Quelques conseils à l’historien-ne qui voudrait y aller…

Le billet de Thibault le Hégarat et de Benoît Vaillot posait la question de savoir s’il était bon ou non pour l’historien d’intervenir dans les médias. C’est la question qui se pose à chaque nouvelle sollicitation et qui, bien que Pierre Bourdieu ait posé les limites de l’exercice, se pose peut-être encore aujourd’hui au jeune historien avec plus d’acuité avec la crise de l’université. Mais, comme le soulignait Thibault, l’historien qui souhaite « y aller » se trouve souvent confronté à un univers inconnu pour lequel il n’a pas été préparé. Aussi, puisque je pouvais m’appuyer à la fois sur la présentation des Historiens de garde et sur ma collaboration avec des productions télévisées de documentaires et programmes historiques, j’ai pensé réunir ici quelques réflexions tirées de ces expériences afin qu’elles puissent être utiles à celui ou celle qui souhaiterait répondre à des sollicitations des médias.

La question de la légitimité

Dans un premier temps, il me semble essentiel de régler la question de la légitimité avant de répondre à une sollicitation. Si vous acceptez, c’est que vous vous sentez légitime et compétent relativement au sujet sur lequel on vous demande d’intervenir. Si je parais enfoncer là une porte ouverte, c’est aussi que cette question peut apparaître particulièrement paralysante pour un doctorant ou un jeune chercheur alors qu’il est habitué à une hiérarchie très marquée au sein de l’université française et qu’il est donc rarement encouragé à se sentir légitime. De fait, cette légitimité, il me semble que vous pouvez y prétendre tant que vous ne vous laisserez pas entraîner sur le chemin de l’opinion. En quête de « petites phrases », les journalistes ne manqueront pas de vouloir vous y conduire et c’est là qu’il faut être méfiant. Ne cherchez pas les formules qui font mouche, contentez-vous d’exprimer clairement et simplement ce que vous avez à dire. Tant que vous rendrez compte des pratiques historiennes, que vous aiderez à les démystifier aux yeux du public, tant que vous vous en tiendrez à rendre compte de vous résultats de recherche, vous n’avez aucune raison de douter de vous. Vous pourrez alors proposer des outils pour mieux comprendre plutôt que les réponses toutes faites qu’attendent les journalistes.

Le cas favorable du documentaire télévisé

Soulignons tout d’abord que le dispositif n’est pas toujours foncièrement hostile à l’historien. Il est en effet courant d’être sollicité pour participer à un documentaire. Dans ce cas, le réalisateur assume son caractère d’auteur et il prendra le plus souvent le temps de discuter avec vous, de comprendre votre pensée avant de vous proposer de passer devant la caméra. Néanmoins, même dans ce cas, il est préférable de tenir compte de quelques règles. La principale d’entre elles est d’être prudent avec l’usage des termes jargonnant qu’un public non initié ne comprendrait pas spontanément. Cela ne veut pas dire qu’il faut renoncer à l’utilisation de notions complexes mais simplement qu’il faut toujours penser à faire suivre les définitions dès que vous faites usage de l’un de ces termes. Dans le cas contraire, ces séquences risquent d’être coupées au montage et votre intervention largement réduite. De la même manière, pour plus de clarté, l’usage de phrases simples est préférable aux phrases complexes.

L’enregistrement d’une séquence pour un magazine

C’est le cas qui justifie le plus de questionnements de la part de l’historien mais c’est aussi celui qui tend à être le plus courant tant les paroles « d’experts » sont actuellement prisées. On attend généralement de vous que vous fournissiez un discours déjà prévu par la production, très souvent, il s’agit de porter une contradiction à l’invité en plateau qui, lui, aura tout le temps de vous répondre et de balayer vos arguments en plateau. Accepter d’y aller implique donc de rechercher le maximum d’efficacité au sein d’un dispositif biaisé. Aussi, il ne s’agit plus ici seulement de recommander l’usage de phrases simples mais bien de se l’imposer. En effet, votre temps de parole est très souvent réduit à un laps de temps compris entre trente et quarante-cinq secondes, si vous faites des phrases trop longues, vous risquez de fournir un matériau trop abondant qui pourra être monté à loisir et se tourner d’autant mieux contre vous.

Pour ce type d’intervention, il est également important de tenir l’entretien, j’entends par là qu’il ne faut pas chercher à plaire au journaliste. C’est à lui de se conformer à vos attentes. Mieux vaut privilégier un entretien où vous serez assis confortablement sans être pour autant trop tassé dans votre fauteuil (évitez les fonds constitués de bibliothèques qui vont renforcer votre position d’expert surplombant – et arrogant – dans laquelle la production veut vous placer). Vous pouvez demander à ce qu’on vous paye un café, c’est la moindre des choses et cela vous permettra de reprendre vos esprits avant l’enregistrement. Vous pourrez aussi discuter un peu avec le journaliste pour mieux comprendre où il souhaite vous emmener et lui signifier que vous n’êtes pas aisément impressionnable. Il est important de paraître détendu à l’image, le stress rend la voix plus aiguë et vous capterez mieux l’attention des téléspectateurs en étant calme. Pour cela, prendre le temps de quelques respirations profondes avant la rencontre peut être d’une aide précieuse. Pour des questions de rendu à l’image, je déconseillerais les entretiens en extérieur quand le temps est mauvais. Encore une fois, si le lieu choisi par le journaliste ne vous convient pas, si vous ne vous y sentez pas à l’aise, vous êtes en droit de demander à changer de lieu.

En outre, pour mieux tenir l’entretien, il me semble préférable de refuser d’intervenir à plusieurs au sein d’une même séquence. Si le journaliste sent une faiblesse chez l’un d’entre vous, il va immédiatement s’engouffrer dans la brèche et vous ne pourrez plus rien contrôler.

*

En conclusion, je ne parlerai que brièvement des interventions plus longues. D’une part, je n’en ai qu’une expérience limitée avec une intervention dans Du grain à moudre sur France Culture mais surtout, le contexte est généralement plus favorable à l’historien. Si on accepte de le laisser s’exprimer plus longuement, c’est aussi le signe que l’on accorde un véritable intérêt à sa parole. Néanmoins, les conseils ci-dessus sont toujours utiles, notamment celui de se sentir détendu pour pouvoir s’exprimer clairement. Toutefois, si vous vous trouvez dans le cadre d’un débat, il est important de connaître les noms des autres invités. Il peut alors être utile de se préparer un peu en amont avec l’aide de collègues. Ils pourront vous aider à passer en revue les thèmes qui risquent d’être abordés et les positions que vous pouvez adopter afin de n’être pas totalement pris au dépourvu par un contradicteur.


6 réflexions au sujet de « Quelques conseils à l’historien-ne qui voudrait y aller… »

  1. Ping : « L’Histoire, un enjeu très politique ! » 3 vidéos à visionner sur Mediapart | Devenir historien-ne

  2. Charles

    Bonjour,
    J’ai du mal à chaque fois à trouver l’auteur des billets. Je pense que ça devrait apparaître plus clairement, dans le titre par exemple.
    Merci.

    Répondre
      1. Claire Lemercier

        Quand même, je me demande si dans un coin de la mise en forme du site il n’y aurait pas un moyen de faire que les noms d’auteurs apparaissent sous le titre, ou si c’est en bas, en plus grand et en clair…

        Répondre
        1. Émilien Ruiz

          Si, absolument, mais pour cela il faut que les contributeurs et contributrices inscrivent un petit quelque chose dans l’espace prévu à cet effet dans la section « Profil » du tableau de bord WordPress (« À propos de vous » > « Renseignements biographiques »). Voir ce billet par exemple. Le seul compte pour lequel ce n’est pas possible, c’est le compte « Collectif ».

          Répondre
  3. Ducol

    Article très intéressant et qui m’a fait (gentiment) sourire. Les conseils qui sont donnés là sont à quelques uns près ceux que l’on donne aux apprentis journalistes dans les écoles. Donc il n’y a pas de raison pour que les rencontres ne soient pas productives. A condition que chacun soit honnête avec les règles de son métier…
    Une ancienne enseignante en école de journalisme

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *