Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (2)

Billet rédigé par Thibault Le Hégarat* et Benoit Vaillot**

[Début novembre, Thibault Le Hégarat et Benoit Vaillot furent contactés par le journaliste d’une société de production qui préparait un sujet pour l’émission de télévision « Un soir à la tour Eiffel » dont l’invité principal devait être Lorànt Deutsch.

Ils étaient revenus sur cette expérience dans un premier billet où ils évoquaient les raisons pour lesquelles ils avaient accepté d’y participer, leurs attentes et leurs craintes avant la diffusion de l’émission. Ce premier billet a suscité plusieurs réactions et échanges intéressants, notamment à travers un billet d’Aurore Chery, ici même, ou un autre de Michel Deniau sur son blog (et, bien sûr, de façon moins formelle, sur Twitter…) Comme ils l’avaient annoncé le 5 novembre, Thibault Le Hégarat et Benoit Vaillot reviennent sur le résultat dans ce second billet : alors, fallait-il y aller ?]

L’absence de débat contradictoire

Thibault Le Hégarat : Il ne me faisait aucun doute que les discussions qui auraient lieu dans cette émission de divertissement ne pourraient s’apparenter à un réel débat contradictoire. C’est aussi la raison pour laquelle j’ai accepté de répondre à des questions, pour que la parole d’un chercheur soit présente dans l’émission.

En fait de débat contradictoire, nous n’avons vu qu’une discussion entre non-historiens qui ont disposé d’environ vingt minutes pour répondre à quelques critiques que nous avions formulées. Le goût de la polémique, pourtant fréquent dans les talk show, était ici réduit à sa portion minimale, et la discussion sur le plateau fut dominée par le consensus. Un consensus en faveur des invités. À la fois le sujet filmé, l’animatrice et les trois « snipeuses » étaient unanimement en faveur des deux non-historiens sur le plateau. Seul Jacques Weber a présenté un avis différent.

Benoit Vaillot : Tout comme Thibault, j’ai accepté de participer pour qu’une parole autre que celles de Lorànt Deutsch et Franck Ferrand soit entendue. Je ne m’attendais pas pour autant à un débat contradictoire portant sur les usages sociaux de l’histoire, étant donné que c’est une émission de divertissement. J’ai quand même été surpris de la façon indécente dont la soupe a été servie aux invités. En ce sens, le traitement réservé à Lorànt Deutsch a bien été le même que dans d’autres émissions, si ce n’est encore plus patent.

Le consensus était complet, et seule l’image du foie gras reprise en plateau par les invités a été un moment un peu « remuant » pour l’assistance. Lorànt Deutsch a été piqué au vif d’être assimilé à du pâté de chevreuil, et c’est très bien ainsi. Jacques Weber, également invité — information que nous n’avions pas eue — n’a selon moi pas présenté un avis différent. Jacques Weber utilise lui aussi l’histoire à des fins politiques, ou plus précisément il y participe, à travers la pièce de Bernard-Henry Lévy, Hôtel Europe. Certes, l’usage de l’histoire sert ici le projet européen, là où Lorànt Deutsch s’en sert à des fins réactionnaires, mais nous avons affaire dans les deux cas à des non-historiens qui manipulent l’histoire à des fins politiques, et qui méprisent en chœur la science historique.

Le plateau de l’émission révélait ainsi bien la consanguinité d’une élite médiatique, parisienne, et sûre d’elle-même.

À quoi avons-nous assisté ?

TLH Comme la majorité des talk show, celui auquel nous avons assisté était une émission de promotion de ses invités. L’invité principal a été présenté sous un jour positif par la présentatrice, et deux courts sujets diffusés pendant l’émission ont eu pour but de le rendre sympathique. Après une telle présentation, toute critique qui serait formulée à l’encontre de l’invité avait des chances d’être mal reçue par le téléspectateur. Le second invité de la séquence, Franck Ferrand, cible des mêmes critiques de la part de la communauté des chercheurs, venait en renfort de Lorànt Deutsch. Sans doute mieux rodé à l’exercice de la réponse, il a apporté des arguments différents, dans un sens plus pertinent que ceux de son voisin de plateau.

Le dispositif de cette émission était donc entièrement conçu pour que la parole contradictoire que nous apportions soit, sinon discréditée, au moins écartée. Nous avons eu le mauvais rôle, quand bien même nous ne faisions que présenter des avis assez largement partagés par les chercheurs et enseignants en histoire (encore une fois, l’essentiel a été coupé au montage). Il était toutefois intéressant de voir qu’une émission de divertissement se soit saisie d’un sujet comme l’histoire, tout comme il était évident que ce ne serait pas le lieu d’un débat serein et constructif.

Plus que d’une émission de promotion, on pourrait parler d’autopromotion pour France Télévision. Certes, deux programmes de Chérie 25 et M6 sur l’histoire ont aussi été cités, mais l’essentiel de celles citées étaient des émissions de France Télévision. L’ouvrage de Lorànt Deutsch, Métronome, a été adapté en série pour France 5 (qui distribue aussi le DVD). Franck Ferrand présente L’ombre d’un doute sur France 3. Il a aussi été fait mention de Des racines et des ailes, le magazine d’histoire et de patrimoine de France 3. Quant à Stéphane Bern dont il a été question, il présente Secrets d’histoire sur France 2. L’occasion pour Alessandra Sublet de glisser qu’elle « adore cette émission » et qu’elle est « très fière d’être sur France 2 […] première chaine a avoir passé une émission d’histoire en prime time », celle de Bern donc, en donnant à cette occasion la date et le sujet du prochain numéro de Secrets d’histoire. La présentatrice a oublié de rappeler que dès 1957 était diffusée en première partie de soirée à la télévision française La caméra explore le temps, émission d’histoire mêlant reconstitution et débat, qui a passionné les Français pendant neuf ans (j’avais parlé de cette émission dans mon entretien mais cela a été coupé). Quant à Éric Zemmour, qui a été évoqué sans qu’aucun avis négatif ne soit entendu à son sujet, comme le rappelait Benoit dans le précédent billet, son émission Zemmour et Naulleau est produite par Troisième Œil, la même boîte de production que celle d’Un soir à la tour Eiffel. Le mot d’autopromotion me paraît assez approprié pour qualifier le discours entendu dans cette séquence.

Au vu des choix de la production et de l’organisation de la séquence, les conditions n’étaient donc pas réunies pour que le sujet soit traité de manière impartiale, il y avait un parti pris en faveur des invités et de leurs ouvrages et émissions.

BLV Oui, nous avons eu le mauvais rôle dans cette émission, mais à quoi devions-nous nous attendre ? Oui, le sujet a été traité de façon partiale, mais encore ? Les critiques de Bourdieu à l’endroit de la télévision et des interventions possibles de personnalités du monde scientifique nous sont connues.

Le journaliste qui nous a interrogés ne m’a pas caché avoir lu Métronome de Lorànt Deutsch et, y ayant appris des choses1 , l’avoir beaucoup apprécié. Il n’y avait aucune illusion à se faire là-dessus. J’ajoute que lorsque le journaliste m’interrogeait, je lui ai dit que, si Lorànt Deutsch était attaqué par certaines formations politiques2 ou collectifs d’historiens marqués à gauche, il faisait consensus contre lui. Ce à quoi il a répondu que Vianney Mallein, lui, l’appréciait et que c’était donc la preuve que tous les historiens n’étaient pas de cet avis. Je l’ai alors informé que cette personne n’était pas un historien, et qu’il invite au salon du livre d’histoire de Versailles le gratin des écrivains d’extrême-droite et/ou de droite dure se revendiquant historiens, et qu’en ce sens, sa parole devait être contextualisée. Le journaliste ne savait même pas que ce thuriféraire de Lorànt Deutsch n’était pas un historien, car il ne sait pas ce qu’est un historien. Mais qui sommes-nous pour reprocher à quelqu’un d’étranger à l’Université de ne pas être capable de séparer le bon grain de l’ivraie ? Le journaliste, ne connaissant rien à la question, souhaitait donc orienter son reportage dans un cadre contraint ; cela ne diffère en rien du traitement habituel d’un sujet à la télévision.

Réduits à la portion congrue

TLH Sur la demi-heure d’entretien que j’ai accordée, seule a été conservée ma critique de la répétitivité des sujets traités à la radio et la télévision (batailles, grands hommes, événements). Autrement dit une critique à laquelle peuvent facilement répondre les invités avec leurs arguments habituels. Franck Ferrand répond ainsi qu’il est nécessaire d’incarner l’histoire pour intéresser. Or ce qu’il ressent comme une nécessité vient d’abord du fait qu’il se limite effectivement aux batailles et aux grands hommes ; ensuite, incarner, personnifier et dramatiser l’histoire sont des procédés de vulgarisation comme les autres, mais qui deviennent problématiques quand, comme Franck Ferrand, ils sont mis au cœur d’une émission. Comme si le récit historique devait forcément s’incarner dans des individus, et comme si on ne pouvait intéresser le public qu’à grands renforts d’effets dramatiques de narration et de mise en scène. Pour lui, le public demande de « belles histoires humaines », les « situations » et les « émotions d’hier ». En ce sens, ses émissions répondent à la vision que lui se fait du public.

BLV Comme Thibault, la nuance que je pouvais apporter dans mon propos a disparu au montage, mais le journaliste n’a pas utilisé nos propos contre nous, alors que, dans certaines émissions, cela aurait pu être fait.

Le plus surprenant, c’est que la nuance que j’apportais aurait pu parfois servir aux invités. J’ai par exemple clairement exprimé que les émissions de Stéphane Bern et Franck Ferrand, aussi critiquables soient-elles, sont bien réalisées et peuvent être une rampe d’accès vers l’histoire pour le spectateur qui souhaite aller plus loin que les histoires de fesses et de princesses. Je n’apprécie pas ces émissions, mais je ne partage pas non plus le mépris trop souvent exprimé à leur endroit et à celui des personnes qui les regardent. Trop nombreux sont ceux qui croient obtenir un sésame d’historien en faisant le procès de ces émissions. Je ne fais pas partie de ceux qui pensent qu’en dehors de l’université, il n’y a point de salut pour l’histoire. C’est exactement cette vision manichéenne que veut asseoir quelqu’un comme Lorànt Deutsch, afin de propager sa vision dévoyée de l’histoire.

« Les historiens, voilà l’ennemi ! »

TLH Franck Ferrand a déclaré qu’il n’invitait plus les universitaires dans son émission car ils passent mal dans le micro. Cela revient à nier que les professeurs d’Université peuvent eux aussi être pédagogues – ce qui n’est jamais inutile pour des personnes qui doivent parler devant des amphithéâtres de plusieurs centaines d’étudiants. Il est évident que tous les universitaires ne sont ni des gens de radio ni des gens de télévision, d’ailleurs ils n’en ont pas la prétention.

Comme je le disais dans le billet précédent, les universitaires n’ont pas à être des vulgarisateurs, même si certains peuvent l’être. C’est à un animateur radio de faire ce travail, et invoquer la raideur ou la timidité d’un universitaire devant un micro pour se passer de leur concours est un étrange argument. Qu’en penserait Emmanuel Laurentin, producteur de La Fabrique de l’histoire sur France Culture, qui invite chaque jour un ou plusieurs historiens dans son émission ?

BLV Lorsque le journaliste parle des émissions radiophoniques ou télévisuelles dans le reportage, il fait l’exploit de manquer de citer l’émission d’Emmanuel Laurentin, La Fabrique de l’histoire, preuve s’il en fallait encore une de sa méconnaissance de ce qu’est l’histoire.

Franck Ferrand dit ne plus inviter les historiens dans son émission, c’est son droit, mais le justifier en disant qu’ils ne sont pas pédagogues, c’est une blague. Les universitaires en histoire ont la particularité d’être souvent passés par le secondaire et sont, de toute façon, à un moment ou à un autre, confrontés à l’efficacité de leur enseignement ; l’argument n’est donc même pas recevable sur le plan technique. Et il ne s’agit pas pour autant de nier l’existence de professeurs peu pédagogues.

Mais, en réalité, le but de cette émission n’est pas de parler de l’histoire et des éventuelles critiques légitimes que l’on pourrait adresser à des historiens, mais bien de remettre en cause de façon cohérente et globale toute une politique de l’enseignement de l’histoire. L’émission visait à asseoir un propos politique réactionnaire et non à discuter des usages sociaux de l’histoire.

Un dispositif finalement assez flou

TLH L’angle de l’émission n’a pas été clair puisque le sujet filmé posait la question « Comment faire bon usage de l’histoire ? », puis la discussion s’est ouverte avec inscrit sur un bandeau « Pourquoi les Français se passionnent pour l’histoire ? », ce qui ne relève pas de la même interrogation (et a peut-être été modifié à postériori dans le montage final). Les participants ne sont pas beaucoup revenus sur cette question des usages de l’histoire, même s’ils se sont défendus de faire de l’histoire un refuge. Dans leurs réponses toutefois transparaît un rapport au passé qui relève de la nostalgie et de l’exaltation, et où l’esprit critique a peu sa place.

Lorànt Deutsch parle de son pays avec emphase : « Ce jardin merveilleux qu’est la France, et qui est la fille naturelle de son histoire. » Pour Franck Ferrand, la France a un « passé glorieux », là où l’Espagne et l’Italie ont un passé « plus problématique ». « Chez nous, elle est globalement et à quelques exceptions près glorieuse » a-t-il affirmé. Cette dernière affirmation est extrêmement problématique et appellerait de longs commentaires. De manière synthétique, elle signifie que Franck Ferrand préfère lisser les aspérités et refuse les remises en question, nie les problèmes historiques au profit d’une lecture simpliste du passé. Enfin, elle confirme que traîter essentiellement des têtes couronnées conduit à enjoliver le passé. Jamais un historien de métier ne qualifierait de glorieuse une période historique, quand bien même elle serait une période puissance et de faste pour la France.

BLV Si on se place du côté d’un débat tournant autour de l’usage social de l’histoire, l’émission comme elle est organisée est en effet peu claire. On ne voit même pas l’intérêt du petit reportage où nous sommes interrogés. Elle devient plus claire dès que l’on comprend que ce n’est pas le sujet et qu’il s’agit d’asseoir des émissions de télévision défendant l’histoire événementielle, faite de grands hommes, nécessairement et ontologiquement glorieuse, que de vilains « pédagogistes » veulent cacher à nos enfants. Nous l’avions bien évidemment prédit, mais certainement pas de façon aussi outrancière.

L’emploi de formules précieuses et imagées par Franck Ferrand renseigne aussi sur le fait que l’émission était bel et bien préparée dans une optique autopromotionnelle. Il a, par exemple, parfaitement préparé le moment où il explique que l’historien est un mineur de fond qui va chercher des diamants, et que les « passeurs d’histoires » comme lui et Lorànt Deutsch sont des joaillers qui, après taille et sertissage, donnent de l’éclat à l’histoire. Une fois encore ici est légitimé l’emploi de l’image du foie gras, car Franck Ferrand renverse exactement la hiérarchie que j’exprimais, en reléguant l’historien à un rôle d’auxiliaire de la transmission du savoir historique.

L’enseignement de l’histoire ciblé

TLH Franck Ferrand a de nouveau adressé des critiques très vives à l’Éducation nationale et ses enseignants, accusés de ne pas savoir transmettre les connaissances aux jeunes générations (pour une fois, les programmes d’histoire n’ont pas été mis en cause).
Pour Lorànt Deutsch aussi, l’Éducation nationale « désincarne l’histoire », ce qui serait « un grand danger » pour lui. Pour quelqu’un qui critique autant l’enseignement en France, je constate qu’il manque singulièrement de connaissances sur les programmes et sur l’histoire de l’éducation. Ainsi, quand il affirme à propos des jeunes générations, que « d’eux à Jésus Christ, il n’y a que 60 à 80 générations », il n’est pas loin de la vision de l’histoire d’Ernest Lavisse, au début du XXe siècle, qui affirmait notamment que « nos ancêtres, c’est nous dans le passé. »3

Je regrette de voir que l’opération de dénigrement de l’enseignement public, qui prospère dans beaucoup de médias, soit ainsi exposée sur la télévision de service public sans qu’elle ne soit corrigée par des interlocuteurs, quand bien même il s’agirait d’animateurs et non de journalistes, dans une émission de divertissement et non de débat. Heureusement, Jacques Weber a réagi aux critiques envers les enseignants qui ne seraient pas de bons pédagogues, que tous les autres partageaient.

BLV Le dénigrement de l’enseignement de l’histoire est en effet patent, et témoigne là encore de l’ignorance crasse — et probablement volontaire — des débats qui l’habitent. Cela rejoint tout à fait Stéphane Bern qui, récemment, mettait en cause l’enseignement de l’histoire dans le primaire et le secondaire, alors même que ses propos trahissaient la méconnaissance totale des programmes de l’Éducation nationale régissant l’enseignement de l’histoire.

Ces attaques à l’encontre du travail des professeurs d’histoire-géographie dans l’enseignement secondaire sont non seulement infondées mais mensongères. Contrairement à ce que croient — ou font semblant de croire — les invités en plateau, l’histoire et la géographie sont des enseignements particulièrement appréciés par les élèves. Les professeurs d’histoire-géographie savent, en outre, sans difficulté donner corps aux morts. Et aucune de leurs émissions, aussi bien construite soit-elle, ne pourrait remplacer un professeur. Une fois encore, Jacques Weber, derrière une nuance apparente, abonde dans le sens des gens de sa caste en affirmant : « globalement, vous avez raison ». Pour résumer, les professeurs « y en a des biens »4, surtout s’ils ne suivent pas les consignes pédagogistes de l’Éducation nationale [sic].

En définitive, fallait-il y aller ?

TLH En définitive, faut-il regretter d’y être allé ? Non, et les arguments que nous avancions dans le premier billet sont toujours valides à mes yeux. Refuser, c’est laisser l’intégralité de l’espace médiatique à des personnalités qui font des usages dérangeants de l’histoire, qui se méprennent sur son écriture et sur le rôle de l’historien.
J’ai espoir que le dispositif de l’émission a été suffisamment transparent pour que des téléspectateurs aient réagi en regardant cette séquence. Peut-être certains ont-ils perçu que les historiens de métier ne sont pas traités en égaux avec ceux qui font les succès de librairie, de radio et de télévision.

BLV L’émission à laquelle nous avons participé soulève de nombreuses interrogations — certaines anciennes (cf. Pierre Bourdieu). Je persiste à penser qu’il faut prendre le risque d’intervenir dans les médias, d’autant que ce qui est en jeu dans ce type d’émission, c’est la légitimité même de l’enseignement de l’histoire — et a fortiori des sciences humaines et sociales. Il n’est pas étonnant, par exemple, que dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche, les récentes politiques publiques et les choix budgétaires soient défavorables aux SHS. Une petite musique — entendue dans l’émission — est à l’œuvre depuis quelque temps maintenant ; elle fait entendre que l’histoire n’est pas une « science dure » et que les historiens ne servent en définitive à rien ou alors à si peu. Et puis, à quoi ça sert de chercher en histoire ? Le passé ne change pas, ma bonne dame. Le discours d’une distinction entre des sciences qui seraient « dures » et d’autres « molles » a des conséquences concrètes aujourd’hui, puisqu’il légitime une hiérarchisation utilitariste. Il est ainsi tentant d’implicitement déléguer à des conteurs l’enseignement de l’histoire.

Il est toujours confortable de ne pas prendre de risques et, pour certains, de rester loin de la vulgarité de ce monde où Lorànt Deutsch vend et est lu, mais c’est conforter l’image d’inaccessibilité des sciences humaines et sociales pour nombre de personnes étrangères à ces dernières. Car il est une vérité que certains oublient : tout le monde n’a pas étudié les sciences humaines et sociales à l’université, loin s’en faut !

Le risque le plus important dans ce type d’émission est, ne le cachons pas, d’être l’idiot utile d’un dispositif que l’on ne maitrise pas. Concernant l’émission à laquelle nous avons participé, notre présence ou notre absence n’influençait en rien le dispositif de l’émission, tout orienté vers la promotion outrancière de Lorànt Deutsch. À défaut d’être des idiots utiles, il semble que nous avons été inutiles. J’ai tout de même le sentiment que la participation à l’émission et la réflexion sur celle-ci nous ont permis de nous poser des questions concrètes, loin des cadres théoriques, des certitudes faciles ou des positions de principe. Forts de ce constat, il nous apparaît que oui, il fallait y aller et oui, il faut continuer à nous questionner.

_________________________

* Thibault Le Hégarat est doctorant au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines.

** Benoit Vaillot est professeur agrégé d’histoire, président du Collectif Confluence.

_________________________

  1. On pourrait en discuter longuement, mais nous comprenons tout à fait l’attrait du grand public pour un livre comme Métronome de Lorànt Deutsch. Le concept est astucieux, mais il est dommage qu’il serve un projet intellectuellement malhonnête []
  2. Ainsi le Parti de Gauche au Conseil de Paris []
  3. « Tout l’enseignement du devoir patriotique se réduit à ceci : expliquer que les hommes qui, depuis des siècles, vivent sur la terre de France, ont fait, par l’action et par la pensée, une certaine œuvre, à laquelle chaque génération a travaillé ; qu’un lien nous rattache à ceux qui ont vécu, à ceux qui vivront sur cette terre ; que nos ancêtres, c’est nous dans le passé ; que nos descendants, ce sera nous dans l’avenir. Il y a donc une œuvre française, continue et collective : chaque génération y a sa part, et, dans cette génération, tout individu a la sienne. »

    Ernest Lavisse, notice « Histoire » du Nouveau Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson, 1911 []

  4. Chanson satirique de Didier Super []

Une réflexion au sujet de « Y aller ou pas ? Retours sur une expérience télévisuelle (2) »

  1. Ping : Être historien(ne) à l’ère de l’infotainment | ParenThèses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *