« Thinking outside the box » : pourquoi j’ai choisi l’ Institut Universitaire Européen

Il y a un peu plus d’un an, j’appuyais sur la touche “entrée” de mon ordinateur et finalisais ainsi ma demande de bourse à l’Institut Universitaire Européen (IUE) de Florence. Le processus était lancé, et c’est ainsi qu’au terme d’une sélection comprenant évaluation du projet de thèse écrit et entretien oral (pour les “admissibles”), mon projet a été retenu.
Dire que c’était une opportunité inespérée est peu dire. En effet, et pour faire court, comme beaucoup j’avais dû mettre de côté mon projet de Doctorat après être entrée à l’Éducation Nationale. Au bout de quelques années, je décidai de reprendre mes études. Mais après avoir passé plus de deux ans à élaborer un projet de recherche, je devais me rendre à l’évidence : mener de front deux métiers à temps plein, à savoir professeur et doctorant n’était guère tenable.

Le cloître de la Badia Fiesolana : le coeur de l’ancien complexe monastique qui abrite aujourd’hui l’IUE ©European University Institute

En fait, qu’est-ce que l’Institut Universitaire Européen ?

L’IUE est le fruit de (très) longues négociations qui ont démarré dès l’après-guerre entre les États engagés dans la construction européenne. Une des idées de départ était de développer une institution qui devait concourir au rayonnement de l’Europe tout en se distinguant des universités nationales. C’est un projet nettement plus modeste que ce qui avait été souhaité au départ, et résolument tourné vers les sciences humaines, qui est inauguré en 1976. La Convention pose les bases, toujours d’actualité, de l’Institut: installé à Florence, il doit s’articuler autour de quatre départements (histoire, sciences économiques, sciences politiques et sociales et sciences juridiques), la formation – de troisième cycle exclusivement – s’appuie sur un enseignement donné sous forme de séminaires et favorise les études comparatives. Le Doctorat délivré sera reconnu dans tous les États-membres1 . L’offre de l’IUE s’est élargie avec la création des Summer schools, notamment en Histoire et en Droit, qui permet notamment à des étudiants de Master de venir se former à l’IUE.

The Duomo from S Felice EUI in November

Un classique du doctorant IUE : le coucher du soleil avec vue plongeante sur la ville ©European University Institute

 Des conditions de recherche rêvées

Une des premières raisons qui m’a poussée à déposer un dossier de candidature à l’IUE a été la possibilité de financement et les exceptionnelles conditions de travail de cette institution. En témoigne son excellent taux de réussite : pour le Département d’Histoire et de Civilisation, environ 80% des doctorants parviennent à soutenir leur thèse dans les six ans qui suivent leur inscription2 . La particularité du programme doctoral de l’IUE est qu’il dure quatre ans. Selon les accords actuels avec la France, l’IUE finance la première année, puis les doctorants français bénéficient d’un contrat doctoral pour les trois années suivantes3 . Pour résumer, chaque État-membre fournit un certain nombre de bourses qui sont attribuées à des candidats qui sont en général des ressortissants de ce pays4 .

En outre, des moyens considérables sont mis à la disposition du doctorant, et notamment une bibliothèque spécialisée en sciences sociales de très grande qualité, tant en ressources électroniques que papier. Les espaces de travail sont ergonomiques, bien équipées et avec une équipe technique très performante à la fois pour l’entretien et l’adaptation aux besoins. Sur le plan de la recherche proprement dite, le suivi est constant et personnalisé, ce qui est permis par la taille modeste du département. Chaque doctorant se voit attribuer un-e directeur/-trice de recherche, ainsi qu’un-e second-e lecteur/trice. De plus, le programme doctoral insiste beaucoup sur la formation des chercheurs, avec, en tout cas dans les premières années, une part importante de séminaires historiographique et méthodologique.

Jouer le jeu

Malgré l’excellence des conditions matérielles et le prestige d’un lieu trônant littéralement au-dessus de Florence, niché dans les collines toscanes, déposer un dossier à l’IUE impliquait également de prendre en compte certaines contraintes incompressibles.

Tout d’abord, il faut accepter de résider pendant plusieurs années à Florence (l’assiduité et la résidence à Florence sont des conditions pour le versement de la bourse), de se séparer des siens, de renoncer à faire beaucoup d’allers/retours parce que le voyage est long et cher, de repasser de l’autre côté du bureau, de redevenir étudiante. Le point qui m’a fait le plus réfléchir a été l’impossibilité de faire une co-direction de thèse, qui n’est pas permise par le règlement de l’IUE5 . Je devais donc renoncer à être dirigée par mon ancienne directrice de thèse, qui avait piloté tout le montage de mon projet, qui m’avait suivie et conseillée avec zèle depuis de nombreuses années. À bien des égards, il s’agissait d’un saut dans l’inconnu.

Être plus léger pour faire le pas de côté : mettre sa vie dans huit cartons et une valise

Être plus léger pour faire le pas de côté : mettre sa vie dans huit cartons et une valise © D. Dubald

Un pas de côté

Pourtant, je me suis engagée dans la procédure,  j’ai défendu ma candidature et mon projet car  j’étais convaincue par la nature dé-centrée qui caractérise l’IUE. Situé à l’étranger, en Italie, il forme aussi une sorte d’espace détaché, de part sa topographie : il est au-dessus de la ville, et parce qu’il est européen, au-dessus des frontières. Si l’effet “tour d’ivoire” pourrait se manifester et devenir gênant, c’est quand même un lieu unique de brassage de la culture académique européenne. La recherche menée au sein du Département d’Histoire se développe particulièrement dans des problématiques inscrites dans l’histoire comparée et transnationale, l’histoire de l’Europe, mais aussi l’histoire des idées et l’histoire des sciences6 . Ces problématiques ont pour objectif de mener un questionnement approfondi de catégories telles que la frontière ou la nation. J’avais travaillé pendant des années dans un lycée international, et appris à composer avec une pédagogie différente, qui se situait quelque part entre la France, la Grande Bretagne et ailleurs … Sans vouloir rentrer dans des platitudes sur les bénéfices d’un environnement international, je savais que j’avais besoin de ce décentrement pour continuer de me poser des questions et avancer. Boire un café avec un ami allemand n’est pas gage de clairvoyance, évidemment. Mais ce sont de petites choses comme la façon de se saluer le matin, la façon d’énoncer une critique, la façon de penser, d’échanger, la confrontation avec des langues différentes et donc des espaces de représentations différents qui permettent de faire de tous petits pas de côté, de remettre en cause, de questionner, de distancer et surtout, qui permettent d’entretenir constamment la curiosité et l’ouverture d’esprit, ce qui me semble absolument fondamental pour faire de la recherche.

Think outside the box ! avait l’habitude de dire un de mes collègues à nos élèves. C’est pour cela que j’ai choisi de faire mon Doctorat à l’IUE. Je crois que j’ai fait le bon choix

  1. Ce court historique de l’IUE cite essentiellement cet article: Jean-Marie PALAYRET, “Des négociations à la création de l’Institut Universitaire de Florence”, MEFRIM, 114, 2002, p. 343-363 []
  2. European University Institute, President’s report, 2014, p.109. http://www.eui.eu/Research/EUIPublications/CorporatePublications/AnnualReports.aspx []
  3. De plus amples informations sur les modalités de financement peuvent être trouvées sur le site (en anglais) de l’IUE: http://www.eui.eu/ServicesAndAdmin/AcademicService/DoctoralProgramme/GrantInfo/France.aspx []
  4. Les États concernés sont les suivants : Autriche, Belgique, Chypre, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Irlande, Italie, Lettonie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovénie, Espagne, Suède, Grande Bretagne ; il y des conventions avec la Norvège, la Suisse et la Russie. Les conditions de résidence et de nationalité pour l’attribution des bourses dépendent des États: pour la France par exemple, il faut à la fois être de nationalité française et résider en France []
  5. La co-direction est prévue dans des conditions très précises, définies par la convention tripartite de septembre 2013 entre l’IUE, le MESR et l’EHESS, qui stipule entre autres l’attribution d’un directeur de recherche de l’EHESS []
  6. Un bref aperçu des thèmes de recherche du Département d’Histoire et Civilisation est présenté ici: http://www.eui.eu/DepartmentsAndCentres/HistoryAndCivilization/ResearchAndTeaching/ResearchThemes/Index.aspx []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *