Quelques questions à François Guillemot

Les bananiers d'un jardin vietnamien après la pluie. Crédit : François Guillemot

Bananiers d’un jardin vietnamien après la pluie (par FG)

Ingénieur de recherche au CNRS, François Guillemot est historien, spécialiste de l’histoire politique et sociale du Viêt-Nam contemporain. Rattaché à l’Institut d’Asie Orientale (IAO, CNRS-ENS Lyon) il y est chargé de la documentation sur le Viêt Nam.

Dans ce cadre, il anime plusieurs sites web : Femmes et guerre : une approche transnationale qui accompagne et prolonge le colloque éponyme organisé en 2011 à Ho Chi Minh-Ville ; Viêt-Nam Laos Cambodge, Sources et aides à la recherche (VLC Sources), dont l’objectif est de donner accès aux principales données électroniques concernant ces pays ; et Virtual Saigon, plateforme collaborative de cartographie interactive. Ses recherches actuelles portent sur les bataillons féminins des « Jeunesses de choc » (Thanh Niên Xung Phong) pendant la guerre du Viêt-Nam, sur la guerre civile vietnamienne et sur l’histoire de Saigon. Sur Hypotheses.org, outre le carnet de recherche Femmes et Guerres au Viêt-Nam, il y anime aussi Mémoires d’Indochine. La décolonisation et la guerre vécues par les populations du Viêt-Nam, du Laos et du Cambodge autour d’un séminaire du master Asie Orientale Contemporaine (ASIOC) de l’ENS et Sciences Po Lyon.

Parmi ses publications les plus récentes, citons Des Vietnamiennes dans la guerre civile. L’autre moitié de la guerre, 1945-1975, publié aux Indes savantes en 2014, ainsi que La Colonisation des corps. De l’Indochine au Viet Nam, co-dirigé la même année avec Agathe Larcher-Goscha aux éditions Vendémiaire.

Pour en savoir plus voir : sa page sur le site de l’IAO et sur Mémoires d’Indochine

Pourquoi êtes-vous devenu historien ?

Je dirais que c’est un cheminement qui a une certaine logique. Cela repose beaucoup sur une configuration familiale plurielle qui m’a mis indirectement sur la voie des sciences humaines et sociales. Du côté maternel, les arts picturaux, l’histoire et la mémoire, un fort intérêt pour les artistes ou les intellectuels contemporains (Camus, Sartre, Artaud…) ; du côté paternel, également les arts picturaux mais surtout la découverte des premiers hommes et par voie de conséquence de la paléontologie, de l’archéologie et de l’anthropologie. Mon arrière grand-oncle, le docteur Adrien Borel (1886-1966), médecin psychiatre, possédait une bibliothèque à la fois savante et de loisir, riche des grands classiques de l’histoire de France (Michelet). Mon père, Claude Guillemot, artiste peintre, fut, dans les années 1970, chargé de mission auprès du CNRS auprès d’Yves Coppens pour les fouilles paléontologiques dans la vallée de l’Omo qui ont permis la découverte de Lucy en 1974. Ces deux aspects se sont révélés complémentaires. Trois aires culturelles se juxtaposaient dans mon imaginaire culturel : l’Europe, l’Asie et l’Afrique. La naissance de ma passion pour l’histoire doit beaucoup à mon arrière-grande tante, férue de chronologie des rois de France et admiratrice de Napoléon ! Ce cheminement s’est poursuivi par les enseignements généraux au lycée puis à l’université, notamment dans les sections vietnamiennes de l’INALCO et de l’université Paris 7. Avec quelques accointances avec la paléontologie, l’ethnologie voire la neurobiologie (cf. les travaux d’Henri Laborit, célèbres dans les années 70 mis en scène dans le film d’Alain Resnais, Mon oncle d’Amérique, 1980), j’ai bifurqué vers l’Asie par les arts martiaux d’abord (le karaté), puis la culture japonaise (en particulier le cinéma de la nouvelle vague, années 60) et enfin la civilisation vietnamienne.

L’Asie, plus spécifiquement le Japon et le Viêt-Nam, a pris une place très importante dans ce processus. Diplômé de Langues’O et de Paris 7 en « vietnamologie », je suis donc parti de la connaissance d’une aire culturelle pour aller vers l’histoire en tant que discipline. A ce titre, comme bon nombre de mes collègues historiens, je dois beaucoup à mes enseignants et directeurs d’étude ou de thèse. La rigueur historique de Philippe Langlet, mon professeur d’histoire ancienne et contemporaine du Viêt-Nam m’a donné les bases de la critique historique sur des documents aussi divers que des textes sur l’histoire religieuse ancienne du Viêt-Nam, les annales impériales de la dynastie des Nguyen ou la presse contemporaine1 . Les analyses méthodiques, rigoureuses et méticuleuses de mon directeur de thèse le professeur Nguyen The Anh, spécialiste de la monarchie des Nguyen mais aussi grand connaisseur de toute l’histoire de l’Asie du Sud-Est moderne et contemporaine, dont j’ai suivi les séminaires à l’EPHE, m’ont fortement inspiré2 . Je devrai citer également les historiens Pierre Brocheux et Daniel Hémery dont j’ai suivi quelques séminaires sur l’histoire de l’Indochine coloniale à l’époque de la sortie de l’ouvrage majeur de David Marr sur la révolution vietnamienne (1995)3 .

D’autres passeurs de savoirs se trouvaient à l’Inalco : Pierre Lamant, spécialiste du Cambodge se révéla un grand conteur de l’histoire moderne de l’Asie du Sud-Est péninsulaire ou Xavier Guillaume dont les cours d’introduction à l’histoire et la civilisation vietnamiennes transmettait à son auditoire son incroyable passion pour le Viêt-Nam. D’autres spécialistes de la section de vietnamien de l’université Paris 7 m’ont apporté beaucoup pour comprendre ce pays : le linguiste Nguyen Phu Phong, le professeur de littérature contemporaine Pham Danh Binh, l’ethnobotaniste Dinh Trong Hieu et pour l’apprentissage de la langue ou de la traduction : Mme Pham Dinh Tieu, M. Nguyen Khac Thieu à l’Inalco, Marina Prévot ou Melle Phan Thanh Thuy à Paris 7 et je ne peux ici les citer tous.

Cette double formation, au départ inattendue, de l’Inalco à Paris 7 a été, à mon avis, une très bonne chose et, dans tous les cas, à bien des égards complémentaire. Ces historiens et spécialistes de l’Asie, ont nourri mon regard critique sur les événements historiques et l’instrumentalisation qui peut en être faite. L’histoire contemporaine du Viêt-Nam est, à ce titre, un bon « terrain de jeu », un peu piégé, car l’histoire du Viêt-Nam vue de France fut pendant des décennies clivée par le positionnement des chercheurs sur le colonialisme, le communisme et la guerre.

Certains enseignants comme Nguyen The Anh, mon directeur de thèse à l’EPHE, et d’autres jeunes chercheurs comme Christopher E. Goscha ou Benoît de Tréglodé lors de leur séminaires à l’EHESS, m’ont aussi permis d’élargir l’horizon de la recherche française à l’historiographie anglo-saxonne beaucoup plus riche en ce qui concerne l’histoire contemporaine du Viêt-Nam4. Enfin, je dois prendre en compte l’investissement et l’engagement de mon Institut de rattachement (l’Institut d’Asie Orientale, umr 5062) dans les Humanités Numériques, notamment en matière de projets d’histoire numérique et de « cultures visuelles » portés par Christian Henriot qui ouvrent des perspectives nouvelles avec l’élaboration et l’utilisation de base de données pour la recherche5.

Je terminerai cette question sur le pourquoi d’un tel métier par cette remarque de Jacques Le Goff qui souligne le rôle social de l’historien : « L’histoire est nécessaire à l’identité et à la vie des sociétés. Priver les sociétés, les groupes, les individus de leur passé, de leur histoire ou leur imposer une falsification de ce passé, je crois que c’est une chose très grave, et à cet égard il me semble que l’historien est presque un médecin des consciences »6 . En tant que chercheur spécialiste du Viêt-Nam et confronté à une histoire officielle très sélective, élaborée par un Etat-Parti soucieux de sa légitimité, c’est peut-être pour cette raison que j’exerce ce métier et qu’il me passionne.

Quel est le principal objet de vos recherches actuelles ?

A l’instar de nombreux collègues, j’affectionne plusieurs objets de recherche. Si je résume, on peut dire que la guerre en tant que phénomène social et total, son fonctionnement, ses conséquences, sa « culture », sa représentation, sa « mentalité », son discours, forme le fil conducteur de mes recherches actuelles. Ceci étant dit, car le sujet est vaste, mes recherches s’orientent tout de même dans trois directions principales :

  • L’étude du nationalisme non communiste vietnamien pendant la période révolutionnaire et la guerre. Sujet sur lequel il y a encore beaucoup à découvrir tant ce versant a été négligé ou peu pris en compte dans les recherches sur ce pays.
  • Le rôle des femmes vietnamiennes dans la guerre notamment au sein des groupements de jeunesse mobilisés pour la logistique de guerre au Nord. La principale difficulté étant de mener un terrain long au Viêt-Nam.
  • L’histoire des hommes et des idées pendant la guerre du Viêt-Nam, ce qui reviendrait à mettre des visages, expliciter les circonvolutions et retracer les sources d’inspiration de la polémologie vietnamienne d’un XXe siècle extrêmement meurtrier. Bref, tenter d’aborder une histoire intellectuelle de la guerre vue du côté vietnamien.

D’une façon générale, les parcours biographiques, la prosopographie, permettant de retracer des trajectoires humaines complexes me paraissent clé pour mieux saisir les tenants et les aboutissants de la construction étatique vietnamienne. De cette dernière et du rôle du parti communiste nous discutons de temps en temps avec Christopher Goscha et Philippe Papin. En outre, l’étude du communisme vietnamien, nimbée de parcours obscurs et de décisions secrètes, se prête bien à cette analyse. Sur un plan plus général, l’histoire d’objets plus thématiques m’intéressent également beaucoup : le corps, la violence, l’imaginaire national, le transnationalisme, les communautés diasporiques sont autant de points d’ancrage pour élaborer des histoires différentes sur des échelles diverses. Je reste fasciné par les travaux de chercheurs comme Alain Corbin (Le miasme et la jonquille, 1982 ; Le territoire du vide, 1988) ou ceux d’Annette Becker sur les intellectuels contemporains de la Grande guerre.

Quels sont, d’après vous, les trois titres incontournables de la bibliothèque de l’historien ?

Citer trois ouvrages me paraît trop réducteur et un petit côté podium que je n’aime pas trop. C’est une question difficile, en outre révélatrice de notre formation dans la discipline or la mienne ne fut pas des plus classiques. Je resterai par conséquent sur des choses très basiques liée à mon intérêt pour l’historiographie et « la fabrique de l’histoire ». Sur ce plan, je dois dire que François Dosse (L’histoire en miettes, 1987) et Antoine Prost (Douze leçons sur l’histoire, 1996) ont fait partie de mes lectures d’entrée dans le champ (correspondant d’ailleurs globalement à mes années d’études). Les classiques comme Charles-Victor Langlois et Charles Seignobos (1897, redécouvert depuis, ENS éditions 2014) à l’incontournable Marc Bloch (Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, 1949) mais aussi Paul Veyne, François Hartog, Françoise Thébaud (Ecrire l’histoire des femmes et du genre, 2007) et des auteurs qui dialoguent avec l’histoire comme Michel Foucault (L’archéologie du savoir, 1969) ont nourri ma réflexion.

Je dirais aussi que mes lectures dépassent ce cadre disciplinaire et que mes enseignements m’ont conduit à lire (et bien souvent à découvrir) Paul Ricoeur, Tzvetan Todorov ou à chercher du côté des sociologues quelques apports notamment chez Norbert Elias, d’ailleurs souvent cité par les historiens, ou Pierre Bourdieu qui dialogua de son vivant avec des historiens (sur un plan plutôt critique). En ce sens, j’apprécie beaucoup l’approche de la socio-histoire, telle que définie par Gérard Noiriel car elle convoque des notions qui appartiennent à d’autres champs disciplinaires pour les utiliser et les intégrer à l’histoire7 .

A la place de trois ouvrages clés, je préfère citer trois champs d’études illustrés par quelques ouvrages qui accompagnent actuellement mes recherches :

Enfin, pour terminer sur cette question des écoles historiques, je crois à la nécessité d’une « biodiversité historique », à la multiplicité des approches et des perspectives pour mieux appréhender le passé. L’histoire a besoin de cette « biodiversité » tout comme d’entretenir des liens serrés avec d’autres disciplines ne serait-ce que pour discuter et expérimenter.

Quelles sont, selon vous, les principales qualités requises pour devenir un bon historien ?

Question également ardue, je crois qu’une des qualités principales est de ne pas se laisser submerger par son propre sujet (en faire un égo-sujet) ou son horizon d’attente. Le doute, cher à Camus, me paraît important, la vérification nécessaire. Si l’histoire n’est pas une science exacte et ne prétend pas l’être, elle doit se construire sur des bases solides, une chronologie rigoureuse, un contexte maitrisé, des conjonctures spécifiques bien sériée et une réflexion mesurée. Elle est un « régime de vérité » pour reprendre l’expression de Christophe Granger. Je me méfie des grandes thèses « systémiques » (et en général séduisantes) qui veulent tout faire rentrer dans un cadre. L’introduction de Foucault dans son « archéologie du savoir » sur ses propres doutes me paraît intéressante et très honnête sur ce point.

D’une façon générale, je pense qu’une connaissance de l’historiographie et des débats qui animent le monde des historiens voire des sciences sociales permet de mieux préciser ce que l’on fait et pourquoi on le fait. Les débats sur l’histoire globale, la micro-histoire, l’histoire à l’ère du numérique sont importants à suivre et à connaître pour cette raison. Ils permettent de clarifier notre champ, d’en expliciter les contraintes et les enjeux et de saisir les tournants clés (« turn ») qui s’opèrent dans le métier tant sur plan épistémologique et que sur le plan de la documentation ou de la pratique.

Je considère le métier d’historien comme celui d’un artisan, étymologiquement « celui qui exerce un art manuel » avec la qualification professionnelle requise et la rigueur intellectuelle qui s’impose. Nous construisons ou déconstruisons des objets, nous taillons dans la pierre brute pour dégager des formes précises et nouvelles ou pour restituer des formes qui ont disparues, nous jouons avec le temps (continu/discontinu), nous tentons d’imaginer le réel… ou de tenter de restituer ce qu’il fut avec nos yeux de contemporains. Évidemment, je dis cela avec beaucoup de précautions car j’ai bien conscience des débats intenses qui existent sur les temporalités et les historiens (cf. François Hartog discutant l’avènement du présentisme) et sur les limites de certaines archives.

Je m’intéresse beaucoup à la complexité des choses et des événements historiques tout en mettant des limites à la préciosité conceptuelle ou langagière, notamment à la multiplication des notions abstraites, dans le récit historique. Celui-ci doit être intelligible, bien organisé et dans tous les cas, trancher sur une question ou poser des questions. L’histoire est une discussion contemporaine avec le passé, sa restitution doit être précise, la plus rigoureuse possible et reposant sur des sources dûment citées et bien entendu croisées et vérifiées. Cette discussion avec le temps (passé et actuel) est bien entendu normée, située et correspond aux outils du temps présent8 . Pour en revenir à Gérard Noiriel, une distanciation scientifique me paraît saine permettant de faire ce métier avec le recul et l’honnêteté intellectuelle nécessaires. Ni porte-parole d’un groupe ou d’une idée, ni déconnecté de l’espace public, c’est muni de son « désenchantement émotionnel » que l’historien, dans sa pratique quotidienne, doit séparer la science du politique pour faire surgir de nouvelles connaissances.

  1. Voir en particulier son travail d’érudition sur la formation étatique du Viêt-Nam : Philippe Langlet, La tradition vietnamienne, un état national au sein de la civilisation chinoise Saigon, Société d’études indochinoises, 1970, 2 vol. []
  2. Voir par exemple : Etat et société du Viêt-Nam ancien, Entretien de Nguyen The Anh avec Peter Stockinger, Archives audiovisuelles de la recherche, 2005 []
  3. Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, Paris, La Découverte / Syros, coll. Textes à l’appui, Série histoire contemporaine, 2001 (nouvelle éd.) ; David G. Marr, Vietnam 1945, the quest for power, Berkeley, University of California Press, 1995 []
  4. En particulier le rôle du Groupe d’études sur le Viêt Nam contemporain créé en avril 2000, initiative conjointe de Sciences Po paris, l’EHESS et la Maison des Sciences de l’homme fut déterminant notamment à travers les séminaires de 2000-2002 []
  5. Voir le portail Visual Cultures in East Asia []
  6. Extrait de Jacques Le Goff, historien, De l’an mil à l’an 2000…, coll. « Têtes chercheuses », un film de Robert Clarke et Alain Labouze, Bio, CNRS, Cité des Sciences, 1991, cf. la conclusion : 14:43 et suivantes (vidéo en ligne) []
  7. Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, la Découverte, coll. Repères, 2006 []
  8. cf. Michel de Certeau, « L’opération historique », in Jacques Le Goff et Pierre Nora, Faire de l’histoire. I – Nouveaux problèmes, Paris, Gallimard, Folio Histoire, 1974, pp. 19-68 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *