Quelques questions à Neven Budak

Neven Budak. c Igor Sambolec/CROPIX (http://www.jutarnji.hr/gost-urednik--dr--sc--neven-budak/691890/)

© Igor Sambolec/CROPIX

Historien, Neven Budak enseigne à l’Université de Zagreb depuis 1980. Spécialiste d’histoire médiévale, ses travaux portent sur l’histoire de la Croatie, l’histoire des slaves du sud et l’histoire urbaine. De 1995 à à 2002, il a enseigné l’histoire urbaine au sein du département d’études médiévales de la Central European University à Budapest. Il dirige actuellement le programme doctoral en sciences médiévales de l’Université de Zagreb. Depuis 1999 il est président du Comité national croate des Sciences Historiques (membre du CISH depuis 2002).

Parmi ses publications, citons Gradovi Varaždinske županije u srednjem vijeku [Les villes du comté de Varaždin jusqu’à la fin du 16e siècle], Zagreb-Koprivnica: Dr. Feletar 1994 – ouvrage tiré de sa thèse sur l’urbanisation du comté de Varaždin entre 1100-1600 ; Karlo Veliki. Karolinzi i Hrvati [Charles le Grand. Les Carolingiens et les Croates], Scientillae Stephano Gunjaca dicatae vol. 5, Split: Muzej hrvatskih arheoloških spomenika 2001 ; (avec Mario Strecha et Željko Krušelj), Habsburzi i Hrvati [Habsburgs and Croats], Zagreb: Srednja Europa 2003 ; ainsi que (direction avec Finn-Einar Eliassen et Katalin Szende), Towns and communication. Volume 1, Communication in towns, Akron, University of Akron Press, 2011.

Pour plus d’information, voir sa page sur le site de l’université de Zagreb (en croate ; en anglais)

– Pourquoi êtes-vous devenu historien ?

Je me souviens qu’enfant, déjà, l’histoire m’intéressait. Cela se manifestait dans le fait que j’aimais visiter des châteaux et des musées avec mes parents. En famille, on parlait aussi souvent de nos aïeux, en particulier de ceux qui fait une carrière académique à Vienne ou ailleurs. Mon père quant à lui aimait parler de sa jeunesse et du contexte politique et économique de l’époque, avant la Deuxième Guerre mondiale. Je suppose que tout cela a influé sur mon intérêt croissant et de plus en plus sérieux pour l’histoire. Au début j’étais, comme sans doute bien des petits garçons, très impressionné par Napoléon et ses exploits militaires, mais à la fin du lycée j’ai commencé à m’intéresser plutôt au Moyen Âge, pour finalement décider d’entreprendre des études d’histoire. Pourtant, même alors je n’étais pas sûr de vraiment vouloir en faire mon métier, et je me suis inscrit parallèlement en sciences politiques, mais j’ai vite abandonné cette piste.

Les merveilles du monde antique, surtout la Mésopotamie, l’Anatolie et l’Egypte me fascinaient tout à fait. Cependant, les bons professeurs m’attiraient vers leurs matières, et c’est ainsi que j’ai commencé à hésiter entre le Moyen Âge et le 19e siècle. Finalement j’ai quand même décidé de devenir médiéviste et je pense que c’était une bonne décision, car les méthodes et les connaissances qu’on acquiert en tant que médiéviste peuvent être utiles par la suite si l’on s’oriente vers d’autres périodes, tandis que l’inverse est beaucoup moins facile, voire impossible.

Aujourd’hui je suis historien parce que cela m’intéresse et m’amuse, mais aussi parce que cela m’aide à avoir un regard critique sur le monde qui m’entoure et à me former un jugement sur lui.

– Quel est le principal objet de vos recherches actuelles ?

Je viens de répondre en partie à cette question. Le domaine principal de mes recherches est le Moyen Âge. La Croatie est un petit pays, qui n’a pas beaucoup d’historiens, si bien que nous nous offrons rarement le luxe de travailler sur l’histoire européenne dans son ensemble : nous nous focalisons presque tous sur le passé croate. Je m’efforce toujours de situer les thèmes de mes recherches dans le cadre du contexte européen plus large, mais je n’y consacre pas mes recherches. Ces dernières années, le Haut Moyen Âge m’intéresse plus, ainsi que les questions telles que les identités ethniques, la formation du pouvoir politique, la christianisation, les rapports sociaux et la culture (au sens de pratiques quotidiennes).

Ce qui m’intéresse particulièrement dans le Haut Moyen Age ? Je pense que c’est précisément le manque de sources, ou du moins leur rareté, ainsi que leur diversité (textes, découvertes archéologiques, constructions, toponymes et anthroponymes…). Cette diversité nous oblige à nous pencher sur les problèmes historiques à la manière de détectives qui à partir de quelques données décousues doivent reconstruire ce qui s’est vraiment passé. Heureusement, nos recherches ne concernent pas toujours des meurtres, et aucun innocent ne risque d’être condamné si nous échouons à découvrir la vérité. Une vérité qui, bien sûr, est insaisissable, il faut se faire à cette idée, mais la recherche de la vérité n’en demeure pas moins passionnante.

Outre le Haut Moyen Âge croate, que j’enseigne à l’Université de Zagreb, je fais aussi des recherches sur l’histoire urbaine, et j’ai donné des cours sur l’histoire urbaine européenne médiévale à la Central European University de Budapest. Fut un temps, j’ai aussi travaillé sur l’esclavage, et je reviens aujourd’hui encore à ce thème. Je n’aime guère l’idée de se spécialiser dans un domaine étroit, et préfère me laisser la liberté d’aborder des thèmes et des époques différents.

– Quels sont, d’après vous, les trois titres incontournables de la bibliothèque de l’historien ?

C’est une question difficile et je n’aime pas répondre aux questionnaires dans lesquels on me demande de citer les trois meilleurs romans que j’ai lu, ou mes trois films préférés, etc. Je crois que je ferais une injustice à nombre d’auteurs en ne citant que quelques ouvrages comme incontournables dans la bibliothèque de l’historien. Du reste, notre domaine d’étude est si développé en spécialités et sous-spécialités qu’il est difficile de trouver trois livres susceptibles d’être également intéressants pour tous les historiens.

Nous ne sommes plus à l’époque où tout était placé sous la domination de telle ou telle méthodologie ou philosophie de l’histoire et où un livre guidait toute une génération, voire plusieurs générations d’historiens. Ce ne serait donc pas une bonne idée de décréter que Ranke, Hegel, Hobsbawm ou Foucault doivent figurer dans la bibliothèque de chaque historien. Je ne pourrais même pas citer un livre énonçant explicitement que ces règles générales sont révolues. Je pense aussi que nos discours sont trop variés pour que nous puissions nous référer à un modèle unique dans la façon d’écrire sur le passé, ainsi je ne pourrais même pas citer Gibbon, par exemple.

Mais je peux dire que, dans ma formation de médiéviste, j’ai été très influencé par le livre de Jacques Le Goff, La civilisation de l’Occident médiévale. Certes, il a aujourd’hui vieilli à bien des titres, mais je pense qu’il peut toujours enseigner à l’historien comment aborder non seulement le Moyen Âge, mais aussi n’importe quelle autre époque. Même en me limitant aux livres dédiés à la médiévistique, je serais bien incapable de choisir deux autres incontournables absolus, mais je peux citer deux titres assez récents, que je considère très importants pour la recherche sur le Haut Moyen Âge européen: l’un est l’ouvrage de Chris Wickham Framing the Early Middle Ages, et l’autre est l’œuvre monumentale de Michael McCormick, Origins of the European Economy. Ces deux livres fascinent par l’incroyable érudition qu’y déploient leurs auteurs, leur sérieux et leur méthodologie.

– Quelles sont, selon vous, les principales qualités requises pour devenir un bon historien ?

Pour devenir historien, si toutefois ce ne sont pas vos parents qui vous y forcent ou vos amis qui vous en persuadent, vous devez vous intéresser au passé. Pour être un bon historien, vous devez vraiment vous intéresser au passé. C’est la condition sine qua non pour parvenir à faire quelque chose de bon dans ce métier.

Ensuite, vous devez parler, ou au moins lire, plusieurs langues. Si vous appartenez à un petit peuple, cela est encore plus vrai que si votre langue maternelle est une langue internationale. Ne pas connaître les langues étrangères vous limite dans l’utilisation des sources, mais aussi de la littérature spécialisée sans laquelle on ne peut pas se forger une approche comparative, si nécessaire pour aboutir à des résultats dignes d’intérêt, indépendamment de la période ou du thème sur lesquels vous travaillez.

Vous devez aussi être libre d’esprit, être ouvert à toutes les sortes d’interprétation et prêts à accepter tous les résultats de vos recherches, qu’ils vous plaisent ou non. Vous devez  être prêt à accepter le fait que quelqu’un d’autre peut avoir une opinion différente de la vôtre sur telle ou telle chose, et que son opinion est tout aussi respectable que la vôtre. Vous devez être conscient, comme je viens de le dire, que vos recherches ne mèneront pas à la vérité, car il n’y a pas de vérité, si ce n’est au niveau de la confirmation de certains événements précis, mais que dans la construction du passé vous êtes quand même limité par les faits, qu’il faut respecter. L’aspiration à parvenir à la vérité doit passer avant toutes les autres valeurs que vous rencontrez dans votre travail : patrie, nation, classe…

Vous devez être un travailleur infatigable, non pas avec pour devise “publish or perish”, ce qui n’a pour effet que de susciter une énorme production de travaux souvent inutiles ou d’une utilité marginale, rédigés de façon superficielle, mais avec pour principe de lire sans cesse, de sans cesse chercher de nouveaux défis et de vous y consacrer pleinement. Vos lectures doivent être variées car votre culture doit être vaste.

Et enfin, vous devez être discipliné dans votre technique de travail, depuis la façon dont vous rassemblez vos sources primaires et secondaires jusqu’à la façon dont vous rédigez les notes de bas de page dans les travaux que vous soumettez pour publication. Ce genre de discipline influe sur la discipline de la pensée que vous appliquez au thème sur lequel vous travaillez.

.

Merci beaucoup à Evaine Le Calve Ivičević pour la traduction.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *