(Quand même) voir Auschwitz

J’ai récemment pu participer à l’un des voyages d’étude organisés depuis 10 ans par le Mémorial de la Shoah à Auschwitz-Birkenau. Voici le descriptif de ces voyages sur le site du Mémorial :

Depuis plus de 10 ans, le Mémorial de la Shoah organise chaque année des voyages d’étude sur le site d’Auschwitz-Birkenau en Pologne, encadrés par des rescapés et des accompagnateurs-historiens.

Destinés aux élèves de l’enseignement général, professionnel et agricole, ces voyages d’étude s’inscrivent au cœur d’une véritable démarche éducative, souvent pluridisciplinaire, reposant sur une préparation approfondie et personnalisée, sur la mise à disposition d’outils pédagogiques adaptés et exclusifs, sur un encadrement qualifié et un suivi rigoureux après le séjour.

Retenus en fonction de leur motivation, les élèves sont nécessairement engagés dans des projets pédagogiques qui les mobilisent tout au long de l’année scolaire. Avant le voyage d’étude, ces projets conduisent les classes à entamer une recherche documentaire et à renforcer leurs connaissances, une étape fondamentale avant la visite d’Auschwitz. Après le voyage d’étude, les élèves s’attachent avec leurs enseignants à un travail de réflexion et de restitution, tant du point de vue de leurs émotions que des notions acquises.

Les voyages d’étude sont un outil pédagogique au service de l’enseignement de l’histoire de la Shoah, complémentaire des autres actions engagées dans les établissements scolaires. Ils représentent également pour l’ensemble des participants une expérience humaine et intellectuelle exceptionnelle, dont les enjeux dépassent le champ de l’histoire pour atteindre la formation civique et citoyenne.

(source)

Je ne saurais résumer en un simple billet l’ensemble de ce voyage d’étude. Je tiens toutefois à proposer ici quelques retours sur cette expérience que j’ai trouvée très enrichissante, non seulement d’un point de vue mémoriel mais bien d’un point de vue historien.

Levons ici tout suspense, ma principale conclusion à la suite de ce voyage est qu’il s’agit bien d’un voyage d’histoire et non uniquement d’un voyage de mémoire (ce qui, de toutes façons, ne serait pas moins légitime, mais ce billet aurait alors peut-être un peu moins sa place ici).

Ce que l’on appelle communément “Auschwitz” correspond en réalité à un vaste complexe concentrationnaire et de mise à mort situé en Haute-Silésie (au Sud de la Pologne) à Oświęcim, dont le nom fut germanisé en Auschwitz lors de l’occupation Allemande. Il se compose de trois camps principaux : Auschwitz I ; Auschwitz II – Birkenau ; Auschwitz III – Monowitz entourés d’une “zone d’intérêts” de 40 km² surveillée par les SS (ainsi que d’une quarantaine de sous-camps).  Environ 1 million Juifs y furent assassinés, ainsi qu’environ cent mille autres victimes (Polonais, Tsiganes, prisonniers soviétiques…).

Le voyage d’étude organisé par le Mémorial de la Shoah dure une journée, la matinée est consacrée à la visite d’Auschwitz II – Birkenau et l’après-midi à Auschwitz I.

Voir la page consacrée à “Auschwitz” sur l’Encyclopédie multimédia de la Shoah ; voir la page “Auschwitz” sur Wikipedia ; voir le site web du musée d’Auschwitz.

Matinée : Auschwitz II – Birkenau

La visite commence le matin par la “Judenrampe”, située au niveau de l’ancienne gare de marchandise d’Oświęcim à un kilomètre de l’entrée de Birkenau. Les guides y présentent aux élèves la complexité de ce camp, sa place dans le processus d’extermination et la spécificité de la déportation des Juifs.

Ils rappellent alors que, dans cet épicentre de la destruction des Juifs d’Europe de l’Ouest et d’Europe Centrale, l’écrasante majorité d’entre eux fut immédiatement conduite aux chambres à gaz pour y être assassinée. C’est à Auschwitz II que se trouvaient les chambres à gaz et les crématoires qui furent utilisés pour exterminer la majeure partie des victimes du camp.

Au cours de cette matinée, ce qui m’a d’abord frappé, c’est l’immensité de ce camp (175 ha, ) et, par là, celle du complexe dans son ensemble.

Au fur et à mesure de la visite, les guides rappellent la chronologie du camps, sa place dans celle de la “solution finale”, les modalités et les raisons des extensions successives du camp, la rationalisation progressive du processus d’extermination, la tentative d’effacement total de toute trace de leurs exactions par les nazis, etc.

La qualité et la pédagogie du propos historique des guides m’a beaucoup frappé. Je connais certains des guides depuis plusieurs années et ne doutais pas de leurs compétences, mais je n’imaginais pas que le cadre de tels voyages permettaient d’être aussi complet. En outre la confrontation au lieu permet de beaucoup mieux comprendre ce que l’on a pu lire et entendre par ailleurs.

 

Après-midi : Auschwitz I

L’après-midi est consacré à la visite du camp principal, le stammlager, Auschwitz I. C’est la partie qui est probablement la plus connue d’un point de vue visuel. Tandis que Birkenau a été créé ex nihilo Auschwitz I était une ancienne cité de travailleurs migrants, transformée en caserne d’artillerie après 1918.

Le lieu ressemble donc beaucoup à une caserne, c’est là que se trouvaient la maison du commandant du camp, des bâtiments administratifs, un hopital pour les SS, une prison dans la prison, etc. C’est là que Clauberg conduisait ses expérimentations, que se trouvaient les magasins des biens extorqués aux déportés, etc.

Les 24 blocks constituent désormais le musée d’Auschwitz. Il y existe des expositions nationales (relatives à la déportation  par pays) : celle consacrée à la France fait preuve d’une scénographie très originale et pédagogique (le parcours de 5 déportés, avec 5 lignes de vie représentées, de salle en salle, par des filins d’aciers illuminés qui s’éteignent avec la vie du déportés dont le cheminement dans le camps est retracée) ; des expositions des photos d’identification des déportés (prises par Wilhelm Brasse, qui est mort récemment, en octobre 2012); etc.

C’est dans cette partie de la visite que nous sommes confrontés aux amoncellements de divers objets et de cheveux des victimes qui peuvent être émotionnellement difficiles à observer. En outre, des documents sont aussi exposés (fiches d’enregistrement, etc.) et il existe, au sein du block 24, un centre d’archives.

Faire de l’histoire à Auschwitz

Lieu de mémoire, Auschwitz est aussi un lieu où faire de l’histoire. Outre la visite, qui permet d’apprendre beaucoup par la confrontation au lieu, aux objets, etc. Un centre d’archives se trouve à Auschwitz I. Vous pouvez y consulter des documents relatifs à l’histoire du camp (documents originaux du camp allemand, copies de documents obtenus auprès d’autres institutions en Pologne et à l’étranger, des mémoires, témoignages d’anciens prisonniers, etc.). S’y trouvent aussi des photographies, des microfilms, négatifs, des films documentaires, des ouvrages, revues, etc

Page des archives sur le site internet du Musée d’Auschwitz

Enseigner l’histoire de la destruction des Juifs d’Europe à Auschwitz

Livrets fournis aux enseignants et aux élèves pour préparer les voyages d’étude

Vous avez peut-être déjà eu vent de certaines polémiques relatives à l’utilité pédagogique (mise en cause) de tels voyages pour des lycéens. Le peu que j’en ai vu m’a totalement convaincu de l’intérêt de la chose.

Il ne fait aucun doute qu’un tel voyage ne peut trouver sa place que dans un processus d’apprentissage plus long, qu’il doit être vraiment préparé en amont par les classes et cela semble bien être le cas.

En outre, le Mémorial de la Shoah met à la disposition des enseignants et des élèves des livrets d’accompagnement qui n’ont strictement rien à envier aux manuels les plus complets sur la question.

Après des études supérieures poussées en histoire contemporaine où, sans que cela soit ma spécialité, l’histoire de la Seconde Guerre mondiale était bien présente, je dois avouer que beaucoup d’éléments contenus dans ces brochures m’échappaient… Un lycéen qui aura lu attentivement la brochure qui lui a été fournie en saura certainement beaucoup plus qu’un étudiant de licence en histoire à l’université.

Conclure ?

Je ne saurais conclure un tel billet qui, à la relecture, me semble déjà trop incomplet et insuffisamment précis… Je me contenterai ici de vous donner quelques conseils (bien entendu ici encore très peu exhaustifs) de lectures évoquées par les guides durant la visite.

D’abord celle de l’Album d’Auschwitz, dont certaines des photos scandent la visite d’Auschwitz II, permettant ainsi de se représenter ce qu’étaient, par exemple, les crématorium IV et V (dont il ne subsiste que des ruines) :

L’Album d’Auschwitz, publié en co-édition par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et les Editions Al Dante, rassemble près de 200 photos, prises par des SS en mai et juin 1944, lors de la déportation massive des Juifs de Hongrie à Birkenau. Découvert en 1945 par une rescapée du camp, Lili Jacob, il constitue un document de référence, car il s‘agit des seules photos existantes témoignant du processus d’extermination des Juifs au camp d’Auschwitz-Birkenau.

(source ; voir aussi ici et )

Ensuite celle des voix sous la cendre. Manuscrits des Sonderkommados d’Auschwitz-Birkenau :

Entre 1942 et novembre 1944, l’Allemagne nazie assassine dans les chambres à gaz d’Auschwitz-Birkenau plus d’un million de personnes, des Juifs européens dans leur immense majorité. Un Sonderkommando (unité spéciale), constitué de détenus juifs qui se relaient de jour et de nuit, est contraint d’extraire les cadavres des chambres à gaz, de les brûler dans les crématoires et de disperser les cendres.

Quelques hommes ont transcrit ces ténèbres et ont enfoui leurs manuscrits dans le sol de Birkenau. Cinq de ces textes ont été retrouvés après la guerre. Aucun de leurs auteurs n’a survécu, les équipes étant liquidées et remplacées à intervalles réguliers. Ce sont trois de ces manuscrits, dans une nouvelle traduction du yiddish, pour partie inédite en français, qui sont présentés ici. La terreur, qui est la règle à Birkenau, est la toile de fond de cette histoire. C’est d’elle dont parlent tous les manuscrits retrouvés. Du silence, de l’absence d’évasion, de ce monde à l’envers où le meurtre est devenu la norme et l’impératif moral d’un peuple saisi d’angoisse obsidionale.

(source)

Parce qu’il nous a quitté très récemment et parce que son récit est exceptionnel, C’est en hiver que les jours rallongent, par Joseph Bialot :

« Les projecteurs éclairent des rues vides, des alignements de bâtisses de briques sombres. Vides ? Mais qui est donc ce petit bonhomme qui sprinte comme un dératé dans la lueur de glace qui illumine le Lager comme pour une fête ? Ça va être la tienne de fête, crétin ! Je cours, je cours, je cours. J’attends la rafale qui va partir d’un des miradors. Personne ne peut y couper. Chaque poste de surveillance tient sous son feu un axe dont on ne peut pas sortir. Reste la solution de me balancer sur les barbelés électrifiés. Je découvre réellement la peur. Pas une angoisse, pas l’imaginaire en mouvement. Le réel. Je suis le « 1000 » d’une cible pour tous les mitrailleurs SS. Seule question, quel mirador va tirer le premier ? C’est à ce moment précis que j’ai cessé de faire partie du monde « normal » et revêtu ma nouvelle peau : celle de déporté. »

(source)

Je terminerai ici par une brève explication du titre : le “quand-même” se veut un clin d’œil à une publication récente de Jérémie Dres, Nous n’iront pas voir Auschwitz, très bon roman graphique publié en 2011 :

Roman graphique à la croisée du reportage et de l’autofiction, Nous n’irons pas voir Auschwitz est la première bande dessinée de Jérémie Dres.

Désorienté par la mort de sa grand-mère, l’auteur décide de se rendre sur ses traces, en Pologne, en compagnie de son grand frère. À l’inverse de sa famille, profondément marquée par la Shoah et les pogroms qui ont suivi la Seconde Guerre Mondiale, ce jeune parisien est curieux de voir, de comprendre : c’est quoi être juif et polonais aujourd’hui ? Et que penser du renouveau de la langue et de la culture yiddish en Pologne ?

Non, ils n’iront pas voir Auschwitz, «cinq années d’anéantissement pour plus de mille ans d’histoire du peuple juif». Ils iront plutôt à Zelechow, le village de leur grand-père, à Varsovie où est née leur grand-mère ou encore à Cracovie qui abrite le plus grand festival de culture juive d’Europe. Le temps d’une semaine, ils découvrent une Pologne contrastée, toujours tiraillée par son passé. L’auteur et son frère échangent avec des rabbins progressistes et orthodoxes, les membres d’une vieille association juive et des jeunes artistes branchés. Portés par leur instinct et le souvenir des anecdotes de leur grand-mère, ils retrouvent aussi des morceaux de leur histoire personnelle.

De ce voyage intimiste, entre reportage et quête identitaire, se dégagent un profond optimisme et une fureur de vivre. Le contraire de l’oubli.

(source)

*

Je tiens à remercier ici Olivier Lalieu, Responsable Aménagement des lieux de mémoire et projets externes au Mémorial de la Shoah, de m’avoir permis de participer à ce voyage d’étude ; ainsi que Mathias Orjekh, Coordinateur des voyages d’étude pour le Mémorial et l’équipe des accompagnateurs-historiens du voyage auquel j’ai participé : Alexandre Doulut, Laure Fourtage et Julia Maspero. Enfin, merci à la formidable Ginette Kolinka, arrêtée en mars 1944, déportée à Auschwitz par le convoi n°71, qui témoignait lors de ce voyage d’étude.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

3 réflexions au sujet de « (Quand même) voir Auschwitz »

  1. Ping : [Ping] Mareike Königs Blogperlenspiel | Wissenschaft und neue Medien

  2. DL

    Le Cercle d’étude de la déportation et de la Shoah
    Auschwitz-Birkenau en 2001 (sans Monowitz).
    La déportation dans les camps nazis
    Primo Levi – Robert Antelme
    Alain Resnais, Nuit et Brouillard (cf Sylvie Lindeperg)
    L’historien et le témoin (cf Annette Wieviorka INA 2006)
    History of Nazi Germany, Teaching the Holocaust…

    http://clioweb.free.fr/camps/deportes.htm

    Répondre
  3. Ping : [Ping] La Gazette des ancêtres | Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">