Premiers pas à la Bibliothèque nationale de France

Logo BNF

La Bibliothèque Nationale de France (BNF), constitue un passage obligé dans nos premiers pas d’apprentis historiens, puisque ses collections sont incontournables. Pourtant, il est assez difficile, au début, de vraiment se retrouver dans cette vénérable institution. Ce billet s’adresse donc à celles et ceux qui ne connaissent pas encore le fonctionnement de cette dernière, et se propose de leur donner quelques conseils pratiques.

Description générale de la BNF

La totalité des collections de la BNF ne se trouve pas sur un seul site. La BNF est constituée par plusieurs pôles situés à divers endroits dans Paris, et qui ont chacun leurs spécialités.

BNF : le Site Richelieu

BNF Richelieu (source)

Le Site Richelieu accueille les collections des Arts du spectacle, des cartes et plans et des manuscrits. Elle se situe 5 rue Vivienne (arrêts Palais-Royal pour les lignes 1 et 7, Bourse pour la ligne 3, Pyramide pour les lignes 7 et 14).

BNF - Site Arsenal

BNF Arsenal

La bibliothèque de l’Arsenal contient essentiellement les archives de la Bastille mais aussi de nombreux fonds plus spécifiques : fonds Prosper Enfantin, Lambert, Louis-Sébastien Mercier. (Elle se trouve dans le quatrième arrondissement, 1 rue de Sully, (arrêt Bastille). Elle n’a pas tout à fait le statut de bibliothèque nationale, mais dépend de la BNF).

Maison Jean Vilar : il s’agit d’une antenne du département Arts et Spectacles de la BNF Richelieu. Elle se situe à  Avignon, 8 rue Mons.

BNF - Site François Mitterrand

BNF François Mitterrand

Site François Mitterrand : Il est sans aucun doute le site le plus important puisqu’il regroupe la majeure partie des collections de la BNF. Il est composé de deux ailes : la première, « le haut de jardin », est en accès libre, la seconde, « le rez de jardin », est réservée aux chercheurs. (En voici l’adresse : Quai François Mauriac (ligne 6 arrêt quai de la gare), ligne 14 et RER C arrêt Bibliothèque François Mitterrand).

Problèmes spécifiques de quelques-uns de ces sites. Voici quelques détails qui m’ont gênée lors de mes passages à la BNF :

– Le site de l’Arsenal possède très peu de places équipées de prises. N’oubliez donc pas de bien charger votre batterie si vous travaillez sur ordinateur, sinon vous serez venus pour rien.

– Vérifiez systématiquement les horaires de la bibliothèque : le rez de jardin du site François Mitterrand est, par exemple, fermé le lundi matin.

– Soyez très prudents sur le parvis du site François Mitterrand quand il pleut : le sol est très glissant et on peut facilement se blesser.

Faire ses premiers pas à la BNF

  •  1ère étape : obtenir ses accréditations, un parcours semé d’embûches

Sans accréditation, il est impossible d’avoir accès aux collections de la BNF. Pour les obtenir, il faut passer un entretien avec un bibliothécaire. Pour ce faire, allez au service orientation des lecteurs, situé indifféremment aux entrées Est et Ouest de la BNF François Mitterrand. Voici les documents dont vous devez vous munir :

– Une pièce d’identité ;

– Un justificatif de domicile (quittance de loyer ou autre) datant de moins de 3 MOIS ;

– Une carte d’étudiant ;

– Une attestation du directeur de recherche avec le tampon de l’université ;

– Une liste des documents que vous voulez consulter.

Soyez prêts à donner une liste assez exhaustive, de façon à prouver que vous n’avez pas d’autre choix que d’aller à la BNF, puisque ces ouvrages ne sont pas disponibles ailleurs. Il faut bien comprendre que la BNF accueille beaucoup de visiteurs. Elle est par conséquent très pointilleuse lors de la demande d’accréditations. Les conditions d’accès pour les Master 1 ont d’ailleurs été réduites. Il est théoriquement impossible d’obtenir une carte à l’année. Il est donc impératif de pouvoir prouver, si cela est nécessaire, que vous avez besoin de vos accréditations. Le coût de la carte annuelle s’élève à 35 euros. Une carte de 15 jours coûte quant à elle 25 euros. Comme vous pouvez le constater, il est beaucoup plus intéressant sur le plan pécuniaire, d’être un peu combatif. En cas de refus, je vous conseille de reprendre la file d’attente. À moins que vous ne soyez particulièrement malchanceux et que vous ayez à faire au même bibliothécaire, vous pourrez retenter votre chance et peut-être obtenir vos accréditations…

  • Deuxième étape : consulter les premiers ouvrages

Muni de votre précieux sésame, vous allez enfin entrer dans l’antre de la BNF et descendre au rez-de-jardin. Avant d’accéder aux livres, vous devez néanmoins réserver votre place. Il faut choisir la salle dans laquelle vous souhaitez aller. Comme vous êtes historiens, je vous conseille d’aller en salle L (département histoire). Pour réserver votre place adressez-vous à l’accueil du rez-de-jardin situé avant les bornes d’accès à carte. Voici un petit plan du rez de jardin.

Plan du rez-de-jardin de la BNF François Mitterrand

Plan du Rez-de-jardin (source)

Après avoir un peu cherché la salle et votre place, vous êtes enfin arrivés à la BNF. Vous avez alors deux options : consulter les livres que vous avez toujours rêvé de lire, ou être un peu plus méthodique. Sur les rayonnages de la salle L se trouvent de nombreux livres en accès libre. Ils sont classés par aire géographique et par période. Je vous enjoins vraiment à aller consulter les livres sur votre période. Cela est très utile, puisque la lecture des livres de base vous permettra de mieux cerner votre propre sujet et d’avoir plus d’éléments de contextualisation. N’hésitez pas à lire dans des langues étrangères. Cela prend beaucoup plus de temps, mais c’est aussi extrêmement valorisé et valorisant quand on vient à bout de ces livres difficiles. Cela vous permet aussi de constituer une première bibliographie de base, puisque les ouvrages en libre accès sont considérés comme des livres majeurs et incontournables par les bibliothécaires qui les y ont placés.

Cette première recherche bibliographique doit être menée en parallèle avec un petit séjour en salle X. On la néglige souvent à cause des catalogues électroniques, mais elle contient de véritables trésors. Si vous cherchez des auteurs particuliers tels que les auteurs les plus connus au XVIe siècle, vous aurez des rayons entiers de livres qui les recensent. Ceci n’est qu’un exemple, mais vous voyez bien que cette salle est vraiment très riche, et qu’elle constituera l’une de vos premières étapes à la BNF. J’ai regretté amèrement de ne pas l’avoir su dès le départ, car j’ai été obligée de dépouiller ce type de liste au cours de mon Master 1.

Un conseil, si vous trouvez des titres de livres intéressants, créez un fichier électronique dans lequel vous conserverez les renseignements suivants : nom de l’auteur, prénom, titre, lieu de publication, date de publication, nombre de pages et surtout endroit où vous avez trouvé ce livre. Vous gagnerez un temps précieux. Pour cela, vous pouvez utiliser un logiciel de bibliographie comme ZOTERO, qui vous permettra de classer et d’avoir accès en permanence à vos titres.

  • Troisième étape : commander des livres à partir du catalogue de la BNF

Le catalogue de la BNF est très difficile à utiliser. Pour apprendre à vous en servir, je vous conseille vivement de prendre part au cours dispensé le jeudi à 14h30 à la BNF François Mitterrand par des conservateurs. Cette formation dure 2h30. Elle est très bien faite et vous donne un très bon aperçu des collections de la BNF. En attendant d’assister à ce cours, voici quelques conseils de base.

Il faut toujours privilégier la recherche avancée à la recherche simple. Vous trouverez beaucoup plus facilement vos textes. Si vous ignorez le titre du livre dont vous avez besoin, vous pouvez vous servir de la catégorie « index », qui vous permet de chercher dans la base auteur. Voici la façon avec laquelle vous devez écrire leur nom et prénom : Vilar, j. Évitez de mettre les articles du type le, la, les dans le début de vos titres. Par exemple ne cherchez pas à « le saucisson sec », mais à « saucisson sec ». Si vos titres sont trop longs, coupez les. Si vous cherchez des titres antérieurs au XVIIe siècle, n’oubliez pas qu’il n’y a pas d’orthographe à cette époque. Il faut donc en tester plusieurs. Les majuscules comptent aussi ! Pour ce qui me concerne cela implique, par exemple, de chercher  Reine Marguerite, royne Marguerite, Reyne Marguerite…

Si vous ne trouvez toujours pas votre livre, n’hésitez pas à aller en banque de salle et à demander de l’aide au bureau « aide à la recherche bibliographique ». Dans le cas où vous seriez chez vous, vous pouvez écrire à un groupe de bibliothécaires appelé SINBAD. Ce service est particulièrement efficace.

  •  Quatrième étape : communication des ouvrages

Pour commander le livre, vous devez être sur l’un des ordinateurs de la BNF. Cliquez sur consulter puis n’oubliez pas de confirmer votre commande. On vous demandera de vous identifier. Il suffit pour cela de mettre votre carte sur le lecteur prévu à cet effet. Attention, la communication est loin d’être automatique. Il faut attendre plus de ¾ d’heure en général avant d’avoir le livre. On peut suivre son cheminement sur les ordinateurs de la BNF. Inutile d’aller en banque de salle tant que le terme « arrivé » n’apparaît pas. Pour aller chercher le livre, il faut aller à la banque de salle qui correspond à votre place. Si vous êtes en place Lx vous devez vous rendre en banque L/M et vous adresser aux personnes qui se trouvent côté L. Pour ce qui concerne la documentation « classique », i.e. imprimés de format raisonnable, pas trop anciens ni fragiles, il suffit de récupérer vos imprimés en banque de salle pour les consulter à votre place. Il existe toutefois plusieurs types de documents spécifiques dont la consultation suppose l’attribution de places particulières.

Quelques types de documents spécifiques

  • Microformes et numérisations

Les ouvrages que vous avez commandés ne vous sont pas forcément communiqués sous la forme classique du livre. En effet, ils peuvent être reproduits sous forme de microformes ou de microfiches.

Vous allez pouvoir acquérir de nouvelles compétences dans le maniement des machines de lecture de ce type de document. (Soyez très patients, elles sont particulièrement capricieuses). A moins de vous trouver dans la salle O, qui est équipée de lecteurs au fond de la salle, il vous faudra monter dans les « loges » pour le visionnage.

microfilm

Pour avoir une chance de les trouver, mieux vaut s’adresser en banque de salle. Attention cependant, vous devez absolument laisser tous vos livres à votre place avant de monter car les livres sont interdits dans les loges pour éviter les photographies ! Dans le cas contraire, vous serez obligés de retourner à votre place et de chercher à nouveau les loges. Je précise aussi qu’il est inutile de demander désespérément de pouvoir consulter le livre à la place du microfilm Il ne vous sera pas communiqué. La BNF étant d’abord une bibliothèque de conservation, la priorité va à la protection des documents originaux : s’il existe une microfiche ou un microfilm, le document original n’est plus communicable aux lecteurs.  Encore une chose, lorsque vous montez dans les loges, sachez que vous ne pourrez pas faire de pause. Si vous partez plus de 10 minutes, votre place est automatiquement attribuée.

Certains documents reproduits sur microfilms ou microfiches ont fait l’objet d’une numérisation et sont directement consultables en ligne sur Gallica. Ceux qui ne sont pas libres de droits ne sont pas mis en ligne, vous pouvez alors soit commander les microformes, soit consulter la numérisation directement depuis les postes informatiques de la BNF. Vous pouvez savoir depuis les postes de la BNF si vous pourrez consulter le livre de chez vous. Au moment de visionner, si l’icône représentant le livre est floutée, cela signifie que le livre n’est consultable que depuis la BNF.

  • Les livres anciens, rares et précieux

Les recueils (liasses de documents non reliés et conservés dans des enveloppes) ainsi que les livres anciens et/ou fragiles peuvent nécessiter des conditions spécifiques de consultation. Si vous êtes dans ce cas, vous vous verrez attribuer une place « hémicycle », près de la banque de salle. Ne vous inquiétez pas, comme pour les places microformes, votre place d’origine ne vous est pas retirée. Vous pouvez donc consulter vos ouvrages avant de revenir à votre place.

L'Apocalypse de Saint-Amand" (IXème siècle) - Bibliothèque de Valenciennes, manuscrit 99

Les livres rares et précieux sont, quant à eux, conservés dans une salle spécifique : la salle Y. Il est inutile de vouloir réserver ces documents avec le catalogue. Vous devrez aller vous-même dans cette salle. Elle  peut être difficile à trouver : située entre les banques des salles U et V, elle est accessible par un ascenseur qui vous y amène directement. Après avoir passé le sas de sécurité identique à celui d’une banque, vous devrez déposer dans un coffre tous vos effets personnels à l’exception de vos outils de travail. Attention ! Comme dans les centres d’archives, les stylos sont bannis de cette salle, seuls les crayons à papier (et non les criteriums) sont autorisés. On vous donnera une place spécifique où  vous devrez remplir les demandes de communication de livres. Après une certaine attente, on viendra vous apporter à votre place votre livre. Les conditions de consultation sont cependant beaucoup plus strictes qu’en salle classique.

Vous ne devez pas toucher le livre. Comment faire pour tourner les pages alors ? Vous devez demander un signet. Cette bande de papier vous permet de saisir la page sans toucher le livre. En faisant bouger le serpentin vert qui tient ouvert le livre, vous pourrez tourner la page sans l’avoir touché. Comme vous pouvez vous en douter, les conditions de consultation de ce type de livre sont très fatigantes.

Prenez garde aux horaires spécifiques de cette salle. Elle ferme à 18 heures et non à 20 heures comme les autres. De même, des horaires spécifiques sont à respecter pour prendre des photographies : 9 heures – 11 heures pour le matin ; 16 heures – 17 h 30 pour l’après-midi.

  • Grands formats et revues

Si vous devez consulter des documents de grand format (comme certains titres de presse par exemple), une place spécifique vous sera aussi attribuée. Comme pour les places hémicycle, il s’agit d’une place spécifique de votre salle, équipée de larges pupitres de façon à assurer une consultation optimale pour ce type de documents.

Lorsque vous consultez des revues anciennes, il arrive que plusieurs numéros non reliés soient conservés dans des boites ou enveloppes. Vous pouvez les consulter directement à votre place, mais seulement une à la fois, pour éviter les mélanges.

Préparer une visite sur le site François Mitterrand

  • De chez soi

Après avoir entré l’item « catalogue général de la bnf » sur google, vous pouvez cliquer sur réservation (en haut à droite). Le serveur vous demande alors de vous identifier. Créez alors votre propre compte. De cette façon, vous pourrez réserver des places à l’avance, ainsi que des livres. Attention, le nombre de livres est limité à 5 et  vous ne pouvez pas réserver plus de 5 places. Il faut aussi être assez ponctuel, puisque vous avez droit à 30 minutes de retard et à 1 heure d’avance. En cas de retard, votre place sera supprimée, et vos livres renvoyés. Je vous conseille de réserver vos places assez tôt, parce que ce système est très utilisé, et que le nombre de places réservables est limité.

Il y a un cas particulier dans les réservations, celui de la place réservée après
16 heures. Dès votre arrivée, vous êtes obligés de vous adresser en banque de salle pour que les conservateurs vous donnent une place. En effet le serveur, dans cette situation précise, vous attribue un nombre imaginaire pour vous permettre de réserver des ouvrages, mais vous n’avez en réalité, pas de place en salle.

Attention : le système de réservation des livres ne fonctionne malheureusement que pour la BNF François Mitterrand.

  • À la BNF

Si vous n’avez pas terminé un ouvrage emprunté, vous pouvez le réserver pour le lendemain. Si vous n’avez pas réservé de place à l’avance, cela vous permet d’en obtenir une et de réserver d’autres livres. Ce système fonctionne uniquement le jour pour le lendemain.

Photocopies, photographies, numérisations…

À la BNF, le coût des reproductions est assez élevé. Vous avez trois options :

Faire vous-même la reproduction en utilisant les photocopieuses de la BNF ou leur équivalent pour les microfilms. Pour cela, vous devez vous adresser à la banque de salle, qui vous indiquera à qui vous devez soumettre votre demande. Attention pour l’Arsenal et d’autres sites, il faut avoir de la petite monnaie (1 ou 2 euros) pour payer la reproduction, puisqu’il s’agit d’une machine et que l’Arsenal ne possède pas de convertisseur de billets.

Commander sur le site Internet de la Bnf une reproduction. Cela fonctionne pour tous les sites de la Bnf (Arsenal…). C’est beaucoup plus pratique puisque vous payez en carte bancaire, et que vous recevez les numérisations sur votre ordinateur, si vous choisissez la solution la moins onéreuse. Avec un logiciel de traitement de photographies, vous lirez beaucoup plus facilement vos textes que sur des photocopies de plus ou moins bonne qualité.

– Ne pas payer la reproduction en prenant des photos.

Quel que soit l’option choisie, vous devez absolument : Faire une demande de reproduction à la banque de salle ; Remplir une demande d’autorisation de reproduction pour chaque ouvrage. Attention : seuls les livres publiés avant 1920 peuvent être reproduits de cette manière. Les spécialistes de l’histoire très contemporaine seront donc condamnés à payer la reproduction.

Si vous souhaitez inclure des photographies dans votre mémoire, vous n’avez aucun souci à vous faire quant à la clause de non diffusion, puisque vous ne le publierez pas. En revanche, si vous étiez amené à publier votre mémoire sous quelque forme que ce soit, il vous faudrait reprendre contact avec la BNF pour vous acquitter des droits spécifiques liés à la publication des reproductions.

Après avoir rempli les documents idoines, le conservateur vous attribue une place hémicycle, car il est formellement interdit de prendre des photos à votre place. Je vous invite à lire un article à paraître sur le site « les outils informatiques pour les historiens », qui vous donnera de précieux conseils pour prendre des photographies.

*

J’espère que ce petit billet aura pu guider vos premiers pas à la BNF. Si vous avez besoin de plus d’informations, je vous invite à explorer le site de la BNF, même s’il est particulièrement difficile de s’orienter dans la masse d’informations auxquelles on a accès. S’adresser aux professionnels de la BNF reste une solution très efficace.

Et n’hésitez pas à nous faire part, en commentaires, de vos propres conseils d’utilisation de la BNF…


14 réflexions au sujet de « Premiers pas à la Bibliothèque nationale de France »

  1. Françoise Simeray

    Bonjour,

    Responsable du service d’accréditation à la BnF, je tiens à préciser que ce billet n’est plus à jour en ce qui concerne les conditions d’accréditation. Vous trouverez tous les renseignements à ce sujet sur la page correspondante de notre site Internet : http://www.bnf.fr/fr/la_bnf/conditions_acces_tarifs/s.conditions_acces_bib_recherche.html?first_Art=non. Et je peux vous assurer que nous mettons tout en oeuvre pour que l’entretien d’accréditation ne soit pas un « parcours semé d’embûches », mais au contraire vous facilite l’accès à la bibliothèque, à partir du moment où votre besoin documentaire le justifie (ce qui est le cas dès que vous abordez un travail de recherche ou que vous avez besoin d’un document difficile à trouver ailleurs).

    Répondre
    1. Julien

      Bonjour,

      Actuellement fonctionnaire et préparant les IRA, je souhaite pouvoir accéder à la bibliothèque de recherche.
      Est ce possible ?

      Répondre
      1. Françoise Simeray

        Bonjour, pour accéder à la bibliothèque de Recherche, vous devez justifier soit d’un travail de recherche nécessitant l’accès aux collections patrimoniales, soit de la nécessité de consulter des documents difficiles à trouver ailleurs. La préparation des IRA ne me semble pas entrer dans ce cadre mais c’est à vous de voir. Bien cordialement.

        Répondre
  2. fatima

    Bonjour,

    Savez vs s’il est possible de réserver un box à la bnf ? je dois travailler avec 2 amis et on aimerait se mettre ds un box pour pouvoir discuter…

    Répondre
  3. lemovice

    Pour la première fois de ma vie, je suis allé à la BNF…J’en avais visité des bibliothèques de la Mazarine à la médiathèque Ceccano d’Avignon, de celle de Bayonne à celle des Assomptionnistes à Lyon, de celle de Bordeaux à celle de Beaubourg mais là, j’ai découvert un univers kafkaïen, inaccessible au commun des mortels. Arrivé pourtant dès 9 h pétantes, j’ai été ballotté de L en N, de M en N et ai pu consulter un médiocre, très médiocre microfilm à…11h30 ! Deux heures trente pour ça ! Version noir et blanc d’un original en couleurs…Impossible à améliorer et pour consulter l’original, on m’a dit de prendre rendez vous l’après-midi, pour faire une demande ! Que je n’étais pas sûr d’avoir. Hormis le fait de payer, de devoir passer un interrogatoire, d’avoir à utiliser des ordis complexes et de subir du personnel qui tourne en permanence…je dois dire que rien n’est décevant. La prochaine fois j’irais à Lyon. Où se trouve le deuxième exemplaire de ce que je cherche

    Répondre
    1. Cinquin Sophie

      Bonjour,
      je comprends votre déception. Je pourrais remplir un livre entier de situations que j’ai subies à la BNF et qui me semblent aujourd’hui amusantes avec la distance mais qui ne m’ont pas fait du tout rire sur le coup. Je crois néanmoins que le personnel fait de gros efforts pour rendre le matériel de lecture de microfiches et microfilms moins difficile. Par ailleurs, il est aussi très agréable de pouvoir commander plusieurs jours à l’avance les livres dont on a besoin et de ne pas avoir à les chercher à travers tous les rayons de la bibliothèque. Enfin, l’interrogatoire que vous évoquez est rendu nécessaire par la surfréquentation de la BNF.
      Je vous conseille la prochaine fois que vous avez un problème de microfilm commander la photo des microfiches dont vous aviez besoin sur Internet. Cela vous aurait peut-être permis de Zoomer et donc de mieux travailler, tout en restant chez vous. En montrant la mauvaise qualité d’un microfilm au président de salle, on arrive souvent à négocier la communication de la pièce originale, en salle de lecture face au bureau du président de salle ou en salle de consultation des livres rares (X) ! attention ! Il faut pour s’y rendre trouver l’ascenseur qui y mène car elle n’est pas au même niveau que les autres.
      En bref, je pense qu’on perd tous beaucoup de temps la première fois que l’on vient à la BNF, mais que ses ressources restent indispensables. Ne vous découragez pas !
      Bon courage pour vos recherches !

      Répondre
  4. Émilien Ruiz

    Nouveau petit complément à ce billet sur la BnF suite à ma petite mésaventure du jour à propos des documents déclarés « hors d’usage ».

    Lorsque l’on commande un document un peu ancien, il peut arriver que celui-ci soit déclaré « hors d’usage » : pas de panique. Si la mention n’est pas assortie de celle, plus définitive, de « validé par le conservateur » voici mon conseil : ne faites rien, ne demandez rien, attendez deux ou trois jours et refaites la commande. Une fois sur deux (dans mon cas en tous cas) le document devient subitement communicable…

    Il se peut en revanche que le document soit réellement hors d’usage… Dans ce cas, une seule solution : la demande de communication exceptionnelle. J’ai récemment expérimenté cette solution à trois reprises.

    Pour les deux premières cela s’est très bien passé : j’ai reçu une réponse m’annonçant que les ouvrages étaient partis en urgence à la numérisation, et 2 ou 3 semaines plus tard un e-mail m’informait disponibilité du document numérisé
    sur « Gallica Intra Muros ». Bien entendu, cela implique de consulter les documents sur les seuls postes de la BnF : le branchement à internet depuis les places classiques ne permet pas d’accéder aux ressources numériques propres de la BnF, c’est comme si vous vous connectiez depuis chez-vous… en toute logique.

    Pour la troisième fois en revanche, petite déception. Le document que j’ai commandé ayant été déclaré totalement hors d’usage, ma demande de communication exceptionnelle a donné lieu à une autorisation de consultation unique en place hémicycle :

    « Autorisation pour une consultation unique hémicycle : attention au papier fragile. Vous pouvez demander la consultation de ce document en banque KL ou LM. Attention, l?autorisation de consultation est valable dans un délai d?un mois.

    Demander un futon en banque de salle. Ne pas ouvrir à plat. Reproduction interdite, sauf photographie individuelle executée à l’aide de votre appareil personnel et après autorisation du président de salle. Merci »

    Je viens de consulter le dit ouvrage : une compilation du rapport public général de la Cour des comptes pour les années 1936-1952, en parfait état, dans une reliure moderne impeccable, aucune page déchirée, pas même de petites « miettes » de pages après consultation… Le président de salle ne m’a d’ailleurs pas donné de futon. Pourquoi le « hors d’usage » dans ce cas ? Cela m’échappe… Mais ce n’est pas le « pire ».
    Il se trouve que le président de salle que j’ai consulté m’a interdit de prendre des photos : « les photos c’est pour les documents antérieurs à 1922, pour des raisons de droits. En revanche, vous pouvez peut-être faire quelques photocopies partielles, faut voir… ».

    En premier lieu, cette interdiction me semble tout à fait illégitime compte tenu du fait que le document concerné est une publication administrative officielle, extraite du JO, qu’il est possible de photographier dans tout centre public d’archives (j’en ai fait l’expérience tant au CARAN qu’au CAC de Fontainebleau ou au CAEF de Savigny-le-Temple). En second lieu, c’est totalement contradictoire avec le message reçu qui m’interdisait les photocopies…

    Si j’avais eu le temps, j’aurais pu attendre que le président en question soit relevé de son service par un ou une collègue (ce qui a effectivement eu lieu au bout d’une petite demi-heure). La majorité des personnels de la BnF étant sympas, si vous tombez sur quelqu’un de peu agréable et que votre demande n’est pas illégitime (et que vous même vous n’êtes pas désagréable avec les bibliothécaires…) je vous conseille de simplement changer (discrètement) d’interlocuteur ou d’interlocutrice pour obtenir satisfaction…

    Heureusement (ou malheureusement…) le document ne contenait que très peu d’informations utiles et en une heure j’avais fini de prendre mes notes ainsi qu’une toute petite photo clandestine (merci les smartphones, mais chut!).

    *

    Cette petite expérience, ce commentaire et les différents billets lus ça et là sur le Rez-de-jardin (voir les autres commentaires de ce billet) me donne envie de lancer – mais après la thèse… – un « Guide de survie en rez-de-jardin » sous la forme d’un wiki ou quelque chose du même type. Il y aurait des volontaires pour y participer ?

    Répondre
    1. Sophie Cinquin

      Bonjour,
      J’ai eu moi aussi à faire, à de nombreuses reprises, des demandes de communications exceptionnelles. Lorsque le document était non communicable, j’ai parfois réussi à contourner le problème en utilisant le CCfr et en allant dans des bibliothèques patrimoniales. Pour éviter de perdre du temps à faire les photocopies moi-même, qui plus est plus ou moins réussies, je me sers du service de reproduction de la BNF. Quand vous allez sur le catalogue, vous pouvez demander à ce que l’on vous numérise le document. C’est moins cher, vous le recevez sous forme électronique, vous pouvez zoomer, ce qui ne gâche rien et en plus vous ne perdez pas de temps. Encore une chose, j’ai eu un problème un jour en disant que je voulais photographier un livre in extenso. On me l’a interdit puisqu’il existait déjà un microfilm. J’ai dû en payer la reproduction. Evitez donc de commette la même erreur ! Je serais partante pour un wiki.

      Répondre
  5. Émilien Ruiz

    Cela fait près d’un an que ce billet a été publié, il est toutefois toujours d’actualité, les procédures d’inscription et de consultation n’ayant pas, à ma connaissance, été modifiées.

    En revanche, voici un excellent complément d’information sur une question qui avait échappé à Sophie : le soleil ! Baptiste Coulmont propose un « guide d’utilisation de la BnF » sur son blog et donne quelques conseils, notamment de placement en salle M.

    Pour les utilisatrices et utilisateurs des autres salles, je ne saurais trop vous conseiller de repérer les places à l’ombre entre 16h et 18h pour pouvoir ensuite tenter de les réserver à l’avance… Ces temps-ci j’ai pour ma part pas mal de chance en salle N, excepté entre 17h30 et 18h30 mais il y a pire !

    Répondre
  6. Agnès de Saxcé

    Bonjour,
    Responsable des services aux publics à la BnF, je tiens à vous féliciter pour cette excellent billet sur la meilleure façon d’exploiter les ressources documentaires et les services de la Bibliothèque de recherche. Toujours soucieux de mieux servir nos usagers, nous sommes très attentifs à vos remarques.
    Bien cordialement,
    Agnès de Saxcé

    Répondre
  7. Maxime

    Bonne initiative que cet article. Concernant les accréditations, j’ai pu remarquer qu’on les obtenait relativement plus facilement au bâtiment Richelieu.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *