Comment citer un document d’archives, une thèse ou un mémoire ?

Source : http://xkcd.com/285/

L’un des premiers billets publié sur Devenir historien-ne concernait la citation d’un ouvrage, un article ou un chapitre d’ouvrage collectif.

Voici quelques éléments complémentaires concernant d’autres ressources.

.Citer une thèse ou un mémoire universitaire

Dans le cadre d’une recherche, il est important de ne pas négliger les travaux universitaires qui pourraient vous être utiles. D’autant plus qu’il est désormais plus facile d’identifier les thèses en cours ou soutenues sur des sujets précis (voir, par exemple, le moteur de recherche “theses.fr” ou le serveur TEL (thèses en ligne) de HAL-SHS).

On ne cite pas une thèse ou un mémoire de la même façon qu’un ouvrage. Ici encore, il n’y a pas de norme universelle mais voici la façon dont je vous propose de le faire :

Nom de l’auteur, “titre de la thèse ou du mémoire”, type de thèse et discipline, sous la direction de [nom du directeur ou de la directrice], Ville, Université, Année, éventuellement nombre de volume et de pages.

  • Pour une thèse, cela donnerait ainsi :

Simon Grivet, “Tuer sans remords, une histoire de la peine de mort en Californie de la fin du XIXe siècle à nos jours”, Thèse de doctorat en histoire, sous la direction de François Weil, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2011, 748 p.

  • Pour un mémoire de maîtrise ou de master :

Émilien Ruiz, “L’État saisi par ses effectifs. Contribution à une histoire de l’État au XXe siècle”, Mémoire de master en sciences sociales (mention histoire), sous la direction de Marc Olivier Baruch, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2007, 209 p.

Pour la bibliographie en fin de mémoire, voire pour les notes, vous pouvez aussi indiquer une URL si l’auteur a déposé sa thèse sur une archive ouverte. Ici, cela donnerait :

Simon Grivet, “Tuer sans remords, une histoire de la peine de mort en Californie de la fin du XIXe siècle à nos jours”, Thèse de doctorat en histoire, sous la direction de François Weil, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 2011, 748 p. En ligne : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00628649 – lien valide le 6 juin 2012.

Citer un document d’archives

Il existe probablement autant de façons de citer des sources qu’il existe de sources… Il y a toutefois au moins un principe de base à respecter : citez systématiquement l’ensemble des informations qui permettront d’identifier en détail le document ainsi que le fonds où vous l’avez trouvé.

Je prends ici l’exemple de celles que l’on trouve dans les archives mais d’autres types de sources pourront faire l’objet de billets ultérieurs.

  • En ce qui concerne l’archive elle-même, il faut d’abord donner toutes les informations relative au document : auteur ; destinataire ; type de document ; date ; etc.
  • En ce qui concerne le fonds au sein duquel cette archive est conservée, le principe est le même, il faut être le plus précis possible. Il est donc nécessaire de citer :  le centre d’archives ou de documentation ; la série ; la sous-série ; le carton  ou la liasse.

La forme de la référence sera ensuite différente si elle figure en note de bas de page ou dans votre annexe “Sources et bibliographie”.

En note de bas de page

Dans une note de bas de page, il faut identifier le plus précisément possible le document utilisé, tandis que les détails du fonds de conservation peuvent être légèrement résumés.
Par exemple :

Note n°2.023 du directeur du Budget (Gourdin) pour le ministre des Finances (Cathala), Paris, le 11 mai 1942. CAEF, fonds Cabinets, 1A032.

Ici figure l’ensemble des informations disponibles sur le document lui-même : toutes les notes, correspondances et autres archives administratives ne sont pas numérotées, l’auteur et le destinataire ne sont pas toujours indiqués, de même que la date… L’essentiel est de repérer les informations disponibles et de les noter avec précision.

Le de conservation de cette note est aussi mentionné : il s’agit du Centre des archives économiques et financière, qui se situe à Savigny-le-Temple (et fera probablement l’objet d’un billet dans la rubrique “lieux“). Le document est tiré du fonds “Cabinet” (ce qui correspondrait, aux Archives nationales, à ce que l’on appelle la “série”), et conservé dans un carton sous la cote “1A032”.

L’ordre dans lequel vous mentionnerez le document et le centre d’archives n’a pas véritablement d’importance, l’essentiel étant (comme toujours) de maintenir une certaine cohérence dans votre mémoire : si vous citez vos archives en commençant par le document ou par le centre d’archives, il faudra procéder de la même façon jusqu’à la fin.

Ici, la note pourrait donc tout à fait être :

CAEF, fonds Cabinets, 1A032. Note n°2.023 du directeur du Budget (Gourdin) pour le ministre des Finances (Cathala), Paris, le 11 mai 1942.

En note de bas de page, ma préférence va à la première façon de faire (d’abord le document, puis le fonds), car elle me semble beaucoup plus agréable à la lecture.

L’utilisation d’une abréviation pour le nom du centre d’archives, voire pour les noms des séries, s’impose souvent d’elle-même. Généralement, il faut veiller à citer le centre et la série en toutes lettres lors de la première mention en note et préciser que l’abréviation sera utilisée pour le reste du document.

L’idéal est de bien mentionner cette abréviation dans la partie “Sources et bibliographie” de votre mémoire, de façon à ce que l’on puisse s’y référer au lieu de rechercher la première note dans les dizaines, voire centaines, de pages qui précèdent pour retrouver le nom du centre.

En annexe “Sources et bibliographie”

Bien entendu, dans le tableau des sources utilisées que vous proposerez en fin de mémoire, la façon d’indiquer les archives consultées et citées sera différente. En effet, contrairement aux ouvrages et articles dans la partie “bibliographie”, il n’est pas nécessaire (ni recommandé) de citer un à un chacun des documents exploités dans la partie “sources”.

Dans cette section du mémoire, vous devez uniquement indiquer de façon raisonnée l’ensemble des fonds consultés, en vous arrêtant, soit au niveau du carton si il est très spécifique, soit au niveau d’un groupe de cartons qui concernent la même thématique.

Ainsi, pour des fonds consultés aux Archives nationales, cela pourrait donner :

Archives nationales, CARAN, Paris.

Série F60. SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DU GOUVERNEMENT ET SERVICES DU PREMIER MINISTRE

>Courrier (1935-1951)

* F/60/45 à 109. Minutes du courrier départ. 1940-1944.
* F/60/141 à 150. Minutes du courrier départ du Secrétariat général des gouvernements établis à Alger, puis à Paris. 1942-1944.

>Afrique du Nord (1915-1947)

* F/60/701 à 761. Haut Comité méditerranéen. 1935-1939
* F/60/762 à 768. Colonies et territoires sous mandat. 1936-1939

Sont ainsi indiquées : le centre d’archives (le Centre d’accueil et de recherche des Archives nationales, CARAN) ; Le numéro (F60) et le nom (Secrétariat…) de la série ; le nom des sous-séries éventuellement consultées (Courrier ; Afrique du Nord) ainsi que les groupes de cartons, tels qu’il apparaissent dans l’inventaire : du n°45 au n°109, il s’agit des “Minutes du courrier au départ” pour les années 1940 à 1944.

*

Comme je le mentionnais dans un billet précédent sur l’intérêt des notes de bas de page, il est absolument indispensable de citer ses sources convenablement. Quelle que soit la recherche entreprise. Cela implique une certaine discipline en ce qui concerne la prise de notes. Que ce soit en bibliothèque ou dans un centre d’archives : dès la première consultation d’un document, le premier réflexe consiste à noter l’ensemble des références qui en permettront l’identification ultérieure et la citation dans votre mémoire.


16 réflexions sur « Comment citer un document d’archives, une thèse ou un mémoire ? »

  1. Georges Cuer

    Bonjour à Monsieur Ruiz, et bonjour à tous,
    conservateur aux Archives départementales de la Gironde, je mène actuellement une réflexion dans le cadre de la refonte en cours de notre site Internet,qui a donné lieu à une journée régionale d’études dans le cadre de l’Association des archivistes français, le 25 mai dernier à Mont-de-Marsan.
    Avec des interventions de Matteo Treleani (Université de Lille) et d’Aurélien Bénel (Université de technologie de Troyes), cette journée voulait mettre en avant une réflexion sur la sémantique des archives (et sur la forme de nos instruments de recherche en ligne : c’était l’objet de mon intervention pour imaginer un inventaire/livre augmenté de série M, à titre expérimental) qui paraît aujourd’hui essentielle. Egalement une réflexion sur l’adaptation de l’outil informatique à la matérialité des archives d’une part (en théorisant la réalité des archives on line non comme retard sur la numérisation mais comme définition même de l’original), du travail intellectuel et de l’ordinaire des pratiques savantes d’autre part (savantes/historiennes, savantes/généalogistes …).
    Dans ce cadre je prépare un article qui m’a été demandé par la revue Etudes digitales sur le document (d’archives) et les données. L’article a pour but de répondre à l’exposé très clair de Bruno Bachimont dans le numéro de la Gazette des archives issu de notre Forum de Troyes (bouillon de culture numérique).
    Il me paraît en effet intéressant de tenter (hors toute polémique stérile, querelle des anciens et des modernes etc) une clarification du vocabulaire qui corresponde à nos pratiques quotidiennes plutôt qu’à des normes techniques ou administratives aujourd’hui contradictoires parce qu’hétérogènes, et qui entretiennent un véritable désordre de la citation d’archives (le désordre le plus intéressant étant l’introduction récente des données comme partie de l’ensemble des documents d’archives dans la définition légale ! Comment citer une donnée ?).
    C’est là le lien avec votre fil de discussion sur ce thème de la citation qui m’apparaît comme essentiel et non uniquement formel : comment citer les documents d’archives selon qu’on en a vu une image en ligne (cas des archives physiques ayant fait l’objet de prise de vue et mise en ligne; pb du caractère “pérenne” du lien), ou qu’on en a vu l’original, prélevé dans son fonds, dans une salle de lecture pour les archives publiques ou dans un organisme privé généralement beaucoup moins soucieux du caractère pérenne de la cotation physique ?
    Enfin, assistant depuis quelques années à une baisse de la fréquentation étudiante de nos services (7 fois moins d’étudiants lecteurs d’archives off line qu’en 2006), je vous félicite tous de ces efforts de clarté, car la frontière bibliographie critique / publication de sources d’archives (sur papier ou en ligne, ou les deux !), documents d’archives on line, documents off line tend à ne plus être perçue. Certains théorisent même le non recours aux archives off line en les niant au profit d’une utilisation personnelle plastique des archives off line (en s’appuyant à mon avis de façon indue sur la pensée de Michel Foucault).
    Les documents off line, organisés en fonds dont les archivistes connaissent bien le caractère généralement ouvert (à cheval, longtemps, sur le lieu de la production et le lieu de la mise en archives) permettent un ancrage de la citation dans le lieu des archives, qui doit rester un lieu public pour les archives qui sont publiques. Outre qu’il est pittoresque, ce recours au réel des archvies est en même temps la condition d’une recherche n’invente pas d’avance son objet, mais qui se laisse dérouter par la rencontre avec l’autre, contenu dans les archives avant tout dispositif de mise en ligne (la définition de ce type de dispositif étant d’être à la fois limitant puisqu’on ne voit que l’image des documents d’archives, et à travers des documents numériques visibles uniquement au travers de logiciels créant un point de vue imposé et perpétuellement en retard sur les versements et dépôts d’archives analogiques …
    Bon travail à tous, dans les archives.

    Georges Cuer

    Répondre
  2. Dada

    Bonjour,

    Merci pour ce blog.

    Question pratique : puis-je utiliser le système Harvard pour les citations d’ouvrages ou articles scientifiques mais, en revanche, utiliser les notes de bas de pages “classiques” pour les archives ou les sources éditées ? J’aimerais en effet éviter les “art. cit.” “op. cit.” et autres “ibid.” qui prennent une place folle en bas de page. Est-ce que cela se fait en histoire ?

    Ou alors peut-on tout citer façon Harvard, y compris les sources ?

    Si non, peut-on dans une thèse d’histoire reporter toutes les notes de bas de page à la fin de l’ouvrage de thèse ?

    Merci pour vos réponses.
    Bonne soirée,
    dada

    Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Bonjour. Un style de bibliographie doit s’appliquer à toutes les publications et donc y compris les sources imprimées. En revanche, comme vous le savez probablement, on ne cite pas une archive originale comme on cite un ouvrage ou un article, dès lors le style sera différent. On peut donc tout à fait choisir un format “author-date” (si tant est que la discipline, le/la directrice de recherche, etc. l’acceptent) pour les références bibliographiques (biblio et sources imprimées) et citer les archives originales autrement. Ceci étant dit, je ne vois pas trop en quoi les “art. cit.” et autres “op. cit.” prendraient une place folle puisqu’il s’agit justement de réduire la taille des notes renvoyant à des références déjà citées.

      Répondre
    1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

      Dans quel sens ? Pour les thèses et mémoires, en ce qui me concerne, je détourne un peu les champs zotero pour réussir à spécifier le ou la directrice par exemple. Pour les archives, je pense que c’est impossible à standardiser. En tous cas pour ma thèse je les ai citées “à la main”

      Répondre
      1. Marin Dacos

        Je m’en doutais un petit peu, mais je n’en étais pas sûr. Cela confirme mon intuition, la référence “à la main” reste dominante pour les archives. Merci.

        Répondre
  3. Catherine Junges

    Bonjour,
    billet très utile ! Un détail me chiffonne, cependant : mieux vaut ne pas confondre centre de d’archives (institution qui conserve les archives) et fonds d’archives (ensemble d’archives produites par le même organisme dans le cours de ses activités). Donc dans l’un de vos exemples, le fonds est plutôt celui du ministère des finances que le centre des archives économiques et financières. PS Je suis archiviste, that’s why !

    Répondre
  4. Julien Pomart

    Bonjour,

    Merci pour ce billet et particulièrement en ce qui concerne la citation des archives. A ce propos, j’aimerais attirer votre attention sur une chose: on parle de document d’archives plutôt que d’archive.

    Répondre
    1. HEMADOU Audrey

      je souhaiterais reçevoir dans ma boîte d’autres informations sur le même thème puisque je suis entrain de rédiger mon mémoire

      Répondre
        1. Aboubacar SYLLA

          Bonjour,
          je suis à la recherche d’un encadreur pour ma thèse en archivistique, je vous serai gré de me mettre en contact quelqu’un pour cela.

          Répondre
          1. Émilien Ruiz Auteur de l’article

            Bonjour. Le plus simple est certainement de vous mettre en contact avec les enseignants en archivistique de votre université, ou de celle que vous souhaitez intégrer pour faire votre thèse. Bonne continuation.

Répondre à A.Morddel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.