaient pas ont été classés sous ce vocable par erreur, pour plus de simplicité, ou, et c’est le cas le plus fréquent, parce qu’ils correspondaient à la « mémoire » de leur auteur, au récit de sa vie11. C’est de cette manière que certains chercheurs, pour lesquels l’aspect rétrospectif de l’écriture ne semble pas essentiel, n’ont pas fait cette distinction, qui nous semble pourtant indispensable. Enfin, il convient de noter que certains éditeurs ne se sont pas seulement contentés de rassembler les écrits du mémorialiste, mais firent également œuvre d’historiens. En effet, certaines notes de bas de page, des explications sur d’éventuels manques au manuscrit original ou sur des passages illisibles, la rédaction de tables détaillées aident le chercheur dans son travail d’investigation, et il nous semble utile de faire apparaître dans le travail de recherche, afin qu’il soit complet, ces éléments de l’œuvre imprimée.

Écouter le mémorialiste

L’analyse du contenu des Mémoires est sans doute l’étape la plus délicate, mais également la plus captivante d’une telle étude. Il s’agit enfin d’écouter ce que ces hommes ont eu à nous dire, d’entrer dans leur vie, de combattre à leurs côtés, de partager leurs exploits, de subir leur disgrâce. La situation d’exil ou de retraite volontaire favorise la rétrospection et l’introspection.

Il semble tout d’abord essentiel de déterminer, à partir du texte, les raisons exactes de l’écriture et le destinataire, préalables indispensables à une étude cohérente. C’est une question bien légitime : qu’est-ce qui a pu pousser ces gens d’arme à prendre la plume, à une époque où justement, ils méprisent les gens de lettres ?12 Lorsqu’il y eut disgrâce, quelles en furent les conditions ? Souvent cet aspect fut négligé par les chercheurs qui ne voyaient dans les Mémoires qu’un recueil d’exemples concrets, susceptibles de venir étoffer des études aux corpus de sources plus large. Quant au destinataire, sa connaissance sert à envisager pour qui le mémorialiste cherche à se justifier de ses actes : le duc de La Force par exemple, rédigea ses Mémoires pour son fils, utilisant son œuvre comme un manuel d’instruction pour une descendance qui se destinait à la même carrière que lui. Ces informations sont souvent explicitement fournies par les auteurs, qui utilisent dans bien des cas les premières pages du récit pour développer ces aspects. La possibilité de l’existence d’un éventuel destinataire non avoué doit également être prise en compte, notamment pour cerner ou non le désir du mémorialiste que son œuvre soit connue.

Il est également d’une importance cruciale de prêter une attention particulière à la teneur subjective du genre des Mémoires. En effet, puisqu’il s’agit d’une écriture de justification, que les actions doivent être mises en valeur, le mémorialiste ne peut s’en tenir aux faits, et ainsi agir en historien13.

La multiplication des promesses du mémorialiste de ne dire que la vérité et de garantir l’exactitude historique de la narration doit conduire l’historien à redoubler de méfiance et de ruse lorsqu’il aborde ces œuvres. Cet aspect est justement la raison principale de la réticence, durant de nombreuses années, des historiens vis-à-vis des Mémoires, dans lesquels le récit des événements était forcément faussé par les sentiments de l’auteur. Cela ne doit pourtant pas constituer une limite de l’analyse, bien au contraire : c’est justement dans les Mémoires que l’on peut appréhender l’opinion, la mentalité, la religiosité, et bien d’autres éléments que l’historien retrouvera dans les écrits de soi, plus aisément que dans d’autres types de sources.

  1. Les analyses proposées dans se billet s’inscrivent dans une réflexion plus globale issue d’une recherche doctorale en cours dont je rends compte sur mon propre carnet. Pour prendre connaissance de mon projet de thèse, je me permets de vous inviter à lire : « Projet de thèse – La mise en valeur de soi chez les mémorialistes des Guerres de Religion », Les Mémoires aux XVIe siècle, 28 novembre 2012 : http://memoires16.hypotheses.org/23. J’ai par ailleurs publié une proposition de grille d’analyse dans « Proposition de grille de recherche – Mémoires d’Ancien Régime », Les Mémoires aux XVIe siècle,  28 novembre 2012 : http://memoires16.hypotheses.org/33. []
  2. Pour n’évoquer que les deux plus retentissantes, citons la Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, depuis l’avènement de Henri IV jusqu’à la paix de Paris conclue en 1763, publiée par Petitot et Monmerqué entre 1820 et 1829 qui compte trente-huit titres, ou la Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, depuis le XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe, de Michaud et Poujoulat, composée de quarante-deux œuvres publiées entre 1836 et 1839. []
  3. Carlo GINZBURG, Carlo PONTI, « La micro-histoire », Le Débat, décembre 1981, p. 136. Ces tenants de cette micro-histoire expliquent « qu’un document vraiment exceptionnel (c’est-à-dire statistiquement infréquent) peut être beaucoup plus révélateur que mille documents stéréotypés ».

    []

  4. A ce propos, voir Jean-Pierre BARDET et François-Joseph RUGGIU (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2005, p. 7-13.

    []

  5. Christian JOUHAUD (dir.), « Littérature et histoire », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 49e année, numéro 2, 1994.

    []

  6. Henri-Jean MARTIN, Histoire et pouvoirs de l’écrit, Paris, Perrin, 1988 ; Roger CHARTIER, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987 ; Noé RICHTER, La lecture et ses institutions, Le Mans, Presses de l’Université du Maine, 1984. []
  7. [1] C’est ce constat qui a entrainé la création du Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire (GRIHL). []
  8. Christian JOUHAUD, Dinah RIBARD et Nicolas SCHAPIRA, Histoire, Littérature, Témoignage, Paris, Gallimard, 2009, p. 31. Ces auteurs présentent le mémorialiste comme le témoin privilégié de son temps, et les Mémoires comme exprimant le rapport qu’il entretient avec l’histoire.

    []

  9. Sur cette posture méthodologique, voir Nicole LEMAITRE, Le Scribe et le Mage. Notaires et société rurale en Bas-Limousin aux XVIe et XVIIe siècles, Ussel, Musée du Pays d’Ussel, 2000. []
  10. Les Mémoires de Richelieu, pour ne citer qu’eux, ont été rédigés par de nombreux secrétaires. []
  11. [1] Ainsi, des journaux qui ne portaient pas de nom lors de leur rédaction ont pu être rebaptisés au moment de leur publication, et devinrent alors des « Mémoires », classés comme tels dans les catalogues. Le Journal de Pierre de l’Estoile, publié en 1875 est une parfaite illustration de ce phénomène : qualifié de « registre » par son auteur, il se trouve dans la catégorie « Mémoires » dans les Sources de l’Histoire de France de Louis André et Emile Bourgeois. []
  12. Nous faisons ici une généralité d’une notion qui, quoique très fréquente, doit tout de même être nuancée : Théodore Agrippa d’Aubigné, par exemple, était à la fois un militaire qui rédigea ses Mémoires, et un poète. []
  13. Georges GUSDORF, Les écritures du moi, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 251. []

L’acculturation d’un attelage disciplinaire : Histoire du temps présent/Histoire orale

Exposition virtuelle Mai 68 et les historiens. Autour de l’histoire orale réalisée par Agnès Callu & Patrick Dubois

Au rang des grilles d’interprétation de l’histoire du temps présent s’inscrit – centrale – l’histoire orale1. Outil théorique transdisciplinaire agissant en frontière avec la sociologie et l’ethnologie quand elle repose sur l’enquête de terrain, privilégie l’observation participante et admet la synchronie, elle s’affiche toutefois, singulière, par son identité, son périmètre d’investigation, sa méthode de travail. C’est pourquoi, afin de mesurer l’attelage que nécessairement elle compose avec l’histoire du temps présent (en confluence et croisement, toujours, évidemment, avec la masse critique traditionnelle), il est fondateur, sur une rythmique ternaire : d’abord, de réfléchir à l’émergence dans les pratiques de travail du nouveau trio objet/historien/témoin et, plus encore, d’en évaluer les problématiques et les ouvertures ; ensuite, d’entendre la fonction sociale et le capital symbolique du témoignage ; enfin, d’intégrer la signature intellectuelle d’un vecteur technique, socle d’une source qui parle et, dans un premier mouvement, s’interdit presque consubstantiellement de s’écrire.

Le trio objet/historien/témoin

Pour s’extraire d’une historiographie très balisée, depuis les années 1980, à l’échelle internationale de l’Oral History comme à celle des questionnements français (ceux de l’Institut d’histoire du temps présent, l’IHTP, précisément, aux fondements), il est nécessaire de définir, au départ, un certain « courage » historiographique.

De fait, au regard du positivisme français, du scientisme d’une histoire profondément classicisante car de culture latine et au point cardinal de laquelle s’érige le monument d’écriture, seul gage de foi et de preuve, l’histoire orale (celle-là même qui renseigne, au plan psycho-historique, sur ceux qui fréquentèrent l’hier, l’avant-hier, le presque immédiat), oblique dès l’origine puisque – c’est truisme de le dire – elle accepte de sortir du cercle de travail initial pour s’installer non plus « contre » mais « en face » de son objet d’étude afin d’engager le dialogue.

Ce pas de côté – à réfléchir un instant aux habitus académiques fortement enracinés – est, en soi, une expérience, sinon traumatique, audacieuse pour le moins, quand elle ne recule pas devant l’étrangeté d’une « invention » ; et c’est vrai, cela en compose une, et pas des moindres, lorsque l’on décide d’imaginer l’outillage d’une relation diachroniquement dialoguée pour encadrer, afin de la mieux comprendre, une question du temps présent. Effectivement, d’ordinaire, l’objet historique, placé sur la table de travail, s’analyse sous les lignes d’un texte – iconique parfois, trop rarement – examiné dans l’intimité de la sphère historiens/traces écrites. Là, les conditions originelles sont changées : certes, l’objet demeure posé sur l’écritoire mais il est convoqué/invoqué par la parole rétrospective d’un tiers en sorte que dès lors tout bascule. L’intermédiation, hors du fait intrinsèque qu’elle casse la courroie directe entre le sachant et sa documentation, installe le propos dans un « u topos », un ailleurs intellectuel – autant sur le registre de l’événement que sur celui du discours. Et c’est ce bouleversement-là, soit l’instauration d’un trinôme de fait, secouant, voire dénonçant, les pratiques, les modes, les attentes, les aspirations et les codes universitaires qui dérange tant. Il faut y insister même si l’affaire est bien connue : la règle générique suppose le lien presque biologique du savant et de ses textes pour, en légitimité, avancer une proposition historique. Or soudain, surgit ici l’intermédiaire – impur par essence, intrusif car originellement greffé – et les ressorts acculturés sur un temps multiséculaire sont mis en déroute.

Dire/redire cette évidence-là de façon séminale l’installe à sa place, c’est-à-dire au premier plan. En effet, et il faut bien en mesurer les conséquences, ce schéma ternaire demeure aujourd’hui encore, sinon culturellement inédit, au moins approprié de façon fragmentée, et son acceptation fondamentale est toujours difficultueuse.

En plus d’entendre un changement chiffré : soit compter non plus jusqu’à deux dans l’espace de réflexion mais brusquement jusqu’à trois, l’historien doit, bien sûr, formuler la place assignée à chacun et, là encore, la répartition des rôles, leur verbalisation, est tendue. Au cœur, l’objet historique installé dans un présent compliqué/complexe car aux processus incomplets et inaboutis ; autour de lui, théoriquement en duo équitable, c’est-à-dire partagé dans l’harmonie et/ou en confrontation, l’historien et le témoin.

Le premier, l’historien, héritier de connaissances, expert dans leur exploitation et énonciations critiques, consolidé par l’acquisition continue de savoirs in progress, problématise le donné ; l’autre, le témoin, matérialité humaine d’une mémoire vive en soi à questionner, s’impose TESTIS obligé d’un présent-passé qui ne s’écrit qu’à hauteur d’hommes.

Reconnaître cette distribution, admettre ce postulat, c’est se dépouiller volontairement de peaux successives issues de terreurs intellectuelles presque irraisonnées mais très fortement enracinées : c’est déjouer le mythique empêchement dirimant de Duroselle qui affirme que seule la mort des témoins assainit la place historique ; c’est, en écho, redéfinir les concepts de recul et d’objectivité historiques sans les invalider au prétexte de leur inscription commune dans la contemporanéité ; c’est accepter le « handicap de l’a posteriori », jugé, un temps, insurmontable par Jean-Jacques Becker qui lui accole l’absolue caractéristique d’un discours toujours « T+1 » et, par définition, jamais « live » ; c’est repousser les multi-craintes, par ailleurs justifiées : de la construction/reconstruction, de la mémorialisation fragmentée, de l’absorption d’éléments externes sur la couche de souvenirs purement individuelle, de la collectivisation d’un récit oscillant du JE vers le NOUS, en conscience ou non, sous-maîtrisé ou non, de l’interaction qui suscite la conformité d’un discours mémoriel à l’attente du questionnement individuel de l’historien-enquêteur, de la restitution langagière, élitiste, acclimatée, brouillonne, nerveuse, sensible, maladroite etc. Denis Peschanski, singulièrement, a pointé les dérives possibles, il y a longtemps déjà.

Aussi bien la clarification des mises en place de chacun : objet historique et sujets au pluriel de son interprétation : l’historien et le témoin est-elle nécessaire pour caler un dispositif analytique qui intègre la prise de parole, la mise en parole comme facteurs fondateurs.

La fonction sociale et le capital symbolique du témoignage

De fait – énoncer les évidences est admis – parler permet de dire tout ce qui n’est pas écrit. Cela suppose – pour faire un instant de l’exégèse – tout ce qui ne s’écrit pas et tout ce qui n’a pas pu être écrit. Cette différenciation, un peu spécieuse à l’oral au moins, est cependant significative.

De fait le parler, on le sait bien, passe par des schèmes cognitifs, très différents de ceux de l’écrire. Parler, dire JE, instaure, sur le fond, la verbalisation d’un discours individuellement riche parce que, en épaisseur, identitaire. C’est vrai, parler fait avancer un MOI qui pense à, croit en, reproduit selon, invente en fonction de, s’engage pour, se questionne en faveur de etc.; en un mot, parler propulse les fondations socio-culturelles d’un individu. Mais, dans le processus énonciatif, le MOI ne circule pas tout seul : il convoque les AUTRES : ceux avec lesquels il est en frottement, en conjonction, ceux tels qu’il se les imagine, ceux tels qu’il croit les voir, ceux tels qu’il suppute qu’ils le voient etc. ; les AUTRES pour qui, par exemple, il est le suiveur d’un groupe ou a contrario l’initiateur d’un collectif. Enfin, dire JE inscrit le MOI dans une chronologie : celle-là propre de celui qui reparcourt sa vie devant un tiers racontant son enfance, ses vingt ans, sa maturité, son début de déclin peut-être ; celle aussi, surtout, qui répond, en miroir, à des classes d’âges solidarisées, consolidées par le facteur générationnel, dont on sait bien qu’il fait partager les valeurs, qu’il soude autour des traumas, qu’il invoque les figures référentes.

Et puis, mais le capital de dangerosité est extrême, l’histoire orale comblerait aussi les lacunes de périodes troublées, fracturées, clandestines aussi, par nature, peu propices à l’écriture : les renouvellements historiographiques des années 1990, cassant le mythe résistentialiste à la française, grâce à la création de corpus de témoignages « d’anciens » de Réseaux et Mouvements en est une des manifestations balisée. Toutefois la prudence est de mise car (tout est connu mais s’agit-il encore de le dire pour bien s’en pénétrer) si l’histoire orale couvre le champ de l’opinion, s’affiche comme un récit d’expérience, unique donc irremplaçable, on comprend combien il ne saurait être question de l’employer à des fins informatives. Par empirisme, de façon impressionniste et à la condition de compter sur l’intravalidité offerte par la puissance du corpus et des confrontations prosopographiques, elle peut renseigner sur des faits (à vérifier par ailleurs, toujours, c’est l’évidence) mais sa fonction première est autre : l’histoire orale trouve sa place dans un espace, sinon à délimiter, au moins fortement caractérisé par les notions « psychiques » d’impressions sur, de ressenti pour, d’humeurs contre, de jugements autour etc. Pour autant, l’histoire orale renseigne parfois – et nous sommes bien là alors dans le registre de l’information – quand elle inscrit dans la lumière les seconds couteaux, les n-2, -3, -4, bref ceux qui travaillent à l’ombre, dans l’ombre, sous l’ombre des puissants sans jamais signer en bas des pages. L’énarchisation des pratiques, la propulsion des hiérarques au premier plan – avec l’accélération administrative hypertrophiée que l’on connaît depuis le tournant des années 1970 -, rejetant dans le gris, voire le nulle part, tous les « non-premiers », rend d’évidence l’usage historien du témoignage fondamental. Avec lui s’éclaire au pluriel les processus de décision, les mouvements de mise en application qui, bien sûr, ne reviennent jamais à un seul mais sont le résultat d’actions groupées, cohérentes ou non, d’individus au travail.

Une interprétation des vecteurs pour une compréhension de la source

Cependant, on ne peut s’imaginer un seul instant apprécier la valeur du témoignage qu’à la condition d’accepter, en postulat de départ, que le vecteur qui le porte n’est jamais une plateforme neutre : par essence, l’outil-socle participe fortement à la configuration finale de la source fabriquée (jamais héritée, c’est là sa marque) et, de fait, à l’exploitation qui peut en être faite.

Aussi bien, parler du témoignage « tout court » ne veut-il rien dire car selon qu’il soit écrit, oral ou audiovisuel, son usage historien diffère.

Un instant sur ces trois variantes, bien connues, mais utiles à poser en cascade, se justifie.

Le témoignage écrit peut être direct ou indirect. Dans le premier cas, sans intermédiaire, il se lit à la manière des Confessions de Saint-Augustin, des démarches diaristes qui consistent en la rédaction d’un journal, de mémoires ou d’une autobiographie. Indirect, il est la transcription postérieure (par un tiers ou l’enquêteur lui-même) de l’entretien réalisé préalablement : démarche banalisée, modélisée, on le sait, notamment, par les disciples de Bourdieu ; indirect, il l’est encore, lorsque l’échange, est a posteriori mis en écriture, non plus au format d’un dialogue, alternant les locuteurs, mais à la manière d’un auto-récit produit par celui qui raconte la vie de « son témoin » : les volontaires du Mouvement ATD Quart-Monde, composant ce type d’écriture à valeur et projections mémorielles et identitaires, attestent, par leurs écrits rétrospectifs des combats et douleurs de populations sur-marginalisées, « oubliées de l’histoire » dès lors qu’installées hors des circuits de l’écriture.

Aussi bien pour le seul témoignage écrit, un travail de génétique textuelle s’avère donc absolument nécessaire afin d’effectuer la traçabilité du document « légué » : trace du premier jet manuscrit et analyses des ratures ; conditions phonétiques et/ou littéraires de la transcription ; schémas de la création pure enracinée dans la militance d’une attestation personnelle.

Ensuite, le témoignage oral. Dans un absolu intellectuel imaginaire, il s’affiche brut, apuré des scories, car par la magie d’un appareil (certes, ni neutre, ni invisible mais parfois rêvé comme tel), l’échange témoin/historien est soudain capté en direct. Ce « collage » au réel (en incise, il faut se souvenir que le philologue Ferdinand Brunot en connexion avec les industries Pathé, l’a fantasmé avant la Grande Guerre pour son Atlas linguistique de France et que Georges-Henri Rivière, en 1937, « vendant » à Jean Zay son futur musée des Arts et Traditions populaires, inventait un « musée de synthèse […] muséographiant l’évocation orale des réalités sociales et des croyances »), ce collage-là, envoûtant en raison même de cette proximité originelle, réclame toutefois un travail d’interprétation extrêmement long et difficile car transdisciplinaire. Entendre l’autre, sans le biais de l’écrit, exige de l’historien qu’il s’ouvre, se transforme en chercheur en sciences sociales, en homme pluriel qui soudain, doit réussir la combinatoire entre Histoire, Sociologie, Ethnologie, Linguistique, Philologie, Lemmatologie, Lexicographie : il s’imprègne d’une signature vocale, il entend la musicalité d’un phrasé, il s’approprie le tempo d’un discours, il écoute la scansion d’une conviction, il se familiarise avec les tics de langage, il mesure la rythmique d’une grammaire, il compte les occurrences, bref il absorbe et s’approprie les habitus d’un langage en son entier comme l’expression d’une pensée individuelle mais, au-delà, d’un milieu, d’une époque. Les réflexions récentes de Claire Zalc et Claire Lemercier autour des utilisations pointues et renouvelées du logiciel Hyperbase et surtout les très remarquables travaux de l’historien Damon Mayaffre sur le discours politique, les conditions de son énonciation et ses significations incarnent la tendance à suivre, à modéliser plus encore.

Quant au témoignage audiovisuel, faisant basculer le trio objet/témoin/historien vers un quatuor : objet/témoin/historien/réalisateur vs cameraman, sponte suo il enchante autant que, « à froid » ou « semi chaud », il fait craindre les dérives.

Assurément, au plan positif, on note, une sorte de mirage, comme l’alchimie d’une coagulation totale corps/parole/image/identité car la prise d’image, à la manière d’un sérum de vérité, ferait tout voir y compris les mensonges grâce au décryptage serré de la communication non verbale : les équipes de Yale, travaillant beaucoup au tournant des années 1980 sur les survivants de l’Holocaust, espéraient beaucoup, on s’en souvient, de ces « corps parlants » soudain lisibles car exprimant « pour de vrai » la transmission physique de la douleur. Toujours de ce côté-là, la caméra fouillante, explorante d’un environnement donné séduit : elle se saisit, par exemple, de l’imagerie d’une bibliothèque, vitrine elle-même des fondations intellectuelles des sujets pensants. Elle s’attarde sur des photographies, traces des liens sociaux (ceux du cercle de famille, témoins d’une socialisation) ; traces des maîtres à croire et à penser : ici, une photographie d’un homme politique, autel domestique d’une figure mythique de laquelle on se revendique. Elle capte encore la documentation adjacente : une carte faisant revivre l’évolution d’un théâtre d’opération, une correspondance (ou son absence) attestant des sociabilités (positives/négatives) et des réseaux (utiles/toxiques).

Mais les points négatifs figurent aussi, voire s’imposent, quand ils font basculer le témoin dans la lumière crue de la prétendue médiatisation qui starifie celui qui parle, qui l’oblige – en résistance ou collaboration, collaborationnisme aussi parfois – à singer et à grossir le trait au prétexte d’un public imaginaire (jamais neutre), qui l’incite « à faire le show » à coup de petites phrases ou d’anecdotes faciles. Alors – et les dangers sont multiples et palpables – l’image cannibalise le discours, jouant les prédatrices pour celui qui soudain se met à jouer sa vie quand on lui demande, en sincérité, de tenter de la reparcourir.

En définitive, le duo Histoire du temps présent/Histoire orale compose bien un attelage séduisant tout autant qu’une sédimentation de freins ou d’obstacles pour l’historien. Il appartient à ce dernier de dilater son territoire en travaillant sur l’avant-hier et en faisant taire ses préjugés ontologiques sur le concept d’immédiateté presque un oxymore de l’histoire ; il lui faut dilater ses pratiques en mutualisant les disciplines et en écoutant ledit avant-hier comme s’étant joué à hauteur d’hommes et de femmes, témoins oculaires et auriculaires des faits ; il doit enfin dilater ses outils en écrivant l’histoire dans le périmètre d’un triangle isocèle Objet/Historien/Témoin qui sollicite, pour réussir, toutes les sources du temps présent (écrites, iconiques, audiovisuelles) en sorte l’archive traditionnelle héritée se déclive et se réinvente, « nouvelle vague » comme un témoignage fabriqué par un historien et ses thèses face à un témoin et ses souvenirs.


Pour aller plus loin :

Agnès Callu et Hervé Lemoine, Le Patrimoine sonore et audiovisuel français : entre archives et témoignages, guide de recherche en sciences sociales [préfaces de Jean Cluzel et d’Emmanuel Le Roy Ladurie, postface de Jacques Rigaud], Paris, Belin, 2005, 7 vol., 2500 p.[Prix Osiris de l’Institut de France/Académie des Sciences morales et politiques, Prix de la Recherche du Comité d’histoire de la Radiodiffusion, Prix spécial de l’Inathèque de France]. Voir une bibliographique critique sur le témoignage oral, T1, p. 323-347.

Agnès Callu (dir.), Le Mai 68 des historiens : entre identités narratives et histoire orale [avant-propos de Michel Zink, préface de Jacques Revel et postface de Daniel Roche], Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2010, 312 p.

Pascal Cordereix, Autour du français parlé : de Brunot à nos jours, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2007, 160 p.

Myriam Chimènes (dir.), La vie musicale sous Vichy,  Bruxelles, Complexe, 2001, 420 p.

Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2007, 120 p.

Damon Mayaffre, Le discours présidentiel sous la Ve République: Chirac, Mitterrand, Giscard, Pompidou, de Gaulle, Paris, les Presses de Sciences Po,  2012, 384 p.

Danièle Voldman (dir.), La bouche de la vérité ? : la recherche historique et les sources orales, Paris, CNRS, 1992, 161 p.

 

  1. Ce billet reprend le texte d’une intervention au colloque « Temps présent et contemporanéité » tenu  les 24, 25 et 26 mars 2011 et organisé par l’IHTP au Centre international d’accueil et d’échanges des Récollets. Présentation ; Programme []

Faire parler des dossiers de condamnés à mort

Comment faire « parler » les archives ? Et qu’en tirer pour la thèse ? Il n’existe guère de questions plus fondamentales au début d’un projet de recherche. On chercherait pourtant en vain une réponse simple à ce problème essentiel.

Ma thèse (voir ici) a pour objet l’étude du processus judiciaire conduisant à l’exécution d’un condamné à mort en Californie. Elle s’intéresse d’abord aux pratiques judiciaires et administratives au travers du procès, puis l’incarcération et enfin l’exécution. Un des paris de cette étude a consisté à choisir une durée d’étude longue, plus d’un siècle entre 1893 – le moment où l’État décide de retirer aux sheriffs de chaque comté la responsabilité des exécutions et d’organiser directement les exécutions – et la période contemporaine. Une des conclusions majeures à laquelle je suis arrivé, c’est que le processus se complexifie parce que plusieurs des acteurs dont la responsabilité est directement engagée dans cette mise à mort légale (juges, gouverneur), décident de prendre toujours plus de précautions avant l’exécution.

Or peu de documents sont plus à même de montrer cette complexification que les dossiers pénitentiaires des condamnés à mort. Il s’agit d’une série de 304 dossiers individuels datant de 1913 à 1967 ; les premiers ne présentent que quelques pièces très simples : mandat d’exécution, certificat de décès, etc. Mais par la suite la bureaucratisation croissante et la multiplication des dispositifs de surveillance et de précaution à l’œuvre entraînent de plus en plus de rapports et de documents de tout type. Pour faire une histoire des pratiques judiciaires et pénitentiaires de la peine de mort, s’approcher au plus près des condamnés jusque dans leurs derniers instants, on ne pouvait rêver meilleur corpus.

Un préalable concernant la langue

Doc. 1. Document passionnant mais difficile d’accès : écriture manuscrite, orthographe et syntaxe incertaine. Comment interpréter ? Ensuite comment traduire correctement ?

Mes dossiers, produits par l’administration pénitentiaire et la justice de l’État de Californie, sont évidemment en anglais. Ayant étudié aux États-Unis et travaillé en anglais, je n’avais pas d’inquiétude sur ma compréhension globale des sources. Toutefois, je n’étais et ne suis toujours pas bilingue mais j’ai un niveau suffisant pour travailler sur ces documents. Le recours au dictionnaire reste toujours nécessaire pour vérifier la justesse de la compréhension et pour s’assurer que connotation et sous-entendu sont bien justes (voir doc. 1).

C’est évidemment ce qui peut échapper au lecteur étranger. Toutes les opérations de transcription se révèlent donc un peu plus complexe. Travailler à partir d’une lettre manuscrite dont l’écriture est incertaine prend un temps plus important lorsque la langue est étrangère (voir doc. 2). Par la suite se pose toute la démarche de la rédaction. J’ai adopté une méthode assez fastidieuse mais qui m’a semblé la plus rigoureuse : toutes mes citations sont en français dans le texte de la thèse avec en note de bas de page la version originale américaine intégrale. Cela permet de garder toujours à l’œil le texte original et de pouvoir revenir sur la traduction, après l’avoir par exemple montré à un angliciste. Au-delà, cela me semble une démarche d’honnêteté vis-à-vis du lecteur, surtout lorsque l’on travaille en anglais, qui reste la langue étrangère la plus commune pour les lecteurs francophones.

Lire et relire avec l’esprit libre

Doc. 2. Document là-aussi hors du commun, unique dans le corpus. L’imagination d’un bandit qui prépare l’évasion qui n’aura jamais lieu.

Le premier objectif devrait être de parvenir à une connaissance intime de ses sources. Après une première étape de dépouillement – que vous ayez pris des notes à la main ou avec l’ordinateur, ou même que vous ayez photographié des corpus entiers sans faire de sélection – je crois qu’une première étape d’immersion assez longue est indispensable. Il faudrait pouvoir s’y mettre sans trop d’idées préconçues. C’est rarement possible puisque dès le début de la formalisation du projet de recherche, on a commencé à construire des hypothèses et l’on a parfois des objectifs assez clairs. Je suis parti dans ces dossiers, après un premier examen exploratoire, à la recherche d’éléments systématiques sur l’histoire sociale de ces condamnés ou à la recherche de la « pépite » : le récit plus ou moins structuré d’une « affaire », apte à me permettre de refaire une « micro-histoire » éblouissante à la Foucault dans Moi, Pierre Rivière… Ces désirs d’archives, la volonté plus ou moins avouée de vouloir imiter les maîtres sont difficilement évitables. L’étude de cas à partir du seul dossier n’a jamais été possible. Il a toujours fallu que je mette en résonnance un dossier avec la demande de grâce (contenant souvent au moins partie des minutes du procès, des lettres écrites au gouverneur, etc.), les décisions de justice et les coupures de presse. Par cette accumulation se dessine alors des cas. J’en ai ébauché une demi-douzaine dans ma thèse, un par grande période, comme exemple des transformations dont je retraçais les contours généraux. Par exemple, dans ma thèse, le cas de Theodore Durrant apparaît dans la partie procès (p. 67-70) puis dans celle sur l’incarcération (p. 393) et à nouveau brièvement dans la dernière partie sur l’exécution (p. 638-650).

D’autres fils m’intéressaient également : les conditions de vie des condamnés à mort dans le « couloir », les droits dont ils disposaient, réduits mais non inexistants, leur capacité de résistance allant de la révolte à la contestation en passant par des incartades diverses; tout ce qui avait trait au contentieux autour de leur condamnation, leur capacité à solliciter les tribunaux, notamment… Mais je ne crois pas que tout cela ait été véritablement structuré ou même clairement formulé dans mon esprit, il y avait des linéaments, le début de choses éparses à l’état d’ébauches. Un long temps de lecture et de fréquentation des sources me paraît donc indispensable même et surtout si vos sources présentent, comme les miennes, un aspect apparemment assez répétitif et routinier.

La pépite et l’infime

Doc. 3. Le formulaire est pré-imprimé et invite les médecins à vérifier le passage de chaque étape dans la mise à mort par le gaz, notez l’inconscience qui est mise en avant. Les médecins multiplient les remarques sur l’avant exécution.

Deux tendances opposées viennent à l’esprit avec ce type de sources que l’on peut qualifier de bureaucratiques ou tout du moins de systématiques :

– La recherche d’une bonne étude de cas : un dossier particulièrement riche offre du contenu digne d’être longuement analysé et entrant même en résonnance avec d’autres types de sources (type sources imprimées : coupures de presse & témoignages publiés dans mon cas).

– À l’inverse, le dossier en lui-même n’offrant pas immédiatement quelque chose vous semble banal et presque sans intérêt. Pourtant, vous découvrirez après un certain temps qu’il peut s’insérer dans une série, qu’il présente une déclinaison de quelque chose dont vous n’avez pas encore tout à fait la clé. Cela peut parfois être infime ou presque : une ou deux phrases, la mention d’un petit fait mais qui permet ensuite de construire un panorama varié et significatif de votre objet global (voir doc. 3).

Une orientation importante pour moi aura aussi été de réfléchir à la source elle-même et son évolution : la simple croissance matérielle de « mes » dossiers au fil des années a constitué un point de départ essentiel pour ma démarche puisqu’elle démontre que la gestion du « couloir » et le suivi des condamnés sont devenus de plus en plus bureaucratiques et précis (comparez doc. 4 et doc. 5).

Regarder les dossiers se transformer, devenir plus importants, présenter des expertises plus élaborées, de cette simple évolution découlait déjà un important travail d’analyse et d’interprétation. Pourquoi ? Comment ? Vers qui ? etc.

Moissonner

Doc. 4. À la veille de l’exécution, le condamné est surveillé en continu, ses repas et ses occupations sont soigneusement notés. Au début tout est manuscrit.

Une stratégie assez utile consiste ensuite à se créer 4 ou 5 grands thèmes que l’on souhaite exploiter et à « moissonner » systématiquement ses sources, à les passer au peigne fin ou au tamis, choisissez votre métaphore.

On retrouve ici l’idée du petit élément, la phrase, la paillette qui fera votre grosse pépite. J’avais ainsi choisi après la réflexion menée en DEA à partir de la bibliographie existante : discipline, psychiatrie, défense, etc. J’accumulais d’abord l’ensemble avant d’exploiter et de mettre en perspective. Il s’agit de recueillir toutes les citations, passages, situations se rapportant au thème. Sur la discipline, j’ai relevé ainsi toutes les situations ayant donné lieu à la production d’un rapport d’incident. Dans ces rapports, j’ai relevé les citations les plus intéressantes concernant le condamné, la faute commise et la peine octroyée. C’est de cette manière que l’on peut convoquer et mobiliser à l’appui de sa démonstration les éléments de sources.

Réfléchir à ce qui manque

Doc. 5. Mais vite, l’administration commence à produire de jolis formulaires ronéotypés.

Une dernière dimension, plus complexe mais sans doute très utile, consiste à réfléchir négativement sur nos sources. Qu’est-ce qu’on n’y trouve pas ? Et pourquoi ?

Dans ma démarche, la confrontation avec les « rapports d’exécution » rédigé par le corps médical a été ainsi particulièrement utile. L’exécution est toujours surveillée par deux médecins qui en suivent le déroulement. Ils sont chargés à la fin de certifier le décès du condamné. La répétition de remarques similaires sur des formulaires préremplis, la faiblesse des remarques concernant le condamné lui-même, la surabondance d’annotations sur ce qui précédait immédiatement l’exécution, tout cela indiquait un regard mécanique et comme obturé sur les exécutions (doc. 3).

De même, le faible nombre de rapports ayant trait à des incidents quant aux derniers moments des condamnés m’a poussé à m’interroger sur l’efficacité de cet encadrement. Je me suis interrogé sur les dispositifs de surveillance qui produisent cette obéissance ultime pour aller presque volontairement vers sa mise à mort.

En guise de conclusion

On le voit, l’histoire s’écrit péniblement par de longues séances de confrontations avec ses sources prises collectivement, individuellement, en groupe par tranche périodiques, par groupement géographique ou tout autre assemblage significatif. De ces difficultés, on tire cependant à la fin le grand plaisir de proposer une certaine intelligibilité à ce qui apparaissait au premier abord une confusion complète.

.

Sources des documents

  1. Lettre de sa mère au condamné Dewey CLARK, in dossier d’exécution « Dewey CLARK, #65615 », Department of Corrections, San Quentin Execution Files ci-après DC-SQEF, California State Archives, Sacramento, Calif. (ci-après CSA) F3918 :142.
  1. Plan d’évasion versé au dossier du condamné John SANTO in « John SANTO, #A26468 », DC-SQEF, CSA, F3918 :317-318.
  1. Rapport médical pour l’exécution du condamné Johnson CALDWELL in « Johnson CALDWELL #A28886 », DC-SQEF, CSA, F3918 :329.
  1. Rapport de veillée d’exécution pour le condamné Robert DESSAEUR, février 1953 in « Robert DESSAEUR, #A18425 », DC-SQEF, CSA, F3918 :278.
  1. Rapport de veillée d’exécution pour le condamné Harvey GLATMAN, septembre 1959, in « Harvey GLATMAN, #A50239 », DC-SQEF, CSA, F3918 :378.