Pars en thèse !

billet co-écrit par Nicolas Simon & Quentin Verreycken

Don’t play for real until it gets real – ParenThèses est un carnet de recherches écrit à quatre mains que nous avons ouvert en septembre 2014, au moment de la rentrée académique. C’est dire s’il est jeune (à peine six mois au moment où nous écrivons ces lignes). Cela faisait un moment que nous étions séduits par les possibilités offertes par le blogging scientifique et la plateforme Hypothèses comme outil de communication pour le thésard. En tant que doctorants en histoire du droit et des institutions (ou HDI), nous avions conscience d’appartenir à une discipline pas toujours considérée comme particulièrement sexy dans le monde académique, malgré des initiatives louables telles que l’incontournable site Criminocorpus qui ont montré à quel point l’outil numérique et l’HDI peuvent faire bon ménage. À notre petit niveau, un carnet de recherches nous semblait également un bon moyen de valoriser notre discipline, en même temps qu’une occasion de poser un certain nombre de réflexions sur notre pratique d’historiens et nos objets d’études. D’autant que nous sommes actuellement peu de doctorants, en Belgique, à travailler sur les institutions d’Ancien Régime.

Parentheses_capt_01-04-2014Alors, pourquoi « ParenThèses » ? D’abord, parce que nous adorons les jeux de mots douteux. Ensuite parce que le terme renvoie au double objectif du carnet d’être, d’une part, un laboratoire méthodologique pour nos recherches doctorales, et, d’autre part, un temps de récréation, une parenthèse réflexive dans nos vies de doctorants. La multiplication des témoignages relatifs au « parcours du combattant » que représente la thèse de doctorat souligne le besoin, pour le jeune chercheur, d’exprimer ses sentiments à l’égard de son parcours. Sans tomber dans le nombrilisme du skyblog, le carnet de recherches peut constituer l’une de ces formes d’extériorisation du vécu du doctorant, et offre l’opportunité de se creuser les méninges sur ce que signifie, précisément, être doctorant.

« Un commencement est un moment d’une délicatesse extrême »

Inutile de dire qu’avant d’ouvrir le carnet ParenThèses, nous avons un peu brainstormé sans mettre le couvercle sur le blender…

L’un de nos premiers sujets de discussion fut bien entendu le temps que nous voulions consacrer au carnet. Car même si nous avons conçu ParenThèses comme un lieu de réflexion sur la thèse, il ne s’agissait évidemment pas que l’activité de carnetier vienne empiéter sur nos recherches. Pour offrir un rythme régulier de mise en ligne de billets qui pour autant ne nous condamne pas à dire adieu à toute vie sociale, la publication en alternance d’un billet toutes les semaines (dans un premier temps) puis toutes les deux semaines (une fois que le carnet avait commencé à un peu se remplir) nous a semblé le meilleur compromis.

Deuxième sujet de discussion : de quoi parler dans les billets ? De la thèse, bien sûr, ainsi que de la vie de thésard. Mais comment ? Et puis, il était évident que nous ne pourrions proposer des articles focalisés exclusivement sur nos sujets de thèse sans risquer d’être rébarbatifs et/ou répétitifs. Pourquoi ne pas également se livrer à un peu de veille scientifique, à rédiger quelques notes de lecture, voire à s’aventurer en dehors de nos zones de confort en discutant de sujets dont nous ne sommes pas spécialistes ? La possibilité offerte par WordPress d’organiser le carnet en rubriques nous a permis de dégager une série de thématiques récurrentes sur lesquelles nous reviendrions dans nos billets. Ainsi, la rubrique « Thèsemoignages » traite de la vie du thésard et de l’expérience quotidienne de l’habitus académique, tandis que la rubrique « Hors-champs » nous permet notamment de publier des petites réflexions sur les représentations des institutions à l’écran (cinéma et télévision). Afin de promouvoir la recherche, mais également à nouveau pour éviter de tomber dans le piège d’un carnet trop autocentré, nous avons rapidement convenu d’une rubrique « Rencontres », regroupant des interviews de jeunes chercheurs en thèse ou au contraire de professeurs confirmés.

Troisième débat important : le niveau de langage. Nous y reviendrons dans quelques lignes, mais nous tenions à ce que ParenThèses soit pour nous une sorte de soupape de sécurité sur le plan rédactionnel : à côté de publications adoptant rigoureusement le langage scientifique, le carnet de recherches devait être l’occasion de se lâcher un peu, en adoptant un style moins aseptisé, plus décontracté que celui auquel la recherche nous a habitués. Recourir à un peu d’humour ou à des références culturelles générationnelles, dans un carnet consacré à l’histoire du droit et des institutions, c’est également l’occasion de montrer que l’on peut rire avec cette discipline, et que son praticien n’est pas « un nimbus en puissance traitant d’une matière qu’il est le seul à maîtriser ».1

Why the hell a blog ? Des bienfaits du carnet dans le parcours de chercheur

A l’heure actuelle, nous tâchons de publier en moyenne chacun un article mensuel. Certains textes sont individuels et d’autres sont signés de nos deux noms sous le pseudonyme de « Simon Verreycken ». Il est évidemment bien trop tôt pour nous de tirer le bilan de notre activité carnetière, mais au départ de notre propre expérience nous pouvons déjà mettre en avant quelques incitants à se lancer dans une telle aventure.

Exprimer ses doutes et les quelques premières vérités que l’on croit détenir

La vie de doctorants n’autorise pas spécialement à diffuser ses recherches. Certes, il y a bien la possibilité de participer à des colloques, des séminaires, et de publier dans telle ou telle revue. Mais il faut reconnaître que l’attention/la tension se porte prioritairement sur cette chose bizarre et un peu énergivore qu’est la thèse. Le carnet permet une certaine échappée tout en autorisant à mettre en avant un travail en train de se faire. Publier un billet sur un carnet n’est et ne sera jamais similaire à un article publié dans une revue peer (pire ?) reviewed. Toutefois, pour des jeunes doctorants qui disposent de quelques résultats de recherches, il ne faut sans doute pas évacuer la question d’un revers de main. En fait, ouvrir un carnet de recherches permet, voire oblige, à structurer sa pensée, à réfléchir sur des thématiques qui se retrouveront normalement dans la thèse, etc. Le temps « perdu » à s’occuper du carnet n’est sans doute perdu qu’à moitié. On ne dira pas que des chapitres entiers de la thèse pourront être plus facilement rédigés parce qu’un billet aura été publié sur ParenThèses. Ce serait trop beau… Il ne faut cependant pas croire que les lectures effectuées pour la rédaction d’un billet n’auront pas permis d’avancer concrètement sur un secteur (in)directement lié à nos thèses respectives.

Écrire, encore écrire, toujours écrire

Entre participer à des colloques et se focaliser sur la thèse, il n’est pas évident de pouvoir trouver des moments exclusivement consacrés à la rédaction d’un article, d’un chapitre de thèse, etc. Ou du moins, il faut constamment se remettre dans des conditions particulières, retrouver un rythme de rédaction, etc. Avouons-le, ce n’est pas toujours évident (sans compter qu’on a souvent de bonnes raisons pour procrastiner). C’est là que le carnet devient intéressant. En effet, il nous a fallu rapidement développer des capacités de rédaction. Cela ne revient naturellement pas à parler d’écriture automatique. Il s’agit davantage de prendre le pli de se mettre devant son ordinateur après la lecture d’un ouvrage ou la participation à un workshop et de commencer à écrire un compte-rendu ou à développer des idées en lien avec nos propres recherches. C’est d’abord déstabilisant et ensuite cela devient presque addictif. Page blanche ! Page blanche ! Jamais, ô grand jamais tu ne me hanteras…

Recourir au métalangage du Net

Ce qui nous semble important dans l’utilisation d’un carnet de recherches reste le fait qu’il s’agit d’un support particulier. Il autorise des usages différents de ceux auxquels le discours académique argumenté nous habitue2 . Le recours à une sorte de métalangage (via les liens hypertextes) dans les billets offre la possibilité de « dérider » les thématiques parfois austères que nous abordons. L’usage d’un blog requiert (ou du moins autorise) presque « par essence »3 le recours à ce métalangage : insertion d’images, liens vers vidéos, articles, etc. Pour autant il faut bien faire la part des choses et ne pas user de ce genre d’humour pour nos présentations en colloque, par exemple. Le public dans un auditoire n’a pas les mêmes réactions qu’un lecteur devant son écran d’ordinateur. Le carnet renvoie à un certain didactisme, à une spontanéité et à une accessibilité dont on doit tirer profit sans se compromettre. S’il y a du sérieux dans le contenu, il y peut donc y avoir quelques légèretés quant à la forme…

Tu networkerais pas un peu, toi ?

En ouvrant un carnet sur Hypothèses nous espérions contribuer modestement à rendre un peu plus sexy nos sujets de recherches. Force est de constater que les choses ont été et vont toujours très (très) vite. Au départ, nous avions opté pour la publication de deux billets séparés afin d’introduire et présenter nos sujets de thèses respectifs. Dès la publication du billet de Quentin (Quoi, t’es médiéviste et tu travailles même pas sur les chevaliers ?), les gestionnaires d’Hypothèses nous ont informés qu’ils le « mettraient en avant ». En bref, ils le placeraient sur « l’hyposlide » soit le diaporama d’articles sur la page d’accueil d’Hypothèses. C’était quelque peu inattendu dans la mesure nous n’avions pas vraiment eu le temps de nous rôder à la gestion du carnet (on avait publié moins de cinq billets), que nous étions nouveaux sur la plateforme… et, partant, que nous n’avions pas encore « fait nos preuves ». Ce coup de pouce était certes louable et bienveillant, mais il est resté incontrôlable. Ceci assure naturellement une certaine visibilité au carnet (ne nous voilons pas la face)… mais au bout de quinze jours, se retrouver sur la page d’accueil d’Hypothèses, c’était extrêmement rapide.

Cette absence de maîtrise dans la diffusion à « grande échelle » des billets a toutefois un avantage sérieux : permettre d’entrer en contact avec d’autres chercheurs/carnetiers. Outre la diffusion via nos comptes Facebook respectifs, l’arrivée sur Twitter en janvier 2015 – via des comptes personnels et non par la biais d’un compte lié au carnet – a notamment permis d’entrer en contact avec Emilien Ruiz, qui nous a proposé de présenter notre carnet sur « Devenir historien.ne »… Le présent billet n’est, en réalité, rien d’autre que la matérialisation – si on peut dire – des rencontres possibles.

Il faut se lever !

Alors, est-ce que le monde se divise en deux catégories ? Les carnetiers et puis les autres ? Assurément non. La réalité de jeunes chercheurs qui tiennent un carnet de recherches est néanmoins particulière : diffusion d’idées et de projets de recherches, compte-rendu d’avancée dans sa maturation intellectuelle, etc. Le carnet devient une sorte de laboratoire aux portes grandes ouvertes en même temps qu’un véritable espace réflexif. Il s’agit sans doute d’un truisme, mais il est évident que les quelques contacts qu’on a déjà pu nouer sont bien plus que ceux qu’on aurait eus si nous n’avions pas ouvert le carnet. C’est un jeu qui n’est donc pas à somme nulle. Nous n’allons toutefois pas professer d’incantations à la manière de gourous désireux de convertir la terre entière. Selon nous, comme chercheur, on ne peut toutefois plus faire comme si le blogging scientifique n’existait pas. La pratique se répand et cela est sans doute une raison de se réjouir. En ce qui nous concerne, nous étions tout simplement trop jeunes que pour ne pas prendre ce train-là en marche…

  1. Propos tenu par Philippe Mettens, président de BELSPO, lors d’une interview (24/02/2015) qu’a dû effectuer Nicolas pour l’asbl Objectif Recherche qui sortira prochainement un nouveau numéro de son magazine consacré à la recherche en transition en Belgique []
  2. Yvan Jablonka est d’ailleurs hyper critique face au discours scientifique ou du moins tel qu’il est valorisé actuellement : « L’écriture est devenue le tourment de l’histoire, qui doit effectuer sur elle-même un perpétuel effort de contrainte. Écrire, mais le moins possible. Utiliser des mots, mais insonores ; un plan, mais mécanique ; se rendre insignifiant, couleur muraille ». Cf. Jablonka Yvan, L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Le Seuil, 2014, p. 95 []
  3. Bientôt il faudra indiquer « copyright J-P Tremblay aka Carnet Zilsel » pour pouvoir utiliser cette expression… []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *