Qui aura la médaille Stéphane Bern ?

Ainsi il existerait donc une « Fondation Stéphane Bern pour l’Histoire et le Patrimoine », décernant depuis 2016 un « Prix de la Fondation Stéphane Bern pour l’Histoire [avec H majuscule, évidemment…] d’un montant de 5 000 euros […] destiné à récompenser un premier ouvrage d’Histoire (en français) [évidemment…] édité depuis moins de trois ans autrement qu’à compte d’auteur, à l’exclusion des romans historiques« .

Canular ? On ne sait jamais très bien par les temps qui courent… En tout cas, si c’est du fake, les complices jouent très bien leur rôle : l’Institut de France offre sa Prestigieuse Caution et Sciences po relaye l’appel à candidature.

Avant d’apprendre qui ira, dans les années futures, quémander quelques subsides auprès du médiatique mécène – puisque le décloisonnement et la « visibilité » de la recherche valent davantage que la crédibilité du métier scientifique – je suis impatient de savoir ce qu’il adviendra de la superbe médaille à l’effigie de M. Bern : trônera-t-elle sur un meuble Louis XV ou finira-t-elle sur un site d’occasions ?


Une réflexion au sujet de « Qui aura la médaille Stéphane Bern ? »

  1. Georges Cuer

    Bonjour Fabrice,
    je me présente. Je suis conservateur d’archives, depuis 1983 (thèse d’Ecole des chartes sur le gouvernement du Lyonnais, Forez et Beaujolais au temps du 2e maréchal de Villeroy, avec Maurice Garden et Bernard Barbiche). Je suis maintenant conservateur aux Archives départementales de la Gironde, en charge du service des publics. Nous préparons une expo sur Mai 68, qui me donne l’occasion de m’intéresser de près à l' »affaire des écoliers » de 1725 à Bordeaux (série C, peut-être bientôt B, j’espère aussi 3 E, notaires etc.).
    Je barbote donc, avec l’aide d’un stagiaire, dans la fameuse malle aux trésors !!
    Je ne connais pas personnellement Stéphane Bern et je partage tout à fait votre réaction devant cette médaille que je découvre. Mais notre époque étant pleine de surprises, je voudrais dire que je cherche actuellement, pour le compte d’un collègue conservateur aux Archives nationales, des restaurateurs qui puissent répondre à la promesse d’un mécène de subventionner la restauration des registres du Parlement de Paris où se trouve enregistrée la législation royale de la fin du Moyen Age à la Révolution. Il y a urgence à cause de la lenteur de l’opération de restauration ! C’est la première fois de ma carrière que je vois le mécénat faire autre chose en archives qu’une opération de com avec trois pauvres documents restaurés, et les discours hypocrites de circonstance sur la générosité, ou une micro-série (jamais un vrai fonds) numérisée.
    Si Stéphane Bern était derriere tout cela (ce que j’ignore), je souscrirais à sa médaille pour la placer sur ma cheminée !
    Georges Cuer

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.