Archives par étiquette : réflexivité

Histoire militaire ou du fait militaire ? La monographie régimentaire

Carte postale, 47e régiment d'infanterie (Source : archives municipales de Saint-Malo)

Carte postale, 47e régiment d’infanterie (Source : archives municipales de Saint-Malo)

Cela fait maintenant quelques temps que je consacre mes recherches au destin d’une unité pendant la Première Guerre mondiale, le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo. Tout a commencé par un article publié dans les Annales d’une société savante bretonne puis, sur les conseils d’un de mes maîtres et amis devenu directeur de recherche, j’ai repris le fil de mes études – arrêtées dix ans auparavant en maîtrise – en m’inscrivant à un Master 2 que j’ai consacré à l’entrée en guerre de ce 47e régiment d’infanterie. Ma démarche est aujourd’hui loin d’être achevée et je compte d’ailleurs poursuivre le travail entamé en m’inscrivant à la rentrée en thèse.

Pourtant, lancinante, une question me taraude depuis quelques semaines. En effet, après des centaines d’heures de dépouillement d’archives, agrémentées d’au moins autant de lectures, après plusieurs articles et communications dans divers colloques et journées d’études et après avoir produit un volumineux mémoire de plus de 700 pages, force est de confesser que je ne sais toujours pas si mon travail relève de ce que l’on appelle de l’histoire militaire. Ceci est d’autant plus étrange que je dois avouer qu’habituellement de telles interrogations me fatiguent rapidement. Je me fiche de savoir si c’est dans le bac « rock indépendant » ou « garage band » que je dois fouiller pour trouver le disque que je cherche, ce sont les riffs aiguisés de guitare et l’ivresse procurée par la musique qui m’importent.

Or cette fois-ci, la question de la définition de l’art – puisque c’est bien cela dont il s’agit – ne semble pas totalement sans enjeux. En effet, qu’y-a-t-il de commun entre La Chair et l’Acier et, pour ne simplement considérer que deux exemples, Les mots des tranchées, si ce n’est qu’il s’agit-là de deux excellents ouvrages que l’on qualifie souvent d’histoire militaire ? Là où M. Goya s’intéresse à l’évolution de la pratique militaire de l’Armée française entre 1914 et 1918, O. Roynette analyse la langue des Poilus, matière première qui elle aussi, révèle de l’histoire de la Première Guerre mondiale1. Certes, il s’agit là de deux focales différentes mais l’objet d’analyse demeure le même, en l’occurrence celle qui devait être la der des ders.

On pourrait donc postuler qu’est historien militaire celui qui travaille sur des archives militaires, assertion ici comprise dans sa dimension la plus large, c’est-à dire du rapport rendant compte d’un coup de main (M. Goya) à la lettre de Poilu écrite dans une cagna humide (O. Roynette). Or les choses semblent plus complexes que cela.

C’est complètement par hasard que j’ai fait la connaissance, il y a près d’un an, d’un doctorant travaillant sur les registres matricules d’une subdivision du département de la Manche. Nous avons sympathisé d’autant plus vite que nos centres d’intérêts sont réellement convergents : nous admirons tous deux les travaux de Jules Maurin2, les registres matricules constituent pour nous une source essentielle quoiqu’extrêmement délicate à manier et nous réfléchissons tous deux sur une aire administrative commune, nos deux objets d’étude formant l’espace de la 40e brigade d’infanterie. Bien sûr, nos axes de recherches divergent puisque là où je m’intéresse à un régiment, cet ami travaille sur un bureau de recrutement. Mais c’est au cours d’un déjeuner en commun que j’ai réalisé que ce qui sépare nos travaux n’est pas tant dans la nature même des sujets étudiés que le cerveau de ceux qui entreprennent ces recherches. Bien que travaillant sur un corpus de sources essentiellement militaires – les registres matricules de recrutement – mon camarade m’annonce en effet avec conviction ne pas considérer faire de l’histoire militaire mais sociale.

Je dois l’avouer, je n’ai sur le moment pas trop prêté attention à ce propos. Sans doute faut-il y voir une conséquence de ce rejet des chapelles et de cette phobie des bacs de disquaires trop savamment classés. Mais, plus encore, force est d’admettre que je n’avais pas compris le sens véritable de cette assertion. Il est vrai que travaillant sur le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale, il me semblait naturel de faire de l’histoire militaire, quand bien même je ne savais pas trop ce que recouvre ce terme.

L’histoire est le fruit du travail de l’historien

Mais il se trouve que  quelques semaines plus tard je me trouvais dans une situation tout aussi paradoxale que mon camarade doctorant qui prétendait faire de l’histoire sociale à partir d’archives militaires. J’étais en effet en train de réaliser une étude prosopographique des officiers du 47e régiment d’infanterie afin de mesurer l’incidence de l’entrée en guerre sur ce groupe social particulier. J’utilisais là une grille d’analyse qui, pour être brillante, n’en était pas moins aucunement militaire puisque définie par J. Le Bihan dans le cadre de sa thèse sur les fonctionnaires intermédiaires3. Implicitement, l’utilisation de cette méthode désacralisait le sujet puisque cela revenait à admettre que l’officier de carrière – fut-il du 47e régiment d’infanterie – est un fonctionnaire intermédiaire comme les autres. Ou presque. De plus, outre les dossiers de Légion d’honneur et autres états signalétiques et des services, j’utilisais des sources qui parfois n’avaient rien de militaires : annuaires, rubriques nécrologiques, actes d’état-civil… et pourtant la finalité était bien d’ordre militaire puisqu’il s’agissait de voir en quoi l’entrée en guerre bouleverse le corps des officiers au sein d’une unité telle que le 47e régiment d’infanterie.

Une des casernes du 47e RI (Source : AM de Saint -Malo)

Une des casernes du 47e RI (Source : AM de Saint -Malo)

Il était dès lors évident que, peu importe le type de sources étudiées, c’est bien la direction impulsée par le chercheur qui conduit l’analyse vers tel ou tel type d’histoire. Ainsi, lorsque je m’intéresse à trois officiers du 47e régiment d’infanterie qui refusent de participer à l’inventaire des biens de l’église de Saint-Servan en 1906, même si je travaille à partir d’archives éminemment militaires, puisqu’il s’agit d’un dossier de conseil de guerre, je peux prétendre me placer dans une histoire plus politique, dans la lignée du remarquable dernier ouvrage de X. Boniface4. C’est donc bien l’historien qui fait l’histoire, et non l’archive où le sujet étudié.

 Cela est d’autant plus vrai en ce qui concerne l’histoire militaire que celle-ci est sans doute victime d’un double effet de source qui en altère profondément le sens. D’une part il y a le fait que la société française des années 1900-1920 est autrement plus militarisée que celle du XXIe siècle : le service militaire est une expérience partagée par tous les jeunes hommes, ou presque, pendant deux voire trois années ; l’Armée et le patriotisme de manière générale occupent une place centrale dans la société, ce sans même parler du traumatisme de la Première Guerre mondiale elle-même. Autrement dit, tout ou presque renvoie alors à une histoire militaire. De plus, force est d’admettre que les archives militaires comptent en France parmi les mieux conservées pour la période et qu’elles peuvent constituer pour beaucoup une aubaine permettant d’étudier des réalités qui, in fine, sont bien éloignées du fait militaire lui-même.

En d’autres termes, pour une période telle que celle de la France des 1900-1920, l’Armée est sans doute tellement présente dans tous les pores de la société qu’elle conduit à une définition trop vaste de l’histoire militaire pour qu’elle soit réellement signifiante. En revanche, ce qui est certain est que l’un des points qui me motive le plus est d’essayer de comprendre comment une unité telle que le 47e régiment d’infanterie, bien que composée d’hommes ordinaires, de civils uniformisés, traverse cet interminable et atroce conflit. C’est donc bien vers une histoire du fait militaire tel que pratiqué par cette unité que je veux tendre. Et là n’est pas une mince affaire.

Le défi de l’histoire du fait militaire

Si la mise en ligne des journaux des marches et opérations s’apparente, pour quiconque s’attelle à une monographie régimentaire, à un véritable bienfait, force est néanmoins d’admettre que ces sources ne sont pas sans dangers. En effet, sauf à vouloir verser dans une réédition des historiques d’unité d’antan5 où à reproduire certaines études commises par tel ou tel érudit local, il convient de se garder de ces archives qui, la plupart du temps, sont réécrites a posteriori, se concentrent sur les mouvements des grandes unités – c’est-à-dire dans le cadre d’une monographie régimentaire ignorent les sections et les escouades – et ne livrent qu’une vision imprécise et déshumanisée du combat. Ce n’est sans doute pas un hasard si, dans une série d’articles publiés au début des années 1930 dans la Revue militaire française, le commandant Larcher complète son étude du 10e corps d’armée à Charleroi – soit précisément le moment du baptême du feu du 47e RI – par de nombreux témoignages d’officiers présents ce jour-là sur le champ de bataille6. Or ceux-ci contribuent à rendre cette série d’articles non seulement essentielle mais d’une certaine manière indépassable puisque le compte rendu de ces entretiens menés par l’auteur n’a pas été – à ma connaissance – conservé. Au final, il en résulte le sentiment d’une perte de sources qui, justement, rend l’histoire du fait militaire tel que pratiqué par le 47e régiment d’infanterie encore plus difficile à écrire, sauf à aller chercher dans des directions jusqu’alors inédites.

On nous permettra d’en citer deux principales. Il y a bien entendu l’apport indéniable des war studies, nouvelle manière d’appréhender le combat au moyen d’une approche pluridisciplinaire mêlant sociologie, anthropologie, archéologie, géographie, … Là encore, il convient sans doute de se méfier de cette expression à la mode, l’interdisciplinarité relevant bien souvent plus du vœu pieux que de la réalité. Pourtant, il est indéniable que cette volonté de chercher vers de nouveaux horizons intellectuels traduit non seulement le dynamisme de ce champ historiographique mais également le nombre des pistes qui demeurent à explorer. Grâce aux war studies, on passe presque d’un choix cornélien opposant histoire sociale et militaire à une histoire du fait militaire utilisant entre autres paradigmes ceux hérités de la sociologie.

La seconde direction qui nous semble prometteuse afin de cerner de plus près ce fait militaire tient en la nature même de notre démarche, à savoir une monographie régimentaire. Or force est de constater que celles-ci demeurent rares de ce côté de la Manche. Peut-être faut-il y voir une conséquence supplémentaire de l’organisation jacobine de ce pays ? Il est un fait que la France aime les grandes synthèses sur un objet historique donné : les profiteurs de guerre, les embusqués,…7 Essentiels, ces travaux donnent lieu à un très important travail de conceptualisation et ne doivent en aucun cas être négligés. Pour autant, il n’en demeure pas moins qu’ils sont aux antipodes de ce que j’essaie d’entreprendre pour le 47e régiment d’infanterie. La comparaison avec la situation académique outre-manche est d’autant plus cruelle que là-bas, la monographie d’unité est un genre très prisé. Tellement d’ailleurs que lorsque K. L. Snowden décide de se consacrer à l’étude de l’évolution tactique sur le front ouest entre 1914 et 1918, l’un des critères qui préside au choix de « sa » division – la 21e – est la concurrence avec d’autres étudiants, engagés dans des optiques analogues8. En France, la situation est toute autre puisque lorsque j’essaie de comparer les données chiffrées que j’ai pu amasser sur le 47e RI avec d’autres unités d’infanterie d’active, je peine à le faire… faute de combattants. Même un auteur tel que C. Ingrao est obligé de faire « amende honorable » lorsqu’il introduit sa remarquable étude de la brigade Dirlewanger. En effet, il débute son propos en tentant de s’affranchir de l’accusation « d’archaïsme positiviste » formulée à l’encontre de la monographie d’unités pour affirmer que ce genre est « tout à la fois l’un des plus anciens en histoire militaire et l’un des plus prometteurs, pour peu qu’on le soumette à une interrogation nouvelle »9. Dans notre pays, la situation est telle que l’ouvrage – désormais élevé au rang de classique – que L. V. Smith consacre à la 5e division d’infanterie n’est même pas traduit en français. Il s’agit pourtant d’une division de l’armée française, et non des moindres puisqu’elle voit passer un certain nombre de « stars » dont Charles Mangin, Roland Dorgelès ou encore le futur maréchal Koenig10.

Le retour du 47e RI (Source : collection privée)

Le retour du 47e RI (Source : collection privée)

*

*             *

Ce sont bien ces prestigieux exemples qui me confortent dans l’idée que non seulement tout n’a pas été écrit sur le 47e régiment d’infanterie mais que, de surcroît, la monographie régimentaire nous semble être le moyen d’un renouvellement en profondeur de l’histoire du fait militaire. Reste à savoir s’il en résultera une histoire que l’on pourra qualifier de militaire !

  1. Goya, Michel, La chair et l’acier. L’armée française et l’invention de la guerre moderne (1914-1918), Paris, Tallandier, 2004, Roynette, Odile, Les mots des tranchées, Paris, Armand Colin, 2010. []
  2. Maurin, Jules, Armée, guerre, société, soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982. []
  3. Sur la définition du « fonctionnaire intermédiaire » et son extension possible aux officiers d’un régiment d’infanterie Le Bihan, Jean, Au service de l’Etat, les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 19-57. []
  4. Boniface, Xavier, L’Armée, l’Eglise et la République (1879-1914), Paris, Nouveau Monde Editions, 2012. Le Gall, Erwan, « Le deuxième procès de Rennes : trois officiers du 47e régiment d’infanterie devant le Conseil de guerre », En Envor, Revue d’histoire contemporaine en Bretagne, n°1, hiver 2013, en ligne. Lien : http://enenvor.fr/eeo_revue/numero_1/le_deuxieme_proces_de_rennes_trois_officiers_du_47e_regiment_d_infanterie_devant_le_conseil_de_guerre.html []
  5. Celui du 47e régiment d’infanterie est publié en 1920 à Saint-Servan, par Jules Haize, imprimeur et conseiller municipal de cette commune limitrophe de Saint-Malo. []
  6. Larcher, Commandant, « Le 10e corps à Charleroi », Revue militaire française, juillet 1930-juin 1931. Les travaux du commandant Larcher sont à cet égard particulièrement révélateurs d’un premier âge de l’historiographie de la Première Guerre mondiale qui se focalise essentiellement sur les officiers. Prost, Antoine et Winter, Jay, Penser la Grande Guerre, un essai d’historiographique, Paris, Seuil, 2004, p. 27-29. Sur la bataille de Charleroi la dernière synthèse en date est Baldin, Damien et Saint-Fuscien, Emmanuel, Charleroi, 21-23 août 1914, Paris, Tallandier, 2012. []
  7. Bouloc, François, Les profiteurs de guerre 1914-1918, Paris, Complexe, 2008 ; Ridel, Charles, Les Embusqués, Paris, Armand Colin, 2007.   []
  8. Snowden, Kathryn Louise, British 21st  infantry division on the western front 1914-1918, A case study in tactical evolution, Birmingham, Center for the first war studies, University of Birmingham, 2001, p. 8. []
  9. Ingrao, Christian, Les chasseurs noirs. La brigade Dirlewanger, Paris, Tempus, 2009, p. 11. []
  10. Smith, Leonard V., Between Mutiny and Obedience: the Case of the French Fifth Infanterie Division during World War I, Princeton NJ, Princeton University Press, 1994. []

Où va l’histoire économique française ?

Comme l’écrivait Bernard Lepetit en 1989 à propos de l’histoire quantitative1 après l’acmé des années 1960 et 1970, l’histoire économique aujourd’hui n’est plus à la mode. En témoigne, par exemple, l’occurrence du terme dans la base de données de Ngrams de Google (qu’il faut manier avec prudence, comme j’ai pu l’écrire par ailleurs lors de son lancement) :

Interrogation de la base Google NGram Viewer : http://goo.gl/CnVyg

Un autre indice, encore plus anecdotique mais assez révélateur concerne la visibilité donnée à la publication d’un ouvrage collectif récent, dirigé par Jean-Claude Daumas, L’histoire économique en mouvement2.

Dans la librairie Gibert Joseph de Paris, le rayon histoire économique ne se trouve pas à l’étage « Histoire » mais à celui de l’économie et du droit. Je visite régulièrement cet étage, mais force est de constater que le visiteur occasionnel qui serait plus intéressé par l’histoire culturelle par exemple (courbe verte dans le graphique précédent), aurait beaucoup plus de chance de tomber par hasard sur des élucubrations récentes sur l’enseignement de l’histoire (à gauche sur la photo ci-dessous – voir les analyses récentes de ces ouvrages sur le carnet du collectif Aggiornamento)3  que sur l’ouvrage qui nous intéresse ici.

En outre, s’il se trouvait bien au 3e étage, en septembre, cet ouvrage paru le 30 juillet 2012 n’était pas placé sur la table des nouveautés mais tout près du sol, au pied de l’une des bibliothèques…

L’histoire économique en mouvement : entre bilans et perspectives

L’ouvrage est pourtant passionnant. Son point de départ relève d’un constat d’affaiblissement. Comme l’explique Jean-Claude Daumas dans l’avant-propos :

« C’est parce qu’elle faisait le constat de l’affaiblissement et des difficultés actuelles de l’histoire économique dans notre pays que la direction du Département des Sciences de l’Homme et de la Société du CNRS4  a créé, en mai 2007, le Réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) d’histoire économique avec pour mission de faire un audit de cette branche du savoir historique et de favoriser l’émergence de thématiques et de forces nouvelles ». (p. 13)

L’histoire économique en mouvement est le fruit des travaux de ce réseau : les discussions, quatre années durant, de divers rapports sur la situation de l’histoire économique et un colloque international sur « l’histoire économique vue d’ailleurs » tenu à Lyon en octobre 2010. Jean-Claude Daumas précise d’emblée que chaque auteur s’exprimant à titre personnel les communications pourraient parfois paraître divergentes ou contradictoires. Il s’agit ainsi, pour le directeur de l’ouvrage, « de faire réfléchir et d’alimenter la discussion » (p. 14). En effet, à travers le bilan proposé dans cet ouvrage, l’objectif est de nourrir « la discussion collective nécessaire pour dessiner l’avenir de l’histoire économique » (p. 15).

Je ne dispose malheureusement pas du temps nécessaire à la rédaction d’un véritable compte rendu critique de l’ouvrage mais il m’a semblé nécessaire de prendre celui d’un petit signalement. Je me contenterai alors de reproduire ici la quatrième de couverture, la table des matières complète (en l’agrémentant de renvois aux pages institutionnelles des 23 auteurs des 19 contributions que comporte le volume) et de citer les neufs propositions de J.-Cl. Daumas pour « redynamiser l’histoire économique » (p.42) en agrémentant le tout de quelques brèves remarques…

Présentation de l’éditeur

« L’histoire économique ne jouit plus aujourd’hui en France du prestige qui était le sien du temps de Braudel et de Labrousse, mais loin d’être le refuge d’une poignée de nostalgiques, elle ne cesse de se renouveler. Fruit d’une initiative du CNRS, ce livre s’interroge sur sa situation actuelle et ses perspectives de développement: poids des héritages, crise des paradigmes, rapports avec les autres secteurs de l’histoire et les disciplines voisines, chantiers en cours et thématiques émergentes y sont étudiés par les meilleurs spécialistes. De surcroît, sortant de l’hexagone, il donne à découvrir des travaux qui, au niveau international, sont en train de renouveler l’histoire économique et représentent autant de défis pour les historiens français.

Faisant justice des stéréotypes réducteurs, il montre enfin que l’histoire économique aide à penser la complexité et, en éclairant le présent par le passé, contribue à rendre intelligibles les problèmes de notre temps – des crises financières à la montée de la Chine en passant par la fin des campagnes ou l’accroissement des inégalités. »

Table des matières complète

  • Première partie : L’histoire économique en France aujourd’hui

Jean-Claude Daumas : « Où va l’histoire économique en France aujourd’hui ? Tendances, enjeux, propositions » ; Mathieu Arnoux : « Regards rétrospectifs » ; Raymond Descat : « Un point sur l’histoire économique de l’Antiquité » ; Laurent Feller : « Histoire du Moyen Age et histoire économique » ; Didier Terrier (avec la collaboration de Philippe Minard et Corine Maitte) : « L’histoire du commerce et de l’industrie à l’époque moderne : entre héritage assumé et pistes nouvelles » ; Gérard Béaur : « Histoire économique et histoire des campagnes : le renouveau d’un paradigme ? » ; Alain Chatriot et Claire Lemercier : « Institutions et histoire économique » ; Patrice Baubeau et Pierre Cyrille Hautcoeur : « L’histoire bancaire, monétaire et financière française depuis 1980 » ; Jean-Claude Daumas :  « La Business history à la française : deux ou trois choses que je sais d’elle » ; Claude Diebolt et Jean-Luc Demeulemeester : « Quo vadis ? Quel futur pour l’histoire économique en France ? Réflexions et recommandations par deux économistes » ; Michel Margairaz : « Histoire économique et sciences sociales : alliance, cohabitation, confrontation ? » ; Laurence Fontaine : « L’histoire économique et sociale : autour des changements de paradigmes » ; Carlo Belfanti : « L’histoire économique italienne à la recherche d’une nouvelle identité » ; Youssef Cassis : « L’histoire économique française vue d’ailleurs »

  • Deuxième partie : « L’histoire économique vue d’ailleurs »

Kenneth Pommeranz : « Repenser le changement économique de longue durée : la Chine, l’Europe et l’histoire économique » ; Peer Vries : « Un monde de ressemblances surprenantes » ; Maxine Berg : « Les siècles asiatiques de l’Europe. Asie, luxe et approches nouvelles de la révolution industrielle » ; Luciano Palermo : « Développement et crise dans une économie pré-industrielle : monnaie et crédit en Europe à la fin du Moyen Age » ; Rosa Congost : « Les pauvres peuvent-ils s’enrichir ? Une autre façon d’interroger la courbe de Kuznets » ; Morgan Kelly et Cormac Ó Gráda : « Population et niveau de vie dans la longue durée : l’histoire quantitative se mesure à Malthus »

*

Comme je l’indiquais plus haut, il m’est impossible ici de proposer un véritable compte rendu critique de cet ouvrage très riche. Je le regrette car certaines contributions sont passionnantes et mériteraient une attention bien plus large que celle des lecteurs intéressés pas l’histoire économique (je pense en premier lieu à Laurence Fontaine, auteure du magistral L’économie morale5 dont la contribution permet de se faire une idée des principales transformations épistémologiques de la discipline historique depuis les années 1970 ; ainsi qu’à celle d’Alain Chatriot et Claire Lemercier qui inscrivent leur analyse de l’émergence d’un intérêt pour les institutions en histoire économique dans un contexte interdisciplinaire qui impose de prendre en considération les transformations du rapport aux institutions entretenu par d’autres sciences sociales6 ainsi qu’à une réflexion sur les enjeux méthodologiques d’une histoire renouvellée des institutions.7

Redynamiser l’histoire économique ?

Je me contenterai donc ici de résumer les propositions du directeur de l’ouvrage concernant l’avenir de l’histoire économique, la plupart étant valables pour l’ensemble de la discipline. Elles concernent à la fois des enjeux de légitimation institutionnelle de l’approche et des propositions plus méthodologiques.

1. « Retrouver le sens du global et de la généralisation »

Jean-Claude Daumas dresse, malgré de vrai apports, une forme de constat d’échec de la microstoria car, selon lui : « tout se passe comme si la question de l’articulation des échelles d’analyse (pas seulement macro et micro mais aussi les niveau intermédiaires) avait été purement et simplement suspendue et sa solution renvoyée à plus tard ». Pour le directeur de l’ouvrage, il s’agit de mieux saisir les dynamiques économiques globales non en réhabilitant l’approche macroscopique mais en dépassant les oppositions entre « acteurs et structures, individu et société, micro et macro » (p. 44).

2. « Le rapprochement avec l’économie : une nécessité » et 3. « Complexifier le questionnaire »

L’appel à l’interdisciplinarité n’est pas nouveau. Pour J. Cl. Daumas, le rapprochement avec l’économie – par le dialogue entre spécialistes des deux disciplines, les titulaires d’une double-formation pouvant alors servir de « pont entre les deux communautés scientifiques » (p. 45) – est une nécessité pour l’historien qui cherche à affiner son questionnaire et de mieux l’inscrire dans les réflexions macro-économiques qui figurent « aujourd’hui à l’agenda de la recherche internationale » (p. 44).

En outre, cette ancrage interdisciplinaire implique de maintenir ou de renforcer des liens avec d’autres approches : celles de l’histoire sociale (« originalité de l’histoire économique française », p. 46), celle du « tournant culturel » qui implique de « prendre les acteurs au sérieux » par une prise en considération des représentations, des valeurs, etc. qui fondent leur comportements et leurs choix (p. 47).

4. « Quantification et formation aux méthodes statistiques »

Jean-Claude Daumas souligne insiste sur la nécessité d’une prise de conscience : « les illusions et les échecs du passé ne condamnent pas l’usage des méthodes statistiques qui peuvent rendre de grands services. » Selon lui, ne pas le comprendre, c’est risquer de s’empêcher de traiter des objets dont l’analyse suppose un « effort de quantification » et se trouver marginaliser sur le plan international, certaines écoles faisant du quantitatif un critère de scientificité des analyses d’histoire économique (p. 48-49).

En outre, la concomitance d’un certain désintérêt pour l’histoire économique d’une sorte de désaveu pour l’approche quantitative est flagrante (je pense d’ailleurs que de nombreuses mutations historiographiques récentes, depuis les années 1980-1990, peuvent être appréhendées par l’évolution du rapport des historiens non seulement aux méthodes mais aussi au matériaux quantitatifs). Ici encore, l’exemple est anecdotique mais donne un bon indice de la situation. L’occurrence du terme « histoire quantitative » suit une courbe assez similaire – quoique plus accentuée – à celle d' »histoire économique » depuis les années 1980 :

Interrogation de la base Ngram Viewer de Google : http://goo.gl/FVBd0

À ce titre, je me permets de rappeler ici que la lecture de l’ouvrage de Claire Lemercier et Claire Zalc, Méthodes quantitatives pour l’historien, paru en 2008 et déjà signalé ici constitue un prérequis pour tout étudiant-e qui envisage de s’inscrire en master ou en thèse. Il ne s’agit en aucun cas d’un manuel complet pour apprendre à manier les statistiques en histoire, mais d’une introduction qui vous permettra de mieux appréhender le champ des possibles et de ne pas louper quelque chose si un jour vous êtes confrontés à des sources dont l’analyse gagnerait à la mobilisation d’une analyse quantitative.

5. « L’horizon de l’histoire globale »

Dressant le constat d’une historiographie française (pas seulement économique) qui combinerait « repli des recherches sur des sujets franco-français et ignorance relative des historiographies étrangères » (p. 50), Jean-Claude Daumas souligne l’importance des questions posées, « tant en termes de terrains, de sources, d’échelles et de méthodes – par cette histoire transnationale qui refus résolument tout européocentrisme » (p. 51) tout en affirmant que cette approche ne disqualifie pas la démarche comparatiste.

6. « Regard rétrospectif et réflexivité critique »

Dans cette section, le directeur de L’histoire économique en mouvement souligne l’importance d’une lecture critique de l’historiographie économique et appelle à une « lucidité collective [qui impose] qu’on cesse de prendre pour argent comptant les discours que la discipline a tenus (et continue de tenir sur elle-même ». Une réflexivité qui constitue une « nécessité pour la santé intellectuelle de l’histoire économique » (p.53).

7. « Créer une revue pluraliste ouverte au débat »

Pour l’auteur la création d’une revue pluraliste, i.e. qui ne serait pas représentative d’une seule école d’histoire économique constitue une « condition indispensable à la redynamisation de l’histoire économique parce qu’elle favoriserait tout à la fois le rassemblement de la communauté et l’émergence de thématiques et de forces nouvelles » (p. 54).

8. Publier en anglais : une nécessité à l’heure de la globalisation

La faiblesse de la réception des travaux français sur la scène historiographique internationale conduit l’auteur à considérer que malgré la bonne représentation des historiens français dans les colloques internationaux, il est nécessaire d’aller plus loin en créant, notamment, les conditions d’un meilleur apprentissage de la langue anglaise par les apprentis historiens et historiennes en favorisant, par exemple, « les séjours à l’étranger des doctorants et post-doctorants » (p. 57).

9. Sortir du ghetto académique pour participer au débat public

Jean-Claude Daumas conclut ses recommandations (et l’introduction de l’ouvrage) par un appel à une plus grande inscription des spécialistes d’histoire économique dans le débat public. Non pour en faire des « bateleurs d’estrade » mais pour qu’ils articulent mieux « recherche scientifique et présence dans la cité ». Selon le directeur de l’ouvrage, les historiens économistes ne se sont pas assez investis dans une prise « à bras-le-corps [des] questions d’aujourd’hui », contrairement à certains spécialistes étrangers.

Et le numérique dans tout ça ?

J’achèverai ici ce signalement en notant que la question de la formation des apprentis historiens et historiennes (économiques ou non) à une culture numérique commune est totalement absente de ce tableau. On peut le regretter dans une contribution dont l’objectif est en partie (celle résumée ici) de listes les défis que l’histoire économique devra relever à l’avenir. En effet, comme j’ai pu le souligner ailleurs8  la prise de conscience de l’importance de la formation aux outils informatiques et aux ressources numériques tarde parfois… Pourtant, tout en les dépassant, cette question rejoint parfaitement au moins deux propositions. La 4 d’abord, car le développement des méthodes quantitatives ne saurait se passer d’une prise en considération de celui des outils qui permettent aujourd’hui d’aller beaucoup plus loin qu’auparavant ; la 5 ensuite, car la création d’une revue en ces temps de crise de l’édition en sciences humaines et sociales ne saurait faire l’économie de la question du numérique et du libre accès9.

Gageons que la table ronde organisée par Frédéric Clavert et Claire Lemercier10  à l’occasion de la prochaine AG de l’association française d’histoire économique – dont je vous invite vigoureusement à visiter le carnet sur Hypothèses – permettra de contribuer à cette prise de consciences parmi les spécialistes d’histoire économique.

*

Vous avez lu l’ouvrage et souhaiteriez en faire un compte rendu critique, n’hésitez pas à vous proposer dans les commentaires !

  1. Bernard Lepetit, « L’histoire quantitative, deux ou trois choses que je sais d’elle« , Histoire & Mesure, n°3-4, 1989, pp. 191-199. []
  2. Jean-Claude Daumas, L’histoire économique en mouvement, entre héritages et renouvellements, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012, 405 p. 30€ []
  3. Outre des comptes rendus des ouvrages, ici, et le collectif Aggiornamento a proposé un dossier de 7 billets d’analyse des dossiers du Figaro Magazine et du Figaro Histoire qui ont, entre autre, fait une large publicité à ces opuscules []
  4. Entre temps, le département est devenu « Institut des sciences humaines et sociales » InSHS []
  5. Laurence Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 437 p., 20 €. Pour plus d’informations, voir les entretiens mis en ligne par Gallimard et le compte rendu par Philippe Minard sur La vie des idées []
  6. Sont pris en compte les divers « institutionnalismes » (en économie, en science politique – les trois « i » – et en sociologie économique), l’économie néo-institutionnelle, l’économie des conventions et de la régulation, la sociologie du droit – par opposition à l’histoire du droit []
  7. Sont ainsi évoquées les questions posées par les échelles – temporelles et spatiales – et par l’analyse critique des sources. []
  8. Je me permets de renvoyer à « Vers un socle commun de formation aux outils numériques ? » et « Les historiens seront-ils finalement programmeurs ? » deux billets publiés sur La boîte à outils des historiens, ainsi qu’à l’article que j’ai co-écrit avec Franziska Heimburger : « Faire de l’histoire à l’ère numérique : retours d’expériences« , dans Nicolas Delalande, Julien Vincent (dir.), « Le métier d’historien à l’ère numérique : nouveaux outils, nouvelle épistémologie ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°58-4 bis, supplément 2011, pp. 70-89 – Dont vous pourrez trouver en ligne une version mise à jour en anglais : « Has the Historian’s craft gone digital? Some observations from France », dans Elisa Grandi, Deborah Paci et Émilien Ruiz (éd.), « Digital History. La storia nell’era dell’accesso », Diacronie. Studi di storia contemporanea, n°10, juin 2012 []
  9. Sur ces questions, voir le carnet du Cléo ainsi que le repères de Marin Dacos et Pierre Mounier, L’édition électronique, Paris, La Découverte, 2010. []
  10. Tous deux en pointe sur ces questions : voir, notamment, leurs sites respectifs : Quanti-IHMC et Clavert.net []

Vous l’avez écrit ? Eh bien soutenez-le maintenant…

[Ce billet collectif est co-écrit par Amaury Catel, Clara Chevalier et Émilien Ruiz]

Pour ce premier billet collectif sur Devenir historien-ne, nous vous proposons une réflexion sur ce qu’il y a au bout du chemin : la soutenance.

Proposer un tel sujet en plein été pourrait surprendre, mais en cette période propice aux vacances (ou aux tentatives d’avancer sur une thèse !), un grand nombre d’étudiant-e-s en master achèvent leur mémoire pour une soutenance en septembre ou octobre.

La soutenance, tout le monde sait à peu de choses près ce que c’est, sauf celles et ceux qui n’ont pas encore soutenu ! Nous avons donc décidé de mettre en commun nos propres expériences pour vous aider à préparer cette – importante – dernière étape.

Qu’est-ce qu’une “soutenance” ?

Théoriquement publique, la soutenance se déroule généralement à huis clos devant un jury composé de deux personnes : le directeur ou la directrice de recherche, et un rapporteur ou une rapporteuse du mémoire.

Elle se déroule en deux temps. La première étape est consacrée à l’exposé de l’étudiant-e, qui dispose pour cela d’une vingtaine de minutes. Suit un temps d’échange avec le jury, sous forme de questions. Il s’agit de “défendre” son travail, tout en étant capable d’en tirer des leçons pour la suite.
Cela implique que soutenir son mémoire, ce n’est pas uniquement exposer ses conclusions : c’est montrer la pertinence de la problématique choisie, de la démarche adoptée, et exposer la validité de ses résultats. Répondre aux questions permet ensuite de montrer que l’on maîtrise réellement le sujet traité, mais aussi que l’on est capable d’opérer un retour critique sur son propre travail.

Le master est pensé comme une “initiation à la recherche”. De fait, la soutenance est d’abord l’occasion d’évaluer la capacité de l’étudiant-e à mener une recherche, c’est-à-dire, fondamentalement, à mettre en œuvre et à maîtriser des outils et une méthode propres à soutenir une démarche scientifique.

À l’EHESS, cette soutenance n’est que la première étape. Le jury proposera une note et une mention, via les rapports de soutenance qu’il rédigera à la suite de celle-ci. C’est ensuite le jury de master de la mention Histoire (composé des membres du conseil pédagogique de la mention) qui déterminera le résultat final.

Comment préparer l’exposé de soutenance ?

Nous l’avons déjà dit : cet exposé ne consiste pas en un simple résumé du mémoire – qui serait, de surcroît, redondant et peu intéressant pour un jury qui est supposé l’avoir lu. Il faut cependant commencer par rappeler l’intitulé du mémoire, énoncer la problématique globale de la recherche, voire restituer rapidement la logique d’ensemble du travail.

Il s’agit ensuite de rendre compte du parcours de recherche de manière argumentée. Plusieurs pistes complémentaires sont envisageables :

  • Pourquoi ce sujet ?

Sans entrer dans un exercice d’ego-histoire (proscrire les “j’ai toujours été intéressé-e/fasciné-e/passionné-e par”) il peut être utile de commencer par expliquer les raisons “scientifiques” qui ont poussé au choix d’un tel objet de recherche. L’exercice peut être artificiel, le choix d’un sujet relevant parfois presque du pur hasard, mais il est possible d’entrer ici dans des considérations historiographiques et intellectuelles plus générales qui permettent de baliser son propos.

  • Comment et pourquoi la définition du sujet a-t-elle évolué ?

Il est d’abord possible de chercher à “périodiser” sa démarche, en commençant par s’interroger sur les changements qui sont intervenus entre le moment de la définition du projet de recherche initial et le produit final (i. e. le mémoire).  Pour le dire autrement, il s’agit d’être en mesure de justifier la manière dont on a progressivement construit son objet, au regard des différentes étapes de l’analyse des sources et de la réflexion menée sur l’historiographie.

  • Quelles méthodes, quels outils conceptuels a-t-on mis en place pour dépasser les difficultés méthodologiques rencontrées ?

Un tel questionnement amène donc en second lieu à opérer un retour sur la méthode employée pour analyser les sources, et à son évolution, c’est-à-dire aux difficultés méthodologiques rencontrées.  On peut alors aborder des points tels que la construction du corpus de sources, de la problématique, du plan, en reformulant, d’une certaine manière, les étapes de la démonstration du point de vue des étapes de la démarche de recherche.

  • Comment a-t-on articulé réflexions sur l’objet et mise en œuvre de la recherche ?

À l’évidence, la réflexion sur le processus de construction de l’objet et sur la mise en œuvre de la recherche sont deux points qui se répondent et se nourrissent mutuellement. Il s’agit précisément de réfléchir aux aller-retour opérés entre les deux pendant le temps de la recherche : par exemple, comment l’analyse des sources a-t-elle amené à faire retour sur l’historiographie, voire à affiner la définition du sujet de recherche ?

Pointer ces deux aspects de la recherche doit permettre d’aboutir à des propositions de nouvelles méthodes de travail et de nouveaux problèmes à traiter : quelles pistes de recherche se dégagent du questionnement mené en master ? Pourquoi et sur quels points y aurait-il matière à poursuivre ? Pouvoir proposer des axes de travail ne signifie bien entendu pas qu’il faut être en mesure de formuler un projet de thèse dès la soutenance, mais simplement des pistes pour construire un futur projet. Gardons à l’esprit qu’un travail de recherche n’est jamais définitif : qu’on écrive un mémoire ou qu’on soit amené-e à parler de sa recherche, il s’agit toujours d’un état provisoire de la recherche.

  • Quelle est ma contribution à une meilleure connaissance de l’objet étudié ?

Enfin, il est bien sûr nécessaire de mettre en avant les résultats que l’on a obtenus en mettant en œuvre cette démarche de recherche. En fin d’exposé, on peut donc revenir sur les principales conclusions auxquelles le mémoire a permis d’aboutir. À ce stade, il ne faut pas hésiter à désamorcer certaines questions du jury en justifiant à l’avance les lacunes identifiées au préalable.

Tout l’exercice consiste ainsi en un subtil dosage entre, d’une part, une mise en valeur des résultats et de la contribution originale que la recherche a permis d’apporter à l’histoire de son objet, et, d’autre part, une démonstration de sa capacité à adopter un point de vue réflexif sur son travail et à ouvrir de nouvelles questions.

Comment se préparer aux questions du jury  ?

Pour cette phase de l’exercice, il faut avant tout être en mesure de justifier ses choix terminologiques et de définir clairement les concepts et notions employés. Une étape indispensable de la préparation consiste alors en une “double” relecture du mémoire : il faut le connaître sur le bout des doigts, mais il faut aussi le relire à la façon dont on lirait un ouvrage pour un compte-rendu.

  • Adopter une approche réflexive

Pour devancer les questions, il est indispensable d’opérer soi-même un retour critique sur son travail, en commençant par se poser la question suivante : “si c’était à refaire, comment m’y prendrais-je ?”, de manière à montrer qu’on a avancé et qu’on peut dépasser les difficultés de départ.

Faire saillir les problèmes, les dilemmes, et les interrogations qui ont sous-tendu la recherche dans chacun de ses moments ne revient pas à faire un constat d’échec, même si toutes les difficultés rencontrées n’ont pas pu être résolues. Ce sont, justement, les problèmes (historiographiques, méthodologiques) que soulève une recherche qui font tout son intérêt. Rencontrer une difficulté ne signifie pas “être en difficulté”, mais toucher du doigt un élément moteur qui va permettre de faire progresser son travail.

Il est donc nécessaire d’identifier les lacunes de façon à montrer qu’on est capable de retour critique, mais aussi que l’intérêt du mémoire n’est pas pour autant remis en cause. Il est tout à fait possible d’expliquer ces lacunes par un manque de temps ou par un choix réfléchi, dès l’instant que l’explication est honnête et argumentée. En somme, il faut transformer les lacunes éventuelles en pistes ouvertes pour un approfondissement de la recherche, éventuellement via une thèse, ou d’autres recherches.

  • Être capable d’auto-critique et rester ouvert-e aux critiques extérieures

Un bon moyen d’évacuer le stress d’avant-soutenance consiste à vous rappeler que votre mémoire est le fruit de deux années de recherches que vous avez vous-même menées. Vous maîtrisez donc probablement le sujet mieux que quiconque. Dans le même temps, il est très important de ne pas “prendre mal” une question difficile ou une critique de fond : le jury cherche à évaluer la qualité de la recherche, et non à piéger le/la candidat-e. Lorsqu’il souligne une erreur, il n’est pas forcément opportun de chercher par tous les moyens à avoir le dernier mot ; en revanche, lorsque l’on est sûr-e de soi, et que les arguments scientifiques sont solides, il ne faut pas hésiter à défendre sa position.
Notons enfin que, si l’on doit se préparer à être en capacité de répondre aux questions qui concernent des points précis, le jury n’attend pas nécessairement des réponses immédiates et définitives à certaines questions de fond (comme des interrogations historiographiques et épistémologiques larges). L’objectif est d’amener l’étudiant-e à interroger sa méthode, sa démarche ou ses choix théoriques en prenant en compte ces remarques, de manière à y répondre par un travail futur.

Et après…?

Nous commencions en écrivant “dernière étape”, mais vous l’aurez compris en lisant les lignes qui précèdent, la soutenance du mémoire d’un master recherche consiste plus souvent en un “bilan et perspectives” qu’en un point final.

Dans le cas où vous souhaiteriez poursuivre vos recherches dans le cadre d’un doctorat, il faut saisir l’occasion offerte par cet exercice pour améliorer votre projet de thèse. Les éléments que vous aurez tirés, à la fois de la préparation de la soutenance et des remarques et questions du jury, vous permettront de construire votre objet plus finement… Vous pourrez aussi revenir sur Devenir historien-ne afin de lire un prochain billet sur la rédaction d’un projet de recherche.

_
Et vous ? Avez-vous déjà soutenu votre mémoire de master recherche en histoire ? Des éléments vous semblent manquer ? Des points à contester ? N’hésitez pas à nous faire profiter de votre propre expérience dans les commentaires.