Archives par étiquette : Interdisciplinarité

Pour une histoire économique du politique

L’une des ambitions principales de notre ouvrage, publié récemment aux Presses de Sciences Po, est de souligner l’intérêt d’une approche du politique par l’économie. L’histoire économique du politique, telle que nous la concevons, étudie la fabrique du discours économique d’organisations politiques – en l’occurrence les partis socialistes français entre 1944 et 1981 – de son élaboration par des « experts » à sa publicisation par les dirigeants et les propagandistes. Il s’agit, en somme, de saisir les évolutions – ou involutions – de l’usage politique que font les partis socialistes de l’économie et, simultanément, d’évaluer leur attitude face aux avancées conceptuelles de la théorie économique (keynésianisme, marxisme, « école de la Régulation »). Cette approche épistémologique permet de réinsérer les partis dans une histoire économique dont ils sont trop souvent exclus sans justification et, réciproquement, de mettre en lumière l’importance de la thématique économique dans l’élaboration des stratégies partisanes, notamment en temps de crise.

Cette appréhension du politique par l’économie dynamise des champs de recherche que l’on croyait bien connus. Les travaux d’Adam Tooze en ont fourni un exemple magistral en 2006. En remettant l’économique au centre de la compréhension du régime nazi, l’historien britannique éclaire Continuer la lecture

L’histoire à travers champs

­Retour sur la conférence de Dan WADHWANI (Lille, 14 janvier 2016)

La corporation des historiens serait bien avisée de regarder comment se fait l’histoire en dehors de ses ateliers. Dans les champs de la science politique, de la sociologie ou de l’économie, elle y découvrira des tours de main et des usages variés et peut-être même un rapport nouveau au savoir historique.

La conférence donnée à Lille par Dan Wadhwani était le moment de discuter de la place qu’occupe aujourd’hui l’histoire dans les sciences du management et des organisations en revenant sur l’ouvrage qu’il a publié en 2014 avec Marcelo Bucheli chez Oxford University Press1 . Organizations in Time : History, Theory, Methods ne semble pas avoir encore suscité beaucoup d’échos en France et plus particulièrement chez les historiens français. L’alchimie de la réception des ouvrages étrangers est toujours très mystérieuse et il serait dommage que ce livre connaisse un sort similaire à celui d’un autre livre important The Logics of History, de William Sewell, auquel les auteurs d’Organizations in Time renvoient d’ailleurs souvent et dont la réception en France a été plutôt tardive2 .

Il n’est pas question de fournir ici un compte rendu exhaustif d’Organizations in Time mais il s’agit plutôt d’insister sur certains de ses apports essentiels et sur la discussion que les participants à la conférence du 14 janvier ont pu avoir. Disons d’emblée, toutefois, que ce qui fait la force de l’ouvrage tient Continuer la lecture

  1. Dan Wadhwani est professeur de management à l’Université du Pacifique (Californie) []
  2. Nous n’avons trouvé sur Cairn que 22 articles mentionnant l’ouvrage de William Sewell et, bizarrement, aucun compte rendu. La même recherche sur Persée ne permet d’obtenir aucun résultat []

Comment lire intelligemment une publication scientifique

Cette note est la version développée d’une fiche synthétique destinée aux étudiant-e-s de licence ou de master ayant à effectuer une lecture critique d’article scientifique – exercice qui me semble au moins aussi formateur que le traditionnel exposé, dans le cadre des TD notamment1 . Les premières années universitaires sont essentiellement vouées à l’acquisition de connaissances et de méthodes : on apprend beaucoup de choses, mais pas toujours comment se comporter face aux savoirs tels qu’ils sont élaborés par les auteur-e-s, mis à disposition par les bibliothèques et par le web, transmis par les enseignant-e-s. Or on pourrait presque soutenir que c’est lorsque l’on se met à décortiquer les produits (au sens premier du terme) académiques, lorsque l’on cherche à passer de « ce qui est dit » à « comment l’auteur-e a fait pour le dire », que l’on commence à devenir historien-ne, sociologue, économiste, géographe, démographe ou encore anthropologue2 . Dès le master, c’est vous qui serez en situation de produire de la connaissance, et, au fond, c’est sur le même type de critères que ceux qui s’imposent aux chercheurs-ses de métier que votre travail sera examiné.

L’enjeu n’est-il d’ailleurs qu’étroitement universitaire ? Continuer la lecture

  1. J’évite le terme de « fiche de lecture » qui, compris dans un sens trop scolaire, donne généralement lieu à un résumé-paraphrase suivi d’un « avis personnel » sans grand intérêt []
  2. Le lecteur aura noté que cette note embrasse différentes disciplines. Le but, en effet, n’est pas de faire un cours de méthodologie spécialisée, mais de fournir des clés valables pour toutes ces disciplines, celles-ci relevant de principes généraux identiques []

Des dossiers de carrière aux sources construites : les entretiens biographiques

Ce billet méthodologique prolonge une récente contribution à Devenir historien-ne, centrée sur l’usage des dossiers de carrière dans l’histoire des enseignantes d’Éducation physique et sportive. Après l’étude de dossiers administratifs, notre recherche s’est en effet poursuivie sur la base de questionnaires mais aussi et surtout, d’entretiens biographiques.

Un corpus oral construit en plusieurs temps

Lettre de présentation, Questionnaire parcours d'enseignant-e-s

Lettre de présentation, Questionnaire parcours d’enseignant-e-s (cliquez pour agrandir)

Pour construire notre corpus oral, nous avons bénéficié, au-delà des contacts personnels noués lors d’un travail de master1 , du soutien du Syndicat National de l’Éducation Physique (SNEP) ainsi que de l’Association des Enseignants d’EPS (AEEPS)2. Ce syndicat disciplinaire ainsi que cette association de spécialistes ont diffusé par le biais de leurs listes privées, sites internet, fils d’informations et bulletins retraité-e-s – et ce à plusieurs reprises – un appel à compléter un questionnaire. Continuer la lecture

  1. SZERDAHELYI Loïc (2007), La mixité en EPS. Regards de professeures d’EPS sur les années 1960 et 1970, Mémoire de master 2 recherche en sciences du sport, Université Lyon 1 []
  2. Aujourd’hui nommée : Association pour l’Enseignement de l’EPS. Cette association est historiquement issue de l’Amicale des anciens élèves de l’École Normale Supérieure d’Éducation Physique []

Fragments sur les temps présents par… FTP

FTP (version actuelle)

FTP (version actuelle)

[Fragments sur les temps présents fête ses 6 ans. Pour l’occasion, le collectif a décidé de questionner d’autres chercheurs sur leurs activités en ligne, sur leur conception du rôle social des sciences sociales et la place qu’elles occupent sur le web, etc.

Un premier billet, « pour un humanisme numérique« , a été publié le 22 octobre par Fabien Escalona, politiste, spécialiste des évolutions de la social-démocratie et de la gauche en général.

Pour le deuxième, « entre extimité et éducation populaire » c’est votre serviteur qui s’y est collé à la demande Nicolas Lebourg ; qui publie ici en simultané ce billet visant à dresser un bilan de six années de présence en ligne…]

Comment est né FTP ?

À l’automne 2008, dans la cuisine du juriste Dominique Sistach. Depuis longtemps, j’avais l’idée de faire un site, l’idée d’une production non-marchande me plaisant, et ayant encore un grand et naïf espoir quant à l’outil de formation démocratique que pouvait être le web. Avec Dominique, on avait déjà fait diverses choses qui se voulaient d’intervention sociale du chercheur. On avait participé à monter une université populaire dans notre ville de Perpignan, fait des conférences le soir à l’œil en milieu associatif, commencé à blogger etc. Continuer la lecture

Découvrez… l’Association française d’histoire économique (AFHE)

AFHE_logo[Billet co-écrit par : Patrice Baubeau ; Guillaume Daudin ; Stéphane Le Bras ; Claire Lemercier ; Nicolas Marty et  Émilien Ruiz]

Fondée en 1965, l’Association française d’histoire économique (AFHE) regroupe les chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants dont les travaux se rapportent à l’histoire économique, de l’Antiquité à nos jours et sur tous les terrains géographiques, sans se limiter aux historiens dans une définition disciplinaire étroite. Continuer la lecture

Des usages littéraires de l’histoire

Ceux qui comme moi aiment lire des listes d’appels à contribution — on a après tout les loisirs que l’on peut — seront familiers du petit jeu de renversement qui permet de produire pour ceux-ci des titres à moindres frais. Pouvoir des mots et mots du pouvoir. Tourisme en villes et villes de tourisme. La lampe torche dans les arts et l’art de la lampe torche. En lisant ici le billet de 2011 intitulé « Des usages historiens de la littérature », n’étais-je pas fatalement invité à produire un billet sur les usages littéraires de l’histoire ? Un billet, que dis-je ? Presque une dissertation de khâgne. J’ai déjà la liste d’exemples toute prête : on peut parler du drame historique à l’époque romantique, de la nouvelle historique à l’époque galante, de la chanson de geste à thème croisé, d’Hésiode, du médiévalisme ! Facile.

Continuer la lecture

« Compter les arbres » : une histoire des forêts méridionales dans la première modernité

 Je m’attendois que n’ayant jusqu’a present fait aucun voyage que dans vostre cabinet, parcourant un livre ou une carte de geographie, vous voudriez bien commencer à voyager en effet avec un voyageur et  un coureur de pays comme moy et avec une compagnie aussy charmante qu’estoit la nostre.

Louis de Froidour, Lettre I, 1667

 Travailler sur la forêt, lorsque l’on est historien, revient à heurter les certitudes : non, étudier les sylves n’est pas l’apanage des seuls géographes et autres biologistes ; non, elle n’est pas un objet abstrait que nous ne saurions nous approprier faute de formation. Elle est, bien à rebours, une ressource primordiale pour les Hommes de l’Époque moderne, à l’instar du pétrole et de l’électricité de notre siècle ; en tant que telle, elle génère à son corps défendant tout un entrelace d’interactions complexes qui font d’elle l’enjeu de luttes impitoyables pour se l’approprier. Communautés laïques, ecclésiastiques, nobles, particuliers… Tous ont en commun un féroce appétit pour le patrimoine ligneux. Une voracité que partage l’État monarchique, qui distingue dans le contrôle de la ressource sylvestre un moyen de s’implanter au plus près des populations les plus lointaines dans ce qu’elles ont de plus intime : leur rapport au bois. Ce sont ces interactions, entre sociétés et sylves, État et populations, forêts et individus, qui forment le cœur de ma thèse consacrée à la construction de l’État via le contrôle des étendues boisées dans l’espace méridional, tout au long de la première modernité. Continuer la lecture

L’acculturation d’un attelage disciplinaire : Histoire du temps présent/Histoire orale

Exposition virtuelle Mai 68 et les historiens. Autour de l’histoire orale réalisée par Agnès Callu & Patrick Dubois

Au rang des grilles d’interprétation de l’histoire du temps présent s’inscrit – centrale – l’histoire orale1. Outil théorique transdisciplinaire agissant en frontière avec la sociologie et l’ethnologie quand elle repose sur l’enquête de terrain, privilégie l’observation participante et admet la synchronie, elle s’affiche toutefois, singulière, par son identité, son périmètre d’investigation, sa méthode de travail. C’est pourquoi, afin de mesurer l’attelage que nécessairement elle compose avec l’histoire du temps présent (en confluence et croisement, toujours, évidemment, avec la masse critique traditionnelle), il est fondateur, sur une rythmique ternaire : d’abord, de réfléchir à l’émergence dans les pratiques de travail du nouveau trio objet/historien/témoin et, plus encore, d’en évaluer les problématiques et les ouvertures ; ensuite, d’entendre la fonction sociale et le capital symbolique du témoignage ; enfin, d’intégrer la signature intellectuelle d’un vecteur technique, socle d’une source qui parle et, dans un premier mouvement, s’interdit presque consubstantiellement de s’écrire.

Le trio objet/historien/témoin

Pour s’extraire d’une historiographie très balisée, depuis les années 1980, à l’échelle internationale de l’Oral History comme à celle des questionnements français (ceux de l’Institut d’histoire du temps présent, l’IHTP, précisément, aux fondements), il est nécessaire de définir, au départ, un certain « courage » historiographique.

De fait, au regard du positivisme français, du scientisme d’une histoire profondément classicisante car de culture latine et au point cardinal de laquelle s’érige le monument d’écriture, seul gage de foi et de preuve, l’histoire orale (celle-là même qui renseigne, au plan psycho-historique, sur ceux qui fréquentèrent l’hier, l’avant-hier, le presque immédiat), oblique dès l’origine puisque – c’est truisme de le dire – elle accepte de sortir du cercle de travail initial pour s’installer non plus « contre » mais « en face » de son objet d’étude afin d’engager le dialogue.

Ce pas de côté – à réfléchir un instant aux habitus académiques fortement enracinés – est, en soi, une expérience, sinon traumatique, audacieuse pour le moins, quand elle ne recule pas devant l’étrangeté d’une « invention » ; et c’est vrai, cela en compose une, et pas des moindres, lorsque l’on décide d’imaginer l’outillage d’une relation diachroniquement dialoguée pour encadrer, afin de la mieux comprendre, une question du temps présent. Effectivement, d’ordinaire, l’objet historique, placé sur la table de travail, s’analyse sous les lignes d’un texte – iconique parfois, trop rarement – examiné dans l’intimité de la sphère historiens/traces écrites. Là, les conditions originelles sont changées : certes, l’objet demeure posé sur l’écritoire mais il est convoqué/invoqué par la parole rétrospective d’un tiers en sorte que dès lors tout bascule. L’intermédiation, hors du fait intrinsèque qu’elle casse la courroie directe entre le sachant et sa documentation, installe le propos dans un « u topos », un ailleurs intellectuel – autant sur le registre de l’événement que sur celui du discours. Et c’est ce bouleversement-là, soit l’instauration d’un trinôme de fait, secouant, voire dénonçant, les pratiques, les modes, les attentes, les aspirations et les codes universitaires qui dérange tant. Il faut y insister même si l’affaire est bien connue : la règle générique suppose le lien presque biologique du savant et de ses textes pour, en légitimité, avancer une proposition historique. Or soudain, surgit ici l’intermédiaire – impur par essence, intrusif car originellement greffé – et les ressorts acculturés sur un temps multiséculaire sont mis en déroute.

Dire/redire cette évidence-là de façon séminale l’installe à sa place, c’est-à-dire au premier plan. En effet, et il faut bien en mesurer les conséquences, ce schéma ternaire demeure aujourd’hui encore, sinon culturellement inédit, au moins approprié de façon fragmentée, et son acceptation fondamentale est toujours difficultueuse.

En plus d’entendre un changement chiffré : soit compter non plus jusqu’à deux dans l’espace de réflexion mais brusquement jusqu’à trois, l’historien doit, bien sûr, formuler la place assignée à chacun et, là encore, la répartition des rôles, leur verbalisation, est tendue. Au cœur, l’objet historique installé dans un présent compliqué/complexe car aux processus incomplets et inaboutis ; autour de lui, théoriquement en duo équitable, c’est-à-dire partagé dans l’harmonie et/ou en confrontation, l’historien et le témoin.

Le premier, l’historien, héritier de connaissances, expert dans leur exploitation et énonciations critiques, consolidé par l’acquisition continue de savoirs in progress, problématise le donné ; l’autre, le témoin, matérialité humaine d’une mémoire vive en soi à questionner, s’impose TESTIS obligé d’un présent-passé qui ne s’écrit qu’à hauteur d’hommes.

Reconnaître cette distribution, admettre ce postulat, c’est se dépouiller volontairement de peaux successives issues de terreurs intellectuelles presque irraisonnées mais très fortement enracinées : c’est déjouer le mythique empêchement dirimant de Duroselle qui affirme que seule la mort des témoins assainit la place historique ; c’est, en écho, redéfinir les concepts de recul et d’objectivité historiques sans les invalider au prétexte de leur inscription commune dans la contemporanéité ; c’est accepter le « handicap de l’a posteriori », jugé, un temps, insurmontable par Jean-Jacques Becker qui lui accole l’absolue caractéristique d’un discours toujours « T+1 » et, par définition, jamais « live » ; c’est repousser les multi-craintes, par ailleurs justifiées : de la construction/reconstruction, de la mémorialisation fragmentée, de l’absorption d’éléments externes sur la couche de souvenirs purement individuelle, de la collectivisation d’un récit oscillant du JE vers le NOUS, en conscience ou non, sous-maîtrisé ou non, de l’interaction qui suscite la conformité d’un discours mémoriel à l’attente du questionnement individuel de l’historien-enquêteur, de la restitution langagière, élitiste, acclimatée, brouillonne, nerveuse, sensible, maladroite etc. Denis Peschanski, singulièrement, a pointé les dérives possibles, il y a longtemps déjà.

Aussi bien la clarification des mises en place de chacun : objet historique et sujets au pluriel de son interprétation : l’historien et le témoin est-elle nécessaire pour caler un dispositif analytique qui intègre la prise de parole, la mise en parole comme facteurs fondateurs.

La fonction sociale et le capital symbolique du témoignage

De fait – énoncer les évidences est admis – parler permet de dire tout ce qui n’est pas écrit. Cela suppose – pour faire un instant de l’exégèse – tout ce qui ne s’écrit pas et tout ce qui n’a pas pu être écrit. Cette différenciation, un peu spécieuse à l’oral au moins, est cependant significative.

De fait le parler, on le sait bien, passe par des schèmes cognitifs, très différents de ceux de l’écrire. Parler, dire JE, instaure, sur le fond, la verbalisation d’un discours individuellement riche parce que, en épaisseur, identitaire. C’est vrai, parler fait avancer un MOI qui pense à, croit en, reproduit selon, invente en fonction de, s’engage pour, se questionne en faveur de etc.; en un mot, parler propulse les fondations socio-culturelles d’un individu. Mais, dans le processus énonciatif, le MOI ne circule pas tout seul : il convoque les AUTRES : ceux avec lesquels il est en frottement, en conjonction, ceux tels qu’il se les imagine, ceux tels qu’il croit les voir, ceux tels qu’il suppute qu’ils le voient etc. ; les AUTRES pour qui, par exemple, il est le suiveur d’un groupe ou a contrario l’initiateur d’un collectif. Enfin, dire JE inscrit le MOI dans une chronologie : celle-là propre de celui qui reparcourt sa vie devant un tiers racontant son enfance, ses vingt ans, sa maturité, son début de déclin peut-être ; celle aussi, surtout, qui répond, en miroir, à des classes d’âges solidarisées, consolidées par le facteur générationnel, dont on sait bien qu’il fait partager les valeurs, qu’il soude autour des traumas, qu’il invoque les figures référentes.

Et puis, mais le capital de dangerosité est extrême, l’histoire orale comblerait aussi les lacunes de périodes troublées, fracturées, clandestines aussi, par nature, peu propices à l’écriture : les renouvellements historiographiques des années 1990, cassant le mythe résistentialiste à la française, grâce à la création de corpus de témoignages « d’anciens » de Réseaux et Mouvements en est une des manifestations balisée. Toutefois la prudence est de mise car (tout est connu mais s’agit-il encore de le dire pour bien s’en pénétrer) si l’histoire orale couvre le champ de l’opinion, s’affiche comme un récit d’expérience, unique donc irremplaçable, on comprend combien il ne saurait être question de l’employer à des fins informatives. Par empirisme, de façon impressionniste et à la condition de compter sur l’intravalidité offerte par la puissance du corpus et des confrontations prosopographiques, elle peut renseigner sur des faits (à vérifier par ailleurs, toujours, c’est l’évidence) mais sa fonction première est autre : l’histoire orale trouve sa place dans un espace, sinon à délimiter, au moins fortement caractérisé par les notions « psychiques » d’impressions sur, de ressenti pour, d’humeurs contre, de jugements autour etc. Pour autant, l’histoire orale renseigne parfois – et nous sommes bien là alors dans le registre de l’information – quand elle inscrit dans la lumière les seconds couteaux, les n-2, -3, -4, bref ceux qui travaillent à l’ombre, dans l’ombre, sous l’ombre des puissants sans jamais signer en bas des pages. L’énarchisation des pratiques, la propulsion des hiérarques au premier plan – avec l’accélération administrative hypertrophiée que l’on connaît depuis le tournant des années 1970 -, rejetant dans le gris, voire le nulle part, tous les « non-premiers », rend d’évidence l’usage historien du témoignage fondamental. Avec lui s’éclaire au pluriel les processus de décision, les mouvements de mise en application qui, bien sûr, ne reviennent jamais à un seul mais sont le résultat d’actions groupées, cohérentes ou non, d’individus au travail.

Une interprétation des vecteurs pour une compréhension de la source

Cependant, on ne peut s’imaginer un seul instant apprécier la valeur du témoignage qu’à la condition d’accepter, en postulat de départ, que le vecteur qui le porte n’est jamais une plateforme neutre : par essence, l’outil-socle participe fortement à la configuration finale de la source fabriquée (jamais héritée, c’est là sa marque) et, de fait, à l’exploitation qui peut en être faite.

Aussi bien, parler du témoignage « tout court » ne veut-il rien dire car selon qu’il soit écrit, oral ou audiovisuel, son usage historien diffère.

Un instant sur ces trois variantes, bien connues, mais utiles à poser en cascade, se justifie.

Le témoignage écrit peut être direct ou indirect. Dans le premier cas, sans intermédiaire, il se lit à la manière des Confessions de Saint-Augustin, des démarches diaristes qui consistent en la rédaction d’un journal, de mémoires ou d’une autobiographie. Indirect, il est la transcription postérieure (par un tiers ou l’enquêteur lui-même) de l’entretien réalisé préalablement : démarche banalisée, modélisée, on le sait, notamment, par les disciples de Bourdieu ; indirect, il l’est encore, lorsque l’échange, est a posteriori mis en écriture, non plus au format d’un dialogue, alternant les locuteurs, mais à la manière d’un auto-récit produit par celui qui raconte la vie de « son témoin » : les volontaires du Mouvement ATD Quart-Monde, composant ce type d’écriture à valeur et projections mémorielles et identitaires, attestent, par leurs écrits rétrospectifs des combats et douleurs de populations sur-marginalisées, « oubliées de l’histoire » dès lors qu’installées hors des circuits de l’écriture.

Aussi bien pour le seul témoignage écrit, un travail de génétique textuelle s’avère donc absolument nécessaire afin d’effectuer la traçabilité du document « légué » : trace du premier jet manuscrit et analyses des ratures ; conditions phonétiques et/ou littéraires de la transcription ; schémas de la création pure enracinée dans la militance d’une attestation personnelle.

Ensuite, le témoignage oral. Dans un absolu intellectuel imaginaire, il s’affiche brut, apuré des scories, car par la magie d’un appareil (certes, ni neutre, ni invisible mais parfois rêvé comme tel), l’échange témoin/historien est soudain capté en direct. Ce « collage » au réel (en incise, il faut se souvenir que le philologue Ferdinand Brunot en connexion avec les industries Pathé, l’a fantasmé avant la Grande Guerre pour son Atlas linguistique de France et que Georges-Henri Rivière, en 1937, « vendant » à Jean Zay son futur musée des Arts et Traditions populaires, inventait un « musée de synthèse […] muséographiant l’évocation orale des réalités sociales et des croyances »), ce collage-là, envoûtant en raison même de cette proximité originelle, réclame toutefois un travail d’interprétation extrêmement long et difficile car transdisciplinaire. Entendre l’autre, sans le biais de l’écrit, exige de l’historien qu’il s’ouvre, se transforme en chercheur en sciences sociales, en homme pluriel qui soudain, doit réussir la combinatoire entre Histoire, Sociologie, Ethnologie, Linguistique, Philologie, Lemmatologie, Lexicographie : il s’imprègne d’une signature vocale, il entend la musicalité d’un phrasé, il s’approprie le tempo d’un discours, il écoute la scansion d’une conviction, il se familiarise avec les tics de langage, il mesure la rythmique d’une grammaire, il compte les occurrences, bref il absorbe et s’approprie les habitus d’un langage en son entier comme l’expression d’une pensée individuelle mais, au-delà, d’un milieu, d’une époque. Les réflexions récentes de Claire Zalc et Claire Lemercier autour des utilisations pointues et renouvelées du logiciel Hyperbase et surtout les très remarquables travaux de l’historien Damon Mayaffre sur le discours politique, les conditions de son énonciation et ses significations incarnent la tendance à suivre, à modéliser plus encore.

Quant au témoignage audiovisuel, faisant basculer le trio objet/témoin/historien vers un quatuor : objet/témoin/historien/réalisateur vs cameraman, sponte suo il enchante autant que, « à froid » ou « semi chaud », il fait craindre les dérives.

Assurément, au plan positif, on note, une sorte de mirage, comme l’alchimie d’une coagulation totale corps/parole/image/identité car la prise d’image, à la manière d’un sérum de vérité, ferait tout voir y compris les mensonges grâce au décryptage serré de la communication non verbale : les équipes de Yale, travaillant beaucoup au tournant des années 1980 sur les survivants de l’Holocaust, espéraient beaucoup, on s’en souvient, de ces « corps parlants » soudain lisibles car exprimant « pour de vrai » la transmission physique de la douleur. Toujours de ce côté-là, la caméra fouillante, explorante d’un environnement donné séduit : elle se saisit, par exemple, de l’imagerie d’une bibliothèque, vitrine elle-même des fondations intellectuelles des sujets pensants. Elle s’attarde sur des photographies, traces des liens sociaux (ceux du cercle de famille, témoins d’une socialisation) ; traces des maîtres à croire et à penser : ici, une photographie d’un homme politique, autel domestique d’une figure mythique de laquelle on se revendique. Elle capte encore la documentation adjacente : une carte faisant revivre l’évolution d’un théâtre d’opération, une correspondance (ou son absence) attestant des sociabilités (positives/négatives) et des réseaux (utiles/toxiques).

Mais les points négatifs figurent aussi, voire s’imposent, quand ils font basculer le témoin dans la lumière crue de la prétendue médiatisation qui starifie celui qui parle, qui l’oblige – en résistance ou collaboration, collaborationnisme aussi parfois – à singer et à grossir le trait au prétexte d’un public imaginaire (jamais neutre), qui l’incite « à faire le show » à coup de petites phrases ou d’anecdotes faciles. Alors – et les dangers sont multiples et palpables – l’image cannibalise le discours, jouant les prédatrices pour celui qui soudain se met à jouer sa vie quand on lui demande, en sincérité, de tenter de la reparcourir.

En définitive, le duo Histoire du temps présent/Histoire orale compose bien un attelage séduisant tout autant qu’une sédimentation de freins ou d’obstacles pour l’historien. Il appartient à ce dernier de dilater son territoire en travaillant sur l’avant-hier et en faisant taire ses préjugés ontologiques sur le concept d’immédiateté presque un oxymore de l’histoire ; il lui faut dilater ses pratiques en mutualisant les disciplines et en écoutant ledit avant-hier comme s’étant joué à hauteur d’hommes et de femmes, témoins oculaires et auriculaires des faits ; il doit enfin dilater ses outils en écrivant l’histoire dans le périmètre d’un triangle isocèle Objet/Historien/Témoin qui sollicite, pour réussir, toutes les sources du temps présent (écrites, iconiques, audiovisuelles) en sorte l’archive traditionnelle héritée se déclive et se réinvente, « nouvelle vague » comme un témoignage fabriqué par un historien et ses thèses face à un témoin et ses souvenirs.


Pour aller plus loin :

Agnès Callu et Hervé Lemoine, Le Patrimoine sonore et audiovisuel français : entre archives et témoignages, guide de recherche en sciences sociales [préfaces de Jean Cluzel et d’Emmanuel Le Roy Ladurie, postface de Jacques Rigaud], Paris, Belin, 2005, 7 vol., 2500 p.[Prix Osiris de l’Institut de France/Académie des Sciences morales et politiques, Prix de la Recherche du Comité d’histoire de la Radiodiffusion, Prix spécial de l’Inathèque de France]. Voir une bibliographique critique sur le témoignage oral, T1, p. 323-347.

Agnès Callu (dir.), Le Mai 68 des historiens : entre identités narratives et histoire orale [avant-propos de Michel Zink, préface de Jacques Revel et postface de Daniel Roche], Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2010, 312 p.

Pascal Cordereix, Autour du français parlé : de Brunot à nos jours, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2007, 160 p.

Myriam Chimènes (dir.), La vie musicale sous Vichy,  Bruxelles, Complexe, 2001, 420 p.

Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2007, 120 p.

Damon Mayaffre, Le discours présidentiel sous la Ve République: Chirac, Mitterrand, Giscard, Pompidou, de Gaulle, Paris, les Presses de Sciences Po,  2012, 384 p.

Danièle Voldman (dir.), La bouche de la vérité ? : la recherche historique et les sources orales, Paris, CNRS, 1992, 161 p.

 

  1. Ce billet reprend le texte d’une intervention au colloque « Temps présent et contemporanéité » tenu  les 24, 25 et 26 mars 2011 et organisé par l’IHTP au Centre international d’accueil et d’échanges des Récollets. Présentation ; Programme []

Où va l’histoire économique française ?

Comme l’écrivait Bernard Lepetit en 1989 à propos de l’histoire quantitative1 après l’acmé des années 1960 et 1970, l’histoire économique aujourd’hui n’est plus à la mode. En témoigne, par exemple, l’occurrence du terme dans la base de données de Ngrams de Google (qu’il faut manier avec prudence, comme j’ai pu l’écrire par ailleurs lors de son lancement) :

Interrogation de la base Google NGram Viewer : http://goo.gl/CnVyg

Un autre indice, encore plus anecdotique mais assez révélateur concerne la visibilité donnée à la publication d’un ouvrage collectif récent, dirigé par Jean-Claude Daumas, L’histoire économique en mouvement2.

Dans la librairie Gibert Joseph de Paris, le rayon histoire économique ne se trouve pas à l’étage « Histoire » mais à celui de l’économie et du droit. Je visite régulièrement cet étage, mais force est de constater que le visiteur occasionnel qui serait plus intéressé par l’histoire culturelle par exemple (courbe verte dans le graphique précédent), aurait beaucoup plus de chance de tomber par hasard sur des élucubrations récentes sur l’enseignement de l’histoire (à gauche sur la photo ci-dessous – voir les analyses récentes de ces ouvrages sur le carnet du collectif Aggiornamento)3  que sur l’ouvrage qui nous intéresse ici.

En outre, s’il se trouvait bien au 3e étage, en septembre, cet ouvrage paru le 30 juillet 2012 n’était pas placé sur la table des nouveautés mais tout près du sol, au pied de l’une des bibliothèques…

L’histoire économique en mouvement : entre bilans et perspectives

L’ouvrage est pourtant passionnant. Son point de départ relève d’un constat d’affaiblissement. Comme l’explique Jean-Claude Daumas dans l’avant-propos :

« C’est parce qu’elle faisait le constat de l’affaiblissement et des difficultés actuelles de l’histoire économique dans notre pays que la direction du Département des Sciences de l’Homme et de la Société du CNRS4  a créé, en mai 2007, le Réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) d’histoire économique avec pour mission de faire un audit de cette branche du savoir historique et de favoriser l’émergence de thématiques et de forces nouvelles ». (p. 13)

L’histoire économique en mouvement est le fruit des travaux de ce réseau : les discussions, quatre années durant, de divers rapports sur la situation de l’histoire économique et un colloque international sur « l’histoire économique vue d’ailleurs » tenu à Lyon en octobre 2010. Jean-Claude Daumas précise d’emblée que chaque auteur s’exprimant à titre personnel les communications pourraient parfois paraître divergentes ou contradictoires. Il s’agit ainsi, pour le directeur de l’ouvrage, « de faire réfléchir et d’alimenter la discussion » (p. 14). En effet, à travers le bilan proposé dans cet ouvrage, l’objectif est de nourrir « la discussion collective nécessaire pour dessiner l’avenir de l’histoire économique » (p. 15).

Je ne dispose malheureusement pas du temps nécessaire à la rédaction d’un véritable compte rendu critique de l’ouvrage mais il m’a semblé nécessaire de prendre celui d’un petit signalement. Je me contenterai alors de reproduire ici la quatrième de couverture, la table des matières complète (en l’agrémentant de renvois aux pages institutionnelles des 23 auteurs des 19 contributions que comporte le volume) et de citer les neufs propositions de J.-Cl. Daumas pour « redynamiser l’histoire économique » (p.42) en agrémentant le tout de quelques brèves remarques…

Présentation de l’éditeur

« L’histoire économique ne jouit plus aujourd’hui en France du prestige qui était le sien du temps de Braudel et de Labrousse, mais loin d’être le refuge d’une poignée de nostalgiques, elle ne cesse de se renouveler. Fruit d’une initiative du CNRS, ce livre s’interroge sur sa situation actuelle et ses perspectives de développement: poids des héritages, crise des paradigmes, rapports avec les autres secteurs de l’histoire et les disciplines voisines, chantiers en cours et thématiques émergentes y sont étudiés par les meilleurs spécialistes. De surcroît, sortant de l’hexagone, il donne à découvrir des travaux qui, au niveau international, sont en train de renouveler l’histoire économique et représentent autant de défis pour les historiens français.

Faisant justice des stéréotypes réducteurs, il montre enfin que l’histoire économique aide à penser la complexité et, en éclairant le présent par le passé, contribue à rendre intelligibles les problèmes de notre temps – des crises financières à la montée de la Chine en passant par la fin des campagnes ou l’accroissement des inégalités. »

Table des matières complète

  • Première partie : L’histoire économique en France aujourd’hui

Jean-Claude Daumas : « Où va l’histoire économique en France aujourd’hui ? Tendances, enjeux, propositions » ; Mathieu Arnoux : « Regards rétrospectifs » ; Raymond Descat : « Un point sur l’histoire économique de l’Antiquité » ; Laurent Feller : « Histoire du Moyen Age et histoire économique » ; Didier Terrier (avec la collaboration de Philippe Minard et Corine Maitte) : « L’histoire du commerce et de l’industrie à l’époque moderne : entre héritage assumé et pistes nouvelles » ; Gérard Béaur : « Histoire économique et histoire des campagnes : le renouveau d’un paradigme ? » ; Alain Chatriot et Claire Lemercier : « Institutions et histoire économique » ; Patrice Baubeau et Pierre Cyrille Hautcoeur : « L’histoire bancaire, monétaire et financière française depuis 1980 » ; Jean-Claude Daumas :  « La Business history à la française : deux ou trois choses que je sais d’elle » ; Claude Diebolt et Jean-Luc Demeulemeester : « Quo vadis ? Quel futur pour l’histoire économique en France ? Réflexions et recommandations par deux économistes » ; Michel Margairaz : « Histoire économique et sciences sociales : alliance, cohabitation, confrontation ? » ; Laurence Fontaine : « L’histoire économique et sociale : autour des changements de paradigmes » ; Carlo Belfanti : « L’histoire économique italienne à la recherche d’une nouvelle identité » ; Youssef Cassis : « L’histoire économique française vue d’ailleurs »

  • Deuxième partie : « L’histoire économique vue d’ailleurs »

Kenneth Pommeranz : « Repenser le changement économique de longue durée : la Chine, l’Europe et l’histoire économique » ; Peer Vries : « Un monde de ressemblances surprenantes » ; Maxine Berg : « Les siècles asiatiques de l’Europe. Asie, luxe et approches nouvelles de la révolution industrielle » ; Luciano Palermo : « Développement et crise dans une économie pré-industrielle : monnaie et crédit en Europe à la fin du Moyen Age » ; Rosa Congost : « Les pauvres peuvent-ils s’enrichir ? Une autre façon d’interroger la courbe de Kuznets » ; Morgan Kelly et Cormac Ó Gráda : « Population et niveau de vie dans la longue durée : l’histoire quantitative se mesure à Malthus »

*

Comme je l’indiquais plus haut, il m’est impossible ici de proposer un véritable compte rendu critique de cet ouvrage très riche. Je le regrette car certaines contributions sont passionnantes et mériteraient une attention bien plus large que celle des lecteurs intéressés pas l’histoire économique (je pense en premier lieu à Laurence Fontaine, auteure du magistral L’économie morale5 dont la contribution permet de se faire une idée des principales transformations épistémologiques de la discipline historique depuis les années 1970 ; ainsi qu’à celle d’Alain Chatriot et Claire Lemercier qui inscrivent leur analyse de l’émergence d’un intérêt pour les institutions en histoire économique dans un contexte interdisciplinaire qui impose de prendre en considération les transformations du rapport aux institutions entretenu par d’autres sciences sociales6 ainsi qu’à une réflexion sur les enjeux méthodologiques d’une histoire renouvellée des institutions.7

Redynamiser l’histoire économique ?

Je me contenterai donc ici de résumer les propositions du directeur de l’ouvrage concernant l’avenir de l’histoire économique, la plupart étant valables pour l’ensemble de la discipline. Elles concernent à la fois des enjeux de légitimation institutionnelle de l’approche et des propositions plus méthodologiques.

1. « Retrouver le sens du global et de la généralisation »

Jean-Claude Daumas dresse, malgré de vrai apports, une forme de constat d’échec de la microstoria car, selon lui : « tout se passe comme si la question de l’articulation des échelles d’analyse (pas seulement macro et micro mais aussi les niveau intermédiaires) avait été purement et simplement suspendue et sa solution renvoyée à plus tard ». Pour le directeur de l’ouvrage, il s’agit de mieux saisir les dynamiques économiques globales non en réhabilitant l’approche macroscopique mais en dépassant les oppositions entre « acteurs et structures, individu et société, micro et macro » (p. 44).

2. « Le rapprochement avec l’économie : une nécessité » et 3. « Complexifier le questionnaire »

L’appel à l’interdisciplinarité n’est pas nouveau. Pour J. Cl. Daumas, le rapprochement avec l’économie – par le dialogue entre spécialistes des deux disciplines, les titulaires d’une double-formation pouvant alors servir de « pont entre les deux communautés scientifiques » (p. 45) – est une nécessité pour l’historien qui cherche à affiner son questionnaire et de mieux l’inscrire dans les réflexions macro-économiques qui figurent « aujourd’hui à l’agenda de la recherche internationale » (p. 44).

En outre, cette ancrage interdisciplinaire implique de maintenir ou de renforcer des liens avec d’autres approches : celles de l’histoire sociale (« originalité de l’histoire économique française », p. 46), celle du « tournant culturel » qui implique de « prendre les acteurs au sérieux » par une prise en considération des représentations, des valeurs, etc. qui fondent leur comportements et leurs choix (p. 47).

4. « Quantification et formation aux méthodes statistiques »

Jean-Claude Daumas souligne insiste sur la nécessité d’une prise de conscience : « les illusions et les échecs du passé ne condamnent pas l’usage des méthodes statistiques qui peuvent rendre de grands services. » Selon lui, ne pas le comprendre, c’est risquer de s’empêcher de traiter des objets dont l’analyse suppose un « effort de quantification » et se trouver marginaliser sur le plan international, certaines écoles faisant du quantitatif un critère de scientificité des analyses d’histoire économique (p. 48-49).

En outre, la concomitance d’un certain désintérêt pour l’histoire économique d’une sorte de désaveu pour l’approche quantitative est flagrante (je pense d’ailleurs que de nombreuses mutations historiographiques récentes, depuis les années 1980-1990, peuvent être appréhendées par l’évolution du rapport des historiens non seulement aux méthodes mais aussi au matériaux quantitatifs). Ici encore, l’exemple est anecdotique mais donne un bon indice de la situation. L’occurrence du terme « histoire quantitative » suit une courbe assez similaire – quoique plus accentuée – à celle d' »histoire économique » depuis les années 1980 :

Interrogation de la base Ngram Viewer de Google : http://goo.gl/FVBd0

À ce titre, je me permets de rappeler ici que la lecture de l’ouvrage de Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, paru en 2008 et déjà signalé ici constitue un prérequis pour tout étudiant-e qui envisage de s’inscrire en master ou en thèse. Il ne s’agit en aucun cas d’un manuel complet pour apprendre à manier les statistiques en histoire, mais d’une introduction qui vous permettra de mieux appréhender le champ des possibles et de ne pas louper quelque chose si un jour vous êtes confrontés à des sources dont l’analyse gagnerait à la mobilisation d’une analyse quantitative.

5. « L’horizon de l’histoire globale »

Dressant le constat d’une historiographie française (pas seulement économique) qui combinerait « repli des recherches sur des sujets franco-français et ignorance relative des historiographies étrangères » (p. 50), Jean-Claude Daumas souligne l’importance des questions posées, « tant en termes de terrains, de sources, d’échelles et de méthodes – par cette histoire transnationale qui refus résolument tout européocentrisme » (p. 51) tout en affirmant que cette approche ne disqualifie pas la démarche comparatiste.

6. « Regard rétrospectif et réflexivité critique »

Dans cette section, le directeur de L’histoire économique en mouvement souligne l’importance d’une lecture critique de l’historiographie économique et appelle à une « lucidité collective [qui impose] qu’on cesse de prendre pour argent comptant les discours que la discipline a tenus (et continue de tenir sur elle-même ». Une réflexivité qui constitue une « nécessité pour la santé intellectuelle de l’histoire économique » (p.53).

7. « Créer une revue pluraliste ouverte au débat »

Pour l’auteur la création d’une revue pluraliste, i.e. qui ne serait pas représentative d’une seule école d’histoire économique constitue une « condition indispensable à la redynamisation de l’histoire économique parce qu’elle favoriserait tout à la fois le rassemblement de la communauté et l’émergence de thématiques et de forces nouvelles » (p. 54).

8. Publier en anglais : une nécessité à l’heure de la globalisation

La faiblesse de la réception des travaux français sur la scène historiographique internationale conduit l’auteur à considérer que malgré la bonne représentation des historiens français dans les colloques internationaux, il est nécessaire d’aller plus loin en créant, notamment, les conditions d’un meilleur apprentissage de la langue anglaise par les apprentis historiens et historiennes en favorisant, par exemple, « les séjours à l’étranger des doctorants et post-doctorants » (p. 57).

9. Sortir du ghetto académique pour participer au débat public

Jean-Claude Daumas conclut ses recommandations (et l’introduction de l’ouvrage) par un appel à une plus grande inscription des spécialistes d’histoire économique dans le débat public. Non pour en faire des « bateleurs d’estrade » mais pour qu’ils articulent mieux « recherche scientifique et présence dans la cité ». Selon le directeur de l’ouvrage, les historiens économistes ne se sont pas assez investis dans une prise « à bras-le-corps [des] questions d’aujourd’hui », contrairement à certains spécialistes étrangers.

Et le numérique dans tout ça ?

J’achèverai ici ce signalement en notant que la question de la formation des apprentis historiens et historiennes (économiques ou non) à une culture numérique commune est totalement absente de ce tableau. On peut le regretter dans une contribution dont l’objectif est en partie (celle résumée ici) de listes les défis que l’histoire économique devra relever à l’avenir. En effet, comme j’ai pu le souligner ailleurs8  la prise de conscience de l’importance de la formation aux outils informatiques et aux ressources numériques tarde parfois… Pourtant, tout en les dépassant, cette question rejoint parfaitement au moins deux propositions. La 4 d’abord, car le développement des méthodes quantitatives ne saurait se passer d’une prise en considération de celui des outils qui permettent aujourd’hui d’aller beaucoup plus loin qu’auparavant ; la 5 ensuite, car la création d’une revue en ces temps de crise de l’édition en sciences humaines et sociales ne saurait faire l’économie de la question du numérique et du libre accès9.

Gageons que la table ronde organisée par Frédéric Clavert et Claire Lemercier10  à l’occasion de la prochaine AG de l’association française d’histoire économique – dont je vous invite vigoureusement à visiter le carnet sur Hypothèses – permettra de contribuer à cette prise de consciences parmi les spécialistes d’histoire économique.

*

Vous avez lu l’ouvrage et souhaiteriez en faire un compte rendu critique, n’hésitez pas à vous proposer dans les commentaires !

  1. Bernard Lepetit, « L’histoire quantitative, deux ou trois choses que je sais d’elle« , Histoire & Mesure, n°3-4, 1989, pp. 191-199. []
  2. Jean-Claude Daumas, L’histoire économique en mouvement, entre héritages et renouvellements, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012, 405 p. 30€ []
  3. Outre des comptes rendus des ouvrages, ici, et le collectif Aggiornamento a proposé un dossier de 7 billets d’analyse des dossiers du Figaro Magazine et du Figaro Histoire qui ont, entre autre, fait une large publicité à ces opuscules []
  4. Entre temps, le département est devenu « Institut des sciences humaines et sociales » InSHS []
  5. Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 437 p., 20 €. Pour plus d’informations, voir les entretiens mis en ligne par Gallimard et le compte rendu par Philippe Minard sur La vie des idées []
  6. Sont pris en compte les divers « institutionnalismes » (en économie, en science politique – les trois « i » – et en sociologie économique), l’économie néo-institutionnelle, l’économie des conventions et de la régulation, la sociologie du droit – par opposition à l’histoire du droit []
  7. Sont ainsi évoquées les questions posées par les échelles – temporelles et spatiales – et par l’analyse critique des sources. []
  8. Je me permets de renvoyer à « Vers un socle commun de formation aux outils numériques ? » et « Les historiens seront-ils finalement programmeurs ? » deux billets publiés sur La boîte à outils des historiens, ainsi qu’à l’article que j’ai co-écrit avec Franziska Heimburger : « Faire de l’histoire à l’ère numérique : retours d’expériences« , dans Nicolas Delalande, Julien Vincent (dir.), « Le métier d’historien à l’ère numérique : nouveaux outils, nouvelle épistémologie ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°58-4 bis, supplément 2011, pp. 70-89 – Dont vous pourrez trouver en ligne une version mise à jour en anglais : « Has the Historian’s craft gone digital? Some observations from France », dans Elisa Grandi, Deborah Paci et Émilien Ruiz (éd.), « Digital History. La storia nell’era dell’accesso », Diacronie. Studi di storia contemporanea, n°10, juin 2012 []
  9. Sur ces questions, voir le carnet du Cléo ainsi que le repères de Marin Dacos et Pierre Mounier, L’édition électronique, Paris, La Découverte, 2010. []
  10. Tous deux en pointe sur ces questions : voir, notamment, leurs sites respectifs : Quanti-IHMC et Clavert.net []