Méthodes quantitatives pour l’historien-ne

[Ce billet a été initialement publié sur La boîte à outils des historiens. Son objet entrant dans les centres d’intérêts des lecteurs de ce blog, je me permets à titre quasi exceptionnel – voir aussi par là – de le reprendre ici]


Tant lors de la formation aux outils informatiques, que Franziska Heimburger et moi organisons à l’EHESS, qu’au cours des séminaires de méthodologie que j’ai pu animer au sein de la même institution, nous insistons systématiquement sur l’importance de cet ouvrage pour les étudiants en master histoire.

Tout chercheur (en master, doctorat, et au-delà…) devrait lire ce « Repères ». Fruit de plusieurs années d’enseignement, il offre en 120 pages une présentation complète et accessible d’un très large panel (voir la table des matières). Il s’agit moins d’un manuel technique que d’une invitation à découvrir des instruments très utiles à toutes les étapes d’une recherche, de la construction de l’objet au traitement des sources (de tout type : méthodes quantitatives ne veut pas forcément dire sources statistiques).

Pour plus d’informations, vous pouvez lire les comptes rendus de David Valence sur La Vie des Idées, de Pierre Mercklé sur QUANTI / Sciences sociales.

Notez enfin que ce livre dispose d’une « Annexe électronique » très fournie. Un très bon moyen d’enrichir votre boite à outils !


3 réflexions au sujet de « Méthodes quantitatives pour l’historien-ne »

  1. mahamat abba ousman

    merci pour les informations capitales en matière de recherche et de rédaction des mémoires et thèses. je conduis une thèse en histoire culturel à l’université de Ngaoundere au Cameroun. je travaille sur le patrimoine culturel kotoko des abords sud du lac Tchad. je suis ravi de faire la connaissance de votre site en espérant d’avoir des échanges fructueux à avec vous.
    cordialement
    Mahamat

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *