Vous l’avez écrit ? Eh bien soutenez-le maintenant…

[Ce billet collectif est co-écrit par Amaury Catel, Clara Chevalier et Émilien Ruiz]

Pour ce premier billet collectif sur Devenir historien-ne, nous vous proposons une réflexion sur ce qu’il y a au bout du chemin : la soutenance.

Proposer un tel sujet en plein été pourrait surprendre, mais en cette période propice aux vacances (ou aux tentatives d’avancer sur une thèse !), un grand nombre d’étudiant-e-s en master achèvent leur mémoire pour une soutenance en septembre ou octobre.

La soutenance, tout le monde sait à peu de choses près ce que c’est, sauf celles et ceux qui n’ont pas encore soutenu ! Nous avons donc décidé de mettre en commun nos propres expériences pour vous aider à préparer cette – importante – dernière étape.

Qu’est-ce qu’une “soutenance” ?

Théoriquement publique, la soutenance se déroule généralement à huis clos devant un jury composé de deux personnes : le directeur ou la directrice de recherche, et un rapporteur ou une rapporteuse du mémoire.

Elle se déroule en deux temps. La première étape est consacrée à l’exposé de l’étudiant-e, qui dispose pour cela d’une vingtaine de minutes. Suit un temps d’échange avec le jury, sous forme de questions. Il s’agit de “défendre” son travail, tout en étant capable d’en tirer des leçons pour la suite.
Cela implique que soutenir son mémoire, ce n’est pas uniquement exposer ses conclusions : c’est montrer la pertinence de la problématique choisie, de la démarche adoptée, et exposer la validité de ses résultats. Répondre aux questions permet ensuite de montrer que l’on maîtrise réellement le sujet traité, mais aussi que l’on est capable d’opérer un retour critique sur son propre travail.

Le master est pensé comme une “initiation à la recherche”. De fait, la soutenance est d’abord l’occasion d’évaluer la capacité de l’étudiant-e à mener une recherche, c’est-à-dire, fondamentalement, à mettre en œuvre et à maîtriser des outils et une méthode propres à soutenir une démarche scientifique.

À l’EHESS, cette soutenance n’est que la première étape. Le jury proposera une note et une mention, via les rapports de soutenance qu’il rédigera à la suite de celle-ci. C’est ensuite le jury de master de la mention Histoire (composé des membres du conseil pédagogique de la mention) qui déterminera le résultat final.

Comment préparer l’exposé de soutenance ?

Nous l’avons déjà dit : cet exposé ne consiste pas en un simple résumé du mémoire – qui serait, de surcroît, redondant et peu intéressant pour un jury qui est supposé l’avoir lu. Il faut cependant commencer par rappeler l’intitulé du mémoire, énoncer la problématique globale de la recherche, voire restituer rapidement la logique d’ensemble du travail.

Il s’agit ensuite de rendre compte du parcours de recherche de manière argumentée. Plusieurs pistes complémentaires sont envisageables :

  • Pourquoi ce sujet ?

Sans entrer dans un exercice d’ego-histoire (proscrire les “j’ai toujours été intéressé-e/fasciné-e/passionné-e par”) il peut être utile de commencer par expliquer les raisons “scientifiques” qui ont poussé au choix d’un tel objet de recherche. L’exercice peut être artificiel, le choix d’un sujet relevant parfois presque du pur hasard, mais il est possible d’entrer ici dans des considérations historiographiques et intellectuelles plus générales qui permettent de baliser son propos.

  • Comment et pourquoi la définition du sujet a-t-elle évolué ?

Il est d’abord possible de chercher à “périodiser” sa démarche, en commençant par s’interroger sur les changements qui sont intervenus entre le moment de la définition du projet de recherche initial et le produit final (i. e. le mémoire).  Pour le dire autrement, il s’agit d’être en mesure de justifier la manière dont on a progressivement construit son objet, au regard des différentes étapes de l’analyse des sources et de la réflexion menée sur l’historiographie.

  • Quelles méthodes, quels outils conceptuels a-t-on mis en place pour dépasser les difficultés méthodologiques rencontrées ?

Un tel questionnement amène donc en second lieu à opérer un retour sur la méthode employée pour analyser les sources, et à son évolution, c’est-à-dire aux difficultés méthodologiques rencontrées.  On peut alors aborder des points tels que la construction du corpus de sources, de la problématique, du plan, en reformulant, d’une certaine manière, les étapes de la démonstration du point de vue des étapes de la démarche de recherche.

  • Comment a-t-on articulé réflexions sur l’objet et mise en œuvre de la recherche ?

À l’évidence, la réflexion sur le processus de construction de l’objet et sur la mise en œuvre de la recherche sont deux points qui se répondent et se nourrissent mutuellement. Il s’agit précisément de réfléchir aux aller-retour opérés entre les deux pendant le temps de la recherche : par exemple, comment l’analyse des sources a-t-elle amené à faire retour sur l’historiographie, voire à affiner la définition du sujet de recherche ?

Pointer ces deux aspects de la recherche doit permettre d’aboutir à des propositions de nouvelles méthodes de travail et de nouveaux problèmes à traiter : quelles pistes de recherche se dégagent du questionnement mené en master ? Pourquoi et sur quels points y aurait-il matière à poursuivre ? Pouvoir proposer des axes de travail ne signifie bien entendu pas qu’il faut être en mesure de formuler un projet de thèse dès la soutenance, mais simplement des pistes pour construire un futur projet. Gardons à l’esprit qu’un travail de recherche n’est jamais définitif : qu’on écrive un mémoire ou qu’on soit amené-e à parler de sa recherche, il s’agit toujours d’un état provisoire de la recherche.

  • Quelle est ma contribution à une meilleure connaissance de l’objet étudié ?

Enfin, il est bien sûr nécessaire de mettre en avant les résultats que l’on a obtenus en mettant en œuvre cette démarche de recherche. En fin d’exposé, on peut donc revenir sur les principales conclusions auxquelles le mémoire a permis d’aboutir. À ce stade, il ne faut pas hésiter à désamorcer certaines questions du jury en justifiant à l’avance les lacunes identifiées au préalable.

Tout l’exercice consiste ainsi en un subtil dosage entre, d’une part, une mise en valeur des résultats et de la contribution originale que la recherche a permis d’apporter à l’histoire de son objet, et, d’autre part, une démonstration de sa capacité à adopter un point de vue réflexif sur son travail et à ouvrir de nouvelles questions.

Comment se préparer aux questions du jury  ?

Pour cette phase de l’exercice, il faut avant tout être en mesure de justifier ses choix terminologiques et de définir clairement les concepts et notions employés. Une étape indispensable de la préparation consiste alors en une “double” relecture du mémoire : il faut le connaître sur le bout des doigts, mais il faut aussi le relire à la façon dont on lirait un ouvrage pour un compte-rendu.

  • Adopter une approche réflexive

Pour devancer les questions, il est indispensable d’opérer soi-même un retour critique sur son travail, en commençant par se poser la question suivante : “si c’était à refaire, comment m’y prendrais-je ?”, de manière à montrer qu’on a avancé et qu’on peut dépasser les difficultés de départ.

Faire saillir les problèmes, les dilemmes, et les interrogations qui ont sous-tendu la recherche dans chacun de ses moments ne revient pas à faire un constat d’échec, même si toutes les difficultés rencontrées n’ont pas pu être résolues. Ce sont, justement, les problèmes (historiographiques, méthodologiques) que soulève une recherche qui font tout son intérêt. Rencontrer une difficulté ne signifie pas “être en difficulté”, mais toucher du doigt un élément moteur qui va permettre de faire progresser son travail.

Il est donc nécessaire d’identifier les lacunes de façon à montrer qu’on est capable de retour critique, mais aussi que l’intérêt du mémoire n’est pas pour autant remis en cause. Il est tout à fait possible d’expliquer ces lacunes par un manque de temps ou par un choix réfléchi, dès l’instant que l’explication est honnête et argumentée. En somme, il faut transformer les lacunes éventuelles en pistes ouvertes pour un approfondissement de la recherche, éventuellement via une thèse, ou d’autres recherches.

  • Être capable d’auto-critique et rester ouvert-e aux critiques extérieures

Un bon moyen d’évacuer le stress d’avant-soutenance consiste à vous rappeler que votre mémoire est le fruit de deux années de recherches que vous avez vous-même menées. Vous maîtrisez donc probablement le sujet mieux que quiconque. Dans le même temps, il est très important de ne pas “prendre mal” une question difficile ou une critique de fond : le jury cherche à évaluer la qualité de la recherche, et non à piéger le/la candidat-e. Lorsqu’il souligne une erreur, il n’est pas forcément opportun de chercher par tous les moyens à avoir le dernier mot ; en revanche, lorsque l’on est sûr-e de soi, et que les arguments scientifiques sont solides, il ne faut pas hésiter à défendre sa position.
Notons enfin que, si l’on doit se préparer à être en capacité de répondre aux questions qui concernent des points précis, le jury n’attend pas nécessairement des réponses immédiates et définitives à certaines questions de fond (comme des interrogations historiographiques et épistémologiques larges). L’objectif est d’amener l’étudiant-e à interroger sa méthode, sa démarche ou ses choix théoriques en prenant en compte ces remarques, de manière à y répondre par un travail futur.

Et après…?

Nous commencions en écrivant “dernière étape”, mais vous l’aurez compris en lisant les lignes qui précèdent, la soutenance du mémoire d’un master recherche consiste plus souvent en un “bilan et perspectives” qu’en un point final.

Dans le cas où vous souhaiteriez poursuivre vos recherches dans le cadre d’un doctorat, il faut saisir l’occasion offerte par cet exercice pour améliorer votre projet de thèse. Les éléments que vous aurez tirés, à la fois de la préparation de la soutenance et des remarques et questions du jury, vous permettront de construire votre objet plus finement… Vous pourrez aussi revenir sur Devenir historien-ne afin de lire un prochain billet sur la rédaction d’un projet de recherche.

_
Et vous ? Avez-vous déjà soutenu votre mémoire de master recherche en histoire ? Des éléments vous semblent manquer ? Des points à contester ? N’hésitez pas à nous faire profiter de votre propre expérience dans les commentaires.


12 réflexions au sujet de « Vous l’avez écrit ? Eh bien soutenez-le maintenant… »

  1. MOHAMED

    THEME /EVALUATION LA PROCEDURE PRISE D’INVENTAIRE

    COMMENT JE PREPARE ET PRESENTER MA SOUTENANCE

    Répondre
  2. Hafiane

    Bravo c’est intéressant ce que vous dévloppez. Ça m’a bien aidé pour soutenir mon travail de recherche.

    Répondre
  3. Alexandre

    Bravo ! Merci pour cet excellant article pour donner les bases pour une soutenance réussi : à la fois claire et précis.

    Répondre
  4. CODO Johnny

    je suis sociologue et je vais bientôt soutenir mon mémoire de Maîtrise à l’Université d’Abomey-calavi au Bénin. Le thème de recherche s’intitule: Enjeux socioéconomiques de l’accès à l’eau potable des communautés en milieu rural de Toffo .
    Je désire quelques orientation sur comment monter le Power Point et tous les astuces nécessaires.

    Répondre
  5. élo

    Votre article est bien écrit et très clair, il m’a beaucoup aidé dans la préparation de ma soutenance. Merci pour vos conseils!

    Répondre
  6. Tralala

    Bonjour,

    Votre billet, comme celui sur la rédaction d’une introduction, m’a été d’une grande utilité pour ma soutenance de M1 puis de M2.
    Je projette de préparer l’agrégation. Avez-vous écrit des articles sur ce sujet? auriez-vous des conseils à me donner?

    Merci

    Répondre
  7. DARLI KISULA

    Les questions du jury sont dans l’inconnu. s’y preparer est une perte de temps. Le mieux c’est de metriser son travail.

    Répondre
    1. Mila

      Ainsi que son français (« sont dans l’inconnu », « le mieux c’est » sont deux expressions incorrectes) et son orthographe (« metriser » n’existe pas, « maîtriser » oui).

      Répondre
  8. MACKET

    je suis sociologue et je vais bientôt soutenir mon mémoire de Master 2 à l’Université de Bangui en RCA. Le thème de recherche s’intitule: les activités d’exploitations artisanales des forêts du domaine non permanent. Enjeux et défis de gouvernance locale .
    Je désire quelques orientation sur comment monter le Power Point.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *