L’ostéométrie humaine appliquée à l’étude des pratiques militaires anciennes

Dans le cadre de ma thèse de doctorat en archéologie, intitulée « Armes, métiers des armes et armées en Italie centrale et méridionale, VIe – IIIe s. av. J.-C. », j’ai choisi d’orienter mon étude sur plusieurs grandes questions : d’abord bien sûr la typologie de l’armement retrouvé dans différents contextes archéologiques (sépultures, sanctuaires, habitats, champs de batailles), ainsi que les panoplies individuelles qu’on peut en déduire,  mais aussi les pratiques culturelles, sociales, et économiques liées à la guerre (dévotions religieuses particulières, formation et rites d’initiation des jeunes, solidarités militaires, mercenariat, etc.). Enfin, puisque l’époque classique et surtout l’époque hellénistique sont les moments de l’émergence des premières armées « professionnelles » autour de la Méditerranée, la notion de « métier des armes »  s’est d’emblée avérée centrale dans ma réflexion : comment finalement s’est opérée dans l’Italie antique la naissance d’armées de mercenaires qui vendent leur force de combat et leur spécialisation guerrière à d’autres entités politiques et militaires en quête d’effectifs ? Quelles structures d’entrainement et quelles vies menèrent ces milliers de Samnites, Lucaniens, Apuliens, Brettiens et autres Carthaginois, Gaulois, Ibériques, qui parcoururent la péninsule italienne entre les années 500 et 200 avant notre ère ?

Des lacunes documentaires et des biais interprétatifs forts : un cocktail risqué

La question peut paraître sans réponse : les sources littéraires sont maigres quand il s’agit de sortir du point de vue romain ou grec de la question, puisque la plupart des populations susnommées ne pratiquaient pas l’écriture et a fortiori pas l’écriture littéraire de leur récit historique : si on dispose parfois de quelques inscriptions, leur aridité (voir l’impossibilité de les comprendre de manière certaine) est telle qu’il faut déployer des trésors de linguistique pour les exploiter.

Pour autant, la tâche n’est ni vaine ni vouée à l’impasse : on dispose d’une documentation archéologique très riche en Italie du centre et du sud, notamment de sépultures contenant des armes déposées avec le défunt notamment (plusieurs centaines sont publiées, et plusieurs milliers dorment hélas encore dans des réserves de musées attendant une étude complète), de peintures murales (notamment à Paestum) représentant des guerriers, ou encore d’armes découvertes en contexte votif (offrandes dans un sanctuaire). Le contexte le plus abondant et le plus significatif semble être depuis longtemps le contexte funéraire : la sépulture est en effet le seul lieu d’association directe entre armement et individu susceptible d’en être le porteur, voire le possesseur. Que l’arme soit directement portée par le défunt (casque sur la tête, cuirasse portée, ceinturon encore autour du bassin, cnémides sur les tibias, etc.) ou déposée à côté, on a souvent considéré que la présence d’armement dans une tombe était un marqueur multiple :

  • Marqueur de genre : « le défunt est un homme »
  • Marqueur de statut : « le défunt fait partie de l’élite »
  • Marqueur d’activité : « le défunt est un guerrier »

Or, ce n’est malheureusement pas aussi simple :

  • On connait de nombreuses tombes de femmes ou d’enfant au genre indéterminé et contenant des armes, qu’il s’agisse de la protohistoire européenne (« princesses » celtiques ou autres) ou de périodes plus récentes (femmes vikings aux IXe et Xe siècles de notre ère). D’une part, les femmes guerrières, ça existe, il peut s’agir de cadeaux de la part d’une communauté de guerriers qui entouraient sa famille ; un enfant peut être inhumé avec des armes en ce qu’on projette dans le défunt prématuré le guerrier qu’il aurait pu être, il n’aura pour autant jamais écumé la campagne tout de bronze vêtu.
  • La « quantité de mobilier funéraire » n’est pas un indicateur absolument fiable de la position relative d’un individu dans la société : les politiques et idéologies funéraires n’ont rien d’univoque, les sociétés anciennes ne pratiquent pas toutes l’ostentation systématique, ou tout du moins l’ostentation n’est pas toujours signe d’appartenance au sommet de la société. Pour le dire plus simplement : la tombe n’est pas le strict reflet proportionnel de la position et du statut personnel du défunt. Il n’est donc pas possible de simuler une gradation normée entre la valeur supposée (et oui, car il n’existe pas de cours des prix pour le fin fond de l’Italie oscophone vers 450 avant notre ère) du mobilier funéraire et l’échelon social atteint par le défunt de son vivant. Partant de là, l’association « guerrier = élite » n’est pas toujours si automatique, même si elle est bien sûr séduisante et souvent correcte.
  • Il est souvent impossible de prouver qu’une arme offensive en fer a bel et bien servi, puisque la couche de corrosion obère la surface originelle de l’objet, effaçant de facto toutes traces d’usure de l’arme, et de fait il existe quantité d’exemples d’armement d’apparat à travers l’histoire, suffisamment en tout cas pour que la question soit à poser.
  • En l’état, rien qu’en regardant un paquet d’os formant un corps et quelques objets, il est impossible de dire si l’individu a un jour tenu effectivement une arme dans sa main, a fortiori s’il a bien tenu les armes qui sont déposées avec lui.

Souvent donc on a un cadavre, ancien, d’un individu plus ou moins âgé, des armes à côté ou sur lui. Faire le lien entre les deux est tentant mais si on se contente de le considérer comme acquis sans preuves et sans indices, on fait une première erreur de méthode qui consiste à ne pas considérer les différentes idéologies funéraires qui auraient pu laisser les mêmes traces finales : « l’absence de preuve ne vaut jamais la preuve de l’absence » est ici l’adage qui guide l’archéologue de terrain à la recherche d’informations sur le fait social qu’il analyse (des funérailles et leurs traces matérielles, par exemple).

Repenser le contexte funéraire et les données qu’il fournit : l’apport de l’ostéologie

Mais comme pour tout : la science avance. Depuis maintenant quelques décennies, l’ostéologie humaine appliquée a fait une entrée fracassante (c’est le cas de le dire) dans l’étude des sociétés anciennes et dans l’archéologie. Permettant d’identifier les pathologies anciennes, de mieux caractériser l’âge, le sexe, les liens familiaux entre individus par les « caractères discrets », l’étude fine des ossements archéologiques a bouleversé les acquis, notamment en archéologie funéraire. Les domaines d’application sont nombreux :

  • paléodémographie (l’étude de la démographie ancienne)
  • paléopathologie (l’étude de toutes les altérations de santé des populations anciennes, de l’arthrose à la méningite en passant par des traits génétiques ponctuels)
  • recrutement funéraire (« qui est enterré dans quels proportions et quelles quantités et qu’est-ce que cela peut révéler de la société concernée ? »)
  • étude des morts violentes et des traitements du corps (« cet individu a été scalpé après sa mort » ; « cet individu a vu son cœur être prélevé entre telle et telle côte à l’aide d’un couteau » ; « cet individu a subi une trépanation et y a survécu pendant X années » ; « cet individu a eu son visage décharné avec un outil en silex », etc.)

Pour en revenir à nos guerriers antiques, une méthode notamment d’ostéologie humaine appliquée à l’archéologie est celle des indices biomécaniques, et notamment la « CSG » : « cross-sectional geometry » (rien à voir avec la fiscalité). Cette méthode se base sur quelques présupposés historiques, dont on peut discuter par ailleurs, mais qui semblent solides :

  • Si la guerre est une activité principalement masculine dans l’antiquité, alors on observera des marqueurs osseux d’usure et de déformation « genrés », à savoir qu’on les trouvera sur les squelettes d’hommes et pas sur les squelettes de femmes.
  • Si la guerre est une activité spécifique et un métier à part entière, l’ensemble de ces usures formeront système et ne pourront être considérées que dans leur ensemble, et non pas isolément.
  • La guerre se pratique de manière annuelle ou presque, durable, et balise la vie des porteurs d’armes à partir du moment où ils sont formés à la faire.

Au-delà des paramètres historiques, la méthode dite CSG se base sur le fait que si un individu pratique effectivement le maniement des armes de manière régulière et intense, son squelette portera deux types de stigmates : des traumatismes ponctuels liés aux combats, et des pathologies inscrites dans la durée. Parmi les pathologies inscrites dans la durée, on en retient une : la déformation de l’humérus droit. En effet, la guerre antique (mais pas que), pour plusieurs raisons tactiques (port du bouclier à gauche pour protéger son voisin, organisation en phalange), privilégie le port de l’arme offensive à droite (lance, épée, javelot, sarisse, etc.). On peut raisonnablement penser qu’un individu ayant utilisé et porté pendant des décennies une lance ou une épée avec son bras droit, à l’entrainement et au combat, souffrira de ces « pathologies du travail » qu’on peut tout à fait détecter sur les travailleurs actuels. En analysant donc finement (binoculaire, MEB, radiographie) ces os longs des bras, on détecte des surfaces articulaires surnuméraires (l’os s’est conformé progressivement à l’activité génératrice de tension articulaire et de chocs), des enthésopathies, des périostites. Cette asymétrie humérale chez l’homme, comparée aux humérus des femmes, ne peut pas se faire au hasard : il s’agit d’étudier une « population funéraire » cohérente, à savoir donc une nécropole à la fois, puisque chaque nécropole relève d’une communauté de vivants décidant d’inhumer en un lieu durant une certaine durée, et qu’on ne peut donc pas comparer sans filtre une nécropole tumulaire Etrusque du VIIe siècle av. J.-C. avec une nécropole celtique du IIIe siècle av. J.-C., on risquerait de brouiller toute correspondance des faits entre eux.

On va donc prendre localement l’ensemble des corps archéologiques, et dresser une carte d’identité de la nécropole et des pathologies genrées, on procèdera à l’analyse de la géométrie de l’humérus pour tous les individus, puis on placera ces mesures dans des « indices » de déformation, qu’on représentera ensuite dans un graphique avec 2 séries : hommes et femmes ; on peut aussi trier ces asymétries humérales masculines selon l’âge du défunt, afin de voir son évolution au long de la vie : à quel âge commence-t-elle à se manifester ? A quel âge n’évolue-t-elle plus ? Puis on peut aussi au sein de la même nécropole essayer de saisir l’évolution de nos chers humérus dans le temps, en faisant entrer en ligne de compte la datation de la tombe (obtenue par carbone 14 ou bien par le mobilier funéraire), et ainsi voir si l’activité militaire supposément à l’origine de nos asymétries humérales s’intensifie ou diminue à travers les époques. La plupart des articles récents sur la question constatent une diminution de ces pathologies entre le VIIIe et le IIIe siècle avant notre ère, la conclusion qu’il faut en tirer est là encore incertaine :

  • Est-ce qu’il y a plus de gens qui font la guerre, mais moins longtemps et de manière plus occasionnelle ?
  • Fait-on moins la guerre de manière générale ?
  • S’agit-il d’une mutation plus profonde dans les idéologies sociales et funéraires (élargissement de la population ayant un « droit à la sépulture », étalement des élites et augmentation de la base recrutable, ou au contraire démilitarisation des élites et « démocratisation » de la guerre) ?
  • Observe-t-on en fait dans cette diminution la baisse progressive d’une autre activité laissant les mêmes traces que le maniement d’une arme (la chasse par exemple ?), baisse potentiellement due à l’amélioration des rendements agricoles ?

Des perspectives historiques séduisantes

Au-delà de nos humérus, l’époque concernée par ma thèse voit aussi des évolutions dans la cavalerie de guerre, et c’est l’analyse de la géométrie des os longs des jambes qui permettra je l’espère de quantifier la pratique de la cavalerie, et de simuler l’association des armes du défunt avec la pratique du cheval pour mieux cerner l’art militaire équestre, ses outils, ses panoplies, ses armes de prédilection, et donc d’approcher au mieux les tactiques et choix faits par les armées italiques antiques.

En bref, l’ostéométrie ouvre presque autant de questions qu’elle en résout, mais permet assurément de confirmer :

  • La pratique sur la longue durée d’un outil « monomanuel » chez un défunt, et d’écarter de l’appellation de « guerrier » ceux qui ne présentent aucune pathologie asymétrique.
  • La dimension genrée de cette déformation au sein d’une population funéraire permettant la comparaison (hommes, femmes, enfant)
  • Le caractère évolutif de ces déformations à travers le temps, à travers les classes d’âge, et parfois sans certitude, à travers les diverses couches de la société.

Le métier des armes laisse donc ces traces qu’il convient de (ré)examiner à la lumière des apports modernes de l’anthropologie physique et de la paléopathologie ; ces nouvelles méthodes, dont fait partie la CSG, permettent de sortir l’étude du fait militaire de l’historiographie classique en essayant de s’intéresser à l’usure du corps des « guerriers » supposés comme marqueur de leur activité, sans préjuger parfois de manière trop hasardeuse de son sens social.

Bibliographie :

  • Pour l’analyse biomécanique, on peut renvoyer à ces quelques travaux fondateurs :

Brown 1995: J. A. Brown, On mortuary analysis – with special reference to the Saxe-Binford research program. In: L. A. Beck (ed.), Regional approaches to mortuary analysis (New York 1995) 3-26.

Claessen 2006: H. J. M. Claessen, War and state formation: what is the connection? In: T. Otto / H. Thrane / H. Vandkilde (eds), Warfare and Society. Archaeological and Social Anthropological Perspectives (Aarhus 2006) 217-226.

Marchi et al. 2006: D. Marchi / V. S. Sparacello / B. M. Holt / V. Formicola. Biomechanical approach to the reconstruction of activity patterns in Neolithic western Liguria, Italy. American Journal of Physical Anthropology 131, 2006, 447-455.

Otterbein 2004: K. F. Otterbein, How war began (College Station 2004). Pearson / Lieberman 2004: O. M. Pearson / D. E. Lieberman, The aging of Wolff ’s »law«: ontogeny and responses to mechanical loading in cortical bone. Yearbook of Physical Anthropology 47, 2004, 63-99.

Rhodes / Knüsel 2005: J. A. Rhodes / C. J. Knüsel, Activity related skeletal change in medieval humeri: cross-sectional and architecture alterations. American Journal of Physical Anthropology 128, 2005, 536-546.

Ruff / Holt / Trinkaus 2006: C. B. Ruff / B. Holt / E. Trinkaus, Who’s afraid of the big bad Wolff? Wolff’s law and bone functional adaptation. American Journal of Physical Anthropology 129, 2006, 484-498.

Sparacello / Pearson 2010: V. S. Sparacello / O. M. Pearson, The importance of accounting for the area of the medullary cavity in cross-sectional geometry: a test based on the femoral midshaft. American Journal of Physical Anthropology 143, 2010, 612-624.

Sparacello et al. 2011: V. S. Sparacello / O. M. Pearson / A. Coppa / D. Marchi, Changes in robusticity in an Iron Age agropastoral group: the Samnites from the Alfedena necropolis (Abruzzo, Central Italy). American Journal of Physical Anthropology 144, 2011, 119-130.

Tagliamonte 1999: G. Tagliamonte, Le Armi : Lo sviluppa di una societa aristocratica – il ruolo delle armi. In : Piceni Popolo d’Europa (Roma 1999) 112-114.

Trinkaus / Churchill / Ruff 1994: E. Trinkaus / S. E. Churchill / C. B. Ruff, Postcranial robusticity in Homo II: humeral bilateral asymmetry and bone plasticity. American Journal of Physical Anthropology 93, 1994, 1-34.

  • Spécifiquement sur le problème de l’humérus :

Villotte S. 2008 : L’insertion humérale « en fosse » du muscle grand pectoral. In P. Charlier (dir.), Ostéo-archéologie et techniques médico-légales : tendances et perspectives. Pour un « Manuel pratique de paléopathologie humaine ». Paris, Editions De Boccard, 2008, 391-392.

  • Pour l’aspect historique et social de la mort, voir ces quelques références :

Nizzo V., « L’ideologia funeraria dell’Italia tirrenica tra l’età del Bronzo finale e l’Orientalizzante:metodi, problemi e prospettive di ricerca » (voir sur Academia)

Saxe, A., 1970 Social Dimensions of Mortuary Practices. Ph.D. dissertation, University of Michigan.

Gnoli, G., Vernant, J.-P., et al. eds., 1982. La mort, les morts dans les sociétés anciennes. Cambridge, Royaume-Uni.

Snodgrass, A.M., 1977. Archaeology and the rise of the Greek state: an inaugural lecture, Cambridge Eng., Royaume-Uni.

Snodgrass, A.M., 1980. Archaic Greece: the age of experiment, London, Royaume-Uni, Australie, Canada.

Snodgrass, A.M., 1982. Arms and armour of the Greeks: with 60 illustrations, London, Royaume-Uni: Thames & Hudson.

Snodgrass, A.M., 1964. Early greek armour and weapons: from the end of the Bronze Age to 600 b.c, Edinburgh, Royaume-Uni: at the University Press.

Snodgrass, A.M., 2000. The dark age of Greece: an archaeological survey of the eleventh to the eighth centuries BC, New York, Etats-Unis: Routledge.

D’Arba Desborough, V. R., 1972, The Greek Dark Ages, Palgrave Macmillan.

Parker Pearson, M., 1999. The archaeology of death and burial, Stroud, Royaume-Uni: Sutton.

De La Genière, J. 1968, L’Âge du Fer en Italie Méridionale: Sala Consilina, Naples.

De La Genière, J., Nenci, G. 1984, Per una documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia (DANIMS). Contributo allo studio delle società antiche, AnnPisa 14, p. 347 – 367, Pise.

De La Genière, J., Nenci, G. 1984, Documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia, AnnPisa 16, p. 977 – 1074, Pise.

De La Genière, J., Nenci, G., Tagliente, M. 1988, Documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia. Contributo allo studio delle società antiche, AnnPisa 18, p. 11 – 60, Pise

De La Genière, J.,  Nenci, G., Niro, M. 1991, Documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia, AnnPisa 21, p. 1 – 123, Pise.

De La Genière, J., Nenci, G. 1995, Documentazione analitica delle necropoli dell’Italia meridionale e della Sicilia (DANIMS). Contributo allo studio delle società antiche, AnnPisa 25, p. 7 – 218, Pise.


Une réflexion au sujet de « L’ostéométrie humaine appliquée à l’étude des pratiques militaires anciennes »

  1. Ping : L’ostéométrie humaine appli...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *