Archives par étiquette : historiographie

Pour une histoire économique du politique

L’une des ambitions principales de notre ouvrage, publié récemment aux Presses de Sciences Po, est de souligner l’intérêt d’une approche du politique par l’économie. L’histoire économique du politique, telle que nous la concevons, étudie la fabrique du discours économique d’organisations politiques – en l’occurrence les partis socialistes français entre 1944 et 1981 – de son élaboration par des « experts » à sa publicisation par les dirigeants et les propagandistes. Il s’agit, en somme, de saisir les évolutions – ou involutions – de l’usage politique que font les partis socialistes de l’économie et, simultanément, d’évaluer leur attitude face aux avancées conceptuelles de la théorie économique (keynésianisme, marxisme, « école de la Régulation »). Cette approche épistémologique permet de réinsérer les partis dans une histoire économique dont ils sont trop souvent exclus sans justification et, réciproquement, de mettre en lumière l’importance de la thématique économique dans l’élaboration des stratégies partisanes, notamment en temps de crise.

Cette appréhension du politique par l’économie dynamise des champs de recherche que l’on croyait bien connus. Les travaux d’Adam Tooze en ont fourni un exemple magistral en 2006. En remettant l’économique au centre de la compréhension du régime nazi, l’historien britannique éclaire Continuer la lecture

L’histoire à travers champs

­Retour sur la conférence de Dan WADHWANI (Lille, 14 janvier 2016)

La corporation des historiens serait bien avisée de regarder comment se fait l’histoire en dehors de ses ateliers. Dans les champs de la science politique, de la sociologie ou de l’économie, elle y découvrira des tours de main et des usages variés et peut-être même un rapport nouveau au savoir historique.

La conférence donnée à Lille par Dan Wadhwani était le moment de discuter de la place qu’occupe aujourd’hui l’histoire dans les sciences du management et des organisations en revenant sur l’ouvrage qu’il a publié en 2014 avec Marcelo Bucheli chez Oxford University Press1 . Organizations in Time : History, Theory, Methods ne semble pas avoir encore suscité beaucoup d’échos en France et plus particulièrement chez les historiens français. L’alchimie de la réception des ouvrages étrangers est toujours très mystérieuse et il serait dommage que ce livre connaisse un sort similaire à celui d’un autre livre important The Logics of History, de William Sewell, auquel les auteurs d’Organizations in Time renvoient d’ailleurs souvent et dont la réception en France a été plutôt tardive2 .

Il n’est pas question de fournir ici un compte rendu exhaustif d’Organizations in Time mais il s’agit plutôt d’insister sur certains de ses apports essentiels et sur la discussion que les participants à la conférence du 14 janvier ont pu avoir. Disons d’emblée, toutefois, que ce qui fait la force de l’ouvrage tient Continuer la lecture

  1. Dan Wadhwani est professeur de management à l’Université du Pacifique (Californie) []
  2. Nous n’avons trouvé sur Cairn que 22 articles mentionnant l’ouvrage de William Sewell et, bizarrement, aucun compte rendu. La même recherche sur Persée ne permet d’obtenir aucun résultat []

Comment lire intelligemment une publication scientifique

Cette note est la version développée d’une fiche synthétique destinée aux étudiant-e-s de licence ou de master ayant à effectuer une lecture critique d’article scientifique – exercice qui me semble au moins aussi formateur que le traditionnel exposé, dans le cadre des TD notamment1 . Les premières années universitaires sont essentiellement vouées à l’acquisition de connaissances et de méthodes : on apprend beaucoup de choses, mais pas toujours comment se comporter face aux savoirs tels qu’ils sont élaborés par les auteur-e-s, mis à disposition par les bibliothèques et par le web, transmis par les enseignant-e-s. Or on pourrait presque soutenir que c’est lorsque l’on se met à décortiquer les produits (au sens premier du terme) académiques, lorsque l’on cherche à passer de « ce qui est dit » à « comment l’auteur-e a fait pour le dire », que l’on commence à devenir historien-ne, sociologue, économiste, géographe, démographe ou encore anthropologue2 . Dès le master, c’est vous qui serez en situation de produire de la connaissance, et, au fond, c’est sur le même type de critères que ceux qui s’imposent aux chercheurs-ses de métier que votre travail sera examiné.

L’enjeu n’est-il d’ailleurs qu’étroitement universitaire ? Continuer la lecture

  1. J’évite le terme de « fiche de lecture » qui, compris dans un sens trop scolaire, donne généralement lieu à un résumé-paraphrase suivi d’un « avis personnel » sans grand intérêt []
  2. Le lecteur aura noté que cette note embrasse différentes disciplines. Le but, en effet, n’est pas de faire un cours de méthodologie spécialisée, mais de fournir des clés valables pour toutes ces disciplines, celles-ci relevant de principes généraux identiques []

Écrire l’histoire ? Réflexions autour de deux ouvrages d’Ivan Jablonka

Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus (2012) et L’histoire est une littérature contemporaine (2014) constituent deux faces indissociables d’une même enquête. Ils ont pourtant, en apparence tout du moins, des sujets très différents. Le premier porte sur la biographie des grands-parents de l’auteur. Ce sujet s’inscrit dans un moment historiographique, qui voit depuis quelques années se substituer aux témoignages des Exécuteurs, victimes, témoins (Hilberg, 1994), ceux de leurs enfants et petits enfants (il n’est qu’à penser aux Disparus de Daniel Mendelsohn, 2006). Juifs polonais, Idesa et de Matès Jablonka sont d’abord présentés comme étant des opposants politiques persécutés pour leur engagement au sein du parti communiste, puis comme des exilés qui, réfugiés à Paris, vivront traqués jusqu’à être déportés. La biographie ne porte pas principalement sur cette dernière phase (déportation/mise à mort à Auschwitz-Birkenau), mais sur leur vie et les conditions de leur survie jusqu’en 1944. De nouveau, cela correspond à un moment historiographique, qui voit la centralité de la mise à mort céder le pas à un intérêt pour la vie juive en Pologne et une attention aux récits de survies mêmes temporaires. Cette histoire au ras du sol (pour reprendre la formule de Jacques Revel) conduit à aborder les petits problèmes et les grandes joies, les actes de solidarité et d’amitié, les trahisons et les abandons, vécus par ces individus et leurs proches entre les années 1920 et 1944. Ainsi, c’est moins l’exceptionnalité que la quotidienneté, moins des grands hommes et des grands faits, que des petites choses et des sans nom, dont les comportements et les actions sont observés à la loupe depuis les premières privations jusqu’à l’avènement de la Solution finale. Continuer la lecture

Faire une histoire quantitative de l’État ? Quelques réflexions historiographiques

En France, ces deux dernières décennies ont été le théâtre d’un incontestable renouveau de l’histoire de l’État contemporain, de telle sorte qu’il n’est certainement plus possible de le qualifier de « non-objet historique » (Rosanvallon, 1990 : 9). Le nombre des fonctionnaires constitue toutefois un angle mort des recherches en sciences sociales. Ainsi, le constat que Pierre Rosanvallon dressait pour l’État il y a plus de vingt ans s’applique très bien aujourd’hui à la question de ses effectifs : « le très petit nombre des travaux consacrés à l’histoire [du nombre des fonctionnaires] contraste singulièrement avec la vigueur des jugements qui s’expriment à son propos. (…) Il est peu de domaines dans lesquels le déséquilibre entre la masse des prises de position et la minceur des travaux érudits soit aussi frappant » (Ibid).

Une telle situation a permis l’édification d’un double mythe politique concernant le volume des effectifs de l’État : de tous temps la France compterait trop de fonctionnaires tandis que l’État lui-même serait bien incapable de compter ses effectifs Continuer la lecture

Faire une histoire orale du travail à la Sécurité sociale

Pourquoi croiser sources orales et histoire du travail au sein de la Sécurité sociale ? Une telle démarche ne va pas de soi. Cela s’inscrit à la fois dans un nouveau chantier de recherche, l’étude des « street levels bureaucrats » et une démarche méthodologique, le recueil et l’analyse de sources orales centrés sur les pratiques professionnelles d’une organisation complexe.

Les street levels bureaucrats de la Sécurité sociale

La catégorie des « street levels bureaucrats » est utilisée à l’origine pour analyser les fonctionnaires travaillant directement avec le public Continuer la lecture

L’histoire et ses publics : une question d’historiographie ou de modes de diffusion ?

HistManifLa récente publication, en libre accès (et pourtant par Cambridge University Press) d’un History Manifesto court et fertile en slogans par David Armitage et Jo Guldi fait du bruit en ligne.  Les auteurs avaient auparavant lancé le débat en présentant dans de nombreux séminaires un texte plus court appelant à un « retour de la longue durée » depuis une perspective « anglo-américaine ». Ce texte sera publié en français en 2015 dans les Annales HSS (seule une version anglaise préliminaire a été mise en ligne par les auteurs).  Les auteurs y défendent une alliance, qu’ils présentent comme toute naturelle, entre longue durée, sujets « sérieux » tels que l’histoire
politique, économique et environnementale, histoire s’adressant aux décideurs et outils de l’histoire numérique. Avec d’autres collègues, j’ai été sollicitée par la revue pour y répondre. Cette réponse dans les Annales sera centrée sur les enjeux de l’article vis-à-vis de l’histoire numérique et sur les problèmes que pose son silence pesant quant au rapport aux sciences sociales et aux questions de causalité. Continuer la lecture

Découvrez… l’Association française d’histoire économique (AFHE)

AFHE_logo[Billet co-écrit par : Patrice Baubeau ; Guillaume Daudin ; Stéphane Le Bras ; Claire Lemercier ; Nicolas Marty et  Émilien Ruiz]

Fondée en 1965, l’Association française d’histoire économique (AFHE) regroupe les chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants dont les travaux se rapportent à l’histoire économique, de l’Antiquité à nos jours et sur tous les terrains géographiques, sans se limiter aux historiens dans une définition disciplinaire étroite. Continuer la lecture

Des usages littéraires de l’histoire

Ceux qui comme moi aiment lire des listes d’appels à contribution — on a après tout les loisirs que l’on peut — seront familiers du petit jeu de renversement qui permet de produire pour ceux-ci des titres à moindres frais. Pouvoir des mots et mots du pouvoir. Tourisme en villes et villes de tourisme. La lampe torche dans les arts et l’art de la lampe torche. En lisant ici le billet de 2011 intitulé « Des usages historiens de la littérature », n’étais-je pas fatalement invité à produire un billet sur les usages littéraires de l’histoire ? Un billet, que dis-je ? Presque une dissertation de khâgne. J’ai déjà la liste d’exemples toute prête : on peut parler du drame historique à l’époque romantique, de la nouvelle historique à l’époque galante, de la chanson de geste à thème croisé, d’Hésiode, du médiévalisme ! Facile.

Continuer la lecture

« Compter les arbres » : une histoire des forêts méridionales dans la première modernité

 Je m’attendois que n’ayant jusqu’a present fait aucun voyage que dans vostre cabinet, parcourant un livre ou une carte de geographie, vous voudriez bien commencer à voyager en effet avec un voyageur et  un coureur de pays comme moy et avec une compagnie aussy charmante qu’estoit la nostre.

Louis de Froidour, Lettre I, 1667

 Travailler sur la forêt, lorsque l’on est historien, revient à heurter les certitudes : non, étudier les sylves n’est pas l’apanage des seuls géographes et autres biologistes ; non, elle n’est pas un objet abstrait que nous ne saurions nous approprier faute de formation. Elle est, bien à rebours, une ressource primordiale pour les Hommes de l’Époque moderne, à l’instar du pétrole et de l’électricité de notre siècle ; en tant que telle, elle génère à son corps défendant tout un entrelace d’interactions complexes qui font d’elle l’enjeu de luttes impitoyables pour se l’approprier. Communautés laïques, ecclésiastiques, nobles, particuliers… Tous ont en commun un féroce appétit pour le patrimoine ligneux. Une voracité que partage l’État monarchique, qui distingue dans le contrôle de la ressource sylvestre un moyen de s’implanter au plus près des populations les plus lointaines dans ce qu’elles ont de plus intime : leur rapport au bois. Ce sont ces interactions, entre sociétés et sylves, État et populations, forêts et individus, qui forment le cœur de ma thèse consacrée à la construction de l’État via le contrôle des étendues boisées dans l’espace méridional, tout au long de la première modernité. Continuer la lecture