Pour une histoire économique du politique

L’une des ambitions principales de notre ouvrage, publié récemment aux Presses de Sciences Po, est de souligner l’intérêt d’une approche du politique par l’économie. L’histoire économique du politique, telle que nous la concevons, étudie la fabrique du discours économique d’organisations politiques – en l’occurrence les partis socialistes français entre 1944 et 1981 – de son élaboration par des « experts » à sa publicisation par les dirigeants et les propagandistes. Il s’agit, en somme, de saisir les évolutions – ou involutions – de l’usage politique que font les partis socialistes de l’économie et, simultanément, d’évaluer leur attitude face aux avancées conceptuelles de la théorie économique (keynésianisme, marxisme, « école de la Régulation »). Cette approche épistémologique permet de réinsérer les partis dans une histoire économique dont ils sont trop souvent exclus sans justification et, réciproquement, de mettre en lumière l’importance de la thématique économique dans l’élaboration des stratégies partisanes, notamment en temps de crise.

Cette appréhension du politique par l’économie dynamise des champs de recherche que l’on croyait bien connus. Les travaux d’Adam Tooze en ont fourni un exemple magistral en 2006. En remettant l’économique au centre de la compréhension du régime nazi, l’historien britannique éclaire Lire la suite

L’histoire à travers champs

­Retour sur la conférence de Dan WADHWANI (Lille, 14 janvier 2016)

La corporation des historiens serait bien avisée de regarder comment se fait l’histoire en dehors de ses ateliers. Dans les champs de la science politique, de la sociologie ou de l’économie, elle y découvrira des tours de main et des usages variés et peut-être même un rapport nouveau au savoir historique.

La conférence donnée à Lille par Dan Wadhwani était le moment de discuter de la place qu’occupe aujourd’hui l’histoire dans les sciences du management et des organisations en revenant sur l’ouvrage qu’il a publié en 2014 avec Marcelo Bucheli chez Oxford University Press1 . Organizations in Time : History, Theory, Methods ne semble pas avoir encore suscité beaucoup d’échos en France et plus particulièrement chez les historiens français. L’alchimie de la réception des ouvrages étrangers est toujours très mystérieuse et il serait dommage que ce livre connaisse un sort similaire à celui d’un autre livre important The Logics of History, de William Sewell, auquel les auteurs d’Organizations in Time renvoient d’ailleurs souvent et dont la réception en France a été plutôt tardive2 .

Il n’est pas question de fournir ici un compte rendu exhaustif d’Organizations in Time mais il s’agit plutôt d’insister sur certains de ses apports essentiels et sur la discussion que les participants à la conférence du 14 janvier ont pu avoir. Disons d’emblée, toutefois, que ce qui fait la force de l’ouvrage tient Lire la suite

  1. Dan Wadhwani est professeur de management à l’Université du Pacifique (Californie) []
  2. Nous n’avons trouvé sur Cairn que 22 articles mentionnant l’ouvrage de William Sewell et, bizarrement, aucun compte rendu. La même recherche sur Persée ne permet d’obtenir aucun résultat []

Comment lire intelligemment une publication scientifique

Cette note est la version développée d’une fiche synthétique destinée aux étudiant-e-s de licence ou de master ayant à effectuer une lecture critique d’article scientifique – exercice qui me semble au moins aussi formateur que le traditionnel exposé, dans le cadre des TD notamment1 . Les premières années universitaires sont essentiellement vouées à l’acquisition de connaissances et de méthodes : on apprend beaucoup de choses, mais pas toujours comment se comporter face aux savoirs tels qu’ils sont élaborés par les auteur-e-s, mis à disposition par les bibliothèques et par le web, transmis par les enseignant-e-s. Or on pourrait presque soutenir que c’est lorsque l’on se met à décortiquer les produits (au sens premier du terme) académiques, lorsque l’on cherche à passer de « ce qui est dit » à « comment l’auteur-e a fait pour le dire », que l’on commence à devenir historien-ne, sociologue, économiste, géographe, démographe ou encore anthropologue2 . Dès le master, c’est vous qui serez en situation de produire de la connaissance, et, au fond, c’est sur le même type de critères que ceux qui s’imposent aux chercheurs-ses de métier que votre travail sera examiné.

L’enjeu n’est-il d’ailleurs qu’étroitement universitaire ? Lire la suite

  1. J’évite le terme de « fiche de lecture » qui, compris dans un sens trop scolaire, donne généralement lieu à un résumé-paraphrase suivi d’un « avis personnel » sans grand intérêt []
  2. Le lecteur aura noté que cette note embrasse différentes disciplines. Le but, en effet, n’est pas de faire un cours de méthodologie spécialisée, mais de fournir des clés valables pour toutes ces disciplines, celles-ci relevant de principes généraux identiques []

Ma route du rock

519D8ENtkALOn the road again …

Sur ma route du rock, il y a longtemps eu les Inrockuptibles. Leur compagnie fut discontinue mais profondément marquante. Les traces matérielles de ce bout d’existence partagée se mesurent d’un regard panoptique porté sur ma discothèque. On pourrait presque en faire une étude de cas pour l’histoire quantitative en croisant ses rayonnages avec les chroniques de disques de la revue. Elle a posé en cet endroit précis de mon territoire domestique la postérité de son influence. J’ai en effet cessé de lire les Inrockuptibles au tournant du millénaire et je n’ai conservé aucun des exemplaires en ma possession, ne me doutant pas, à l’époque, que je reprendrai des recherches vingt ans après avoir passé une maîtrise d’histoire moderne.

J’ai énoncé le sujet sur lequel je travaille depuis plus d’un an dans le cadre d’un master 2 d’histoire culturelle du contemporain, de façon à pouvoir en développer les aspects musicaux : La fabrique d’un nouveau paysage musical autour des Inrockuptibles (1986-1998). J’envisageais de démontrer en quoi ce modeste fanzine, né en mars 1986 Lire la suite

Le jour où j’ai voulu coordonner un numéro de revue…

Il est parfois des idées qu’on aurait aimé ne pas avoir parce qu’elles ont l’air sympa sur papier, mais en réalité c’est une autre affaire… Me voilà donc prêt à vous raconter mon expérience en tant que coordinateur d’un numéro de la revue du centre de recherches dans lequel je travaille à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Comme je ne réalise pas très bien si beaucoup de doctorants ont l’occasion de se frotter à pareille expérience avant leur soutenance/défense, il s’agira ici d’une espèce de « retour d’expérience ».

C’est une riche idée !

Je dois d’abord vous expliquer en deux mots le sujet de ma thèse sinon mon propos perdra un peu de sa substance. Mes recherches doctorales portent sur l’étude du processus législatif dans les Pays-Bas espagnols pour la période allant de 1580 à 1610. Le but principal est d’analyser les différents facteurs qui pouvaient influencer la prise de décision au niveau législatif. Cela revient à étudier les relations entre gouvernants et gouvernés dans la mesure où Lire la suite

Écrire l’histoire ? Réflexions autour de deux ouvrages d’Ivan Jablonka

Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus (2012) et L’histoire est une littérature contemporaine (2014) constituent deux faces indissociables d’une même enquête. Ils ont pourtant, en apparence tout du moins, des sujets très différents. Le premier porte sur la biographie des grands-parents de l’auteur. Ce sujet s’inscrit dans un moment historiographique, qui voit depuis quelques années se substituer aux témoignages des Exécuteurs, victimes, témoins (Hilberg, 1994), ceux de leurs enfants et petits enfants (il n’est qu’à penser aux Disparus de Daniel Mendelsohn, 2006). Juifs polonais, Idesa et de Matès Jablonka sont d’abord présentés comme étant des opposants politiques persécutés pour leur engagement au sein du parti communiste, puis comme des exilés qui, réfugiés à Paris, vivront traqués jusqu’à être déportés. La biographie ne porte pas principalement sur cette dernière phase (déportation/mise à mort à Auschwitz-Birkenau), mais sur leur vie et les conditions de leur survie jusqu’en 1944. De nouveau, cela correspond à un moment historiographique, qui voit la centralité de la mise à mort céder le pas à un intérêt pour la vie juive en Pologne et une attention aux récits de survies mêmes temporaires. Cette histoire au ras du sol (pour reprendre la formule de Jacques Revel) conduit à aborder les petits problèmes et les grandes joies, les actes de solidarité et d’amitié, les trahisons et les abandons, vécus par ces individus et leurs proches entre les années 1920 et 1944. Ainsi, c’est moins l’exceptionnalité que la quotidienneté, moins des grands hommes et des grands faits, que des petites choses et des sans nom, dont les comportements et les actions sont observés à la loupe depuis les premières privations jusqu’à l’avènement de la Solution finale. Lire la suite

L’Agenda du médiéviste : le Moyen Âge en réseau

Billet co-écrit par Nicolas Ruffini-Ronzani (FNRS/UNamur) & Marie Van Eeckenrode (Archives de l’État/UCL)

L’Agenda du médiéviste a vu le jour au printemps 2011 suite à un remaniement du comité de coordination du Réseau des médiévistes belges de langue française (RMBLF)1 .

Pour des raisons qui leur appartenaient, les membres fondateurs du RMBLF souhaitaient transmettre le flambeau à une équipe de jeunes doctorants et post-doctorants, équipe dont nous faisions tous deux partie. Issus d’horizons scientifiques et institutionnels différents, les nouveaux responsables avaient pour tâche de perpétuer certaines (bonnes) traditions instaurées par leurs aînés – l’organisation de journées d’étude selon un rythme biannuel, en particulier –, de mener à bien des dossiers qui n’avaient pu aboutir, et, surtout, de développer leurs propres projets2 . Carte blanche nous était donc donnée pour innover. Lire la suite

  1. Sur un plan institutionnel, le RMBLF se définit comme un « groupe de contact du Fonds National de la Recherche Scientifique». Plomberie institutionnelle à la belge oblige, le RMBLF – francophone comme son nom l’indique – se distingue de son pendant flamand, le Vlaamse Werkgroep Mediëvistiek, avec lequel il collabore très régulièrement []
  2. Dans la pratique, l’un des membres fondateurs du RMBLF a tout de même conservé sa place au sein de l’organigramme. Il s’agit de notre président, Alain Marchandisse (FNRS/Université de Liège), qui continue à jouer le rôle de responsable vis-à-vis du FNRS, notre principal soutien financier []

Devenir historien-ne version 2.0

5999261134_51a789c5fe_m

Quill (by Albert) cc sur Flickr

Devenir historien-ne existe maintenant depuis 4 ans ! En 2012, pour vous permettre de mieux vous repérer dans ce carnet – conçu en partie comme un “manuel électronique, collaboratif et évolutif, d’historiographie et de méthodologie de la recherche en histoire” – je vous avais proposé un premier “sommaire”, Devenir historien-ne version 1.0, annonçant une reprise annuelle de l’exercice…

Il aura finalement fallu 3 ans pour que je m’y remette, mais cela permet de vous proposer, pour ce sommaire mis à jour, un contenu encore plus riche ! Voici donc le sommaire du Devhist version 2.0, années 2011-2015. Bonne lecture !

Lire la suite

Quelques questions à François Guillemot

Les bananiers d'un jardin vietnamien après la pluie. Crédit : François Guillemot

Bananiers d’un jardin vietnamien après la pluie (par FG)

Ingénieur de recherche au CNRS, François Guillemot est historien, spécialiste de l’histoire politique et sociale du Viêt-Nam contemporain. Rattaché à l’Institut d’Asie Orientale (IAO, CNRS-ENS Lyon) il y est chargé de la documentation sur le Viêt Nam.

Dans ce cadre, il anime plusieurs sites web : Femmes et guerre : une approche transnationale qui accompagne et prolonge le colloque éponyme organisé en 2011 à Ho Chi Minh-Ville ; Viêt-Nam Laos Cambodge, Sources et aides à la recherche (VLC Sources), dont l’objectif est de donner accès aux principales données électroniques concernant ces pays ; et Virtual Saigon, plateforme collaborative de cartographie interactive. Ses recherches actuelles portent sur les bataillons féminins des “Jeunesses de choc” (Thanh Niên Xung Phong) pendant la guerre du Viêt-Nam, sur la guerre civile vietnamienne et sur l’histoire de Saigon. Lire la suite

Faire une histoire quantitative de l’État ? Quelques réflexions historiographiques

En France, ces deux dernières décennies ont été le théâtre d’un incontestable renouveau de l’histoire de l’État contemporain, de telle sorte qu’il n’est certainement plus possible de le qualifier de « non-objet historique » (Rosanvallon, 1990 : 9). Le nombre des fonctionnaires constitue toutefois un angle mort des recherches en sciences sociales. Ainsi, le constat que Pierre Rosanvallon dressait pour l’État il y a plus de vingt ans s’applique très bien aujourd’hui à la question de ses effectifs : « le très petit nombre des travaux consacrés à l’histoire [du nombre des fonctionnaires] contraste singulièrement avec la vigueur des jugements qui s’expriment à son propos. (…) Il est peu de domaines dans lesquels le déséquilibre entre la masse des prises de position et la minceur des travaux érudits soit aussi frappant » (Ibid).

Une telle situation a permis l’édification d’un double mythe politique concernant le volume des effectifs de l’État : de tous temps la France compterait trop de fonctionnaires tandis que l’État lui-même serait bien incapable de compter ses effectifs Lire la suite