Faire l’histoire des Fake news au temps du Coronavirus

Comme tout évènement majeur national ou international, la crise sanitaire profonde que nous traversons charrie son flot de Fake news en tout genre. Dès le 25 mars, France Info alerte sur les fausses nouvelles qui se répandent aux termes de la première semaine de confinement en France. L’article détaille l’exemple d’un message électronique circulant alors de boite mail en boite mail, proposant des recettes miracles pour éviter de tomber malade : se « gargariser avec une solution désinfectante » éliminerait ainsi la présence du SARS-CoV-2 dans la gorge ; sinon, « boire quelques gorgées d’eau au moins toutes les quinze à vingt minutes » permettrait de faire descendre le virus dans l’estomac où l’acide gastrique le tuerait. Si la situation n’était pas aussi grave, ces conseils quasi miraculeux pourraient prêter à sourire. Pour la recherche en sciences sociales, ils révèlent surtout par bien des aspects l’importance de la diffusion de fausses informations en temps de crise et permettent une mise en perspective à la fois historique et historienne.

Les Fake news dans l’histoire

S’il en a été incontestablement l’un des propagateurs de l’expression, Donald Trump, contrairement à ce qu’il affirmait en 2017, n’est en rien l’inventeur du concept de Fake news. En effet, la présence de « fausses nouvelles » est pluriséculaire dans l’histoire, existant sous des formes plus ou moins simplifiées ou complexes, depuis que l’homme fait société.

Mais en préambule, arrêtons-nous un instant sur la définition du concept. En français, la traduction la plus souvent employée (« fausses nouvelles ») n’est pas satisfaisante. En réalité, cette transcription de l’anglais est erronée, traduisant « fake » par « fausse », alors qu’il serait plus correct d’employer le mot « forgée » ou l’un de ses synonymes. Dès lors, les expressions « nouvelles forgées », « nouvelles falsifiées » ou « nouvelles faussées » sont bien plus pertinentes et surtout plus transparentes, en indiquant effectivement l’intentionnalité de la démarche manipulatoire, un facteur essentiel sur lequel nous reviendrons plus loin.

Dans l’histoire, cette exploitation de la manipulation par l’information est présente dès les récits mythologiques grecs, remplis de trahisons et de mensonges visant à influencer les actions de tel dieu ou tel humain. Ils donnent naissance au VIIIe siècle av JC chez le poète Hésiode à la déesse Apaté, divinité de la tromperie, de la duperie et de la malhonnêteté, elle-même fille de Nyx, déesse de la nuit et des ténèbres. Plus tard, le concept de falsification de l’information est explicitement théorisé au IVe siècle avant notre ère par le stratège et général chinois Sun Tzu dans l’Art de la guerre. Il y expose la nécessité, dans un environnement conflictuel et guerrier, de la diffusion de fausses informations, savant mélange entre mensonge et vérité, subtil équilibre entre vraisemblance et incrédibilité. Plus près de nous, de nombreux épisodes, dans des contextes souvent paroxystiques à l’instar de la situation actuelle, ont été le moment d’une profusion excessive de nouvelles faussées. Citons l’exemple bien connu de l’Affaire Dreyfus où les deux camps utilisèrent la presse – de masse ou politique – pour essayer de manœuvrer l’opinion publique et par ricochet, les autorités militaires ou civiles. Plus tard, la Première Guerre mondiale se révèle propice à la mobilisation des esprits par les « bobards » et le « bourrage de crâne » à des fins patriotiques. On diffuse alors des informations erronées pour alimenter et maintenir la croyance collective dans une issue victorieuse ; à l’inverse, on cherche à contrôler avec efficacité et sévérité l’information pour limiter au maximum le défaitisme.

Dans le domaine de la santé, manipulation et déformation de l’information sont elles aussi très fréquentes et très anciennes. Elles jalonnent le cours de l’histoire, notamment lors des grandes famines ou épidémies.  Dans son Traité politique et médical de la peste, le médecin de la Faculté de Montpellier François Ranchin propose en 1721 une analyse de l’épisode de peste qui frappa la ville en 1629-1630. Dès les premières pages, il prévient contre les « faux bruits » qui peuvent envahir les villes qui « se trouvent dans l’appréhension de la peste ». Il faut éviter de « demeurer dans l’incertitude » afin de « mettre en garde sur le premier soupçon ». Ce sont ces soupçons qui sont, un demi-siècle plus tard, à l’origine de la « Guerre des farines » quand en 1775 Brie, Beauce, Beauvaisis, Normandie, Picardie, Champagne et une partie de l’Ile-de-France sont remués par les nouvelles mesures royales dérégulant le commerce des grains. Les négociants en grains, les fermiers, les représentants du pouvoir royal, dont certains sont attaqués physiquement, sont alors tous perçus comme des accapareurs et surtout des affameurs. Trois siècles plus tard, face à l’impossibilité de déterminer une cause tangible, on accuse le boulanger de Pont-Saint-Esprit, mais aussi la modernité agricole, les puissances étrangères voire le diable, d’être à l’origine de l’intoxication alimentaire qui rend malade une partie considérable de la population de la bourgade gardoise à l’été 1951.

À l’instar des antennes 5G censées être responsable de la propagation du Covid19 et incendiées au Royaume-Uni en 2020, l’étranger porteur du virus au Moyen Âge, le commerçant de blé à l’époque moderne ou le boulanger contemporain sont de parfaits boucs-émissaires dans une période de stress et de paranoïa collectifs.

Mécanique de la tromperie

Ce rapide tour d’horizon rétrospectif étant fait, il faut désormais se pencher sur les leviers de fonctionnement des nouvelles faussées dans l’espace public et notamment – ce à quoi la science historique s’intéresse avant toute chose – comment elles se greffent sur le tissu et les liens sociaux. À cet égard, les nouvelles forgées fonctionnent comme un virus : elles s’insèrent dans le corps social pour le déstabiliser voire le détruire de l’intérieur. En ce sens, plusieurs facteurs du phénomène peuvent être mis en lumière.

Le premier est la viralité de l’information. Tant à l’Antiquité qu’aujourd’hui, ce qui conditionne le processus de diffusion est sa capacité à se déplacer à travers l’espace-temps, avec une intensité qui s’accroît au fur et à mesure que les innovations technologiques lui donnent du poids. Le premier rouage du procédé réside dans les relations interpersonnelles à courte échelle. Les travaux qui ont étudié le phénomène au Moyen Âge, à l’époque moderne ou contemporaine témoignent tous de l’importance de l’oralité et de la transmission par le « bouche-à-oreille ». Dans les hameaux, les villages ou les quartiers urbains, la rumeur se répand à toutes les périodes, sur un voisin, un collègue ou un personnage public. Avec les avancées technologiques de l’information, le bruit prend une nouvelle dimension : pamphlets agitateurs au XVIe siècle, libelles révolutionnaires, presse à un sou fin XIXe-début XXe siècle, Internet et smartphones à la fin du siècle suivant. Tous ces nouveaux supports, qui sont en même temps des canaux de diffusion, élargissent le champ d’action des informations falsifiées, amplifiant leur public et leurs impacts.

En ce sens, ces nouveaux vecteurs de l’information jouent un rôle fondamental dans l’inscription plus ou moins durable, plus ou moins profonde, de la nouvelle faussée, en faisant figure de relais ou en étant eux-mêmes des prescripteurs. « C’est vrai car untel l’a dit » au Moyen Âge s’est transformé en « c’est vrai, je l’ai  lu sur internet » (ou « dans tel journal ») à l’époque contemporaine. Ici s’impose l’étude du rôle de celui qui relaie l’information. Plus son degré de légitimité et de crédibilité est élevé socialement, plus ses facultés de rayonnement et de diffusion seront élevées. Ainsi, les supports et discours propageant les fausses nouvelles portent toujours le sceau de l’expertise ou de la proximité avec les cercles du pouvoir, afin de donner du poids à l’information : un professeur de CHU pour le mail enjoignant à boire de l’eau pour lutter contre le coronavirus ; des proches du couple Pompidou au moment de l’affaire Marković en 1968-69. Le ton de la confidence ou du savant permettent alors de faire passer, avec encore plus de poids le message. Depuis leur essor après les attentats du 11 septembre, les vidéos conspirationnistes sur Youtube regorgent de termes techniques ou érudits et s’appuient sur des documents officiels, souvent biaisés. En leurs temps, les écrits calomniateurs de l’Ancien régime contre tel ou tel souverain étaient eux remplis d’anecdotes soi-disant répétées par un confident.

En bout de course, les nouvelles falsifiées sont à la fois des miroirs et des façonneurs des imaginaires sociaux. Par les angoisses collectives qu’elles cristallisent, par les cibles faciles qu’elles stigmatisent, elles construisent l’opinion publique tout en la révélant. Ainsi, la remise en cause actuelle des élites et de la parole des experts, auxquels on oppose le bon sens populaire, associée à la facilité d’accès aux connaissances et de diffusion d’une information à la terre entière, expliquent la multiplication des experts auto-proclamés (notamment grâce à l’effet Dunning-Kruger) et l’extension du phénomène de Fake news ces dernières années. Avec moins d’intensité et de pouvoir de propagation, mais avec des mécanismes similaires, le phénomène est le même lors des périodes plus anciennes : chaque période de troubles, de crises, de défiance dans l’avenir voit la propagation de nouvelles faussées. C’est vrai par exemple lors des périodes charnières, fin de règne ou fin de siècle.

Un moteur de et pour l’histoire

Dans ce cadre, les « fausses nouvelles » s’avèrent un phénomène privilégié pour étudier une société, son fonctionnement, ses dynamiques relationnelles, ses croyances collectives ou individuelles. La multiplication des nouvelles faussées autour du mouvement des gilets jaunes en France en 2018 en dit presque autant que le phénomène lui-même sur l’horizon d’attente que représente cet épisode pour une large partie d’une population se sentant déclassée, abandonnée, trahie. Comme durant la Première Guerre mondiale, l’Affaire Dreyfus ou après la mort de Frédéric Barberousse en 1190 dont on raconta le retour providentiel encore pendant des décennies, les nouvelles forgées s’avèrent de puissants moteurs de l’histoire. Outre les imaginaires sociaux communs qu’elles bâtissent, elles accélèrent bien souvent le cours de l’histoire, infléchissant les trajectoires individuelles ou collectives en faisant pression sur les prises de décision des simples sujets ou citoyens, mais aussi des gouvernants. C’est en ce sens qu’elles s’avèrent particulièrement puissantes, poussant les individus ou les communautés à l’excès (citons par exemple l’Affaire de Hautefaye en 1870, qui est doublement le produit de nouvelles faussées, à la fois dans son déroulé – un traître en période de guerre – puis dans sa légende – le cannibalisme) ou au contraire à mettre en place des stratagèmes de prudence (des émissaires dans toutes les villes supposément touchées par la peste autour de Montpellier en 1629).

Dans tous les cas, les nouvelles forgées sont le fruit d’une intentionnalité et porteuses de conséquences, selon des circuits souvent complexes qu’il convient d’appréhender et comprendre. La question de l’intentionnalité est toujours la plus délicate à envisager. En témoigne le mot « Infox » qui a fait son apparition il y a quelques années pour caractériser les nouvelles falsifiées et qui n’est pas tout à fait convenable. En effet, mot-valise composé à partir des termes « information » et « intox » , il supposerait une intentionnalité manifeste dans la naissance et la diffusion de l’information en question. Or ce n’est pas toujours le cas. Les études fines sur la diffusion des nouvelles faussées montrent qu’elles sont souvent propagées par des personnes de bonne foi, induites en erreur par un prescripteur renommé ou une personne de confiance. Ce qui est certain, c’est que la nouvelle faussée, est à un moment ou à un autre de son cheminement dans le corps social, exploitée à des fins de manipulation. Née d’une confusion ou d’un malentendu, elle sera instrumentalisée par des agents diffuseurs. À l’inverse, forgée dans le but de tromper, elle se trouve relayée par des individus honnêtes. À cet égard, dans le domaine biologique, le lyssenkisme soviétique est une excellente illustration de l’intrication de manipulations à divers échelons et de bonne foi ou de volonté de croire, le tout dans le contexte tendu de concurrence géopolitique et idéologique internationale des années 1930 aux années 1960. Si les impacts peuvent alors être plus ou moins dramatiques, ils sont toujours durables. Dans les années 1930 par exemple, la marque de cigarettes américaine Chesterfield est frappée par une rumeur locale : l’un de ses employés aurait la peste. Les conséquences de cette fausse information, propagée par une presse nationale avide de sensationnel, sont immédiates : les ventes s’effondrent et il faudra près de 10 ans à la compagnie pour s’en remettre économiquement.

En définitive, par son travail d’analyse et de déconstruction, le rôle de l’histoire en tant que science est d’apporter de la rationalité face à un phénomène massivement présent depuis des siècles et qui joue principalement sur des ressorts affectifs souvent négatifs (la crédulité, la peur, l’envie, la jalousie, le rejet). En replaçant dans le contexte socio-politique, en matérialisant les processus de diffusion et mettant en exergue les impacts du phénomène, elle permet de mieux en comprendre les enjeux pour les sociétés passées, mais aussi contemporaines. En effet, en articulant passé et présent, la parole historienne atténue l’accélération et l’affolement des temporalités propres aux périodes de tension et de détresse sociales. En imposant une prise de recul critique, elle propose un regard plus large et distancié sur les crises et leurs corollaires (hommes providentiels, remèdes miracles, peurs collectives, etc.) dans lesquelles les nouvelles falsifiées jouent un rôle prépondérant et incontestable depuis plusieurs millénaires.


[ndlr] Stéphane Le Bras a dirigé avec Philippe Bourdin l’ouvrage collectif Les fausses nouvelles. Un millénaire de bruits et de rumeurs dans l’espace public français, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2018. [actuellement en accès libre]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.