Faire du “numérique” dans un TD d’histoire

CC Wikimedia Commons 
J. Doris

Comme le souligne Caroline Muller dans un billet au titre évocateur (“Le cours “de numérique” est un cours comme les autres”), « prononcer le mot de ‘numérique’ [dans les cours d’histoire] mobilise immédiatement l’imaginaire du ‘spécialiste’ ou du cours ‘technique’. Pourtant, ‘l’histoire à l’ère du numérique’… est celle de tous les historien·nes. » Partant de ce constat, comment intégrer du numérique dans les cours ordinaires (hors cours de méthodologie) ?

J’ai ce semestre 3 groupes de TD d’histoire de l’Europe moderne : nous allons travailler ensemble pour agréger “le numérique” au TD traditionnel. J’ai donc délimité un certain nombre de compétences numériques que les étudiant.es doivent maîtriser à l’issue du TD, au-delà de l’utilisation de Moodle.

De la méthode historique à la critique numérique

Dans un premier temps, il leur faut être capables de chercher des informations sur le Web et de les critiquer. En d’autres termes, les étudiant.es apprennent en TD les rudiments de la culture numérique : comment chercher sur Internet, qu’est-ce qu’une revue en ligne, quelle est la différence entre un carnet Hypotheses.org et un Skyblog, une vidéo Youtube et une autre de Canal-U, en bref, comment séparer le bon grain de l’ivraie. Présenter Isidore offre par exemple la possibilité de montre les contenus différents contenus dans Cairn et Persée, notamment la différence entre une revue encore éditée et une revue qui ne l’est plus. Je peux ainsi revenir sur les différents types d’articles et aborder brièvement la question de l’historiographie. C’est surtout l’occasion pour moi de revenir sur ce qu’est une source : je transpose ainsi la méthodologie du commentaire de document à l’usage d’Internet.

Un autre moyen d’y parvenir consiste à effectuer en cours une recherche Google puis de demander à la classe ce qu’elle pense de la qualité des sites qui apparaissent. En reprenant ainsi un usage largement répandu chez les étudiant.es, on arrive à expliquer que Wikipedia n’est pas le mal absolu et que la majorité de ses pages est de qualité. Mais aussi qu’il faut faire attention : plus le sujet est précis, plus il faut croiser les informations – notamment avec des manuels ou des usuels, que l’on présente à cette occasion.

Par ailleurs, le TD est l’occasion de donner sens aux formations “techniques” du premier semestre : autant profiter des cours de “bureautique” (sic) ! Word et Zotero sont donc mis à contribution. Ce dernier permet d’aborder la difficile question des normes bibliographiques : pourquoi sont-elles si nombreuses et si peu harmonisées ? ; pourquoi des ( ) et pas des “,” ? ; pourquoi des majuscules ou des petites capitales d’imprimerie ? Qui a raison ? Grâce à Zotero Style repository, on peut alors présenter plusieurs revues françaises, revenir sur leurs dates de création et montrer ainsi la constitution des différentes normes bibliographiques. C’est aussi un moyen d’expliquer les “codes” de la profession. Une fois ce travail achevé, il est alors temps d’expliquer l’utilité de Zotero dans un cursus de licence : le logiciel sert à maîtriser la présentation des normes et à classer les fiches de lectures.

Enfin, l’aspect que je préfère en TD est celui du travail en groupe – malheureusement trop souvent délaissé en raison du trop grand nombre d’exposés. J’ai calibré les exposés de sorte à avoir tous les deux cours une grosse heure de travail en groupe pour utiliser mobiliser des outils collaboratifs. L’objectif consiste donc à inciter les étudiant.es à venir avec leurs ordinateurs pour rédiger plans détaillés et résumés à plusieurs mains. L’ordinateur permet d’effectuer des recherches sur le Web pour nourrir les travaux collectifs, en archivant les ressources dans Zotero. Les étudiant.es mettent ainsi en application la critique numérique, partant du principe qu’en terme d’outils numériques, ne pas pratiquer c’est déjà oublier.

En cela, il faut considérer que les étudiant.es agissent en grande partie par mimétisme : à leurs usages, ils superposent nos conseils et recommandations. Dans ces conditions, il est inutile de présenter des outils et de les intégrer dans la méthodologie si, d’un autre côté, nous perpétuons l’image d’Épinal de l’historien”rat de bibliothèque”. En montrant que l’ordinateur et Internet sont des outils que nous mobilisons au quotidien, les étudiant.es ont plus de chance de s’approprier ces outils et de les intégrer à leurs pratiques.

Concrètement, comment faire ?

Le numérique irrigue tous les aspects du TD de manière implicite, qu’il s’agisse de rentre un commentaire de document, de passer à l’oral ou de travailler en groupe. Zotero, Isidore et Word permettent de rendre un commentaire de document exclusivement au format numérique. Les consignes sont les suivantes : le texte doit être justifié, les intertitres stylés et surtout, la moitié des références bibliographiques doit provenir du Web scientifique. Et les références bibliographiques doivent apparaître dans les notes de bas de page : j’explique ainsi que les notes de bas de page servent à étayer un propos. Tous les types de médias sont autorisés : une conférence filmée sur Canal-U, un podcast de La Fabrique de l’histoire peuvent être mobilisés. Il s’agit de profiter de la multiplicités des supports permis par le Web. Par ailleurs, l’orthographe fait officiellement partie du barème (dont ils ont connaissance) : cela devrait les inciter à prêter attention aux surlignages en rouge et vert des logiciels de traitement de texte, voire de s’intéresser de près au projet Voltaire ou à Antidote.

Chaque exposé s’accompagne d’un support de communication. Là aussi, la consigne est simple : pas de fond blanc avec une écriture en Comic Sans MS fluo. Au contraire, ils doivent penser aux Powerpoints les plus horrible qu’ils ont déjà vu en cours et faire l’inverse. Par ailleurs, la recherche d’illustration est impérative : tiré d’une oeuvre papier ou du Web, le choix des images rempli plusieurs visées. Tout d’abord, elle doit les obliger à sourcer la provenance : livre ou recherche d’image sur un moteur de recherche quand ils trouvent une belle image sur un mauvais site. Elle doit en outre leur permettre de réfléchir sur le sens des images et sur leur utilisation dans le cadre d’un commentaire de texte. J’attends avec impatience la guerre de Trente ans pour croiser Les Grandes Misères de la guerre avec le blog de recherche d’André Gunthert.

Enfin, un document partagé (Framapad) sera ouvert lors des exposés : il permettra aux étudiants de construire le résumé à plusieurs mains et de préparer les questions pour la reprise. Et pour les inciter à poser des questions, des points bonus sont attribués aux questions les plus pertinentes. Quant aux étudiant.es qui n’ont pas d’ordinateurs ou de smartphone, outre la méthode traditionnelle consistant à lever la main, ils peuvent demander à leurs camarades de noter les questions en ligne à leur nom.

Et vous, comment faites-vous ?

Crédits image à la Une : CC Pixabay Templune


Cette entrée a été publiée dans Enseignement/Pédagogie, numérique le par .

À propos Sébastien Poublanc

Docteur en histoire moderne sur la forêt, ingénieur de recherche contractuel humanités numériques au labex Structuration des Mondes Sociaux et rédacteur en chef adjoint du magazine Mondes Sociaux Je blogue sur http://dighistory.hypotheses.org (l'histoire numérique) et sur https://foret.hypotheses.org/ (la forêt & l'environnement). Et je tweet sous le pseudonyme d'@HistorieNumeriq.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.