Faire l’histoire du secours et de l’aide à la réinsertion des rescapés juifs des camps nazis

Le 18 octobre 2019, je soutenais (enfin !) ma thèse. Intitulée « Et après ? Une histoire du secours et de l’aide à la réinsertion des rescapés juifs des camps nazis (France, 1943-1948) » elle avait déjà donné lieu à plusieurs sollicitations de billets par le tenant de ces lieux… auxquelles je n’avais pas pu donner suite jusqu’à présent. Confinement aidant, la validation de mon dépôt sur TEL me donne l’occasion de faire d’une pierre deux coups en mettant à disposition ici le texte que j’avais préparé pour l’exposé de soutenance, agrémenté d’intertitres et de quelques liens. Ceux que mes prédécesseurs ont mis en ligne m’ayant été d’une grande aide, j’espère que cela servira à d’autres. Au passage, cela me permet de donner ici un bref aperçu du contenu de cette thèse que les plus motivés pourront consulter en suivant le lien en bas de ce billet.


Exposé de soutenance du 18 octobre 2019


Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les membres du jury,

La thèse que j’ai l’honneur et le plaisir de présenter devant vous aujourd’hui est intitulée « Et après ? Une histoire du secours et de l’aide à la réinsertion des rescapés juifs des camps nazis (France, 1943-1948) ». Je tiens en premier lieu à vous remercier de l’intérêt que vous avez bien voulu porter à ce travail, en acceptant de prendre part à ce jury. Je remercie également celles et ceux qui m’ont fait l’amitié de venir assister à cette soutenance.

Genèse du projet

Pour commencer, je souhaite revenir brièvement sur la genèse des interrogations qui ont guidé cette recherche. Elles sont le fruit de la rencontre, au milieu des années 2000, entre trois découvertes : mémorielle, historiographique et archivistique.

Un angle mort historiographique ?

Amenée à visionner, pour des raisons professionnelles, les témoignages de la collection Spielberg conservés au Mémorial de la Shoah, j’avais été frappée par la quasi-absence de retour, par les rescapés, sur leur vie après la guerre. Le plus souvent, dans des films de plusieurs heures, les quelque 50 années qui suivaient leur libération étaient évacuées en quelques minutes seulement.

Il existait toutefois des témoignages qui, lorsqu’ils revenaient sur cet après-déportation, dressaient un constat amer que certains historiens venaient parfois appuyer. C’est ainsi le cas de Maurice Wolf qui, en 2006, publiant ses souvenirs, estimait que les Juifs avaient été abandonnés à leur sort, voire qu’ils avaient été traités comme « des survivants de seconde zone ». Constat que semblait partager l’historienne Annette Wieviorka. Au micro de Virginie Linhart, elle affirma ainsi en 2009 que, en ce qui concerne les pouvoirs publics, la prise en charge des rescapés s’était quasiment arrêtée au Lutetia. De fait, lorsque j’ai commencé cette recherche, les travaux consacrés à l’immédiat après-guerre étaient encore peu nombreux. Surtout, centrés sur la question des représentations de la déportation, ils se focalisaient sur le moment du rapatriement, renforçant cette impression qu’il ne se passait plus rien une fois franchies les portes du palace parisien.

À nouvelles archives, nouvelles questions de recherche

Il était alors généralement convenu que c’étaient les organisations juives qui avaient pallié cette absence de politique publique. Or, de telles affirmations ne reposaient pas sur un travail d’archives approfondi. Et pour cause, il a fallu attendre le milieu des années 2000 pour que l’ouverture progressive des fonds d’associations juives s’accélère. J’ai ainsi eu la chance de commencer cette thèse dans un moment exceptionnel de mise à disposition de nouvelles sources pour la recherche historique, à commencer par celles de l’ORT (dont j’allais moi-même devenir l’archiviste) et du COJASOR.

De ce contexte est née toute une série de questions, au premier rang desquelles : Et après ? Rien n’avait-il donc vraiment été fait par les pouvoirs publics pour aider les rescapés des camps à reprendre pied ? À se réinsérer dans la société française ? Quelles avaient été alors les dispositions prises par les organisations privées ? N’étaient-elles qu’un palliatif ? Surtout, actions publique et privée furent-elles autant séparées que l’historiographie semblait le suggérer ? Bien entendu, une interrogation guidait presque toutes les autres : finalement, les rescapés juifs des camps avaient-ils, ou non, été traités de la même manière que les autres déportés ?

Stratégie de recherche et partis pris méthodologiques

Pour répondre à ces questions, j’ai mis en œuvre une stratégie de recherche reposant sur trois partis pris méthodologiques. Mais avant de les énoncer, il me faut d’abord revenir sur le titre que j’ai donné au manuscrit que vous avez bien voulu lire et discuter aujourd’hui.

Une question de définition

En effet, le choix de la formule « rescapés juifs des camps nazis » pour désigner la population concernée par cette étude n’a rien de fortuit. Il est le fruit d’un constat historiographique : celui d’une absence de consensus parmi les spécialistes quant à la définition d’expressions telles que « déporté juif », « survivant de la Shoah » ou « rescapé juif ». C’est pourquoi j’ai renoncé à l’utilisation de ces termes pour leur préférer une appellation, certes un peu longue, mais qui a le mérite de désigner explicitement celles et ceux qui ont fait l’objet de mon enquête.

Il s’agit donc d’une population composée, d’une part, des personnes juives envoyées, quel que fût le motif (y compris pour fait de résistance), depuis la France vers les camps nazis situés en Allemagne, en Autriche ou en Pologne ; qui survécurent et qui rentrèrent en France. Il s’agit aussi, d’autre part, des Juifs étrangers qui survécurent aux camps nazis vers lesquels ils avaient été envoyés depuis d’autres pays, et qui se rendirent en France dans l’immédiat après-guerre. Il était important de les prendre en considération car l’arrivée en France de ces rescapés des camps s’inscrivait plus largement dans un flux migratoire de Juifs d’Europe centrale et orientale après la guerre qui fut longtemps ignoré par l’historiographie et qui commence tout juste à être étudié.

Un cadre chronologique

Pour examiner les dispositifs d’aide mis en place en faveur de cette population, j’ai décidé d’adopter un cadre chronologique plus large que celui de la seule période de l’été 1945, auquel s’arrêtait généralement l’historiographie. Il s’agissait ainsi de me donner les moyens d’étudier de la façon la plus précise possible, non seulement les mesures prises et appliquées au moment du retour, mais aussi leurs conditions d’élaboration et leurs éventuelles modalités de disparition.

C’est pourquoi cette enquête commence en novembre 1943, moment qui correspond d’une part, à la création du commissariat aux Prisonniers, Déportés et Réfugiés au sein du CFLN et, d’autre part à un effort d’unification des institutions juives en vue du sauvetage des Juifs.

Si le commissariat, devenu entretemps ministère, disparaît en novembre 1945, cette recherche s’achève trois ans plus tard. L’année 1948 constitue en effet un double tournant. Du côté des pouvoirs publics, d’abord, avec l’adoption des statuts juridiques de « déportés et internés de la Résistance » et de « déportés et internés politiques » qui met fin à une période pendant laquelle les déportés constituaient, du moins officiellement, une seule et même catégorie de victimes. Du côté des organisations juives, ensuite, qui s’interrogent sur leurs objectifs prioritaires, voire sur leur raison d’être, et envisagent des restructurations majeures, du fait d’un double tarissement : celui du flux de leurs assistés et celui de leurs financements.

Dans ce cadre chronologique, la stratégie de recherche que j’ai déployée repose, comme je l’annonçais plus tôt, sur trois partis pris méthodologiques qui m’ont conduite à mobiliser un corpus de sources très varié et dispersé.

Une histoire des pratiques

Premier parti pris méthodologique, celui de ne pas limiter mes analyses à la seule question des représentations, en accordant une attention particulière aux pratiques administratives et associatives.

Une telle approche supposait bien sûr de s’appuyer sur des documents déjà utilisés par les spécialistes des représentations de la déportation (allocutions radiophoniques, presse, affiches, expositions, etc.). Mais il fallait aussi élargir le périmètre aux archives, administratives notamment, qu’elles fussent publiques ou privées, permettant d’approcher les pratiques des acteurs ; sans oublier les témoignages de rescapés comme de travailleurs sociaux, les dossiers individuels, etc.

Une approche relationnelle

Deuxième parti pris méthodologique, celui de placer, au cœur des analyses, non seulement les relations entre institutions publiques et organisations privées, mais aussi entre institutions publiques et entre organisations privées.

Cela impliquait, bien entendu, d’exploiter des sources ministérielles, telles les séries F9, F1 et F7 conservées aux Archives nationales pour les PDR et l’Intérieur ou encore les séries C et Z des Affaires étrangères. Il m’a aussi fallu m’intéresser aux documents et débats parlementaires de l’Assemblée consultative provisoire. J’ai surtout, comme je le disais plus tôt,  pu exploiter les fonds inédits de nombreuses organisations privées. S’il s’agit pour l’essentiel d’associations juives, j’ai également pris en compte d’autres organisations qui ont joué un rôle important dans les actions d’aide et de secours après la Libération, tel le COSE ou la FNCEAIDP.

Jouer sur les échelles

Enfin, le troisième parti pris méthodologique consistait à ne pas limiter à l’échelle nationale une étude qui, certes, se déploie sur le terrain français mais qui ne saurait négliger les échelles locale/départementale et internationale/transnationale.

Outre la documentation précitée, cette approche m’a conduite à mobiliser les fonds d’organisations internationales ou intergouvernementales comme le Joint qui a mis en œuvre à partir de 2013 une politique de numérisation de ses archives dont cette recherche a grandement bénéficié, le CIR (dont les fonds sont consultables aux AN) ou encore l’ITS (fonds que j’ai découvert sur place à Bad Arolsen lors de son ouverture puis auquel j’ai eu accès par des échanges à distance). Enfin, la visite de centres d’archives départementales s’est parfois révélée fructueuse comme en témoignent les documents utilisés dans cette thèse et issus notamment des Archives départementales des Bouches-du-Rhône et de Moselle.

Structure du manuscrit

L’exploitation de cet ensemble documentaire m’a ainsi permis de rédiger un manuscrit composé de trois parties organisées selon un plan chrono-thématique.

La première partie porte sur la « préparation du retour » de la création des PDR en novembre 1943 jusqu’à la veille des grandes opérations de rapatriement au printemps 1945. Il s’agit d’une période d’invisibilisation progressive, par les pouvoirs publics, des Juifs parmi les déportés cibles de la politique du ministère des PDR. Au cours de cette période, submergées de demandes, affaiblies par la période d’occupation, les organisations juives pèsent peu mais veillent à ce que les intérêts des juifs déportés ne soient pas complètement oubliés.

La deuxième partie porte sur une séquence très courte : celle du retour effectif des populations qui ont survécu à la captivité, aux camps et au travail forcé dans les territoires du Reich. Phase la plus intense du rapatriement, les quelques mois qui mènent du printemps à la fin de l’année 1945, sont ceux d’une prise de conscience. C’est le moment où la réalité du sort des Juifs déportés dans les camps nazis s’impose aux acteurs publics et privés. Pendant cette courte période, les rescapés des camps deviennent une priorité pour les organisations juives, tandis que les pouvoirs publics, sans mettre en œuvre de politique spécifique vis-à-vis des Juifs, accordent une attention un peu plus soutenue au sort des déportés dans leur ensemble.

La deuxième partie de la thèse s’achève sur la dissolution des instances publiques qui avaient été créées pour traiter spécifiquement de la question des déportés (de la fermeture des centres d’accueil à celle du ministère des PDR) alors que les organisations juives cessent, elles-aussi, de considérer les rescapés des camps comme une population à privilégier. La troisième partie prend pour objet les années qui suivirent ce tournant. J’y étudie les réactions face à l’irruption d’une nouvelle population juive vulnérable, au sein de laquelle figurent des rescapés des camps : les réfugiés d’Europe centrale et orientale. Au fil de ces trois années, aucun dispositif de soutien spécifique aux rescapés des camps ne sera réactivé. La priorité des organisations juives d’assistance est alors de mettre au travail la majorité de ses récipiendaires, tandis que, pour les pouvoirs publics, l’objectif fondamental consiste à limiter le plus possible l’installation durable de populations juives étrangères sur le territoire.

Principaux résultats

Parmi les principaux résultats de cette recherche doctorale, je souhaiterais maintenant revenir sur trois séries de conclusions : j’aborderai d’abord la question de la place des Juifs dans les dispositifs publics de secours aux « absents » dans la France d’après-guerre ; je reviendrai ensuite sur le dynamisme de la vie juive organisée au lendemain des persécutions ; ce qui m’amènera, enfin, à souligner l’importance et la permanence des entremêlements publics/privés tout au long de la période étudiée.

Des rescapés juifs défavorisés

Reprenons donc, dans un premier temps, la question initiale : les rescapés juifs des camps ont-ils été abandonnés à leur sort ? Au terme de l’enquête, il me semble que l’on peut résolument répondre par la négative. Il exista bien des dispositifs tant publics que privés d’accueil et de secours dont les rescapés juifs des camps et leur famille ont pu bénéficier. Ce n’est pas pour autant que le jugement énoncé par Maurice Wolf ait été erroné. Il est en effet nécessaire de souligner, non seulement le fait que les rescapés juifs n’ont pas fait l’objet d’une attention spécifique de la part des pouvoirs publics ; mais aussi que, de surcroît, ils ont même été défavorisés par cette action publique.

Trois raisons principales permettent de l’expliquer. Cette situation est, d’abord, le fruit de l’affirmation d’une préférence pour les résistants et d’une volonté quasi-systématique de les privilégier. Elle est, ensuite, la conséquence du refus du CFLN puis du GPRF de reconnaître la responsabilité de l’État dans les actes accomplis par le régime de Vichy. Elle est, enfin, l’une des manifestations de la persistance de l’antisémitisme en France.

Finalement, derrière l’affichage de l’unité nationale sous la bannière du destin commun à toutes les victimes de la guerre, et notamment entre tous les déportés, de réelles disparités ont subsisté. L’analyse des dispositifs mis en place m’a permis de montrer que si les rescapés juifs des camps et leurs familles n’ont pas été abandonnés, ils ont sans conteste été défavorisés par l’absence de toute prise en considération du sort spécifique qui leur avait été réservé pendant la guerre et du dénuement particulier qui était le leur à la fin du conflit. Finalement, ils furent bien, en quelque sorte, traités en « survivants de seconde zone » comme l’écrivait Maurice Wolf ; a fortiori s’ils étaient non seulement juifs, mais aussi étrangers. Cette conclusion me semble d’autant plus importante que je crois pouvoir affirmer que les Juifs auraient été encore plus défavorisés par les dispositifs publics si les organisations juives n’étaient pas intervenues.

Le dynamisme des organisations juives

C’est ce qui m’amène, dans un deuxième temps, à la série de conclusions suivante. À travers l’étude des aides privées dont ont pu bénéficier les rescapés des camps, je pense avoir mis en lumière le dynamisme de la vie juive organisée dans la France de l’immédiat après-guerre. Mon travail s’inscrit ainsi dans les renouvellements récents de l’historiographie sur l’histoire des Juifs en France après la Shoah. Ceux-ci contredisent l’idée longtemps répandue selon laquelle les persécutions et le génocide aurait rendu impossible toute renaissance de la vie juive en France immédiatement après la guerre. Au contraire, le champ que j’ai investi, celui du social, m’a permis de faire ressortir une constellation d’organisations juives qui, pour certaines, existaient déjà avant et pendant l’Occupation (je pense, par exemple, à l’OSE ou à l’ORT) et qui pour d’autres firent leur apparition après la Libération (telles le SCDI ou le COJASOR).

Concernant ce dynamisme, il est important de souligner le fait qu’il n’était pas qu’endogène mais fortement stimulé par des influences extérieures. L’assistance juive française était ainsi pleinement insérée dans des réseaux d’aide qui dépassaient largement le cadre national. Cela ne fut pas sans incidences sur leur stratégie d’intervention et leur organisation. Certaines associations menaient des activités sociales qui soutenaient des objectifs politiques et des réseaux migratoires transnationaux. Constance Pâris de Bollardière l’avait bien montré pour les réseaux bundistes et l’on en trouve une autre illustration dans cette thèse avec le réseau sioniste et clandestin, nommé Bricha, en faveur de l’immigration en Palestine. En outre, comme Laura Hobson Faure l’a déjà montré pour le Joint, les organisations juives françaises étaient extrêmement dépendantes des financements d’organismes internationaux ou supranationaux. Cette thèse m’a permis de montrer que, outre le Joint, principal pourvoyeur de fonds, le CIR fut aussi un acteur de premier plan qui put avoir un réel impact sur leur liberté d’action. Ce fut, par exemple, particulièrement le cas d’une politique longuement abordée dans le manuscrit : la mise au travail des Juifs valides. Il est bien sûr incontestable que cette orientation fut le fruit de divers facteurs. Elle est en effet l’aboutissement d’une lente maturation et de l’évolution, en longue durée, des conceptions juives françaises de l’assistance. Mais dans l’immédiat après-guerre, le consensus autour de cette nouvelle forme d’assistance dite « constructive » fut impulsé et, surtout, accéléré par le Joint et le CIR. Ces deux organismes mirent tout simplement le poids de leurs subventions dans la balance.

Un entremêlement permanent du public et du privé

Il faut, et c’est ma dernière série de conclusions, lire ce dynamisme des organisations juives à l’aune de l’entremêlement permanent du public et du privé dans les efforts de secours aux rescapés.

En effet, à chaque étape de l’action sociale destinée aux rescapés des camps, de son élaboration à sa mise en œuvre, des interactions entre la puissance publique et les organisations privées sont intervenues. Surtout, il est très important de souligner le fait que ces interactions n’étaient pas univoques. Le rôle des organisations juives ne s’est en aucun cas limité à une fonction supplétive, comme un palliatif aux insuffisances étatiques. Ces associations jouèrent tour à tour le rôle de soutien, de vigie ou de contestataire face aux décisions des pouvoirs publics. De ce point de vue, l’action des organisations juives s’inscrivait tout à fait dans le schéma relationnel de « mixed economy of welfare » analysé par l’historiographie, le plus souvent à partir de l’étude des pratiques d’œuvres catholiques et protestantes. L’observation de ces entremêlements permanents m’ont aussi permis d’observer que l’un des acquis de l’histoire et de la sociologie de l’État et de son administration était tout à fait applicable au monde des associations juives d’action sociale. Il est en effet courant de souligner le caractère abstrait d’un discours sur l’État au singulier. Cette thèse en est une nouvelle illustration, les rapports de forces entre ministères et même à l’intérieur des ministères imposent de faire porter la focale à tous les niveaux et cela, quand c’est possible, jusqu’aux individus. Or, il me semble que ce constat s’applique parfaitement à la constellation d’organisations juives que j’ai étudiées. Si l’on peut, par commodité et facilité de langage, parler d’une « vie juive organisée », voire d’un « monde juif », on ne saurait pour autant considérer cette multiplicité d’institutions comme un bloc tourné vers un objectif commun. Comme je l’ai montré, cette vie juive organisée était également traversée de rapports de forces internes et d’intérêts divergents. Qu’ils relèvent de désaccords profonds, qu’ils soient idéologiques ou religieux par exemple, ou qu’ils s’inscrivent dans de bien plus prosaïques luttes de pouvoir et d’influences, ces conflits freinèrent considérablement certaines actions de secours. Ils en mirent même certaines en péril, comme en témoigne le cas de la prise en charge rocambolesque des « enfants de Buchenwald ».

Pistes d’approfondissements

Au-delà de ces résultats, cette recherche laisse bien sûr en suspens un certain nombre de questions à propos desquelles nous aurons, sans doute, dans un instant, l’occasion d’échanger plus précisément. Je souhaite toutefois achever cet exposé en évoquant trois des nombreuses pistes que me semble ouvrir cette recherche pour des approfondissements ou des bifurcations.

Mieux appréhender les réseaux d’acteurs

Une première piste concerne l’histoire des acteurs de l’action sociale juive. En effet, au fil de mes recherches, j’ai pu observer qu’un certain nombre d’individus était présents dans plusieurs institutions à la fois ; ou que leurs relations après-guerre étaient très fortement déterminées par des interactions passées. Étudier ces positionnements multiples et ces trajectoires individuelles à travers une analyse des réseaux d’acteurs associatifs permettrait de mieux cerner les contours du monde de l’action sociale juive des années 1940. Une telle approche me permettrait d’affiner l’étude des relations interœuvres et de l’interpénétration entre organismes publics et privés. Elle pourrait même faire éventuellement ressortir d’autres figures individuelles que celles que j’ai mentionnées dans la thèse et à côté desquelles je pourrais être passée.

Une sociodémographie des bénéficiaires de l’assistance juive

Une deuxième piste concernerait cette fois plutôt les bénéficiaires de cette action sociale. Un traitement quantitatif des dossiers personnels des assistés d’une œuvre aussi importante que le COJASOR offrirait certainement des approfondissements précieux quant à la connaissance des populations juives vulnérables après la Seconde Guerre mondiale. En outre, une telle approche me permettrait, tout en analysant les caractéristiques sociodémographiques des populations secourues, de tenter d’évaluer la part qu’y occupaient les rescapés des camps. L’analyse de quelques dossiers de ce type dans le manuscrit, en dépit de l’absence de toute prétention à la représentativité des cas étudiés, me semble avoir montré le potentiel de ce matériau archivistique. En effet, au-delà des profils et des stratégies de secours des assistés eux-mêmes, ces dossiers constituent un formidable point d’observation des transformations des pratiques de travail social.

Savoirs psychiatriques et aide sociale

Enfin, la dernière piste que je souhaite évoquer concerne la prise en considération des questions psychologiques. C’est un aspect de l’enquête que je n’ai découvert que tardivement dans le déroulement de la thèse et auquel je n’ai pas été en mesure de donner une place aussi importante que je l’aurais souhaité. Dans l’immédiat après-guerre les études sur les séquelles psychiques des déportés n’en étaient encore qu’à leurs balbutiements et la prise en charge des rescapés sur le plan de la santé mentale était quasi-inexistante. Pourtant, contrairement à une idée reçue de l’historiographie selon laquelle il s’agirait là d’un non-objet pour la période que j’ai étudiée, je pense avoir montré que les rescapés juifs des camps constitueraient un très bon point d’entrée pour une enquête sur la construction et les usages (tant administratifs que sociaux) des savoirs psychiatriques et psychologiques dans l’accompagnement et le secours des populations vulnérables victimes d’un traumatisme extrême. En prenant la forme d’une recherche collective et interdisciplinaire, on pourrait même envisager une approche comparative qui intègrerait d’autres populations sur un temps plus long. Le parallèle avec d’autres victimes de génocides notamment, je pense en particulier aux Tutsi, serait ainsi très instructif.  Tout comme la prise en considération de populations qui, fuyant des pays en guerre, peuplent les camps de réfugiés.

Je vous remercie de votre attention.


Vous souhaitez en savoir plus ? La thèse est en libre accès


cliquez pour accéder au dépôt de la thèse sur TEL


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.