#VendredHIST (001)

Vous connaissez #VendrediLecture ? C’est un rendez-vous litteraire sur Twitter : le vendredi, on partage nos lectures du moment en utilisant cette balise (pour en savoir plus, voir le site de l’initiative). Or, nous sommes quelques-uns à y partager régulièrement des lectures d’articles ou d’ouvrages d’histoire et de sciences sociales. D’où ma proposition d’hier soir : et si nous ajoutions simplement une balise supplémentaire à nos #vendredilecture pour signaler nos recommandations historiennes ? #VendredHIST est né, et voici les lectures partagées hier…


Marc Bloch, Les roi thaumaturges, Étude sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale, particulièrement en France et en Angleterre, Paris, Gallimard, 1983.

LEVI_PouvVillage« De 1944, date de sa mort héroïque, au début des années 1970, Marc Bloch est surtout apparu comme le cofondateur (avec Lucien Febvre) de la revue Annales, qui renouvela la méthode historique, et l’auteur d’une grande synthèse, La Société féodale (1939-1940). Depuis une dizaine d’années, les historiens et les chercheurs en sciences humaines et sociales pensent de plus en plus que le grand livre de Marc Bloch, c’est son premier vrai livre : Les rois thaumaturges(1924).
Il est consacré à l’étude d’un rite curieux : la guérison miraculeuse, par simple toucher des mains, des écrouelles ou scrofules (adénite tuberculeuse). L’attribution de ce pouvoir aux rois de France et d’Angeleterre remonte probablement au XIIe siècle ; elle va durer en Angleterre jusqu’au début du XVIIIe siècle, en France jusqu’en 1825, date du sacre de Charles X.
Comment se déroulait le rituel du toucher royal? Quelle était la vraie nature du pouvoir monarchique : les rois étaient-ils des personnages sacrés, des sorciers faiseurs de miracles? Pourquoi, enfin, a-t-on cru puis cessé de croire au miracle royal? Trois questions qui ont amené Marc Bloch à explorer les chemins de la psychologie collective, des rites et des mythes, des croyances populaires. Pour éclairer le phénomène, il a eu recours à l’anthropologie et à son plus grand théoricien d’alors, Frazer, au comparatisme avec les sociétés les plus diverses, aux arcanes de la médecine populaire traditionnelle. C’est un jalon essentiel dans l’exploration des mentalités et l’invention d’une anthropologie historique.
Dans son importante préface, Jacques Le Goff s’efforce de préciser les raisons personnelles et les milieux intellectuels qui ont conduit Marc Bloch à écrire ce livre exceptionnel, gros d’avenir, puis à abandonner cette voie, et fait le point sur la situation des Rois thaumaturges dans la recherche historique et anthropologique aujourd’hui, dont ce livre est l’un des phares. »

(partagé par @clemencelyon)


Neal Cassady, Un truc très beau qui contient tout. Lettres 1944-1950, Le Bouscat, Finitude, 2016.

CASSADY_TrucTresBeau« La Beat Generation c’est Kerouac, Ginsberg, Burroughs : trois écrivains qui allaient bousculer durablement l’Amérique. Mais l’étincelle, celui qui a mis le feu aux poudres, s’appelle Neal Cassady. Il est l’alter ego, le «frère de sang» de Jack Kerouac qui en fait le héros de « Sur la Route » et du reste de son œuvre.
Il est charmeur, flamboyant et excessif, dans la vie comme dans ses lettres. Ces lettres fulgurantes qui impressionnent et enthousiasment. «Elles se rangent parmi les meilleures choses jamais écrites en Amérique» s’enflamme Kerouac qui s’en inspirera dans ses romans, allant même jusqu’à s’en approprier des pages entières.
Inédites en français, ces lettres étourdissantes font enfin entendre les propres mots de celui qui reste « l’âme de la Beat Generation » – parfois tendres et touchants, parfois insolents et délirants. Voici le véritable Neal Cassady, brut et intégral. »

(partagé par @histgeoblog)


Leonore Davidoff et Catherine Hall, Family Fortunes. Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise (1780-1850), La Dispute, 2014.

DAVIDOFF-HALL_FamilyFortunes« Family Fortunes, c’est l’histoire de l’irrésistible ascension de la bourgeoisie anglaise au cours des XVIIIe et XIXe siècles. Dans la mise en place de cet ordre social, la redéfinition des catégories de masculinité et de féminité joue un rôle central.
Leonore Davidoff et Catherine Hall, respectivement sociologue et historienne, montrent, à partir d’un prodigieux travail sur archives et d’une analyse limpide des relations entre classes sociales et rapports sociaux de sexe, comment la petite bourgeoisie émergente a construit ses propres institutions, cultures et valeurs durant la révolution industrielle.
En éclairant d’une manière vivante et précise la formation sociale progressive des frontières entre la bourgeoisie et les autres classes sociales, entre les hommes et les femmes, entre sphère publique et sphère privée, travail domestique et travail rémunéré, elles analysent comment on devient homme ou femme dans cette nouvelle classe sociale ; et, inversement, comment ce processus façonne la bourgeoisie sur les plans économique et politique, mais aussi des valeurs, de la religion et de la culture.
Référence majeure dont la méthode, l’originalité et la qualité historiographiques ont été reconnues internationalement, intéressera tout-e-s celles et ceux qui cherchent à remettre sur le métier la discussion sur les classes sociales, et à penser ensemble les dimensions historiques, économiques, sociologiques et culturelles des rapports de classe et des rapports de sexe dans les sociétés capitalistes. »

(partagé par @caro_ligne)


Hervé Drevillon, Les Rois absolus (1629-1715), Paris, Belin, 2011.

DREVILLON_RoiAbsolus« 11 novembre 1630 : à l’issue d’une journée mouvementée, Louis XIII choisit de maintenir sa confiance à Richelieu pour s’engager, à ses côtés, dans une politique dominée par les préceptes de la raison d’État. 1er septembre 1715 : Louis XIV meurt au terme du règne le plus long et le plus brillant de l’histoire de France. D’une date à l’autre, ce siècle fut le temps des rois absolus. Louis XIII et Louis XIV portèrent à son comble la sacralité du pouvoir monarchique en mobilisant toutes les ressources littéraires et artistiques d’un siècle fécond. Les fastes dorés et solennels de la religion royale furent mis au service d’une autorité inouïe. Pour en rendre compte, les contemporains regroupèrent sous le terme générique d’« Extraordinaire », les impôts nouveaux, les tribunaux exceptionnels, les pouvoirs confiés aux intendants, etc. Assurément, le temps des rois absolus fut un temps de sidération. De révolte et de violence aussi.
La guerre, avec son cortège de malheurs et de nécessités impérieuses, fut la manifestation la plus sensible de l’autorité royale. Elle exigea une mobilisation toujours croissante de la société et de l’État, dont elle fut la matrice. Pour la financer, le recours au crédit et à la vente d’offices modifia profondément les structures sociales du royaume. Les élites investirent massivement dans ces charges vénales qui, parfois, les anoblissaient en entretenant la confusion entre dignité sociale et service du Roi. Ainsi débutait la longue histoire d’une relation singulière entre la société française et l’État. Peut-être même faut-il dater de ce xviie siècle la cristallisation de certains caractères identitaires. Ne dit-on pas que les Français sont cartésiens et qu’ils parlent la langue de Molière ? Derrière ces lieux communs, se profile l’émergence d’une conscience régnicole, à défaut d’être nationale, née dans la contemplation du roi et au service de sa gloire. Car c’est dans la guerre, encore, que se forgea la communauté territoriale insérée dans le « pré carré » de Vauban. L’histoire des rois absolus est une histoire de France. »

(partagé par @louisandouche)


François Georgeon et al, Dictionnaire de l’empire Ottoman – XVe-XXe siècle, Paris, Fayard, 2015.

GEORGEON-et-al_DICT[L’éditeur ne proposant pas de présentation de l’ouvrage, je reprends ici les informations bio. relatives aux auteurs…] « 175 auteurs 720 notices Cahier hors-texte de 8 pages couleur 25 cartes Index des noms de personnes, des notions et des lieuxFrançois GEORGEON est directeur de recherche émérite au CNRS. Spécialiste des mondes ottomans contemporains et des nationalismes turcs, il est l’auteur d’une biographie d’Abdülhamid II (Fayard, 2003) et de Sous le signe des réformes. État et société dans l’Empire ottoman et dans la Turquie kémaliste (Isis, 2009).Nicolas VATIN est directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EPHE (IVe section). Spécialiste de l’Empire ottoman (XVe-XVIIe siècle), il a notamment publié Rhodes et l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem (Éd. du CNRS, 2000), Les Ottomans et l’Occident (Isis, 2001).Gilles VEINSTEIN a participé à la direction du projet jusqu’à son décès en 2013. Titulaire de la chaire d’histoire turque et ottomane au Collège de France et directeur d’études à l’EHESS, grand spécialiste de l’histoire de l’Empire, il a publié Le Sérail ébranlé (avec N. Vatin, Fayard, 2003) ou encore L’Europe et l’islam. Quinze siècles d’histoire (Odile Jacob, 2009). »

(partagé par @kedipacha)


Sebastian Haffner, Histoire d’un Allemand. Souvenirs (1914-1933), Paris, Actes Sud, 2004.

HAFFNER_HistAll« Dans un texte rédigé en 1939 et publié à titre posthume, le journaliste allemand Sebastian Haffner fait une chronique saisissante de ses expériences personnelles pendant l’époque de l’instauration du nazisme.

D’une clarté et d’une autorité exemplaires, son récit rend palpables, donc compréhensibles, les circonstances de l’avènement du régime hitlérien.

A cet égard, c’est un ouvrage dont la lecture, en plus de l’intérêt littéraire qui la justifie, est indispensable à la connaissance de notre temps. »

(partagé par @amelie_h2)


Maxim Leo, Histoire d’un Allemand de l’Est, Paris, Actes Sud, 2013.

LEO_AllEst« Maxim Leo, journaliste berlinois, avait vingt ans au moment de la chute du Mur. D’une plume alerte et captivante, il raconte aujourd’hui l’histoire d’une famille peu commune : la sienne. Après avoir combattu dans la Résistance française, son grand-père a contribué à la fondation de la RDA. Sa mère a cru en l’avenir du jeune Etat communiste, tandis que son père rêvait déjà de le voir disparaître.
La force de ce document exceptionnel réside dans l’intelligence avec laquelle Maxim Leo organise ce récit qui englobe une soixantaine d’années. Son talent de narrateur rend ce témoignage et ses protagonistes inoubliables.
Histoire d’un Allemand de l’Est ne permet pas seulement de comprendre vraiment ce que fut la RDA mais éclaire aussi les contradictions de l’Allemagne actuelle »

(partagé par @mXli1)


Giovanni Levy, Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989.

LEVI_PouvVillage« Cela commence avec l’étrange carrière d’un exorciste dans un petit village du Piémont de la fin du XVIIe siècle, à vingt kilomètres de Turin. Mais le voilà qui disparaît vite pour faire place à tout autre chose. Une étude des stratégies familiales et individuelles ? La structure économique et sociale d’une communauté traditionnelle ? L’analyse fine des rapports de pouvoir et des subtiles hiérarchies dans un microcosme ? La classique monographie villageoise où se projette l’écho de la grande histoire, à une période décisive de la construction de l’État moderne ?
Tous ces thèmes sont présents, mais l’enjeu est ailleurs. «J’ai voulu montrer combien de choses importantes on peut voir se produire alors qu’en apparence il ne se passe rien», annonce, en paraphrasant Musil, l’historien Giovanni Levi, un des inventeurs, avec Carlo Ginzburg, de la «micro-histoire». Santena ne sert ici que de cadre à la fabrication d’un objet à géométrie variable, à la construction d’une problématique qui s’élabore sous les yeux du lecteur où la reconstitution intensive de tous les événements biographiques ne sert que de matériel de base.
C’est le banal, le normal qui est ici privilégié, parce qu’il permet de faire apparaître autre chose, de modifier constamment la focale, de jouer avec la documentation comme avec un Mecano. Nous sommes ici en pleine histoire expérimentale. »

(partagé – en retard et sans tous les hashtags mais on lui pardonne… – par @N_klask)


Nabil Mouline, Le Califat. Histoire politique de l’Islam, Paris, Flammarion, 2016.

MOULINE_Califat« 29 juin 2014, à la grande mosquée de Mossoul, Abou Bakr al-Baghdadi proclame le califat. L’homme qui se prétend descendant du Prophète est encore inconnu du grand public. Il est pourtant le chef d’une organisation djihadiste qui fédère des milliers de partisans dans une région plongée dans le chaos depuis plusieurs décennies. Al-Baghdadi promet aux fidèles la domination universelle s’ils pratiquent le djihad et respectent la charia. Désormais, tous les émirats et Etats musulmans sont illicites, car l’ensemble des musulmans doit lui prêter serment d’allégeance. N’est-il pas le commandeur des croyants de ce nouveau califat ? Remontant aux prémices de l’islam, Nabil Mouline raconte – entre fantasmes et réalité – l’histoire du califat, cette institution politico-religieuse née en Arabie au VIIe siècle, qui a façonné la civilisation musulmane, devenant ainsi au fil du temps associée à l’âge d’or de l’islam. Pour les islamistes, le califat apporte une solution globale : une seule communauté, une seule loi, un seul chef… »

(partagé par @gigiroyer)


Michèle Riot-Sarcey, Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle, Paris, La Découverte, 2016.

RIOT-SARCEY_ProcesLiberte« Dans cet ouvrage, Michèle Riot-Sarcey fait revivre les idées de liberté surgies au cours des expériences ouvrières et des révolutions sociales du XIXe siècle français. Des idées largement oubliées depuis : minoritaires et utopiques, incomprises à leur époque, elles ont été maltraitées par l’histoire devenue canonique. Leur actualité s’impose pourtant aujourd’hui, à l’heure où l’idée de liberté individuelle a été dissociée de la liberté collective et réduite au libéralisme et à l’individualisme.
Ce passé inaccompli est ici revisité à partir de ses traces multiples : publications politiques, archives, romans, poésie, tableau, etc. Avec un souffle singulier, l’auteure restitue l’étonnant parcours de vie de femmes et d’hommes du peuple si nombreux à s’engager dans les chemins de la révolte, révélant ainsi les modalités méconnues de l’effacement de cette histoire. Comme le rôle des idées du « socialiste » Henri de Saint-Simon, qui influença tant de ces acteurs avant de se retrouver au cœur du projet capitaliste et industrialiste du Second Empire. Ou encore celui de Victor Hugo, dont l’immense succès des Misérables contribua à l’oubli de l’esprit de liberté qui avait marqué les insurrections de 1830 et 1848.
Cette fresque audacieuse, aussi excitante à lire qu’elle est remarquablement documentée, démontre la pertinence de la pensée de Walter Benjamin sur la nécessité de « faire exploser les continuités historiques ». Et elle invite à comprendre autrement les symboles aujourd’hui en ruines du XIXe siècle français : philosophie du progrès, contrôle de l’ordre social, « mission civilisatrice » de la république coloniale… Afin de libérer la modernité créatrice de la modernité dévastatrice, ce livre entend ainsi donner à voir sous un jour nouveau les rêves du passé, dont l’actualité prend sens au présent dans la quête d’un avenir radicalement autre. »

(partagé par @caro_ligne)


Paul-André Rosental, Destins de l’eugénisme, Paris, Le Seuil, 2015.

ROSENTAL_DestinsEugenisme« Imaginez une cité-jardin résidentielle offrant des conditions exceptionnelles à des couples choisis qui s’engagent sur un contrat de procréation… Localisée au pied du Parlement européen à Strasbourg, cette expérimentation grandeur nature dura des années 1920 aux années 1980 grâce au soutien des pouvoirs publics.
Synthèse de l’eugénisme britannique, allemand et français, ce projet visait à « accélérer l’évolution de l’espèce humaine ». Le créateur de ce « laboratoire humain », Alfred Dachert, était un homme d’affaires qui se rêvait en poète tragique de l’eugénisme, en Ibsen alsacien.
Paul-André Rosental explore cette entreprise politique et scientifique en se fondant sur des archives inédites. En expliquant l’énigmatique longévité de l’expérience, l’auteur réinterprète les grandes politiques républicaines de l’après-guerre, de la Sécurité sociale à la démocratisation scolaire.
Dans cet essai pionnier de microhistoire politique de la France contemporaine, Paul-André Rosental prend la mesure de l’héritage de l’eugénisme, idéologie scientiste et inégalitaire, en contexte démocratique.
L’eugénisme ne constitue pas seulement une théorie biologique qui hante les débats bioéthiques. De manière inattendue, il se révèle comme une théorie morale ayant pu imprégner cette norme de notre temps qui a pour nom « psychologie du développement personnel »

(partagé par @devhist)


Colette Zytnicki, L’Algérie, terre de tourisme. Histoire d’un loisir colonial, Paris, Vendémiaire, 2016.

ZITNICKI_AlgerieTourisme« Un pays où l’on peut à la fois skier et randonner dans de sublimes massifs montagneux, se baigner sur une côte que l’on dit turquoise, découvrir une culture authentique dans des villages préservés, à proximité de luxueux palaces construits au milieu du désert… Qui se souvient aujourd’hui que l’Algérie fut autrefois décrite comme la Californie française ?
Pourtant, dès le XIXe siècle et jusqu’à l’indépendance, elle fut une destination prisée, qui enthousiasma les voyageurs de l’Europe entière. Véritable paradis touristique, célébrée par les peintres orientalistes et les somptueuses affiches des compagnies maritimes, elle accueillait jusqu’à 120 000 vacanciers au début des années 1950.
Mêlant histoire culturelle et économique, Colette Zytnicki propose une vision inédite de cette Algérie disparue. À travers l’invention d’une terre de tourisme, c’est un pan inexploré de la colonisation qui se dévoile. »

(partagé par @tolosamedia2)


Petit rappel des « règles » pour la suite… : il suffit d’ajouter #vendredHIST à votre partage de #VendrediLecture en précisant l’auteur et le titre de votre lecture. Et comme ces balises le laissent entendre de façon relativement explicite, vos messages doivent être tweetés le… vendredi ! Comme dans cet exemple :