Quelques questions à Claire Lemercier

Claire LemercierClaire Lemercier est chargée de recherche au CNRS, au Centre de sociologie des organisations, après avoir travaillé à l'Institut d'histoire moderne et contemporaine. Surtout spécialiste du XIXe siècle en France, elle a étudié différentes institutions et formes de régulation économiques, dont dernièrement les tribunaux très spéciaux que sont les conseils de prud'hommes et les tribunaux de commerce.

Elle se lance actuellement dans des recherches collectives portant sur des périodes plus longues, sur les dirigeants des grandes entreprises françaises, l'arbitrage commercial international et la « dépersonnalisation » des relations de commerce.

Parallèlement, elle a mené différentes activités éditoriales (notamment à Revues.org, Histoire & Mesure et « Repères ») et de vulgarisation des méthodes quantitatives (notamment les études sur les réseaux et les carrières). Parmi ses publications figurent : Méthodes quantitatives pour l’historien (avec Claire Zalc), publié dans la collection « Repères » en 2008 ; et Un si discret pouvoir. Aux origines de la chambre de commerce de Paris, 1803-1853, publié à La Découverte en 2003.

Pour plus d'informations, voir sa page sur le site du C.S.O.

- Pourquoi êtes-vous devenue historienne ?

Rétrospectivement, je pense que j'aurais de toute façon fini chercheuse : j'étais une bonne élève pénible, qui essayait toujours de mettre en doute ou de pousser plus loin le contenu des cours. Mais cela aurait pu être en économie ou en biologie aussi bien qu'en histoire : au lycée, l'histoire m'ennuyait, malgré de très bons profs, pour son côté « par cœur ».

Arrivée à Sciences Po (pour aller étudier à Paris et par esprit de contradiction après une terminale C), j'ai en revanche découvert directement les questionnements sur les sources et les débats historiographiques, avec Nicolas Offenstadt, puis Paul-André Rosental et Libby Schweber. À la fois le fait qu'on pouvait voir le passé de plusieurs façons, et la volonté de ne pas abandonner pour autant la recherche de quelque chose comme une vérité : c'est cela qui m'a plu, je crois. La section recherche à Sciences Po était aussi l'endroit où se retrouvaient pas mal d'étudiants issus de la petite bourgeoisie de province et engagés politiquement...

- Quel est le principal objet de vos recherches actuelles ?

Je me disperse énormément, mais je suis aussi en train d'enfin terminer une recherche qui traîne depuis 2000, menée de front avec le reste : l'objet, ce sont les tribunaux de commerce français, même si mes questions à leur sujet et les autres objets auxquels je les compare ont beaucoup bougé. Ça n'aurait pas pu être un sujet de thèse : il avait besoin de mûrir ; mais c'était le centre de mon projet pour l'entrée au CNRS. Il m'a été très difficile de rentrer dedans, à la fois parce qu'il y avait une technicité à acquérir (et le droit commercial du XIXe siècle ne s'apprend que dans les manuels de droit commercial du XIXe siècle – et encore) et des sources difficiles d'accès (comme souvent les sources judiciaires : très massives, très mal indexées, et matériellement difficiles à déchiffrer).

C'était un objet que personne n'avait jamais étudié (c'est bien ce qui me motivait...) mais dont beaucoup de gens pensaient avoir déjà fait le tour : forcément une justice « informelle », et du coup, soit corrompue, faiblarde, archaïque, soit adaptée aux « besoins du marché », flexible, d'avenir. Autant de raisons d'aller voir de plus près, bien sûr : comme beaucoup d'historiens sans doute, ce qui m'intéresse, c'est de casser les idées reçues (en particulier les théories de la modernisation), ou encore de souligner qu'un mot employé tous azimuts ne veut en fait rien dire et cache les vrais problèmes. « Informel » est ainsi en ce moment une de mes grandes têtes de Turc. En même temps, une fois qu'on sait à quelles conclusions on ne veut pas arriver, il reste beaucoup de travail pour arriver à dire autre chose que « c'est plus compliqué que ça ». Or, de plus en plus avec l'expérience, j'aspire vraiment à proposer des conclusions, avec un certain degré de généralité, et pas juste à montrer qu'une historienne trouve toujours tout plus compliqué que tout... J'espère que ce sera le cas pour cette recherche : l'idée est de conclure notamment sur une forme d'hybridation public-privé particulière à la France, différente des clichés qu'on lui accole habituellement, qui pourrait se résumer par « mettre des gens du privé dans l'État ».

- Quels sont, d’après vous, les trois titres incontournables de la bibliothèque de l’historien-ne ?

Cette question m'a plongée dans des affres parce que je me suis aperçue que les grands moments de mon devenir historienne ne dépendaient pas de livres et rarement d'articles : je suis un produit de la tradition orale... Ce sont surtout des cours, des séminaires, des conversations qui ont été décisifs pour moi. Donc, futurs historiens, sortez de votre bibliothèque et allez dans des séminaires, y compris ceux qui semblent sans rapport avec votre sujet...

Mais pour entrer dans le jeu, voici des textes dont je recommanderais la lecture à tous, alors qu'ils portent sur des objets très éloignés des miens ; notamment parce qu'ils réussissent à mélanger les genres, ce qui est aussi mon ambition première : « quanti » et « quali », échelle micro et grandes questions, ou encore déconstruction et véritables conclusions. Par ordre chronologique de lecture.

Quand je serai grande, je veux être John F. Padgett (un type formidable, en plus). C'est un article qui m'a vraiment marquée, ce qui explique sans doute que je sois devenue un peu plus sociologue et quantitativiste que beaucoup d'historiens. Il commence comme de la sociologie quantitative mainstream, mais ensuite il déploie des choses étonnantes, de la narration, de la réflexion sur l'action, des changements d'échelle...

Qui est aussi un modèle d'écriture, et qui fait réfléchir à l'engagement politique et personnel d'un historien face à son objet, sans céder, bien au contraire, au côté exhibitionniste que peut avoir l'ego-histoire.

Je connais les auteurs, on a aussi écrit ensemble, et c'est vrai qu'avoir vu un livre s'écrire, c'est quelque chose ; mais je crois que celui-ci a une valeur plus générale. Il peut porter un étendard méthodologique qui serait aussi le mien. Mais il aborde aussi des « grandes questions » qui intéressent le « grand public », une histoire dure et émouvante – toutes choses que je n'ai jamais vraiment voulu ou su faire dans ma propre pratique. Et il le fait de façon très juste.

- Quelles sont, selon vous, les principales qualités requises pour devenir un-e bon-ne historien-ne ?

Il faut d'abord être une bonne chercheuse, et une bonne chercheuse en sciences sociales. Ce qui implique de douter, de vouloir casser les idées reçues, et en même temps d'être à l'écoute de ce qui se passe autour, de discuter, de percuter sur une idée qui passe et qui semblait a priori éloignée : pour moi, la recherche est quelque chose de très collectif, et rien ne m'ennuie plus que les chercheurs qui restent dans leur case (disciplinaire, méthodologique, chronologique, thématique...).

Quoi de plus pour une historienne ? Pendant longtemps, je ne me suis pas trop rendue compte de nos spécificités, je pensais seulement être une chercheuse en sciences sociales qui travaillait sur des terrains du passé. Maintenant que je suis dans un laboratoire de sociologie, je réfléchis un peu plus à ce qui fait une historienne. Je ne saurais pas encore bien le mettre en mots, mais il faut avoir une sensibilité particulière aux temporalités, aux questions de changement et de continuité, ne pas se satisfaire d'opposer l'ancien et le moderne, le passé et le présent. Vouloir casser ce bloc qu'on appelle « le passé » et qui va de la préhistoire à nos grands-parents.

Ça implique une affinité particulière avec les morts, à laquelle je n'avais jamais bien réfléchi avant de lire les À quoi sert l'histoire ? réunis par Emmanuel Laurentin (Bayard, 2010), notamment encore une fois celui de Claire Zalc. En fait, ça implique une démarche d'estrangement qui ressemble à celle de l'anthropologue qui a un terrain lointain (on va loin pour retrouver, aussi, du proche). Cet estrangement me plaît beaucoup, et je crois qu'il faut avoir du plaisir à plonger dans ses sources pour devenir historienne. Ensuite, morts ou vivants, morts vraiment lointains ou encore assez proches, à vous de choisir...


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion au sujet de « Quelques questions à Claire Lemercier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">