Réaliser une CIFRE en histoire : retour d’expérience à SNCF

CIFRE est l’acronyme de Convention Industrielle de Formation par la REcherche.

Il s’agit d’un dispositif par lequel l’Association Nationale de la Recherche et de la Technologie (ANRT) subventionne toute entreprise souhaitant embaucher un doctorant pour réaliser un travail de recherche, en collaboration avec un laboratoire1 . Une étude prenant la forme d’une CIFRE est donc totalement avalisée par l’entreprise.

Un bref retour sur mon parcours s’impose pour saisir comment j’en suis arrivée à réaliser ma thèse sous cette forme.

J’ai une formation d’historienne et d’archiviste. Au cours de mon master à l’École nationale des Chartes, je souhaitais découvrir le monde des archives d’entreprise et j’ai ainsi pu réaliser deux stages de plusieurs mois au sein du Service ARchives DOcumentation (SARDO) de SNCF. À la fin de mon premier stage, qui coïncidait avec celle de ma première année de master, un de mes professeurs de l’École des Chartes (qui codirige, aujourd’hui, mes travaux) m’a proposé de diriger ma thèse, si je souhaitais en réaliser une. J’avais derrière moi l’expérience d’un master recherche en histoire, qui m’avait beaucoup plu. En échangeant sur la possibilité de réaliser une thèse avec le responsable du SARDO qui encadrait alors mon stage à SNCF2 , celui-ci a évoqué, pour la première fois, la possibilité d’une CIFRE.

À cette époque, je ne connaissais ce dispositif que par le biais d’amis ingénieurs. En effet, les CIFRE sont bien plus courantes dans les « sciences dures ». Plusieurs sujets, assez divers, m’ont été proposés par l’entreprise et nous sommes tombés d’accord sur l’un d’entre eux : l’histoire du statut du personnel cheminot. Mon stage de master 2 a ainsi pu être adapté en fonction de cette perspective. Une fois diplômée, j’ai eu la chance d’être prise en CDD au sein de mon service le temps que mon dossier soit monté, puis accepté.

Candidater à une CIFRE

Dans mon cas, il s’agissait de la première CIFRE mise en place au sein du SARDO et du laboratoire de l’École nationale des Chartes (Centre Jean-Mabillon). Ma thèse est co-encadrée par l’École nationale des Chartes et l’université Paris-Sorbonne.

Monter un dossier CIFRE n’est pas une mince affaire.
Il est indispensable de contacter de nombreuses personnes (au sein de l’entreprise, direction(s) de(s) laboratoire(s) d’accueil, direction de l’École Doctorale) pour réunir les pièces administratives requises, monter un projet de thèse pour l’École/l’université et un autre pour l’ANRT, s’inscrire en doctorat…

Il faut, par ailleurs, être bien veiller à respecter l’ensemble des conditions requises :

  • avoir obtenu un diplôme de master depuis moins de 3 ans ;
  • ne pas avoir été embauché par la structure plus de 9 mois (continus ou non) ;
  • ne pas être docteur, inscrit en doctorat depuis plus de 9 mois ou avoir déjà commencé une autre thèse.

L’avantage d’avoir monté un dossier de candidature CIFRE dans une structure telle que SNCF réside, pour moi, dans l’expérience et l’habitude qu’a l’entreprise de pratiquer ces dispositifs. Je me suis trouvée bien accompagnée dans cette démarche, pour réunir les renseignements et/ou documents nécessaires ou encore aiguillée pour saisir les attentes de l’ANRT quant à la rédaction du projet de thèse demandé lors de la candidature. Il m’a, malgré tout, fallu trois mois pour réussir à constituer un dossier complet.

Une fois la candidature déposée, vient l’attente… C’est ce qui m’a semblé le plus pénible dans ce processus. En effet, les CIFRE sont validées (ou non) suite à la réunion d’un comité d’experts scientifiques, pour juger de la pertinence d’un tel projet. Selon les disciplines et en fonction du besoin, celui-ci se réunit plus ou moins régulièrement. Personnellement, l’attente a duré trois autres mois, ce qui demeure le délai moyen d’après l’ANRT.

Réaliser une CIFRE en histoire

J’ai donc signé, le 1er avril 2014, un CDD de 3 ans3 à SNCF, pour réaliser ma thèse sur la genèse et l’histoire du statut du personnel cheminot, du milieu du XIXe à la fin du XXe siècle.

En me renseignant sur ce dispositif pendant la constitution de mon dossier, force a été de constater que peu de CIFRE semblent être réalisées en histoire.

Cela me semble être dû, d’abord, à l’ignorance de l’existence de cette possibilité. La CIFRE n’est pas, dans notre discipline, le moyen le plus fréquent pour financer une thèse. On en retrouve, toutefois, mention parmi les moyens de financement des thèses sur quelques sites d’universités.

Par ailleurs, ce type de dispositif peut ne pas sembler très adapté à une matière telle que l’histoire et le futur doctorant peut éprouver des difficultés à trouver une structure qui trouvera suffisamment d’intérêt pour porter un tel projet. J’ai recensé, grâce à internet, quelques exemples de structures ayant accueilli des doctorants CIFRE : entreprise, banque, centre culturel d’une ville, collectivité territoriale, association, pour des domaines aussi divers que l’histoire urbaine, agricole, environnementale ou encore sociale. La plupart des thèses repérées portent sur la période contemporaine.

Les SHS ne constituent pas la majorité des CIFRE : d’après le Rapport d’activités 2014 de l’ANRT, elles représentent un quart des thèses effectuées sous cette forme4 . Cette proportion se retrouve à SNCF, qui compte 50 doctorants, la plupart en CIFRE. Parmi les SHS, sciences de gestion, psychologie, sociologie, ergonomie sont assez bien représentées. Je suis la première (et actuellement seule) CIFRE en histoire.

Une thésarde en entreprise

Je partage donc mon temps entre l’entreprise et mon laboratoire de recherches.

Concrètement, j’ai la chance d’avoir une assez grande latitude, vis-à-vis de mon service, pour m’organiser comme je le souhaite. La majorité de mon temps est consacrée aux dépouillements d’archives et aux sessions de travail en bibliothèque, comme tous les doctorants en histoire.

Un contrat de collaboration a été passé entre l’entreprise et mes laboratoires. Celui-ci régit, entre autres, les conditions matérielles dans lesquelles je travaille – une somme d’argent peut être versée par l’entreprise au laboratoire pour que le doctorant puisse travailler dans les meilleures conditions possibles pendant 3 ans, mais ce n’est pas automatique5 – , ainsi que le suivi de mes travaux : des comités de suivi de thèse, entre mes co-directeurs de thèse (universitaires) à l’École nationale des chartes et à Paris-Sorbonne, et mon encadrante scientifique à SNCF (donc professionnel), sont organisés régulièrement pour juger l’évolution de mon travail. Dans le cas de SNCF, une clause de confidentialité concernant mes travaux est également incluse dans ce contrat.

Enfin, pour que l’entreprise puisse bénéficier de la subvention, je dois rendre un rapport d’activités, à chaque année de thèse échue, co-signé par le directeur de thèse et l’encadrant scientifique, à l’ANRT.

Il faut bien avoir conscience du contexte particulier de la CIFRE : la structure qui nous accueille attend un retour. Elle porte un intérêt tout particulier à nos recherches, qu’elle pourra, une fois celles-ci terminées, capitaliser et valoriser. Rappelons que la mienne a été conclue à un moment où les discussions sur la réforme ferroviaire étaient entamées6 .

La spécificité de la CIFRE réside dans le fait que, en plus de mes recherches, je réalise une tâche professionnelle qui n’est pas de l’enseignement, comme on pourrait l’attendre de la part d’un doctorant. Celle-ci dépend du service dans lequel on est accueilli. Pour ma part, il s’agit d’une mission « classique » d’archiviste : le traitement d’un fonds de textes réglementaires de l’entreprise. Cette tâche me permet de faire le lien avec les missions réalisées en master, mais aussi avec la thèse puisqu’un certain nombre de documents sur lesquels je m’appuie sont des textes de prescription internes à SNCF.

Je demeure, malgré tout, une salariée classique de l’entreprise : j’ai, par exemple, dû passer les tests de recrutement des cadres.

Il n’est pas toujours évident, pour un doctorant CIFRE, de trouver sa place au sein de l’entreprise, parfois cantonné pendant 3 ans aux yeux de certains à la figure du stagiaire. Personnellement, j’ai la chance d’avoir réalisé mes deux stages de master au sein du SARDO et donc de fréquenter mes collègues depuis bientôt deux ans. D’autant que, en tant qu’archivistes, ils sont sensibilisés aux questionnements historiques et montrent de l’intérêt pour l’avancée des projets que je mène.

Tout doctorant connaît, par ailleurs, des moments de solitude. À SNCF, je suis inscrite dans des réseaux supplémentaires, en plus du laboratoire : il y existe un groupe de doctorants de SNCF, ainsi qu’un autre plus spécifique aux doctorants en SHS, qui se réunissent régulièrement. On y présente nos travaux respectifs, échange à propos de notre quotidien et des problèmes que nous pouvons rencontrer. Une journée doctorale annuelle est même organisée. J’ai eu l’occasion de présenter un poster sur mes recherches et ainsi échanger avec des agents SNCF sur mes questionnements et le but de mes travaux. Ces moments d’échange, comme lors des colloques ou journées d’études, sont enrichissants pour la réflexion.

L’avantage d’un tel dispositif, pour un doctorant, est, je pense, de ne pas se soucier de la recherche de financements durant le temps de la thèse (trois ans en théorie), de bénéficier des réseaux de l’entreprise et de pouvoir valoriser, une fois la thèse terminée et la recherche d’emploi activée, l’expérience acquise au cours du temps passé en entreprise (pour ma part, comme archiviste).

Celui-ci semble, toutefois, souffrir d’une méconnaissance et j’espère que ce modeste billet contribuera à combler cette lacune.

Quelques liens pour aller plus loin :

  1. Présentation du dispositif CIFRE sur le site de l’ANRT []
  2. Le responsable du SARDO est un(e) conservateur(-rice) du patrimoine, spécialisé(e) dans les archives []
  3. La CIFRE peut également donner lieu à la signature d’un CDI, ce qui n’a pas été mon cas. Au niveau du salaire, un minimum est fixé : 23484 € bruts annuels []
  4. Une Association des Doctorants CIFRE en SHS (ADCIFRESHS) s’est constituée fin 2014 []
  5. D’après l’ANRT, en 2013, « un quart des Cifre ne donnent lieu à aucun financement entre l’entreprise et le laboratoire » []
  6. J. Maurice, « L’apport d’une étude historique sur le statut du personnel cheminot pour la SNCF », communication lors du colloque international « Travail, emplois et identités des cheminots à l’épreuve des politiques de restructuration », université Mohammed-V, Rabat (Maroc), 17-18 décembre 2014 []

Cette entrée a été publiée dans Entreprises, Lieux, et marquée avec , , le par .

À propos Julie Maurice

Diplômée du master « Technologies numériques appliquées à l'histoire » (spécialité archives) de l'Ecole nationale des Chartes (ENC), Julie Maurice a effectué, dans le cadre de cette formation, deux stages au sein du service archives documentation (SARDO) de SNCF. Elle réalise une thèse d'histoire sous la forme d'une CIFRE, co-encadrée par l'ENC, l'Université Paris-Sorbonne et SNCF. Ses recherches portent sur l’histoire du statut du personnel cheminot, de la seconde moitié du XIXe à la fin du XXe siècle. Dans le cadre de la CIFRE, elle est également archiviste à SNCF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *