Entre histoire et actualité : Les Archives par S. Cœuré & V. Duclert

Depuis le rapport Braibant demandé par le premier ministre Édouard Balladur en 1996, qui a dressé un bilan de la loi sur les Archives de 1976, les archivistes militent, soutenus par les historiens, pour remettre en question un système particulièrement complexe et peu efficace, manquant de transparence et de praticité.

Les ArchivesC’est dans ce contexte qu’a été écrit, et qu’agit, un petit livre de 128 pages, Les Archives, paru en 2001 aux éditions La Découverte et réédité en 2011 en réaction à l’évolution permanente de son propos. L’ouvrage de Sophie Cœuré et de Vincent Duclert affiche une ambition plurielle, et tient une place particulièrement importante au sein de l’historiographie des archives françaises.

Sophie Cœuré est une historienne française, spécialisée dans l’histoire du communisme et de la Russie aux XIXe et XXe siècles. Elle a enseigné à l’ENS, puis à l’université Paris Diderot. Les Archives constituent son premier ouvrage spécialisé dans ce domaine. Elle l’explore à nouveau en 2007 dans La mémoire spoliée : Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, Payot, Paris, 2007. La réédition de 2011 s’enrichit ainsi d’exemples tirés de l’histoire des archives soviétiques, et de cette histoire des archives françaises, dont fait partie l’exemplaire original du traité de Versailles.

Vincent Duclert est professeur d’histoire spécialiste de l’affaire Dreyfus. Depuis Les Archives, en 2001, il a consacré un certain nombre de ses ouvrages à l’administration du savoir : Quel avenir pour la recherche ? , publié par Flammarion en 2003; Le gouvernement de la recherche. Histoire d’un engagement politique, de Pierre Mendès France au général de Gaulle (1953-1969) paru aux éditions La Découverte en 2006; ou encore La France, une identité démocratique : les textes fondateurs, édité au Seuil en 2008. Il s’agit donc de deux historiens pionniers, qui ont ouvert un domaine de recherche dans lequel ils imposent aujourd’hui leurs travaux comme incontournables.

Les auteurs ambitionnent certes d’établir l’histoire des archives, ce qu’ils sont les premiers à faire, mais aussi de présenter leur état dans la France contemporaine, et de relayer les enjeux nouveaux auxquels elles doivent nécessairement être confrontées à l’heure de l’informatique. Manuel de l’archiviste et de l’historien, cet ouvrage tient également lieu de plaidoyer pour une organisation plus moderne et parfaitement démocratique des archives, fondement sans lequel l’historien se verrait privé de sa matière première. La systématisation de l’enregistrement des traces, l’optimisation de leur classement et la diversification des fonctions de l’archiviste sont autant de nécessités auxquelles les auteurs tâchent de confronter citoyens et responsables politiques.

Il s’agit d’un ouvrage de vulgarisation autant que de revendication, à la fois pédagogique et polémique, qui en dépit de cette apparente diversité de tons et de discours trouve son unité dans l’appel à l’éveil d’une conscience publique des archives.

L’efficacité de son propos repose sur un plan particulièrement clair et fluide, qui distingue les différents enjeux et les différentes acceptions du terme « archive », dès le titre annoncé comme pluriel. Il définit ce que sont les archives, établit leur histoire, explique la nécessité de leur conservation et les modalités de leur exploitation.

Plan de l’ouvrage

Introduction : Une histoire à écrire

I- La Fondation des Archives. Une histoire longue.
(les archives avant les Archives –VIe-XVIIIe siècle ; Le temps de la fondation : La Révolution française et les archives ; les Archives au XIXe ; Les Archives au XXe siècle ; les hésitations de la Ve République)

II- L’encadrement législatif et réglementaire : de la loi de 1979 au code du patrimoine.
(La loi de 1979. Les sources du droit ; Le code du patrimoine et la loi de 2008)

III- Les services d’archives en France. Structures et évolutions du réseau national.
(Archives de la Défense et des Affaires étrangères ; Archives de France ; Archives nationales ; services autonomes d’archives centrales ; collectivités territoriales ; archives privées)

IV- Archives, archivistes, archivistique.
(Profession archives ; Les missions des archivistes ; Vers une archivistique internationale ?)

V- Publics des Archives, usages des archives.
(La recherche en histoire ; Les archives, patrimoine des citoyens ; Archives exposées, archives étudiées, archives repensées.)

VI- Les archives « mémoire du monde » : l’internationalisation des enjeux.
(archives polémiques ; Archives, justice et mémoires nationales ; La diversification des modèles.)

Conclusion : La fin d’un cycle historique des archives ?

Afin de synthétiser le propos des auteurs sur l’histoire des archives tout en restituant sa dimension critique, nous  distinguerons trois temps de la vie d’un document d’archive : sa collecte, sa conservation, et ses exploitations. Pour chacun de ces temps nous dégagerons le fondement théorique de l’histoire de son application, et de l’état des lieux actuel.

 

À la base de la démocratisation des sujets historiques : la collecte des documents d’archives

Fondement théorique d’une histoire de tous

En 1770, il existe en France 5700 lieux de conservation des documents publics et privés. Depuis les grands conflits de droit du Moyen-âge, comme celui qui oppose les royaumes de France et d’Angleterre autour du duché de Guyenne pendant la guerre de Cent Ans, la conscience de la nécessité juridique et administrative des archives a progressé. Cependant elle ne répond à aucune dimension d’ordre national.

En 1789, la Révolution et les principes démocratiques qu’elle porte prennent les archives dans leur tourmente. Armand Gaston Camus, député du Tiers État, réclame que des mesures soient prises en faveur de la publicité des débats et de leur transparence. Le 12 septembre 1790, les Archives Nationales sont créées, et les archives d’Ancien Régime sont saisies.

En théorie, les Archives sont dès lors l’instrument démocratique que Camus réclamait. Mais jamais au cours du XIXe siècle elles ne sont dotées de moyens suffisants pour saisir, collecter et protéger les documents que le droit leur approprie.

La loi de 1979 réaffirme le principe de saisir démocratique, et tout document personnel, privé ou public, doit être saisi, dans le respect d’une gamme de délais en fonction des implications hypothétiques de sa publication. Mais ces délais et le manque de coopération des détenteurs des archives privées (archivistes d’entreprises ou héritiers de particuliers), mettent en branle l’application de la loi Braibant : les archives n’ont toujours pas assez de moyens.

Compromis, déni et manque de moyens : les “archives secrètes“

Au-delà du manque de moyens évoqué précédemment et qui complique considérablement la saisie des documents se pose de problème de l’intérêt privé des politiciens. On se heurte ici à l’un des éléments qui font de la démocratie française, qu’on voudrait exemplaire, une démocratie encore incomplète : la culture du compromis. C’est l’entité émettrice des documents d’un homme politique qui est habilitée à évaluer leur nature, publique ou prive. Si elle estime que le document est d’ordre privé, le délai légal de saisie est plus long (100 ans après la naissance de l’homme concerné, ou après sa mort). Le but original est de préserver les politiciens de l’exposition de leur vie privée, de leur état de santé, etc.… mais la marge d’interprétation leur permet de dissimuler tout document compromettant pour n’être jugé qu’après leur mort.

En 2008, la protection de la vie privée est reconnue par la loi, afin de prévenir la destruction des documents compromettants : les archives “sensibles“ ne sont ainsi pas détruites, et on préfère à leur destruction la “privation légale temporaire d’un bien public“.

Les archivistes privés, aux sources de la perception historique

La conscience de la contribution des archives à la mémoire de la nation instaurée par la loi, ainsi que de leur utilité juridique et administrative, amènent les organismes privés, familles ou entreprises, à conserver et classer leurs archives. Partons du plus petit échelon : chaque individu conserve ses factures comme preuve de l’achat d’un service et du droit à en disposer. Dans le cas des papiers d’un ancêtre important, prenons l’exemple des archives Maupas, qui ont fait l’objet d’un colloque en décembre 2013 à Pierrefitte-sur-Seine. Tous les papiers émis pendant son activité politique de préfet puis de ministre ont été consignées par son secrétaire, à sa demande. A sa mort, ses enfants héritent d’une malle pleine de ces documents. Ils la montent au grenier, l’y oublient. Elle y résiste à une humidité extrême, et est retrouvée en 1990 par un descendant du préfet. Ayant pris conscience du contenu de la malle, il le transmet aux archives nationales à la fin des années 1990, et pendant plus de dix  ans les archivistes travaillent à sa restauration, sa numérisation et son inventorisation, pour finalement rendre publique l’action de Maupas. Sans cette conscience privée de la nécessité de conserver les traces du passé, de nombreux détails de la vie du préfet auraient été passés sous silence. Les archives les mieux conservées sont sans doute celles des grandes entreprises, qui disposent d’archivistes privés. Elles ne croupissent plus, on ne les perd plus, mais la mission de l’archiviste privé ne se limite pas à ces dimensions : à la source de l’histoire, ils orientent la perception des documents : par le classement interne qu’ils en font, avant communication, ils peuvent valoriser certains éléments et tâcher d’en dissimuler d’autres.

Conservées et triées par des archivistes privés, professionnels ou de fortune, les archives sont ensuite saisies par les archivistes d’état, triées et restructurées. Mais cette fois encore, les moyens manquent.

Si la conscience archivistique est donc développée, le manque de moyens de l’Etat nuance ce constat: un déni de démocratie convenu, à plusieurs échelles et implications, semble nécessaire à l’établissement, à terme, de l’Histoire, dont l’Etat n’est pas seul tributaire.

Optimiser la lisibilité des archives : la conservation et le classement

Relever le défi démocratique et faire face aux afflux massifs

La première mission des archivistes des Archives Nationales est de contrôler le document émis.

Il faut éprouver l’authenticité du document : de son auteur, de son lieu d’émission, de sa date, afin de pouvoir l’exploiter dans un contexte reconnu comme authentique et cohérent. Il faut vérifier qu’il ne s’agit pas d’un faux, d’une tentative de réhabilitation d’un personnage que l’histoire a condamné, ou autre. L’archiviste doit ensuite collecter et sélectionner les documents, selon l’intérêt qu’il représente, l’exploitation que pourront en faire les historiens et son caractère exceptionnel ou régulier. 80 à 90% des documents sont détruits. Les pièces retenues deviennent documents d’archives et sont classées, par dates et par catégories, en fonds inamovibles. Elles sont inventoriées, et une référence unique et inaltérable leur est attribuée. Ainsi un chercheur dirigé, à la lecture d’un ouvrage, vers tel fond des archives, y trouvera les documents indiqués par l’auteur même un siècle après la rédaction de cet ouvrage.

Mais l’afflux massif de documents, à la suite de la loi de 1979, au-delà du travail précédemment cité qu’il induit, encombre le site déjà saturé du Marais et pose le problème de l’accessibilité des documents ainsi que de la lisibilité des archives.

La dispersion physique des Archives

Pour régler la question de l’encombrement du site des archives du Marais, l’Etat a doté les Archives Nationales de deux sites complémentaires : Fontainebleau en 1969 et, plus récemment, Pierrefitte-sur-Seine.

Le site de Paris, dans l’hôtel de Soubise, accueille les Archives de l’Ancien Régime ; le site de Pierrefitte-sur-Seine s’inscrit dans sa continuité chronologique en conservant les archives postérieures à 1789. Enfin le site de Fontainebleau s’adresse principalement aux historiens de la Ve République, dans la mesure où il conserve les documents d’archive émis après 1958.

Mais quelque lisible que soit la complémentarité entre les sites, elle pose un problème nouveau : la dispersion des centres d’archives. Cette dispersion des archives Nationales, associée à la déclinaison entre Archives Nationales, Départementales, archives de conservation publique ou privée, complique la tâche du chercheur. En ressort l’impression que la masse de documents à traiter est trop importante pour pouvoir en assurer la centralisation physique.

La solution numérique : dématérialiser l’archive

Le numérique est par essence adapté à l’archivistique : sur le net, toute activité laisse une trace. Aucune donnée, fut-elle effacée de l’historique, n’est impossible à recouvrer. Les documents d’action sont donc immédiatement conservés. A la collecte ainsi automatisée, à l’automatisation possible du classement des données, s’ajoute un atout d’intérêt majeur pour la recherche : la mise à disposition en ligne, permettant une consultation plus facile des documents, et la mise en commun des archives internationales. Un tel dispositif épargnerait aux chercheurs les déplacements vers les centres d’archives régionaux ou étrangers, et faciliterait considérablement la recherche tout en constituant une réelle économie pour les universités. Prenons l’exemple du site www.camillocavour.com, qui rend accessibles à tout internaute les correspondances de Cavour. Il lui manque cependant la rigueur dans la référence que l’on trouverait pour un document laissé aux archivistes d’état. L’Etat a un retard considérable dans la dématérialisation des données. En France, le projet Navimages de 2004 rend accessibles certains fonds, par exemple les Archives Napoléon, depuis internet. Mais l’accès ainsi que l’extraction des documents sont fastidieux et ne fonctionnent pas sur tous les navigateurs (qui utilise encore Internet Explorer 6 ?)

Mais sur internet plus qu’ailleurs, il est également possible de falsifier des documents et de diffuser de fausses informations. Plus qu’ailleurs, les missions de tri et de valorisation des éléments n’y doivent être oubliées. L’archivistique ne saurait être automatisée, et est toujours le fruit d’une réflexion scientifique. Le rôle d’une institution comme l’École des Chartes est donc toujours à l’ordre du jour, en dépit de la compétition que fait internet aux archivistes pour les fonctions de collecte et de tri. Aujourd’hui le métier d’archiviste ne peut pas s’y résumer, et doit se recentrer sur la problématisation des archives, leur questionnement à la source, en amont de la recherche.

De l’histoire nationale à la mémoire familiale : les publics et les exploitations des archives

Pédagogie et patrimoine public

Les documents d’archives représentent avant toute chose un atout pédagogique : utiliser la source comme témoignage d’un fait historique permet de souligner son authenticité, ou de légitimer ses acquis. Une des meilleures façons d’ancrer dans les consciences les droits de l’homme, par exemple, est d’insérer une copie de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen  dans les manuels scolaires. La contemplation du document original, presque sacralisé, sacralise avec le fait historique ses implications et sensibilise durablement les citoyens. Mais établir ainsi un primat de l’image, c’est prendre le risque de la vulgarisation en trompe l’œil, c’est donner un lustre qu’ils n’ont pas à certains évènements à travers des éléments de propagande, dans une relecture magnifiée de l’Histoire (à l’instar du tableau de Delacroix La liberté guidant le peuple.) On voit les excès auxquels cela a pu mener, sous de nombreux régimes totalitaires, où de puissants symboles historiques et citoyens remplaçaient la vérité à des fins d’endoctrinement. Il convient donc de toujours considérer le document d’archives comme source et non comme illustration du fait historique. De ceci découle l’intérêt de rendre les documents d’archive accessibles à tous, dans des musées (comme le Musée de l’Histoire de France créé en 1867) ou sur des sites internet (L’Histoire par l’Image).

Conscience du patrimoine privé

Pierre Nora, en 1992, entérinait le “passage d’une conscience nationale unitaire à une conscience de soi de type patrimonial“. De cette évolution dans le rapport des français à l’Histoire, à leur propre histoire, découle un autre rôle des archives, subordonnées à la généalogie et à l’histoire familiale.

Les Archives nationales sont dans la plupart des cas à exclure de ces recherches. En revanche les fonds privés, mais surtout les Archives Départementales, sont particulièrement précieux pour qui ambitionne d’établir la généalogie de sa famille ou de mieux connaitre la vie d’un ancêtre. Les archives départementales conservent en effet tous les actes de naissance et de décès, ainsi que les correspondances des familles nobles.
Les archives servent donc la conscience individuelle sur les deux registres patriotique et familial.

La recherche historique

Le XIXe siècle marqua une époque de rapports conflictuels entre archivistes et historiens. Les premiers se voyaient investis de la mission sacrée de conserver les reliques du passé, de préserver ses traces, tandis que les autres, à la suite de Jules Michelet, souhaitaient y accéder, les faire sortir de l’anonymat de leurs placards, investis pour leur part de la mission critique. En 1930, l’accès aux sources n’est plus problématique, et les historiens ne doivent plus faire face à une opposition constante des archivistes. Les revendications de l’Ecole des Annales en attestent : il ne s’agit plus de gagner le droit d’accéder aux sources, mais de savoir comment les traiter. Si l’ambition de Michelet était avant toute chose d’accéder aux sources pour restituer ce qu’elles disent de l’histoire, les historiens des Annales adoptent une posture dégagée de toute dimension sacralisante par rapport aux archives : les documents d’action sont certes sources de l’histoire mais pour autant il ne faut pas être dupe du caractère partial de ces traces. Il faut critiquer le document et croiser les sources entre elles, et désacraliser le document pour éprouver leur apport à l’Histoire, qu’il s’agisse de documents officiels ou secrets, extraordinaires comme banaux.

Les pages 80 à 85 de l’ouvrage de Vincent Duclert et Sophie Cœuré sont consacrées à cette utilisation particulière des archives. Comme dans le reste du livre, leur démarche est à deux temps : ils font d’abord état de l’histoire de l’exploitation des archives par les historiens, avant de synthétiser les grands enjeux de méthode.

Naviguant en premier lieu « aux sources du métier d’historien », ils tâchent de mettre en évidence la fondation de cette discipline comme science, basée sur l’observation rigoureuse des sources. Ils rappellent les revendications de l’école méthodique (pouvoir connaître et exploiter toutes les archives) et des « Annales » ( “Les textes, sans doute, mais tous les textes. Et pas seulement les documents d’archives en faveur de qui on crée un privilège. […] Les textes évidemment, mais pas rien que les textes“, prônait Lucien Febvre en 1933), qui ont amené à un élargissement et à une diversification des matériaux pouvant être tenus pour sources par l’historien.

Puis retournant à leur manuel de l’apprenti historien, Cœuré et Duclert rappellent « les règles de la critique ». Au-delà de la critique externe effectuée par l’archiviste et dont nous avons parlé plus haut, c’est la critique interne effectuée par l’historien qui oriente véritablement le sens de la source, qui le fait émerger. L’historien critique le sens, la sincérité de ce qu’il lit, son exactitude, et sa cohérence, en vertu des connaissances ont il dispose déjà sur le contexte. C’est donc armé d’une thèse, et tâchant d’en éprouver la solidité, qu’il entreprend d’ouvrir le ventre aux archives et de leur faire rendre leur vérité. Comme le résumait Henri Marrou, “Nous connaissons du passé ce que nous croyons vrai de ce que nous avons compris de ce que les documents ont conservé. “ L’extraction d’informations d’un document est donc toujours partielle, orientée, “sympathique“, pour reprendre le terme des auteurs. S’établit donc une sorte de dialogue entre passé et présent, dont la restitution par l’écrit constitue le souci principal de l’historien. Pour que l’histoire puisse être pensée comme science, il faut que son objet de légitimation, la source, soit au cœur des textes. Les conclusions d’un travail au plus proche des documents d’archives, à l’image du travail de Daniel Roche sur le journal intime d’un compagnon vitrier, semblent dès lors avoir un fondement véritable. Mais le récit historique doit également et avant toute chose trouver un public, raconter une histoire et être entendu. La dimension narrative ne doit donc pas être méprisée. Tout l’art d’un historien comme Jean Teulé repose sur sa capacité à faire surgir du passé les destins de personnages comme le poète François Villon, Coquillard errant du XVe siècle, à plusieurs reprises supplicié. Le risque de faire primer la dimension romanesque sur la rigueur scientifique est cependant de faire passer le personnage historique pour un personnage de fiction. L’historien habile doit donc trouver sa voie, son équilibre, mais ne jamais laisser aucun des deux plateaux de la balance historique toucher le sol.

*

L’ouvrage de Cœuré et Duclert, qui assume la double charge d’établir l’histoire des archives et d’en dresser un état des lieux à l’époque contemporaine, est particulièrement riche et efficace. Il parvient, en 128 pages, à articuler la présentation du système, utile au chercheur en histoire autant qu’à l’apprenti archiviste, à la mise en évidence de ses limites, qui appelle responsables politiques et citoyens à œuvrer pour l’accomplissement démocratique d’une science essentielle à la patrie comme à chaque individu.

Si les archives sont reconnues depuis désormais deux siècles comme fondement démocratique d’une histoire de tous autant que de chacun, les moyens leur manquent encore : tout document émis par les institutions publiques et privées est en théorie saisi et conservé par les archives nationales, mais les moyens actuels ne le permettent pas. Ce sont donc souvent des archivistes privés ou amateurs qui relaient les archivistes d’état dans leurs nombreuses attributions (collecte, authentification, conservation, inventorisation et mise en valeur des documents). Cette charge de travail considérable des archivistes, ainsi que l’encombrement progressif des lieux de conservation des archives donnent à voir la solution de l’archive numérique comme providentielle : plus facile à collecter et à inventorier, potentiellement de façon automatique, elle économiserait des années de travail et des millions d’euros. Elle faciliterait par ailleurs la constitution d’un patrimoine européen voire mondial des archives. Mais Internet constitue tout autant un piège de l’archivistique : falsifier des documents y serait également plus simple. En rien on ne pourrait donc faire l’économie de la science archivistique telle qu’enseignée à l’École des Chartes, ni des archivistes professionnels. Il faudrait au contraire renforcer leurs moyens et leur nombre pour leur permettre de faire face à leurs attributions nouvelles.

La diversification et la multiplication des publics et des espaces de publications des archives devrait permettre de peser en ce sens : l’accès à la source comme légitimation d’un évènement (dans les manuels scolaires ou sur les sites internet), son exploitation dans les thèses et mémoires d’historiens multiplient ses tribunes ; la diversification des champs de questionnement historique, l’émergence de fonds nouveaux et la conscience du patrimoine familial, elles, multiplient les publics et exploitations des archives. L’accomplissement démocratique de ce fondement de la République est en bonne voie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *