Les historiens, Vichy, Gramsci et Zemmour : l’erreur de perspective

[En guise d’introduction, par Émilien Ruiz – Difficile d’échapper, depuis quelques semaines, au battage médiatique autour du livre publié par Éric Zemmour… Plusieurs historiens ont été amenés à réagir aux outrances de l’éditorialiste, que ce soit sous forme d’entretiens ou de tribunes1
Le succès présumé de l’ouvrage invite toutefois à s’interroger : fallait-il répondre ? si oui pourquoi et surtout comment ? Il en va ainsi du rôle social de l’historien-ne : en acceptant de se déployer sur le terrain des faussaires de l’histoire, ses interventions ne leur donnent-ils pas une certaine légitimité ? La question est d’autant plus importante qu’il n’est pas interdit de penser que l’entretien du « buzz » autour du livre – auquel, paradoxalement, ce billet participe – n’est pas pour rien dans son succès. Mais au-delà du cas particulier de Zemmour, il faut rapprocher son succès éditorial de celui que rencontrent, depuis plusieurs années, des livres fondés sur un substrat idéologique très proche de celui de Zemmour2 , et dont les manipulations se parent souvent des atours de la vulgarisation. Le succès de tels « travaux » contraste sévèrement avec la situation de crise que traverse l’édition en sciences humaines et sociales.
Cette situation nous invite à réfléchir collectivement à la place qu’occupent les sciences sociales dans le débat public et à la façon dont nous souhaitons transmettre nos recherches au « grand public ». Alors que faire ? Je n’ai bien entendu pas de réponse… mais je suis à peu près sûr que la solution ne passe pas par une reconversion des historiens en animateurs de jeux télé. Il me semble en revanche que, parmi les réponses possibles, il ne faut pas négliger les initiatives, collectives ou individuelles, sur Hypothèses ou ailleurs3 , qui visent à expérimenter de nouvelles formes de communications savantes4 . C’est la raison pour laquelle, alors que la réaction à l’actualité ne fait pas partie des objets traditionnels traités ici, j’ai décidé d’aborder ces questions sur Devenir historien-ne. Denis Peschanski a récemment partagé quelques réflexions à ce propos sous la forme de deux posts publiés sur Facebook le 21 octobre. Il a accepté ma proposition de les réunir ici sous la forme du billet qui suit.
]

*

Quelques-uns de mes amis historiens parmi les plus renommés, dont Robert Paxton et Serge Klarsfeld, se trouvent à répondre à Zemmour en pleine page du Monde sur Vichy et les Juifs. Je me retrouve pour beaucoup dans leur propos, mais là n’est pas la question. Par leur positionnement, ils ont fourni, à leur corps défendant, un statut, une légitimité; le partage d’un terrain d’expertise.

La place de l’historien dans l’espace médiatique a profondément changé. Après la grande légitimation à partir du milieu des années 1970, on a connu le passage à l’expertise. Double effet pervers:

  • Les commissions d’historiens reposaient sur la conviction qu’il y avait UNE/LA vérité en Histoire alors qu’il n’y a ni une, ni plusieurs vérités, mais plusieurs lectures vraies des traces laissées par les événements passés en fonction des questionnements.
  • Dans cette logique, plusieurs collègues ont accepté de se lover dans cette reconnaissance, quitte, par une parole collective, à laisser penser qu’une forme d’ordre des historiens était porteur/gardien de ladite vérité.

Le phénomène montra sa perversité quand l’expertise ne venait pas de la compétence que l’historien s’était construite, mais du statut institutionnel et médiatique qu’il avait. Il fallut quelques erreurs flagrantes pour revenir aux fondamentaux. Pour autant, la question est posée de la légitimation de la parole historienne quand le discours médiatique obéit à des règles qui ont complètement changé. Dans un mécanisme assez subtil de personnification/individuation, l’expertise s’est reportée sur l’éditorialiste, la mise en scène a pris le pas sur la rationalité rhétorique et la temporalité s’est accélérée.

Avec les réactions suscitées par la publication du livre de Zemmour, on retrouve les mêmes ingrédients qu’en 1978 quand, dans l’erreur partagée du Monde qui osa publier un article en majesté de Faurisson et des personnalités aussi renommées que Vidal-Naquet et Vernant qui, en initiant dans la foulée une pétition le visant ont participé à la légitimation du falsificateur, alors même que ces derniers dénonçaient la falsification.

Faut-il pourtant ignorer le circuit du bateleur Zemmour dans les médias et, surtout, le succès stupéfiant de son ouvrage décliniste ? Non, bien sûr, car il y va du rôle social de l’historien. Mais, à mon sens, il faut situer le débat là où il doit l’être. Il y a, à mon sens, deux points d’accroche si l’on part de son propos sur Vichy :

1* On relèvera d’abord que Zemmour s’inscrit dans un double héritage qui n’en fait en rien un iconoclaste novateur et perturbateur.

Voyons le premier. Dans un discours qu’il n’a pu prononcer, le 20 août 1944, Pétain voulait dire au peuple français qu’il transmettait le relais du pouvoir au général de Gaulle, dans une continuité de la légitimité en quelque sorte, en réécrivant l’Histoire des années noires par la complémentarité affichée entre les deux hommes: le général tenait le glaive contre l’Occupant, ce dernier ne pouvant, de son côté, atteindre trop les Français grâce au bouclier tenu par le maréchal. Le mythe pétainiste du glaive et du bouclier était né. Vint, dès les procès de l’épuration, la déclinaison de cette thématique, y compris dans la référence aux Juifs français puis, de façon récurrente, la thèse fut reprise pour réintégrer, en quelque sorte, Vichy dans la communauté nationale.

Le second héritage est plus ancien; le corpus idéologique que Zemmour propose dans son livre est une réactualisation des thématiques très traditionnelles de l’extrême droite française dont les avatars les plus connus se sont retrouvés chez les anti-dreyfusards et à Vichy.

Pour résumer : la crise est nécessairement intérieure; elle signe le délitement de la société et ce délitement est le résultat d’un complot; ce complot est ourdi par les forces de l’Anti-France, pour reprendre la formule de Pétain, ou plus simplement par le bouc-émissaire choisi. Ce sera ici le Juif, le communiste, l’étranger, le franc-maçon, là la gauche, les féministes, les immigrés ou le lobby gay. Qu’on remonte à Maurras au début du 20e siècle et l’on retrouve des ennemis de l’intérieur du même acabit.

2* Si l’on s’attache au présent, le livre de Zemmour et, surtout, son succès nous apprennent beaucoup mais sur la France d’aujourd’hui.

Gramscien de raison à défaut de l’être de cœur, Zemmour mène le combat sur le front principal, celui de l’hégémonie culturelle. Ce qui fait sens c’est qu’il propose une grille d’analyse, un discours qui tourne car il est pleinement cohérent et fournit des clés.

L’écho qu’il obtient témoigne d’une radicalisation majeure d’une partie de la société française et, bien au-delà, de l’écho de telle ou telle thématique. L’audience vaut en quelque sorte par cercles concentriques : beaucoup y trouvent une grille d’analyse globale crédible par sa cohérence même, même si « l’on » ne prendra pas tout nécessairement; d’autres y piocheront telle ou telle confirmation de leur analyse du moment.

Il y a donc beaucoup à dire sur ce succès de librairie tam-tamé par les médias. Mais, surtout, qu’on ne vienne pas à légitimer tant soit peu l’homme et son discours en croyant les combattre.

*

  1. Quelques exemples : Robert Paxton interrogé par Pascal Riché, « Robert Paxton : « L’argument de Zemmour sur Vichy est vide »« , Rue 89, 9 octobre 2014 ; André Kaspi, Laurent Joly et Denis Peschanski interrogés par l’AFP, »Réhabilitation de Pétain par Zemmour : «absurde et faux» selon des historiens« , Libération, 18 octobre 2014 ; Jacques Sémelin interrogé par Nicolas Truong, « Polémique Zemmour : « Une inacceptable falsification idéologique »« , Le Monde, 18 octobre 2014 ; Une tribune de Robert Paxton « Polémique Zemmour : « Vichy, une collaboration active et lamentable »« , Le Monde, 18 octobre 2014 ; Une tribune de Serge et Arno Klarsfeld, « Polémique Zemmour : « La France de Pétain est totalement associée à la solution finale contre les juifs »« , Le Monde, 18 octobre 2014 []
  2. De Lorànt Deutsch à Dimitri Casali pour n’en citer que deux. Voir les analyses du collectif Aggiornamento à ce propos, ici, ou par exemple  ainsi que l’ouvrage intitulé « Les historiens de garde«  []
  3. Je pense notamment, au collectif qui anime Fragments sur les Temps Présents dont nous reparlerons prochainement  []
  4. À ce propos, je vous invite aussi à prendre connaissance des propositions d’Ivan Jablonka, L’Histoire est une littérature contemporaine  Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Le Seuil, 2014 []

3 réflexions au sujet de « Les historiens, Vichy, Gramsci et Zemmour : l’erreur de perspective »

  1. Ping : La polémica Éric Zemmour (El suicidio francés) | C L I O N A U T A : Blog de Historia

  2. Ping : [Ping] Entre extimité et éducation populaire | Fragments sur les Temps Présents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *