Pourquoi Médiévizmes?

21 décembre 2012
Par

Je pratique le blog depuis 2004. Mon premier blog s’appelait Blitztoire, un nom qui claque, sur une plate-forme grand public qui répondait au doux nom de 20six; puis je suis passé sur Lodel, grâce à Got et à Figoblog, qui m’ont monté de toutes pièces Medievizmes : le même qu’aujourd’hui, sauf le nom de domaine que j’ai laissé s’enfuir. Il faudra un jour l’épousseter1

Page d’accueil de Médiévizmes au 09 décembre 2012

2004… C’était un temps étrange: je n’étais pas… mais nous étions… nous que l’on appelait « les blogueurs ». Nous étions heureux, peu nombreux, happy few, nous les défricheurs, les aventuriers du Nouveau Monde. Il y avait des amateurs de photo, des philosophes de comptoir ou de salon, des poètes perdus, des professeurs de français mères de famille, les spécialistes du libre, de la documentation, de l’internet, des illustrateurs et dessinateurs de BD… J’ai vu démarrer le blog de Boulet, celui de Maître Eolas… J’ai suivi la montée en gloire d’Homo numericus. En France, j’étais un des seuls historiens francophones et le seul médiéviste ou presque.

Nous écrivions sous pseudonyme, c’était la loi du genre, mais une obligation, car le genre était mineur, mal considéré. Les scientifiques, ceux-là même qui aujourd’hui expliquent sentencieusement la nécessité de l’ouverture du carnet de recherches « qui-va-bien » en relation avec leurs projets ou équipes, considéraient les personnes qui se « lâchaient »sur les blogs comme des « branleurs » sans envergure, cachés derrière des surnoms, publiant des textes mal torchés, sans profondeur, qui ne pouvaient plaire qu’au vulgum pecus. Nous passions pour des écrivaillons de bas étage, amoureux de notre ego, livrant notre vie privée en pâture, déballant notre journal intime à la face d’un monde scientifique qui ne pouvait que s’en gausser. Sauf qu’on nous lisait. Sauf qu’ils nous lisaient, eux, les « scientifiques », goguenards certes, mais ils nous lisaient. Eux et les autres, surtout les autres, car nous écrivions, j’écrivais pour les autres, ceux qui tout de suite ont suivi les délires et les déboires de zid : amateurs d’histoire, passionnés de culture de tout genre, curieux du web, engagés dans toutes les politiques, contestataires de tout et de rien. Très vite, une petite communauté s’est agrégée. Pas autant que la communauté scientifique suivant un carnet Hypotheses bien fichu comme Devenir Historien, mais quand même bien davantage en nombre que les chercheurs qui lisaient mes travaux et mes livres. Et surtout très différents, venant d’horizons très divers, parfois fort éloignés des milieux scientifiques. La communauté fonctionnait alors sur le principe du don / contre-don, absolument et de façon Maussienne, et ce d’autant plus aisément que nous n’étions pas nombreux. Chacun d’entre nous passait en revue sa blogroll tous les jours, s’aventurant sur les autres blogs « linkés », élargissant ses domaines d’intérêt, lisant ce qui passait, sans hésiter à commenter si le besoin s’en faisait sentir, en signant de son pseudo et en laissant une trace de son propre blog. Chaque intervention était suivie tout naturellement d’une visite en retour sur le blog visiteur. Certains sortaient ainsi très vite de l’ombre et devenaient des blogs de référence. Tous les autres constituaient la toile. C’était le temps du web collaboratif émergent, en guérilla : les links étaient tissés entre les personnes plus qu’entre les documents.

Très vite, la sauce a pris et je me suis trouvé bien, sans avoir jamais une audience démesurée. Je bloguais très librement, puisque je me savais -ou croyais- que j’étais anonyme. L’anonymat permet(tait) la création dans nos milieux. Je choisissais des sujets Le dialogue libre, autour des commentaires, permet(tait) de relancer des sujets, de changer d’avis, de découvrir des thématiques. Comme je pouvais me lâcher sans hésiter, je n’hésitais pas à attaquer outrancièrement et il arrivait que mes posts déchaînent des réactions brutales, comme cette fois où j’avais jeté de l’acide sulfurique verbale sur les spécialistes amateurs de reconstitutions médiévales. Ceux-ci avaient de leur côté lancé des threads en forme de fatwa sur leurs forums puis des kamikazes étaient venus troller mes commentaires. Des moments de dialogue difficile, mais essentiels: j’ai découvert grâce à cela une communauté réelle et de plus en plus importante d’amateurs passionnés et laissés de côté par les historiens. Je citerai aussi comme grand moment l’attaque frontale de trolls fachos qui tenaient un discours faurissonnien dans mes commentaires (en octobre 2004). J’arrêtai alors ma recherche de médiéviste pour quelques jours, demandait conseil autour de moi quant à la réaction la plus appropriée… et me plongeai dans la bibliographie liée au révisionnisme et au négationnisme pour en sortir une note dont je fus assez fier, affrontant l’ennemi à ma façon et réduisant les arguments des trolleurs nauséabonds au silence. Ces notes prennent du temps, mais elles m’ont construit intellectuellement et continuent à me construire.

Si je ne suis pas (encore?) sur Hypotheses, c’est peut-être pour toutes ces raisons: le poids du passé, le goût du sang dans la bouche du franc-tireur (ou de celui qui se sent comme tel), la joie de la confrontation aux commentaires non-scientifiques… aussi peut-être pour être totalement libre dans ma création de notes, même si je sais qu’Hypotheses s’ouvre de plus en plus à des expériences très diverses. Mais il ne s’agit pas seulement de liberté esthétique, il s’agit aussi de totale liberté scientifique, à la limite voire au-delà de ce que permet la déontologie ou la méthodologie de notre profession. Je publie sur mon blog des notes qui, pour certaines, me vaudraient les foudres de mes pairs si je les proposais comme article dans une revue scientifique à comité de lecture. Un exemple pourrait être dans cette note que je viens de publier sur les rapports entre Sons of Anarchy et un fait de violence urbaine sur fond de guerilla à Gaza. Le raisonnement que j’ai adopté est simple, il est construit autour d’une thèse qui me semble intéressante, qu’a bien démontrée Sabine Chalvon-Demersay… : celle de l’intrication de la fiction et de la réalité en un ballet étrange, qui me donne à croire que nous ne prenons pas assez en compte dans nos travaux ce goût humain pour l’identification aux personnages et événements fictifs. Mais ma démonstration est simpliste, je n’appuie en rien mon discours avec le bagage de références attendu, je ne donne aucun gage critique pour valider mon propos. J’assume. Je montre, j’exhibe des idées, des propositions. Le blog est mon athanor, ou pire : mon atelier d’apprenti sorcier. Je lâche mes idées sur la toile pour mieux les voir s’ébattre devant moi, comme vues de Sirius. J’en ai souvent repris pour mes propres travaux « sérieux », pour mes recherches « ribacisées »2. J’ai récupéré bien des idées, des textes, des images pour mes cours. Mon cours de critique historique et mon cours de diplomatique sont farcis d’idées testées dans Medievizmes ou Blitztoire.

J’ai donc repris Medievizmes pour cela. Mon appétit s’est ouvert à nouveau en arrivant à l’université, libéré du management. Abyssus abyssum invocat, ou plutôt l’espace appelle l’espace -l’espace de la création, de la découverte. Le paysage a changé. Les blogs scientifiques, si rares dans l’espace francophone, sont devenus une nécessité, à tel point que Hypotheses est maintenant la plus grande plate-forme de carnets de recherche au monde, face à un monde anglo-saxon qui a été moins frileux face au genre du blog et qui l’a donc plus vite pris en main. Sur le continent, Hypotheses a sauvé le blog scientifique en SHS ; aux USA et en UK, ce n’était pas nécessaire, le blog avait déjà sa place. Il faut continuer à se poser la question de la communauté ainsi créée autour d’Hypotheses et définir ses apports à la science, qui seront (sont?) peut-être différents des miens…ou peut-être pas. Face à cette déferlante, y a-t-il encore une place pour Medievizmes ? Je ne me pose pas la question, j’estime que c’est « oui » et je me lâche.

  1. Et y reproduire le contenu de Blitzoire, désormais inaccessible… []
  2. Du nom de ce superbe outil d’évaluation des carrières scientifiques au CNRS []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Lectures, Blogs et carnets

2 commentaires pour “ Pourquoi Médiévizmes? ”

  1. zid le 24/12/2012 à 12:18

    A première vue, les ruines de Blitztoire émergent encore: http://blitztoire.20six.fr/

Laisser un commentaire

Rappel de saison !

ProjetRecherche

Diacronie. Studi di storia contemporanea

Annonce

n°13 : Contrabbandieri, pirati e frontiere - coordonné par Elisa Grandi et Giovanni Venegoni


Carnets de recherche