Archives par étiquette : vulgarisation

« L’Histoire, un enjeu très politique ! » 3 vidéos à visionner sur Mediapart

La question des usages politiques de l’histoire, sans faire l’objet des investigations centrales de Devenir historien-ne, a toujours été présente sur ce carnet. Qu’il s’agisse des billets d’Aurore Chery, du duo Thibault Le Hégarat et Benoît Vaillot, d’une intervention de Denis Pechanski ou, plus récemment, de l’entretien accordé par Mathilde Larrere à Véronique Servat comme d’un nouveau billet de Thibault LH sur la vulgarisation, la question du « rôle social » ou des prises de positions historiennes dans l’espace public est importante pour ce carnet. Son existance elle-même en témoigne, comme j’avais tenté de l’expliquer dans un exercice d’auto-célébration de réflexivité proposé par Nicolas Lebourg pour Fragments sur les temps présents.

Bref, tout ceci pour expliquer qu’il me semblait nécessaire de relayer dans ces pages la tenue, hier soir, d’une soirée spéciale sur Mediapart : toute entière consacrée à l’histoire. Vous me direz, rien d’exceptionnel : de « secrets d’histoire« à « l’Ombre d’un doute » l’histoire est déjà bien présente à la télévision… Humm. Bref.

Organisée par Laurence De Cock et Mathilde Larrere, cette soirée Mediapart a consisté en une série de 3 tables rondes dont je vous recommande le visionnage. Si je vous recommande vivement de vous abonner (en l’occurrence ce sont nos abonnements qui permettent l’organisation de ce type de soirées…), je ne peux que saluer la mise en ligne systématique par Mediapart de ses vidéos sur sa chaine Youtube, en libre accès donc. Continuer la lecture

Apprendre à vulgariser ?

Ce billet revient sur un entretien réalisé dans le cadre d’un travail de recherche post-doctorale et publié sur le carnet Patrimoine et télévision. J’y expose ses intentions, ce que l’entretien à mis à jour, et l’état de ma réflexion sur la vulgarisation historique.

Les raisons d’un entretien

Le projet de recherche sur lequel je travaille cette année m’amène à adopter une position différente à la mienne puisque tout en restant dans la position d’un chercheur, je suis également engagé dans un travail de vulgarisation du savoir historique, lequel prendra la forme d’un outil à destination du public : un site internet retraçant l’histoire du patrimoine. Or tout comme j’ai appris à devenir historien par la pratique de la recherche, au fil d’une thèse de doctorat, de communication en publication, lectures après lectures, je me doutais que je ne pourrais m’improviser vulgarisateur. Continuer la lecture

Tribulations historiennes à l’université de Toulouse : sommaire de la saison 1

Ah, le master recherche ! Dans le cursus universitaire, il est pensé comme l’antichambre du doctorat, le moment où les étudiants font leurs premières armes d’historiennes. Ils y découvrent le contact avec les archives et l’émulation intellectuelle, tour à tour aiguillonnés par leurs lectures et les entretiens avec leurs directeurs et directrices de mémoire.

Mais derrière cette description pensée par les équipes pédagogiques, que savons-nous du quotidien de ces jeunes chercheurs ? De leurs manières de travailler, d’appréhender leurs sujets ? Découvrent-ils tous ce « goût » de l’archive cher à Arlette Farge ? D’ailleurs, travaillent-ils tous dans des dépôts et sur des archives papier ? Qu’en est-il de leurs rapports aux outils ou aux temporalités de la recherche ? Autant de questions situées au cœur de ce projet pédagogique hébergé dans le cadre du master Histoire, civilisation, patrimoine à l’université de Toulouse Jean Jaurès. Continuer la lecture

Faire de l’histoire sur Twitter ? Entretien avec @LarrereMathilde

En matière d’éducation, le site de microblogging Twitter est souvent un lieu de confrontation et d’invectives qui ne rendent pas justice aux vastes possibilités de l’outil. Au milieu des floods en 140 signes qu’impose le réseau du petit oiseau bleu, une historienne, Mathilde Larrère1 , s’est lancée dans une série d’exercices de microbloggingstory. A l’aide d’un autre outil, Storify, qui permet d’ordonner des tweets, elle retrace des épisodes historiques de l’époque contemporaine. À l’image de son compte qui est personnel, professionnel et militant, elle entremêle dans cet exercice les trois aspects de sa « personnalité » numérique. Pensés par une femme historienne et engagée, ces récits s’inscrivent avec humour, fraicheur et rigueur dans une démarche d’éducation populaire et amorcent de vastes mouvements réticulaires de circulation des savoirs historiques.

A quel moment et pourquoi as-tu envisagé d’utiliser Twitter pour conter sous forme de Storify des épisodes historiques ?

Au début j’ai commencé par faire juste des éphémérides sur Twitter, juste une date anniversaire avec mention de l’événement. Puis ça m’a frustré de ne pas expliquer l’événement. Trop tristement factuel. J’ai commencé à donner de petits éléments d’interprétation, d’explication. Mais j’avais aussi besoin de raconter ce qui se passait. D’incarner un peu, de donner du vécu. De précisions en explications, d’interprétations en récits, je me suis mise à faire des threads de plus en plus longs. 10 tweets, puis 20, puis 40… Dans les notifications, des twittos me disaient c’est super, mais pourquoi tu ne les mets pas sur Storify parce que là c’est compliqué de suivre ?  Alors je suis allée voir et je m’y suis mise. Continuer la lecture

  1. Mathilde Larrère est normalienne, agrégée d’histoire. Sa thèse portait sur la garde nationale sous la Monarchie de Juillet. Elle est maitre de conférence à l’université de Paris Est Marne la Vallée. Elle est aussi militante syndicale, politique et associative []

Patrimoine, Histoire et Multimédia

Patrimoine-Histoire-MultimediaPourquoi créer un blogue?

J’ai créé le blogue Patrimoine, Histoire et Multimédia fin 2008. Diplômée quelques années auparavant en Histoire avec concentration en production multimédia, j’occupais alors un emploi avec un horaire atypique, ce qui limitait mes activités. Pour occuper mes temps libres et continuer à approfondir et partager mes connaissances en histoire, j’ai décidé de créer un blogue. Mes recherches précédentes portaient sur Les représentations iconographiques de la pauvreté à Londres et à New York, de Mayhew à Campbell (1861-1896). Bloguer, oui, mais à quel sujet? J’avais envie de revenir à l’étude de l’histoire et du patrimoine du Québec, plus particulièrement aux XIXe et XXe siècles. Avec le temps, j’ai décidé de traiter également de l’histoire des Franco-Américains. Continuer la lecture