« Compter les arbres » : une histoire des forêts méridionales dans la première modernité

 Je m’attendois que n’ayant jusqu’a present fait aucun voyage que dans vostre cabinet, parcourant un livre ou une carte de geographie, vous voudriez bien commencer à voyager en effet avec un voyageur et  un coureur de pays comme moy et avec une compagnie aussy charmante qu’estoit la nostre.

Louis de Froidour, Lettre I, 1667

 Travailler sur la forêt, lorsque l’on est historien, revient à heurter les certitudes : non, étudier les sylves n’est pas l’apanage des seuls géographes et autres biologistes ; non, elle n’est pas un objet abstrait que nous ne saurions nous approprier faute de formation. Elle est, bien à rebours, une ressource primordiale pour les Hommes de l’Époque moderne, à l’instar du pétrole et de l’électricité de notre siècle ; en tant que telle, elle génère à son corps défendant tout un entrelace d’interactions complexes qui font d’elle l’enjeu de luttes impitoyables pour se l’approprier. Communautés laïques, ecclésiastiques, nobles, particuliers… Tous ont en commun un féroce appétit pour le patrimoine ligneux. Une voracité que partage l’État monarchique, qui distingue dans le contrôle de la ressource sylvestre un moyen de s’implanter au plus près des populations les plus lointaines dans ce qu’elles ont de plus intime : leur rapport au bois. Ce sont ces interactions, entre sociétés et sylves, État et populations, forêts et individus, qui forment le cœur de ma thèse consacrée à la construction de l’État via le contrôle des étendues boisées dans l’espace méridional, tout au long de la première modernité.

Dans ce contexte, l’historien est parfaitement légitime pour s’approprier l’objet forêt, dans une logique transdisciplinaire associant géographie, sociologie, histoire du droit et archéobotanique ; et pour faire mentir ce cher Georges Bertrand, il est primordial de s’y intéresser avant qu’elle ne soit défrichée, à partir d’un corpus de source unique : celui de la Grande Réformation du XVIIe siècle1.

Les Eaux et Forêts de France

Carte 1 : Grande maîtrise de Toulouse en 1665. Copyright : Sébastien Poublanc

Carte 1 : Grande maîtrise de Toulouse en 1665. Copyright : Sébastien Poublanc

Étudier la forêt s’effectue essentiellement à partir des sources produites par les Eaux et Forêts de France, institution créée sous Philippe le Bel et qui est théoriquement présente dans l’intégralité des possessions royales. À la fois administration et tribunal extraordinaire sur le fait forestier, elle a initialement pour rôle de gérer le patrimoine boisé du souverain.

Le XVIe siècle marque un tournant : l’accroissement du pouvoir monarchique lui permet de mettre sous tutelle les les forêts des communautés laïques et ecclésiastiques de tout le royaume. Pour faciliter le bon ménage d’autant de sylves, l’institution est scindée en plusieurs entités régionales : les grandes maîtrises des Eaux et Forêts. Elles chapeautent plusieurs structures (les maîtrises particulières) et sous-structures subalternes (les grueries, verderies) jusqu’à l’échelle d’une forêt (la garderie). À leur tête se trouve un tribunal d’appel – la Table de Marbre – dont les membres forment aussi le personnel de la grande maîtrise.

Il convient toutefois de ne pas voir en cette organisation un processus uniforme et organisé : de fortes disparités persistent sur le territoire ;  plus les régions sont excentrées vis-à-vis du centre politique royal, plus la structuration des Eaux et Forêts est aléatoire, jusqu’à être parfois inexistante.

Dans l’espace méridional qui est le mien, leur construction est particulièrement anarchique : une seule grande maîtrise, six maîtrises particulières, une gruerie et un bureau forestier se partagent une étendue comprise entre le Rhône et l’Atlantique, de la Méditerranée jusqu’à Clermont-Ferrand et Grenoble  (cf. cartes 1 et 2). Elle est le résultat des soubresauts d’un espace dont les différentes entités constitutives n’entrent que progressivement dans l’orbite royale.

Carte 2 : Carte des maîtrises royales des Eaux et Forêts au début de l’administration de Colbert (1661). Source : Michel DEVÈZE, Une admirable réforme administrative. La Grande réformation des forêts sous Colbert (1661-1683), Nancy, Imprimerie G. Thomas, 1962.

Carte 2 : Carte des maîtrises royales des Eaux et Forêts au début de l’administration de Colbert (1661). Source : Michel DEVÈZE, Une admirable réforme administrative. La Grande réformation des forêts sous Colbert (1661-1683), Nancy, Imprimerie G. Thomas, 1962.

Si les premières institutions sylvicoles apparaissent dès le XIIIe siècle, il n’existe aucun système de production d’archive systématique, ni même de protection des données avant le XVIIe siècle : dans le joyeux chaos propre à l’Ancien Régime, les composantes forestières s’opposent, se confrontent, sont contestées, ; ses membres molestés, assassinés… bref, tout concourt à donner l’impression d’une immense gabegie dont la gestion sylvestre – celle-là même qui est censée procurer des deniers par la vente des grumes2 et la location des pacages3 – est la moindre des préoccupations. Dans ce contexte, impossible d’étudier la forêt et ses interactions faute de sources.

Il faut attendre l’avènement de Louis XIV pour que la situation évolue favorablement : en 1661, la Grande Réformation des forêts est entamée ; elle ne s’achève qu’en 1685. Pendant plus de deux décennies, des commissaires réformateurs sont envoyés dans chaque département forestier afin d’en faire la réformation4. Ils fournissent ainsi un instantané de la vie forestière de la période. Mieux encore, leurs enquêtes les emmènent à recoller l’intégralité des documents qui ont trait aux affaires sylvicoles, permettant alors de remonter dans les siècles et de comprendre la construction de l’institution, les luttes de pouvoirs, les réactions des populations et les impacts sur le milieu forestier.

La forêt de papier de la Grande Réformation méridionale : 1665-1673

Le principal artisan de la réformation méridionale se nomme Louis de Froidour : précurseur de la sylviculture, il appartient aux « ancêtres mythiques » des ingénieurs forestiers5. Son statut exceptionnel s’explique par l’activité incessante qu’il déploie lors de la réforme de la grande maîtrise de Toulouse : sans cesse par monts et par vaux, à cheval, à pied, à litière… il arpente, mesure, visite la majeure partie des forêts commises à sa garde :

Je vous en parleray comme un homme curieux, qui a visité tous les lieux, qui s’est appliqué à tout voir & à tout connoistre, qui a tout mesuré mesme, ou fait mesurer pied à pied, & qui en a fait tirer des plans tres exacts, afin que rien ne pût échaper à sa connaissance6

À ses côtés, plus d’une centaine de personnes (arpenteurs, greffiers, procureurs…) produit et recolle les archives à l’échelle de chaque forêt7.

Plus d’un millier de plan sont levés8, accompagnés des procès-verbaux d’arpentage et de mesurage des forêts qui décrivent avec plus ou moins d’exactitude les confronts entre les sylves et les terres avoisinantes, les repères physiques qui permettent de les borner et de les soustraire à la convoitise ; l’état général des peuplements, les essences présentes, les dégradations ; les usages dont elles sont chargées.

Plan 1 : Plan et figure de la forest royalle de Leguille en Lauragois contenant la quantité de 421 arpents, Archives départementales de la Haute-Garonne, 8 B 006, f°134 v.

Plan 1 : Plan et figure de la forest royalle de Leguille en Lauragois contenant la quantité de 421 arpents, Archives départementales de la Haute-Garonne, 8 B 006, f°134 v.

Chaque communauté – propriétaire ou simple usagère – est contrainte de fournir les pièces justificatives de ses prétentions devant le tribunal de la réformation. Il en va de même des nobles et des particuliers qui possèdent des bois en coseigneurie ou toute installation industriel sise aux reins des forêts (mines, moulins, verreries, poteries etc.). Les réformateurs en examinent la validité et confrontent la défense des communautés aux témoignages des gardes forestiers, ainsi qu’à leurs propres avis motivés par les visites sur le terrain.

Une fois les procès achevés, les dossiers sont archivés, cotés, recopiés et dotés d’un instrument de recherche ; ainsi marquées et centralisées, les archives sont renfermées dans de fortes armoires afin d’éviter toute perte dans ce fonds si durement constitué. Chaque maîtrise particulière dispose ensuite de registres qui synthétisent le contenu des dossiers, les règlements anciens et nouveaux, ainsi que les prescriptions d’aménagements forestiers : un véritable système d’information voit ainsi le jour ; il est le principal instrument dont use l’État pour interagir avec les populations méridionales, et ce, jusqu’au XIXe siècle.

Les axes de recherche

Ceci étant posé, l’analyse des relations anthropiques peut s’effectuer à partir du fonds de la réformation qui constitue une opportunité rare pour comprendre les interactions sociales et de mesurer l’anthropisation forestière9. Le foisonnement exceptionnel de pièces d’origines diverses procure plusieurs axes de recherche, ici présentés à la manière de George Pérec dans Penser/Classer :

  • Une histoire sociale de la forêt :

– déterminer les grands mouvements d’octroi des libertés communales, qui correspondent à des phases d’extensions des populations et d’intenses défrichements. Certaines sylves disparaissent totalement mais l’espace est toujours considéré comme boisé et géré comme tel ;

– découvrir, répertorier et cartographier les industries consommatrices des fruits de la forêt ; leur présence – bâtiments en activité ou ruines – permet de borner les forêts, de repérer celles qui ont disparu et de déterminer les interactions économiques et humaines tout autant qu’à estimer l’ampleur de la déforestation ;

– analyser les moyens de populations dont le pâturage représente le principal expédient et qui sont les acteurs dominants des dégradations forestières ;

– comprendre la mentalité de populations qui s’approprient des usages et qui interagissent avec les bois sans forcément prendre en compte l’épuisement de la ressource ;

– rechercher les réseaux économiques de vente de bois : du trafic local aux bois de marine en passant par le ravitaillement de Toulouse, plusieurs cartels de marchands de bois jouent de leur influence pour accaparer les revenus afférents ;

– matérialiser les phénomènes de résistance des habitants – de l’injure à l’assassinat, en passant par la résistance passive et les recours au conseil d’État – qui assimilent l’intrusion de la monarchie et de ses normes à une attaque contre leur culture. Dans ce contexte, la forêt devient un objet totem qui cristallise les oppositions au roi ;

  • Une histoire de l’intrusion de la « monarchie absolue » dans les affaires des provinces méridionales :

– retracer le patrimoine boisé du souverain, à partir des possessions originales des comtes de Toulouse, des chartes, privilèges et autres actes ;

– retisser l’armature des structures forestières du XIIIe siècle au XVIIe siècle, ainsi que d’en mesurer l’influence tout autant que les carences ;

– montrer que l’héritage de l’époque médiévale est extrêmement vivace au XVIIe siècle : plus que tout, l’environnement forestier se caractérise par la très longue durée, que ce soit dans la gestion des bois ou dans les réseaux sociaux qui en découlent ;

– étudier la réformation comme un processus extraordinaire qui provoque un bouleversement dans la grande maîtrise : elle définit un âge de raison où le domaine de l’arbre est arpenté, mesuré, borné et qui s’oppose aux règles héritées de la période médiéval ;

– analyser les réactions des populations et les négociations passées avec les agents du roi pour définir un nouveau réseau social ;

– matérialiser les réseaux sociaux des forestiers en place et définir celui établi par Louis de Froidour, dans la lignée des travaux de Thierry Sarmant et Mathieu Stoll10 ;

– déconstruire la figure de Louis de Froidour, présenté comme l’archétype du grand commis d’État en raison de sa mise en valeur sous la IIIe République bourgeoise et méritocratique ;

  • Une histoire du milieu forestier :

– localiser et décrire chaque forêt afin de constituer une base de données géoréférencée à destinations des chercheurs en géographie, en biologie et en écologie ;

– héberger la base de données en ligne dans la droite ligne des d’Humanités Numériques ;

– mesurer l’ampleur des dégradations à partir des cartes et des procès-verbaux des années précédentes et croiser les données avec les phénomènes endogènes et nationaux ;

– comptabiliser les volumes de grumes vendus, leurs dimensions et déterminer les aménagements territoriaux nécessaires pour les extraire (aménager le lit des rivières, percer des chemins en montagne, réaliser des routes…) ;

– analyser les règlements forestiers – passés et rédigés par les réformateurs – pour déterminer les impératifs sociétaux ;

– insérer les forêts dans leurs milieux, ceux des sociétés méridionales à partir des lettres de Froidour et des procès-verbaux : avant même le pyrénéisme ou les voyages en âne de Stevenson dans les Cévennes, le réformateur offre dans ses écrits des descriptions de grande valeur – pré-ethnologiques – des modes de vies locaux ;

– décanter les données historiques pour pallier les lacunes de l’archéoscience dans une perspective pluridisciplinaire : c’est par exemple le cas de l’étude sur Sainte-Croix-Volvestre qui croise les travaux de géographes, de palynologues, d’un pédoanthracologue… et d’un historien.

Travailler sur la forêt ne peut donc être réduit à la seule comptabilité des arbres : les sylves sont des mondes sociaux qui fourmillent d’une vie riche, faite d’interactions complexes que les sources permettent de reconstituer. L’ensemble de ces questionnements se croise et s’entrelace, donnant corps à la trame mémorielle d’arbres dont les règles d’aménagement ont été édictées quatre siècles plus tôt et qui sont encore vivants aujourd’hui.

  1. Georges BERTRAND « Pour une histoire écologique de la France rurale », in Histoire de la France rurale, Paris, Seuil, 1975, vol. 4/1, p. 86. []
  2. Pièces de bois. []
  3. Pâturages. []
  4. Réformation : opération visant à rétablir l’état antérieur des choses. Dans le monde forestier, elles acquièrent un caractère cyclique dès l’époque médiévale et visent à mettre fin aux abus dans les forêts. Des commissaires réformateurs enquêtent, statuent et édictent des règlements censés améliorer la situation. []
  5. Pour la formation et l’héritage de Froidour, cf. Jérôme BURIDANT, « Froidour avant Froidour : l’action de Louis de Froidour dans les forêts du nord de la France, 1651-1666 », Les Cahiers de Framespa. Nouveaux champs de l’histoire sociale, http://framespa.revues.org/2267. []
  6. Paul de CASTÉRAN, Lettres écrites par M. de Froidour, grand maître enquêteur et général informateur des Eaux et Forêts au département de la grande maîtrise de Languedoc à M. de Hericourt, son procureur général à Toulouse et à M. de Medon, conseiller au présidial de Toulouse, publiées avec des notes par M. Paul de Casteran,, Auch, Imprimerie et lithographie G. Foix, 1899, p. 2. []
  7. Pour la description et l’analyse de cette véritable forêt de papier, cf. Sébastien POUBLANC, « L’usage de l’archive comme fondement du pouvoir monarchique : la forêt de papier de la réformation de Froidour (1666-1673) », Les Cahiers de Framespa. Nouveaux champs de l’histoire sociale. , http://framespa.revues.org/2329 []
  8. Cf. plan 1. []
  9. Le fonds est disponible de manière quasi-intégrale aux Archives Départementales de la Haute-Garonne, sous-séries 8 B et 1 A. []
  10. Thierry SARMANT et Mathieu STOLL, Régner et gouverner: Louis XIV et ses ministres, Paris, Perrin, 2010. []

5 réflexions au sujet de « « Compter les arbres » : une histoire des forêts méridionales dans la première modernité »

  1. Ph Crémieu-Alcan

    Un bel article qui montre toute la diversité de la forêt et la richesse d’études qui puvent en être tiré. Plus prosaiquement, je cherche la surface de quelques unes des maitrises de cette grande maîtise de Toulouse. Pouvez-vous m’aider ?

    Répondre
  2. Ping : “Compter les arbres” : une histoire des forêts méridionales dans la première modernité | Ordonner la forêt

  3. Ping : Un garde forestier nommé Louis XIV | Mondes Sociaux

  4. Sébastien Poublanc Auteur de l’article

    Bonsoir,
    Merci beaucoup pour votre commentaire.
    Il y aurait beaucoup à dire pour vous répondre, aussi vais-je tenter d’être très synthétique.

    1 – La place d’une fonction dans l’administration forestière : tout dépend de l’époque, du lieu… et de ce que l’on qualifie de fonction ! Originellement, Froidour est « conseiller du roi en ses conseils, président et lieutenant général civil et criminel au baillage et en la maitrise des Eaux et Forêts du comté de Marle et de La Fère ». Il est donc titulaire d’un office de justice qu’il acheté au roi. Il a pu le faire dans la mesure où il est gradué en droit de l’université.
    À l’opposé, ses « employés » ont des profils divers ; les énumérer s’apparente à un inventaire à la Prévert : il peut s’agir d’autres officiers des forêts (rares), d’officiers de justice royale, d’arpenteurs, de nobles locaux, de marchands de bois, d’avocats, d’intendants, de greffiers, d’huissiers, de gardes du roi, de miliaires et d’experts divers. Parmi eux, le personnel forestier est minoritaire. Ils disposent d’une commission ou d’une subdélégation, mandat temporaire destiné à accomplir leur partie de la réformation.
    Pour certains d’entre eux, la réformation est un tremplin : insérés dans les réseaux du réformateur, il acquièrent des charges dans l’institution forestière dont Froidour est devenu le grand maître.

    2 –Un exemple de la permanence : lorsque le roi de France prend possession du comté de Toulouse au XIIIe siècle, il crée des offices des garde (custodes) chargés de veiller sur ses sylves. Une partie d’entre eux existe toujours lors de la réformation : de gardes, ils sont devenus des capitaines forestiers, c’est-à-dire des officiers intermédiaires qui administrent une forêt.
    Sans statuts, oubliés des ordonnances, ils se sont octroyés le droit de nommer leurs propres gardes forestiers qui ne répondent qu’à eux. Certains d’entre eux se permettent même de rendre la justice, au détriment des ordonnances. Ils sont l’exemple même d’une sous-structure qui a traversé les siècles avec succès – prouvant ainsi sa résilience intrinsèque –, dont le statut a évolué et dont les offices se transmettent de père en fils.

    Répondre
  5. François-Ronan Dubois

    Merci beaucoup pour ce billet extrêmement instructif qui éveille en moi de nombreuses questions, parmi lesquelles j’en sélectionne deux :

    1. Je m’interroge sur la place d’une fonction dans l’administration forestière pour ceux qui l’occupent, au sein d’une carrière. Vous évoquez le cas de Lois de Froidour et soulignez qu’il est entouré de nombreuses personnes qui l’épaulent dans son travail de régularisation. Qui sont, sociologiquement, ces employés ? Est-ce que pour eux, la gestion étatique de la forêt est une carrière de toute une vie ou un tremplin vers d’autres fonctions ?

    2. Je trouve très intéressant que vous évoquiez, dans les axes de recherches possibles, la question de la continuité entre la période médiévale et la période moderne. De manière générale, je crois que les modernistes ont beaucoup à apprendre des médiévistes, comme on a pu le constater dans les années 1980 dans le domaine de l’histoire du livre, par exemple, pour prendre un domaine que je connais mieux. Je sais qu’il n’est pas évident de choisir, mais pourriez-vous, pour satisfaire ma curiosité, donner un petit exemple de cette continuité ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *