Le printemps numérique de l’histoire : à ne pas rater en mai-juin 2013!

ClioNumerique

.

Je relaie l’annonce de trois événements (auxquels la rédaction de ma thèse m’empêche malheureusement de participer1) qui méritent une attention particulière en ce printemps ensoleillé (!) car ils témoignent du dynamisme des réflexions actuelles concernant les transformations numériques du métier d’historien-ne.

.

.

La fabrique numérique de l’histoire (Ina, Paris – 31 mai 2013)

La quatrième séance de l’atelier organisé par Louise Merzeau et Claude Mussou se tiendra le vendredi 31 mai de 14h30 à 17h30.

« Que peuvent nous apprendre les historiens sur l’usage du Web comme ressource ? De l’historicisation du réseau à l’extraction de données historiques, de l’observation des pratiques aux corpus inédits – par leur taille ou leur format –, la fabrique numérique de l’histoire est l’un des premiers chantiers où l’archivage du Web modifie les conditions d’écriture et de savoir. »

Avec : Alain Bertho, Emmanuel Laurentin, Philippe Rygiel, et Benjamin Thierry

Où ? Ina, Centre Pierre Sabbagh – salle Cognacq-Jay – 83-85, rue de Patay à Paris 13e. Plus d’infos : voir le blog de l’atelier

Conditions de recherche et Digital Humanities (#dhiha5, Paris – 10 et 11 juin 2013)

La cinquième édition du colloque organisé par l’institut historique allemand à Paris sous les auspices de Mareike König sera consacré aux perspectives ouvertes aux jeunes chercheurs par les humanités numériques.

« Ce colloque a pour but d’examiner dans une perspective internationale les conséquences des changements numériques actuels pour les sciences humaines et sociales. Les questions de formation et de carrière, la reconnaissance du travail scientifique, le contrôle sur la qualité et l’évaluation des travaux en humanités numériques seront au centre du débat. Pour permettre aux jeunes chercheurs d’exprimer leurs préoccupations, un groupe de travail préparera en amont du colloque et via les médias sociaux une série de déclarations qui seront débattues au cours de celui-ci. A l’issue de la rencontre, un manifeste reflétant l’essentiel des débats sera proposé. Dans une perspective internationale, nous espérons participer à une nouvelle compréhension de cet aspect important de notre culture scientifique. »

Intervenants des tables rondes : Mareike König, Pierre Mounier, Georgios Chatzoudis, Christian Jacob, Dominique Bouiller, Arianna Ciula, Malte Rehbein, Jean-Michel Salaün, Milena Žic-Fuchs, Denise Pumain, Claudine Moulin, Pascal Arnaud

Le colloque se déroule en francais et en anglais avec traduction simultanée dans les deux langues. Un livestreaming du colloque sera établi. #dhiha5 sur Twitter

Où ? Institut Historique Allemand, salle de conférence – 8 rue du Parc-Royal Paris, 3e Plus d’infos : programme PDF ; carnet « Digital humanities à l’IHA » (sur lequel vous trouverez réunies toutes les contributions élaborées en préparation de ce colloque).

L’histoire numérique / Digital History (Framespa, Toulouse – 13 juin 2013)

Sébastien Poublanc organise, dans le cadre du séminaire transversal international « Instrumentalisation du passé. Les historiens face aux usages de l’histoire » une journée d’études consacrée à l’histoire numérique.

« L’objet de la journée est de réfléchir sur les nouveaux usages impulsés par le mouvement des Digital Humanities dont la Digital History est l’une des émanations.Les thématiques de certaines interventions sont communes aux différentes disciplines des SHS- ALL (Pierre Mounier, Sean Takats, Franziska Heimburger) tandis que d’autres concernent spéci- fiquement l’Histoire (Serge Noiret et Jean-Luc Pinol). Mais toutes ont pour ambition de réfléchir sur la structuration de l’information scientifique, notamment dans sa façon de traiter les données toujours plus importantes que récoltent les chercheurs. À cette fin, la journée est articulée en deux parties.La matinée est consacrée à une réflexion globale sur la place de l’historien dans la cité et sur les contraintes numériques qui modifient son rapport à ses objets d’étude. Dans une seconde partie, il s’agit de présenter les outils qui permettent de digitaliser sources et production scientifique, tout comme les nouvelles façons de travailler ensemble qui en découlent. »

Avec : Serge Noiret, Sean Takats, Pierre Mounier, Jean-Luc Pinol, Franziska Heimburger et Marion Lamé

Interventions diffusées en streaming sur http://instruhist.hypotheses.org/

Où ? Université du Mirail, Toulouse 2, amphi 9. Plus d’infos : programme en PDF ; présentation sur le site du Framespa ; carnet de recherche du séminaire

  1. Encore toutes mes excuses aux organisatrices et organisateurs… []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *