Archives par étiquette : Littérature

Des usages littéraires de l’histoire

Ceux qui comme moi aiment lire des listes d’appels à contribution — on a après tout les loisirs que l’on peut — seront familiers du petit jeu de renversement qui permet de produire pour ceux-ci des titres à moindres frais. Pouvoir des mots et mots du pouvoir. Tourisme en villes et villes de tourisme. La lampe torche dans les arts et l’art de la lampe torche. En lisant ici le billet de 2011 intitulé « Des usages historiens de la littérature », n’étais-je pas fatalement invité à produire un billet sur les usages littéraires de l’histoire ? Un billet, que dis-je ? Presque une dissertation de khâgne. J’ai déjà la liste d’exemples toute prête : on peut parler du drame historique à l’époque romantique, de la nouvelle historique à l’époque galante, de la chanson de geste à thème croisé, d’Hésiode, du médiévalisme ! Facile.

Continuer la lecture

Des usages historiens de la littérature

L'Art et la Littérature par William-Adolphe Bouguereau[Ce billet est co-écrit par Émilie Gimenez et Maxime Martignon]

L’objet de ce billet sur les rapports entre littérature et histoire, écrit par deux étudiants qui s’y confrontent régulièrement, est encore le terrain d’un débat intellectuel particulièrement vif. Pour certains1 le texte littéraire est porteur de connaissances dont la découverte est rendue possible par une herméneutique intra-diégétique, c’est-à-dire que le travail de l’historien consiste essentiellement dans une critique interne et l’analyse de discours de la source littéraire. Pour d’autres2, des opérations de contextualisation spécifiques à la littérature (en tant que phénomène) permettent d’éclairer les textes et de les constituer en objets spécifiquement historiques.

La littérature ne peut se réduire à son étymologie, litterae, litteratura, qui renvoie à « la chose écrite ». La postérité d’une œuvre est construite par sa nécessaire lecture ; un texte littéraire est celui qui est jugé comme méritant d’être lu et relu. Georges Ohnet, mélodramaturge de la IIIe République, était plus vendu que Zola à la fin du XIXe siècle. Or, certains romans des Rougon-Macquart sont étudiés dans de nombreuses classes de l’enseignement secondaire. Comme le souligne Florence Dupont, « L’existence de la littérature suppose une séquence ouverte par une écriture spécifique, et close par une lecture non moins spécifique. Autrement dit, il n’y a de littérature que là où existe, en horizon d’attente, une institution littéraire »3. L’emploi du mot « littérature » semble désigner également les ouvrages qui témoignent de préoccupations esthétiques. Ici, il n’est question que de donner des conseils méthodologiques utiles pour des jeunes historiens qui souhaitent utiliser des textes a priori littéraires. Pour ce qui concerne ces débats, nous ne pouvons que renvoyer à l’ouvrage de Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard l’historien et la littérature4.

Aujourd’hui encore, il arrive d’entendre qu’il n’est pas possible d’utiliser la littérature comme source historique principale. Tout au plus, celle-ci peut être utile pour « l’ouverture » d’un mémoire. Elle apparaît alors comme un ornement esthétique au travail de l’historien et comme le moment du loisir dans l’argumentation.

Notre propos ici est de voir comment on peut prendre au sérieux cet ornement qu’est l’ouverture par la littérature à partir d’un cas concret de mémoire soutenu en 2011, et d’autre part d’apporter les éléments théoriques qui permettent de faire de l’histoire avec de la littérature.

Pratiques de l’ouverture littéraire

Le mieux pour raisonner sur la pratique de l’ouverture littéraire est de partir d’un cas concret. Nous citons le cas de Mélissa Bernier, étudiante à l’université de Besançon qui a soutenu un mémoire de M1 sur la caisse de secours de la mine de la Machine dans la Nièvre5. Son introduction était une réflexion générale sur la portée historiographique d’un texte incontournable pour qui travaille sur les mines, celui de Zola. Avec l’autorisation de son auteure, nous reproduisons ici cette « ouverture » pour pouvoir l’analyser.

Parler de la mine et des mineurs au XIXe siècle conduit nécessairement à penser à Zola et Germinal. Dans ce roman, publié en feuilleton dans Gil Blas à partir du 26 novembre 1884, Émile Zola (1840-1902) dresse le portrait d’un pays minier, certes fictif, mais en abordant tous les thèmes liés à l’état de mineur au XIXe siècle. Tous les points-clés sont traités comme les conditions de travail et de vie des ouvriers, leurs rapports avec la compagnie, leurs loisirs et leurs opinions politiques. Ces éléments forment le premier roman sur le peuple. Cette œuvre romanesque marque la culture des historiens6 car elle est fondée sur une enquête de terrain réalisée par l’auteur dans les mines d’Anzin du 23 février au 4 mars 18847. L’immersion étant pour lui la meilleure méthode d’investigation, Émile Zola est descendu dans un puits de mine et a visité un coron. Cependant, il s’agit d’un roman, il livre donc au lecteur sa représentation de la réalité et certains éléments sont fantasmés ou exagérés. Les éléments qu’il fournit ne peuvent pas être appliqués à la lecture de documents historiques dans le cadre d’une monographie.

Ce roman constitue une introduction aux rapports de force ou de soumission existants dans les entreprises industrielles au XIXe siècle. Les problèmes et enjeux liés aux caisses de secours sont résumés par les paroles de M. Hennebeau, directeur des mines de Montsou à une délégation d’ouvriers en grève :

« […] cette caisse de prévoyance que nous tolérerions bien volontiers si elle était seulement une épargne, mais où nous sentons une arme contre nous, un fonds de réserve pour payer les frais de la guerre. Et à ce propos, je dois ajouter que la Compagnie entend avoir un contrôle sur cette caisse »8.

L’emploi du conditionnel introduit les conditions posées par la direction quant à l’existence d’une caisse de secours ou de prévoyance. Cette forme verbale renvoie l’institution dans un lointain inacceptable qui fait antiphrase avec le mot « tolérer ». Il y a parallèlement une subversion du vocabulaire paternaliste en utilisant le champ lexical de l’armée. En effet, l’entreprise doit constituer une unité plus que l’affrontement entre deux armées. Si Zola répercute l’image négative des caisses de secours correspondant à l’imaginaire patronal, son écriture laisse à penser qu’il est du côté des ouvriers.

Dans le cas de la houillère de La Machine, la caisse de secours n’est pas devenue un objet de lutte entre les deux parties au XIXe siècle. Cette institution d’assistance a connu plusieurs changements dans sa gestion, toujours justifiés par l’intérêt commun. De plus, les caisses de secours ont trop souvent une image liée à la confrontation et à la grève, notamment par le biais du discours patronal qu’il s’agit ici d’analyser en étudiant celle de La Machine.

Zola par ManetIci, plusieurs éléments permettent de prendre au sérieux cette amorce. Il ne s’agit pas d’une citation jetée comme une évidence selon l’équation Mine = Germinal = réalité ou fiction. D’abord, M.Bernier s’attache à préciser la démarche d’auteur propre à Zola, en faisant implicitement référence aux travaux sur l’apparente scientificité des écrits naturalistes. Puis, la citation est située dans une interprétation historiographique (« les rapports de force ou de soumission ») qui désamorce toute volonté de faire de la citation soit un témoignage transparent, soit le fantasme ou la stratégie d’écriture d’un écrivain . Une analyse de discours permet ensuite de montrer les moyens par lesquels le texte de Zola produit un effet de réalité (« le vocabulaire paternaliste ») qui en fait une source séduisante pour l’historien trop peu averti, alors même que cet effet localise l’écrit plutôt « du côté des ouvriers ». Enfin, le retour au sujet spécifique permet de montrer la dimension historiographisante du texte de Zola sur la question des usages de la caisse de secours au XIXe siècle. Bien loin d’éclairer le sujet, le texte de Zola produit un effet de généralisation dont l’analyse contextuelle et herméneutique permet de comprendre qu’il est un préjugé historiographique.

On le voit plusieurs étapes sont nécessaires pour faire une citation littéraire sérieuse : la contextualiser ne signifie pas juste assembler des éléments d’érudition autour du texte. Il s’agit par là d’autoriser une lecture interprétative de l’extrait proposé. La seconde étape se trouve dans l’analyse précise du discours tenu par le texte qui permet d’étayer la vision qu’il donne. Par cette pratique on abandonne le temps d’une citation son sujet, on ouvre un autre objet réputé littéraire que l’on étudie. Il est censé provoquer une ouverture qui n’est pas prétexte mais qui permet d’élargir les enjeux du sujet général – quitte à ce qu’on ait besoin de mobiliser la littérature comme phénomène historique pour l’expliquer alors que le problème semble n’avoir rien à voir avec le sujet de départ.

Conseils théoriques et méthodologiques

Dans toute démarche engageant des sources « littéraires », il nous paraît important de ne pas réduire un texte littéraire à un énoncé fixe, unique et définitif et de se demander quelles sont les pratiques induites par la transmission de ce texte. L’objet doit donc être défini selon sa production et sa réception, en prenant en compte les voies qui mènent de l’un à l’autre, à savoir l’histoire de la transmission. Prenons l’exemple de la tragédie grecque. Si elle est ramenée à son contexte d’énonciation initiale, la représentation tragique s’insère à Athènes dans la fête rituelle des Grandes Dionysies ; elle ne correspond plus à ce que nous admettons comme littérature dans la mesure où le texte n’est pas autonome et n’existe que dans sa dimension performative dans le théâtre de Dionysos9. Ramener l’objet à son historicité peut entraîner la négation de son statut littéraire.

Cette opération de contextualisation permet à l’historien de comprendre son objet et de ne pas lui faire dire ce qu’il ne dit pas. Chaque objet a sa propre originalité et fonction inscrites dans le lieu et le temps qui l’ont produit. Pour tout étudiant qui souhaite utiliser de la littérature, il est nécessaire de l’historiciser car cela nous permet de l’objectiviser et de la détacher de certains a priori hérités notamment de notre rapport à la lecture et de son enseignement. La classification en genres et sous-genres littéraires (théâtre, poésie, roman, autobiographie, …) et en registres (tragique, comique, épique, …) permet de penser la littérature. Ce sont des opérations de production de savoirs qui ne sont pas toujours contemporaines de l’œuvre et qui peuvent se trouver anachroniques. Tant qu’il est conscient, l’anachronisme s’avère utile10 ; il faut simplement savoir faire la différence entre les concepts étiques que nous élaborons et les catégories indigènes des personnes, auteur ou destinataire de la littérature. Ainsi, la notion de « tragique » comme registre n’est construite qu’au XIXe siècle par la philosophie idéaliste allemande et est difficilement applicable pour la tragédie antique11.

Les questions que l’on pose à l’objet littéraire et le statut qu’on lui donne engagent le choix de démarches épistémologiques. Dans son travail de recherche, Emilie Gimenez, articulant l’anthropologie historique et les gender studies12, prend le parti que la tragédie grecque permet de comprendre la réalité historique de la cité athénienne du Ve siècle, non directement mais par un jeu de miroir brisé13. Dans une toute autre démarche, Maxime Martignon14 cherche à rendre compte des usages sociaux de la correspondance de Cabart de Villermont(1623-1707) ce qui nécessite d’investir ces textes mis en circulation d’une dimension esthétique  propre à avoir des effets de lecture alors même qu’ils n’appartiennent pas au « canon littéraire ».  Ainsi, tout usage historien de la littérature doit conduire à mener une réflexion qui n’est pas seulement une critique de source mais aussi une critique épistémologique de son propre travail pour échapper à la tentation de faire de la littérature un simple document sur son objet.

 

_____________

1   Une illustration récente parmi d’autres : « Savoirs de la littérature » Annales. Histoire, Sciences Sociales, Paris, éditions de l’EHESS, 2010/2.

2   Jean-Pierre VERNANT, « Le moment historique de la tragédie en Grèce : quelques conditions sociales et psychologiques », dans, Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce  ancienne I, Paris, Maspero, 1973, p. 11-17.

3   Florence DUPONT, L’invention de la littérature, Paris, La Découverte, 1998, p. 14.

4   Judith LYON-CAEN et Dinah RIBARD, L’historien et la littérature, Paris, La découverte, 2010.

5   Mélissa BERNIER, La caisse de secours de la mine de la machine au XIXe siècle, Mémoire de M1 soutenu à l’université de Franche-Comté sous la direction de Jean-Claude DAUMAS, 2011.

6   Par exemple, Georges PRADALIE, Balzac historien, Paris, PUF, 1955. Ou Marie-Françoise GRIBET, « Horace Busquet, Directeur des mines de La Machine à l’époque de Germinal », Le marteau pilon, Guérigny, n°18, 2006, p. 113-120.

7   Émile ZOLA, Carnets d’enquête : une ethnographie inédite de la France, Paris, Plon, 1987.

8   Émile ZOLA, Germinal, Paris, Hachette, 1993, p. 259.

9   Florence DUPONT, L’insignifiance tragique, Paris, Gallimard, 2001 : L’auteure élabore la notion d’ « insignifiance tragique » qui sous-tend que la tragédie grecque ne peut être comprise et étudiée que si elle est ramenée à son historicité et à sa situation d’énonciation initiale, la performance ; chap. 1, « En finir avec la tragédie grecque? », p. 11-29.

10  Nicole LORAUX, « Éloge de l’anachronisme ». Le genre humain, 1993, p. 23-29, repris dans Les Voies traversières de Nicole Loraux : une helléniste à la croisée des sciences sociales, Espaces Temps/Les Cahiers Clio, 87-88, Paris, p. 127-139.

11  Pierre JUDET DE LA COMBE, Les tragédies grecques sont-elles tragiques ?, Paris, Bayard, 2010.

12  Émilie GIMENEZ, Electre est-elle une héroïne? Approche des genres dans les Choéphores d’Eschyle et l’Electre d’Euripide et de Sophocle. Mémoire de M1 soutenu à l’EHESS sous la direction de Claude Calame, 2011.

13  Pierre VIDAL-NAQUET, Le miroir brisé, Paris, Belles-Lettres, 2002.

14  Maxime MARTIGNON, Les pratiques épistolaires d’un intermédiaire à la fin du règne de Louis XIV : Cabart de Villermont (1623-1707). Mémoire de M1 soutenu à l’EHESS sous la direction de Christian Jouhaud, 2011.