Lire pour chercher, quelques réflexions

Je vous propose dans ce billet quelques réflexions sur les différents types de lecture qui jalonnent un processus de recherche, que ce soit dans le cadre d’un master ou d’une thèse. C’est un retour d’expérience très personnel et inachevé puisque je commence ma 3e année de thèse et je n’ai pas terminé de lire la bibliographie1 . Ma thèse porte sur les formes de direction de conscience au XIXe siècle en France, entre histoire du genre et histoire du fait religieux. Pour plus de détails, mon carnet de thèse est en ligne. J’accumule notes de lecture diverses depuis maintenant plus de deux ans et je partageais récemment sur Twitter cette impression d’être parfois noyée sous la masse documentaire. J’ai donc entrepris une sorte de typologie des lectures pour y voir plus clair. Que dois-je lire ? Que faut-il lire ? Quelle lecture pour quel usage ?

De l’importance des synthèses

Il peut paraître étonnant de lire des synthèses lorsqu’on travaille sur une pratique très pointue et sur une période chronologique serrée. Pourtant, les ouvrages de synthèse sont des bouées de sauvetage. J’ai commencé mes lectures par des synthèses : j’avais besoin de devenir plus familière du contexte général du catholicisme au XIXe siècle et je ressentais la nécessité d’établir un bilan rapide des grands enjeux de la période. Aujourd’hui, je reviens à ce type d’ouvrage selon d’autres modalités. Je teste la manière dont mes hypothèses s’insèrent dans les schémas explicatifs généraux proposés par d’autres. Cela permet aussi de reprendre du champ : on finit immanquablement par être absorbé par son sujet et un peu perdu dans les détails. Pour ma part, je retourne à l’ouvrage de Ralph Gibson, A social history of french catholicism2 , quand je ne parviens plus à avoir une vue d’ensemble.

Les facettes d’un sujet : des lectures thématiques3

Les lectures « thématiques » sont des coups de projecteurs sur certains aspects du sujet de recherche. Chaque sujet touche à des thèmes variés : pour ma thèse, je me renseigne sur les associations charitables, l’histoire du clergé, la famille, le mariage… Tous ces pans de connaissance recomposent ensuite un cadre dans lequel on peut inscrire l’analyse. Ces lectures peuvent être préalables au dépouillement des sources mais aussi concomitantes : j’ai par exemple compris la nécessité de travailler la question des associations charitables au fil de l’émergence de cette thématique dans mes sources. C’est cet aspect là de la bibliographie qui, à mon avis, est le plus problématique car cela implique de pouvoir trier ce qu’il est impératif de lire ou non, ce qui est utile, ce qui est trop éloigné des préoccupations de recherche, sous peine de passer une vie entière à lire… la bibliographie pléthorique de l’histoire de l’Eglise. J’écarte tout ce qui concerne l’histoire de l’organisation de l’Eglise : j’essaie de me concentrer sur les ouvrages qui proposent une histoire des populations plutôt que des cadres ; j’évite aussi de passer trop de temps sur des monographies, préférant m’attacher à celles qui ont fait date4 . On apprend aussi à se rassurer au fil de la recherche car on devient familier de l’historiographie de son sujet : le tri en devient plus intuitif.

Problématiser la source

Lire est aussi nécessaire pour réfléchir aux sources que l’on mobilise. Travaillant à partir d’un corpus de correspondances, une partie de ma bibliographie est consacrée à la problématisation de ces documents : c’est un passage obligé dans la critique interne et externe de la source que de retracer l’histoire de sa production. Cela aide par ailleurs à trouver des leviers pour l’analyse et oblige à prendre conscience des difficultés méthodologiques qui peuvent se présenter. J’ai donc suivi quelques pistes dans la masse bibliographique consacrée à la correspondance, en privilégiant articles et ouvrages qui essayaient de penser explicitement la lettre comme source pour l’histoire5 . Je suis aussi allée voir du côté de Michel de Certeau6 et ses magnifiques pages sur la correspondance. Mes réflexions doivent aussi beaucoup aux textes de Cécile Dauphin7 qui m’ont suggéré de m’intéresser à la manière dont les épistoliers mettent en scène l’acte d’écrire dans leurs lettres – élément central des lettres de direction spirituelle dont je n’avais pas conscience jusqu’alors.

Devenir l’expert de son sujet

C’est probablement l’aspect le moins intéressant de la bibliographie : on a besoin de recourir à des ouvrages parfois très techniques pour trouver des repères sur des aspects qui sortent de notre culture disciplinaire. Dans mon cas, il peut s’agir de livres qui traitent de psychologie ou de spiritualité ; ou bien de développements sur des points très précis que je ne creuserai pas, par exemple un changement de paradigme du clergé au sujet de la confession8 . Je place aussi dans ces lectures « techniques » les ouvrages qu’on lit en biais, moins pour leur contenu global que dans l’espoir de trouver des noms ou informations brutes. C’est fastidieux car cela implique parfois de remuer beaucoup de foin sans trouver d’aiguille… Dans mon corpus, ce sont les interminables biographies en trois volumes de prêtres qui fournissent un volume d’informations considérable, bien souvent établi à partir de documents désormais introuvables.

Créer sa boîte à outils

Ces lectures ont plus trait aux outils de l’enquête qu’au contenu de l’objet de recherche. Je place dans cette catégorie tous les articles et ouvrages qui aident à construire notre établi. Je ne suis pas vraiment capable encore d’expliquer le cheminement intellectuel qui fait qu’on découvre une notion et qu’on décide de l’intégrer à ses analyses. Certaines lectures paraissent évidentes car elles sont à la fois conceptuelles et thématiques : Foucault est le seul à avoir produit des textes conséquents sur la direction de conscience9 . Mais l’émergence d’autres outils est plus tortueuse : je ne sais plus exactement comment j’ai commencé à m’intéresser au concept d’agentivité, par exemple. Une fois établi cet intérêt et la volonté de mobiliser le concept dans l’analyse, il me paraît important de creuser en lisant des articles qui en présentent les usages possibles et les limites10

Faire feu de tout bois

J’ai pensé à intituler cette catégorie « lectures transversales » avant de renoncer devant son caractère fourre-tout… C’est la catégorie des heureuses surprises et du salutaire hasard. Une catégorie qui n’en est pas une : tous les ouvrages que nous consultons sans lien avec la thèse. Pour préparer des cours, par goût personnel, parce qu’on nous les a conseillés. Notre cerveau est capable de liens parfois étonnants et la recherche a ceci de merveilleux qu’elle permet de faire feu de tout bois11 .

  1. Si tant est qu’on puisse finir de lire sa bibliographie un jour. Peut-être qu’il faudrait commencer par là : l’obligation de renoncer à tout lire… []
  2. Ralph GIBSON, A social history of french catholicism (1789-1914), Londres-New York, Routledge, 1989 []
  3. La bibliographie de thèse doit comporter des ouvrages qui traitent du sujet que l’on aborde ; je laisse ce retour d’expérience à d’autres car il n’existe aucun livre ou article s’intéressant directement à la pratique de la direction de conscience au XIXe siècle en France, mon sujet de thèse []
  4. Philippe BOUTRY, Prêtres et paroisses au pays du Curé d’Ars, Paris, Cerf, 1986 []
  5. Par exemple Anne-Marie SOHN, La correspondance, un document pour l’histoire, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen, 2002. Roger CHARTIER et Alain BOUREAU, La correspondance : les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1991 []
  6. Michel de, Giard, Luce CERTEAU, L’invention du quotidien, Paris, Gallimard, 1990 []
  7. Cécile DAUPHIN, « La « mise en scène » épistolaire, Cas d’une correspondance familiale (France, XIXe siècle) », in La lettre et l’intime. L’émergence d’une expression du for intérieur dans les correspondances privées (17e-19e), Louvain la Neuve, Academia-Bruylant, 2007 []
  8. Jean GUERBER, Le ralliement du clergé français à la morale liguorienne. L’abbé Gousset et ses précurseurs, (1785-1832), Roma, Università Gregoriana, 1973 []
  9. Michel FOUCAULT, Du gouvernement des vivants : cours au Collège de France (1979-1980), Paris, EHESS, 2012 []
  10. Mustafa EMIRBAYER et Ann MISCHE, « What Is Agency? », American Journal of Sociology, 1998, vol. 103, no 4, pp. 962‑1023 []
  11. En vrac, quelques ouvrages croisés ces dernières années qui trouvent leur place dans cette catégorie : Pierre BOURDIEU, Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982. Eva ILLOUZ et Frédéric JOLY, Pourquoi l’amour fait mal: l’expérience amoureuse dans la modernité, Paris, Seuil, 2012. Arlette FARGE, Le Goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989. Georges PEREC, L’infra-ordinaire, Paris, Seuil, 1989. La liste est longue… []

Une réflexion au sujet de « Lire pour chercher, quelques réflexions »

  1. Ping : Se former aux logiciels de bibliographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *