Faire de l’histoire sur Twitter ? Entretien avec @LarrereMathilde

En matière d’éducation, le site de microblogging Twitter est souvent un lieu de confrontation et d’invectives qui ne rendent pas justice aux vastes possibilités de l’outil. Au milieu des floods en 140 signes qu’impose le réseau du petit oiseau bleu, une historienne, Mathilde Larrère1 , s’est lancée dans une série d’exercices de microbloggingstory. A l’aide d’un autre outil, Storify, qui permet d’ordonner des tweets, elle retrace des épisodes historiques de l’époque contemporaine. À l’image de son compte qui est personnel, professionnel et militant, elle entremêle dans cet exercice les trois aspects de sa « personnalité » numérique. Pensés par une femme historienne et engagée, ces récits s’inscrivent avec humour, fraicheur et rigueur dans une démarche d’éducation populaire et amorcent de vastes mouvements réticulaires de circulation des savoirs historiques.

A quel moment et pourquoi as-tu envisagé d’utiliser Twitter pour conter sous forme de Storify des épisodes historiques ?

Au début j’ai commencé par faire juste des éphémérides sur Twitter, juste une date anniversaire avec mention de l’événement. Puis ça m’a frustré de ne pas expliquer l’événement. Trop tristement factuel. J’ai commencé à donner de petits éléments d’interprétation, d’explication. Mais j’avais aussi besoin de raconter ce qui se passait. D’incarner un peu, de donner du vécu. De précisions en explications, d’interprétations en récits, je me suis mise à faire des threads de plus en plus longs. 10 tweets, puis 20, puis 40… Dans les notifications, des twittos me disaient c’est super, mais pourquoi tu ne les mets pas sur Storify parce que là c’est compliqué de suivre ?  Alors je suis allée voir et je m’y suis mise.

Ephemeride_2014

Je suis arrivée sur Twitter en 2014, non pas comme historienne mais dans le cadre de mes activités politiques (à l’époque, j’étais militante très active au PG). Mes éphémérides étaient militantes, il s’agissait de donner les dates d’une histoire militante : histoire du mouvement ouvrier, du mouvement révolutionnaire, de la république. Puis l’historienne a pris le pas sur la militante et c’est ce côté que j’ai le plus développé. Et d’autant plus que j’ai quitté le PG ce qui m’a en fait libérée d’une certaine façon. J’avais moins d’obligations politiques sur Twitter, je pouvais me lâcher sur mes threads historiques.

En fait, j’ai vu que ça plaisait, au delà des cercles militants, qu’il n’y avait pas l’équivalent, que ça servait car en fait ce n’était pas très connu, ces récits de la Commune, de la révolution française, du 1er mai…

Comment fabriques-tu ces storify ? Quels avantages et contraintes présente l’outil ?

Bon, à la base c’est d’abord des séries de tweets. Je les prépare à l’avance. Souvent la veille, parfois plusieurs jours avant. Je fais un document word, avec une suite de tweets portant des numéros. Ça peut me prendre entre une heure et trois heures, selon que je connais plus ou moins bien le sujet. Quand je les ai postés sur Twitter, parfois en plusieurs  vagues quand il y en a beaucoup, ou évidemment quand il s’agit de suivre un événement sur plusieurs jours, je vais sur Storify et ne n’ai plus qu’à faire glisser les tweets pour faire le fil.

La contrainte, c’est évidemment d’abord les 140 signes. Il faut aller à l’essentiel. J’essaye aussi de veiller à ce que la plupart des tweets puissent exister seuls. En tout cas, je veille à ne jamais faire courir une phrase d’un tweet à l’autre. Un tweet se termine toujours par un point (fut il absent histoire de ne pas se griller un précieux caractère) ! Si vraiment je veux mettre une citation trop longue, je l’insère à partir d’une capture d’écran. Mais je ne le fais que pour mettre des citations.

Citation_Capt

Autre contrainte, je ne peux quand même pas dépasser des threads de plus de 50 tweets (sauf sur plusieurs jours). Donc j’ai un travail (préalable) de synthèse : qu’est-ce que je veux vraiment dire ? L’équilibre entre le récit (incarné) et l’analyse est parfois difficile.

Je fais aussi très attention à ce que ce soit clair. Je ne m’adresse pas à des spécialistes. Pas à des étudiants en histoire. Donc pas de concepts délicats, pas d’allusions.

Je mets pas mal d’illustrations. Ce qui me frustre c’est que je ne peux pas ni les référencer clairement, ni les commenter. Donc elles ne sont qu’illustratives, ce qui est nul dans une démarche historique. Si un étudiant faisait ça dans un exposé, je l’engueulerais… Mais si je commence à donner l’auteur, la date, à expliquer l’œuvre, ça prend trop de place.

ExempleIllustration

Maintenant, c’est parce qu’il y a des contraintes que ça m’amuse. Je pourrais aussi avoir un blog et rédiger tranquillement. Mais là c’est une gageure ! Un peu comme l’OULIPO. Une forme de jeu.

Qu’est ce qui détermine le choix de tes sujets ?

Le choix (pour l’instant) c’est vraiment la date anniversaire. J’ai fait une exception en transformant mes cours de L1 sur les femmes en thread. Autre « détermination » ça reste une histoire militante : les dates, c’est toujours les révolutions, les insurrections, les grèves, le mouvement ouvrier et si j’ai fait ce cours et pas d’autres, c’est dans une optique militante féministe.

Et puis j’essaie de raconter ce qui ne sera pas dans les commémorations officielles.

Par ailleurs, ça reste de l’histoire contemporaine, avec une grosse dominante Révolution française XIXè siècle parce que c’est ce que je connais le mieux. Plus tu connais, plus tu sais ce que tu veux dire, ce qu’il te semble important de transmettre, plus tu maîtrises. Moins ça demande du boulot aussi. Je fais parfois plusieurs threads par semaine, si ça me bouffe des dizaines d’heures ce n’est pas tenable.

NouvelOrdreDesSexes

Cela donne-t-il lieu de ton côté à des recherches et mises à jour historiographiques particulières ?

Oui ça me demande souvent pas mal de recherches. Maintenant, je fais surtout comme je te le disais sur des choses que je connais bien : histoire politique du XIXe, où de toute façon, pour faire mes cours, pour mes recherches, je suis à jour de l’historiographie. Mais des fois quand je m’embarque dans le XXe, ou hors d’Europe, et bien, je lis ! Pas toujours assez comme me le font parfois remarquer les vingtièmistes qui me suivent. Résultat, ils me donnent des pistes et je peaufine pour les fois suivantes.

Quelles finalités mets-tu dans cette démarche de microbloggingstory ?

Je ne sais pas trop. Enfin si. Transmettre. Faire circuler le savoir. Raconter et expliquer ce qu’on connaît moins. Et puis c’est vraiment une passion, j’adore raconter, mobiliser l’histoire. La faire aimer. C’est aussi pour ça que je veille à mettre un peu d’humour, avec des images parfois décalées, des interventions personnelles, soit clairement politiques, soit juste pour faire sourire.

Il y a pour moi une démarche d’éducation populaire. Ce n’est pas un hasard si à Nuit Debout, c’est dans la commission éduc pop que je me suis engagée. Sortir des cadres universitaires. Diffuser ce que je connais au delà des bancs de la fac.

Comment parviens-tu, si tu estimes que c’est le cas, à déjouer la simple restitution d’un déroulé chronologique ? Autrement dit parviens-tu à insérer dans tes Storify analyses et débats historiographiques ?

C’est le plus dur, car là les contraintes de nombre de caractères sont particulièrement difficiles. J’avoue plus trancher les débats historiographiques que les poser ! Par exemple, je ne vais pas parler de 1793-94 que comme révolution démocratique et sociale ! Je n’utilise pas le mot « Terreur ». Mais il m’est arrivé de faire une série de tweets sur la question de la violence révolutionnaire et plus rarement d’évoquer des débats historiographiques (mais rarement).

Pour l’analyse, je crois que j’y parviens. J’essaie toujours d’expliquer, de mettre en relation, de contextualiser, de poser des problèmes.

Comment articules-tu ces Storify avec tes cours ? Sais-tu si tes étudiant.e.s les consultent ? Les archivent ? Sont-ils susceptibles d’être utilisés pour débattre en cours de moyens de diffuser les savoirs dans un espace qui outrepasse les murs de l’université ?

En fait le problème c’est que comme mon compte Twitter est aussi mon compte perso, et que j’y poste et toutes mes opinions/coups de gueule politique, et mes threads historiques, je ne fais donc pas trop de la pub pour ça dans mes cours. Je n’ai pas forcément envie qu’ils-elles voient à quelle manifestation je vais, quelles pétitions je signe… Je sais que des étudiant-es me suivent, car ils me font des notifications, mais d’une certaine façon ce n’est pas vraiment pour eux. C’est plus à destination de celles et ceux qui ne sont pas à la fac, qui n’ont pas d’enseignement en histoire, mais que ça intéresse. Cela étant dit, je n’ai pas de pseudo, donc ils/elles peuvent me trouver sans problème.

Il faudrait sans doute que je fasse un compte histoire et un compte perso. Mais en même temps, moi c’est les deux, donc… C’est important aussi pour moi que des gens qui me suivent pour les threads historiques voient la militante, et la nana normale qui dit des conneries à ses copines sur Twitter.

Donc c’est déconnecté de mes cours au sens où je n’invite pas les étudiant-es à me suivre, où je n’en parle pas en cours et où – et c’est dommage sans doute – je ne réfléchis pas avec eux au support, à l’éducation populaire…

Quels retours as-tu de ce que tu proposes sur Twitter ?

Franchement, super bons ! Bon, si j’exclue les royalistes qui hurlent dès que je parle de Robespierre, les fachos qui ne supportent pas. Mais sinon, non seulement beaucoup de RT mais surtout de très nombreux messages adorables d’encouragement. Nombreux me disent qu’ils/elles ne connaissaient pas, qu’ils sont heureux d’apprendre. Dans l’ensemble, ils trouvent ça clair, drôle et pédagogique (ce que j’essaye de faire). J’ai même eu un message de félicitation de Plenel pour mon travail et pour l’utilisation des réseaux sociaux comme lieu de formation ! (grand moment de fierté).

ReceptionThreadExemple

Après j’ai aussi quelques retours critiques de collègues (surtout du secondaire) qui trouvent ça trop militant. Mais j’assume. Et c’est justement car je suis sur Twitter, plus libre d’une certaine façon. Je n’écris pas sur Twitter comme je suis en cours.

Quel Storify as-tu préféré écrire et diffuser ?

Tous ! Sans rire. Mais celui qui a le plus marché (plus de 5000 vues) c’est celui sur la journée du droits des femmes.

Storify_JourneeDroitDESfemmes

Et les prochains porteront sur ?

La suite des événements. La proclamation de la République le 4 septembre 1870, Valmy… et ainsi de suite. Puis, quand je les aurais tous faits, il faudra que je trouve une autre formule !

J’ai deux cours d’histoire des femmes à faire, car avec Nuit debout, l’éducation populaire sur la place, j’ai été complètement dépassée et je n’avais plus le temps. Dès que j’ai plus de temps, je m’y mets.

Epilogue (inattendu…) :

Au moment où nous réalisions cet entretien, Mathilde Larrère s’est lancée dans un thread épidermique en réaction aux déclarations du premier ministre, Manuel Valls, sur Marianne. Comme elle le dit en aparté :

Je fais des dates mais c’est vrai aussi que, comme hier, je réagis à l’actualité quand ça me semble nécessaire. Par exemple,  lors des premières lois d’état d’urgence, j’avais fait un historique des lois scélérates de la fin du XIXè siècle. De fait c’est ça qui marche le mieux, avec appel des journalistes à la clef. Il se trouve que Marianne je connais bien, d’autant que le programme de l’agrégation  l’année dernière était sur la République donc j’avais un cours tout prêt sur Marianne. Donc là je n’ai pas mis trop de temps à faire le thread, j’ai repris mon cours, qui était au point, et les images je les connaissais déjà toutes aussi.

Le Storify sur Marianne a été vu 184 000 fois. Les retours ont été très nombreux, soit sur le réseau mobilisant des collègues mais aussi de twittos. Plus remarquable encore le Storify a fait l’objet le lendemain matin d’un papier dans Libération puis la presse anglaise l’a mentionné et dans son sillage, le Washington Post a fait de même !

WashingtonPost


Pour découvrir ou lire quelques uns des Storify  de Mathilde Larrère, par exemple :

 

  1. Mathilde Larrère est normalienne, agrégée d’histoire. Sa thèse portait sur la garde nationale sous la Monarchie de Juillet. Elle est maitre de conférence à l’université de Paris Est Marne la Vallée. Elle est aussi militante syndicale, politique et associative []

4 réflexions au sujet de « Faire de l’histoire sur Twitter ? Entretien avec @LarrereMathilde »

  1. Ping : Twitter pour enseigner l’histoire? – aatf-easternmass.org

  2. Ping : Twitter, un outil d'éducation populaire en histoire ? - Le Petit Journal des Profs

  3. Ping : Comment faire de l’histoire sur Twitter ?...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *