Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (1)

Billet rédigé par Thibault Le Hégarat* et Benoit Vaillot**

un-soir-a-la-tour-eiffel-262483-629405[Ce billet, comme beaucoup il faut l’avouer, est né d’une conversation sur Twitter. @BenoitVaillot et @thibault_lh discutaient de l’entretien qu’ils venaient d’accepter de donner à un journaliste pour une émission de télé. Il échangeaient sur leurs doutes et les raisons qui les avaient poussés à accepter. C’est alors que je me suis glissé dans la conversation pour leur demander s’ils seraient partant pour écrire un billet de « retour d’expérience » pour Devenir historien-ne.
Il se trouve en effet que l’entretien concernait les usages de l’histoire  et le succès de figures médiatiques telles que Lorànt Deutsch (principal invité de l’émission) et Éric Zemmour.
On reste ainsi dans un thème traité depuis quelques temps, ici (billet 1 ; billet 2) et ailleurs sur le rôle social de l’historien. Fallait-il y aller ou pas ? Les deux historiens répondent ici et expliquent leur choix. Il reviendront, dans un prochain billet, sur cette expérience à la lumière d’une analyse de l’émission diffusée ce soir…
]

La proposition et sa présentation

Benoit Vaillot : J’ai été contacté par téléphone en qualité de président du Collectif Confluence par un journaliste travaillant pour l’émission « Un soir à la Tour Eiffel », présentée par Alessandra Sublet, sur France 2. Il souhaitait m’interroger sur les émissions d’histoire présentées par des non-historiens. Ne me sentant pas le plus légitime pour en parler — bien qu’ayant un avis —, j’ai renvoyé le journaliste vers un membre du Collectif Confluence, Thibault Le Hégarat, dont la thèse en histoire a pour objet la télévision, et dont je connais l’opinion sur les émissions d’histoire présentées par des non-historiens.

Il est intéressant de constater que des journalistes nous contactent — et ce n’est pas la première fois —, alors même que des historiens chevronnés ne manquent pas pour s’exprimer sur un tel sujet. C’est là où la visibilité de l’association parait évidente, et permet une valorisation des travaux des doctorants.

Après avoir contacté Thibault, le journaliste revient vers moi pour me demander succinctement mon avis, et constatant qu’il était différent — et, selon lui, intéressant pour le reportage qu’il souhaite monter —, il a demandé à m’interroger à mon tour.

Thibault Le Hégarat : Le journaliste qui s’est présenté par téléphone a indiqué préparer un sujet sur le succès des livres et des émissions d’histoire, en donnant dès le départ les noms de Stéphane Bern et de Lòrant Deutsch. Indiquant qu’il souhaitait recueillir l’avis d’un historien de la télévision, j’ai cherché à synthétiser mon opinion en environ deux minutes par téléphone. Sans doute était-ce une manière d’évaluer si une rencontre pour un tournage se justifiait ensuite.

Les raisons d’une hésitation

TLH Répondre aux questions d’un journaliste en pleine préparation d’un sujet et participer à l’émission (même sous la forme d’une petite interview) sont deux choses différentes à mon sens. Si je n’ai aucun problème avec la première, la seconde me pose davantage question.

Passer à la télévision ne m’a jamais enthousiasmé, et jusqu’à présent je comptais refuser si l’occasion se présentait. Je sais que je refuserai toujours de répondre à un micro trottoir parce que je trouve improductive cette forme journalistique et que mon avis d’individu lambda n’intéresse probablement personne et ne fait pas avancer un débat sur un sujet, pas sous cette forme là. Toutefois, c’était le propos d’un jeune chercheur en histoire que recherchait ce journaliste, ce qui est différent.

Autre raison à mon hésitation, le fait que je ne soie pas « préparé » à m’exprimer face caméra. Mon métier d’enseignant m’a habitué à parler devant des élèves et les communications scientifiques devant un public universitaire, mais toujours dans un contexte particulier et bien différent du plateau de télévision ou même du cadre de la caméra. De plus, je ne sais pas forcément exprimer une pensée de manière concise, ce que la télévision recherche avant tout.
Sans être spécialiste des émissions historiques à la télévision, je me suis tout de même senti légitime à répondre à cette demande précise ; d’abord pour la connaissance que j’ai de l’histoire des programmes de télévision depuis la création de ce média, ensuite parce que j’ai perçu rapidement que les questions qui me seraient posées ne risquaient pas de me mettre en difficulté. Sans bien sûr prétendre représenter tous mes pairs, tout en ayant tout de même connaissance de l’opinion de collègues enseignants et chercheurs sur ce sujet, j’ai jugé que je pouvais tout à fait exprimer un avis de chercheur, ni plus du moins.

BLV Je ne partage pas les craintes qu’exprime Thibault, mais je les comprends aisément. Mes études à Sciences Po Lyon m’ont permis d’aborder la question des médias de façon plus détendue. Ensuite, les activités associatives obligent à communiquer avec le public et donc forment aux relations avec la société après des expérimentations, des ajustements, mais aussi des erreurs. De plus, j’ai déjà été interrogé plusieurs fois par des télévisions locales, ce qui m’a fait prendre conscience des attendus d’un journaliste de télévision. Cela étant dit, nous restons des amateurs.

Pourquoi avoir accepté ?

TLH Il faut savoir que j’ai d’abord refusé de participer à l’entretien qui m’était demandé. Sans aucun doute en raison d’une pointe d’angoisse, plus le fait de m’en tenir à ma volonté d’éviter les caméras de télévision. Ma raison principale était tout de même l’image très mauvaise que j’ai de l’émission en question. Celle-ci s’était « illustrée » dans un précédent numéro par un exercice de duperie du téléspectateur, maquillé en critique du discours médiatique, et qui avait conduit Nicolas Bedos à révéler une prétendue liaison avec Valérie Trierweiler – et qui pourrait conduire France 2 à être sanctionnée par le CSA.

Si j’ai finalement accepté, c’est pour plusieurs raisons1 . Le journaliste m’avait déjà appris que Lorant Deutsch serait l’invité de ce numéro. Or la proposition qui m’était faite indiquait que la production voulait réaliser un sujet avec la participation d’historiens de formation scientifique. Ce qui était un bon point à mes yeux et méritait une réponse favorable à leur demande. Sans quoi je me serais mis en contradiction avec ce que j’avais dit précédemment à mon interlocuteur, à savoir que je regrettais de ne pas voir davantage d’historiens universitaires à la télévision. J’ai pris cette intention pour de l’honnêteté intellectuelle, à voir si le montage final me donnera raison.

Mon argument principal pour accepter cette demande est que je souscris pleinement le rôle social de l’historien. Les historiens ont une fonction qui est de répondre à la société, qui attend d’eux des explications sur le temps présent et sur le passé. Refuser cet entretien serait revenu à renier la place que je revendique pour les historiens dans la société et dans l’espace public.

Enfin, j’ai appris dans la conversation avec mon interlocuteur qu’outre Lorant Deutsch, la production comptait sur la participation – ou du moins sur une brève interview – d’Eric Zemmour. Le nom de Deutsch m’y incitait déjà, celui de Zemmour a davantage renforcé mon envie de témoigner. Là encore, je ne pouvais pas, d’un côté déplorer la visibilité médiatique de ce non-historien relisant l’histoire sous un angle réactionnaire et affirmant des thèses révisionnistes sur Vichy, et d’un autre côté refuser de contribuer au débat sur l’histoire alors que je suis un historien de métier. Quelle que soit l’issue de cet entretien, j’estime m’être tenu à mes convictions par ma décision.

BLV Je rejoins complètement Thibault sur sa critique de l’émission et de ses méthodes douteuses. Les raisons pour lesquelles j’ai accepté d’être interrogé sont les mêmes que Thibault à quelques nuances près. La plus importante est tout de même d’apporter un contrepoint à la parole que pourra exprimer Lorànt Deutsch ou Éric Zemmour.

Ce n’est qu’en discutant de façon franche avec les journalistes, que j’ai appris qu’ils travaillent pour la société de production 3e Œil Productions, et non pour France 2. 3e Œil Productions produit l’émission pour laquelle nous sommes interrogés, mais aussi l’émission « Zemmour et Naulleau » sur Paris Première. Dans la mesure où nous sommes amenés à discuter de l’usage de l’histoire par des non-historiens, et qu’Éric Zemmour est concerné, être en possession de cette information n’est pas inutile.

Si j’ai accepté de répondre aux questions d’un journaliste d’une émission à grand public, c’est parce que je crois qu’il faut aussi « se mouiller », prendre le risque, de communiquer. Je déplore souvent l’absence des historiens (idem pour les autres sciences humaines et sociales) dans le débat public, mais pour autant j’ai conscience de la difficulté et du risque pris. Les rares interrogés sont souvent les mêmes, une poignée d’hommes, âgés, normaliens, agrégés, parisiens, etc. C’est pourquoi, j’ai parlé en mon nom sans aucune prétention de représenter une communauté d’historiens dont je doute même de l’existence. Concernant ma légitimité à être interrogé, je laisse (naïvement) à mes pairs le soin d’être jugé.

Le déroulement de l’entretien

TLH Les questions qui m’ont été posées indiquaient assez nettement l’angle du journaliste. Celui-ci cherchait à recueillir des avis d’historiens critiques vis à vis des succès des émissions et ouvrages de ces nouveaux « non-historiens » qui cartonnent sur le créneau de l’histoire à la télévision, à la radio et en librairies. J’ai fait part de mon faible enthousiasme vis à vis des émissions de Bern, Ferrand et Bravo, et des livres de Deutsch ou Zemmour. J’ai donc exprimé des critique vis à vis de leur répétitivité, de leur horizon très limité en terme de sujets et de territoires couverts, et surtout de l’image déplorable des femmes qui y est montrée.

Toutefois, le journaliste a apprécié que j’exprime aussi ma satisfaction de voir ce succès de l’histoire auprès du public, tout en exposant un problème qui est, à mon sens, que quelqu’un qui se limiterait aux émissions de Ferrand et aux livres de Deutsch passerait à côté de la variété et de la richesse des travaux existants, et de la complexité historique trop souvent lissée sur les radios et télévisions généralistes.

BLV Les questions posées ont été les mêmes que celles de Thibault, quoique peut-être plus directes et franches, me voyant enclin à adopter un ton plus politique (et donc polémique ?) que scientifique. Le journaliste souhaitait délibérément opposer de façon manichéenne le succès d’un Lorànt Deutsch aux historiens de métier moins lus. J’ai clairement exprimé que réfuter historiquement les écrits d’un Lorànt Deutsch ou d’un Éric Zemmour n’était pas difficile, et qu’il ne fallait pas se cantonner à cela mais bien à en critiquer la portée politique. J’ai donc essayé d’élever la réflexion en prenant l’exemple précis de la réhabilitation du régime de Vichy et du maréchal Pétain par Éric Zemmour. Je me suis efforcé de faire comprendre que la réhabilitation du régime de Vichy n’est pas gratuite et s’inscrit dans un combat pour l’hégémonie culturelle, qui prépare l’arrivée au pouvoir de l’extrême-droite ou d’une droite plus dure. C’est là où j’ai dénoncé l’usage de l’histoire à des fins idéologiques. Il n’est pas certain qu’une analyse « gramscienne » soit vendeuse.

J’ai essayé de me distinguer de certains historiens, ou collectifs d’historiens, qui lient des idéologues comme Lorànt Deutsch, Alain Minc, et Éric Zemmour (chacun dans son registre) à des présentateurs d’émissions de vulgarisation comme Stéphane Bern ou Frank Ferrand. Je savais d’emblée qu’il était vain de chercher à expliquer de façon complexe ma position, car le format du reportage laisse au mieux 1 minute à chaque intervenant.

C’est pourquoi, j’ai décidé d’employer une image explicitant mon propos. L’image de l’histoire comparée à du foie gras — que j’ai déjà eu l’occasion de développer sur Twitter — : les historiens font du foie gras entier, en lobes, etc. ; les présentateurs d’émissions de vulgarisation comme Stéphane Bern ou Frank Ferrand font de la mousse de foie gras avec parfois des morceaux lorsqu’ils interrogent des historiens ; et enfin il y a ceux qui font du pâté de sanglier comme Lorànt Deutsch, Alain Minc ou Éric Zemmour. Grâce à cette image, j’ai fait passé l’essentiel de mon message et précisé les nuances que j’apportais. Le journaliste semblait content de cette explication et m’a confié hors camera qu’il souhaitait garder ce passage car clair et concret pour le public. J’ai tout à fait conscience que l’aspect amusant est pour beaucoup dans le succès de l’image auprès du journaliste. J’espère sur ce point avoir été « pédagogue ».

TLH Le journaliste nous a demandé à chacun si les historiens professionnels ne devraient pas faire leur autocritique en voyant le succès de livres écrits par des « amateurs ». J’ai trouvé cette question retorse et j’espère y avoir répondu du mieux possible2 . Il ne faut pas inverser les choses. Il faut plutôt se demander si ce ne sont pas les grands médias qui donnent une plus grande de visibilité aux livres écrits par des non scientifiques. J’aimerais voir également l’éditeur Michel Lafon investir autant pour promouvoir l’ouvrage d’un professeur d’histoire qu’il ne l’a fait pour Lorant Deutsch. De même, l’historien n’écrit pas seulement pour les scientifiques, mais il écrit d’abord pour eux. Demander aux historiens de se remettre en question sur les « insuccès » de librairie de leurs ouvrages scientifiques, c’est se méprendre sur la recherche. Personne n’a prétendu que la recherche était accessible ni compréhensible pour à tous. C’est le rôle des vulgarisateurs de la science de rendre intelligible les résultats de la recherche, un rôle que je revendique aussi pour les chercheurs – car il existe autant de bons vulgarisateurs chez les journalistes comme les universitaires. Mais tous ne peuvent ni ne savent le faire, même si certains le font très bien (à titre personnel, je citerai Michelle Perrot et Christian Delporte). Enfin, n’ignorons pas non plus l’état du marché de l’édition et la frilosité des maisons à publier des ouvrages scientifiques. Le marché est aujourd’hui balisé par ces succès écrits par des non historiens et orientent les publications dans le sens de ce qui fonctionne, à savoir le biographique, l’événementiel, le politique. Autrement dit des territoires de plus en plus délaissés par la recherche historique, depuis un certain temps déjà. Sans vouloir opposer « histoire grand public » et histoire scientifique, cette opposition existe, mais n’est pas, me semble-t-il, du fait des scientifique, plutôt des grands médias qui sélectionnent des thèmes dans lesquels les chercheurs d’aujourd’hui ne se reconnaissent pas forcément.

Qu’attendre du sujet final ?

TLH Nous avons bien perçu que l’avis du journaliste était biaisé : celui-ci a reconnu avoir apprécié les ouvrages de Lorant Deutsch et acheté celui d’Eric Zemmour par intérêt peut-être plus personnel que professionnel. Il m’a donné l’impression de chercher à les défendre, peut-être en donnant une mauvaise image des historiens de métier au passage. Si la majorité des questions ne paraissaient pas orientées, je ne doute pas que le montage final du sujet le sera, lui. Après tout, Lorant Deutsch étant l’invité, le but de l’émission n’est probablement pas de le piéger, et le ton complaisant des entretiens des précédents numéros de ce magazine me laisse croire que c’est bien Deutsch, Ferrand et Bern qui auront le beau rôle.

BLV Il est à redouter en effet que le traitement réservé à Lorànt Deutsch, invité en plateau au moment de la diffusion de nos interventions, soit aussi complaisant que celui de Maiténa Biraben dans l’émission « Le Supplément » sur Canal + pour la promotion d’un de ses livres.
J’ai bien saisi ce que le journaliste attendait de nous, que nous dressions une autocritique des historiens. Le mot « autocritique » a même été employé par lui dans une question. Je ne pouvais d’une part parler au nom des historiens, ni accepter qu’ils aient à faire leur autocritique. J’ai cependant pointé que la formation universitaire en sciences humaines et sociales ne prédisposait pas à la communication des chercheurs avec les médias et le public en général, ce qui vraisemblablement était un des attendus du journaliste.

Faudrait-il en somme que les historiens communiquent plus et que les journalistes historicisent mieux ? Vaste chantier…

[À suivre ce soir sur F2 donc… et rendez-vous pour un prochain billet]

_________________________

* Thibault Le Hégarat est doctorant au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines.

** Benoit Vaillot est professeur agrégé d’histoire, président du Collectif Confluence.

_________________________

  1. Je précise que j’ai pris cette décision en trente secondes de réflexion, au téléphone avec mon interlocuteur []
  2. Mes souvenirs sont flous, d’autant que nous avons fait deux prises []

4 réflexions au sujet de « Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (1) »

  1. Ping : [France] Lorant Deutsch et les deux universitaires | L'histoire est un combat

  2. Ping : Être historien(ne) à l’ère de l’infotainment | ParenThèses

  3. Ping : Finis ta thèse, et après on pourra discuter ! | ParenThèses

  4. Ping : Lorant Deutsch et les deux universitaires « l'histoire est un combat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *