Archives par étiquette : sources

Enquête sur les corpus numériques chez les médiévistes

Enquête COSME – Consortium « Sources Médiévales »

COSME est un consortium dédié aux approches numériques multiples des « Sources médiévales » par les médiévistes français, rattaché au TGIR Huma-Num du CNRS, fondé voici 4 ans. Il veut rassembler les chercheurs autour de leurs sources, structurer la communauté encore davantage en lui proposant des cadres, standards et réflexions autour des humanités numériques, aux côtés du groupe Menestrel, et favoriser la production/mise en ligne de corpus numériques. Voir le carnet sur Hypothèses.

Un de ses objectifs est de dresser un état des lieux du paysage des corpus numériques mis en place par les chercheurs et les équipes en France, inédits comme édités, sources comme travaux et de publier cet inventaire. Celui-ci permettra de constater la diversité du paysage des corpus de médiévistes, de visualiser les corpus à soutenir matériellement et financièrement et de mieux prévoir la mise en lien de tous (« interopérabilité »).

Nous proposons à tout chercheur/toute équipe intéressée de remplir le formulaire de l’enquête (longue ou courte, format libre) accessible via ce lien : http://goo.gl/forms/lCU4RapfqN08cXJ42

La clôture de l’enquête est fixée au 27 août 2016

Que faire de Wikipédia ?

Voilà un bref billet qui couvait depuis un moment dans les soutes de devhist… Ces temps-ci, le temps vient toujours à manquer pour concrétiser les idées de billets, même si le carnet arrive à vivre, grâce aux contributrices et contributeurs qui acceptent de prendre le temps de partager ici leurs expériences, leurs réflexions, etc. (qu’ils et elles en soient encore une fois remerciées !). Il faut dire qu’entre les campagnes de recrutement et la prise de fonction d’un premier poste de MCF, le temps du blogging ne pouvait que se resserrer. Car, oui, bloguer prend du temps. Ce qui, accessoirement, implique que celles et ceux qui y consacrent ce temps considèrent que cela en vaut la peine, et non qu’il s’agit d’un passe-temps d’oisifs-qui-feraient-mieux-d’avancer-sur-[compléter-au-choix-la-suite], à bon entendeur… Mais j’arrête ici ce qui devrait être l’introduction du « que faire des blogs d’historien-nes » qui ne manquera pas de s’imposer ici un jour….

L’objet de ce billet est… Wikipédia. Vous savez, ce monstre numérique qui corrompt nos petites têtes blondes depuis 15 ans et dont certains se plaisent à dénoncer les travers… parfois à raison, parfois jusqu’à l’obsession. Continuer la lecture

Faire une histoire quantitative de l’État ? Quelques réflexions historiographiques

En France, ces deux dernières décennies ont été le théâtre d’un incontestable renouveau de l’histoire de l’État contemporain, de telle sorte qu’il n’est certainement plus possible de le qualifier de « non-objet historique » (Rosanvallon, 1990 : 9). Le nombre des fonctionnaires constitue toutefois un angle mort des recherches en sciences sociales. Ainsi, le constat que Pierre Rosanvallon dressait pour l’État il y a plus de vingt ans s’applique très bien aujourd’hui à la question de ses effectifs : « le très petit nombre des travaux consacrés à l’histoire [du nombre des fonctionnaires] contraste singulièrement avec la vigueur des jugements qui s’expriment à son propos. (…) Il est peu de domaines dans lesquels le déséquilibre entre la masse des prises de position et la minceur des travaux érudits soit aussi frappant » (Ibid).

Une telle situation a permis l’édification d’un double mythe politique concernant le volume des effectifs de l’État : de tous temps la France compterait trop de fonctionnaires tandis que l’État lui-même serait bien incapable de compter ses effectifs Continuer la lecture

Des dossiers de carrière aux sources construites : les entretiens biographiques

Ce billet méthodologique prolonge une récente contribution à Devenir historien-ne, centrée sur l’usage des dossiers de carrière dans l’histoire des enseignantes d’Éducation physique et sportive. Après l’étude de dossiers administratifs, notre recherche s’est en effet poursuivie sur la base de questionnaires mais aussi et surtout, d’entretiens biographiques.

Un corpus oral construit en plusieurs temps

Lettre de présentation, Questionnaire parcours d'enseignant-e-s

Lettre de présentation, Questionnaire parcours d’enseignant-e-s (cliquez pour agrandir)

Pour construire notre corpus oral, nous avons bénéficié, au-delà des contacts personnels noués lors d’un travail de master1 , du soutien du Syndicat National de l’Éducation Physique (SNEP) ainsi que de l’Association des Enseignants d’EPS (AEEPS)2. Ce syndicat disciplinaire ainsi que cette association de spécialistes ont diffusé par le biais de leurs listes privées, sites internet, fils d’informations et bulletins retraité-e-s – et ce à plusieurs reprises – un appel à compléter un questionnaire. Continuer la lecture

  1. SZERDAHELYI Loïc (2007), La mixité en EPS. Regards de professeures d’EPS sur les années 1960 et 1970, Mémoire de master 2 recherche en sciences du sport, Université Lyon 1 []
  2. Aujourd’hui nommée : Association pour l’Enseignement de l’EPS. Cette association est historiquement issue de l’Amicale des anciens élèves de l’École Normale Supérieure d’Éducation Physique []

De l’usage des dossiers de carrière dans l’histoire des enseignantes d’Éducation physique et sportive

Ce billet méthodologique s’appuie sur un travail de doctorat, soutenu en juin 2014 et intitulé : « Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989)1 . Pour mener à bien ce projet d’histoire sociale, au sein duquel le genre constitue une catégorie utile d’analyse critique, les dossiers de carrière ont constitué, au début de notre recherche, les sources privilégiées.

Des dossiers de carrière conservés aux Archives nationales

Versés par le Ministère de la Jeunesse et des Sports pour la période considérée, les dossiers de carrière des enseignant-e-s d’EPS sont conservés aux Archives nationales (AN). Les versements concernent différents statuts de personnels : professeurs hommes et femmes, moniteurs et monitrices, maîtres et maîtresses, professeurs-adjoints hommes et femmes, chargé-e-s d’enseignement, agents contractuels, auxiliaires. Classés alphabétiquement en fonction du cadre de fin de carrière, les dossiers sont en revanche rarement différenciés selon le sexe, femmes et hommes étant regroupés sous les mêmes cotes. Continuer la lecture

  1. SZERDAHELYI Loïc (2014), « Femmes d’action ». Parcours d’enseignantes d’EPS en France, des recrutements séparés à la mixité des concours (1941-1989), Thèse de doctorat en STAPS et Histoire, sous la co-direction de Michelle ZANCARINI-FOURNEL et Philippe LIOTARD, Université Lyon 1. Thierry TERRET a également été co-directeur de cette thèse, avec Michelle ZANCARINI-FOURNEL, jusqu’à sa nomination comme recteur de l’académie de la Réunion en janvier 2013 []

Entre histoire et actualité : Les Archives par S. Cœuré & V. Duclert

Depuis le rapport Braibant demandé par le premier ministre Édouard Balladur en 1996, qui a dressé un bilan de la loi sur les Archives de 1976, les archivistes militent, soutenus par les historiens, pour remettre en question un système particulièrement complexe et peu efficace, manquant de transparence et de praticité.

Les ArchivesC’est dans ce contexte qu’a été écrit, et qu’agit, un petit livre de 128 pages, Les Archives, paru en 2001 aux éditions La Découverte et réédité en 2011 en réaction à l’évolution permanente de son propos. L’ouvrage de Sophie Cœuré et de Vincent Duclert affiche une ambition plurielle, et tient une place particulièrement importante au sein de l’historiographie des archives françaises.

Sophie Cœuré est une historienne française, spécialisée dans l’histoire du communisme et de la Russie aux XIXe et XXe siècles. Elle a enseigné à l’ENS, puis à l’université Paris Diderot. Les Archives constituent son premier ouvrage spécialisé dans ce domaine. Elle l’explore à nouveau en 2007 dans La mémoire spoliée : Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Payot, Paris, 2007. La réédition de 2011 s’enrichit ainsi d’exemples tirés de l’histoire des archives soviétiques, et de cette histoire des archives françaises, dont fait partie l’exemplaire original du traité de Versailles. Continuer la lecture

Comment utiliser les Mémoires d’Ancien Régime ?

Mémoires de Marguerite de Valois (édition de 1629)

Mémoires. Ce terme masculin, pluriel, avec une majuscule, caractérise une écriture de soi rétrospective et constitue un témoignage posthume légué à la postérité, un appel à des juges inconnus et désintéressés.

Étudier ces textes est une entreprise captivante. Ils constituent des recueils quasi inépuisables de ressources pour le chercheur qui, en les lisant, se place au cœur même de la vie de ces hommes – et ces femmes – qui jouèrent un si grand rôle dans le royaume de France. Les Mémoires regorgent de passion, de reproches, d’amour, de haine de la part de leur auteur qui, puisque le plus souvent il ne destine pas ses écrits à la publication, du moins de son vivant, peut se permettre d’exprimer ses sentiments sans crainte. Le mémorialiste peut ainsi se dévoiler et user de critique, parfois de manière cinglante, envers le pouvoir, les favoris ou la cour. Tous ces éléments, mêlés à la pleine implication de l’auteur dans le récit par le biais du moi, suscitent la curiosité du lecteur et le plaisir du chercheur.

Pourtant, étudier ces morceaux d’histoire, fourmillant d’idées, de personnages, d’anecdotes, représente un travail minutieux et nécessite une attention particulière. Parce qu’ils sont le fruit de vies différentes, d’époques différentes, parce qu’aucune forme rédactionnelle particulière ne leur est imposée, l’étude de Mémoires est une tâche qui peut s’avérer complexe1.

Un intérêt renouvelé

Après une période d’engouement spectaculaire pour les Mémoires au XIXe siècle, entrainant l’émergence de quelques importantes séries de publication2, l’intérêt pour ces textes s’est étiolé. Il ne reprit que dans les années 1970, lors du renouvellement des problématiques d’histoire sociale plutôt dirigées vers les classes populaires.

La disparition des grands paradigmes marxistes et structuralistes qui sous-tendaient bien des travaux d’après-guerre a transformé l’histoire sociale dans les années 1990. Ainsi, la volonté de travailler sur l’individu a été mise en avant, étudié pour lui-même dans sa trajectoire ou son parcours de vie, au fil desquelles le chercheur tente de discerner son ou ses identités, sa capacité d’intervention sur le monde, et les différences qui le singularisent des autres individus de son milieu. Le développement de la micro-histoire, au moment de l’essoufflement des enquêtes quantitatives, contribua à valoriser les documents qui permettent de retrouver chaque individu3. Aussi, un nouveau temps de l’historiographie de ces écrits est apparu. Il se distingue d’abord par une grande sensibilité à l’interdisciplinarité. Alors que la plupart des documents anciens n’occupent que les historiens, presque convaincus de leur monopole sur les témoignages du passé, ces écrits à caractère personnel intéressent les spécialistes d’autres disciplines (sociologues, littéraires, linguistes, anthropologues), tous prêts à bondir sur ces sources et à les soumettre aux modes d’interrogations propres à leurs démarches spécifiques. Il se caractérise également par un double recentrage de l’analyse : vers le scripteur d’abord, qui n’est plus considéré comme une voie d’accès à une psychologie collective mais bien comme une conscience individuelle qui doit être scrutée pour elle-même ; vers le document ensuite à la fois comme objet matériel dont l’aspect extérieur doit être étudié avec attention, et comme un texte qui n’est pas uniquement une source pour l’histoire des événements relatés4.

Cette vague d’intérêt est corroborée par la multiplication des études qui portent sur les récits de soi, à la fois dans le domaine de la vie privée, mais également vers des aspects plus intérieurs, plus personnels, voire confidentiels des individus. Elle est également appuyée par l’attrait des historiens pour la littérature dès les années 19905. En effet, depuis une vingtaine d’années, des œuvres majeures – pensons aux travaux de Henri-Jean Martin, Roger Chartier ou Noé Richter – ont donné au livre une place essentielle dans le champ d’étude des pratiques culturelles et tracé de nouvelles perspectives méthodologiques6. Au fil des travaux rassemblant des littéraires et des historiens, dépassant la simple matérialité de l’objet et s’intéressant également aux pratiques qu’il recouvre, toute la littérature est devenue un champ d’analyse historique7. Cela permet désormais d’approcher le « littéraire » comme réalité sociale ou sociopolitique, de traiter de l’histoire de la littérature, et de l’histoire des points de vue des littératures sur des réalités qui leur sont extérieures.

Les Mémoires, un témoignage de son temps

L’étude des Mémoires d’Ancien Régime fait transparaître un trait particulier de leur écriture, essentiel à une juste appréciation du genre : le caractère massivement posthume de ces textes. Tout semble en effet se passer comme s’ils n’étaient pas destinés à une publication, du moins immédiate, et leur état laisse parfois penser à aucune publication du tout. Si l’écrasante majorité des Mémoires est posthume, c’est pour une raison simple : écrit pour soi ou pour des proches, c’est le plus souvent par une trahison des dépositaires ou des héritiers que le texte devint un imprimé. Ces réflexions nous entraînent à considérer les Mémoires comme des objets littéraires spécifiques, boudant les règles du royaume des lettres. Ce sont au départ des manuscrits, dont il existe une ou plusieurs copies, envoyées à des destinataires bien précis. Ainsi, tout un espace de parole libre et sans sanction est créé, dans le contexte de censure de l’époque. Le mémorialiste peut ainsi s’exprimer sans crainte d’éventuelles représailles de la part de ceux qui auraient pu être froissés par le contenu de son œuvre, et dévoiler plus aisément le fond de ses pensées.

En outre, que le mémorialiste soit le centre de sa narration donne au lecteur l’impression de découvrir un témoignage, le récit d’événements vécus, donc authentiques. Ce sentiment est renforcé lorsque l’auteur parle de lui à la troisième personne.

Les Mémoires apparaissent ainsi comme un lieu propice aux évocations, personnelles ou plus générales, d’un temps révolu. Il ne s’agit pas d’une autobiographie, mais bien de l’écriture de l’histoire, dans laquelle on s’octroie la place que l’on croit mériter. Naturellement, il convient à l’historien de ne pas accorder trop de crédit aux éléments évoqués par le mémorialiste, dont l’œuvre est éminemment subjective. Pourtant, si la vérité historique ne peut être appréhendée seulement à partir de Mémoires, leur auteur témoigne d’une époque, d’une manière de vivre et d’écrire8.

Scruter le texte

La première étape nécessaire à l’étude de ces textes consiste à les replacer dans leur contexte. Naturellement, il faut veiller à ne pas les investir de la teneur globale d’une période, de ne pas en faire le réceptacle de tout et de préserver l’irréductible originalité de l’individu9. Outre une connaissance des grands événements de la période abordée dans les textes, considérer l’environnement dans lequel évolua l’auteur est un élément primordial qui doit se faire avant même l’étude de l’œuvre, afin de mieux la comprendre. S’agissant des XVIe et XVIIe siècles, le chercheur se doit de s’informer notamment sur la religion de l’auteur, sur ses positions politiques, sur ses fonctions militaires, mais également, puisqu’une telle étude concernerait l’écriture, sur l’éducation de l’auteur et son environnement culturel. La famille est également une notion à ne pas négliger : les ancêtres représentent le nom qu’il faut glorifier, les descendants sont très souvent les destinataires. De cette manière, une fois le mémorialiste mieux connu du chercheur, celui-ci pourra se pencher sur l’étude proprement dite de l’œuvre concernée.

L’étude de Mémoires nécessite une prise en compte de leur morphologie et de leur matérialité, lorsque l’original est consultable. A ce titre, il s’agit de prendre en compte de multiples entrées telles que la pagination, le format, la reliure, les ratures, les réécritures, autant de renseignements qui, généralement, sont visibles sur le document. Ces informations permettront de replacer ces textes dans le contexte de leur écriture, et d’envisager l’importance que ces pages revêtirent pour leur auteur : des corrections de mots peuvent laisser supposer un désir de s’exprimer correctement, et probablement d’être lu ; des corrections à propos de faits témoignent d’une réflexion au sujet de ce qui fut déjà écrit.

Sur cette double page manuscrite des Mémoires de Bassompierre (1579-1646), il est possible d’observer non seulement les ratures et corrections de l’auteur, mais également les ajouts dans la marge. Cela prouve l’attention portée le mémorialiste à son écrit, dans le probable espoir d’être lu, voire publié.

Toutes ces propositions ne sont en rien exhaustives, et l’anatomie des Mémoires originaux pourrait susciter bien d’autres remarques. Néanmoins, même en l’absence du manuscrit, il est possible d’évaluer le temps mobilisé par le travail d’écriture et de déduire la place qui lui est accordée, en considérant par exemple le nombre de pages. Notons également que l’analyse de l’original permet également de se rendre compte si les Mémoires ont été rédigés en une seule fois, et même, dans certains cas, s’ils sont le fruit d’une seule et même personne, par l’analyse de la graphie10. En outre, le titre est un indice précieux afin de déterminer dans quel état d’esprit les scribes rédigent leurs textes. La recherche des intitulés originels, trop souvent gommés par les éditeurs du XIXe siècle, est un préalable indispensable à l’étude du contenu. En effet, durant cette période de vaste (ré)édition des Mémoires d’Ancien Régime, certaines œuvres qui n’en étaient pas ont été classés sous ce vocable par erreur, pour plus de simplicité, ou, et c’est le cas le plus fréquent, parce qu’ils correspondaient à la « mémoire » de leur auteur, au récit de sa vie11. C’est de cette manière que certains chercheurs, pour lesquels l’aspect rétrospectif de l’écriture ne semble pas essentiel, n’ont pas fait cette distinction, qui nous semble pourtant indispensable. Enfin, il convient de noter que certains éditeurs ne se sont pas seulement contentés de rassembler les écrits du mémorialiste, mais firent également œuvre d’historiens. En effet, certaines notes de bas de page, des explications sur d’éventuels manques au manuscrit original ou sur des passages illisibles, la rédaction de tables détaillées aident le chercheur dans son travail d’investigation, et il nous semble utile de faire apparaître dans le travail de recherche, afin qu’il soit complet, ces éléments de l’œuvre imprimée.

Écouter le mémorialiste

L’analyse du contenu des Mémoires est sans doute l’étape la plus délicate, mais également la plus captivante d’une telle étude. Il s’agit enfin d’écouter ce que ces hommes ont eu à nous dire, d’entrer dans leur vie, de combattre à leurs côtés, de partager leurs exploits, de subir leur disgrâce. La situation d’exil ou de retraite volontaire favorise la rétrospection et l’introspection.

Il semble tout d’abord essentiel de déterminer, à partir du texte, les raisons exactes de l’écriture et le destinataire, préalables indispensables à une étude cohérente. C’est une question bien légitime : qu’est-ce qui a pu pousser ces gens d’arme à prendre la plume, à une époque où justement, ils méprisent les gens de lettres ?12 Lorsqu’il y eut disgrâce, quelles en furent les conditions ? Souvent cet aspect fut négligé par les chercheurs qui ne voyaient dans les Mémoires qu’un recueil d’exemples concrets, susceptibles de venir étoffer des études aux corpus de sources plus large. Quant au destinataire, sa connaissance sert à envisager pour qui le mémorialiste cherche à se justifier de ses actes : le duc de La Force par exemple, rédigea ses Mémoires pour son fils, utilisant son œuvre comme un manuel d’instruction pour une descendance qui se destinait à la même carrière que lui. Ces informations sont souvent explicitement fournies par les auteurs, qui utilisent dans bien des cas les premières pages du récit pour développer ces aspects. La possibilité de l’existence d’un éventuel destinataire non avoué doit également être prise en compte, notamment pour cerner ou non le désir du mémorialiste que son œuvre soit connue.

Il est également d’une importance cruciale de prêter une attention particulière à la teneur subjective du genre des Mémoires. En effet, puisqu’il s’agit d’une écriture de justification, que les actions doivent être mises en valeur, le mémorialiste ne peut s’en tenir aux faits, et ainsi agir en historien13.

La multiplication des promesses du mémorialiste de ne dire que la vérité et de garantir l’exactitude historique de la narration doit conduire l’historien à redoubler de méfiance et de ruse lorsqu’il aborde ces œuvres. Cet aspect est justement la raison principale de la réticence, durant de nombreuses années, des historiens vis-à-vis des Mémoires, dans lesquels le récit des événements était forcément faussé par les sentiments de l’auteur. Cela ne doit pourtant pas constituer une limite de l’analyse, bien au contraire : c’est justement dans les Mémoires que l’on peut appréhender l’opinion, la mentalité, la religiosité, et bien d’autres éléments que l’historien retrouvera dans les écrits de soi, plus aisément que dans d’autres types de sources.

  1. Les analyses proposées dans se billet s’inscrivent dans une réflexion plus globale issue d’une recherche doctorale en cours dont je rends compte sur mon propre carnet. Pour prendre connaissance de mon projet de thèse, je me permets de vous inviter à lire : « Projet de thèse – La mise en valeur de soi chez les mémorialistes des Guerres de Religion », Les Mémoires aux XVIe siècle, 28 novembre 2012 : http://memoires16.hypotheses.org/23. J’ai par ailleurs publié une proposition de grille d’analyse dans « Proposition de grille de recherche – Mémoires d’Ancien Régime », Les Mémoires aux XVIe siècle,  28 novembre 2012 : http://memoires16.hypotheses.org/33. []
  2. Pour n’évoquer que les deux plus retentissantes, citons la Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, depuis l’avènement de Henri IV jusqu’à la paix de Paris conclue en 1763, publiée par Petitot et Monmerqué entre 1820 et 1829 qui compte trente-huit titres, ou la Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, depuis le XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe, de Michaud et Poujoulat, composée de quarante-deux œuvres publiées entre 1836 et 1839. []
  3. Carlo GINZBURG, Carlo PONTI, « La micro-histoire », Le Débat, décembre 1981, p. 136. Ces tenants de cette micro-histoire expliquent « qu’un document vraiment exceptionnel (c’est-à-dire statistiquement infréquent) peut être beaucoup plus révélateur que mille documents stéréotypés ».

    []

  4. A ce propos, voir Jean-Pierre BARDET et François-Joseph RUGGIU (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2005, p. 7-13.

    []

  5. Christian JOUHAUD (dir.), « Littérature et histoire », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 49e année, numéro 2, 1994.

    []

  6. Henri-Jean MARTIN, Histoire et pouvoirs de l’écrit, Paris, Perrin, 1988 ; Roger CHARTIER, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987 ; Noé RICHTER, La lecture et ses institutions, Le Mans, Presses de l’Université du Maine, 1984. []
  7. [1] C’est ce constat qui a entrainé la création du Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire (GRIHL). []
  8. Christian JOUHAUD, Dinah RIBARD et Nicolas SCHAPIRA, Histoire, Littérature, Témoignage, Paris, Gallimard, 2009, p. 31. Ces auteurs présentent le mémorialiste comme le témoin privilégié de son temps, et les Mémoires comme exprimant le rapport qu’il entretient avec l’histoire.

    []

  9. Sur cette posture méthodologique, voir Nicole LEMAITRE, Le Scribe et le Mage. Notaires et société rurale en Bas-Limousin aux XVIe et XVIIe siècles, Ussel, Musée du Pays d’Ussel, 2000. []
  10. Les Mémoires de Richelieu, pour ne citer qu’eux, ont été rédigés par de nombreux secrétaires. []
  11. [1] Ainsi, des journaux qui ne portaient pas de nom lors de leur rédaction ont pu être rebaptisés au moment de leur publication, et devinrent alors des « Mémoires », classés comme tels dans les catalogues. Le Journal de Pierre de l’Estoile, publié en 1875 est une parfaite illustration de ce phénomène : qualifié de « registre » par son auteur, il se trouve dans la catégorie « Mémoires » dans les Sources de l’Histoire de France de Louis André et Emile Bourgeois. []
  12. Nous faisons ici une généralité d’une notion qui, quoique très fréquente, doit tout de même être nuancée : Théodore Agrippa d’Aubigné, par exemple, était à la fois un militaire qui rédigea ses Mémoires, et un poète. []
  13. Georges GUSDORF, Les écritures du moi, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 251. []

De l’image source à la culture visuelle

Interno di un sala da cinema, en CC 3.0 par Sailko via Wikimedia Commons

Pour un historien travaillant sur un objet qui ne relève pas directement de la culture visuelle, une séquence filmée ou une série de photographies1 constituent-elles des sources légitimes ? Le fait que lesdites séquences ou séries d’images aient été mises en scène, puis montées dans un film ou agencées dans la maquette d’un journal, constitue-t-il un aspect que l’historien peut étudier ?

Depuis longtemps, une réponse positive a été apportée à ces deux questions liminaires (cf. notamment Sadoul dès 1961), si bien qu’en 2012 Christian Delage peut écrire, « dès 2004, dans L’Historien et le film, Vincent Guigueno et moi-même considérions que la question du film comme source d’histoire était largement résolue. » En fait, comme les autres types de sources, les photographies et les images filmées acquièrent une valeur documentaire quand elles sont documentées. Pour cela, les chercheurs doivent non seulement connaître les conditions de production (appareil utilisé, auteur, période et  lieu de la prise de vue), mais aussi mener une étude attentive à la matérialité des images diffusées. Tout comme un document textuel ou une série statistique, ces images dites d’enregistrement n’offrent, en effet, pas un accès direct au réel passé. Il n’y a pas de transparence du médium et l’impression d’une mise en contact directe relève du domaine de l’illusion référentielle. Dit autrement, en l’absence d’informations contextuelles, c’est-à-dire de données portant aussi bien sur les conditions de leur production que de leur reproduction, les images restent muettes pour les historiens (cf. Ilsen About et Clément Chéroux, 2001).

Ce constat fait, d’autres champs d’investigation se sont ouverts pour les historiens intéressés par les articulations entre histoire et images dites d’enregistrement. Par exemple, le type de sujets envisageables s’est sensiblement élargi quand les historiens du culturel ont pris pour objets d’étude d’autres formes que celles canonisées par l’histoire de l’art et par les écrits cinéphiles. Ainsi, toutes les productions culturelles, des installations d’artistes et des films dits d’auteur, aux séries télévisées, aux films de série B et aux vidéos partagées en ligne sont aujourd’hui analysée2. Par ailleurs, les historiens se sont rendus aux archives (film et non film) afin d’appréhender la genèse de ces productions culturelles (de la première idée du scénario au tournage, puis du montage au tirage de la copie).3 Ils ont fait de la photographie et du film non plus seulement des sources, mais aussi des objets d’étude à part entière.4 En plus de cette approche génétique, les chercheurs se sont également demandé : est-ce que la circulation d’une bobine de pellicule et les multiples appropriations par les spectateurs, sont à prendre en compte ? Depuis une dizaine d’années de nombreux travaux sont venus apporter une réponse positive à cette nouvelle question.5 Ainsi, une véritable histoire du regard (ou plus justement des études du temps de la diffusion) est venue compléter l’archéologie des images (étude du temps de la production). Les questions posées aux films et aux photographies ont aussi changé. Les questions, – De quoi cette image est-elle le reflet ? Que représente-t-elle du réel ? – ont ainsi été, le plus souvent remplacées par une bien plus intéressante interrogation sur les conditions de l’inscription d’une forme visuelle dans un espace public en perpétuelle transformation.6 Dès lors c’est moins le contenu (audio)visuel des films et des photographies, qui est étudié que leur influence, leur performativité, leur fonction, leur utilité, en somme, leur rôle dans la société (présente et passée).7 Les historiens intéressés par ces nouveaux champs n’ont pas tant essayé de renouveler l’esthétique et l’histoire du cinéma et de la photographie (qui se sont également transformées), que d’intégrer ces nouveaux objets à leur discipline.

Ces questionnements sur la diffusion ont aussi conduit à s’intéresser à l’articulation entre productions culturelles et écriture de l’histoire. Cette articulation peut être résumée ainsi : un chercheur a-t-il à prendre en compte le fait que la réalisation d’une forme visuelle est influencée par le moment historiographique où elle est produite et, en retour, une forme visuelle peut-elle influencer la manière dont un ensemble d’actions ou d’idées sont représentées par les historiens ? De nouveau, à ces deux questions, une réponse positive peut être apportée.

En parallèle de ces recherches sur le temps de la diffusion, des historiens ont dégagé un autre objet d’étude : le cinéma – et non plus seulement les films (ou les photographies).8 Ils se sont d’abord interrogés sur le rôle des salles de cinéma et sur la place du public, puis sur l’influence des médias généralistes et spécialisés sur le devenir référence d’un film ou encore sur la façon dont les discours portant sur une forme culturelle peuvent circuler en ligne. La manière dont certaines productions sont diffusées, accompagnées ou non de textes explicatifs, au sein de l’Éducation nationale, dans des musées ou lors de représentations théâtrales, est alors devenue un objet d’étude digne d’intérêt. De même, en plus des supports classiques (le cinéma, la télévision et la presse), la vente de produits dérivés et les appli pour smartphone aussi bien que la conception de parodies ou d’hommages par les usagers d’Internet, sont, de plus en plus, pris en considération par les chercheurs qui étudient la culture visuelle.9 Ainsi, les productions des industries et leurs multiples appropriations par les usagers sont aujourd’hui des objets d’étude à part entière. L’historien ne peut plus se contenter d’un face à face avec la forme visuelle (le film ou la série de photographies), ni même d’intégrer à l’étude de celle-ci les seules archives rendant compte de ses conditions de production. Le cinéma et la photographie sont devenus, pour les chercheurs, un fait social total, dont la forme visuelle est un élément parmi d’autres.

  1. Par la suite, pour une lecture plus fluide, on fait usages des termes, forme visuelle (quand il s’agit du contenu de l’objet) et production culturelle (quand il s’agit des conditions de sa production), pour désigner les photographies et les films dans leur ensemble. []
  2. Sur ce point, lire notamment : « Pour une histoire cinématographique de la France », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 51-4, 2004, 192 p. (en particulier l’introduction de Pascal Ory). []
  3. En histoire, les différentes recherches menées par Christian Delage sont particulièrement représentatives de ce type de démarche. La génétique s’est également développée en tant que sous-champ des études cinématographique ; pour une première synthèse lire : « Cinéma », Genesis, no 27, 2007, 192 p. []
  4. En France, à partir des années 1970, Marc Ferro a joué un rôle essentiel pour l’institutionnalisation de ce champ de recherche. Par la suite, le modèle proposé par ce chercheur a été sensiblement complété, des textes essentiels ont été publiés à ce sujet aussi bien dans Vingtième siècle (on pense en particulier au no 46, 1995), que dans 1895, Les Annales et Études Photographiques. []
  5. Les travaux actuels de Sylvie Lindeperg pour le cinéma et de Frédéric Rousseau pour la photographie, ou encore ceux de Jacques Walter pour les médias en général sont particulièrement représentatifs de ce type de démarche. Les travaux de jeunes chercheurs tels que Julie Maeck pour le cinéma ou Audrey Leblanc pour la photographie s’inscrivent également dans ce type de perspective. []
  6. Ce déplacement a notamment été initié dès les années 1970 par Pierre Sorlin ; lire entre autres, Pierre Sorlin « Clio à l’écran, ou l’historien dans le noir », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1974, n°4-6, pp. 252-278. []
  7. Chacun de ces termes mériteraient d’être définis, le choix d’utiliser tel ou tel vocable ne faisant aucunement consensus dans le champ des études culturelles portant sur les formes visuelles. En France, l’un des principaux lieux du débat autour de l’usage de ces termes est le média collaboratif d’enseignement et de recherche Culture Visuelle. Pour des réflexions d’ordre plus anthropologiques ou philosophiques, il est possible de se reporter aux textes de François Albera, d’Hans Belting, de Georges Didi-Huberman, de Thomas Elsaesser, de Nicolas Mirzoeff, de W.J.T. Mitchell ou encore de Jacques Rancière. []
  8. Si le texte fondateur de l’histoire culturelle du cinéma date de la fin des années 1950 (Robert Mandrou, 1958), ce champ d’étude s’est principalement développé depuis une dizaine d’année. Le séminaire collectif, « Histoire culturelle du cinéma », tenu par Christophe Gauthier, Anne Kerlan et Dimitri Vezyroglou est l’un des lieux d’échange les plus intéressants autour de ce sujet. Pour une synthèse, lire l’introduction de Dimitri Vezyroglou, Le cinéma en France à la veille du parlant, Éditions du CNRS, Paris, 2011, 381 p. []
  9. En France, les travaux menés par les jeunes chercheurs réunis autour d’André Gunthert au sein du Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (EHESS) s’inscrivent pour la plupart dans cette perspective. Pour ne citer que les plus historiens, il est possible de mentionner les travaux engagés par Gil Bartholeyns, Estelle Blastchke, Marie-Ève Bouillon, Pierre-Olivier Dittmar, Alexie Geers, Fanny Lautissier, Patrick Peccate, etc. []

Où trouver les sources historiques de la communauté sourde ?

Les sources sont le principal ingrédient d’une bonne recherche historique. Leur choix et leur analyse dépendent fortement de leur contenu et, par conséquent, une question se pose d’emblée à tout chercheur : vaut-il mieux avoir beaucoup de sources ou en avoir de qualité ?

Dans mon domaine de recherche, la réponse à cette alternative s’impose quasiment d’elle-même du fait de la difficulté de trouver des sources à laquelle j’ai rapidement été confronté. En effet, j’étudie l’histoire des sourds à la Belle Époque, qui jusqu’à présent, a surtout été étudiée sous un angle éducatif. Mon objectif est différent : je souhaite étudier cette histoire sous un angle plus social, afin de comprendre la vie des sourds dans le passé. J’ai été confronté à deux principales difficultés pour ma recherche : trouver des références bibliographiques ayant trait aux sourds, et les sources spécifiques à la vie sociale. Ces difficultés n’avaient pas été remarquées car je me contentais de ce qui avait déjà été écrit, et donc, dès que je voulais sortir des sentiers battus, cela devenait une vraie exploration.

Avant tout, il faut savoir que le volume de productions écrites issue de la communauté sourde est assez variable dans le temps. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les écrits qui concernent des sourds sont exclusivement produit par des observateurs extérieurs. C’est en 1778 que Pierre Desloges écrit un livre intitulé Observations d’un sourd et muet, dans lequel il donne son point de vue concernant l’éducation des enfants sourds : selon lui il fallait mieux éduquer par la langue des signes ou par l’oral. L’intervention de Desloges a été la première où un sourd revendique clairement sa position en faveur de la langue des signes dans un ouvrage.

Par la suite, entre 1794 et vers 1830, les sourds semblent ne pas avoir publié d’ouvrages jusqu’à l’explosion des années 1830. Cette explosion est survenue au moment où les professeurs sourds se sont mobilisés pour la préservation de l’éducation par la langue des signes qui allait être supprimée par le directeur de l’institution des sourds de l’époque, Désiré Ordinaire. Donc, Ferdinand Berthier, professeur sourd, fondateur de la Société Centrale des sourds-muets en 1838, une société de défense des droits des sourds, a été l’un de ceux qui ont le plus publié1. Après un creux dans les années 1860-1880, où les sources semblent se tarir, les écrits de sourds redeviennent abondants au cours de la période 1880-1930 ; en particulier grâce au développement de la presse dite «sourde», avec une augmentation du nombre de journaux édités par les sourds. Une nouvelle diminution a lieu après les années 1930 pour atteindre son minimum dans les années 1980, avant de reprendre une croissance régulière2.
Ces fluctuations s’expliquent par les variations de la capacité des sourds à écrire. En effet, sans plonger dans le militantisme, il est frappant de constater la corrélation, en particulier au XXe siècle, entre la qualité de l’éducation et la quantité de sources écrites par les sourds eux-mêmes. Le rapport Gillot, écrit en 1998, faisait état de 80% de sourds illettrés, à la fin du XXe siècle. Ce chiffre indique le déclin des sources écrites de la part des sourds au cours du XXe siècle.3

Les références bibliographiques

Quand on souhaite ouvrir un domaine de recherche très peu exploré, la principale difficulté est que l’on ne peut pas réellement s’appuyer sur les recherches des autres chercheurs dans ce domaine précis. On peut certes s’inspirer pour ce qui est plus général, ce qui englobe la société dans son ensemble. Mais, dans le cas précis de l’histoire sociale des sourds à la Belle Époque, il n’y a quasiment pas d’articles ou d’ouvrages qui puissent vous guider, ou mettre sur la piste.

Comme je l’évoquais au début de ce billet, la plupart, sinon tous, des travaux sur l’histoire des sourds se concentrent sur l’éducation. Ainsi, l’histoire de ce que sont devenus ces élèves à la sortie des écoles : vie familiale, travail, vie sociale… reste à écrire.

Si l’on peut s’appuyer sur des articles ou des ouvrages portant sur l’éducation des enfants sourds, qui sont donc majoritaires, pour avoir des débuts de pistes ou des références dans les archives, et ainsi démarrer les recherches, il est parfois nécessaire de s’appuyer sur des recherches faites par les historiens amateurs, par des associations de sourds, pour avoir des indications.

Néanmoins, la recherche doit commencer par les lieux les mieux connus et explorés. Donc, dans mon cas, c’est l’éducation des enfants sourds au XIXe siècle qui me sert, comme on dit «de camp de base». De là, on peut établir plusieurs voies d’exploration. Ainsi, il existe de nombreux travaux tels que L’administration des faveurs François Buton4, ou Signes et institution des sourds de Jean-René Presneau5 que je considère comme une référence.

Les sources écrites

Il existe deux grands types de sources écrites permettant de faire l’histoire de la communauté sourde. La première que je nommerais «sources directes» provient des sourds eux-mêmes : presse, courrier associatif, ouvrages. Et la seconde, les «sources indirectes», résulte d’un regard extérieur à la communauté : enseignants, journalistes…

Ces deux types de sources se complètent, mais, leur quantité n’est pas comparable. En effet, les «sources directes» ont une quantité très variable selon la période étudiée. Comme je l’écrivais plus haut, elles sont très rares jusqu’aux années 1830 et dans les années 1910-1980, elles sont relativement abondantes dans les années 1840-1910 et depuis les années 1980. Cette variation de la quantité s’explique par un fait simple, mais, assez peu admis. Il s’agit d’une conséquence de la décision d’un congrès, organisé à Milan en septembre 1880, où des directeurs, des enseignants, et des fonctionnaires de différents pays se sont réunis afin de décider de la marche à suivre concernant l’éducation des enfants sourds. La décision finale a été prise en faveur de l’éducation orale pure, qui consiste à se concentrer uniquement sur la démutisation des enfants sourds lors des deux premières années. En conséquence, l’éducation intellectuelle est réduite puisqu’elle est considérée comme moins essentielle. Cela a une conséquence à long terme : les jeunes sourds qui sortent des écoles après 1880 présentent un niveau à l’écrit nettement plus faible par rapport à leurs aînés qui étaient éduqués avec une méthode différente, basée sur la langue des signes. Ainsi, la quantité des archives écrites de la part des sourds eux-mêmes a dépendu de choix institutionnels relatifs à leur éducation.

  • La presse sourde et les ouvrages

Une couverture du Journal des sourds-muets (photo de l'auteur)

Ce déclin à l’écrit s’observe facilement avec une disparition progressive des ouvrages publiés par les sourds eux-mêmes, et par un fort déclin de la presse dite «sourde». En effet, celle-ci était extrêmement prolifique à la Belle Époque, avec l’existence de plus d’une dizaine de journaux «sourds» pendant une trentaine d’années. Ainsi, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, on remarque une disparition relative de la presse «sourde» : quelques titres consensuels ont subsisté tandis que les journaux les plus militants se sont évaporés.

La presse est précieuse à plus d’un titre, car je la considère comme le pouls du bouillonnement intellectuel d’une communauté à un temps donné. On peut constater des débats, des polémiques, des réflexions et même des passions qui ont traversé une communauté.

Les archives de cette presse dite «sourde» ne se trouvent que dans deux lieux à l’heure actuelle : l’Institution Nationale des Jeunes Sourds, à Paris, et la Bibliothèque nationale de France (sur le site François Mitterrand). Néanmoins, il en existe également chez les particuliers âgés qui en conservent précieusement.

La Gazette des sourds-muets et le Journal des sourds-muets sont les journaux les plus connus, et pouvant donner des débuts de réflexion, et même des informations assez riches sur les associations sourdes.
Néanmoins, la qualité du papier employé fait que l’accès à ces sources est aléatoire, ainsi Le journal des sourds-muets des années 1890 est inaccessible à la BNF du fait de sa fragilité.

Il est toutefois possible de contourner en partie cette difficulté en utilisant les archives en ligne et bibliothèques numériques. Cela représente un gain de temps énorme, avec un grand nombre d’ouvrages numérisés, accessibles via Gallica, mais également avec Google Books et Internet Archive qui recense toutes les numérisations effectuées.

Enfin, une source précieuse est constituée par les archives de l’université Gallaudet, l’unique université sourde au monde.

  • Les archives associatives

Une archive associative (photo de l'auteur)

Ce type d’archives est le plus difficile à atteindre, puisque la plupart des associations sourdes, de ma période de recherches, ont disparu, et il n’existe pas, à l’heure actuelle, de lieu de conservation dédié aux archives associatives sourdes.

C’est pourquoi elles se trouvent le plus souvent chez des particuliers, les anciens présidents ayant gardé chez eux la correspondance de l’association. Hélas, la situation est toutefois extrêmement aléatoire : il arrive régulièrement que leur descendance se séparent de ces archives, les trouvant encombrantes, et les détruisent.

Cependant, il existe quelques lieux qui ont préservé ce type de sources, en particulier celui de l’association des sourds de Reims, fondée en 1894 et qui existe toujours. Elle a la particularité de disposer d’un foyer de sourds où les archives sont préservées. Par conséquent, le foyer des sourds de Reims représente une source d’informations importantes sur les associations de l’époque via la correspondance qui y est gardée.

Mais, ce type d’archives reste encore minoritaire pour l’instant au vu de sa dispersion et de sa destruction partielle.

Par contre, il y a d’autres types d’associations, non sourdes, comme le Salon des artistes, la Société des Gens de Lettres, etc. auxquelles il est très recommandé d’avoir recours pour comprendre le parcours d’une personnalité.

  • Une archive privée, Lyon 1918 (Photo de l'auteur)

    Les archives privées

Ces archives sont, la plupart du temps, celles des personnalités de l’époque, que leur descendance, le plus souvent sourde, a préservé. Leur accès est assez difficile puisqu’il exige d’avoir recours à des relations au sein de la communauté sourde.

Étant moi-même sourd, et issu d’une famille de sourds, je sais ainsi où se trouvent des familles anciennes de sourds. Mais, il m’arrive aussi de découvrir l’existence de familles encore plus anciennes et très discrètes, par le biais d’amis par exemple. L’utilisation des réseaux communautaires constitue ainsi une condition essentielle pour avoir accès à ces archives qui sont réellement précieuse puisque ce sont souvent des archives au contenu unique.

  • Les archives départementales et nationales

Ces archives sont essentielles pour les recherches d’ordre administratif. Il est intéressant de remarquer que quasiment toutes les séries des archives disposent des documents qui concernent les sourds. La difficulté est de les trouver. C’est souvent par le biais d’un article de journal, d’une correspondance, ou bien, en reconstituant le parcours d’un personnage que l’on découvre des documents qui n’avaient pas été cités dans les références bibliographiques.

Les séries les plus fréquentes, dans mes recherches sont celles de la justice, la Série U, avec les procès, en diffamation, que les personnalités sourdes se faisaient entre elles, ceux de l’État-Civil, la série Q avec les permis de construire. Mais, il ne faut aussi pas oublier les archives particulières comme celles de la Légion d’Honneur avec la base Léonore, et les archives des hôpitaux.

Les témoignages en noétomalalien6

Ce type de sources est ce que l’on peut qualifier de sources orales.

Ainsi, ces témoignages, le plus souvent issu de sourds âgés qui ont rencontré d’autres anciens quand ils étaient jeunes, sont très précieux puisqu’ils peuvent pallier l’absence de sources écrites, ou même des événements qui ne sont pas couchés sur papier. Il est particulièrement important, d’autre part, de recueillir les témoignages des personnes âgées : la langue des signes française est en constante évolution et les anciens signes plongent progressivement dans l’oubli. Dans le cadre de ma propre recherche doctorale, je constitue ainsi un corpus précieux pour les recherches ultérieures, en particulier linguistiques. De ce que je vais faire de ce corpus recueilli, je n’ai pas encore la réponse, ni même envisagé le lieu où je pourrai les déposer, puisque si dépôt il y a, il faudrait que je demande l’autorisation aux témoins pour l’ouverture de ce corpus aux autres chercheurs, ce que je n’ai pas encore fait. Il faudra y réfléchir à l’avenir : un lieu d’archives en langue des signes ne semble pas réellement exister actuellement à une plus grande échelle que les archives privées, associatives…

Les informations recueillies par le biais de témoignages permettent, assez souvent, de débloquer certaines questions, et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherches. Ils compensent également la disparition des sources écrites, et du déclin de l’écrit chez les sourds au cours du XXe siècle.

Néanmoins, la principale difficulté est d’éviter d’influencer le témoin. Enfin, il est important d’essayer de recueillir ces témoignages avec une caméra afin d’en assurer la pérennité. Je recommande de suivre les conseils de Thomas Gomart qui a publié un article sur la question7.

Conclusion

Pour faire une histoire sociale de la communauté sourde, il existe donc une multiplicité de possibilité d’accès aux sources. La vrai difficulté relève donc de l’identification de ces accès et il se peut que l’on aboutisse parfois à une impasse. Il est vraiment essentiel de garder à l’esprit que l’on peut trouver des informations dans des archives qui pourraient parâtre, au premier abord, très improbables, c’est pourtant souvent celles-ci qui permettent d’ouvrir de nouvelles voies…

La recherche doit être une aventure dit mon directeur, Mr Gerard Jorland, et je dois admettre que c’est une réelle exploration !

  1. Plus d’une dizaine d’ouvrages, avec, entre autres Histoire et statistique de l’éducation des sourds-muets, Paris, chez l’auteur,1836 et les sourds-muets avant et depuis l’abbé de l’Épée, Paris, Ledoyen, 1840 []
  2. Ce constat a été fait par une analyse personnelle des publications d’ouvrages recensés dans le catalogue général de la BNF, analyse faite avant mon exposé à une séance du séminaire du groupe ESOPP, consultable ici : http://cernach.free.fr/travaux/educationsourd.pdf
    []
  3. Source : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/984001595/index.shtml#book_presentation []
  4. François BUTON, L’administration des faveurs. L’État, les sourds et les aveugles (1789-1885), Rennes, PUR, 2009 []
  5. Jean-René PRESNEAU, Signes et institution des sourds, XVIIIe-XIXe siècles, Seyssel, Éditions Champ Vallon, 1998. Il y a également les ouvrages de Yves DELAPORTE qui permettent de pouvoir démarrer la recherche : Aux origines du mouvement sourd, Ferdinand Berthier (1803-1886), Second volume, Louhans, CLSFB, 1999, et Moi, Armand, né sourd et muet, Paris, Plon, 2002. []
  6. Définition ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Noétomalalier []
  7. Thomas GOMARD, « Quel statut pour le témoignage oral en histoire contemporaine ? », Hypothèses. Travaux de l’école doctorale d’histoire, 1999, pp. 103-111. Accessible sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-hypotheses-1999-1-page-103.htm []

La bibliothèque du CEDIAS-Musée social

Façade du Musée social en 1898

Façade du Musée social en 1898 (coll. CEDIAS-Musée social)*

Établissement privé, installé depuis sa fondation au 5 rue Las Cases dans le VIIe arrondissement de Paris, la bibliothèque du CEDIAS-Musée social est l’héritière d’un centre de documentation pionnier dédié aux multiples expressions de la « question sociale » dans le monde occidental contemporain. Cette orientation première, qui conditionne toujours la politique d’acquisition de la bibliothèque et en structure largement l’identité, se double aujourd’hui  d’un rôle documentaire et interventionnel de premier plan dans les domaines du travail social et de l’action sociale, assumé sous la tutelle du Centre d’études, de documentation, d’information et d’action sociales (CEDIAS).

Les collections de la bibliothèque intéresseront en priorité les apprentis historiens et historiennes dont le sujet de recherche croise le large spectre des déclinaisons du « social » aux XIXe et XXe siècles : histoire du travail, du monde ouvrier, des politiques sociales, de l’urbanisme et du logement social, de la philanthropie et des institutions patronales, du syndicalisme et des grèves, de l’économie sociale et solidaire, de la santé publique, de la démographie, et enfin, bien entendu, de l’ensemble des doctrines philosophiques, des attitudes et des mouvements politiques attachés à ces thématiques – socialismes, anarchismes, communismes principalement.

"Grève de Limoges : Le personnel du restaurant communiste", 1905, coll. CEDIAS-Musée social

Carte postale. "Grève de Limoges : Le personnel du restaurant communiste", 1905

Si la spécificité de ses collections en fait à l’évidence une bibliothèque « spécialisée », la bibliothèque du CEDIAS-Musée social rend aussi les grands et menus services d’une bibliothèque d’étude, située de surcroît non loin du Quartier latin : salle de lecture, outils de recherche, revues généralistes en libre accès, encyclopédies et usuels, ouvrages de référence en histoire et sciences sociales. La rapide présentation de la bibliothèque qui suit, si elle s’appuie prioritairement sur le lieu et son histoire pour mieux en éclairer les collections, n’en délaisse pas pour autant les questions « pratiques » relatives à l’accessibilité et à la fréquentation des salles de lecture. Elle vise à faire connaître un lieu d’étude et de recherche méconnu mais utile à bien des recherches en histoire et sciences sociales, et un lieu de sociabilité intellectuelle central pour les historiens, apprentis ou confirmés, dont le travail touche aux problématiques du social [1].

Histoire [2]

Projet de laboratoire des réformes sociales de la IIIe République mûri par Jules Siegfried, Émile Cheysson et Léon Say à l’issue de l’Exposition universelle de 1889, le Musée social est fondé en 1895 grâce aux fonds d’un riche mécène sensible à la question sociale, le comte Aldebert de Chambrun. Selon l’acception de l’époque, le « musée » se conçoit moins comme un lieu de conservation que comme un centre de recherche, d’étude et de documentation. Il se dote d’une bibliothèque, dont la tâche initiale est de rassembler et de mettre à la libre disposition de toute personne intéressée la production documentaire relative aux questions et aux réformes sociales.

"Assurances sociales, organisation libre", affiche de la Fédération nationale catholique (1928?)

Affiche. "Assurances sociales, organisation libre", Fédération nationale catholique

Sous l’égide de son premier bibliothécaire, Étienne Martin-Saint-Léon, la bibliothèque se soumet d’emblée à deux  principes directeurs qui font aujourd’hui la richesse de ses collections. Le premier, la neutralité, implique la collecte de tous les documents relatifs aux questions sociales, quels qu’en soient les émissaires ou la nature. Le second, l’ouverture internationale, découle du caractère transnational des « réseaux réformateurs » et s’appuie sur toute une équipe d’enquêteurs rémunérés et de correspondants disséminés en Europe et aux États-Unis. La fidélité de l’institution à ces principes initiaux, malgré l’inspiration nettement anti-révolutionnaire de ses fondateurs, explique largement que l’on puisse aujourd’hui y trouver aussi bien les comptes rendus de congrès des trade-unions anglais, des dossiers documentaires sur les coopératives belges ou les jardins ouvriers américains, des pamphlets anti-socialistes et des tracts anarchistes.

De sa création à la Seconde Guerre mondiale, la bibliothèque connaît son âge d’or. La salle de lecture, à deux pas de l’Assemblée Nationale, est fréquentée par des parlementaires aussi bien que par des professeurs d’université, par des militants instruits aussi bien que par des socialistes étrangers ; Jean Jaurès, Georges Sorel, Lénine, parmi bien d’autres, font partie de ces lecteurs. Durant l’entre-deux-guerres, l’institution connaît néanmoins des difficultés financières et des vicissitudes internes qui atteignent la dynamique d’expansion de la bibliothèque. L’importance des fondateurs, véritables notables de la Troisième République – plusieurs projets de loi furent élaborés au sein du Musée social[3] – décline avec leurs disparitions successives. La bibliothèque poursuit son œuvre de collecte, mais avec des moyens plus restreints.

Dans la deuxième partie du XXe siècle, elle resserre sa politique d’acquisitions et affirme certains partis pris documentaires, avec par exemple un accent mis sur les politiques sociales et le champ de l’action sociale. Sous l’impulsion de Colette Chambelland, elle devient à partir des années soixante un lieu d’étude, de rencontre et d’échanges pour de nombreux historiens du mouvement ouvrier et du socialisme. Depuis le début des années 2000, elle mène une politique de modernisation de ses outils et de valorisation de ses fonds, reconnue sur le plan institutionnel par l’intégration du réseau des « pôles associés documentaires » de la BnF (qui alimente Gallica) et par le classement comme « archives historiques » d’une part importante de ses collections par le Ministère de la Culture et de la Communication (par arrêté du 8 avril 2008).

Collections

Les collections constituées par la bibliothèque portent la marque de cette riche histoire : variété des supports, coexistence de l’imprimé et de l’archive, pluralité linguistique et, surtout, fonds exceptionnel pour la période 1880-1914. Sans chercher à en donner une recension aussi vaine qu’inutile, il semble pertinent d’en esquisser à grands traits les principales ressources et composantes[4].

"Conscrit", février 1906 : "L'Armée est le chien de garde du coffre-fort"

Périodique. "Le Conscrit", février 1906

L’un des points forts de la bibliothèque est sa collection de périodiques, particulièrement dans les domaines de l’économie sociale et solidaire et de l’action sociale ; sa vocation patrimoniale est affirmée dans ce domaine (c’est l’essentiel de sa contribution à la bibliothèque numérique de la BnF, Gallica) et elle conserve des titres rares voire uniques.

La littérature grise – brochures, tracts, feuilles militantes – y est abondante et en plusieurs langues, reflet des envois réguliers des correspondants du Musée social ou des dépôts de militants. Les dossiers documentaires réalisés par les sections d’étude du Musée – sur les coopératives, les grèves, les jardins ouvriers, l’hygiène, l’urbanisme… – sont encore consultables et constituent une source de première main pour les historiens du réformisme social. Il serait dérisoire de prétendre offrir un panorama de l’offre de monographies. On se contentera donc d’indiquer qu’outre les « classiques » du socialisme, du christianisme social ou du communisme, la bibliothèque du CEDIAS-Musée social offre l’accès à une riche collection d’ouvrages de référence en historiographie et sciences humaines, de Marc Bloch aux Lieux de mémoire, complétée d’usuels comme le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, dit « Maitron ».

Bibliothèque d’étude clairement tournée vers l’histoire et les sciences humaines, la bibliothèque du Musée social est aussi une bibliothèque de recherche qui assume la conservation de plusieurs fonds d’archive. Outre ceux de la Fédération nationale des coopératives de consommation, en cours de traitement, on peut citer en exemples les archives de l’Alliance d’hygiène sociale, de l’association L’Hygiène par l’exemple, celles du sociologue du travail, ancien surréaliste et compagnon de Trotsky, Pierre Naville, ou encore celles des militants syndicalistes-révolutionnaires Pierre Monatte et Alfred Rosmer. Il faut enfin signaler l’exceptionnelle documentation recueillie et déposée à l’issue des expositions universelles de Paris de 1889 et de 1900 – catalogues, brochures, rapports, livrets – qui demeurent un matériau précieux pour toute recherche sur l’histoire du travail et de ses représentations au tournant du XIXe siècle.

Étude

La bibliothèque du CEDIAS-Musée social est petite : à la salle d’accueil et des périodiques succède une salle d’étude pouvant recevoir une vingtaine de lecteurs simultanément. L’apprenti historien peut préparer utilement sa visite en consultant le catalogue en ligne de la bibliothèque, désormais informatisé dans sa quasi-intégralité. Préalablement à toute consultation de document, il est accueilli par l’un des bibliothécaires qui s’enquiert de ses besoins et qui, s’il le souhaite, l’informe et le guide dans sa recherche. On aurait tort de se priver de ce temps de dialogue : les bibliothécaires étant eux-mêmes historiens et au contact permanent de nombreux chercheurs, l’apprenti historien aura tout intérêt à se laisser prodiguer conseils de lecture, estimation de l’état des recherches et des ressources sur une question ou sollicitation à la prise de contacts avec chercheurs, collègues ou institutions. Si sa recherche est concluante, le lecteur sera invité à s’inscrire, sur la base de divers tarifs : 3€ pour la journée, 10€ pour cinq entrées, 20€ à l’année s’il est en mesure de produire un justificatif étudiant (carte d’étudiant, attestation d’inscription en master ou en thèse).

Salle de lecture en 1898 - Salle des catalogues aujourd'hui (bibliothèque du Musée social)

La salle de lecture en 1898 et la salle du catalogue aujourd'hui

L’accès aux périodiques vivants déposés sur les présentoirs – parmi lesquels Le Débat, Esprit, Actes de la recherche en sciences sociales, Annales, Commentaire, Revue d’histoire moderne et contemporaine, Genèses… – est libre et ne nécessite pas d’inscription, mais ces ressources sont consultables sur place uniquement. La bibliothèque du CEDIAS-Musée social est une bibliothèque d’étude qui ne propose du reste aucun document au prêt, à de rares exceptions que sont les mémoires de travail social déposés en double par leurs auteurs. Cette restriction, couplée à des horaires d’ouverture restreints – 13h-18h du lundi au jeudi, 13h-17h le vendredi – ne facilite pas l’accès aux collections conservées et impose à chacun d’organiser sa journée (et sa semaine) de travail en conséquence.

Années 1930 : enfants de la "zone" aux portes de Paris

Photographie. "Années 1930 : enfant de la 'zone' aux portes de Paris", s.d.

Ces conditions d’accès sont celles d’une petite structure, animée par un personnel restreint, et sans dotation publique directe. S’il est à certains égards contraignant, le fonctionnement général de la bibliothèque n’en présente pas moins certains avantages. Outre la qualité de l’environnement de travail et du conseil prodigué, le système de communication « de la main à la main » des documents, dont la demande est effectuée par un bulletin papier remis au bibliothécaire, présente l’avantage de temps d’attente extrêmement courts entre la demande et la réception du ou des documents, de l’ordre de cinq à dix minutes. Ces documents, une fois la séance de travail terminée, sont « mis de côté » par les bibliothécaires sur simple demande. Comme dans la plupart des bibliothèques, les photocopies et les photographies sont possibles, sous réserve de l’accord préalable des bibliothécaires. Enfin, la salle de lecture est un espace et un outil de travail précieux : les historiens du politique (et d’autres) seront heureux d’y trouver, en libre accès, la collection papier complète de l’Humanité.

 


* Toutes les illustrations de ce billet sont extraites de la photothèque de la bibliothèque et reproduites avec l’aimable autorisation du CEDIAS-Musée social

[1] Ancien usager de la bibliothèque, l’auteur de ce billet y a aussi travaillé entre 2010 et 2011.

[2] Outre l’historique proposé par la bibliothèque sur son site, ont été consultés les ouvrages suivants : Colette Chambelland (dir.), Le Musée social en son temps. Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1998 ; Janet Horne, Le Musée social. Aux origines de l’État providence. Préface de Pierre Rosanvallon. Paris, Belin, 2004.

[3] Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914. Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

[4] Pour plus de précisions, on se reportera à la présentation rédigée par la bibliothèque : http://cediasbibli.org/opac/index.php?lvl=infopages&pagesid=13