Devenir carnetiers ? Premier retour d’expérience

Zilsel[Billet co-écrit par Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin (@ArSaintMartin)]

Nous avons créé et mis en ligne le Carnet Zilsel début novembre 2013. Il est encore trop tôt pour en tirer quelques leçons, mais comme Devenir historien nous invite gentiment à préciser notre business model, nous risquerons dans ce billet un début d’auto-analyse. Et quand nous disons « nous », cela renvoie d’abord à Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, coordinateurs du carnet (nous mettons les guillemets parce que les mots nous manquent pour qualifier ce rôle s’inventant au gré des mises à jour), et aussi aux collègues-amis qui contribuent régulièrement (confer l’équipe).

Paraître ou ne pas paraître, telle fut notre question

Première question, très directe : pourquoi Zilsel ? Pourquoi créer un nouveau carnet, un de plus ? Cette question, nous nous la sommes posé bien avant de proposer le projet à la plateforme de carnets de recherche administrée par l’équipe d’Hypothèses, et on imagine que n’importe quel chercheur-se qui souhaiterait contribuer se la pose. Notre expérience n’a donc rien d’exceptionnel, même si nos motivations sont peut-être spécifiques (quoique pas si évidentes à spécifier). Toujours est-il que c’est durant l’été 2013 — trêve académique, s’il en est — que l’idée a commencé à prendre corps. Un sentiment d’urgence nous animait. Il fallait le faire, tout simplement. La création d’une maison d’édition nous avait d’ailleurs déjà traversé l’esprit quelques années plus tôt, mais la raison (instrumentale-stratégique) nous avait alors rattrapés et le projet somnole dans un tiroir. Plus souple et sans doute moins risqué, le concept d’un carnet de recherche s’est peu à peu imposé comme une alternative excitante. Nous lisions déjà les carnets de collègues qui démontraient et démontrent toujours l’immense intérêt scientifique de l’activité « carnetière »1, il fallait seulement se jeter à l’eau. Après avoir choisi un visuel (assez cryptique, il faut avouer !), joué sur le rubriquage, activé notre politique éditoriale (confer notre « non manifeste », dans lequel nous présentons aussi notre totem épistémologique, Edgar Zilsel) et, cela va sans dire, après avoir reçu la confirmation d’inscription de l’équipe d’Hypothèses, le projet était prêt fin octobre.

C’est dans une certaine effervescence que nous l’avons enfin publié début novembre. Pour qui connaît WordPress, le moment où l’on clique sur « Publier » réserve toujours son lot d’émotions et d’incertitudes. C’était donc à la fois excitant et intimidant, et l’on se demandait comment nos premiers billets seraient reçus (à supposer déjà qu’ils le soient !). Nous avons créé en parallèle un compte Twitter (@CarnetZilsel, une centaine d’abonnés aujourd’hui) et tiré parti des annonces sur les réseaux du type Facebook, via nos pages personnelles. Nous avons découvert à cette occasion la communauté carnetière ultra-connectée, et nous essayons désormais d’y contribuer en qualité d’insiders. Comme les premiers retours ont été encourageants et que nous avons été vite pris au jeu (une fois ouvert, le débit doit être soutenu, faute de quoi le carnet dépérirait dans les limbes d’openedition.org/statistiques), la décision de publier chaque semaine a été prise, avec son lot d’accélérations, de révisions de dernière minute et de corrections ad hoc.

Voici pour les premiers pas. Nulle héroïsation narcissique ni auto-célébration dans ce récit abrégé de la découverte du dispositif « carnet », simplement la conscience grandissante des vertus intellectuelles de celui-ci. Qu’il nous faut maintenant préciser.

Deux ou trois choses (que nous sav[i]ons) sur les disciplines

La question disciplinaire n’est pas (plus) la nôtre. Plus exactement, nous savons très bien qu’elle surdétermine les réceptions des textes sur le Carnet que nous préférons la laisser de côté. Nous avons cheminé avec l’angoisse de l’assignation disciplinaire depuis très longtemps. En 2007, nous cosignions un texte dans feu la revue Carnets de bord en sciences humaines (un carnet qui donc en préfigurait un autre) intitulé « Un dilemme pratique : sociologie et histoire au prisme des STS2 ». Le Science & Technology Studies (que les happy few désignent sous l’acronyme STS ou le syntagme ultra raccourci de studies) ont la particularité d’être un espace interdisciplinaire : entre histoire, sociologie, philosophie et anthropologie des sciences, les tenants historiques du mouvement (David Bloor, Barry Barnes, Simon Schaffer…) ont œuvré pour maintenir une sorte de flou sur les enjeux disciplinaires qui accompagnaient leurs premiers travaux dans les années 70. L’un des exemples marquant est la trajectoire de Steve Shapin (que nous retraçons dans l’article paru dans Carnet de bord) : formé initialement à la génétique, il fait une thèse sur la société royale des sciences d’Edimbourg et se fait connaître par un livre devenu le bréviaire des STS, Léviathan et la pompe à air (paru initialement en 1985). Il n’a cessé, dans ses prises de positions épistémologiques comme dans les études de cas qu’il a menées par la suite, de défendre à la fois la puissance de la généralisation sociologique et l’intensification du recours aux sources archivistiques. Impossible en France, en tout cas, de prétendre à une telle position de carrefour. Les strictes délimitations universitaires et administratives ne se prêtent guère aux jeux des changements de pied disciplinaire. D’une certaine façon, cet article de 2007 a été, pour nous, la prise de conscience (un peu inquiète, avouons-le) que la référence disciplinaire, dans le domaine qui était le nôtre, devait être tranchée assez sévèrement : nous sommes, pour l’un (Jérôme) historien, pour l’autre (Arnaud) sociologue et nos intérêts s’étendent bien au-delà de ces seules disciplines (de la philosophie à l’anthropologie en passant par la linguistique et la psychologie)

Le carnet, dès lors, s’inscrit dans cette position ambiguë totalement assumée : nous parlons et écrivons depuis un point de vue située (l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, la philosophie…), ce qui n’interdit pas de jouer avec/sur des frontières dont nous connaissons la puissance, l’efficace et la performativité ordinaire. Ce qui est au cœur du projet du Carnet Zilsel, ce se sont les pratiques de connaissance, les opérations de savoir. Ces questions-là ne peuvent être abordées par un seul versant disciplinaire ; elles sont nécessairement couvertes par une multitude de questionnements venant de toutes les sciences humaines et sociales et d’autres espaces intellectuels encore. Ainsi, nous avons rendu compte récemment d’une anthologie de textes littéraires parlant de la science. Ce n’est pas parce que les auteurs de ce recueil sont des spécialistes de littérature que nous n’allions pas rendre compte d’un travail éditorial particulièrement éclairant pour l’histoire des rapports sciences-société.

Lucides sur l’importance du disciplinaire, nous cherchons donc à en explorer les limites, à mener quelques dépassements et à nous jouer de ce qui est habituellement (i.e. dans la vie non-numérique) à peine toléré.

Trouver un ton et du jeu

Dressés à respecter les codes de la publication mainstream, du moins tels qu’ils nous apparaissent aujourd’hui (notre expérience de la chose est certes encore en construction !), nous avons perçu au fur et à mesure qu’il est possible d’en jouer et/ou de les déjouer sur les « pages » toujours à créer d’un carnet. Il n’était pas question de répliquer les guides de bonnes pratiques éditoriales des revues auxquelles — seuls ou en tandem — nous proposons nos papiers académiques. Même si nous nous faisons un devoir de placer les références en notes de bas de page ou honorons tant faire se peut les règles de l’argumentation scientifique, il serait regrettable de ne pas maximiser les possibilités offertes par ce média finalement très plastique. Un carnet, c’est ce qu’on en fait, et à ce jeu-là il est clair que le Carnet Zilsel ressemble assez fidèlement au genre de science sociale que nous avons à cœur de pratiquer. Il serait très prétentieux de clamer haut et fort qu’il existe quelque chose comme un « style Zilsel », mais au moins nous accordons-nous sur quelques façons de travailler. Déjà, dans le ton, c’est relâché et souvent ouvertement ludique. Cela se joue autant sur le texte, les titres et les intertitres, que dans les illustrations et leurs légendes. Si les sujets sont sérieux et traités avec la rigueur qui convient, il n’est pas question de se pendre (trop) au sérieux. C’est aussi pour couper court à la routine des revues installées que nous prenons plaisir à livrer nos billets. Il faut souligner d’ailleurs qu’en coulisses nous sommes intraitables entre nous : de la même façon que nous pouvons être exigeants avec les travaux des autres qu’il nous arrive de commenter, nous le sommes aussi avec nous-mêmes et cela s’atteste dans des relectures impitoyables…

Un autre point important est que dans le Carnet Zilsel, nous assumons (enfin) d’énoncer nos préférences théoriques. Cela s’est lu dans les entretiens. Le seul choix de nos interlocuteurs/rices indique quelques options et orientations, et là encore donne le ton. De l’extérieur, ces choix pourraient sembler éclectiques. Entre un Yves Gingras et une Judith Butler (interview programmée mi-juin), la distance est en effet abyssale mais les textes que nous coproduisons à chaque entretien apportent de nouveaux éléments pour le genre de politique de la connaissance que nous prônons. Ces options positives croisent les recensions critiques que nous souhaitons sans concession. S’il est heureusement encore possible de faire paraître des comptes rendus défavorables dans des revues académiques, la rédaction sera toujours astreinte à une forme de bienséance et de convenance. Quand ils ont lieu, les échanges sont feutrés et courtois. Ces bonnes mœurs académiques ont certes la vertu de pacifier, mais à trop éviter les clashs théoriques et les contre-argumentations directes on court le risque de l’asthénie et la coexistence pépère. C’est pourquoi à l’occasion, c’est-à-dire lorsqu’il n’est plus d’autre choix que de monter au créneau, quoi qu’il en coûte, il est de bonne méthode de libérer la critique. Plutôt que de le laisser dans l’implicite et de s’égarer en faux-semblants, la stratégie consiste ici à cliver et à expliciter les raisons du clivage. Car, nous semble-t-il, on ne gagne rien à persévérer dans une forme d’atonie. Quand résonne avec trop d’insistance la petite et doucereuse musique de l’académisme poli, un coup de tuba strident a du bon.

La condition critique

Nous assumons ici la double exigence civique et éthique de notre engagement carnetier en prônant également une posture critique. Ce n’est pas la plus simple à tenir. D’abord la critique peut-être académiquement mal perçue : elle renvoie à des valeurs négatives de dépréciation et de mauvaise foi. Nous restons pourtant persuadés que la critique constitue le cœur de notre métier de chercheur. Nous nous l’appliquons à nous même, ce qui est d’ailleurs la moindre des choses. C’est peut-être un tropisme français mais il semble que la critique des textes, des thèses, des arguments soient prise assez souvent comme relevant de l’attaque personnelle. Or il n’en est rien pour nous : la critique, la critique constructive s’entend, la critique utile à la dynamique de recherche, cette critique donc vise avant tout les textes, le contenu des arguments, la façon de construire un concept, la restitution d’une étude de cas. Les textes, rien que les textes, dans la mesure du possible. La personne qui écrit n’est pas en cause pour elle-même, bien évidemment. Aux États-Unis ou au Canada, ce que nous venons de dire est une évidence. Des chercheurs totalement opposés sur le plan théorique peuvent entretenir, par ailleurs, des rapports amicaux ou cordiaux. Nous tenons cette pratique pour salutaire. La critique est en effet la condition de notre pratique de recherche. Nous avons tous fait l’expérience d’un texte soumis à une revue, sur lequel des critiques pertinentes ont été posées et qui, par la suite, en est sorti bien meilleur. Pourquoi cette manière de faire, lorsqu’elle est anonymisée, serait acceptable et ne le serait plus dès que les noms ne sont plus gommés ? La critique, lorsqu’elle est ajustée, est, de plus, un instrument de cohérence collective de la pratique scientifique : celui qui critique peut (et doit !), lorsqu’il publie, être critiqué. Ajoutons un argument qui n’a pas été très souvent souligné, mais qui nous semble crucial pour endosser la condition critique : Bernard Lahire, dans l’introduction de son livre L’homme pluriel, écrivait qu’il se trouvait lui-même « partagé, divisé » en tant qu’auteur et que « les critiques qu’il peut adresser à d’autres auteurs sont en grande partie adressées à lui-même et que, par celles-ci, il cherche autant à se convaincre qu’à convaincre ses lecteurs (…). Plus généralement, poursuivait le sociologue, on argumente et critique d’autant mieux qu’on a intériorisé les raisonnements tenus et déployés par d’autres, dans toute leur complexité et sans caricature »3. On ne saurait mieux dire. La critique est d’abord une affaire d’empathie épistémologique.

Politique des onglets : sur les catégories des billets

Dans notre carnet, les subdivisions en onglets et la distribution des textes selon ces catégories ressortissent d’une double problématique : d’une part, nous avons pesé et mesuré tous les enjeux d’un étiquetage qui pourrait être un retour à des académismes pesants, d’autre part nous nous sommes laissés porter par une logique incrémentale qui nous poussait à forger des référencements inédits au gré des actualisations. Il était assez évident, dès le départ, que la catégorie « Recensions » serait fournie. Lire constitue (ou devrait constituer) le fondement même de l’activité de chercheur. Rendre compte de ce qu’on lit est donc une activité pivot du Carnet Zilsel. Les « articles » sont plus spécialement des textes de recherche qui, par leur forme, leur ton, leur structure, ne peuvent trouver de place dans une revue académique. La rubrique « Oldies but goodies » fut la première créée : c’est une de nos marottes personnelles, nous pensons que beaucoup de (bonnes) choses ont été écrites et ont été oubliées (ou n’ont pas eu la publicisation qu’elles méritaient). Sans nostalgie, nous essayons donc d’évoquer ces travaux ignorés, de les connecter aux recherches les plus récentes, de mener ce travail d’archéologie de l’oubli que la quête perpétuelle d’innovation (plus ou moins maîtrisée) propre à nos champs de recherche (en STS en particulier) rend plus difficile. La rubrique « À contre science studies » a une double origine. En 2012, Dominique Pestre a publié un ouvrage intitulé À contre science, dans lequel il revenait notamment sur la place des sciences dans la société contemporaine en notant l’importance des formes de contestation (ou de discussion) nouvelles. Nous avons pris au mot cette possibilité de réévaluer le discours tenu par les autorités STS en posant un regard critique (et historiquement informé) sur les effervescences actuelles du champ. La catégorie « Colloque Advisor » est une mise au banc d’essai des colloques auxquels nous assistons ou participons. Nous contribuons à de nombreux colloques, nous avons tous eu des impressions enthousiastes, mitigées ou désastreuses de certains de ces évènements scientifiques. L’idée nous est donc venue de faire des comptes rendus argumentés de ces rites universitaires, en tâchant à chaque fois d’en produire une interprétation inattendue. Dans ces restitutions comme dans les autres rubriques, l’idée est de généraliser sur la base d’une expérience de recherche singulière. On peut citer également la subdivision « Séminaires » est une tentative de rendre compte des activités du laboratoire qui nous accueille, le Printemps (CNRS, UVSQ), ce qui n’est pas si évident puisque ces activités restent en général intramuros. Là aussi, la stratégie consiste à publiciser les résultats souvent provisoires et les discussions parfois mouvementées, pour vraiment prendre au mot le slogan toujours à la mode de « la science en action ».

Enfin, il faut dire un mot sur les entretiens. C’est notre péché mignon, une des raisons d’être du carnet. Nous avons publié trois (Yves Gingas et Francis Chateauraynaud, Simon Schaffer) et d’autres sont en cours d’édition/réalisation (Diane Vaughan, Judith Butler…). Nous avons déjà souligné que le carnet est un espace d’expression critique (en un sens très précis, nous insistons) ; c’est aussi l’occasion de donner la parole à des chercheurs que nous estimons et avec qui nous travaillons (ou aimerions travailler). Assez longs, ces entretiens livrent des expériences de recherche et proposent des mises en perspective de problématiques qui nous semblent fondamentales : logiques de déploiement des carrières intellectuelles, positionnements scientifiques, réflexivité, rôle de la critique, prises de position, historiographie des SHS, etc. Cela demande un peu de travail, puisqu’il faut lire et relire, préparer les questions, réaliser l’entretien, parfois très loin, puis fabriquer le texte qui paraîtra sur le carnet. Avec le temps nous commençons à rôder une petite routine mais chaque entretien est particulier. Nous ne transcrivons d’ailleurs pas tel quel, l’enjeu est bien plutôt de coproduire un texte dans lequel l’interviewé(e) puisse entièrement se reconnaître : des allers-retours ont donc lieu jusqu’à ce que tout le monde soit satisfait du résultat. Nous sommes assez contents des résultats, et encouragés par les retours des lecteurs. On notera aussi que l’un des entretiens a été repris dans une revue papier, Savoir/agir ((Voir le lien : http://www.savoir-agir.org/IMG/pdf/SA27-GE-YvesGingras.pdf)) (dont les thématiques privilégiées ne recoupent pas nécessairement celles du Carnet Zilsel), ce qui atteste l’intérêt « généraliste » de nos publications et leur capacité de transcender leur site d’origine. Notons en plus l’idée de publier des billets intégrant une recension et une micro-interview. Deux billets de ce format sont en préparation (livres récemment parus de Stéphane Van Damme et de Razmig Keucheyan) et cela promet de nouveaux développements.

Pour ne pas conclure (et pour cause, ça ne fait que commencer !) : publier/publiciser, un impératif moral et politique

Nous maintenons un flux (relativement) constant sur le Carnet de recherche (une fois par semaine) pour des raisons morales et politiques. Nous considérons qu’ayant la chance de faire un travail payé par le contribuable, nous nous devons à une certaine forme de publicisation régulière qui ne soit pas cantonnées aux revues académiques (même si cet impératif est également crucial). Nous savons très bien que le Carnet ne peut pas toucher un public élargi : les thématiques que nous abordons ne rencontrent pas (toujours) les préoccupations multiples de tout un chacun. Cependant, nous nous faisons un devoir (le mot n’est pas trop fort) de publier nos recherches régulièrement et sur un support gratuitement accessible parce qu’il y, sous-jacent, une absolue nécessité de rendre ce que la communauté civique nous a donné (nos salaires et le temps de nous consacré à des activités de recherche). Pierre Bourdieu a écrit de très belles pages, dans les Méditations pascaliennes, sur la skolé, ce « temps libre et libéré des urgences du monde qui rend possible un rapport libre et libéré à ces urgences, et au monde »4. Si nous avons la possibilité – par le contrat social noué avec la société- de nous interroger sur ce que sont les savoirs, sur leur inscription dans le temps, sur les formes sociales de leurs productions et de leurs usages, nous devons, en retour, rendre compte le plus régulièrement possible de ce que nous faisons. Le carnet de recherche, c’est d’une certaine manière, le prix juste que nous payons à l’impératif moral et politique de la condition de chercheur. Et il nous appartient de le faire vivre encore, en observant le cahier des charges dantesque que nous nous sommes auto-fixé. Chiche !

  1. Nous pensons notamment au carnet « Socio-informatique et argumentation » du Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive de l’EHESS. Comme l’un d’entre nous (Arnaud) s’occupe déjà (avec son collègue François Théron) du carnet de recherche de son laboratoire, le carnet du Printemps, ce n’était certes pas un saut dans l’inconnu. []
  2. L’article est en accès libre à la page : http://www.unige.ch/ses/socio/carnets-de-bord/revue/article.php?NoArt=146&num=14 []
  3. Bernard Lahire, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 2001, p. 12. []
  4. Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil, 1997, p. 10 []

3 réflexions au sujet de « Devenir carnetiers ? Premier retour d’expérience »

  1. Ping : Des pixels et du grammage. Mutations d’un projet éditorial | Zilsel

  2. Ping : Bibliographie sur le blogging | CCN

  3. Ping : [Ping] Isidore et Ganesh

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *