Quelques questions à Christophe Prochasson

Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, Christophe Prochasson est historien de la France contemporaine. Ses travaux portent sur l’histoire politique, l’histoire des intellectuels et l’histoire de la Grande Guerre. Il dirige les éditions de l’EHESS depuis 2007.

Parmi ses publications récentes figurent La gauche est-elle morale, qui a paru aux éditions Flammarion en 2010 ; L’Empire des émotions. Les Historiens dans la mêlée, publié aux éditions Demopolis en 2008 ou encore Sortir de la Grande Guerre. Le monde et l’après 1918 (co-dirigé avec Stéphane Audoin-Rouzeau), édité par Tallandier en 2008.

Pour plus d’informations, voir sa page sur le site du Centre de recherches historiques ou sur celui de l’EHESS.

>

– Pourquoi êtes-vous devenu historien ?

Je ne suis pas devenu historien par vocation. L’histoire s’est imposé à moi un peu comme une nécessité intellectuelle liée à un engagement politique et, plus largement, à une volonté de comprendre le monde dans lequel je vivais. Je me suis vite pris au jeu. J’ai trouvé chez les historiens qui furent mes maîtres tout à la fois de vastes cultures, une ouverture d’esprit et une humilité intellectuelle qui les poussait à ne point inventer le réel comme le font parfois les philosophes ou d’autres sciences sociales. Tous les historiens ne sont pas de cette veine. Mais ceux qui m’ont fait historien étaient taillés dans ce bois.

 – Quel est le principal objet de vos recherches actuelles ?

J’achève actuellement une étude sur l’historien François Furet. Cette recherche croise plusieurs des préoccupations qui ont toujours été miennes : l’histoire des intellectuels, l’histoire de l’histoire et des sciences sociales, l’histoire de la gauche. J’étais aussi intrigué par la haine que suscite Furet dans une partie de la gauche française. Je partageais moi-même, avant de l’étudier, beaucoup de préjugés très négatifs sur l’œuvre de Furet. Très normalement, le travail a conduit a révisé ces premières idées.

 – Quels sont, d’après vous, les trois titres incontournables de la bibliothèque de l’historien-ne ?

Il est impossible de répondre à une telle question en ces termes. Je possède dans ma bibliothèque des dizaines de titres qui me paraissent tous indispensables parce qu’ils m’ont tous apporté quelque chose de fondamental. Tous d’ailleurs ne sont pas des livres d’histoire ! A mes yeux, les moins incontournables sont les manuels dont l’industrie gangrène toute la production historiographique. Les incontournables sont les livres qui contiennent des idées fortes et sont écrits avec rigueur et élégance. Comme je dirige les éditions de l’EHESS, je m’en tiendrai à la remarquable production de notre maison…

– Quelles sont, selon vous, les principales qualités requises pour devenir un-e bon-ne historien-ne ?

La première des qualités est la curiosité et ce qu’elle draine : l’ouverture d’esprit, le rejet du sectarisme, la culture générale.

La seconde est l’écriture. Je ne parle pas d’afféterie ni de cuistrerie mais de la capacité à manier avec élégance une langue charpentée et précise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *