#VendredHIST (002)

Deuxième semaine pour #VendredHIST, la balise à ajouter à vos #VendrediLecture (pour plus d’informations et le rappel des consignes, voir le billet de la semaine dernière). En dépit du climat un peu pesant de ce 15 juillet, voici les lectures partagées…


Patrick Boucheron,et Corey Robin, L’exercice de la peur. Usages politiques d’une émotion, débat présenté par Renaud Payre, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Grands débats. Mode d’emploi », 2015.

BOUCHERON-ROBIN_ExPeur« Crainte de la récession, spectre de la guerre, menace du terrorisme : la peur a toujours été au fil des siècles une arme politique redoutable et un instrument de répression exemplaire. De l’Italie médiévale à l’Amérique contemporaine, Patrick Boucheron et Corey Robin interrogent tour à tour les divers usages d’une émotion ancestrale.
Conçu à partir d’une rencontre dans le cadre du festival « Mode d’emploi », organisé par la Villa Gillet en novembre 2014, ce livre propose une ouverture par Renaud Payre, un dialogue réagencé et révisé où alternent les voix de Patrick Boucheron et de Corey Robin, enfin un post-scriptum inédit de la main de chacun des deux intervenants. »

(partagé par @nsmodernhist)

Que l’on complètera, à l’invitation de Nicolas Simon, par la lecture qu’en avait proposé Quentin Verreycken, « Face à la peur : guide de survie en territoire zombie« , ParenThèses. Carnet de recherches en histoire du droit et des institutions, 11 mai 2015.

Ce titre ouvrant opportunément la liste alphabétique des partages de cette semaine, une fois n’est pas coutume, j’ajouterai pour ma part une invitation à lire l’entretien donné par Patrick Boucheron à Eric Aeschiemann pour l’Obs en juillet 2016 « Patrick Boucheron : “Non, l’histoire ne sert pas à fabriquer le ‘vivre-ensemble’” » ; et bien sûr à voir, écouter ou lire sa leçon inaugurale au Collège de France : « Ce que peu l’histoire« .


Dan Bouk, How Our Days Becam Numbered. Risk and the Rise of the Statistical Individual, The University of Chicago Press, 2015.

BOUK_HowOurDaysBecNumb« Long before the age of « Big Data » or the rise of today’s « self-quantifiers, » American capitalism embraced « risk »–and proceeded to number our days. Life insurers led the way, developing numerical practices for measuring individuals and groups, predicting their fates, and intervening in their futures. Emanating from the gilded boardrooms of Lower Manhattan and making their way into drawing rooms and tenement apartments across the nation, these practices soon came to change the futures they purported to divine.
How Our Days Became Numbered tells a story of corporate culture remaking American culture–a story of intellectuals and professionals in and around insurance companies who reimagined Americans’ lives through numbers and taught ordinary Americans to do the same. Making individuals statistical did not happen easily. Legislative battles raged over the propriety of discriminating by race or of smoothing away the effects of capitalism’s fluctuations on individuals. Meanwhile, debates within companies set doctors against actuaries and agents, resulting in elaborate, secretive systems of surveillance and calculation.
Dan Bouk reveals how, in a little over half a century, insurers laid the groundwork for the much-quantified, risk-infused world that we live in today. To understand how the financial world shapes modern bodies, how risk assessments can perpetuate inequalities of race or sex, and how the quantification and claims of risk on each of us continue to grow, we must take seriously the history of those who view our lives as a series of probabilities to be managed »

(partagé par @nathalie_jas)


Fabrice Cahen, Gouverner les mœurs. La lutte contre l’avortement en France, 1890-1950, Paris, éditions de l’INED, [à paraître le 21 septembre] 2016.

CAHEN_GouvernerMoeurs« Pratique secrète prohibée jusqu’en 1975, l’avortement « criminel » fit l’objet d’une lutte acharnée qui, de la fin du XIXe au milieu du XXe siècle, occupa une foule de protagonistes et mobilisa d’importants moyens privés et publics.
La tentative d’éradication de ce « fléau social », orchestrée jusqu’aux plus hauts sommets de l’État, relève de l’histoire conjointe des savoirs scientifiques, des institutions politiques et des groupes militants et professionnels.
L’auteur restitue cette complexité en suivant au plus près les acteurs engagés dans ce combat et en révélant la grande diversité des modalités d’une entreprise qui ne se limite pas à la répression. La lutte contre l’avortement clandestin se heurte à une réalité que l’étude permet de mieux saisir : une activité sociale parfois très organisée, capable de déjouer constamment les autorités.
En ce sens, l’ouvrage pose clairement la question de la gouvernabilité des comportements démographiques et d’une régulation effective des mœurs, ouvrant une réflexion sur l’impact social de l’action publique. »

(partagé par @mxli1)


Benoît Collombat et Étienne Davodeau, Cher pays de notre enfance. Enquête sur les années de plomb de la Ve République, Paris, Futuropolis, 2015.

DAVODEAU-COLLOMBAT_CherPaysAssassinats de magistrats, de journalistes, de syndicalistes, et même de ministres : il n’y a pas que l’Italie qui a connu des « années de plomb » dans les années 70. La France aussi ! En partant à la rencontre des témoins de cette époque, en nous faisant visiter les archives enfin ouvertes sur le SAC, la milice du parti gaulliste, Étienne Davodeau et Benoît Collombat nous emmènent là où la vie politique d’une grande démocratie s’est parfois égarée…

C’est la mort du juge Renaud, à Lyon, le 3 juillet 1975, premier haut magistrat assassiné depuis la Libération. Ce sont des braquages de banques, notamment par le fameux gang des Lyonnais, pour financer les campagnes électorales du parti gaulliste au pouvoir. Ce sont les nombreuses exactions impunies du SAC (le Service d’Action Civique), la milice du parti gaulliste, dont la plus sanglante fut la tuerie du chef du SAC marseillais et de toute sa famille à Auriol en 1981 (ce massacre aura bouleversé la France entière, et aura entraîné la dissolution du SAC par le parlement en août 1982). C’est l’assassinat de Robert Boulin, ministre du Travail du gouvernement de Raymond Barre, maquillé en suicide grossier dès la découverte du corps dans cinquante centimètres d’eau, le 30 octobre 1979, dans un étang de la forêt de Rambouillet. Ce sont 47 assassinats politiques en France sous les présidences de Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing ! Avec, en arrière plan, le rôle actif joué par le SAC, la milice gaulliste engagée alors dans une dérive sanglante. C’est une page noire de notre histoire soigneusement occultée, aujourd’hui encore. En nous faisant visiter les archives sur le SAC, enfin ouvertes, en partant à la rencontre des témoins directs des événements de cette époque – députés, journalistes, syndicalistes, magistrats, policiers, ou encore malfrats repentis –, en menant une enquête approfondie et palpitante, Étienne Davodeau et Benoît Collombat nous font pénétrer de plain-pied dans les coulisses sanglantes de ces années troubles et nous convient à un voyage étonnant, instructif et passionnant à travers les heures sombres de la Ve République. »

(partagé par @amelie_h2)


Marion Fontaine, Fin d’un monde ouvrier. Liévin 1974, Paris, éditions de l’EHESS, coll. « Cas de figure », 2014.

FONTAINE_FinMondeOuvrier« Liévin, 27 décembre 1974, 42 morts. L’une des catastrophes minières les plus meurtrières de l’après-guerre vient de se produire, l’une des dernières aussi. Marion Fontaine saisit cet instant où le mythe ouvrier, autant que la classe ouvrière perdent de leur évidence.
Les vieux mythes du mineur-martyr et de la mine infernale ressurgissent. L’événement n’est pas seulement ce rappel au XIXe siècle, il porte la trace des « années 68 » finissantes ; il donne lieu à des mobilisations d’un nouveau type. Entrent en scène de nouvelles figures appelées à un bel avenir : celles de la victime ou du « petit juge » luttant contre les élites minières. La catastrophe s’inscrit dans ce moment de basculement, entre la fin des « Trente Glorieuses » et l’entrée dans la « crise ». Pour cerner quelques aspects de ce basculement, l’auteur interroge sous l’angle de l’histoire sociale et politique le processus de désindustrialisation ; elle tente de percer à jour cet instant où le mythe ouvrier, autant que la classe ouvrière perdent de leur évidence et où la société industrielle, dans les faits et dans les images qui s’y attachent, amorce une mutation sans précédent. »

(partagé par @histgeoblog)


GRANET_CombatMarie Granet et Henri Michel, Combat. Histoire d’un Mouvement de Résistance de juillet 1940 à juillet 1943, Paris, Presses universitaires, coll. « Esprit de la Résistance », 1957.

[Pas de résumé, mais un compte rendu à lire dans la Revue française de science politique sur Persee]

(partagé par @profenthese)


Ivan Jablonka, Les enfants de la République. L’intégration des jeunes de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, coll. « L’univers historique », 2010.

JABLONKA_EnfantsRepu« Notre société est obsédée par les jeunes de cité. Cette peur sociale va de pair avec une ambition politique : assimiler à la nation les mineurs « mal nés ». Enfants naturels sous la Révolution, jeunes délinquants au début du XIXe siècle, enfants abandonnés sous la Troisième République, jeunes de banlieue aujourd’hui, tous sont condamnés à une réhabilitation physique et morale susceptible d’effacer leurs origines imparfaites.
Emblématique des idéaux républicains, matrice d’une francité qui se veut universelle, cette utopie intégratrice est l’une des plus anciennes politiques publiques en France. Elle revient de façon récurrente jusqu’aux crises contemporaines, dont elle porte une part de responsabilité. Car le « modèle français d’intégration » se révèle plutôt un contre-modèle, non seulement parce qu’il échoue à insérer les jeunes dans la société, mais aussi et surtout parce qu’il postule l’inégalité des individus.
Depuis les « bâtards » de l’an II jusqu’aux « racailles » des années 2000, l’État-nation démocratique s’est confronté à toutes les figures de l’altérité enfantine, qu’il a contribué à stigmatiser en voulant les sauver. C’est cette longue entreprise que retrace Ivan Jablonka, dans un ouvrage essentiel pour comprendre notre société actuelle. »

(partagé par @giroyer)


Jean Levi, Confucius, Paris, Albin Michel, 2003.

LEVI_Confucius« La pensée de Confucius (551-479 av. J.-C.) a profondément marqué la civilisation de la Chine, du Japon, de la Corée et du Vietnam. Malgré les aléas de l’histoire, son influence y est encore prépondérante.
Très attaché aux valeurs anciennes et au maintien des rites, le philosophe vécut à une époque troublée qui voyait plusieurs États rivaux se déchirer. Ses principes philosophiques et éthiques, recueillis par certains de ses disciples, eurent une grande influence sur ses contemporains.
Grand connaisseur de l’Orient, Jean Levi nous offre ici un portrait inspiré du sage.
Il nous dévoile avec clarté l’originalité et la puissance de sa pensée. La valeur des rites, le respect de la nature, l’importance de l’humour, le rôle de la danse et de la musique sont autant de messages qui ne peuvent que fasciner des lecteurs occidentaux. Les citations et anecdotes qui émaillent le texte restituent la chaleureuse humanité d’un maître qui préférait enseigner par l’exemple que par la parole. »

(partagé par @michel_deniau)


Florian Louis, Incertain Orient. Le Moyen-Orient de 1876 à 1980, Paris, PUF, 2016.

LOUIS_IncertainOrient« Des bouleversements provoqués par la désagrégation de l’Empire ottoman à ceux engendrés par les chocs pétroliers des années 1970 en passant par la montée des tensions autour de la question palestinienne, le Moyen-Orient a connu un XXe siècle des plus chaotiques. C’est ce parcours, riche en rebondissements, que retrace et éclaire ce manuel, qui ne néglige pas pour autant d’insister sur les puissants ferments de continuité qui structurent une région sise à la charnière de multiples aires civilisationnelles dont elle opère une forme de synthèse originale.
Une région dont les équilibres ont été reconfigurés tout au long du siècle, tant par les dynamiques et les rivalités qui l’agitaient de l’intérieur que par les influences et les pressions contradictoires qui s’y exerçaient depuis l’extérieur. C’est donc une histoire décloisonnée et connectée qui s’imposait pour rendre toute sa dignité historiographique à un espace trop souvent réduit à un simple terrain de jeu pour puissances exogènes, mais qui s’avère dans les faits avoir été pleinement acteur de son destin, à défaut d’en avoir toujours été maître. »

(partagé par @LouisAndouche et presque partagé par @tolosamedia2)


Tamara Plakins Thornton, Nathaniel Bowditch and the Power of Numbers. How a Nineteenth-Century Man of Business, Science, and the Sea Changed American Life, The University of North Carolina Press, 2016.

THORNTON_PowerOfNumb« In this engagingly written biography, Tamara Plakins Thornton delves into the life and work of Nathaniel Bowditch (1773-1838), a man Thomas Jefferson once called a “meteor in the hemisphere.” Bowditch was a mathematician, astronomer, navigator, seafarer, and business executive whose Enlightenment-inspired perspectives shaped nineteenth-century capitalism while transforming American life more broadly. Enthralled with the precision and certainty of numbers and the unerring regularity of the physical universe, Bowditch operated and represented some of New England’s most powerful institutions — from financial corporations to Harvard College — as clockwork mechanisms. By examining Bowditch’s pathbreaking approaches to institutions, as well as the political and social controversies they provoked, Thornton’s biography sheds new light on the rise of capitalism, American science, and social elites in the early republic.
Fleshing out the multiple careers of Nathaniel Bowditch, this book is at once a lively biography, a window into the birth of bureaucracy, and a portrait of patrician life, giving us a broader, more-nuanced understanding of how powerful capitalists operated during this era and how the emerging quantitative sciences shaped the modern experience. »

(partagé par @nathalie_jas)


Et parce que ce n’est que la 2e semaine et que tout le monde n’a pas suivi depuis le début… Petit rappel des consignes de #VendredHIST :

ConsignesVendredHIST

À la semaine prochaine !