Les historiens, Vichy, Gramsci et Zemmour : l’erreur de perspective

[En guise d'introduction, par Émilien Ruiz - Difficile d’échapper, depuis quelques semaines, au battage médiatique autour du livre publié par Éric Zemmour… Plusieurs historiens ont été amenés à réagir aux outrances de l’éditorialiste, que ce soit sous forme d’entretiens ou de tribunes1
Le succès présumé de l’ouvrage invite toutefois à s’interroger : fallait-il répondre ? si oui pourquoi et surtout comment ? Il en va ainsi du rôle social de l’historien-ne : en acceptant de se déployer sur le terrain des faussaires de l’histoire, ses interventions ne leur donnent-ils pas une certaine légitimité ? La question est d’autant plus importante qu’il n’est pas interdit de penser que l’entretien du “buzz” autour du livre – auquel, paradoxalement, ce billet participe – n’est pas pour rien dans son succès. Lire la suite

  1. Quelques exemples : Robert Paxton interrogé par Pascal Riché, “Robert Paxton : « L’argument de Zemmour sur Vichy est vide »“, Rue 89, 9 octobre 2014 ; André Kaspi, Laurent Joly et Denis Peschanski interrogés par l’AFP,”Réhabilitation de Pétain par Zemmour : «absurde et faux» selon des historiens“, Libération, 18 octobre 2014 ; Jacques Sémelin interrogé par Nicolas Truong, ”Polémique Zemmour : « Une inacceptable falsification idéologique »“, Le Monde, 18 octobre 2014 ; Une tribune de Robert Paxton “Polémique Zemmour : « Vichy, une collaboration active et lamentable »“, Le Monde, 18 octobre 2014 ; Une tribune de Serge et Arno Klarsfeld, “Polémique Zemmour : « La France de Pétain est totalement associée à la solution finale contre les juifs »“, Le Monde, 18 octobre 2014 []

Découvrez… l’Association française d’histoire économique (AFHE)

AFHE_logo[Billet co-écrit par : Patrice Baubeau ; Guillaume Daudin ; Stéphane Le Bras ; Claire Lemercier ; Nicolas Marty et  Émilien Ruiz]

Fondée en 1965, l’Association française d’histoire économique (AFHE) regroupe les chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants dont les travaux se rapportent à l’histoire économique, de l’Antiquité à nos jours et sur tous les terrains géographiques, sans se limiter aux historiens dans une définition disciplinaire étroite. Lire la suite

Des usages littéraires de l’histoire

Ceux qui comme moi aiment lire des listes d’appels à contribution — on a après tout les loisirs que l’on peut — seront familiers du petit jeu de renversement qui permet de produire pour ceux-ci des titres à moindres frais. Pouvoir des mots et mots du pouvoir. Tourisme en villes et villes de tourisme. La lampe torche dans les arts et l’art de la lampe torche. En lisant ici le billet de 2011 intitulé « Des usages historiens de la littérature », n’étais-je pas fatalement invité à produire un billet sur les usages littéraires de l’histoire ? Un billet, que dis-je ? Presque une dissertation de khâgne. J’ai déjà la liste d’exemples toute prête : on peut parler du drame historique à l’époque romantique, de la nouvelle historique à l’époque galante, de la chanson de geste à thème croisé, d’Hésiode, du médiévalisme ! Facile.

Lire la suite

Devenir carnetiers ? Premier retour d’expérience

Zilsel[Billet co-écrit par Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin (@ArSaintMartin)]

Nous avons créé et mis en ligne le Carnet Zilsel début novembre 2013. Il est encore trop tôt pour en tirer quelques leçons, mais comme Devenir historien nous invite gentiment à préciser notre business model, nous risquerons dans ce billet un début d’auto-analyse. Et quand nous disons « nous », cela renvoie d’abord à Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, coordinateurs du carnet (nous mettons les guillemets parce que les mots nous manquent pour qualifier ce rôle s’inventant au gré des mises à jour), et aussi aux collègues-amis qui contribuent régulièrement Lire la suite

Mettre une pièce dans la machine” : un billet à lire ailleurs

“À l’université, le deuxième moment important a été ma découverte de la numismatique antique. J’aimais cette idée de chercher – encore une fois – à “pénétrer dans l’esprit” des gens de l’époque pour mieux comprendre une part de leur civilisation, les symbolismes mentaux, sociaux et religieux notamment,  à travers des petits objets de métal. J’aimais à tel point cela que j’ai décidé d’en faire le thème de mon Master recherche. (…) À partir de cette expérience, j’ai désormais envie, moi aussi, de “mettre une pièce dans la machine” pour relancer des débats ou mettre en avant ce que, modestement, je comprends des sources afin de faire émerger un embryon de savoir historique.”

Je vous signale ici brièvement un billet – dont l’extrait ci-dessus est tiré – publié par Michel Deniau son blog “l’histoire est un combat“. La lecture des réponses aux “quelques questions” publiées ici lui a inspiré une “brève tentative d’introspection historique“. Lire la suite

“Compter les arbres” : une histoire des forêts méridionales dans la première modernité

 Je m’attendois que n’ayant jusqu’a present fait aucun voyage que dans vostre cabinet, parcourant un livre ou une carte de geographie, vous voudriez bien commencer à voyager en effet avec un voyageur et  un coureur de pays comme moy et avec une compagnie aussy charmante qu’estoit la nostre.

Louis de Froidour, Lettre I, 1667

 Travailler sur la forêt, lorsque l’on est historien, revient à heurter les certitudes : non, étudier les sylves n’est pas l’apanage des seuls géographes et autres biologistes ; non, elle n’est pas un objet abstrait que nous ne saurions nous approprier faute de formation. Elle est, bien à rebours, une ressource primordiale pour les Hommes de l’Époque moderne, à l’instar du pétrole et de l’électricité de notre siècle ; en tant que telle, elle génère à son corps défendant tout un entrelace d’interactions complexes qui font d’elle l’enjeu de luttes impitoyables pour se l’approprier. Communautés laïques, ecclésiastiques, nobles, particuliers… Tous ont en commun un féroce appétit pour le patrimoine ligneux. Une voracité que partage l’État monarchique, qui distingue dans le contrôle de la ressource sylvestre un moyen de s’implanter au plus près des populations les plus lointaines dans ce qu’elles ont de plus intime : leur rapport au bois. Ce sont ces interactions, entre sociétés et sylves, État et populations, forêts et individus, qui forment le cœur de ma thèse consacrée à la construction de l’État via le contrôle des étendues boisées dans l’espace méridional, tout au long de la première modernité. Lire la suite

Entre histoire et actualité : Les Archives par S. Cœuré & V. Duclert

Depuis le rapport Braibant demandé par le premier ministre Édouard Balladur en 1996, qui a dressé un bilan de la loi sur les Archives de 1976, les archivistes militent, soutenus par les historiens, pour remettre en question un système particulièrement complexe et peu efficace, manquant de transparence et de praticité.

Les ArchivesC’est dans ce contexte qu’a été écrit, et qu’agit, un petit livre de 128 pages, Les Archives, paru en 2001 aux éditions La Découverte et réédité en 2011 en réaction à l’évolution permanente de son propos. L’ouvrage de Sophie Cœuré et de Vincent Duclert affiche une ambition plurielle, et tient une place particulièrement importante au sein de l’historiographie des archives françaises.

Sophie Cœuré est une historienne française, spécialisée dans l’histoire du communisme et de la Russie aux XIXe et XXe siècles. Elle a enseigné à l’ENS, puis à l’université Paris Diderot. Les Archives constituent son premier ouvrage spécialisé dans ce domaine. Elle l’explore à nouveau en 2007 dans La mémoire spoliée : Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Payot, Paris, 2007. La réédition de 2011 s’enrichit ainsi d’exemples tirés de l’histoire des archives soviétiques, et de cette histoire des archives françaises, dont fait partie l’exemplaire original du traité de Versailles. Lire la suite

Blogs et histoire : observations et retours d’expériences (2)

Je participe aujourd’hui à une journée organisée par Elisa Grandi à l’Université Paris Diderot (Paris 7) et intitulée “Digital history : a practicum“.

J’y proposerai, notamment, quelques observations et retours d’expériences concernant le blogging (et le micro-blogging) en histoire, en reprenant le fil d’un exposé présenté en janvier 2013 sur le même sujet. Vous pouvez consulter la mise à jour de mon support (les citations, les captures d’écrans, etc. sont “cliquables”). Lire la suite

Ce que la mise en ligne fait aux archives : à propos d’un MOOC

[Ce texte a été rédigé afin de préparer la séance consacrée aux cours en ligne ouvert à tous (28 mars 2014) de l’atelier de jeunes chercheurs Environnement numérique et écritures historiennes, lors duquel Aude-Marie Lalanne-Berdouticq a présenté la conception du cours La Première Guerre mondiale expliquée à travers ses archives.]

bandeau_MOOC

Bandeau d’illustration du MOOC sur la plateforme “FUN”

La Première Guerre mondiale expliquée à travers ses archives est le premier cours en ligne ouvert à tous (MOOC) historien diffusé sur la plateforme France Université Numérique (FUN). Il a été mis en place par une équipe de chercheurs de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (Annette Becker, Gilles Ferragu, Philippe Rygiel, Patrice Baubeau, Aude-Marie Lalanne-Berdouticq et Nicolas Patin) en partenariat avec la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC). Pensé pour durer une douzaine de semaines (janvier-avril 2014), il se compose d’autant de séances qui sont structurées de manière similaire : une courte introduction et une courte conclusion entourent trois capsules audiovisuelles, elles-mêmes divisées en trois ou quatre sous-parties (le tout dure entre 15 et 20 min.). À cela, s’ajoutent une série d’exercices (sous la forme de questions à choix multiples ou de commentaires de documents), un forum permettant d’échanger entre pairs et une frise chronologique Lire la suite

Quelques questions à Sophie Dulucq

Sophie DulucqHistorienne, professeure d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse (Le Mirail), Sophie Dulucq est spécialiste de l’Afrique subsaharienne à l’époque coloniale. Directrice scientifique des Presses Universitaires du Mirail entre 2008 et 2011, elle est actuellement directrice adjointe du laboratoire FRAMESPA (UMR 5136).

Après avoir d’abord orienté ses travaux vers l’histoire urbaine, elle a mené diverses recherches sur l’histoire culturelle en situation coloniale (production des savoirs coloniaux et de l’historiographie africaniste, politiques culturelles, naissance du tourisme…).  Ses travaux actuels portent sur l’anthropophagie en Afrique Occidentale française dans les années 1900-1950. Lire la suite