Faire de l’histoire des sciences comme de l’histoire du travail

Quand on a passé une grande partie de ses années de thèse à travailler sur… des thèses, la soutenance est un moment ambigu : le rituel à la fois officialise le jugement des pairs, marque le terme d’un processus de socialisation à la recherche, et concrétise la construction d’une identité scientifique – mais comme tout rituel, il supporte assez mal qu’on s’y soumette et qu’on l’objective en même temps. Trop de réflexivité devient alors malséant, et c’est en réalité mal maîtriser les normes du milieu universitaire que de faire trop ouvertement étalage, à cette occasion, de ce qu’on croit en avoir compris. On ne peut donc pas donner aux futurs impétrants de code de bonne conduite parfaitement cristallisé : au mieux, on peut leur décrire comment on a fait, en espérant que ça leur soit utile après confrontation à d’autres retours d’expérience. Dans cette logique, la suite de mes aventures est par ailleurs disponible sur un autre carnet.


Exposé de soutenance du 8 décembre 2017


Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les membres du jury,

La thèse que j’ai l’honneur et le plaisir de présenter devant vous aujourd’hui est intitulée « Des savants aux chercheurs. Les sciences physiques comme métier (France, 1945-1968) ». Permettez-moi tout d’abord de vous remercier de l’intérêt que vous avez bien voulu porter à mon travail, en prenant part à ce jury et en admettant cette thèse de doctorat à la soutenance. Je tiens aussi à remercier tous ceux et celles qui m’ont fait l’amitié de venir assister à cette soutenance.

Me, myself and I

Plutôt que de m’essayer à l’exercice du résumé, je voudrais profiter du temps qui m’est offert pour développer un moment de réflexivité, et revenir sur ce qui m’a poussé à consacrer quatre années de travail à scruter les évolutions des sciences physiques, alors que je ne suis ni physicien, ni chimiste.

D’autant qu’il m’en souvienne, et d’autant que les pièges de l’illusion biographique me permettent de le reconstruire, l’origine de mon travail est à chercher dans un événement fortuit et banal. Au printemps 2009, alors que je cherchais un sujet de master, les conditions d’une offre promotionnelle lancée par un éditeur universitaire m’ont fait entrer en possession, par hasard, de l’ouvrage de François Dufay et Pierre-Bertrand Dufort, Les normaliens. De Charles Péguy à Bernard- Henry Lévy : un siècle d’histoire. Dans ce livre, hagiographique voire publicitaire, une assertion m’a frappé : « Le cœur de Normale sup bat chez les littéraires de la rue d’Ulm, de Péguy jusqu’à nos jours ». Rien donc, dans ces pages, sur les scientifiques. Ce qui est a priori pour le moins étonnant… Et de fait, m’intéressant au sujet, je me suis rendu compte de la disproportion du volume de discours et de travaux entre école littéraire et école scientifique. La lecture de La Noblesse d’État, de Pierre Bourdieu, sur l’injonction d’Antoine Lilti, puis les conseils de Sophie Coeuré et de Gilles Pécout, m’ont convaincu de tirer de ce constat un sujet de recherche, et de le soumettre à Christophe Charle – qui m’a fait la joie de l’accepter.

J’ai donc consacré ma première année de master d’histoire contemporaine, à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à un mémoire consacré aux élèves scientifiques de l’ENS des promotions 1944 à 1960. Cela m’a permis de m’initier au classique travail en archives mais aussi à la prosopographie, grâce aux dossiers d’élèves, et à l’enquête par questionnaire et par entretien, une fraction importante de ces anciens élèves étant encore parmi nous. Je m’engageais ainsi dans une histoire sociale des élites scientifiques, mettant en œuvre des méthodes quantitatives relativement avancées (grâce au séminaire de Claire Zalc et Claire Lemercier), en les conjuguant à la pratique de l’histoire orale et à la recherche sur les archives d’institution d’enseignement supérieur.

Le sujet m’a passionné, en particulier parce qu’il permet de confronter la multiplicité des façons de faire de la science, et de fabriquer des scientifiques, selon les disciplines, au sein d’une même institution. Il met aussi en valeur l’historicité des fonctions sociales d’un établissement : c’est en effet après 1945 que l’ENS, jusque-là surtout séminaire de formation d’enseignants de lycée et, seulement pour l’élite de l’élite, d’enseignants de faculté, se centre avant tout sur la production de chercheurs et d’universitaires.

Mon master 1 et mes travaux sur le sujet touchant à leur terme, le hasard a joué à nouveau : d’une part ma candidature à l’agrégation a été repoussée d’un an, des suites de la réforme dite de « mastérisation » ; d’autre part, en juin 2010, la Maison française d’Oxford a ouvert des postes annuels à destination d’étudiants. J’ai alors proposé une étude de cas comparative sur le dispositif de formation à la recherche en sciences mathématiques, physiques et naturelles à l’université d’Oxford, toujours au sortir de la Seconde Guerre mondiale, projet de Christophe Charle a bien voulu soutenir et diriger à distance – mes recherches étant, sur place, suivies par Pietro Corsi et Muriel Le Roux. Si des aléas oxoniens m’ont finalement amené à faire porter cette étude sur l’université de Cambridge, ce travail m’a convaincu de l’intérêt d’étendre la comparaison à l’ensemble des systèmes d’enseignement supérieur et de recherche de la France et du Royaume-Uni. L’étude de cas de l’ENS laisse en effet entrevoir les profondes recompositions du champ scientifique et universitaire entre 1945 et les années 1960, ne serait-ce qu’au travers la modification de l’espace des carrières offert aux élèves ; celui d’Oxbridge, sur la même période, mène dans la même direction, avec la victoire définitive du spécialisé « reading man » sur le dilettante « rowing man ». Des deux côtés de la Manche, les dispositifs de formation à la recherche apparaissent ainsi comme des observatoires utiles pour mener de front une étude des deux massifications jumelles de la science et de l’enseignement supérieur.

Partant de sujets d’histoire de l’enseignement supérieur, j’estimais dès lors avoir là les linéaments d’un projet de thèse, d’un projet entrant en dialogue plus étroit avec l’histoire des sciences – ce qui m’a amené, sur proposition de Christophe Charle, à demander à Nathalie Richard de bien vouloir se joindre à lui pour diriger mes recherches ; ce qui m’a aussi amené à m’impliquer dans l’équipe du séminaire d’histoire politique des sciences de mon laboratoire, l’Institut d’histoire moderne et contemporaine. En effet, si jusque-là mes travaux avaient tenu à aborder de front l’ensemble des disciplines relevant des sciences dites « exactes », ou « non sociales », à l’échelle d’une seule institution, la confrontation des cas de l’ENS et de Cambridge laisse à penser qu’une étude comparative est tout particulièrement possible si l’on choisit de se concentrer sur un champ disciplinaire précis. C’est à ce moment-là que j’ai choisi les sciences physiques.

Pourquoi les sciences physiques ?

Pourquoi ? D’une part parce que, de fait, les mathématiciens britanniques et français sont très différents, en particulier parce que leurs rapports aux applications divergent ; il en est de même du côté des sciences naturelles et biologiques, la séparation entre facultés des sciences et facultés de médecine n’ayant pas cours en Grande-Bretagne, alors qu’elle est très forte en France. Des deux côtés de la Manche en revanche, les sciences physiques sont après 1945 dans des positions semblables : elles connaissent une accélération formidable de leur développement, accélération activement soutenue par les États et plus largement par une forme d’état de grâce politique et culturel – ce qu’avaient très justement souligné par exemple Robert Gilpin, Jean-Jacques Salomon, et surtout Dominique Pestre.

Comment caractériser, en quelques mots, les conséquences sociales de cette accélération et de cette massification ? En France comme en Grande-Bretagne, à la fin des années 1940 les physiciens et les chimistes, dans leur immense majorité, se pensent et se vivent encore comme des savants ; peu nombreux, formant une communauté à l’interconnaissance très forte, empreints d’idéaux universalistes, ils sont attachés à l’idéal du génie qui lève le coin du voile de la Nature, seul dans son laboratoire, puis qui professe en chaire la science ainsi obtenue. Le contraste est très fort avec la situation de la fin des années 1960 : l’idéal professionnel qui est alors mis en avant est celui du chercheur, spécialisé, travaillant dans une ou même plusieurs équipes, au sein de projets d’ampleur internationale. L’image, et la pratique, de la science ce n’est dès lors plus le tableau noir de Louis de Broglie, ou de Paul Dirac, mais les accélérateurs de particules.

Ce que j’ai essayé d’éclaircir dans cette thèse, ce sont les mécanismes sociaux de cette transformation, la façon dont un métier a pu changer à la fois si vite et si profondément – cherchant ainsi à compléter, d’un point de vue d’histoire sociale, les analyses en termes d’histoire culturelle proposées par Dominique Pestre. A tel point que mes recherches se sont progressivement éloignées de leur point de départ – qui est je le rappelle l’analyse des dispositifs de formation à la recherche –, pour adopter de plus en plus un angle de socio-histoire des professions, qui replace ce point de départ dans l’évolution plus générale des trajectoires professionnelles des scientifiques. Dans cette perspective, la population des physiciens et des chimistes est devenue un cas paradigmatique, inscrit dans une réflexion plus large, qui porte sur les façons dont une profession intellectuelle se reconfigure, voit évoluer ses fonctions sociales, ses normes de fonctionnement, et ses mécanismes de régulation et de reproduction, en lien ou non avec les évolutions des savoirs qu’elle détient et produit.

Malheureusement, la principale victime de ce déplacement de la focale a été la dimension comparative : face à la richesse et à la complexité du cas français, il m’a fallu abandonner le projet de recueillir une masse sensiblement égale de données concernant la Grande-Bretagne dans le cadre, temporellement contraint, du doctorat. Mais cet abandon n’est que momentané, je l’espère.

Quelque part entre histoire et sociologie

Comment aborder et comment comprendre cette transformation globale, touchant la production des savoirs comme la production des générations successives de scientifiques ? Sur le plan de la méthode je suis, comme nous tous, fruit de ma trajectoire ; et cette trajectoire n’est pas purement historienne. Je suis en effet passé par une khâgne B/L, c’est-à-dire « lettres et sciences sociales », qui correspond à plus d’heures de sciences économiques et sociales que d’histoire ; en outre, je travaille depuis plus d’un an au sein d’une équipe de sociologues, autour de Pierre-Michel Menger. Dès lors, ma pratique me place de fait non comme un partisan de l’interdisciplinarité, qui serait un dialogue entre deux espaces distincts, mais comme un chercheur qui travaille à l’intersection de ces deux disciplines que sont l’histoire et la sociologie. C’est ce parti-pris que recouvre le terme de « socio-histoire des sciences » par lequel j’ai cherché à auto-définir ce que je fais. Si je suis malgré tout historien, ce n’est pas parce que je pratiquerais une « méthode historique », qui serait par essence différente d’une « méthode sociologique » par exemple ; c’est avant tout par héritage et par trajectoire, ainsi que par attachement à une approche historicisée des phénomènes sociaux – sans pour autant prétendre que l’histoire, comme discipline, ait le monopole de cette perspective.

De cette position, il s’agit dès lors de faire feu de tout bois méthodologique, à partir des matériaux empiriques dont on peut disposer. Ce que j’ai cherché à faire, c’est à dépasser la tension entre une histoire totale impossible et une micro-histoire frustrante, en multipliant les types de sources mobilisées tout autant que les angles d’approche, dans une perspective que l’on pourrait qualifier de cubiste : l’ambition de ce mouvement pictural, qui finalement est aussi la mienne, toutes proportions gardées, est en effet d’observer un sujet à partir de différents points dans l’espace en même temps, puis de fusionner ces angles successifs en une seule image.

L’armature principale du travail est constituée par la base Thésitifs, regroupant les quelques 18 500 docteurs des facultés des sciences françaises qui ont obtenu leur diplôme entre 1944 et 1968. Cette base permet de tracer précisément les grandes évolutions quantitatives, mais elle pose aussi les fondements d’une analyse prosopographique, qui permet de dresser un tableau sociographique de la population scientifique ; elle est aussi une condition de possibilité d’une analyse en termes de social network analysis, qui offre un point de vue heuristique pour analyser les recompositions des relations qui unissent les principaux acteurs du champ académique.

Cette armature quantitative n’est cependant pas suffisante en elle-même, et elle n’est que l’un des apports de cette thèse. Classiquement, elle ne prend en effet son sens que confrontée à l’analyse des représentations sociales, politiques et médiatiques des disciplines considérées. Elle ne permet pas non plus à elle seule de décrire et de comprendre la reconfiguration des carrières scientifiques : pour ce faire, elle doit être complétée d’une étude des cadres juridiques et pratiques des trajectoires professionnelles, ce que j’ai pu faire pour l’Université et le CNRS – mais cela reste encore largement à faire pour les autres organismes publics de recherche, et plus encore pour les entreprises privées. L’analyse quantitative, nationale par construction, doit aussi être complétée par une analyse des conditions de possibilité de l’internationalité des sciences, ce que j’ai pu faire grâce au soutien de la direction de l’école d’été de physique théorique des Houches, et grâce à un séjour aux États-Unis financé par le programme Alliance, l’American institute of Physics et le Collège des écoles doctorales de l’université Paris 1. Autre point, l’analyse bénéficie grandement de la confrontation des données quantitatives avec l’étude des institutions éducatives et des textes que celles-ci produisent, lorsqu’il s’agit d’étudier la technologie sociale de percolation qui forme, différencie et hiérarchise les scientifiques – les rapports de thèse de doctorats, et les remerciements de ces thèses, constituent, sur ce point, une source particulièrement riche, et encore très peu exploitée. Enfin, Thésitifs s’arrête très largement aux portes des laboratoires : si l’histoire orale lui apporte beaucoup d’éléments, l’historien doit avoir recours à des études de cas plus précises s’il veut pouvoir évaluer les transformations les plus locales des dispositifs de production de faits scientifiques – et sur ce point, les deux cas que j’ai adopté, l’École normale supérieure et le duo Institut du Radium/Institut de physique nucléaire d’Orsay, que j’ai sélectionnés pour des raisons d’accès aux archives, appellent encore d’autres travaux.

Quatre années de travail

Une fois des directions tracées, quels sont les résultats ? Quels sont les mécanismes qui expliquent cette transformation du métier de scientifique ?

Tout d’abord, premier résultat : cette transformation est avant tout voulue et impulsée par les acteurs eux-mêmes ; du moins, une partie d’entre eux s’en font les hérauts et les militants actifs. C’est le cas, tout d’abord, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, des derniers membres et des héritiers du groupe de l’Arcouest, autour de Frédéric Joliot et de Pierre Auger ; très liée aux milieux résistants, leur action est particulièrement soutenue par les débuts du syndicalisme de l’enseignement supérieur. Dans le courant des années 1950 cependant, ce groupe s’efface, et une nébuleuse lui succède, autoproclamée « réformiste » ; celle-ci s’allie avec Pierre Mendès France, se manifeste au grand jour lors du colloque de Caen, en 1956, puis, après 1958, rejoint Charles de Gaulle, ce qui lui donne des moyens d’action jusque-là inégalés. Ces alliances passées entre entrepreneurs académiques sont néanmoins mouvantes, changeant au gré de la conjoncture politique et des rapports de force ; il en est de même des registres d’action mobilisés, de la pétition au lobbyisme en passant par la grève, la manifestation, et les articles dans la presse grand public.

Ensuite, deuxième point : cet activisme en faveur d’une transformation du monde professionnel scientifique se manifeste aussi à l’intérieur même de l’enseignement supérieure et de la recherche. Si le scientifique nouveau genre, le chercheur, peut exister, c’est parce-qu’une série de patrons, comme Yves Rocard ou Georges Champetier, ont manœuvré de telle manière qu’ils ont pu accumuler le capital suffisant, en termes de personnel, de financement, d’espace de travail, pour qu’existe l’environnement nécessaire à ces nouvelles pratiques professionnelles. Ce n’est que dans un second temps que l’État, en l’occurrence gaullien, se saisit de cette transformation pour lancer une politique scientifique, avec le levier principal qu’est la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) – ce faisant, il crée les conditions de possibilité d’une généralisation, de l’institution comme norme des nouvelles formes d’exercice du métier de scientifique.

Enfin, le troisième point : ce qui permet à cette transformation de se cristalliser, de devenir définitive, ce n’est pas tant la multiplication des laboratoires, la naissance d’une politique de recherche ou la montée en puissance des organismes de recherche, mais son inscription dans les cadres juridiques et les structures pédagogiques de l’enseignement supérieur. A partir du milieu des années 1950, les jeunes chercheurs sont en effet habitués beaucoup plus tôt que leurs aînés à un dispositif de production des faits scientifiques qui fasse appel à des praticiens toujours plus spécialisés et mobilisant, par exemple, le travail collectif et l’insertion dans une communauté internationale. Sur ce point, il faut souligner les effets de la création des maîtres-assistants, celle du doctorat de troisième cycle, et des réformes de la licence de 1958 et 1963 ; plus discrètement, l’évolution des normes qui hiérarchisent les thèses de doctorat joue là un rôle crucial. C’est ainsi par leur ancrage dans le système de reproduction des élites scientifiques que les nouvelles pratiques se normalisent définitivement.

Et c’est par la combinaison de ces trois perspectives que la recherche devient, pour les sciences physiques, un métier – presque – comme un autre, c’est-à-dire doté de dispositifs normés et explicités de socialisation, de certification, d’organisation des carrières.

Que faire ?

Maintenant, que faire ? La thèse que je défend aujourd’hui comporte encore bien des angles morts. Tout d’abord, au-delà du regret d’avoir du abandonner la comparaison, je n’ai pu aborder les liens avec l’industrie qu’au travers du cas des thèses d’ingénieur-docteur. Le rôle des entreprises peut cependant être particulièrement important. Je pense en particulier au cas de la chimie, discipline où les attentes industrielles ont sans doute eu des conséquences sur les perspectives de recherche adoptées et sur les dispositifs de formation à la recherche mis en place. Je n’ai pas eu le temps de traiter les données que recèlent, sur ce point, les remerciements des thèses, mais ils permettront à n’en pas douter, à court terme, de donner des directions de recherche, en espérant que les archives des entreprises concernées soient accessibles (avant toute quantification, des entreprises comme la Compagnie générale de télégraphie sans fil (CSF), Roussel-UCLAF ou Péchiney ont eu un rôle certain). Cette question est à élargir aussi vers les organismes publics de recherche ne relevant pas de l’Éducation nationale, en particulier le Commissariat à l’énergie atomique et le Centre national d’étude des télécommunications – institutions dont l’étude a déjà été bien défrichée par François Jacq et Michel Atten, mais dont les liens avec le reste du champ scientifique restent encore à éclaircir. Dans les deux cas, le dépôt imminent des archives personnelles d’Yves Rocard à la bibliothèque de l’ENS devrait permettre des travaux révélateurs, à partir du cas d’un grand patron mobilisant ses liens avec des espaces sociaux particulièrement divers. Je profite de l’occasion pour exprimer un autre regret : je me rends compte, à la relecture, que les facultés extérieures à Paris n’ont pas reçu autant d’attention à la rédaction que je n’ai consacré de temps à travailler sur elles…

Au-delà de ces approfondissements, cependant, à plus long terme, mon objectif est d’aborder l’étude de la médecine universitaire. Avec le développement d’une recherche biomédicale entrant en concurrence avec les normes d’un monde fondé sur la clinique, avec le rapprochement des carrières hospitalières et universitaires jusqu’à la réforme de 1958 qui crée les CHU, ce domaine, producteur de nombreuses archives, laisse espérer un terrain de jeu magnifique, où tester, affiner et amender les perspectives proposées dans cette thèse.

En espérant que cette présentation aura éclairé ma démarche, je vous remercie de votre attention, et je me tiens maintenant à votre disposition pour répondre à vos questions.


Vous souhaitez en savoir plus ? La thèse est en libre accès


cliquez pour accéder au dépôt de la thèse sur TEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.