« Mais par quoi vais-je bien pouvoir commencer ? »

Tandis que l’idée d’un sujet de recherche original a commencé à germer pendant l’été, et que se profile l’inscription en master, une question existentielle vient souvent jouer les trouble-fête : « mais par quoi vais-je bien pouvoir commencer ? »

Bien entendu, la première chose à faire consiste à prendre rendez-vous avec son directeur ou sa directrice de recherche pour discuter du projet. Mais l’idéal, quand c’est possible, consiste à ne pas arriver les mains vides… L’objectif de ce billet est de fournir quelques conseils à celles et ceux qui se demandent par où commencer leur recherche. Il est basé, en partie, sur des exercices donnés l’an dernier au cours du premier semestre du séminaire de méthodologie.

Commencez par les dictionnaires !

Les dictionnaires sont des outils incontournables, quel que soit le niveau d’avancement d’une recherche. C’est une étape qui est trop souvent négligée alors que cet exercice est excellent moyen d’amorcer une réflexion sur un sujet. Usuels (Robert ou Larousse) et encyclopédies généralistes (comme Universalis ou Wikipedia), mais surtout dictionnaires spécialisés :

Commencez donc par identifier ceux qui vous seront utiles en fonction de vos centres d’intérêt.  « Ceux » et non « celui » : la distinction est importante car il ne s’agit pas de définir un terme une fois pour toute, mais de prendre conscience de la variété des définitions possibles d’un même phénomène et d’élaborer, en recoupant différentes sources, des définitions provisoires qui vous permettront de commencer à travailler.

Constituez ainsi des fiches pour l’ensemble des termes de votre sujet, des concepts que vous envisagez d’utiliser et des individus que vous pourrez rencontrer au fur et à mesure de la recherche.

Élaborez une bibliographie de travail…

Commencez, dès le début de la recherche, par recenser l’ensemble des travaux qui vous semblent utiles a priori pour la mener à bien. Pour cela, vous disposez de nombreux outils de recherches en ligne, de bibliographies thématiques et des appareils critiques (notes de bas de pages et bibliographie) de vos lectures.

Une bibliographie de travail vous permettra de commencer à prendre connaissance de l’historiographie du sujet et de mettre en place un programme de lecture. Pour cette seconde étape, je vous conseille faire, dès que possible, un premier sondage de l’ensemble des titres identifiés (introductions, conclusions, tables des matières et comptes rendus des ouvrages ; résumés des articles). Vous pourrez ainsi vous assurer que les contenus correspondent bien aux titres repérés et procéder à une première sélection les lectures prioritaires.

Une bonne solution consistera à faire une fiche par titre, idéalement avec Zotero, en notant tout ce qui vous semble utile (au minimum : thèmes abordés d’après la table des matières, thèse(s) de l’auteur d’après l’introduction et la conclusion, type de sources utilisées, lieux de conservation et date de première consultation). Vous compléterez ensuite ces fiches suite aux lectures approfondies – tout comme vous agrémenterez la bibliographie au fil de vos découvertes…

…et procédez à une première prospection de sources.

Il est très important, dès le début de la recherche, de procéder à une première prospection afin d’identifier les sources potentielles de la recherche. Ici encore, il ne s’agit pas d’établir une liste définitive, mais de commencer à vous assurer de la faisabilité de la recherche envisagée.

Commencez par identifier le ou les centres où se trouvent des sources qui pourraient vous être utiles pour mener à bien votre recherche ; repérez ensuite le ou les types de sources qui s’y trouvent, et qui devraient vous être utiles. Vous disposez, ici encore, de nombreux instruments de recherche en ligne (voir, par exemple, ceux que proposent les Archives nationales) et vous trouverez des indications précieuses au fil de vos lectures, en étudiant attentivement les appareils critiques. (Et si vous vous demandez ce que peut bien être une « source »… continuez à lire ce carnet car un prochain billet fera le point sur la question.)

Tenez un carnet de bord, et révisez votre projet de recherche

Quel que soit le chemin que vous déciderez d’emprunter pour commencer votre recherche (ce qui précède ne constitue qu’une piste possible parmi d’autres…), tenir un « carnet de bord » pourra vous être très utile. Quelle qu’en soit la forme, il doit vous permettre de faire régulièrement le point du l’avancement de vos travaux.

L’exercice pourra vous sembler inutile et fastidieux les premières semaines, mais vous changerez probablement d’avis lorsque, au bout de quelques mois, vous pourrez vous y référer afin de comprendre pourquoi diable vous vous êtes lancé dans le dépouillement de telle série d’archive ou dans la lecture des œuvres complètes de tel auteur…

Dans un même ordre d’idée, ces premières étapes doivent vous conduire, au fil de vos lectures, à revoir votre projet de recherche, à le reprendre, le réécrire et, surtout, le repenser. Et si vous vous demandez à quoi cela pourrait vous servir… je vous encourage à lire un précédant billet intitulé « Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ?« 

Enfin, vous pouvez lire régulièrement La boîte à outils des historiens où vous trouverez, notamment, les conseils de Franziska Heimburger pour bien commencer l’année, en prenant de bonnes habitudes

*

Et vous ? Par quoi avez-vous commencé ? Faites-nous partager votre expérience en commentaires…

Crédits images d’en-tête : By User:Stannered via Wikimedia Commons


12 réflexions au sujet de « « Mais par quoi vais-je bien pouvoir commencer ? » »

  1. Ping : Se former aux logiciels de bibliographie

  2. Ping : [Ping] De l’importance des bibliographies | ilozen

  3. houmed

    j’aimerai que vous m’aidiez à trouver un sujet pour mon master pour l’année 2014/2015.J’ai l’intention de préparer un master en histoire contemporaine. j arrive pas à trouver un thème important a étudier à djibouti.excuse moi mais j sais que c’est une question banale de ma part.C’est pas la méthode se recherche qui me préoccupe mais trouver un thème.
    Deuxièmement, j ai toujours voulu etre un archiviste mais est ce que l’archive fait parti de master en recherche je l’ingnore aidez moi s’il vous plait

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour. Si vous n’avez vraiment aucune idée de sujet de recherche, l’idéal est d’aller en discuter avec les enseignants-chercheurs de votre université. Le mieux serait toutefois de réfléchir à une thématique ou une période que vous préféreriez étudier… Concernant votre deuxième question, je ne connais pas le système universitaire djiboutien. En France il existe des master professionnels « histoire et archives » par exemple, mais l’essentiel de l’offre de formation est spécialisée, soit en histoire, soit « en archives ». Bonne continuation

      Répondre
  4. KOUA didier

    Bonjour je suis présentement en train de consituter mon oddsier pour une demande d »admission préalable en master 2 à l’université de paris la sorbonne.
    J’ai un article de recherche de 5 pages avec bibligraphie récente sur un thème internationale à joindre dans mon dossier.Je voudrais vous soumettre le thène que j’ai choisi pour que vous me dites ce que vous en pensez…
    Thème: Les fluctuations des devises monétaires, facteur de developpement inter-étatiques.
    Etant donné que j’ai jamais rédigé auparavant d’article de recherche j’aimerais que vous me donniez des indications pour la bonne tenue de ma rédaction.

    Merci

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour,
      Vous trouverez toutes les indications utiles à la rédaction de votre projet dans le billet qui y a été consacré ici même : « Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ? » http://devhist.hypotheses.org/238 – En ce qui concerne la forme et le contenu des notes et de la bibliographie, je vous invite à lire les billets que vous trouverez dans la catégorie « Bibliographie » : http://devhist.hypotheses.org/category/ecritures/bibliographie
      Bonne continuation,
      E.R.

      Répondre
  5. Adl Booh

    Bonjour,
    titulaire d’une licence en information documentaire,;je voudrai amorcer un master 1 en information documentaire en formation à distance, et je voudrais vraiment profiter de vos conseils pour y arriver.Je pense m’inscrire pour le compte de l’année académique 2013/2014.Donc je pense disposer encore d’un peu de temps pour me préparer.

    Répondre
  6. Yann Cantin

    Pour ma part, je prépare une thèse sur les sourds-muets de la Belle Epoque, je plonge dans un sujet de recherche très peu exploré. Ainsi, il m’est difficile de faire une bibliographie. C’est pourquoi, je recommande d’abord de s’approprier le climat culturel, social, politique de l’époque et de comparer avec les évolutions du sujet d’étude.

    Pour cela, j’ai mis en place un schéma visuel, une sorte d’organigramme chronologique où je peux visualiser si cela correspond ou pas avec les faits, et donc de le faire évoluer.Mais, comme je suis en seconde année de thèse, c’est encore loin d’être au point 🙂

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      L’idée de schéma visuel pour la chronologie me semble très intéressante… C’est une question que nous avions brièvement abordée dans le cadre de la formation aux outils informatiques, plutôt du côté des cartes heuristiques (du mindmapping). Celles et ceux que cela intéresse pourront se reporter au billet de Franziska : »Comment organiser ses idées » sur La boîte à outils des historiens

      Je suis bien conscient de la difficulté qu’il y a construire une bibliographie lorsque le sujet a été très peu défriché. (Je n’ai pas trop développé ce point car un prochain billet sera intégralement consacré à la bibliographie.) Ceci dit, une bibliographie de travail ne doit pas être uniquement consacrée aux ouvrages ne traitant que de l’objet précis qui est étudié.
      Il faut y inclure tout ce qui pourrait potentiellement nous aider : des grandes synthèses sur la ou les périodes étudiées aux ouvrages méthodologiques, en passant par les recherches traitant du même objet sous un angle différent, pour une autre période ou un espace alternatif, etc. Il y a toujours de quoi faire…

      Répondre
      1. Yann Cantin

        J’ai oublié un second élément. Comme je travaille sur une petite communauté, avec des personnages assez éminents. Le vrai problème est de savoir si ces personnes se sont rencontrés ou se sont inluencés ou pas. Comme l’Histoire a un défaut typique d’aligner les noms et les dates sans liens entre eux, à moins de faire des pages d’explications, j’ai donc utilisé un logiciel sur MAC : Timeline 3D qui est un logiciel de création de fresque chronologique. Ce logiciel m’aide énormément à visualiser la longuevité des personnes, et donc de leur place dans l’histoire, s’il est éphémère ou pas etc…

        Ce logiciel est simple, mais qui peut vraiment aider ceux qui démarrent les recherches, afin de situer les personnages et les événements dans le temps, sans replonger dans d’épais livres, en un coup d’oeil. http://www.beedocs.com/ C’est pas donné, mais, je l’ai eu à une promotion. Si quelqu’un en connaît d’équivalent, gratuit, foncez !

        Répondre
  7. Stéphanie Messal

    Par quoi ai-je commencé ? Très bonne question !

    D’abord, j’ai commencé à me demander pourquoi je voulais entamer une thèse à 34 ans. Mais la réponse a été spontanée : les expériences vécues ont apporté interrogation et réflexion à ma vie. Arrive le temps où j’ai eu besoin de mettre en place ces réflexions.

    1. J’ai rédigé un texte sur le thème de ma recherche.
    2. J’ai fait une recherche bibliographique pour savoir ce qui avait déjà été fait à ce sujet et pour lister les ouvrages qui seraient nécessaires à ma recherche.
    3. J’ai commencé à lire quelques ouvrages.
    4. J’ai été dans une Ecole d’Architecture (je suis architecte à la base) pour rencontrer un chercheur mais il m’a dit que mon sujet était philosophique et que je me trompais complètement.
    5. Du coup, j’ai été voir le secrétariat de l’Ecole Doctorale. Là, les secrétaires m’ont orientée vers les laboratoires de sociologie et d’anthropologie.
    6. En sociologie, on m’a envoyée en anthropologie.
    7. En anthropologie, j’ai rencontré le directeur du laboratoire puis mon futur directeur de recherche qui m’a dit : « Votre sujet est intéressant mais beaucoup, beaucoup trop vaste pour une thèse. 3 ans seraient bien trop court pour mener à bien votre recherche. Dans ce que vous avez écrit, 3 thèmes ressortent. Choisissez-en un et surtout trouvez un terrain d’enquête. A ce moment-là, vous serez prête pour démarrer votre thèse. »

    J’ai suivi ses conseils, et normalement si tout va bien, je soutiens en 2012.

    Quant au carnet de recherche… J’en suis à mon 4ème cahier ah ah ah ! Le conseil de mon directeur de thèse est de faire des fiches par thème à chaque fois que je reviens de mon terrain. Cela me permettra de gagner du temps au moment de la rédaction. Je n’aurai pas besoin de tourner toutes les pages de mes cahiers pour trouver l’information nécessaire. Il me suffira de choisir les fiches au thème approprié.

    J’espère que cela vous aura apporté un petit plus pour vos futures recherches ! ;^)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *