Initier à l’historiographie avec Wikipedia (et vice versa) : retour sur une expérience pédagogique

Dans le cadre de ma charge d’enseignement en tant qu’ATER à l’Université de Franche-Comté au second semestre 2020-2021, j’ai donné un cours d’ « outils numériques pour l’historien » à des étudiant·e·s en troisième année de Licence d’histoire. Je souhaiterais dans ce billet revenir sur la thématique qui a structuré l’ensemble des séances et les manières dont nous l’avons abordée, puisque tous les exercices menés tournaient autour de cette thématique et ont servi de point d’appui au travail de validation finale. Ce billet a donc pour objectif à la fois de publiciser les résultats des travaux des étudiant·e·s et, peut-être, de servir d’inspiration pour d’autres du même genre.

Continuer la lecture

Peut-on faire l’économie de l’histoire ? Verdun, Vichy, et les conditions d’un dialogue entre disciplines

Par Anne-Sophie Anglaret, Tal Bruttmann,
Sarah Gensburger, André Loez et Antoine Prost

Les sciences sociales se démarquent de la fiction et du sens commun non seulement par leur visée de vérité, mais aussi et surtout par la possibilité d’une discussion critique de leurs méthodes et de leurs résultats. C’est pourquoi nous nous félicitons de la controverse engagée avec les économistes Julia Cagé, Anna Dagorret, Pauline Grosjean et Saumitra Jha1 à propos de leur travail prétendant établir des liens entre expérience combattante dans la Première Guerre mondiale et collaboration durant l’Occupation. À l’heure où le débat public résonne d’invectives et où les discussions savantes sont difficilement séparables d’enjeux politiques, c’est purement sur le terrain des arguments et des preuves que nous entendons discuter leur travail. Une discussion serrée mais sans acrimonie, justifiée par l’importance des enjeux, à trois titres : sur le fond, l’envergure des événements historiques considérés ; sur le plan méthodologique, l’ampleur des désaccords, et, selon nous, des erreurs qu’il faut constater dans leurs textes, au regard même de leurs hypothèses ; sur celui, plus général, des conceptions de la recherche qui se dégagent de nos approches divergentes.

Continuer la lecture
  1. Dans ce qui suit, et comme nous l’avions déjà précisé lors de notre première réponse, nous emploierons le « elles » de majorité pour les décrire, même si, nous le savons pertinemment, « l’une » d’entre elles est un homme []

Suivi des recrutements en histoire et histoire de l’art : vers moins de transparence ?

(Texte collectif parallèlement envoyé sur diverses listes de diffusion savantes)

Chères et chers collègues,

Alors que la session synchronisée arrive à son terme, et bien que plusieurs recrutements soient encore en cours du fait de reports d’auditions à l’automne, l’équipe « Wiki auditions Histoire – suivi des recrutements » tenait à partager avec vous quelques observations relatives à la campagne de cette année.

Pour cette campagne 2020, nous sommes parvenus, contre vents et marées, à obtenir 81 % des classements sur les 85 postes MCF/PR en sections 21 et 22 dont les auditions ont eu lieu à ce jour. Si ce résultat reste satisfaisant au regard des rétentions quasi exceptionnelles que nous avons pu observer cette année, il est aussi préoccupant. En effet, il témoigne d’une certaine érosion puisque ce chiffre s’élevait à 86 % en 2019 et à 89 % en 2018.

Continuer la lecture

Faire une thèse à l’Institut Universitaire de Florence : retour d’expérience

La cérémonie de remise des diplômes de l’Institut Universitaire Européen de Florence n’aura vraisemblablement pas lieu cette année, pour cause de pandémie de Covid-19. Pourtant, j’aurais du cette année, habillée d’une toge noire en synthétique arborée d’une grande bande bleue sur l’épaule, et par 35 degrés, recevoir mon diplôme de doctorat. La cérémonie sera certainement reportée, me laissant encore dans la douce illusion que cette période florentine n’est pas tout à fait close.

Continuer la lecture

Faire l’histoire des Fake news au temps du Coronavirus

Comme tout évènement majeur national ou international, la crise sanitaire profonde que nous traversons charrie son flot de Fake news en tout genre. Dès le 25 mars, France Info alerte sur les fausses nouvelles qui se répandent aux termes de la première semaine de confinement en France. L’article détaille l’exemple d’un message électronique circulant alors de boite mail en boite mail, proposant des recettes miracles pour éviter de tomber malade : se « gargariser avec une solution désinfectante » éliminerait ainsi la présence du SARS-CoV-2 dans la gorge ; sinon, « boire quelques gorgées d’eau au moins toutes les quinze à vingt minutes » permettrait de faire descendre le virus dans l’estomac où l’acide gastrique le tuerait. Si la situation n’était pas aussi grave, ces conseils quasi miraculeux pourraient prêter à sourire. Pour la recherche en sciences sociales, ils révèlent surtout par bien des aspects l’importance de la diffusion de fausses informations en temps de crise et permettent une mise en perspective à la fois historique et historienne.

Continuer la lecture

Faire une histoire comparée des étudiants au XIXe siècle

Le 22 mars 2019, je terminais ma vie d’étudiant menée entre la France et l’Allemagne en soutenant ma thèse sur l’histoire des étudiants français et allemands, intitulée « Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914) ». Ayant souvent tendance à être trop long, j’avais réduit le texte le plus possible, notamment en ce qui concerne les principaux résultats. Il me paraissait plus intéressant dans ce cadre de revenir sur la manière dont j’ai construit le sujet, et notamment sur la bifurcation opérée entre la thématique proposée dans mon projet de thèse et la problématique finalement retenue, et d’évoquer brièvement, pour lancer la discussion avec le jury, l’ouverture européenne de mes recherches, qui me tient particulièrement à cœur.

Continuer la lecture

Faire de l’histoire des sciences comme de l’histoire du travail

Quand on a passé une grande partie de ses années de thèse à travailler sur… des thèses, la soutenance est un moment ambigu : le rituel à la fois officialise le jugement des pairs, marque le terme d’un processus de socialisation à la recherche, et concrétise la construction d’une identité scientifique – mais comme tout rituel, il supporte assez mal qu’on s’y soumette et qu’on l’objective en même temps. Trop de réflexivité devient alors malséant, et c’est en réalité mal maîtriser les normes du milieu universitaire que de faire trop ouvertement étalage, à cette occasion, de ce qu’on croit en avoir compris. On ne peut donc pas donner aux futurs impétrants de code de bonne conduite parfaitement cristallisé : au mieux, on peut leur décrire comment on a fait, en espérant que ça leur soit utile après confrontation à d’autres retours d’expérience. Dans cette logique, la suite de mes aventures est par ailleurs disponible sur un autre carnet.

Continuer la lecture

Faire l’histoire du secours et de l’aide à la réinsertion des rescapés juifs des camps nazis

Le 18 octobre 2019, je soutenais (enfin !) ma thèse. Intitulée « Et après ? Une histoire du secours et de l’aide à la réinsertion des rescapés juifs des camps nazis (France, 1943-1948) » elle avait déjà donné lieu à plusieurs sollicitations de billets par le tenant de ces lieux… auxquelles je n’avais pas pu donner suite jusqu’à présent. Confinement aidant, la validation de mon dépôt sur TEL me donne l’occasion de faire d’une pierre deux coups en mettant à disposition ici le texte que j’avais préparé pour l’exposé de soutenance, agrémenté d’intertitres et de quelques liens. Ceux que mes prédécesseurs ont mis en ligne m’ayant été d’une grande aide, j’espère que cela servira à d’autres. Au passage, cela me permet de donner ici un bref aperçu du contenu de cette thèse que les plus motivés pourront consulter en suivant le lien en bas de ce billet.

Continuer la lecture

#DHIHA8 Nous sommes à la croisée des chemins !

La boîte à outils des historien·ne·s est née en novembre 2009 du sentiment que nous avions, avec Franziska Heimburger, que les formations que nous avions conçues pour les étudiants en master de l’EHESS pourraient être utiles à d’autres. Un peu moins de deux ans plus tard, à l’invitation de Nicolas Delalande et Julien Vincent nous avions été amenés à réfléchir à ce que, pour nous, le numérique avait changé au métier d’historien. Alors doctorants, nous étions principalement partis, pour cela, de nos expériences pédagogiques.1 Continuer la lecture

  1. Ce billet est une version refondue et (très) augmentée d’un billet publié initialement sur La boîte à outils des historien·ne·s sous le titre « Historien·ne·s numériques : gare au SSPQ ! » []

Faire du « numérique » dans un TD d’histoire

CC Wikimedia Commons 
J. Doris

Comme le souligne Caroline Muller dans un billet au titre évocateur (« Le cours « de numérique » est un cours comme les autres »), « prononcer le mot de ‘numérique’ [dans les cours d’histoire] mobilise immédiatement l’imaginaire du ‘spécialiste’ ou du cours ‘technique’. Pourtant, ‘l’histoire à l’ère du numérique’… est celle de tous les historien·nes. » Partant de ce constat, comment intégrer du numérique dans les cours ordinaires (hors cours de méthodologie) ?

J’ai ce semestre 3 groupes de TD d’histoire de l’Europe moderne : nous allons travailler ensemble pour agréger « le numérique » au TD traditionnel. J’ai donc délimité un certain nombre de compétences numériques que les étudiant.es doivent maîtriser à l’issue du TD, au-delà de l’utilisation de Moodle. Continuer la lecture