Comment citer un ouvrage, un article ou un chapitre d’ouvrage collectif ?

Citation needed par http://www.futureatlas.com sur Wikimedia commons

Source : http://www.futureatlas.com via Wikimedia commons

En ces temps de rédaction de mémoires (pour celles et ceux qui achèvent leur master) ou de préparation de projets de recherche (pour celles et ceux qui vont l’entamer), il me semble utile de publier ici un petit rappel des normes de citation des références bibliographiques.

Notez d’emblée que vous trouverez peut-être autant de « normes » que d’interlocuteurs. En effet, il n’y a pas de véritable consensus sur les normes de citations en sciences humaines et sociales : elles sont différentes en fonction des disciplines, des publications, etc. Les indications proposées ici sont donc basées sur ce que nous demandons aux étudiants des cours de méthodologie et d’historiographie du master histoire de l’EHESS. Elles peuvent donc être différentes de ce qui pourrait vous être demandé au sein de vos propres institutions.

Il y a toutefois deux règles immuables : 1/ la seule mention de l’auteur et du titre ne suffiront jamais : il faut indiquer le maximum d’informations permettant d’identifier précisément la référence que vous citez  ; 2/ l’uniformisation des références bibliographique est indispensable : une fois un mode de citation des références adopté, il faut vous y tenir pour tout le mémoire. .

« Règles » de base pour…

  • …un ouvrage – Auteur, Titre, Ville d’édition, Éditeur, « Collection », Année, Nombre total de pages.

Exemple : Chatriot, Alain, La Démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil National Économique, 1924-1940, Paris, La Découverte, « L’espace de l’histoire », 2002, 419 p.

  • …un article – Auteur, « Titre de l’article », Titre de la revue, Volume, Numéro, Date de publication, première page-dernière page.

Exemple : Chatriot, Alain, « Les renouveaux de l’histoire politique française du contemporain », Studia Politica, Romanian Political Science Review, 3, juillet-septembre 2009, pp. 401-423.

  • …un chapitre d’ouvrage collectif – Auteur, « Titre de la contribution », dans [ou in] Auteur(s) de l’ouvrage (dir.) [ou Ed(s)], Titre de l’ouvrage, Ville d’édition, Éditeur, « Collection », Année, Pagination, première page-dernière page.

Exemple : Chatriot, Alain, « Les instances consultatives de la politique économique et sociale », in  Morin, Gilles, Richard, Gilles (dir.), Les deux France du Front populaire, Paris, L’Harmattan, « Des poings et des roses », 2008, pp. 255-266.

Quelques précisions

  • concernant les auteurs :

–  Idéalement, le nom précède le prénom dans la bibliographie, le prénom précède le nom dans les notes – mais cela n’a rien d’obligatoire, c’est un goût personnel, car je trouve que cela rend plus agréable la lecture des notes.

Dans un même ordre d’idée, mettre les noms en petites capitales (ou à défaut en majuscules) améliore l’esthétique du texte, tout en assurant au lecteur la possibilité de distinguer le nom du prénom (voir l’exemple de chapitre d’ouvrage supra). Le procédé vous permet aussi de ne pas séparer les noms et prénoms par des virgules.

–  Il faut toujours citer le nom et le prénom lors de la première occurrence, dans le texte et dans les notes. Vous pourrez ensuite, si vous le souhaitez, abréger un « Christophe Prochasson » en « Ch. Prochasson » ou « C. Prochasson », mais il est indispensable que le prénom apparaisse la première fois.

–  Pour deux auteurs, vous pouvez aussi bien utiliser « et » qu’une simple virgule pour les séparer.

Lorsque les auteurs sont vraiment nombreux – à partir de quatre en général – vous pouvez éventuellement abréger en ne citant que le premier, suivi de la mention et al. (locution latine pour « et les autres »). L’idéal reste toutefois d’indiquer l’ensemble des auteurs, au moins dans la bibliographie.

  • Concernant l’usage des abréviation (dir., pp., etc.) :

Comme je vous l’ai indiqué plus haut, il n’existe pas de véritable consensus concernant ces normes. Il s’ensuit que vous pourrez utiliser diverses abréviations pour indiquer la même chose.

–  Pagination : on indique généralement plusieurs pages (quand une citation en occupe plus d’une) ou la pagination d’un article ou d’un chapitre par pp. Il est toutefois possible de se contenter de p.

Lorsque votre référence bibliographique correspond à une citation que vous faites dans le corps du texte, le renvoi à la page de la citation est indispensable. Soit en remplaçant la pagination ou le nombre total de page par celle de la citation (et en indiquant ces informations uniquement en bibliographie) ; Soit en mentionnant entre parenthèses, après toutes les informations précédentes : (citation p. X)

–  Collection : sans être totalement obligatoire, indiquer la collection est fortement conseillé. Il est possible de n’indiquer que son titre « L’univers historique » ou de préciser coll. « L’univers historique ».

Il est possible (et souvent conseillé) de mentionner les collections uniquement dans la bibliographie du mémoire, et de ne pas les indiquer dans les notes. En cas de doute, faites les notes les plus complètes possibles : il est plus facile de supprimer des informations que de devoir retourner les chercher sur les catalogues.

–  Direction d’ouvrage : lorsqu’un ouvrage collectif est dirigé par un ou plusieurs auteurs, on l’indique (après le dernier nom) soit par (dir.) qui est invariable et signifie « sous la direction de », soit par (ed.) ou (eds.) sans accent, pour « editor » et « editors ». Vous trouverez toutefois des formulations avec (dir.) et (dirs.) ainsi que (éd.) et (éds.)… Ici encore, l’essentiel sera d’uniformiser vos références pour ne pas avoir des (dir.) et des (ed.) dans la même bibliographie.

Dans ou in : l’utilisation de l’un ou l’autre conviendra très bien (vous l’avez désormais compris : pas des deux en même temps !). Notez toutefois que celle-ci s’impose pour les chapitres d’ouvrages collectifs, les actes de colloques, etc. mais pas pour un article de revue.

– Volumes, numéros : lorsque vous citez un article de revue, il faut indiquer l’ensemble des informations dont vous disposez pour permettre à votre lecteur de l’identifier. Cela implique de mentionner le tome ou le volume (il correspond souvent, mais pas toujours, à l’année de publication) ainsi que le numéro de la revue. Il peut arriver que vous ne disposiez que d’un numéro. Dans tous les cas, il n’est pas nécessaire d’écrire volume et numéro en toutes lettres, vol. et suffiront. Par convention, on indique le volume avant le numéro. C’est particulièrement pratique lorsqu’une citation mentionne 56(2) plutôt que vol. 56, n°2 par exemple.

Dates : pour les ouvrages, ne mentionnez que l’année de publication. Pour les revues, indiquez ce qui apparaît sur la revue : cela peut être une année, un mois et une année, ou plusieurs mois et une année. Dans tous les cas vous pouvez abréger les mois si vous le souhaitez. Par convention, on indique les quatre premières lettres pour éviter les confusions (cela donne, par exemple, juin, juil. et janv.)

Informations complémentaires (parfois) indispensables

  • Ré-éditions

Lorsque vous citez un ouvrage qui a connu plusieurs éditions, il faut le mentionner en indiquant, soit la date de la première édition, soit celle de la dernière, entre crochets, juste après la date de celle que vous utilisez. Vous pouvez aussi mentionner le nombre d’éditions.

Exemple : Leroy-Beaulieu, Paul, L’État moderne et ses fonctions, Paris, Guillaumin et Cie., 1889. [4e éd. 1911]. ou Leroy-Beaulieu, Paul, L’État moderne et ses fonctions, Paris, Guillaumin et Cie., 1911 [1889]. (ou encore 1911 [1e éd. 1889]).

Ici encore, l’obligation ne fait pas consensus. Néanmoins, une telle mention peut s’avérer très utile, surtout si l’ouvrage a connu des révisions importante d’une version à l’autre.

  • Traductions (1)

Il ne nous est pas donné de lire dans le texte l’ensemble des ouvrages qui composent nos bibliographies. Soit que l’ouvrage ne nous est pas facilement accessible, soit que nous ne maitrisions tout simplement pas la langue originale. C’est ici encore une question d’objet et de domaine, mais la mention du traducteur ou de la traductrice peut d’avérer très importante.

Exemple : Weber, Max, Le savant et le politique, traduit de l’allemand par Catherine Colliot-Thélène, Paris, La Découverte, « Poche Sciences humaines et sociales », 2003, 206 p.

  • Traductions (2)

Il arrive toutefois que vous citiez une référence en langue originale. Dans ce cas, pour les langues dont la maîtrise n’est pas supposée être courante parmi vos lecteurs potentiels, l’idéal consiste à indiquer la traduction du titre entre crochets à la suite du titre original. Ici encore il n’existe pas de consensus, la difficulté étant de définir pour quelles langues cette traduction s’avère nécessaire…

Pour finir (ou presque…)

Bien entendu, ouvrages, articles et chapitres d’ouvrages collectifs ne seront pas les seuls documents que vous citerez dans vos travaux de recherche… d’autres billets viendront compléter ces premières informations qui, je l’espère, vous permettront de bien démarrer.

Vous pourriez être tentés de vous reporter à des ouvrages ou à des revues pour vous inspirer de la façon dont les références sont citées. Cela peut parfois s’avérer utile mais cela risque surtout de vous induire en erreur : les éditeurs d’ouvrages et de revues scientifiques font face à des contraintes éditoriales qui, le plus souvent, conduisent les auteurs à réduire le nombre de signe en commençant par les notes ou la bibliographie. Ainsi l’utilisation d’abréviations (pas toujours compréhensibles), le remplacement des prénoms par des initiales ou leur suppression complète, etc. sont pratiques courantes. Rappelez-vous que pour un mémoire universitaire vous ne faites face à aucune contrainte de ce type.

Enfin, je ne saurais achever ce (déjà long) billet sans mentionner cet outil exceptionnel qu’est Zotero, logiciel de bibliographie qui vous rendra de très grands services si vous vous y mettez dès le début de vos recherches. Pour plus d’informations, je vous encourage à visiter deux blogs :

La boîte à outils des historiens, blog sur les outils informatiques que je co-anime avec Franziska Heimburger : vous y trouverez de nombreuses informations, des tutoriels, les styles de citation créés par Franziska pour nos étudiants de l’EHESS, etc.

Zotero Francophone qui est un carnet collectif hébergé sur la plateforme Hypotheses.org, animé par Frédéric Clavert, Marin Dacos et Gabriel Gallezot, il « a pour objectif de regrouper les informations concernant l’outil de gestion bibliographique libre et gratuit Zotero ». Une véritable mine d’or !

*

Des critiques, remarques ou de simples questions ? N’hésitez pas à utiliser les commentaires !


58 réflexions au sujet de « Comment citer un ouvrage, un article ou un chapitre d’ouvrage collectif ? »

  1. De witte

    Bonjour
    J’aurais souhaité savoir comment citer un auteur déjà lui mēme cité dans un monde ouvrage.Faut-il remettre les références de l’auteur cité et de l’ouvrage, ou juste l’auteur, le nom de l’ouvrage qui le cite, la page, ect….
    Merci de votre réponse.

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Il faut généralement citer toutes les informations. Ainsi, vous indiquerez la référence de la citation que vous reproduisez, mais aussi le fait que vous ne l’avez pas consultée « à la source » mais dans un autre ouvrage/article etc. Ce vaut pour les documents originaux, comme dans cet exemple tiré de ma thèse :

      « Je ne suis point communiste parce que le communisme concentre et fait absorber toutes les puissances de la société dans l’État, parce qu’il aboutit nécessairement à la centralisation de la propriété entre les mains de l’État, tandis que, moi, je veux l’abolition de l’État, l’extirpation radicale de ce principe de l’autorité et de la tutelle de l’État, qui, sous le prétexte de moraliser et de civiliser les hommes, les a jusqu’à ce jour asservis, opprimés, exploités et dépravés. » (1)

      (1) Allocution de Bakounine au Congrès de la Ligue de la Paix et de la Liberté, septembre 1868 – cité par Jean MAITRON, Le mouvement anarchiste en France, t. 1 : des origines à 1914, Paris, éd. François Maspero, 1975, p. 15.

      Mais aussi pour la citation d’un ouvrage/article par un autre. Comme dans cet autre exemple :

      « Ainsi le moment est venu d’envisager l’État, non plus comme une souveraineté, non plus comme une loi, mais comme une institution ou comme un ensemble d’institutions ou, plus exactement encore, comme l’institution des institutions. » (2)

      (2) Maurice HAURIOU, Précis de droit administratif et de droit public, 6e édition, Paris, L. Larose et L. Tenin, 1907, p. IX ; cité par Léon DUGUIT, Le droit social, le droit individuel et la transformation de l’État. Conférences faites à l’École des hautes études sociales, Paris, Félix Alcan, 1908, p. 33.

      Répondre
  2. Emmanuelle

    Bonjour , Et merci pour ces précieux conseils prodigués des règles à suivre pour citer ses sources.
    Je recherche toutefois une information que je n’ai pas réussi à trouver sur votre billet mais il est possible que je sois passée à côté car je suis mal voyante.

    Je cherche à citer dans ma bibliographie de rapport de stage une note de synthèse issue de l’agence nationale de solidarité active. Comment citer une note de synthèse, est-ce comme un article?
    Je m’y perds. Par avance merci Emilien.

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour, Le plus simple est effectivement de s’inspirer des normes pour un article ou un ouvrage. L’essentiel dans une note est que l’ensemble des informations permettant aux lecteurs d’identifier précisément la référence soient présentes. Si, pour un rapport institutionnel ou une note de synthèse, aucun auteur n’est indiqué, on peut tout à fait considérer l’institution comme l’auteur du rapport. Ou alors ne pas mettre d’auteur mais indiquer l’institution comme éditrice… Il me semble qu’il faut juger au cas par cas, l’essentiel étant, comme toujours, de se tenir à une norme de citation une fois que l’on en a choisi une. Pour ce qui est des rapports de stage, je m’inspirerait des normes de citation des mémoires et thèses.

      Répondre
  3. vanina

    Bonjour,

    Je souhaiterais savoir s’il y a une règle concernant les articles ou contributions, à placer entre guillemets donc après un titre d’oeuvre en italique, cités dans une bibliographie en langue étrangère ; doit-on les passer en italique entre guillemets étant donné qu’il s’agit de mots étrangers ?
    Merci de votre réponse.

    vanina

    Répondre
  4. Piero Colla

    Bonjour,

    je suis un doctorant en sociologie, italien de nationnalité et de formation. Je suis donc confronté, en phrase de finalisation et relecture de ma thèse, aux différences importantes entre les cultures au niveau des conventions typographiques.

    Une question précise, s’il vous plaît. Ma thèse contient un grand nombre de citations étrangères, souvent données en note au bas de page, entre guillemets. L’extrait est accompagné du texte original de la citation, cité entre parenthèses en italique et suivi de la source. Exemple: « Bonjour je m’appelle Jacques » (Goddag jag heter Jacques. H. Strindberg, Mitt liv, Stockholm, Bergsson, 1901).

    Quid de la ponctuation entre la traduction et l’original? Est-ce que je peux laisser la référence comme indiqué dans l’exemple, ou bien dois-je la terminer avec un point ferme (mais au risque d’ouvrir une parenthèse APRES la ponctuation, donc hors des règles courantes)?

    Merci d’avance,

    PC

    Répondre
  5. Romain

    Par contre, je ne sais pas si cela ne concerne que les historiens mais chez nous, on nous demande de citer le nom de l’auteur entièrement en majuscule et le titre en italique, comme suit :
    « LE BOHEC Yann, César, Chef de Guerre, Lonrai, éditions du Rocher, 2001, 512 pages »

    Sauriez-vous la démarche pour citer un article de presse ? Par exemple si je voulais citer celui-ci du Figaro : « http://www.lefigaro.fr/vox/histoire/2014/05/27/31005-20140527ARTFIG00100-non-franck-ferrand-le-site-d-alesia-n-est-pas-une-supercherie.php?pagination=3#nbcomments »

    Cordialement,

    Romain

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Je ne comprends pas bien la première partie de votre commentaire… Dans le billet, il est bien précisé que le titre d’un ouvrage doit être en italique. Pour ce qui est du nom de l’auteur en majuscule, comme indiqué dans le billet, ce n’est absolument pas une règle générale de la discipline, qui n’en a pas vraiment sur ce point. Cela dépendra des éditeurs pour les revues et ouvrages, et des universités, voire des enseignants, pour les travaux universitaires.

      Pour la citation des articles de journaux, traditionnellement, on les cite de la façon suivante : Hervé Martin, « La chasse aux millions de Nanard est ouverte », Le Canard enchaîné, 13 juillet 2013, p. 3. Comme avec les autres types de documents, il n’existe ici encore pas de règle immuable. Les numéros de pages pour la presse ne sont ainsi pas toujours indiqués. En revanche, il est d’usage de ne pas indiquer les numéros et volumes s’ils existent. Ainsi, si l’on avait cité l’article comme une revue, on aurait ici mis : Le Canard enchaîné, 100e année, n°4994, 13 juillet 2016. J’imagine toutefois que pour des cas particuliers cela pourrait être nécessaire.

      Dans le cas précis que vous citez, je le ferais ainsi : Jean-Louis Brunaux, Yann Le Bohec et Jean-Louis Voisin, « Non Franck Ferrand, le site d’Alésia n’est pas une « supercherie » », Figaro/Vox, 27 mai 2014. En ligne : http://www.lefigaro.fr/vox/histoire/2014/05/27/31005-20140527ARTFIG00100-non-franck-ferrand-le-site-d-alesia-n-est-pas-une-supercherie.php [Consulté le 18 juillet 2016]. En prenant soin de bien indiquer l’URL de l’article (dans votre commentaire, vous renvoyez à un commentaire sur cet article (l’URL s’achevant par ‘?pagination=3#nbcomments’)

      Répondre
      1. Romain

        Merci beaucoup de votre réponse.
        Pour la première partie de mon post, je disais juste que chez nous, on nous demandait obligatoirement le nom de l’auteur en majuscule, c’est tout.

        Répondre
  6. Blandine

    Merci pour cet article.
    Je me demandais, pour un livre qui a plusieurs maisons d’édition, s’il était important d’en citer plusieurs.

    Répondre
    1. Wassim

      Merci pour l’article, je pourrai savoir comment citer une source d’un tableau ou d’une figure sachant que je suis même la source. Merci

      Répondre
  7. Maxi R

    Bonjour,
    Je vous remercie pour votre billet très instructif et me je me permets de vous contacter à propos d’une méthode de citation qui me pose toujours question.
    Pour certains « chapitre » d’un mémoire on va chercher à définir des termes. On va donc lire plusieurs sources sur un même sujet et proposer un « résumé » ou plutôt un « condensé » de toutes les informations sous la forme de plusieurs définitions. Chaque définition n’a pas une source précise mais, correspond aux informations relevé dans toutes les sources et l’ensemble du chapitre a les mêmes sources. Quels sont les règles de citation dans ce cas ?
    Je vous remercie d’avance pour l’aide que vous pourrez m’apporter

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour, Si j’ai bien compris, vous évoquez la situation où vous rédigez un paragraphe de synthèse de plusieurs sources sans forcément inclure des citations « prétextes » à notes de bas de page. Il faut toutefois toujours citer les sources que nous utilisons : non seulement pour permettre aux lectrices et aux lecteurs d’approfondir les points qui les intéressent, mais aussi par principe. Ne pas le faire, même si ce que nous avons rédigé constitue une synthèse réécrite sans « copier/coller » ce serait plagier les travaux mobilisés. Dès lors, vous pouvez par exemple insérer, en début ou fin de paragraphe / sous-partie ou autre, une note précisant : l’ensemble du paragraphe/de la sous-partie/du chapitre… suivant est fondé sur : [suivent toutes les références utilisées]. Dans le cas de vos définition, j’ajouterais une note après chacune, en précisant « Définition fondée sur les sources suivantes : [refs] » par exemple. Je pense qu’il est indispensable de le faire au moment où l’on mobilise ces sources pour éviter tout risque de « plagiat involontaire ». Mettre uniquement les références utilisées en bibliographie de fin de mémoire par exemple, sans que vos lecteurs ne puissent identifier le fait que tel ou tel paragraphe est fondé sur une synthèse d’autre travaux bien précis peut être problématique.

      Répondre
  8. Frank-Olivier

    Bonjour Emilien,

    Je requière ton aide, une fois de plus, pour un petit souci de nomenclature de source :
    Quelles sont les règles afin de citer en source, des articles issus de la presse, consultable sur Gallica ?

    Je m’essaie à travers un exemple :
    L’Orient : revue franco-hellénique : organe spécial des intérêts grecs / N. Nicolaïdès, directeur-fondateur, 1890/08/05, Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, FOL-J-150. Consultable sur Gallica : ark:/12148/bpt6k144481m

    Par avance, merci 🙂

    FOPC

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      À ma connaissance il n’existe pas véritablement de règle commune à ce propos. En revanche, le conseil que je donne toujours s’agissant des bibliothèques numériques, est de faire une analogie avec les bibliothèques non numériques.

      Lorsque tu consultes une version papier d’un quotidien, disons l’Humanité, à la BNF par exemple, tu ne mets pas en note : L’Humanité, 12 juin 1936, p. 4. BNF, consulté en salle N, cote XXXX. Il me semble qu’il en va de même pour les documents existants en version papier dont on consulte les numérisations. Inutile d’indiquer dans chaque note où nous avons consulté les documents (la même analogie vos pour la consultation d’articles d’une revue sur Cairn.info par exemple, avant on ne précisait pas si l’on avait consulté Le mouvement social à la BU, à la BDIC, à la BnF ou à domicile si l’on était abonné, pourquoi dans ce cas le préciser – en note toujours – concernant Muse, Cairn ou Gallica ?)

      En revanche, je dis tout cela pour les notes, mais il me semble important de signaler quelque part que cette documentation a été consultée en ligne (en particulier quant elle est en libre accès et que cela permettra au lecteur de s’y référer directement). Ce que j’ai fait dans ma thèse, c’est indiquer les URL de la presse et des diverses sources imprimées numérisées dans la section sources et bibliographie (voir p. 824-828 ici)

      Bonne continuation !

      Répondre
  9. Cynthia

    Quand on a utilisée plusieurs chapitres dans un ouvrage, comment fait on pour le signaler dans la bibliographies ?

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour. S’il s’agit d’un ouvrage collectif, généralement on cite chaque chapitre utilisé (en revanche inutile de tous les citer si l’ensemble des chapitres a été mobilisé). Pour un ouvrage classique, il n’est pas nécessaire de mentionner chaque chapitre mais uniquement l’ouvrage.

      Répondre
  10. Florent

    Bonjour,
    Comment citer un volume dirigé par un historien issu d’un ouvrage publié sous la direction d’un autre historien ?

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour, J’aurais besoin de plus de précisions pour vous répondre. D’un point de vue général, si vous utilisez un livre dirigé par un auteur, vous le citez comme un ouvrage dirigé par cet auteur… Néanmoins, si vous souhaitez préciser qu’il s’agit de la réédition d’une partie d’un ouvrage dirigé par un autre, vous pouvez le mentionner en commentaire entre crochets après la référence par exemple.

      Répondre
  11. maria

    Bonjour et merci pour toutes ces précisions bien utiles. Cependant, j’ai encore une question qui reste sans réponse. Aujourd’hui, beaucoup de revues scientifiques sont exclusivement en ligne. Dans ce cas, lorsqu’on cite un article, il suffit d’indiquer après le nom de la revue la mention [en ligne]. En revanche, quand on a trouvé sur le net un article d’une revue, qui a l’origine n’est pas en ligne (par ex. un article assez ancien, localisé Outre-Atlantique, et difficile à se procurer au format papier), est-ce qu’il faut ou pas inclure cette mention [en ligne], ou simplement le citer comme une référence revue classique, et ajouter à la suite: disponible à l’adresse: http… ?

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour, Je réponds partiellement à votre question dans un commentaire précédent (voir ici). Si vous avez trouvé l’article sur un portail tel que Cairn ou Jstor, il ne me semble pas nécessaire de le préciser. Vos lecteurs connaissent les plateformes et les revues qui y sont hébergées. En revanche, j’aurais tendance à vous conseiller de mettre les liens, tel que vous l’indiquez « [Disponible en ligne à l’adresse : URL] » pour les ressources trouvez sur les sites des auteurs, voire sur les archives ouvertes (pour les thèses par exemple). Mais à ma connaissance il n’existe pas de règle spécifique à ce propos.

      Répondre
  12. sumu

    nous avons deux régles
    il est recomendée de indiquer le maximum d’informations qui permet d’identifier avec precision la référence que vous citez.
    deuxiement; une fois un mode de citation des références adopté, il faut vous y tenir pour tout le memoir.
    pour un ouvrage-auteur,titre,ville d’édition,Editeur, »collection »,Année nombre total de pages…

    Répondre
  13. Ana

    Bonjour, Je mets les dernières touches à mon mémoire et j’ai une question qui m’agace. Comment faire la référence d’une citation dans un film ? Si on ajoute une phrase prononcée par un personnage du film, comment faire pour les notes en bas de page ? Faut-il ajouter la minute exacte pendant laquelle elle a été dite ?

    Répondre
  14. Pierre Bonnet (@pierrebonnet)

    Bonjour,

    Je suis en pleine rédaction de mon rapport d’étape de M1 (en histoire). Je me débrouille bien pour tout ce qui est citation d’ouvrages, d’articles et autres, mais là je coince : je cite la phrase d’un historien dans une émission radio (La marche de l’histoire sur France Inter). Comment l’intégrer en note de bas de page ? J’imagine qu’il faut citer l’animateur, l’émission, et la date, mais dans quel sens, ça…

    Merci !

    Répondre
  15. J. mukuta et R. Ngonde

    salut l’équipe, nous sommes étudiants en première année psychologie, nous avons besoin de votre aide sur la bibliographie de d’un ou de deux ouvrages écrit par six auteurs. Si possible, illustrez-nous deux exemples. merci

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour. L’information se trouve dans le billet que vous commentez, dans le dernier paragraphe de cette section : « Quelques précisions » > « concernant les auteurs » : « Lorsque les auteurs sont vraiment nombreux – à partir de quatre en général – vous pouvez éventuellement abréger en ne citant que le premier, suivi de la mention et al. (locution latine pour “et les autres”). L’idéal reste toutefois d’indiquer l’ensemble des auteurs, au moins dans la bibliographie. » Bonne continuation

      Répondre
  16. Lady K.

    Mille mercis pour cet article qui vient de m’ôter une sacrée épine du pied ! Direction mes favoris !

    Répondre
  17. nils

    Bonjour,

    Je suis en train de faire un master en histoire.
    Concernant les romans, doit-on les incorporer dans la bibliographie, ou les classer à part?

    Merci d’avance!!

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour, Oui vous pouvez les inclure. La façon de les classer dépendra de l’utilisation que vous en avez faite : si des œuvres de fiction sont considérées comme sources, alors il faut les classer parmi les sources imprimées, et ensuite, soit par thème, soit par type d’imprimés. Si elles ont été utilisées autrement, comme un moyen de saisir le contexte d’une période par exemple, vous pouvez les classez en bibliographie et les placer dans une rubrique fictions ou littérature. Ceci dit, sur ce point, rien ne remplacera l’avis de votre directeur/directrice… Conne continuation.

      Répondre
  18. Nouha

    Bonjour, tout d’abord je tiens à vous remercier pour l’énorme aide que vous m’avez apporté. Je suis en 2eme année master médiation culturelle et artistique et actuellement je travaille sur mon PFE et j’ai un petit souci au niveau de la bibliographie. Voilà ! j’ai un ouvrage collectif ( une publication annuelle des Anneaux de la Mémoire  » Cahiers des Anneaux de la Mémoire ») et je sais pas comment faire pour le citer: est-ce que je cite juste l’article que j’ai consulté plus le nom de l’auteur, ou bien c’est le tout « ouvrage collectif… » qui me parait pas être la bonne manière.

    Pour toute réponse merci infiniment.

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour,
      Avant-tout je vous rappelle que les conseils dispensés ici correspondent principalement à des travaux de recherche en histoire. Il est possible que les normes dans votre disciplines soient différentes et il est important de parler de ces questions avec votre enseignant.e
      Le titre que vous m’indiquez me semble plus correspondre à une revue scientifique qu’à un ouvrage collectif. Partant de là, l’idéal est de simplement citer les articles consultés en suivant les indications mentionnées dans le billet ci-dessus. D’un point de vue général, on ne cite que ce que l’on a consulté. Néanmoins, si vous avez besoin de citer la référence dans son ensemble, vous pouvez mixer les conseils donnés pour les ouvrages collectifs et les revues. Par exemple ici :

      Jean-Marc Masseaut (dir.), « L’afrique centrale atlantique », Cahiers des anneaux de la mémoire, n°14, 2011, [+ pagination].

      Par ailleurs, si vous citez de nombreux articles d’un ouvrage collectif ou d’un dossier de revue, vous avez la possibilité en bibliographie de ne mentionner que la référence globale et non chaque article cité dans les notes.
      Bon courage pour votre PFE et bonne continuation.

      Répondre
  19. Historienne

    Bonjour,

    Je vous remercie pour ce site fort utile. Je suis en train de rédiger mon mémoire. J’ai plusieurs questions.

    Lorsqu’on utilise une thèse éditée, doit-on mentionner la thèse qui n’est pas encore éditée ? Comment le faire dans ce cas ? N’est-ce pas trop long ?

    Exemple :
    Nicole Racine, Les écrivains communistes en France 1920-1936, Thèse de doctorat en cycle supérieur d’études politiques, Fondation Nationale des Sciences Politiques, Paris Sorbonne, 1963, 466 p.

    Cette thèse a été publiée :
    Nicole Racine, Les écrivains communistes en France 1920-1936, Paris, Hachette, 1973.

    Comment l’indiquer en bibliographie et en note de bas de page ?

    2/ Quand on cite dans un ouvrage en deux tomes : comment faire ?
    Exemple :
    Alain Cuenot, Clarté (1919-1928), Paris, L’Harmattan, 2 t. [Ici dois-je préciser combien de pages pour chaque tome ? et même dois-je préciser l’intitulé de chaque tome ?).

    Enfin pour un mémoire, doit-on commenter sa bibliographie, l’organiser, n’indiquer que les ouvrages lus ou tous les ouvrages ayant un rapport avec la question ? Si on commente et qu’on trouve un livre léger voire peu sérieux, comment le dire ? :-)) Et si l’on découvre un vilain scientifique qui fait du plagiat ? que faire ?

    Je vous remercie.

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour,

      Concernant les thèses dans les notes, comme pour toute autre référence, tout dépend de celle que vous citez dans votre mémoire. Citez systématiquement le document que vous avez vous-même utilisé. Rien ne vous empêche toutefois, si vous le souhaitez, de préciser dans la note : cet ouvrage est une version remaniée de [ref. de la thèse] ; ou inversement, citez la thèse en précisant ensuite qu’elle a donné lieu à publication. Je le répète toutefois, rien n’impose de citer une version que vous n’utilisez pas.

      Cela vaut aussi pour la bibliographie du mémoire. En règle générale, on indique uniquement dans la bibliographie les ouvrages effectivement cités, voire exploités. Néanmoins, vous pouvez décider de faire une bibliographie à prétention exhaustive, dans ce cas il est bon de l’indiquer. Pour le classement, tout dépend de ce que demande votre institution. En histoire à l’EHESS par exemple, les étudiants doivent faire un classement méthodique de la bibliographie car celui-ci est considéré comme un exercice intellectuel utile de confrontation à sa documentation. Dans d’autres disciplines ou universités, on considère qu’un classement alphabétique est suffisant.

      Pour citer un ouvrage composé de plusieurs tomes, tout dépend du contexte : dans une note de citation vous ne citez qu’un seul tome à la fois, ce qui règle le problème… Dans une note d’indication bibliographie ou dans la bibliographie elle-même, vous pouvez les indiquez séparément comme deux références distinctes, ou faire une note les regroupant de la façon suivante :

      CARON François, Histoire des chemins de fer en France, t. 1: 1740-1883, t. 2: 1883-1937, Paris, Fayard, 1997 et 2005, 700 et 1029 p.

      Pour le nombre de pages, il est possible de mettre le nombre global des deux tomes s’ils sont numérotés de façon continue.

      Concernant les commentaires sur les ouvrages, il faudrait en discuter avec votre directrice ou votre directeur. Vous pouvez être très franche et directe, ou plus subtile (par exemple : à consulter surtout pour ses annexes / ou pour les informations factuelles exposées…). Ceci dit, si un ouvrage est mauvais et que vous ne l’avez donc pas utilisé, pourquoi le citer ?

      Pour le plagiat, vous pouvez procéder de même dans la note de bas de page : voir X qui cite, sans guillemets et sans note de bas de page, Y. Lorsque cela m’est arrivé (cet article, plagiant une partie de celui-ci : ) j’ai simplement remplacé la référence au plagieur par la référence à l’original, tout en ne me privant pas de signaler le fait, comme ici, à qui veut l’entendre…

      Bonne continuation !

      Répondre
  20. Jordane

    Bonjour,
    Je suis en 2e bac communication et je voulais savoir s’il y avait un moyen de distinguer l’édition de la collection sur un ouvrage?
    Que ce soit une monographie, un article de périodique ou un CD-ROM.
    Merci d’avance,
    Jordane

    Répondre
  21. Ahmed

    Bonjour,
    Je suis entrain de rédiger mon mémoire de master 2 . Au cours de mon stage j’ai participé à la rédaction d’un article qui est soumis et accepté mais pas encore publié donc je ne peut pas le mettre en Annexe. Je voulais savoir comment je peux mentionner cette information dans ma mémoire.
    Merci

    Répondre
  22. Célia

    Bonjour,

    J’ai un souci qui concerne plutôt la gestion des appels de note. Lorsque dans un paragraphe, on cite à plusieurs reprises un même document, en le saucissonnant, comment gérer les appels de note? En mettre avec chaque guillemets pour se retrouver, en bas de page, avec 10 notes « Ibid. » semble un peu absurde.
    Y a-t-il une règle en la matière?
    Je me souviens vaguement avoir lu quelque part que dans ce cas, on met l’appel de note après la première citation et c’est tout: implicitement, toutes les citations suivantes sont tirées de la dernière référence citée. Mais je ne suis plus trop sûre.
    Merci d’avance pour ton aide.

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Je ne crois pas qu’il y ait vraiment de règle à ce sujet…

      Si on parle bien d’un paragraphe et non de plusieurs sur une même page, je pense que le mieux c’est, soit de procéder comme tu l’indiques : appel de note après le premier extrait cité, la construction du paragraphe suffit généralement à expliciter que la suite provient de la même source. En 1890, untel indiquait que « blablabla »[appel de note], on peut considérer que sa position correspondait à celle de machinchose. Il le confirmait d’ailleurs lui-même quelques pages plus loin : « blablabla ».
      Dans ces cas là, j’ai tendance à préférer mettre l’appel de note à la fin du paragraphe, après la dernière citation. Puisque la source est indiquée dans le début du paragraphe, la note en fin résume la source. C’est utile dans le cas des citations qui renvoient à plusieurs pages différentes.

      Dans les cas un peu compliqués ou si on ne cite pas la source explicitement dans le corps du texte, le mieux c’est certainement de faire l’appel de note dès la première citation et en cas de doute, ne pas hésiter à préciser quelque chose du type « les éléments cités dans la suite du paragraphe sont tous tirés de… » En revanche, sur une page composée de plusieurs paragraphes, ça complique un peu et oblige peut-être à l’usage de plusieurs ibid.. En tous les cas, je crains qu’ils ne s’imposent dans les développements où l’on fait des citations longues (extraites du texte par une typographie spécifique, type police plus petite et retrait de paragraphe plus important). Chaque citation de ce type est censée être sourcée. Du coup s’il y en a plusieurs sur une même page, cela fait autant d’appels de note.

      Ceci dit, comme le disais au début, je ne crois pas qu’il y ait de véritable règle. La seule qui s’impose à mon avis, c’est de choisir un procédé qui empêche le lecteur de se demander « mais d’où ça sort ça ? » et de s’y tenir tout au long du développement…

      Répondre
  23. Célia

    Salut Emilien,

    Une idée pour citer des références du Maitron-en-ligne? Tu présenterais ça sous quelle forme? Le site lui-même ne donne pas trop d’infos…

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Salut Célia.
      Je ne suis pas très sûr de moi pour cet exemple précis. En général, quand une ressource est une simple mise en ligne d’une version papier (exemple : un article sur Cairn) je donne le conseil de se simplifier la vie en citant la ressource papier puisque l’on dispose de la pagination etc. Pour une ressource dont la forme est spécifique au support web (ici les notices sont enrichies et ne correspondent donc pas directement aux versions papier), je ferais quelque chose d’intermédiaire :

      Auteur(s) de la notice, « Titre de la notice », Titre + sous titre (exeple : « 1e période…. ») de la version papier du dictionnaire concerné, Version « Maitron-en-ligne », URL : http://blablabblabla, consulté le XX-YY-ZZZZ.

      Pas certain que cela t’aide beaucoup…

      Répondre
  24. Sebastien Doyon

    Bonjour, merci pour ces informations très pertinentes. Je suis présentement en rédaction d’un travail en sciences politiques, et je m’interroge à savoir comment utilise-t-on les abréviations latines de op.cit. et ibid. lorsqu’il s’agit d’une référence  »En ligne », c’est-à-dire provenant d’un site web.

    Ex :
    1 : Émilien RUIZ. <>, hypotheses.org, 2 août 2011, [En ligne], http://devhist.hypotheses.org/201 (page consultée le 2 janvier 2013).
    2 : Ibid. ? ou Op. Cit. si tel est le cas

    Je saisi l’usage de ces termes pour les monographies et autres ouvrages, mais ma question concerne véritablement les références puisées sur Internet.
    J’apprécierais beaucoup que vous puissiez m’éclairer. Merci.

    Répondre
  25. Vanessa R

    Bonjour,

    Cette article est très interessant et très utile, mais j’ai néanmoins une question, comment différencier un ouvrage, d’un article, d’une revue et autres?

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Je ne suis pas certain de bien comprendre votre question… Je vous propose toutefois de relire la section “Règles” de base pour… du billet où sont indiquées les principales normes de citation d’un ouvrage, article et chapitre d’ouvrage qui, justement, permettent par leur forme de différencier les références citées.

      Répondre
  26. kenmogne guiadem monique prudence

    je suis en première année comptabilité à l’institut supérieure du GOLF DE GUINÉE. j’ai été soumise à un devoir de littérature: comment cite t-on un ouvrage en bibliographie? j’ai lu vos explications,mais seulement je me sens égaré dans la lecture. vos termes sont tellement soutenus,je recherche plutôt des explications genres B-A BA

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour,
      En réalité les normes de citation sont très différentes selon les disciplines ou matières étudiées. La meilleure façon de savoir comment citer un ouvrage pour votre devoir de littérature serait de consulter les travaux de camarades des années précédentes.

      Si je devais résumer le principe de base commun à tous : vous devez indiquer toutes les informations qui permettront à vos lecteurs de retrouver le livre et d’en identifier l’origine. Soit, au minimum : le nom de l’auteur, le titre de l’ouvrage, le lieu de publication, l’éditeur et l’année de publication.

      Si vous avez des doutes, le plus simple est de consulter des bibliographies en ligne. Vous pouvez, par exemple, consulter celle de Nicolas Delalande : http://chsp.sciences-po.fr/chercheur-du-centre/delalande en allant dans la rubrique « Documents à télécharger » vous trouverez une bibliographie de thèse.

      Répondre
  27. seukam samory

    merci pour tout ce que vous faites j ai une autre question comment fait on pour recenser lister et décrire les typologies d ouvrages

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour,
      Je ne suis pas certain de bien comprendre ce que vous recherchez. Vous vous interrogez sur la façon de classer les références contenues dans une bibliographie ? Si c’est cela, la réponse dépendra de votre liste : ouvrages, articles, rapports, etc. La distinction n’est généralement pas difficile à opérer.
      À moins que vous vous demandiez comment définir ce qu’est une source par rapport à la bibliographie ? Dans le cas d’un ouvrage, cela dépendra principalement de la façon dont vous l’utilisez. Un ouvrage contemporain de l’époque étudiée peut, par exemple, être utilisé comme « simple » source d’information, il figurera alors dans la bibliographie ; il peut aussi faire l’objet d’une véritable critique, être l’objet de l’analyse, il figurera alors dans les sources.

      Répondre
  28. Rémi Gilardin

    Les abréviations latines.

    Outre une bibliographie correctement présentée selon les conventions d’usage, le recours aux abréviations latines peut simplifier à la fois le travail d’écriture (si, si), ainsi que celui de lecture. Elles sont utilisées dans les notes de bas de page, ou notes de fin. Encore faut il les utiliser de manière appropriée.

    Il en existe quatre principales : op. cit., ibid., loc. cit., passim.

    – op. cit. pour opus citatum (oeuvre citée) :
    Cette abréviation est utilisée pour faire référence à un élément bibliographique précédemment cité de manière complète, mais non cité dans la note précédente.
    Afin de permettre l’identification de l’oeuvre à laquelle il est fait référence, l’on indiquera le nom de l’auteur (avec ou sans le prénom, mais généralement sans). Si la bibliographie comporte plusieurs ouvrage de l’auteur en question, on indiquera également la date de publication (année) pour les besoins de la différenciation. Enfin, si l’auteur concerné a publié deux ouvrages la même année, afin de les différencier, on indiquera le nom suivi de la date suivi du titre.
    Exemple :

    1. Marc BLOCH, L’étrange défaite, Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 1990 (1946), 326 pages, p. 72.
    2. Fernand BRAUDEL, La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, coll. Champs Histoire, 2008 (1985), 120 pages, p. 39.
    3. BLOCH, op. cit., p. 20.

    – ibid. pour ibidem (au même endroit):
    Si l’on utilise pas op. cit. pour faire référence à une oeuvre citée dans une note la précédant immédiatement c’est parce que l’abréviation ibid. remplit cette fonction.
    En reprenant l’exemple, voici le résultat:

    1. Marc BLOCH, L’étrange défaite, Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 1990 (1946), 326 pages, p. 72.
    2. Ibid., p. 20.
    3. Fernand BRAUDEL, La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, coll. Champs Histoire, 2008 (1985), 120 pages, p. 39.

    Par convention, on utilisera op. cit. pour faire référence à une même oeuvre citée dans la note immédiatement précédente si cette dernière est éloignée de la note concernée. Par simplicité disons qu’éloignée pourrait ici signifier, située à de plus de deux pages, mais il n’existe pas de règle stricte.

    – loc. cit. pour loco citato (à l’endroit cité) :
    Loc. cit. s’emploie en remplacement d’ibid. ou d’op. cit. dans deux cas particuliers. A la place d’ibid, lorsque l’oeuvre citée dans la note immédiatement précédente est la même et que la page, ou les pages, auxquelles il est fait référence sont également les mêmes. A la place d’op. cit., pour faire référence à une œuvre citée dans une note précédente, mais non immédiatement située avant la note en question, ainsi qu’à la page (ou les pages) indiquée dans ladite note.

    Exemple 1 à la place d’écrire « ibid., p. 72. » :

    1. Marc BLOCH, L’étrange défaite, Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 1990 (1946), 326 pages, p. 72.
    2. Loc. cit.

    Exemple 2, à la place d’écrire  » BLOCH, op. cit., p. 72. » :

    1. Marc BLOCH, L’étrange défaite, Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 1990 (1946), 326 pages, p. 72.
    2. Fernand BRAUDEL, La dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, coll. Champs Histoire, 2008 (1985), 120 pages, p. 39.
    3. BLOCH,loc. cit.

    – passim (ici et là, partout) :
    Lorsqu’une idée, ou plus spécifiquement un mot ou une expression, à laquelle on fait référence dans un ouvrage est présente de manière dispersée et récurrente on pourra utiliser passim.
    Généralement, lorsque l’on a recours à passim on indique également une ou deux page dans lesquelles le mot ou l’expression concernée apparaissent.

    Exemple, l’on veut faire référence à la notion d’histoire problème dans l’étrange défaite (les pages sont ici choisies parfaitement aux hasard pour les besoins de l’exemple) :

    1. Marc BLOCH, L’étrange défaite, Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 1990 (1946), 326 pages, p. 72, 102, passim.

    Ou encore combiné à un op. cit. :
    1. BLOCH, op. cit., p. 72, 102, passim.

    ——————-
    Voilà pour les bases. Les perfectionnistes pourront avoir recours à un niveau de différentiation supplémentaire en recourant à deux variantes du op. cit.: art. cit. et contribution citée.

    Une bibliographie est essentiellement constituée de trois types d’éléments: les livres « simples », les ouvrages collectifs et les articles. Pour faciliter encore la lecture des référencements bibliographiques en note de bas de page, il est possible d’avoir recours à ces deux variantes du op. cit. pour préciser la nature de l’élément bibliographique auquel il est fait référence.

    – art. cit. pour article cité :
    Son usage est très simple. L’abréviation sera utilisée à la place d’op. cit. lorsqu’il s’agit d’un article publié dans une revue. Ce qui nous donne :
    1. Claude DIDRY, « Léon Duguit, ou le service public en action », dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 52, n°3, 2005, pages 88-97.
    2. Marc BLOCH, L’étrange défaite, Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 1990 (1946), 326 pages, p. 72
    3. DIDRY, art. cit., p. 92.

    – contribution citée
    Le principe est le même sauf qu’il s’agit cette fois de faire référence à une contribution à un ouvrage collectif. Le tout pourra évidemment être combiné avec un op. cit. faisant référence à l’ouvrage collectif dans son ensemble, si celui-ci a déjà été cité précédemment.

    Exemple :
    1. Jean-Pierre LE CROM, « Le droit de grève, le service public…et les ouvriers à statut (1946-1963) », dans Marie Cartier, Jean-Noël Rétière et Yasmine Siblot (dir.), Le salariat à statut. Genèse et cultures, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, pages 69-81.
    2. Marc BLOCH, L’étrange défaite, Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire, 1990 (1946), 326 pages, p. 72
    3. LE CROM, contribution citée, dans CARTIER et al., op. cit., p. 75.

    Comme vous avez pu le noter, une autre abréviation latine a fait son apparition dans l’exemple précédent. Il s’agit de et al.; et alii, en latin, signifiant les autres). On y a recours lorsqu’une référence bibliographique comporte plus de deux auteurs. Par convention la première fois que le ladite référence est citée on indique tous les auteurs (sauf dans le cas où la liste est vraiment longue où l’on utilisera et al. tout de suite), puis à chaque nouvelle référence faite à l’œuvre on n’écrira que le nom du premier auteur suivi de et al.

    J’espère que ces précisions seront utiles aux lecteurs de ce blog et que je n’ai pas fait d’erreur dans les exemples ou descriptions !

    PS :
    Un grand merci aux animateurs et contributeurs du blog qui font un travail remarquable.

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Merci pour toutes ces précisions. L’utilisation des locutions latines feront l’objet d’un billet à venir. Comme vous avez déjà presque tout dit, j’ajoute ici deux précisions importantes en attendant ce billet qui reprendra le tout :

      – l’utilisation les locutions latines se fait toujours en italique.

      – il vaut mieux systématiquement reprendre les premiers termes du titre avant d’utiliser « op. cit.« . Le problème ne se pose pas avec « ibid. » car il doit être utilisé uniquement en référence à la note immédiatement précédente ; mais lorsque vous utilisez « op. cit. » la note à laquelle vous faites référence peut-être lointaine et, pire, si vous citez plusieurs ouvrages d’un même auteur il ne sera plus possible de les différencier (l’année de résolvant rien, puisque certains auteurs prolifiques peuvent écrire plusieurs livres ou surtout articles la même année). En reprenant les premiers mots du titre, vous simplifiez donc la lecture, et vous vous assurez que les lecteurs identifieront bien la bonne référence.

      Je termine en conseillant d’éviter d’ajouter trop de complexité avec le recours aux différenciations supplémentaires que vous évoquez.

      Je pense qu’en mobilisant « ibid. » et « op. cit. » il est déjà possible de faire face à toutes les situations. Multiplier les abréviations, c’est parfois s’assurer que les lecteurs ne liront plus les notes…

      Or, une recherche historique se lit, aussi, et surtout, dans les notes.

      Répondre
  29. Julia

    Les conventions varient d’une maison d’édition à une autre et d’une université à une autre. Normalement « pp. » est employé dans les textes anglophones, non francophones où l’on préfère « p. ». Idem pour « dans » plutôt que « in » pour les ouvrages collectifs.

    Très important, les titres en anglais comportent des majuscules à tous les mots, sauf les prépositions et pronoms. Par exemple : « The Medieval Household in Christian Europe, Managing Power, Wealth and the Body » ; « Noble Family Clans and their Urban Distribution in Medieval Trogir » ; « Formation of Identity and Appearance of North Italian etc. »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *