Faire de l’histoire des sciences comme de l’histoire du travail

Quand on a passé une grande partie de ses années de thèse à travailler sur… des thèses, la soutenance est un moment ambigu : le rituel à la fois officialise le jugement des pairs, marque le terme d’un processus de socialisation à la recherche, et concrétise la construction d’une identité scientifique – mais comme tout rituel, il supporte assez mal qu’on s’y soumette et qu’on l’objective en même temps. Trop de réflexivité devient alors malséant, et c’est en réalité mal maîtriser les normes du milieu universitaire que de faire trop ouvertement étalage, à cette occasion, de ce qu’on croit en avoir compris. On ne peut donc pas donner aux futurs impétrants de code de bonne conduite parfaitement cristallisé : au mieux, on peut leur décrire comment on a fait, en espérant que ça leur soit utile après confrontation à d’autres retours d’expérience. Dans cette logique, la suite de mes aventures est par ailleurs disponible sur un autre carnet.

Continuer la lecture

Faire l’histoire du secours et de l’aide à la réinsertion des rescapés juifs des camps nazis

Le 18 octobre 2019, je soutenais (enfin !) ma thèse. Intitulée “Et après ? Une histoire du secours et de l’aide à la réinsertion des rescapés juifs des camps nazis (France, 1943-1948)” elle avait déjà donné lieu à plusieurs sollicitations de billets par le tenant de ces lieux… auxquelles je n’avais pas pu donner suite jusqu’à présent. Confinement aidant, la validation de mon dépôt sur TEL me donne l’occasion de faire d’une pierre deux coups en mettant à disposition ici le texte que j’avais préparé pour l’exposé de soutenance, agrémenté d’intertitres et de quelques liens. Ceux que mes prédécesseurs ont mis en ligne m’ayant été d’une grande aide, j’espère que cela servira à d’autres. Au passage, cela me permet de donner ici un bref aperçu du contenu de cette thèse que les plus motivés pourront consulter en suivant le lien en bas de ce billet.

Continuer la lecture

#DHIHA8 Nous sommes à la croisée des chemins !

La boîte à outils des historien·ne·s est née en novembre 2009 du sentiment que nous avions, avec Franziska Heimburger, que les formations que nous avions conçues pour les étudiants en master de l’EHESS pourraient être utiles à d’autres. Un peu moins de deux ans plus tard, à l’invitation de Nicolas Delalande et Julien Vincent nous avions été amenés à réfléchir à ce que, pour nous, le numérique avait changé au métier d’historien. Alors doctorants, nous étions principalement partis, pour cela, de nos expériences pédagogiques.1 Continuer la lecture

  1. Ce billet est une version refondue et (très) augmentée d’un billet publié initialement sur La boîte à outils des historien·ne·s sous le titre “Historien·ne·s numériques : gare au SSPQ !” []

Faire du “numérique” dans un TD d’histoire

CC Wikimedia Commons 
J. Doris

Comme le souligne Caroline Muller dans un billet au titre évocateur (“Le cours “de numérique” est un cours comme les autres”), « prononcer le mot de ‘numérique’ [dans les cours d’histoire] mobilise immédiatement l’imaginaire du ‘spécialiste’ ou du cours ‘technique’. Pourtant, ‘l’histoire à l’ère du numérique’… est celle de tous les historien·nes. » Partant de ce constat, comment intégrer du numérique dans les cours ordinaires (hors cours de méthodologie) ?

J’ai ce semestre 3 groupes de TD d’histoire de l’Europe moderne : nous allons travailler ensemble pour agréger “le numérique” au TD traditionnel. J’ai donc délimité un certain nombre de compétences numériques que les étudiant.es doivent maîtriser à l’issue du TD, au-delà de l’utilisation de Moodle. Continuer la lecture

La malle aux trésors

En octobre 2012, lors des Rendez-vous de l‘histoire de Blois j’animais une table ronde à laquelle participait Jean Nicolas. Avec son comparse Raymond Huard, ils ont évoqué successivement ces paysans qui, entre le milieu du XVIIIè siècle et le mitan du XIXè siècle, ont semé la révolte aux quatre coins de la France. Je me souviens tout particulièrement du regard pétillant de Jean Nicolas lorsque, le moment venu, il en vint à conter pour son auditoire l’ouverture de sacs d’archives poussiéreuses qu’il fut le premier à lire : ses yeux pétillaient comme ceux d’un gosse devant une merveilleuse malle aux trésors. De ses documents, il tira son maître ouvrage La rébellion française1 un travail titanesque d’histoire quantitative sur les émeutes, colères ou simples émotions qui, au XVIIIè siècle, ont saisi les plus modestes habitant.es du royaume de France. Continuer la lecture

  1. NICOLAS, Jean, La rébellion française, mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Gallimard, 2008, 1074 p. []

Qui aura la médaille Stéphane Bern ?

Ainsi il existerait donc une “Fondation Stéphane Bern pour l’Histoire et le Patrimoine”, décernant depuis 2016 un “Prix de la Fondation Stéphane Bern pour l’Histoire [avec H majuscule, évidemment…] d’un montant de 5 000 euros […] destiné à récompenser un premier ouvrage d’Histoire (en français) [évidemment…] édité depuis moins de trois ans autrement qu’à compte d’auteur, à l’exclusion des romans historiques“.

Canular ? Continuer la lecture

Quelques minutes en 24 ans

[Un billet de Véronique Beaulande-Barraud]

En réfléchissant à ce que je pourrais raconter ici, la première anecdote qui m’est revenue est le fou-rire inextinguible dont j’ai été prise quand j’ai réalisé que l’homme jugé pour adultère dont je lisais le procès s’appelait Couillemolle….

Il y a les souvenirs de maîtrise, lorsqu’avec une amie nous partagions, émerveillées, nos découvertes de débutantes, sous le regard courroucé de la « dame de la salle » que tous ceux qui ont fréquenté un certain dépôt d’archive reconnaîtront – celle qui range bruyamment ses affaires un bon quart d’heure avant la fermeture de la salle pour bien nous faire comprendre qu’il va falloir songer à sortir. Continuer la lecture

Une nouvelle rubrique : “Histoires d’archives”

Nous inaugurons aujourd’hui une nouvelle rubrique dans Devenir historien·ne : « Histoire d’archives ». Cette idée m’est venue lors d’une session consacrée aux « archives françaises » au congrès des French Historical Studies à Washington. L’un des intervenants a dit « on a tous nos petites histoires à raconter ». J’ai alors pensé qu’il serait intéressant de lire les « petites histoires » des autres, celles qu’on se raconte au café ou ailleurs, et qui font pourtant partie intégrante de notre expérience de recherche : ce qui nous émeut, nous interroge, nous pose problème lors de nos plongées dans les fonds documentaires. Ces billets pourront être très divers et aborder toutes les facettes des sessions aux archives : le lien avec les personnels, les sociabilités, la découverte imprévue d’un document, les maladresses, les petites joies procurées par cet aspect de notre vie scientifique. Continuer la lecture

Temps des faits, temps du film et temps de l’écriture : faire l’histoire de Shoah ?

Shoah, une double référence ? Des faits au film, du film aux faits (MkF, 2017) porte principalement sur la réalisation et la diffusion du film Shoah de Claude Lanzmann, dont tout à la fois le sujet – la mise à mort des Juifs par le gaz en un lieu fixe entre 1941 et 1945 – et la forme – 9h30 de témoignages sans images d’archives, sans musique ajoutée au montage et sans voix off – ont été remarqués dès 1985. Continuer la lecture

Purges des universités en Turquie : un message de Noémi Levy-Aksu

Ces derniers jours, un message de Noémi Lévy-Aksu, enseignante-chercheuse permanente  au département d’Histoire de l’université du Bosphore (Boğaziçi University) à Istanbul est passé sur (seulement) deux des nombreuses listes de diffusion “historiennes” auxquelles je suis abonné : celle de l’AFHE et celle de l’AHCESR. En évoquant sa situation (son permis de travail a été révoqué) notre collègue nous permet de prendre un peu plus encore la mesure de ce qui se passe ces temps-ci en Turquie. Surtout, elle suggère un certain nombre d’actions à entreprendre pour soutenir les victimes des purges à l’oeuvre au sein des universités. Avec son accord, je relaie ici ce message en vous encourageant non seulement à le lire mais aussi à le faire circuler.


« Chers amis, chers collègues,

Excusez-moi de ce très long message collectif, mais je ne peux répondre actuellement aux très nombreux messages que je reçois depuis la semaine dernière. Merci à tous! Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, j’ai appris vendredi dernier que mon autorisation de travail avait été annulée par le Conseil de l’Enseignement Supérieur (YÖK). La décision a été communiquée à mon université (Boğaziçi) sans aucune motivation mais il n’y a guère de doute : le YÖK a ciblé le professeur Abbas Vali, qui venait de démissionner du département de sociologie, et moi, qui étions les deux signataires étrangers de l’université de la pétition pour la paix en janvier 2016. Pour la première fois, Boğaziçi est directement ciblée par le vaste mouvement de purges des universités. Continuer la lecture