“Fenêtre sur…” des livres d’histoire

logo CHS

Je découvre, via twitter et grâce à @enklask Benoît Kermoal (auteur du carnet de recherche éponyme déjà évoqué ici) une série de vidéos très intéressantes dans lesquelles des membres du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (UMR 8058 Paris 1 – CNRS) évoquent leurs ouvrages récents dans des entretiens d’une vingtaine de minutes avec Françoise Blum.

[mise à jour en mars 2015] Comme vous avez pu le lire en commentaire, les entretiens sont désormais réalisés par Jeanne Menjoulet et les contenus ont migré de la plateforme Dailymotion vers Youtube [/maj]

Il s’agit d’une nouvelle rubrique du site internet du CHS intitulée “Fenêtre sur…” où les vidéos sont diffusées sous licence Creative Commons (by-nc-nd).

Ces vidéos valent vraiment le détour car elle nous permettent de découvrir les dessous de la fabrication d’un livre d’histoire, qu’il s’agisse du fruit d’un travail de recherche précis ou d’une synthèse plus grand public. Vous y apprendrez des choses auxquelles on a généralement accès qu’en assistant à un séminaire de recherche ou en écoutant des émissions comme La fabrique de l’histoire : les auteurs y présentent le contenu de leurs ouvrages mais aussi les raisons pour lesquelles ils et elles ont été amenés à travailler sur le sujet en question et, parfois, la façon dont l’ouvrage a été reçu par le public.

Vous pouvez donc consulter dès à présent les vidéos autour de cinq livres récents de Raphaëlle Branche, Michel Dreyfus, Michel Pigenet et Sylvie Thénault, via le site du CHS ou directement sur la page du centre sur Dailymotion. En voici deux exemples pour vous inciter à aller voir les autres.

Violences ordinaires dans l’Algérie coloniale, par Sylvie Thénault

Publié début janvier 2012, et immédiatement signalé sur le carnet Criminocorpus (occasion de vous en recommander la lecture) cet ouvrage est tiré de l’habilitation à diriger les recherches de Sylvie Thénault et marque un tournant dans les recherche de cette historienne spécialiste de la guerre d’indépendance algérienne.

Violence ordinaire (Sylvie Thénault)

Vous pouvez (encore à ce jour) écouter ce qu’en disait Pierre Meunier sur France Culture, dans sa chronique “l’essai du jour” du 16 mars 2012 (voir – et écouter – ici) ; et pour aller encore un petit peu plus loin, vous pourrez écouter le débat “50 ans d’aller-retours France – Algérie”, du “Forum Libération” de Rennes (30 mars 2012) et diffusé dans la fabrique de l’histoire du 20 avril 2012 (à écouter ici).

Sylvie Thénault, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob, 2012, 381 p.

Présentation de l’éditeur :

Pendant la guerre d’indépendance algérienne, les autorités françaises ouvrirent des camps d’internement pour les « suspects » arrêtés par la police ou par l’armée. Des dizaines de milliers d’Algériens y furent détenus. Recours ponctuel pour maintenir l’ordre public dans des circonstances extraordinaires ? Pas seulement. Ces camps n’étaient qu’une forme nouvelle de l’internement, dont elles avaient usé, depuis longtemps, pour réprimer les résistances qu’elles rencontraient en Algérie. Y compris en dehors des périodes de guerre ou d’insurrection.

Cet ouvrage ne se borne pas à dénoncer les duretés des autorités ou leurs dérives aux moments de crise. Il retrace l’histoire, tout au long de la période coloniale, de la pratique de l’internement dans sa mise en œuvre concrète par la France, depuis l’époque de l’indigénat. Pourquoi était-il utilisé ? Qui en était victime ? Quel rôle jouait-il dans la tutelle exercée sur les colonisés ?

C’est toute la logique de l’arbitraire colonial que démonte l’une de nos meilleures spécialistes dans cet ouvrage dépassionné mais clinique.

La vidéo


Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale -… par CentreHistoireSociale

L’antisémitisme à gauche, par Michel Dreyfus

Paru en 2009, cet ouvrage de Michel Dreyfus, spécialiste de l’histoire du mouvement ouvrier, en particulier de la CGT et du mouvement mutualiste, et de l’histoire des assurances sociales, a fait l’objet d’une réédition au format poche en avril 2012 (agrémentée d’une préface inédite de l’auteur).

Antisémitisme à gauche M. DreyfusL’ouvrage à fait l’objet d’une émission des lundis de l’histoire, qui n’est malheureusement plus accessible sur le site de France Culture (les plus chanceux la retrouveront dans leurs podcasts).

Michel Dreyfus, L’antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe de 1830 à nos jours, Paris, La Découverte, 2009, 348 p. [rééd. La Découverte “Poches”, 2012].

Présentation de l’éditeur

Depuis le début des années 2000, en lien avec les événements du Proche-Orient, on a vu se développer en France l’idée selon laquelle la gauche serait la principale responsable de la recrudescence d’actes antisémites. Cette vision est excessive et injustifiée, mais elle traduit un certain malaise. Existe-t-il ou a-t-il existé un antisémitisme spécifique à la gauche ? Longtemps négligée par les historiens, cette question délicate est traitée pour la première fois dans cet ouvrage extrêmement documenté, qui retrace l’histoire des positions de la gauche française vis-à-vis de l’antisémitisme sur deux siècles.
Des débuts de la révolution industrielle à nos jours, toutes les composantes de la gauche ont tenu des propos antisémites, mais sous des formes très différentes dans l’espace et dans le temps. À l’antisémitisme économique associant les Juifs au capitalisme, exprimé par de nombreux socialistes au XIXe siècle, s’est ajouté un antisémitisme racial et xénophobe à partir des années 1880. Au lendemain de l’affaire Dreyfus, tournant fondamental, l’antisémitisme n’est plus revendiqué ouvertement dans les rangs de la gauche. Mais il n’y disparaît pas pour autant et on le voit encore insidieusement à l’oeuvre, dans l’entre-deux-guerres, à la SFIO et chez les pacifistes, parfois au sein du Parti communiste, puis, après-guerre, à l’ultra-gauche, sous la forme du négationnisme.
Une plongée historique passionnante, qui intéressera tous ceux que préoccupe cette question douloureuse ? et en particulier les lecteurs de gauche, pour rester vigilants contre un danger toujours possible.

La vidéo


Fenêtre sur : un livre de Michel Dreyfus… par CentreHistoireSociale

*

Cette initiative étant vraiment très intéressante, espérons que d’autres centres de recherche auront la bonne idée que reprendre le concept. En ce qui concerne le Centre d’histoire sociale du XXe siècle, j’imagine que la page s’étoffera d’autres vidéos par la suite, n’hésitez donc par à ajouter son site à votre veille informationnelle sur Internet

*

Enfin, vous pouvez lire ici même les historiennes et historiens qui ont répondu aux quelques questions de Devenir historien-ne


3 réflexions sur « “Fenêtre sur…” des livres d’histoire »

  1. CHS

    Bonjour,
    Les films de présentation des ouvrages du CHS (Centre d’Histoire Sociale) , avec réalisation documentaire, ont changé de support, ils ne sont plus sur Dailymotion (envahi de publicités…), mais sur les plateforme You Tube (les entretiens ne sont plus réalisés par Françoise Blum mais par Jeanne Menjoulet, ainsi que la captation vidéo et le montage) :
    https://www.youtube.com/user/MenjouletJeanne/videos
    Le dernier film, par exemple, porte sur l’histoire de la représentation des grands ensembles (livre de Camille Canteux) : https://www.youtube.com/watch?v=d08t2CCZuTU
    En souhaitant à votre carnet une bonne continuation…

    Répondre
  2. Ping : “La vie réelle d’une doctorante 2.0”, M. Faury pour l’Infusoir, Vases communicants de juin 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.