Auschwitz, enquête sur un complot nazi (par Florent Brayard)

Florent Brayard, Auschwitz, enquête sur un complot nazi, Paris, Le Seuil, “L’Univers Historique”, 2012, 529 p.

Voici un ouvrage qui mériterait un compte rendu précis, long et détaillé… oui mais voilà, l’écriture de la thèse n’en laisse pas toujours la possibilité, je me contenterai donc ici d’un bref signalement de l’ouvrage. Si ce billet a sa place sur ce blog, c’est qu’après lecture de l’introduction et parcours (un tout petit peu plus que diagonal) du reste, il me semble que nous sommes ici face à un ouvrage qui mérite une attention toute particulière des apprentis historiens et historiennes, pour ce qu’il dit du discours historique, de l’objectivité, de la nécessité de garder une certaine humilité vis à vis de ses propres conclusions, tout en n’hésitant pas à les défendre comme étant solides en l’état actuel de nos connaissances. Cet ouvrage me paraît donc mériter l’attention de tous ceux qui s’intéressent à “la fabrique de l’histoire”.

Présentation par l’éditeur

(source) “On le sait depuis les procès de Nuremberg : la « solution finale de la question juive » était un secret d’État partagé par les plus hautes élites nazies qui connaissaient pertinemment le sort des Juifs européens déportés à l’Est : la mise à mort systématique, à Auschwitz ou à Treblinka.

Si l’on en croit son Journal, néanmoins, Goebbels constituait une exception. Le ministre de la Propagande avait certes été informé du massacre des Juifs soviétiques puis polonais. Pour autant, il crut pendant longtemps que les Juifs déportés depuis l’Allemagne étaient concentrés à l’Est dans des ghettos, en attendant une future transplantation. Or ils étaient assassinés. Intime de Hitler et figure majeure du régime, Goebbels était-il le seul à ne pas savoir ?

S’appuyant sur une très large documentation, Florent Brayard fait dans cette enquête le pari inverse : la singularité du cas Goebbels invite en réalité à repenser le secret qui entoura Auschwitz. Car les archives révèlent de nombreuses anomalies, passées souvent inaperçues, qui montrent que la « solution finale » fut durablement présentée au sein de l’appareil d’État comme une simple transplantation.

De fait, même dans le Reich nazi, le meurtre de tous les Juifs européens constituait un acte hautement transgressif, que Hitler et Himmler avaient préféré cacher ? autrement dit, un complot. La conférence de Wannsee en janvier 1942 ne fut donc pas le moment où ce meurtre systématique avait été révélé : il fallut pour cela attendre octobre 1943 et les fameux discours de Himmler à Posen.

De l’aveu même de l’orateur, tout, ou presque, était alors achevé.”

Table des matières

  • Introduction
  • Chapitre I – Goebbels et la persécution des Juifs. 1939-1942
  • Chapitre II – Goebbels et le meurtre des Juifs. 1942-1945
  • Chapitre III – Le Journal de Goebbels comme source historique
  • Reprise I
  • Chapitre IV – Le concept d’ extermination dans la sphère publique
  • Chapitre V – Comprendre l’ extermination du Juif 181
  • Reprise II
  • Chapitre VI – Le silence qui suivit Wannsee
  • Chapitre VII – Une relecture de Wannsee
  • Reprise III
  • Chapitre VIII – Au miroir des Affaires étrangères
  • Reprise IV
  • Chapitre IX – La solution finale comme complot
  • Chapitre X – Une preuve du complot par son dévoilement
  • Épilogue – Exterminer , futur du passé
  • Notes
  • Index des noms de lieux
  • Index des noms de personnes

Lire un extrait de l’introduction

Le libraire en ligne “Eden livres” permet de consulter un extrait de l’introduction : en ligne, au format epub ou en pdf : voir ici http://vitrine.edenlivres.fr/publications/16300-auschwitz-enquete-sur-un-complot-nazi


1 réflexion sur « Auschwitz, enquête sur un complot nazi (par Florent Brayard) »

  1. François Delpla

    Un livre effectivement important et, dans son affirmation essentielle, convaincant.

    Il ouvre une brèche qui, à mon sens, ne peut aller qu’en s’élargissant. Car une fois la notion de “complot nazi” prise en charge (première mondiale ?) par un universitaire dans la force de l’âge et faisant autorité, comment resterait-elle confinée à la sphère du judéocide ? Ce complot serait d’ailleurs mieux qualifié au moyen d’un adjectif qui n’a pas, mais alors absolument pas, bonne presse chez les spécialistes et notamment ceux de la tendance post-fonctionnaliste dont se réclame Brayard : hitlérien.

    Car il s’agit tout bonnement de l’application d’un principe dont Hitler a fait une loi du Reich, plusieurs fois précisée, et couchée par Goebbels lui-même dans son journal : nul Allemand ne doit recevoir une information qui ne soit pas strictement nécessaire à la tâche dont il est chargé. Autrement dit : seul le Führer sait tout ; ou encore : il complote avec chaque ministre dans son champ de compétence. Il n’y a rien là qui soit spécifique à la persécution des Juifs. Pour ne prendre qu’un exemple, ce principe, même s’il est rappelé dans fort peu d’ouvrages sur la bataille de France en 1940, fut une arme de la victoire au moins autant que l’innovation des divisions blindées, puisque tout reposait sur le secret hermétique de la préparation d’une percée à Sedan. Tandis qu’on laissait fuir de toutes parts l’information sur une prochaine attaque des Pays-Bas, indispensable pour y attirer la fine fleur des armées adverses et permettre aux blindés surgis par Sedan de les prendre en tenaille. C’est donc toute une vision nouvelle du nazisme et de ses entreprises qui est en germe ici.

    Cela s’arrose ! Quoi ? les germes ! et c’est tout le mal qu’il faut souhaiter à Brayard, d’être dans les années qui viennent le jardinier conséquent de sa découverte.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.