Rédiger une thèse : retours d’expériences

Writing home (cc National Library of Scotland)

Writing home (cc National Library of Scotland)

Pour sa quatrième séance, le séminaire « Le Doctorat, côté pratique(s) » a accueilli trois jeunes docteurs en sciences sociales pour un retour sur expérience de la rédaction de la thèse. Ce séminaire est un atelier pluridisciplinaire organisé par une équipe de doctorants au sein de l’école doctorale 486 ScSo de l’Université de Lyon dans le but d’animer une réflexion suivie autour des différentes étapes du travail de thèse et du parcours d’un doctorant en sciences humaines et sociales. Il souhaite constituer un espace de dialogue pour que les doctorants puissent aborder les questions pratiques liées à la thèse avec des interlocuteurs compétents.

La séance s’est déroulée en présence de la responsable des doctorats d’Histoire et d’Histoire de l’art au sein de l’ED, Isabelle von Bueltzingsloewen. L’impression forte qui se dégage des trois témoignages est la satisfaction que procure la période de rédaction, malgré les périodes de rush, le stress et la fatigue générés par ce travail intense.

Peggy Bette, docteure en histoire contemporaine, titulaire d’un contrat de recherche du Comité pour l’histoire de la Poste, membre associé du Centre de recherches historiques de l’Ouest, Marianne Woollven, docteure en sociologie, actuellement MCF à l’ESPE de Clermont-Auvergne et Antoine Laporte, docteur en géographie, MCF à l’ENS de Lyon, ont successivement raconté comment s’est déroulée leur période de rédaction. Chacun a une expérience différente de la thèse et tous n’y ont pas consacré le même nombre d’années, ni écrit le même nombre de pages : Peggy a soutenu au bout de sept ans et demi une thèse de 700 pages, la rédaction a représenté la moitié de la durée de thèse ; Marianne a fait sa thèse en cinq ans et a rédigé la plus grosse partie du manuscrit entre janvier et juillet de la dernière année; Antoine a soutenu après quatre ans et a rédigé de juillet 2010 à septembre 2011. Les deux derniers ont connu une contrainte institutionnelle forte, liée à l’école doctorale dont ils dépendaient ou, dans le cas d’Antoine, à une co-direction avec un pays étranger. Nous reprenons ici les différents points abordés et les conseils de chacun.

Construire un plan de thèse

La première question qui se pose au moment du passage à la rédaction est celle du plan : à partir de quand doit-on commencer à construire un plan ? Quand peut-on le considérer abouti ? Il faut se laisser du temps, savoir se laisser surprendre par les archives, même s’il est bon de poser ses idées au fur et à mesure. Il faut se laisser la possibilité d’avoir une approche personnelle.

Comment le présenter ?

Pour ce qui est de l’avis du directeur sur le plan, chacun a vécu une situation différente. Peggy a rédigé son plan en fin de troisième année, en parallèle de ses derniers dépouillements d’archives et l’a fait valider par sa directrice de thèse avant de se lancer dans la rédaction. Marianne précise qu’elle n’a pas soumis de plan détaillé à son directeur parce qu’il ne le souhaitait pas véritablement. Pour Antoine au contraire, le plan a été remanié à plusieurs reprises, en fonction des remarques de ses directeurs et des membres de son comité de thèse.

Les trois intervenants conseillent de ne pas trop s’attarder sur le peaufinage du plan : il est amené à changer au cours de la rédaction, même si c’est à la marge, ainsi qu’après la rédaction.

Après avoir défini son plan, Peggy a cherché à l’éprouver en ventilant les notes qu’elle avait prises tout au long de ses recherches dans chacune des parties. Le test pour Marianne réside plutôt dans la spécificité : il faut que le plan soit indissociable de l’objet de recherche.

Peggy affirme qu’il ne faut pas idéaliser son plan. L’aboutissement réel de la thèse est plutôt sa publication qui suppose le travail de rédaction et la prise en compte des discussions avec le jury au cours de la soutenance. Pour elle, tant qu’on est dans la thèse, on ne peut pas trouver le plan parfait et, du coup, il n’y a pas de regrets à avoir. Marianne ajoute que ce qui est important, c’est d’être convaincu au moment de la rédaction de chaque bout de la cohérence de son plan.

S’atteler à la rédaction du manuscrit

Writing Home In Calling Lake Alberta

Writing Home In Calling Lake Alberta (cc Mennonite Church USA Archives)

Pour les trois intervenants, la rédaction de la thèse s’est faite d’une traite à la fin de la thèse, même si certaines notes ou certaines communications ont pu être réutilisées. Cela suppose une discipline dans la recherche : il ne faut pas retourner aux archives ou sur le terrain, sauf pour des questions très précises.

Dans quel ordre rédiger ?

Se lancer dans la rédaction est difficile, les trois docteurs évoquent le renoncement douloureux à tout ce qu’on aurait aimé trouver. Il faut renoncer à la thèse parfaite et affronter un produit fini.

Ils ne conseillent toutefois pas de « remplir des parties », à l’aide de tirets par exemple, pour y revenir après. C’est important de rédiger l’idée : il faut au moins s’obliger à rédiger la première phrase de chaque paragraphe avec l’idée principale. L’écriture est créatrice de sens, il faut en quelque sorte lui faire confiance.

Aucun des intervenants n’a rédigé sa thèse dans l’ordre du plan. Ils sont toutefois d’accord sur l’idée qu’il vaut mieux terminer par la rédaction des introductions, transitions et conclusions de chaque partie, et garder pour la toute fin de la rédaction, l’écriture de l’introduction générale et de la conclusion. Les introductions, transitions et conclusions de chapitre doivent mettre un jury de bonne humeur, c’est donc une chose qu’il faut plutôt faire vers la fin. Antoine ajoute qu’il a plutôt fonctionné par association d’idées, telle partie l’amenant à rédiger telle autre. Marianne suggère tout de même d’avoir une idée précise de l’introduction au moment de la rédaction : elle sert de feuille de route. Peggy conseille de styliser les titres de chaque partie et de faire en sorte que le plan en progression apparaisse systématiquement à côté du document, de façon à concevoir le texte dans son ensemble et non par bouts. Elle n’a donc pas adopté la possibilité de créer un document par chapitre, comme a pu le faire Antoine.

Par contre, elle avait créé un document « brouillon » ou « bouts de thèse » qui servait d’antichambre de la poubelle : au lieu de supprimer un paragraphe qu’on juge finalement inutile ou qui rend une partie trop longue, elle le plaçait dans ce document « brouillon ». Cette démarche lui permettait de lever ses réticences à supprimer certains passages (rapidement récupérables) et d’éclaircir son manuscrit.

Comment avoir une vue d’ensemble ?

A partir de quel moment de la thèse parvient-on à voir la problématique globale ? Peut-elle évoluer pendant la rédaction ? Pour Marianne, la problématique a peu changé entre le projet de thèse et le résultat final. C’est davantage sa manière de présenter les choses qui a évolué. Antoine prend l’image du puzzle : la thèse serait comme un immense puzzle, sauf qu’on ne dispose pas du modèle au début. Les travaux de recherche permettraient de créer les pièces et la rédaction consisterait en leur assemblage. La vision générale s’élabore au fil de la rédaction.

Concilier les activités scientifiques de la thèse et la rédaction

Les présentations faites au cours de séminaires, d’ateliers de doctorants ou les communications proposées pendant les années de thèse aident à la rédaction. Pour Peggy, leur conception suppose une forme de rédaction de la thèse sans qu’on en ait conscience. Elles lui ont permis de faire mûrir sa réflexion et même de développer  des aspects qu’elle ne pensait pas approfondir à l’origine. On ne peut cependant pas faire de copier-coller à partir de ces éléments mais tous contribuent à la formation de notre propos. Antoine rappelle qu’utiliser des articles comporte un avantage indéniable : celui d’exprimer des idées qui ont déjà été validées.

Davantage que les articles, Marianne a utilisé les fiches thématiques qu’elle s’était faites sur plusieurs points de sa recherche. La rédaction de sa première partie est ainsi allée plus vite dans la mesure où la structure des premiers chapitres était faite sur ces fiches. Elles regroupaient du matériau empirique et les analyses qui allaient avec. Si c’était à refaire, elle se forcerait à rédiger davantage ses notes. Il est toujours plus facile de réécrire quelque chose qui a fait l’objet d’un premier jet plutôt que de se lancer dans l’écriture.

Prendre en compte son lecteur

Il peut être intéressant de prendre en compte le point de vue du lecteur lors de la rédaction. Marianne mentionne un reproche d’un de ses relecteurs d’une première version : il regrettait un trop fort effet de suspense, or il est important de guider le lecteur dans la rédaction. Peggy précise néanmoins que c’est surtout une question d’équilibre puisqu’on lui a fait le reproche inverse, celui de dévoiler ses résultats trop tôt, dès les introductions.

Où placer l’état de l’art ?

Marianne a choisi de mobiliser l’état de la littérature sur le sujet au fil du déroulement, quand c’était pertinent. Elle a placé le cadre théorique dans les introductions de parties. Elle précise toutefois que cela était peut-être lié à son sujet, peu traité dans la littérature. Dans le cas où les références sont nombreuses et incontournables, il est peut-être préférable de les mentionner dès l’introduction générale en proposant un état de la recherche clair et complet. Le mieux est de consulter son directeur sur ce point.

La gestion du temps long de la rédaction

Prendre des vacances avant de commencer la rédaction apparaît comme une impérieuse nécessité à l’écoute des trois témoignages. Marianne regrette de ne pas avoir fait cette coupure.

Pour commencer la rédaction, il est important de ne pas se donner des échéances trop strictes ou trop courtes. Peggy précise que sa trop grande organisation l’a plutôt desservie parce qu’on est déçu de ne pas tenir ses propres délais. Antoine explique que le temps de la rédaction n’est pas uniforme, on rédige de plus en plus vite.

Instaurer une routine apparaît comme la façon la plus efficace de gérer le temps long. Les interventions illustrent le fait qu’il n’y a pas une seule façon de rédiger et que cette période suppose une bonne connaissance de soi. Il est tout de même possible de dégager quelques conseils pour l’organisation d’une journée de rédaction.

Il faut se ménager des périodes de repos dans la journée et il est utile de se garder des soirées libres sinon il est difficile de s’y remettre le lendemain. Il semble difficile de dépasser six heures de rédaction par jour et il faut pouvoir passer d’une tâche à l’autre en fonction de son niveau de concentration. La segmentation des tâches doit plutôt se faire sur la journée que sur la semaine, si l’activité professionnelle exercée en parallèle le permet. Les trois intervenants sont d’accord pour dire qu’il est contre-productif de ne pas s’arrêter un jour dans la semaine ou de refuser de prendre des vacances. Ce rythme est toutefois perturbé dans la dernière phase de rédaction, juste avant le rendu final, où le travail est nécessairement intense.

En ce qui concerne l’endroit où rédiger, chacun doit déterminer ce qui lui convient le mieux mais il est bon de changer régulièrement de lieu.

Enfin, il est bon d’être bien entouré. Peggy rappelle que la rédaction est un travail solitaire mais il faut veiller à ne pas de désocialiser. L’idéal est de jongler entre deux types d’entourages, ceux qui sont en doctorat, qui comprennent ce que représente la rédaction d’une thèse, et ceux qui n’appartiennent pas au monde universitaire, qui aident à dédramatiser les choses.

La rédaction est une course de fond, il faut savoir se ménager et apprendre à connaître son tempérament et son rythme. 3 mots d’ordre : vacances, sauvegarde, routine.

Présenter son manuscrit de thèse

Close-up of male hand with manuscript in Bridwell Library (cc SMU Central University)

Close-up of male hand with manuscript in Bridwell Library (cc SMU Central University)

La forme du manuscrit dépend des disciplines et de l’établissement d’inscription. Cela vaut pour la question des feuilles de style, de la longueur de la thèse ou des politiques de notes de bas de page, de fin de chapitre ou de renvoi bibliographique. Il est conseillé de regarder des thèses récemment soutenues pour se renseigner sur ces questions de formes (sans pour autant lire davantage de thèses que ce que demande notre sujet). Lorsque certaines questions de forme sont laissées à la libre appréciation du doctorant, il faut veiller à être toujours cohérent dans les choix adoptés. Peggy rappelle par ailleurs qu’il faut veiller à la question des droits d’auteur pour les documents iconographiques (notamment les photographies).

En ce qui concerne l’équilibre du manuscrit, Marianne précise qu’elle a construit sa thèse en trois parties et huit chapitres qui sont de longueurs inégales. Il faudrait viser à l’équilibre dans l’idéal mais il ne peut être un but en soi. Les pratiques peuvent toutefois différer en fonction des disciplines.

Les remerciements sont un passage obligé et codifié. Il faut aller de l’institutionnel vers le privé et, surtout, ne pas mettre les membres du jury avant la soutenance! Les remerciements peuvent être courts. Il faut ici aussi se référer aux thèses récemment soutenues dans sa discipline.

Pour les sociologues, Marianne détaille son choix pour les extraits d’entretien. Il arrive que ces extraits soient écrits dans des polices petites et resserrées. Elle souhaitait montrer que ces morceaux du texte ont un statut spécial mais qu’ils restent indispensables. Elle a donc davantage joué sur l’espacement du texte.

Quelle part de nous peut transparaître dans la thèse

La question de l’énonciation et de la place du « je » ou du « nous » se pose au moment d’évoquer la part de l’implication personnelle dans la mise en forme. Antoine évoque la difficulté à faire disparaître la dimension sensible de celui qui écrit, surtout quand on aime son terrain. Il souhaitait placer des anecdotes de terrain en introduction de chapitres mais il est revenu en arrière et est passé au « nous ». Il faut accepter que la rédaction d’une thèse est un exercice d’écriture scientifique. Marianne n’a pas réussi à parler d’elle en disant « nous », notamment pour relater les expériences de terrain. Pour Peggy, l’emploi du « je » a presque été imposé pour ne pas donner l’impression de se cacher derrière les formes impersonnelles. Cela aide aussi dans la réflexion et force à être plus rigoureux, notamment dans l’introduction.

Doit-on prendre en compte les exigences de publication ?

La question est posée de la prise en compte de la publication de la thèse lors de la rédaction : faut-il s’en préoccuper pour intégrer les contraintes liées à la publication dès le départ ? Pour Antoine, l’exercice universitaire passe avant les questions de publication et il est prématuré d’y penserà ce stade. Peggy souligne les inconvénients à envisager la rédaction sous cet angle : cela empêche de fournir une bibliographie et une liste des sources conséquentes. Marianne rappelle que la soutenance et les remarques du jury jouent un rôle important dans les logiques de publication.

De l’importance des relectures et des relecteurs

Two Chapters of Persuasion (Jane Austen) London British Library, MS Egerton 3038

Two Chapters of Persuasion (Jane Austen) London British Library, MS Egerton 3038

Quels relecteurs choisir ? Il faut se faire relire par des gens dans sa discipline, d’autres personnes des disciplines éventuellement convoquées et, enfin, par des gens hors du monde universitaire. Le directeur n’est qu’un des relecteurs et Antoine rappelle que si notre rythme de rédaction s’accélère progressivement, on ne peut pas demander à son directeur de pouvoir suivre.

Il faut se faire relire autant que possible en distinguant relectures sur le fond/sur la forme, ce qui permet de ne pas solliciter tout le temps les mêmes personnes.

Les relectures de fond doivent, dans la mesure du possible, être faites par des gens compétents sur la thématique traitée. Marianne suggère de donner une feuille de route à ses relecteurs qui situe le chapitre relu dans l’ensemble de la thèse et qui suggère les points sur lesquels être particulièrement vigilant. Il faut organiser ces relectures de fond dans la mesure où elles demandent un important travail de reprise. Pour Antoine, il faut que ce soit des gens suffisamment proches, qui y consacrent volontiers du temps. Il faut accepter que les relectures puissent être douloureuses.

Les relectures de formes interviennent plus tard et requièrent quelques préalables : il faut s’accorder sur les normes typographiques. Il faut insister auprès des relecteurs pour que les modifications et les commentaires soient bien visibles pour ne pas en rater lors de la reprise.

Marianne a procédé de façon particulière pour la relecture de l’introduction et de la conclusion. Elle a demandé une relecture très pointue du fond pour l’introduction à quelqu’un qui n’avait rien lu d’autre de la thèse. Pour la conclusion, elle s’est tournée vers des amis en lettres pour travailler la qualité plus littéraire du texte dans la mesure où c’est la dernière impression laissée au jury.

Peggy propose une méthode de correction quand la rédaction du manuscrit touche à sa fin. Quelques jours avant le rendu final, on peut organiser une séance de correction avec 4 ou 5 volontaires. Le doctorant divise le manuscrit en autant de présents, sans se compter dans le lot. Les relecteurs font leurs remarques au fur et à mesure, tout le monde est présent donc tout le monde entend les questions. Cette méthode permet un travail d’harmonisation efficace.

Gérer « l’après-rédaction » du développement

Antoine insiste sur les petites choses qu’il faut prendre en compte après la rédaction du manuscrit et qui prennent du temps. Il s’agit de tout ce qui n’est pas dans le développement de la thèse, les introductions, transitions, conclusions et titres. Cela peut également concerner le titre de la thèse. C’en était presque devenu un jeu avec des copains : trouver la meilleure formulation avec une liste de mots clés. La mise en page, les traitements cartographiques et les transcriptions en annexe prennent également beaucoup de temps. Il a fait le choix de ne pas encombrer le manuscrit avec les entretiens et de les graver sur cd.

Les détails liés à l’impression sont enfin cruciaux. Cela va de la question du coût à celle des délais en passant par la question des pages en couleur.

Préparer la soutenance

La préparation de la soutenance suppose de relire intégralement ce qu’on a écrit, ce qui n’est pas évident. Marianne a été incapable de toucher à sa thèse pendant un mois. Les autres éléments importants sont les pré-rapports de soutenance. Ils permettent d’avoir un avis extérieur, de savoir quelles sont les questions qui pourront être posées. Il faut discuter des pré-rapports avec son directeur.

La possibilité d’organiser une soutenance blanche a été évoquée. Ni Peggy ni Marianne n’en ont vraiment eu l’occasion mais elles n’étaient pas particulièrement tentées par l’exercice. Antoine suggère fortement d’aller assister à d’autres thèses dans sa discipline.

Les trois intervenants insistent sur la nécessité de dédramatiser la soutenance. Il est normal que ce soit un moment qu’on appréhende, il y a quelque chose du rituel. On n’est cependant pas pris au piège : on est le plus spécialiste de notre sujet. Il faut prendre la soutenance comme un moment privilégié : on peut engager une discussion sur son sujet de recherche avec cinq spécialistes. Il s’agit moins d’un tribunal que d’un débat.

Le pot de thèse est un moment de sociabilité universitaire incontournable. Peggy précise qu’il faut déléguer, faire organiser son pot par quelqu’un d’autre et s’y prendre à l’avance.

Pour poursuivre ces remarques sur la rédaction de thèse, nous vous suggérons de consulter également « Comment écrire sa thèse ? Quelques conseils » (par ).

*

[Envie de partager votre expérience d’écriture de thèse ? N’hésitez pas à le faire en commentaire !]


20 réflexions au sujet de « Rédiger une thèse : retours d’expériences »

  1. bombardier

    Bonjour.

    Je lis un manuscrit de thèse afin de signaler les fautes d’orthographe.
    Cette thèse comporte un prologue et une introduction. Bien que je ne sois pas chargé d’une relecture de fond, je me demande si c’est « normal » ou pas.

    Qu’en pensez-vous ?

    Bonne journée.

    Répondre
  2. KEIPO

    Je trouve vos conseils très pertinents. Ce que l’on retient, c’est qu’il n’y a pas de recettes types pour entreprendre une thèse. Cependant, une bonne méthode d’approches s’avère nécessaire, et c’est ce que cette plate-forme tente de nous montrer. Encore merci.

    Répondre
  3. Ping : Bibi66 | Pearltrees

  4. Ping : L ECRITURE SCIENTIFIQUE LA REDACTION D UNE THESE | Pearltrees

  5. Ping : Doctorat/ recherche | Pearltrees

  6. Ping : Organiser le désordre | acquis-de-conscience

  7. AdrienT

    Les fautes d’orthographe sont vraiment un calvaire, en tout cas pour moi. J’ai beau me relire, j’en trouve régulièrement… Pour ma thèse j’avais envoyé mon fichier texte à [liens suppr. par E.Ruiz], un site de correction trouvé un peu par hasard et comme ça j’ai pu faire corriger ma thèse : 2500 corrections, rien que ça. Et pourtant, je me débrouille très bien en orthographe ! Donc voilà, ne pas hésiter à se faire relire par des vrais experts pour régler la question une bonne fois pour toutes. Se faire relire par des proches, ça ne sert strictement à rien, si ce n’est perdre du temps et compliquer les choses.

    Répondre
    1. Émilien Ruiz

      Merci pour ce commentaire. Votre message ne semble pas être un spam commercial. Je le publie donc mais me permets de supprimer le lien au cas où je me tromperais. Dans tous les cas les lectrices et lecteurs du blogs sauront trouver facilement des prestataires de relecture de documents.

      Une précision néanmoins :

      Se faire relire par des proches, ça ne sert strictement à rien, si ce n’est perdre du temps et compliquer les choses.

      Eh bien, en fait, cela sert au moins à une chose : économiser des centaines, voire des milliers d’euros. Je suis allé sur le site que vous indiquez et, pour les 392.000 mots de ma propre thèse, au tarif le moins élevé indiqué sur le site (c’est à dire 0,004€ par mot) cela m’aurait coûté la coquette somme de 1.568€ de faire relire ma thèse par de « vrais experts ». Pour un doctorant en fin de thèse, ce n’est généralement pas négligeable.

      Si la relecture par des proches ou (idéalement) par des collègues, voire – cela arrive – par son ou sa directrice de thèse ne produit pas toujours un document parfait, on ne saurait dire que cela ne sert « strictement à rien ».

      Répondre
  8. Ping : J'ai commencé à écrire ma thèse | acquis-de-conscience

  9. Ping : Quelle écriture pour la thèse ? Compte rendu du café doctorant du 10.04.2014 | ENthèSe - Ressources pour la thèse

  10. Ping : [Ping] | L’Oreille tendue

  11. alix

    bonjours question simple, e peux écrire ma these en me fesent aider par des proche? me faire faire les corrections de cette dernière avant de la présenté? en gros une thèse peut être finaliser par plusieurs personne pour un représentent au final? rien ne prouvent que je ne l’ ais pas finaliser tout seul… es possible? j’ ais le droit? quel risque? merci… est pour savoir, cela ne me concerne pas directement, mais une personne qui là eux , j’ estime que c est de la triche perso, non?

    Répondre
  12. Marie-Anne

    Bonjour,
    Merci pour ce compte-rendu et ce site qui répondent à un grand nombre de mes questions.

    J’ai cependant une interrogation supplémentaire. J’achève la correction de mon mémoire en ce moment et je m’interroge quant à l’utilisation du « monsieur, madame ». Je m’explique :
    Lorsque dans le corps du texte, j’évoque tel auteur encore vivant dois-je lui assigner un « monsieur » et avec ou sans majuscule? Lorsque l’auteur est décédé, cela change-t-il quelque chose?
    Par ailleurs, lorsque je présente une personne rencontrée dans les sources dois-je faire précéder son nom d’un « monsieur » (avec ou sans majuscule)?

    Lors de la rédaction initiale du mémoire, je n’avais pas mis de « monsieur » aux auteurs, mais aux personnes évoquées dans les sources, cela me permettait de combler un vide, car bien souvent je ne dispose pas du prénom de la personne en question.

    Je cherche désespérément une réponse claire à cette question. Pouvez-vous m’aider? Y a-t-il une règle universitaire bien définie?

    Merci!

    Répondre
    1. Émilien Ruiz

      Bonjour, À ma connaissance il n’existe pas de règle en ce domaine. En ce qui me concerne, je n’ai jamais utilisé ni même rencontré dans mes lectures d’ouvrage ou de thèses, la mention de « Monsieur » ou « Madame » avant la citation du nom d’un auteur ni même d’un acteur cité dans les sources. Mon conseil serait donc plutôt de ne pas utiliser cette formulation sauf contre indication de votre directeur ou directrice de recherche. Bonne continuation.

      Répondre
  13. Laurence

    Il n’y a pas de recette magique mais cet article me rassure et me donne le moral ainsi qu’une certaine marche à suivre pour ma thèse. Merci pour ces conseils.

    Répondre
  14. PrW

    Je crois qu’il faut aussi dédramatiser tout cela et se dire qu’il n’existe ni de solution miracle, ni de soutenance parfaite, ni de configuration optimale.
    Il est importante de prendre des conseils, mais également de faire ce que l’on croit être le plus juste.

    Quand je lis par exemple qu’il faut relire sa thèse en intégralité, je ne suis pas d’accord : j’ai fini de rédiger en juillet, soutenu en novembre et je n’ai pas ouvert ma thèse (1300 pages) entre les deux. Et ma soutenance s’est très bien passée.
    Il faut éviter tout déterminisme et croire dans ce que l’on fait.

    Répondre
  15. Jonathan

    Merci pour avoir pris le temps de rédiger ce très bon compte-rendu (d’une séance qui certainement dû être très riche). Me concernant, ce sont effectivement des questions qui me turlupinent au moment de faire le grand saut.

    Cette recommandation en particulier me semble salutaire : « 3 mots d’ordre : vacances, sauvegarde et routine ». Plus facile à dire qu’à faire, mais oui, promis, on y pensera ! Rendez-vous dans six mois… 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *