Temps des faits, temps du film et temps de l’écriture : faire l’histoire de Shoah ?

Shoah, une double référence ? Des faits au film, du film aux faits (MkF, 2017) porte principalement sur la réalisation et la diffusion du film Shoah de Claude Lanzmann, dont tout à la fois le sujet – la mise à mort des Juifs par le gaz en un lieu fixe entre 1941 et 1945 – et la forme – 9h30 de témoignages sans images d’archives, sans musique ajoutée au montage et sans voix off – ont été remarqués dès 1985. Continuer la lecture

Purges des universités en Turquie : un message de Noémi Levy-Aksu

Ces derniers jours, un message de Noémi Lévy-Aksu, enseignante-chercheuse permanente  au département d’Histoire de l’université du Bosphore (Boğaziçi University) à Istanbul est passé sur (seulement) deux des nombreuses listes de diffusion « historiennes » auxquelles je suis abonné : celle de l’AFHE et celle de l’AHCESR. En évoquant sa situation (son permis de travail a été révoqué) notre collègue nous permet de prendre un peu plus encore la mesure de ce qui se passe ces temps-ci en Turquie. Surtout, elle suggère un certain nombre d’actions à entreprendre pour soutenir les victimes des purges à l’oeuvre au sein des universités. Avec son accord, je relaie ici ce message en vous encourageant non seulement à le lire mais aussi à le faire circuler.


« Chers amis, chers collègues,

Excusez-moi de ce très long message collectif, mais je ne peux répondre actuellement aux très nombreux messages que je reçois depuis la semaine dernière. Merci à tous! Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, j’ai appris vendredi dernier que mon autorisation de travail avait été annulée par le Conseil de l’Enseignement Supérieur (YÖK). La décision a été communiquée à mon université (Boğaziçi) sans aucune motivation mais il n’y a guère de doute : le YÖK a ciblé le professeur Abbas Vali, qui venait de démissionner du département de sociologie, et moi, qui étions les deux signataires étrangers de l’université de la pétition pour la paix en janvier 2016. Pour la première fois, Boğaziçi est directement ciblée par le vaste mouvement de purges des universités. Continuer la lecture

Écrire l’histoire à quatre mains : dans l’atelier de Désirée et Alain Frappier

Bien des historien.nes nous ont ouvert leurs ateliers pour nous permettre de suivre les étapes d’un travail de recherche et les modalités de son écriture. Mais comment restituer des épisodes du passés quand on est auteur.es de bande-dessinée et que l’on jongle d’une part avec le matériau habituel de l’historien.ne (témoignages, presse, travaux scientifiques) et, d’autre part, avec la nécessité de scénariser une restitution historique à laquelle se mêlent des éléments de fiction ?

Tel est le fil rouge de cet entretien avec Désirée et Alain Frappier qui proposent ces jours-ci en librairie le premier tome de leur quatrième récit graphique, situé dans le Chili pré-Allende, qu’ils ont intitulé Là où se termine la terre. Élaboré à partir du témoignage de Pedro, réfugié chilien en France, ce volume retrace l’histoire du Chili autour du basculement qu’a constitué l’accession d’Allende au pouvoir. Il sera suivi d’un second tome centré sur le renversement d’Allende et la dictature de Pinochet. Entre souci d’exactitude, respect de la parole des témoins, nécessité de confronter les points de vue pour enrichir l’intrigue, et volonté de donner une place aux actrices et aux acteurs invisibles de l’histoire, il y a un cheminement et des questionnements qui rejoignent souvent ou s’éloignent parfois  ceux de l’histoire savante. Quelle que soit la trajectoire, le dévoilement de la boîte noire de cette écriture ouvre de belles pistes de réflexion que je vous propose de découvrir sans plus attendre.  Continuer la lecture

WikiAudition Histoire – édition 2017

Le « wiki auditions histoire » reprend du service!

Comme chaque année, la page de suivi des recrutements en histoire est ouverte, grâce notamment au soutien de l’AFHE, qui l’héberge.

Il s’agit de rassembler, en un lieu facile d’accès, toutes les informations relatives aux recrutements de maîtres.ses de conférences et professeur.e.s en histoire (sections 21 et 22 du CNU) pour la session synchronisée 2017.

Le bilan de la campagne 2016 est mitigé : si le remplissage du wiki s’améliore d’année en année en particulier pour les recrutements de MCF en section 22, trop d’informations manquent encore (ou ne parviennent qu’après les auditions) sur les postes de professeur.e.s et ceux de la section 21. Nous comptons donc sur vous! Continuer la lecture

L’historien et l’iconographie du XVIIIe siècle

En travaillant sur ma thèse consacrée à l’image de Louis XV et Louis XVI, je me suis appuyée sur un corpus qui était en grande partie iconographique. Étrangement, je constate depuis lors que l’on me considère très souvent comme une historienne de l’art plutôt qu’une historienne. Cela ne manque pas de me surprendre parce que l’étude iconographique a depuis longtemps été légitimée par l’historien, et ce à juste titre. Je voudrais donc proposer ici une brève réflexion sur ce type de sources, la manière de les traiter et leur utilité toute particulière pour l’étude du XVIIIe siècle. En effet, elles paraissent capitales pour comprendre une période qui s’est engouée pour le Salon de peinture et de sculpture, pendant laquelle la gravure s’est largement diffusée et a fait l’objet d’incessants perfectionnements techniques. Continuer la lecture

« L’Histoire, un enjeu très politique ! » 3 vidéos à visionner sur Mediapart

La question des usages politiques de l’histoire, sans faire l’objet des investigations centrales de Devenir historien-ne, a toujours été présente sur ce carnet. Qu’il s’agisse des billets d’Aurore Chery, du duo Thibault Le Hégarat et Benoît Vaillot, d’une intervention de Denis Pechanski ou, plus récemment, de l’entretien accordé par Mathilde Larrere à Véronique Servat comme d’un nouveau billet de Thibault LH sur la vulgarisation, la question du « rôle social » ou des prises de positions historiennes dans l’espace public est importante pour ce carnet. Son existance elle-même en témoigne, comme j’avais tenté de l’expliquer dans un exercice d’auto-célébration de réflexivité proposé par Nicolas Lebourg pour Fragments sur les temps présents.

Bref, tout ceci pour expliquer qu’il me semblait nécessaire de relayer dans ces pages la tenue, hier soir, d’une soirée spéciale sur Mediapart : toute entière consacrée à l’histoire. Vous me direz, rien d’exceptionnel : de « secrets d’histoire« à « l’Ombre d’un doute » l’histoire est déjà bien présente à la télévision… Humm. Bref.

Organisée par Laurence De Cock et Mathilde Larrere, cette soirée Mediapart a consisté en une série de 3 tables rondes dont je vous recommande le visionnage. Si je vous recommande vivement de vous abonner (en l’occurrence ce sont nos abonnements qui permettent l’organisation de ce type de soirées…), je ne peux que saluer la mise en ligne systématique par Mediapart de ses vidéos sur sa chaine Youtube, en libre accès donc. Continuer la lecture

Apprendre à vulgariser ?

Ce billet revient sur un entretien réalisé dans le cadre d’un travail de recherche post-doctorale et publié sur le carnet Patrimoine et télévision. J’y expose ses intentions, ce que l’entretien à mis à jour, et l’état de ma réflexion sur la vulgarisation historique.

Les raisons d’un entretien

Le projet de recherche sur lequel je travaille cette année m’amène à adopter une position différente à la mienne puisque tout en restant dans la position d’un chercheur, je suis également engagé dans un travail de vulgarisation du savoir historique, lequel prendra la forme d’un outil à destination du public : un site internet retraçant l’histoire du patrimoine. Or tout comme j’ai appris à devenir historien par la pratique de la recherche, au fil d’une thèse de doctorat, de communication en publication, lectures après lectures, je me doutais que je ne pourrais m’improviser vulgarisateur. Continuer la lecture

Tribulations historiennes à l’université de Toulouse : sommaire de la saison 1 [suite & fin]

Ah, le master recherche ! Dans le cursus universitaire, il est pensé comme l’antichambre du doctorat, le moment où les étudiants font leurs premières armes d’historiennes. Ils y découvrent le contact avec les archives et l’émulation intellectuelle, tour à tour aiguillonnés par leurs lectures et les entretiens avec leurs directeurs et directrices de mémoire.

Mais derrière cette description pensée par les équipes pédagogiques, que savons-nous du quotidien de ces jeunes chercheurs ? De leurs manières de travailler, d’appréhender leurs sujets ? Découvrent-ils tous ce « goût » de l’archive cher à Arlette Farge ? D’ailleurs, travaillent-ils tous dans des dépôts et sur des archives papier ? Qu’en est-il de leurs rapports aux outils ou aux temporalités de la recherche ? Autant de questions situées au cœur de ce projet pédagogique hébergé dans le cadre du master Histoire, civilisation, patrimoine à l’université de Toulouse Jean Jaurès. Continuer la lecture

Pourquoi étudier le tourisme en situation coloniale ? L’exemple de l’Algérie

par Colette Zytnicki1

Pourquoi s’intéresser au tourisme dans l’Algérie coloniale ? Le débarquement de la flotte française en 1830 sur les côtes de Sidi Ferruch inaugure en effet un temps de tension perpétuelle, plutôt que de loisirs et de farniente. La domination impériale a généré tant d’injustices, d’iniquités et de violences qu’on peut considérer le tourisme comme un épiphénomène dont l’analyse n’ajouterait rien à la compréhension des sociétés concernées. À cela, on objectera que les mondes coloniaux sont des structures complexes qu’il faut saisir en leur totalité. Le tourisme est une part de l’Algérie dominée par les Français, il y a même trouvé une place assez importante, on le verra. Par ailleurs, les géographes et les sociologues qui depuis de longues années se sont penchés sur le phénomène touristique, considèrent que celui-ci démarre avec les années 1960, voire même après, au moment où se met en place un tourisme de masse2 . On peut toutefois rappeler qu’en Europe comme ailleurs, il a été précédé d’un tourisme élitiste, aristocratique et bourgeois qui, bien que minoritaire, a suscité l’apparition d’un secteur économique ad hoc, transformé certaines villes et hanté l’imaginaire collectif de millions de personnes Continuer la lecture

  1. Professeur émérite à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, membre du laboratoire FRMESPA []
  2. Sur ce débat, voir Colette Zytnicki et Habib Kazdaghli (dir.), Le tourisme dans l’Empire français. Politiques, pratiques et imaginaires, Paris, Publication de la SFHOM, 2009 []

Faire de l’histoire sur Twitter ? Entretien avec @LarrereMathilde

En matière d’éducation, le site de microblogging Twitter est souvent un lieu de confrontation et d’invectives qui ne rendent pas justice aux vastes possibilités de l’outil. Au milieu des floods en 140 signes qu’impose le réseau du petit oiseau bleu, une historienne, Mathilde Larrère1 , s’est lancée dans une série d’exercices de microbloggingstory. A l’aide d’un autre outil, Storify, qui permet d’ordonner des tweets, elle retrace des épisodes historiques de l’époque contemporaine. À l’image de son compte qui est personnel, professionnel et militant, elle entremêle dans cet exercice les trois aspects de sa « personnalité » numérique. Pensés par une femme historienne et engagée, ces récits s’inscrivent avec humour, fraicheur et rigueur dans une démarche d’éducation populaire et amorcent de vastes mouvements réticulaires de circulation des savoirs historiques.

A quel moment et pourquoi as-tu envisagé d’utiliser Twitter pour conter sous forme de Storify des épisodes historiques ?

Au début j’ai commencé par faire juste des éphémérides sur Twitter, juste une date anniversaire avec mention de l’événement. Puis ça m’a frustré de ne pas expliquer l’événement. Trop tristement factuel. J’ai commencé à donner de petits éléments d’interprétation, d’explication. Mais j’avais aussi besoin de raconter ce qui se passait. D’incarner un peu, de donner du vécu. De précisions en explications, d’interprétations en récits, je me suis mise à faire des threads de plus en plus longs. 10 tweets, puis 20, puis 40… Dans les notifications, des twittos me disaient c’est super, mais pourquoi tu ne les mets pas sur Storify parce que là c’est compliqué de suivre ?  Alors je suis allée voir et je m’y suis mise. Continuer la lecture

  1. Mathilde Larrère est normalienne, agrégée d’histoire. Sa thèse portait sur la garde nationale sous la Monarchie de Juillet. Elle est maitre de conférence à l’université de Paris Est Marne la Vallée. Elle est aussi militante syndicale, politique et associative []