L’Agenda du médiéviste : le Moyen Âge en réseau

Billet co-écrit par Nicolas Ruffini-Ronzani (FNRS/UNamur) & Marie Van Eeckenrode (Archives de l’État/UCL)

L’Agenda du médiéviste a vu le jour au printemps 2011 suite à un remaniement du comité de coordination du Réseau des médiévistes belges de langue française (RMBLF)1 .

Pour des raisons qui leur appartenaient, les membres fondateurs du RMBLF souhaitaient transmettre le flambeau à une équipe de jeunes doctorants et post-doctorants, équipe dont nous faisions tous deux partie. Issus d’horizons scientifiques et institutionnels différents, les nouveaux responsables avaient pour tâche de perpétuer certaines (bonnes) traditions instaurées par leurs aînés – l’organisation de journées d’étude selon un rythme biannuel, en particulier –, de mener à bien des dossiers qui n’avaient pu aboutir, et, surtout, de développer leurs propres projets2 . Carte blanche nous était donc donnée pour innover. Continuer la lecture

  1. Sur un plan institutionnel, le RMBLF se définit comme un « groupe de contact du Fonds National de la Recherche Scientifique». Plomberie institutionnelle à la belge oblige, le RMBLF – francophone comme son nom l’indique – se distingue de son pendant flamand, le Vlaamse Werkgroep Mediëvistiek, avec lequel il collabore très régulièrement []
  2. Dans la pratique, l’un des membres fondateurs du RMBLF a tout de même conservé sa place au sein de l’organigramme. Il s’agit de notre président, Alain Marchandisse (FNRS/Université de Liège), qui continue à jouer le rôle de responsable vis-à-vis du FNRS, notre principal soutien financier []

Devenir historien-ne version 2.0 (années 2011-2015)

5999261134_51a789c5fe_m

Quill (by Albert) cc sur Flickr

Devenir historien-ne existe maintenant depuis 4 ans ! En 2012, pour vous permettre de mieux vous repérer dans ce carnet – conçu en partie comme un « manuel électronique, collaboratif et évolutif, d’historiographie et de méthodologie de la recherche en histoire » – je vous avais proposé un premier « sommaire », Devenir historien-ne version 1.0, annonçant une reprise annuelle de l’exercice…

Il aura finalement fallu 3 ans pour que je m’y remette, mais cela permet de vous proposer, pour ce sommaire mis à jour, un contenu encore plus riche ! Voici donc le sommaire du Devhist version 2.0, années 2011-2015. Bonne lecture !

Continuer la lecture

Quelques questions à François Guillemot

Les bananiers d'un jardin vietnamien après la pluie. Crédit : François Guillemot

Bananiers d’un jardin vietnamien après la pluie (par FG)

Ingénieur de recherche au CNRS, François Guillemot est historien, spécialiste de l’histoire politique et sociale du Viêt-Nam contemporain. Rattaché à l’Institut d’Asie Orientale (IAO, CNRS-ENS Lyon) il y est chargé de la documentation sur le Viêt Nam.

Dans ce cadre, il anime plusieurs sites web : Femmes et guerre : une approche transnationale qui accompagne et prolonge le colloque éponyme organisé en 2011 à Ho Chi Minh-Ville ; Viêt-Nam Laos Cambodge, Sources et aides à la recherche (VLC Sources), dont l’objectif est de donner accès aux principales données électroniques concernant ces pays ; et Virtual Saigon, plateforme collaborative de cartographie interactive. Ses recherches actuelles portent sur les bataillons féminins des « Jeunesses de choc » (Thanh Niên Xung Phong) pendant la guerre du Viêt-Nam, sur la guerre civile vietnamienne et sur l’histoire de Saigon. Continuer la lecture

Faire une histoire quantitative de l’État ? Quelques réflexions historiographiques

En France, ces deux dernières décennies ont été le théâtre d’un incontestable renouveau de l’histoire de l’État contemporain, de telle sorte qu’il n’est certainement plus possible de le qualifier de « non-objet historique » (Rosanvallon, 1990 : 9). Le nombre des fonctionnaires constitue toutefois un angle mort des recherches en sciences sociales. Ainsi, le constat que Pierre Rosanvallon dressait pour l’État il y a plus de vingt ans s’applique très bien aujourd’hui à la question de ses effectifs : « le très petit nombre des travaux consacrés à l’histoire [du nombre des fonctionnaires] contraste singulièrement avec la vigueur des jugements qui s’expriment à son propos. (…) Il est peu de domaines dans lesquels le déséquilibre entre la masse des prises de position et la minceur des travaux érudits soit aussi frappant » (Ibid).

Une telle situation a permis l’édification d’un double mythe politique concernant le volume des effectifs de l’État : de tous temps la France compterait trop de fonctionnaires tandis que l’État lui-même serait bien incapable de compter ses effectifs Continuer la lecture

Faire une histoire orale du travail à la Sécurité sociale

Pourquoi croiser sources orales et histoire du travail au sein de la Sécurité sociale ? Une telle démarche ne va pas de soi. Cela s’inscrit à la fois dans un nouveau chantier de recherche, l’étude des « street levels bureaucrats » et une démarche méthodologique, le recueil et l’analyse de sources orales centrés sur les pratiques professionnelles d’une organisation complexe.

Les street levels bureaucrats de la Sécurité sociale

La catégorie des « street levels bureaucrats » est utilisée à l’origine pour analyser les fonctionnaires travaillant directement avec le public Continuer la lecture

Lectrices, lecteurs : qui êtes-vous ?

Devenir historien-ne fêtera ses 4 ans d’existence le mois prochain. Comme vous avez pu le constater avec les quelques billets concernant le carnet, vous êtes de plus en plus nombreuses et nombreux à lire le carnet – AwStat a comptabilisé plus de 22 000 visiteurs différents en mai 2015 – et je vous en remercie vivement. Par ailleurs, grâce à notre page « qui sommes-nous ? » vous en savez déjà beaucoup sur les contributrices et contributeurs du site. En revanche, nous ne savons pas grand chose de vous… Continuer la lecture

Patrimoine, Histoire et Multimédia

Patrimoine-Histoire-MultimediaPourquoi créer un blogue?

J’ai créé le blogue Patrimoine, Histoire et Multimédia fin 2008. Diplômée quelques années auparavant en Histoire avec concentration en production multimédia, j’occupais alors un emploi avec un horaire atypique, ce qui limitait mes activités. Pour occuper mes temps libres et continuer à approfondir et partager mes connaissances en histoire, j’ai décidé de créer un blogue. Mes recherches précédentes portaient sur Les représentations iconographiques de la pauvreté à Londres et à New York, de Mayhew à Campbell (1861-1896). Bloguer, oui, mais à quel sujet? J’avais envie de revenir à l’étude de l’histoire et du patrimoine du Québec, plus particulièrement aux XIXe et XXe siècles. Avec le temps, j’ai décidé de traiter également de l’histoire des Franco-Américains. Continuer la lecture

Réaliser une CIFRE en histoire : retour d’expérience à SNCF

CIFRE est l’acronyme de Convention Industrielle de Formation par la REcherche.

Il s’agit d’un dispositif par lequel l’Association Nationale de la Recherche et de la Technologie (ANRT) subventionne toute entreprise souhaitant embaucher un doctorant pour réaliser un travail de recherche, en collaboration avec un laboratoire1 . Une étude prenant la forme d’une CIFRE est donc totalement avalisée par l’entreprise.

Un bref retour sur mon parcours s’impose pour saisir comment j’en suis arrivée à réaliser ma thèse sous cette forme. Continuer la lecture

  1. Présentation du dispositif CIFRE sur le site de l’ANRT []

Pars en thèse !

billet co-écrit par Nicolas Simon & Quentin Verreycken

Don’t play for real until it gets real – ParenThèses est un carnet de recherches écrit à quatre mains que nous avons ouvert en septembre 2014, au moment de la rentrée académique. C’est dire s’il est jeune (à peine six mois au moment où nous écrivons ces lignes). Cela faisait un moment que nous étions séduits par les possibilités offertes par le blogging scientifique et la plateforme Hypothèses comme outil de communication pour le thésard. En tant que doctorants en histoire du droit et des institutions (ou HDI), nous avions conscience d’appartenir à une discipline pas toujours considérée comme particulièrement sexy dans le monde académique, malgré des initiatives louables telles que l’incontournable site Criminocorpus qui ont montré à quel point l’outil numérique et l’HDI peuvent faire bon ménage. À notre petit niveau, un carnet de recherches nous semblait également un bon moyen de valoriser notre discipline, en même temps qu’une occasion de poser un certain nombre de réflexions sur notre pratique d’historiens et nos objets d’études. D’autant que nous sommes actuellement peu de doctorants, en Belgique, à travailler sur les institutions d’Ancien Régime. Continuer la lecture

« Thinking outside the box » : pourquoi j’ai choisi l’ Institut Universitaire Européen

Il y a un peu plus d’un an, j’appuyais sur la touche “entrée” de mon ordinateur et finalisais ainsi ma demande de bourse à l’Institut Universitaire Européen (IUE) de Florence. Le processus était lancé, et c’est ainsi qu’au terme d’une sélection comprenant évaluation du projet de thèse écrit et entretien oral (pour les “admissibles”), mon projet a été retenu.
Dire que c’était une opportunité inespérée est peu dire. En effet, et pour faire court, comme beaucoup j’avais dû mettre de côté mon projet de Doctorat après être entrée à l’Éducation Nationale. Au bout de quelques années, je décidai de reprendre mes études. Mais après avoir passé plus de deux ans à élaborer un projet de recherche, je devais me rendre à l’évidence : mener de front deux métiers à temps plein, à savoir professeur et doctorant n’était guère tenable.

Continuer la lecture