Tribulations historiennes à l’université de Toulouse : sommaire de la saison 1 [suite & fin]

Ah, le master recherche ! Dans le cursus universitaire, il est pensé comme l’antichambre du doctorat, le moment où les étudiants font leurs premières armes d’historiennes. Ils y découvrent le contact avec les archives et l’émulation intellectuelle, tour à tour aiguillonnés par leurs lectures et les entretiens avec leurs directeurs et directrices de mémoire.

Mais derrière cette description pensée par les équipes pédagogiques, que savons-nous du quotidien de ces jeunes chercheurs ? De leurs manières de travailler, d’appréhender leurs sujets ? Découvrent-ils tous ce « goût » de l’archive cher à Arlette Farge ? D’ailleurs, travaillent-ils tous dans des dépôts et sur des archives papier ? Qu’en est-il de leurs rapports aux outils ou aux temporalités de la recherche ? Autant de questions situées au cœur de ce projet pédagogique hébergé dans le cadre du master Histoire, civilisation, patrimoine à l’université de Toulouse Jean Jaurès.

Tout au long du premier semestre 2016, les étudiants de Master 2 en histoire moderne & contemporaine rédigent des billets réflexifs sur leur quotidien de jeunes chercheurs. Cette publication de contenu a lieu dans le cadre de l’UE « Outils numériques pour historiens » que j’anime et les billets sont hébergés sur le blog du master. Le thème de chaque billet est imposé, mais l’écriture demeure libre, bien qu’adaptée aux critères du Web. Une seule obligation  : publier un billet toutes les deux semaines, jusqu’aux vacances de Noël. L’évaluation de l’UE se fera sur ces productions de contenus.

Le présent billet sert de sommaire et centralise les productions de mes étudiants. Il sera actualisé régulièrement et renverra sur les billets de chacun.

Les sujets

Les consignes : réfléchir sur l’importance de la soutenance de Master 1 pour faire évoluer le sujet, son intitulé et le type d’histoire à réaliser ; décrire le nouveau sujet et prévoir les objectifs de la recherche ; préciser les interactions avec les chercheurs ; réaliser un planning du travail en m2.

[Voir la catégorie sur le blog du master]

À la lecture de cette première série de billet, l’importance de la soutenance se révèle dans toute son ampleur. Elle est l’occasion de « nouveaux regards » ou de « retours critiques » ; les étudiants l’assimilent à une « épreuve » ou à un « tremplin » : de toute évidence, la soutenance a durablement marqué les esprits des « apprentis chercheurs », « chercheurs en herbe » ou « compagnons de doute » comme ils se nomment eux-mêmes.

Tous célèbrent l’importance de ce moment dans la construction de leur nouveau sujet et sur le regard qu’ils portent sur leur parcours de jeune historien.ne. Aucun d’entre eux n’a parlé de rite initiatique mais tous en ont célébré le sens : ils ont survécu au jury et en sont sortis grandis, même si cela n’a parfois pas été sans douleur. La soutenance a fixé le cap de cette nouvelle année, proposé de nouvelles pistes et suggéré de nouvelles méthodes. La volonté de réaliser des études lexicométriques ou prosopographiques, de dépasser le prisme d’analyse historiographique et frayer son propre sillon dans la matière historique s’ajoute à l’historiographie maîtrisée la première année.

Les archives

Les consignes  : comment se prépare la journée de travail aux archives ; décrire le contenu du sac et prendre une photo regroupant l’ensemble du matériel utilisé ; décrire l’organisation de la journée type (prise de rdv, demande de documents en avance…) ; où, comment trouver les archives ; quelles sont les archives « rêvées » ? Faire une comparaison avant l’analyse du sujet et décrire le type de sources finalement utilisées ; pourquoi utiliser ces sources et de quelle manière ? ; quelle est l’influence des auteurs de la bibliographie dans leur traitement (citer les auteurs et expliquer pourquoi s’en inspirer/ aller dans une autre direction) ; comment vivre le manque d’archives ?

[Voir la catégorie sur le blog du master]

Si la première série de billets était un galop d’essai, pour l’encadrant comme pour ses étudiants, force est de reconnaître que ces derniers se sont emparés du médium tout autant que du sujet. Les billets sont nombreux à adopter un ton fidèle à la personnalité de leur auteur, à mi-chemin entre le langage académique et le propos un brin canaille. Les jeunes chercheurs s’amusent de cet exercice, portant un regard non dénué d’humour sur leurs tribulations archivistiques, qu’elles concernent la matérialité des sources ou tout simplement la pause déjeuner…

Dans le détail, ces billets célèbrent la pluralité d’états de ces historien.nes. L’époque où la recherche ne se faisait qu’en archive paraît belle et bien révolue : sources journalistiques fournies par les banques de données bibliographiques, sources primaires numérisées par les archives départementales ou Gallica, enquêtes orales, sources imprimées sous forme de livres… sont autant de possibilités qui modifient les lieux de pratiques des historiens.

Conséquence logique de ce bouleversement, l’appareillage évolue à son tour : l’ordinateur concurrence le stylo et le carnet, l’appareil photo est progressivement délaissé au profit du smartphone tandis que les tablettes apparaissent. Les bases de données pointent le bout de leur nez mais la bonne vieille feuille volante fait de la résistance. C’est sans doute le point le plus intéressant à souligner : il n’y a pas d’outillage commun au-delà de l’ordinateur, ni même de pratique identique d’un étudiant à l’autre. La recherche est encore largement manuscrite, et le mythe d’une « génération Y » largement ouverte à la technologie numérique est fortement battu en brèche.

Cette génération apparaît comme un partagée entre deux pratiques du métier d’historien : aux méthodes classiques de l’histoire, ses membres superposent des pratiques numériques instinctives, sans même s’en rendre compte. Les deux cohabitent ensemble et donnent à voir des étudiant.es hybrides, aux pratiques scripturaires tout autant que numériques.

La bibliographie

Les consignes : comment s’effectue la recherche ? (utilisation d’inventaires, déplacement en bibliothèque etc.) ; quel pourcentage de numérique et de papier dans la recherche bibliographique ? ; horaires de la recherche bibliographique (au quotidien, de manière hebdomadaire, le soir etc.) ; comment faire quand la bibliographie est absente ? Une demande de prêt interuniversitaire (citer un exemple), abandon, système D ?

[Voir la catégorie sur le blog du master]

Les rapports qu’entretiennent les étudiants à leur bibliographie ne sont pas simples. Dans l’ensemble, la bibliographie est perçue comme une étape obligée de la première année de Master. Elle permet certes de construire leur sujet recherche, mais le côté répétitif de l’opération, la difficulté de séparer le bon grain de l’ivraie et la qualité variable des écrits ne déchainent pas leur enthousiasme. Rares sont les étudiants qui mentionnent le plaisir procuré par leurs lectures ou l’enthousiasme né de la découverte d’un nouvel auteur. C’est d’autant plus le cas en Master 2 que ce travail passe au second plan en étant remplacé par la recherche en archives.

Au-delà de cette constatation, leur rapport à la matérialité de la bibliographie interpelle. D’un côté, nombreux sont ceux à associer le livre au format physique de l’objet : l’ouvrage, le bouquin, se recherche sur le catalogue de la BU voire s’achète sur les étales des librairies, mais il ne se lit pas sur un écran. À l’opposé, les articles sont fréquemment lus au format numérique. Les longues plongées dans les rayonnages des magasins de la BU à la recherche d’articles sont délaissées en raison de la faible rentabilité entre le temps passé et le peu de références découvertes. La bibliothèque demeure donc le lieu où travailler, mais plus forcément l’endroit où se trouvent les informations recherchées.

Longtemps soupçonnée, cette tendance délaisse dans les magasins des bibliothèques des pans entiers du savoir. Elle est encore accentuée par deux phénomènes : la non utilisation de la Bibliographie annuelle de l’Histoire de France – vraisemblablement en raison de son format exclusivement papier – et la faible consultation des mémoires de M1 & M2 des générations précédentes. La constitution de la bibliographie se fait donc à partir de celle contenue à la fin des ouvrages de référence, agrémentée des découvertes proposées par les bases de données en ligne. Enfin, les recours au PEB ou au PIB sont fréquents mais pas toujours pertinents.

Il y a néanmoins un courant minoritaire d’étudiants pour lesquels rien ne remplace le rapport au papier. Pour ceux-ci, la constitution de la bibliographie est une aventure sans cesse renouvelée, où chaque lecture en entraîne une myriade d’autres et où apparaissent sans cesse des kyrielles de pistes de recherche. Leur rapport au papier pousse ces étudiants à filer la métaphore d’Harry Potter et de sa bibliothèque magique ; il les pousse aussi à privilégier les longues nuits de lecture, les plaids et les tasses de thé, dans une vision romancée et romantique du travail d’historien.

Le quotidien [mis à jour le 12 mars 2017]

Les consignes : quels sont les horaires de travail (jours et heures) ; quelle évolution au cours du semestre ? ; dans quels lieux ? Avec qui, seul ou en groupe ? ; comment se réalise la recherche ? Carnets, feuilles volantes, tableaux, traitement informatique ? Avec qui parler de sa recherche ? (famille, conjoint(e), étudiants de m2, amis, autres, etc.) ; quelle réception des interlocuteurs lorsque j’en parle ? (compréhension du sujet, intérêt de de travailler sur ce sujet de recherche, voire intérêt d’étudier l’histoire ?) ; mesurer l’importance de la procrastination et en faire la description ; quel est l’importance de la visibilité sur le web ? Y’a-t-il une utilisation des réseaux sociaux publics et universitaires pour faire la promotion de la recherche, voire entrer en contact avec d’autres chercheurs ?

[Voir la catégorie sur le blog du master]

Et voici à présent l’antépénultième série de billets, celle relative au quotidien : je ne vous cache pas que lorsque j’ai élaboré les sujets, c’était celui dont j’attendais le plus. Force est de constater que c’était aussi le cas des étudiants : ils avaient des choses à dire, qu’il s’agisse de la procrastination – presque omniprésente –, du rapport aux lieux, de la manière de rendre compte de leurs sujets de recherche. Alors qu’en ressort-il ?

En premier lieu, impossible d’établir rapidement une typologie précise : entre les angoissés, les sereins, les « entre les deux », ceux qui ne vivent que pour leurs recherches, ceux qui travaillent pour financer leurs études, la liste semble aussi variée qu’il y a d’étudiants. Quelques tendances semblent néanmoins partagées. Le besoin d’habitudes en est une : il est important d’avoir son lieu de prédilection, sa place précise, à la maison ou en BU. Elles fixent le cadre nécessaire à la réflexion et sont complétées par des accessoires : le café et la cigarette – à l’unanimité dénommée « clope » ; le thé et la « tenue de maison » (sic).

Qu’en est-il des discussions sur leurs recherches ? L’entourage familial vit la fouille dans les archives par procuration, exalte leur travail et s’intéresse aux découvertes, aux analyses. Mais il est aussi générateur d’une pression involontaire : « à quoi ça sert ? », « auras-tu un vrai métier ? », « quand vas-tu finir ? », favorisant chez les malheureux étudiants l’impression de ne rien apprendre. Heureusement, il reste les copains : ceux du master avec qui partager un moment, une après-midi, une table non loin de sa place. Cette camaraderie est de bon aloi, surtout au regard des autres, ces amis qui ne sont pas/plus du sérail : face à eux, il est difficile de raconter une vie somme toute extrêmement répétitive (métro, boulot, archives, dodo). C’est d’ailleurs la vie du sujet qui est plus volontiers racontée. Elle est gage d’un moment gênant ou passionnant, selon l’intérêt des interlocuteurs et l’attrait du sujet. Quoi qu’il en soit, cette vocalisation n’est pas inutile : elle rend plus tangible les résultats du travail, restitue les émotions et permet une distanciation progressive d’avec son sujet.

Est-ce à dire que la solitude, figure récurrente dans l’imagerie de l’historien, est absente des témoignages ? Pas tout à fait, elle apparaît ici et là : elle est souvent recherchée pour mieux se concentrer ; elle s’impose parfois lorsque l’entourage est loin, qu’il n’y a personne avec qui échanger sur son sujet – encadrant, parents, amis. Mais dans l’ensemble, elle n’apparaît qu’à la marge et interroge : s’agit-il d’une image d’Épinal ? Et si non, quand apparaît-elle ?

Enfin, ce quotidien a son corolaire : la procrastination, perçue comme un mal nécessaire. Le poids des réseaux sociaux, l’absence d’une contrainte forte pour travailler, l’omniprésence d’Internet en font une réalité bien concrète. Tenue sous le boisseau, bannie des conversation ou cantonnée à la blague, la procrastination est pourtant bien réelle ; elle est difficile à accepter et presque impossible à s’en défaire. Seuls les plus organisés – les plus anciens de la promotion – semblent l’ignorer. Pour tous les autres, il faut vivre avec.

Le traitement des sources [mis à jour le 12 mars 2017]

Les consignes : quels sont les logiciels utilisés et pourquoi ; si il n’y a pas d’utilisation de logiciel, expliquer pourquoi ; quels sont les problèmes rencontrés ? ; quelle est la méthode d’écriture retenue (brouillons, carnets, d’un jet…) ; les sources sont-elles étudiées sur place ou chez soi à partir des photos ? Les sources sont-elles imprimées ? Si oui, pourquoi ?

[Voir la catégorie sur le blog du master]

Avant-dernière série de ces Tribulations 2016/2017, celle-ci concerne le traitement des sources. À la lecture des billets, force est de constater que le consignes étaient un peu trop similaires avec celles relatives aux archives. Malgré tout, quelques informations intéressantes sont à en retirer.

Pour une grande majorité d’étudiants, le travail en archive consiste à prendre des photos, en mode « safari » ou en présélectionnant les documents à photographier. Systématiquement, les photos sont doublées d’une prise de notes – majoritairement manuelle, même si le traitement de texte apparaît parfois. Bien sût, il y a ceux chez qui le « goût de l’archive » l’emporte sur le côté pratique : leurs billets célèbrent le travail en archives, l’odeur des vieux papiers, l’utilité des usuels de la bibliothèque du dépôt, l’aide fournie sans compter par les archivistes lorsqu’un problème de paléographie apparaît.

Chacun y va de sa méthode pour penser, classer, trier sa masse de papiers. Globalement, le traitement se fait « à l’ancienne », les 2/3 des étudiants (à vue de nez) analysent leurs documents sans recourir à des logiciels spécialisés. Ils effectuent leurs transcriptions et leurs commentaires sur des feuilles papiers ou sur du traitement de texte, voire impriment les photographies pour les anoter. Pour le 1/3 restant, l’analyse est l’occasion de mobiliser des outils plus avancés : bases de données sous Excel ou sous Filemaker Pro afin de générer des graphiques ou des tableaux.

Quelle que soit la méthode choisie, l’analyse est pour les étudiants le moment de relier leur bibliographie à leurs sources. Force leur est de reconnaître la difficulté de l’exercice et la trop grande importance qu’ils accordent à leur mémoire : celle-ci monopolise les informations au détriment de la prise de notes, ce qui ne manque pas de générer un certain nombre d’oublis.

La synthèse [mis à jour le 12 mars 2017]

Les consignes : effectuer une comparaison avec le planning du premier billet ; expliquer l’intérêt ou l’inutilité de cet exercice ; décrire l’évolution de la pensée durant ce premier semestre (voire depuis le m1) et l’évolution de la méthode d’analyse.

[Voir la catégorie sur le blog du master]

Voilà, c’est fini pour cette première saison des Tribulations. Qu’en retirer ? Du côté des étudiants, le côté cathartique des billets semble – presque – faire l’unanimité. Pour la première fois dans leur cursus, un exercice leur permet d’exprimer leurs ressentis sur la formation, d’échanger avec leurs camarades, de se glisser dans la peau d’historiens pour mieux délaisser leurs défroques d’étudiants. Écrire ces billets est aussi perçu comme un moment salutaire entre les deux rédactions, une manière de ne pas trop laisser rouiller son écriture, de prendre son temps pour faire le point – même si la régularité de l’exercice est parfois dénoncée en grommelant. L’exercice n’est d’ailleurs pas assimilé à une sinécure : bien au contraire, les étudiants sont nombreux à remarquer la difficulté de trouver le bon ton tout en restant rigoureux. Mis en concurrence avec les travaux à rendre dans le cadre des autres UE, les billets ont régulièrement été écrits à la va-vite et certains sujets ne les ont pas inspirés (la bibliographie notamment). Mais cela n’a pas empêché les étudiants d’apprécier cette manière atypique de s’approprier son objet de recherche et de mesurer l’évolution de sa pensée. C’est d’ailleurs pour cela que les Tribulations continuent ce semestre sur la base du volontariat (1/3 des étudiants souhaite continuer l’aventure).

Et du côté de l’enseignant, qu’en retirer ? Comme mes étudiants, mes sentiments sont un peu partagés. Bien entendu, le plaisir d’avoir découvert leurs productions domine largement : lire leurs témoignages de gratitude, tant pour cet exercice que pour le contenu des enseignements dispensés est véritablement émouvant. Les voir évoluer dans leur pensée, s’approprier progressivement l’objet « Tribulations », s’en amuser, relater leurs quotidiens… procure un sentiment de  profonde satisfaction. Force est de reconnaître que malgré les incertitudes, les lendemains incertains et la suite d’un cursus qui ne se fera majoritairement pas dans cette discipline, c’est une histoire joyeuse que dessinent ces tribulations. En tant qu’historien, j’ai appris à mieux connaître leurs usages, leurs manières de faire. Dix ans seulement nous séparent et pourtant leurs manières d’être, de faire, me sont parfois étrangères.

Pour notre master – et pour les autres aussi j’espère – ces productions de contenus éclairent d’un jour nouveau les mentalités estudiantines et leurs usages. Elles démontrent combien peu de nos étudiants se destinent finalement à la recherche et combien les pesanteurs de l’enseignement en master leur pèsent. Dans l’ensemble, les critiques ont été argumentées et raisonnées, un seul billet ayant fait l’objet d’une demande de réécriture avant publication. Nous sommes en train de réfléchir pour modifier le contenu de nos enseignements en fonction de leurs remarques.

Du point de vue de l’enseignant, je dois reconnaître avoir fortement mésestimé la tâche qui m’attendait. L’idée était belle quand elle était pensée sur la plage, en sirotant une boisson loin des contingences matérielles de l’université. Une fois la rentrée arrivée, ce fut une avalanche de relectures : 6 billets à écrire par étudiant, 27 étudiants dans la promotion. Je vous laisse faire le calcul. La relecture est devenue un véritable calvaire, surtout à partir du moment où j’ai laissé s’accumuler les billets…Cette impression de nettoyer les écuries d’Augias n’est d’ailleurs pas pour rien dans le nombre de coquilles que j’ai vraisemblablement laissé passer dans les billets…

Est-ce à dire que je ne referai pas l’expérience l’an prochain ? Non, mille fois non : l’an prochain, si j’ai toujours ce cours, on repart pour une saison 2 !  Avec un blog dédié, de nouveaux sujets et une relecture lors du cours, collective et en direct. Bref, il s’agira de les faire progresser pour que l’évolution de leur écriture profite directement à leurs mémoires.

Enfin, je termine ce billet en remerciant mes chers étudiants de master 2 : merci d’avoir joué le jeu, d’avoir fait de ces cours un moment de bonne humeur et d’échange, de discussion et de débat. « Enseigner, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu » : de mon point de vue, je constate que la flamme a bien pris chez vous et je vous souhaite une belle route pour après.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *