L’historien-ne et les archives

[Ce billet a été initialement publié sur La boîte à outils des historiens. Son objet entrant dans les centres d’intérêts des lecteurs de ce blog, je me permets à titre quasi exceptionnel – voir aussi par là – de le reprendre ici]

Dans la série des petits incontournables pour l’apprenti historien-ne (pour l’historien-ne plus confirmé-e ainsi que pour l’enseignant-e d’historiographie et de méthodologie de la recherche en histoire…) voici Les archives de Sophie Coeuré et Vincent Duclert.

Une première version de l’ouvrage avait été publiée en 2001. Cette nouvelle édition « entièrement refondue et mise à jour », selon l’expression consacrée, est disponible depuis fin mars 2011. Ici la formule n’est pas usurpée : les familiers de la première édition auront tout intérêt à se procurer cette nouvelle version.

 Outre la reprise des éléments relatifs à l’histoire des archives, aux bases de la critique historique des documents (etc.), vous y trouverez une utile mise à jour des chapitres relatifs à l’organisation pratique des services (qui tient compte, par exemple, des évolutions en cours aux archives nationales) et à la législation (qui permet, notamment, de faire le point sur les changements intervenus depuis les réformes de 2008). C’est aussi l’occasion pour les auteurs d’évoquer brièvement la question des musées d’histoire, ainsi que les controverses nées suite à l’annonce de la création d’une « maison de l’histoire de France » et de son installation sur le site historique des archives nationales (voir aussi ici)

 Sans que cela ne soit l’objet principal de l’ouvrage, les auteurs tiennent aussi compte des transformations du rapport aux archives qu’entraîne l’avènement de l’ère numérique ; tant du point de vue des archivistes que des usagers. Sont ainsi évoqués : l’archivage électronique et la numérisation ; le rôle d’internet dans le renforcement de certains projets internationaux ; la réalisation de bases de données et d’expositions en ligne…

Le chapitre intitulé « publics des archives, usages des archives » donne des indications très intéressantes concernant les fréquentations respectives des archives nationales et départementales et de leurs sites internet (très légère baisse pour les premières, explosion pour les seconds).

 Je ne saurais donc trop vous recommander la consultation de cet ouvrage qui, un peu sur le même modèle que le « repères » de Claire Lemercier et Claire Zalc permet d’accéder à un vaste panorama d’une question qu’il vous faudra approfondir ensuite par vous même, sur le terrain…

 *

 J’en profite pour vous indiquer la mise en ligne d’une conférence d’Annette Wieviorka sur la bibliothèque numérique de l’ENSIB.

 Intitulée « De l’usage de l’archive et du livre dans la fabrique du récit historique » (voir ici). Elle a été prononcée le 12 avril 2011 dans le cadre du cycle de conférences « Lire les livres » : cliquez ici pour écouter en ligne (env. 1h30), et là pour télécharger le fichier (env. 83Mo).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *