Purges des universités en Turquie : un message de Noémi Levy-Aksu

Ces derniers jours, un message de Noémi Lévy-Aksu, enseignante-chercheuse permanente  au département d’Histoire de l’université du Bosphore (Boğaziçi University) à Istanbul est passé sur (seulement) deux des nombreuses listes de diffusion « historiennes » auxquelles je suis abonné : celle de l’AFHE et celle de l’AHCESR. En évoquant sa situation (son permis de travail a été révoqué) notre collègue nous permet de prendre un peu plus encore la mesure de ce qui se passe ces temps-ci en Turquie. Surtout, elle suggère un certain nombre d’actions à entreprendre pour soutenir les victimes des purges à l’oeuvre au sein des universités. Avec son accord, je relaie ici ce message en vous encourageant non seulement à le lire mais aussi à le faire circuler.


« Chers amis, chers collègues,

Excusez-moi de ce très long message collectif, mais je ne peux répondre actuellement aux très nombreux messages que je reçois depuis la semaine dernière. Merci à tous! Comme beaucoup d’entre vous le savent déjà, j’ai appris vendredi dernier que mon autorisation de travail avait été annulée par le Conseil de l’Enseignement Supérieur (YÖK). La décision a été communiquée à mon université (Boğaziçi) sans aucune motivation mais il n’y a guère de doute : le YÖK a ciblé le professeur Abbas Vali, qui venait de démissionner du département de sociologie, et moi, qui étions les deux signataires étrangers de l’université de la pétition pour la paix en janvier 2016. Pour la première fois, Boğaziçi est directement ciblée par le vaste mouvement de purges des universités.

Je suis en actuellement en année sabbatique à Londres mais j’ai passé les derniers jours à Istanbul pour participer à la mobilisation de Boğaziçi contre cette décision. Je vous envoie en pièce jointe trois traductions en anglais (réalisées par des étudiants et moi-même) d’interventions publiques s’étant tenu ces derniers jours :

J’espère que ces documents vous permettront de mieux comprendre la situation et mon état d’esprit actuel, loin de la tristesse et de l’abattement que beaucoup d’entre vous ont supposés.

Je me contenterai d’insister ici sur deux points, pour répondre à vos questions et suggestions :

  • je ne suis pas à la recherche d’un poste, permanent ou temporaire. Ma priorité est de retrouver mon poste à Boğaziçi. Par ailleurs, je suis actuellement affiliée au département de droit de Birkbeck College (Londres), où je bénéficie d’un Newton International Fellowship, valable jusqu’en octobre 2018. Je compléterai mes revenus d’une manière ou d’une autre. La carrière universitaire n’a jamais été une fin en soi pour moi, si cet épisode me permet de toucher à d’autres activités, ce sera tant mieux.
  • je ne souhaite pas d’intervention diplomatique française en ma faveur, pour deux raisons. D’abord, vu les silences et la timidité de la France et de l’Europe sur les exactions bien documentées dans les régions kurdes (cf. le rapport de l’ONU qui vient d’être publié) et les autres atteintes multiples aux droits de l’homme et libertés, je trouverais indécent que la diplomatie se mobilise pour mon cas personnel. Ensuite (et surtout), je n’ai pas signé la pétition en tant que française et cela fait désormais bien longtemps que je ne me considère plus comme une étrangère en Turquie. Comme certains d’entre vous le savent, j’ai demandé la nationalité turque il y a plus d’un an, ce qui aurait fait de moi une bi-nationale. Cette demande n’a plus de chance d’aboutir dans un avenir proche mais je ne souhaite pas que mon sort soit distingué de celui des centaines de collègues qui subissent un sort similaire au mien (et souvent bien pire).

Si vous voulez témoigner votre soutien, voilà quelques suggestions qui sont susceptibles de changer, concrètement, la situation des universités ou celles des victimes des purges :

1) Contribuer à la solidarité financière avec les enseignants victimes des purges. Le syndicat Eğitim-Sen, qui reverse un salaire minimum à ses membres licenciés, est au bord de la faillite devant l’ampleur des purges. La fédération Internationale de l’Education a ouvert un compte pour soutenir son effort, si vous souhaitez contribuer vous trouverez tous les détails à l’adresse suivante.

2) Accueillir des universitaires licenciés dans le cadre du programme PAUSE d’aide aux chercheurs en danger ou crééer d’autres opportunités d’accueil.

3) Accueillir des doctorants de Turquie touchés par la répression. Beaucoup ont vu leur allocation et/ou leur poste d’assistant supprimés et sont dans l’incapacité de continuer leur thèse dans leur université turque d’origine.

4) Cesser toute collaboration avec le Conseil de l’Enseignement Supérieur d’Ankara , directement à l’origine de mon licenciement et impliqué dans toutes les purges qui se tiennent depuis des mois.

5) Reconsidérer les partenariats avec TÜBİTAK, l’Agence de recherche turque qui reste un partenaire de l’ANR et d’autres agences de recherche en Europe. Depuis des mois, TÜBITAK n’a cessé de discriminer les signataires de la pétition et autres opposants, par des mesures telles que la suspension de bourses et le refus de projets.

6) Si votre université est partenaire Erasmus de Boğaziçi, écrire au recteur (Mehmed Özkan), pour l’informer que vous suivez de près la situation et que vous attendez qu’il utilise tous les moyens à sa disposition, y compris le recours en justice, pour s’opposer à cette décision et empêcher de futures purges. Ce genre de démarches est encore plus nécessaire vis-à-vis des autres universités touchées par les purges où, contrairement à mon cas, les recteurs ont été à l’initiative des licenciements.

En vous remerciant à nouveau pour votre soutien,
Amitiés,
Noémi

P.S: Les destinataires de ce message sont les amis et collègues que je connais. Si vous le souhaitez, vous pouvez le diffuser à vos contacts ou aux listes dont vous être membres. Je vais adresser un message similaire en anglais à mes amis et collègues non francophones. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *